NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Eau, aluminium et Alzheimer

Article publié le 31 janvier 2008

Eau, aluminium et Alzheimer

Sujet explosif abordé hier sur France Inter. Isabelle Giordano l’animatrice de l’émission “Service Public” a fait tomber un tabou. Celui d’une eau potable de qualité et neutre sur le plan sanitaire. Or selon une poignée de scientifiques et quelques études, Il semblerait qu’il existe une relation entre la présence d’aluminium dans l’eau potable et les risques de développer la maladie d’Alzheimer.

Alzheimer. Un nom qui fait peur. Difficile d’ignorer cette maladie et ses ravages. Du chef de l’Etat aux spots TV, on en parle partout. Et tout le monde craint à juste titre d’être touché personnellement ou de voir ses proches frappés par cette déchéance odieuse. Alzheimer ce serait de l’ordre de 100 000 nouveaux cas par an. C’est surtout une maladie symptomatique des sociétés industrielles. Plurifactorielle, son déclenchement et son évolution sont schématiquement liés à trois grands facteurs : l’environnement social, le facteur génétique et les facteurs environnementaux. La maladie d’Alzheimer, incurable et mortelle, est la cause la plus fréquente de démence sénile. Elle commence par un déficit de la mémoire d’apprentissage et, en progressant, atteint toutes les fonctions intellectuelles notamment celles du jugement, du calcul mental et du langage.

Au titre des facteurs environnementaux, la question de l’absorption d’aluminium par voie alimentaire. L’aluminium est reconnu comme un neurotoxique. C’est en raison de cette spécificité que progressivement casseroles et récipients en cette matière ont été retirés de la vente. Ca c’était la partie émergée de l’iceberg. On se rend compte en effet que le sulfate d’alumine (alun) est utilisé pour purifier l’eau du robinet. Le problème c’est que de l’eau, on en consomme beaucoup et que les particules d’aluminium présentes qui s’y trouvent, malgré des niveaux faibles, sont rendues, par leur forme hydrosoluble, particulièrement bien assimilables par notre organisme.

En 2000, l’étude PAQUID menée par une unité de l’INSERM sur les départements de la Gironde et de la Dordogne concluait que selon le taux d’aluminium dans l’eau potable (mais inférieur aux normes européennes), on pouvait avoir deux fois plus de risque de développer la maladie d’Alzheimer. Pour que le lien de causalité soit scientifiquement établi, il faudrait toutefois que cette étude soit reproduite en l’état. Il serait inconscient de balayer cette alerte en se réfugiant derrière le seul fait que cette étude n’aurait pour objectif que de décrédibiliser la qualité de l’eau des distributeurs publics au profit des vendeurs d’eau en bouteille. Il semblerait en effet que toutes les études internationales convergent. Au-delà de 100 mg/l l’eau potable deviendrait un co-facteur de la maladie d’Alzheimer. L’OMS estime pour sa part qu’entre 0.1 et 0.2 mg/l la présence de l’aluminium n’est pas dangereuse dans l’eau potable. Si au Canada le taux a été ramené à 0,1, il semblerait qu’en France ce taux soit très variable selon les régions et dépasserait régulièrement les 0,2.

Malheureusement, comme pour tout drame sanitaire à son début, la seule chose qui s’impose, c’est l’incertitude scientifique. La relation elle-même Alzheimer-aluminium est objet de controverses depuis le milieu des années 1960. Si la certitude n’est pas encore acquise en revanche, le soupçon lui l’est.

À l’autopsie, on constate que le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer contient une concentration élevée d’aluminium, métal qu’on ne retrouve pas dans les tissus cérébraux sains. Des expériences effectuées sur des animaux prouvent que l’aluminium a une action toxique sur le système nerveux, mais la dégénérescence des neurones observée chez les sujets animaux diffère de ce qu’on voit chez les humains. L’aluminium entraîne une dégénérescence neuronale chez le lapin, le chat et le chien. En effet, lorsqu’on injecte des sels d’aluminium directement dans le cerveau de ces animaux, on observe un déficit de la mémoire d’apprentissage, un ralentissement général et une perte de la curiosité. Si les similitudes sont frappantes avec manifestations de la maladie d’Alzheimer, la dégénérescence neuronale n’est toutefois pas la même que dans la maladie d’Alzheimer.

Le risque, Henri Pézerat, éminent toxicologue, directeur de recherche honoraire au CNRS souhaite le limiter. Comme de nombreux toxicologues, il demande que l’application immédiate d’une division par 4 de la norme sur le taux d’aluminium dans les réseaux publics d’eau potable. En pointe dans ce combat, le scientifique écrivait déjà en 2004 : ” Plusieurs études épidémiologique, dans six pays différents, ont conclu à une augmentation notable de l’incidence de la maladie d’Alzheimer en relation avec une concentration trop importante de l’aluminium dans l’eau de boisson. Consultés, l’Institut de vieille sanitaire et deux agences de sécurité sanitaire, ont publié rapports et conclusions niant, en dépit des faits, le caractère plausible d’une telle relation et refusant par là même toute mesure de prévention lors du traitement des eaux. À la carence des experts répond la carence de la santé publique. ”

Dans notre alimentation quotidienne, 5% seulement de l’aluminium que nous consommons provient de l’eau. Mais, comme le souligne Henri Pézerat, ces 5% passent intégralement la barrière intestinale et présentent de ce fait une biodisponibilité supérieure aux autres 90 %. Compte tenu de l’état général des connaissances, il serait judicieux d’optimiser le traitement et la distribution de l’eau dans notre pays. Des alternatives techniques existent, notamment comme à Paris où la société des eaux a recours à une désinfection par des sels de fer plutôt que du flocalu. Le problème étant bien que nous ne sommes pas tous égaux devant l’eau du robinet selon la zone de distribution où l’on habite. On n’a pas tous la chance de boire de l’eau de qualité parfaite.


Thèmes

Eau Alzheimer Mémoire Vieillissement Pollution Toxicité Santé menacée

Bookmark and Share
311 votes

commentaires
votez :
par Le Mendiant (IP:xxx.xx8.33.68) le 31 janvier 2008 à 11H26

Sans préjuger de l’objectivité de l’étude, on comprend l’intérêt pour les industriels de jeter le doute sur la qualité de l’eau du robinet...

On les entend nettement moins sur les vaccins ou sur les déodorants qui, eux aussi contiennent de l’aluminium ! Et en effet, les études s’’accumulent pour en démontrer le danger, notamment dans l’’explosion des cancers ou des maladies auto-immunes...

Voir mon article de mai 2007 sur le sujet...

Cordialement,

Le Mendiant

votez :
par alberto (IP:xxx.xx8.18.1) le 31 janvier 2008 à 15H11

Cent pour cent avec toi Le Mendiant, sans oublier les anti-reflux gastro-oesophagiens consommés aussi en grandes quantités avec l’aluminium qui va avec...

votez :
par La Taverne des poètes (IP:xxx.xx4.117.178) le 31 janvier 2008 à 12H26

"À l’autopsie, on constate que le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer contient une concentration élevée d’aluminium, métal qu’on ne retrouve pas dans les tissus cérébraux sains." Moi, ça me suffit pour nourrir une suspicion sérieuse et appliquer le principe de précaution. Mais le risque est-il le même avec un appareil de filtrage (de base) d’eau du robinet ?

votez :
par HM (IP:xxx.xx4.7.106) le 31 janvier 2008 à 13H00

Les systèmes de filtration seraient (le conditionnel s’impose) semble-t-il relativement efficaces sous réserve d’être régulièrement changés.

votez :
par thirqual (IP:xxx.xx7.57.65) le 31 janvier 2008 à 13H12

Douteux pour les appareils de filtrage, si l’aluminium est sous forme hydrosoluble (sous forme de complexe avec d’autres ions, parce que la solubilité de l’aluminium dans l’eau c’est pas terrible). A moins que les filtres contiennent des composés chimiques capable de faire précipiter ces complexes ? Je n’en ai en tout cas pas entendu parler.

votez :
par Atlantis (IP:xxx.xx4.175.14) le 31 janvier 2008 à 13H46

osmose inverse.

votez :
par seb59 (IP:xxx.xx4.180.194) le 31 janvier 2008 à 13H29

interessant article !

votez :
(IP:xxx.xx3.188.230) le 31 janvier 2008 à 14H01

"Dans notre alimentation quotidienne, 5% seulement de l’aluminium que nous consommons provient de l’eau. Mais, comme le souligne Henri Pézerat, ces 5% passent intégralement la barrière intestinale et présentent de ce fait une biodisponibilité supérieure aux autres 90 %" Comment sait-il cela ?? Existe-t-il des expérimentations capables de le prouver ou bien est-ce au "feeling" ?

votez :
par geo63 (IP:xxx.xx3.188.230) le 31 janvier 2008 à 14H03

mon pseudo oublié

votez :
par gurul1 (IP:xxx.xx3.43.93) le 31 janvier 2008 à 14H11

Les filtres du commerce sont peu efficaces. Opter pour filtre type osmose ,grand consommateur d’eau ou filtre a résine échangeuse d’ion. Ces 2 types de filtres utilisés en akariophilie sont performants mais chèrs.

votez :
par Jean-Marie MORA (IP:xxx.xx4.42.157) le 31 janvier 2008 à 17H03

Depuis des années on parle de l’aluminium, mais celui dont on parle dans l’article, passe par le tube digestif qui est une sacrée barrière. Mais dans des produits courants et injectés directement dans le corps sans passer par une quelconque barrière personne ne s’inquiète, c’est vrai ce sont des vaccins. PENTAVAC PDR ET SUSP INJ + 2AIG, le vaccin le plus injecté en France à tous les nouveau nés souvent des le 3eme mois de vie. 4 injections puis les rappels a 5 ans 10ans et 15ans faites le calcul et ça ne pose de problème à personne et bonjour la concentration Excipient N° 1 ALUMINIUM HYDROXYDE Dosage 0,3 MG/0,5ML Classe(s) chimique(s) ALUMINIUM DERIVE et le GARDASIL SUSP INJ SER NSFP vaccin dont on fait une publicité monstreuses, 3 injections et qui contient Excipient N° 6 ALUMINIUM SULFAT HYDROXYPHOSPHAT AMORPHE Classe(s) chimique(s) ALUMINIUM DERIVE Teneur en : ALUMINIUM 225 MICROGRAMME(S)/0,5ML

et je ne cite que deux vaccins

Dormez sur vos deux oreille nous veillons sur vous.

votez :
par vit (IP:xxx.xx9.217.251) le 31 janvier 2008 à 17H27

ne regardez pas le prix d’un osmoseur,la santé n’a pas de prix ;on peut commander un osmoseur aux Etats-Unis pour pas cher !et ensuite on informe et vitalise l’eau avec nos mains remplies d’amour !

votez :
par Atlantis (IP:xxx.xx4.175.14) le 31 janvier 2008 à 17H46

surtout que l’alu est l’arbre qui a un peu trop tendance à masquer la forêt.

votez :
par Philippe (IP:xxx.xx0.183.215) le 31 janvier 2008 à 18H23

Une enquète qui n’apporte aucune preuve, il est urgent de douter !!

Et si cette dame était une capitaliste au service des loby industriels ? ..d’autant qu’elle aime beaucoup parler d’argent et inviter des personnes qui ont toutes des choses à vendre sur son émission qu’elle ose appeller "service public" (mdr)

Méfiez-vous des imitations.

votez :
(IP:xxx.xx6.23.50) le 31 janvier 2008 à 18H33

Très bon papier, parce qu’informatif et pondéré sur le "risque" aluminium.

Effectivement, il y depuis 30 un doute sur l’aluminium et la relation possible avec Alzheimer.

Ceci dit, comme vous l’indiquez très justement, ce doute n’a jamais été formellement transformé en certitude, loin de là (voir rapport Affsa de novembre 2003).

Vous faites ainsi toucher du doigt à vos lecteurs toute la difficulté des questions d’épidémiologie, où la distinction entre cause et conséquence n’est jamais évidente, et où ne l’est pas moins l’étude des corrélations statistiques.

Ainsi la concentration plus élevée d’aluminium dans le cerveau des patients atteints d’Alzheimer, et l’effet neurotoxique de hautes doses d’aluminium, sont démontrés. Mais dans le cas de cette accumulation, il est difficile de dire s’il s’agit d’une cause ou d’une conséquence de la maladie.

Au cours du vieillissement, le taux d’aluminium augmente dans le cerveau. Et dans la maladie d’Alzheimer, l’Al se fixerait peut être sur les plaques séniles sans être à l’origine de ces palques. "Le fait que les dialysés, chez qui on a trouvé des niveaux élevés d’aluminium dans le cerveau, n’aient pas développé de maladie d’Alzheimer tend à prouver que cette augmentation n’entraîne pas les changements pathologiques caractéristiques."

En ce qui concerne les vaccins, l’aluminium a été accusé de pas mal de maux. Il faut savoir que les doses injectées sont faibles, même si elles excèdent celle de la charge alimentaire durant les deux ou trois premiers jours de la vaccination. Là aussi, une corrélation n’a pas pu être démontrée. Pour ceux qui lisent l’anglais et connaissent un peu la question, une bonne revue a été publiée voila 2 ans : François G, et collaborateurs. 2005. Vaccine safety controversies and the future of vaccination programs. Pediatry Infectious Disease J. 24:953-961.

Reste que le doute subsiste compte tenu de la neurotoxicité avérée du métal. Il semble raisonnable de proposer d’autres études, études qui seront sans doute critiquées à la fois par les certains industriels de la pharmacie et par les catastrophistes version patchouli Larzac macramé ;-) !

Enfin, en ce qui concerne la concentration en Al de l’eau potable, pourquoi effectivement ne pas la limiter ? Il faudra aussi, dans ce cas, s’intéresser aux sels d’aluminium présents dans tous les aliments que nous avalons, ainsi que dans l’eau en bouteilles du commerce, faute de quoi cette mesure n’aurait bien entendu aucun sens. Ceux qui craignent la surcharge en Al doivent ainsi arrêter de boire du thé (pourtant...), très riche en cet élément.

L’aluminium est utilisé en industries alimentaires comme ajuvant de coloration. Sa concentration est ausi assez élevée dans les fromages industriels et dans les saumures (salaison, charcuterie). Il faut distinguer là deux sels, le phosphate, insoluble et donc peu absorbé par l’organisme et le sulfate, soluble et assimilable.

Question doses, on estime qu’il n’y a pas de risque en dessous de 7 milligrammes par kilo de poids corporel et par semaine soit 80 mg/J/personne. En France la consommation moyenne est d’environ 5 mg par jour. Un injection vaccinale apporte (par une aurre voie certes) environ 0,5 mg qui peuvent suffire chez certains patients prédisposés à induire une réaction au niveau musculaire et l’appraition de la myofascite à macrophages. L’impact de la maladie reste faible et doit être apprécié en regard du risque que la non vaccination entraine.

votez :
par icare43 (IP:xxx.xx3.3.197) le 31 janvier 2008 à 19H26

très intéressant, mais il faut rappeler que l’aluminium incriminé est sous sa forme la plus stable, Al2O3, et qu’ il est utilisé sous cette forme depuis des décennies par les pharmacologues et l’industrie. Qui croire et pourquoi ne pas mettre en cause n’importe quel élément présent dans notre organisme ? Que l’on nous donne des travaux sérieux, avec des corrélations type tabac=risque de cancer du poumon, au lieu d’apeurer les uns et les autres !

votez :
par brieli67 (IP:xxx.xx6.154.144) le 31 janvier 2008 à 21H56

inquiétez vous des Reins Artificiels avec les cuves en inox. C’est étudié depuis 3o ans....

toutes les laiteries et fromageries, le pH de ces solutions et matières à manger n’est pas neutre comme l’eau et attaque les parois des tubes et des récipients.

Les belles caves ......... EN inox....... VINS ET BEAUCOUP D’AUTRES BOISSONS......

La réverse-osmose c’est bling bling pour le particulier.... et en plus ce sont des résines échangeuses d’ions.......... donc nécessairement avec des métaux stables.

Eau propre = eau distillée et utilisez du verre.

votez :
par clopin (IP:xxx.xx1.124.236) le 31 janvier 2008 à 22H04

j’ai bien raison de boire du vin ! ! ! :-)

votez :
par Kritik (IP:xxx.xx1.7.95) le 28 février 2008 à 20H36

Pour sûr que tu as raison...In vino veritas ! Quelle importance de mourir à 76 plutôt qu’à 80 ? les 4 ans comptent pour rien dans une vie... Le véritable problème est de pouvoir mourir selon son projet (ADMD) et de n’avoir pas eu un VRAI ALZHEIMER : à 4Oans....Après 70 ans c’est sans énorme importance...

votez :
(IP:xxx.xx5.169.85) le 1er février 2008 à 00H59

j’ignorais ces découvertes récentes et impressionnantes, mais je dois dire que boire de l’eau m’a toujours paru inquiétant. J’ai appris par ailleurs que le tabac protégeait de la maladie d’Alzheimer ( prénom:Arnold ), mais aussi de celle de Parkinson ( prénom:Jeremy),et je suis affolé parce que j’ai arrêté de fumer depuis 1 an dans une semaine, le 6 février, et j’en étais très fier, car cela a été dur,dur. Mais si je dois choper Alzheimer ou Parkinson, ou même les deux ensemble( je n’ose imaginer....), j’aurais fait tout cela pour rien, donc je pourrais finalement refumer et boire plein d’eau à l’aluminium, cela ne changerait pas grand’chose !

Vous ne pensez pas qu’on arrive à la fin du monde. Merci de me rassurer.

votez :
par Atlantis (IP:xxx.xx3.70.22) le 3 février 2008 à 16H19

oui effectivement avec le tabac vous allez mourir avant de contracter ces maladies. vous voilà sauvé. (ça fera 30€ mon bon monsieur)

votez :
par Kritik (IP:xxx.xx1.7.95) le 28 février 2008 à 20H37

ALOYS pas Arnold...Tu as déjà oublié ????????????????

votez :
par Kritik (IP:xxx.xx1.7.95) le 28 février 2008 à 20H45

Tres mauvaise nouvelle chers amis : nous allons tous mourir, et les plus chanceux en bonne santé...

votez :
par Christoff_M (IP:xxx.xx2.216.245) le 1er février 2008 à 05H31

C’est étrange la lenteur des procédures et des enquêtes lorsqu’il s’agit de santé publique, nous avons déjà eu le cas de l’amiante...

Des associations viennent de gagner en ce qui concerne des vaccinations abusives, et de faire admettre la relation de cause à effets avec certaines scléroses en plaque !!

Est ce qu’il va falloir de nombreux morts, huit ans pour voir des procédures aboutir pour l’alu

votez :
par pepin2pomme (IP:xxx.xx4.199.74) le 1er février 2008 à 07H54

Et que dire des comprimés de Maalox utilisés pour les aigreurs d’estomac ? Le composé actif est de l’hydroxyde l’aluminium !

votez :
par karva (IP:xxx.xx0.33.59) le 1er février 2008 à 15H41

Je connais depuis au moins 15 ans ces soupcons sur l’aluminium. Il me semble que cela n’a jamais ete serieusement confirme, Ca me parait un peu aventureux de lancer ainsi de grandes alertes.

Il me semble que l’on a trouve effectivement de l’aluminium dans les plaques qui apparaissent dans le cerveau des malades d’Alzeimer. Mais, et l’article le dit, on n’a aucune certitude, bien que,si je comprends bine, on ait de soupcons depuis les annees 60. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a vraiment rien, mais que c’est tres difficile a observer, donc extremement marginal, si ca existe.

Pour comparer, depuis que je bois du cafe (45 ans ?) je vois des enquetes -US notamment- qui ont cherche quel cancer cela pouvait favoriser. Il y a 30 ans, on a cru trouver le cancer du pancreas, Il a fallu 10 ans pour infirmer cela.

Je pense que l’effet du cafe et de l’aluminium ne peut etre qu’extremement tenu, aux connaissances actuelles.

Karva

votez :
par lisa SION (IP:xxx.xx1.32.187) le 2 février 2008 à 01H04

....La relation elle-même Alzheimer-aluminium est objet de controverses depuis le milieu des années 1960. Si la certitude n’est pas encore acquise en revanche, le soupçon lui l’est....avez vous écrit.

Vous avez là, un excellent exemple de ce que deviennent nos budgets sur la recherche.

Une équipe, après étude, détermine un risque. La controverse s’engage avec les experts, et cela dure depuis cinquante ans sans que rien ne soit formellement défini ! Et ce n’est pas fini. Le premier qui viendra affirmer la certitude, entrainera deux nouvelles études sur la cause du mal et les remèdes possibles...Et si jamais le remède à la cause coûte plus cher que les traitements possibles, alors enfin sera choisi de développer les remèdes plutôt que lutter contre la cause.

En effet, barrer une cause de risque pathogène revient à fermer l’entrée d’un labyrinthe. C’est immédiat et définitif.

alors que développer les remèdes et vaccins et rustines, assure cinquante nouvelles années d’activités budgetisées...

votez :
par karva (IP:xxx.xx0.33.59) le 4 février 2008 à 18H53

Je vous trouve vraiment marrante : reflechissez comment ca se passe :

- en general, on annonce une etude. Par exemple on annonce que le cafe donne le cancer du pancreas.

- Les medias repercutent l’"information", elles ne peuvent -ni ne veulent d’ailleurs- en verifier l’authenticite.

- On monte un protocole experimental pour tester la chose serieusement.

- En general, on dement l’inforamtion. Ce sont souvent des interpretations plus ou moins tendanciseuse de statistiques qu’il faut pour les dementir faire sur de plus grands echantillons.

- Mais la, on n’a fait qu’une petite partie du boulot : il faut faire arriver l’inforamtion a Mme Sion, et il faut qu’elle nous croie !

- Le plus difficile est la : pourquoi nous croieriez-vous, quand tant de sites ecolos sont prets a repandre les informations les plus fantaisistes.

Donc, pour l’aluminium, on n’a jamais confirme serieusement cela, mais il est impossible de prouver qu’il n’y a aucun effet. En general, sur une substance, on mesure un effet a une assez forte dose, puis on essaie d’estimer et de verifier la dose qui est sans danger. Sur l’aluminium, je crois qu’on n’a rien trouve de sur...

Karva

votez :
par lisa SION (IP:xxx.xx1.175.231) le 5 février 2008 à 05H22

Un peu de chronologie. Tout comme le chanvre, reconnu dangereux par le député Dupont de Nemours, pour mieux imposer le nylon de son frère américain, dès 1935, l’aluminium a fait l’objet de la même rumeur pour que s’impose le téflon, que l’on retrouve depuis dans le fond de nos casseroles et nos poëles. Mais la rumeur perdure pour les deux matières, ce qui entraine le doublement des traitements pharmaceutiques développés pour lutter contre les deux incidences pathogènes. Et, malgré ce qu’il en coûte, en souffrances humaines, et en études de chercheurs , le lien n’est toujours pas formellement établi entre certaines maladies et ces matières présentes dans toutes nos cuisines. Le même type de polémique a décimé nos belles maisons de leurs magnifiques caseroles de cuivre, alors qu’un simple traitement aurait peut-être permis de les utiliser sans danger. Si vous avez l’occasion, en allant aux toilettes de chez Bocuse, vous passerez derrière ses cuisines ouvertes et pourrez voir sa batterie cuivre magnifique.

Mais, c’est la toxicogénomique, procédé informatique qui determine en trois jours l’incidence de l’ensemble des substances chimiques sur une cellule vivante, là où il faut dix ans à une équipe de chercheurs , qui va faire la lumière sur ce problème.

En résumé, il vous reste le choix entre le cancer du téflon, alhzeimer de l’alu, ou traitements pharmaceutiques préventifs avant chaque repas...Et surtout, méfiez vous de l’eau...ce poison mortel !

votez :
par lisa SION (IP:xxx.xx1.1.135) le 12 février 2008 à 05H08

J’ai omis deux informations.

La TOXICOGENOMIQUE pourrait mettre un terme à l"expérimentation sur les animaux, mais tarde à s’imposer pour les raisons que l’on peut comprendre.

La durée de vie a augmenté, par rapport au siècle drenier, de vingt ans ! Magnifique...Mais...ne serait-ce pas dû à encore vingt ans de traitement pharmaceutiques quotidiens... ???

En conclusion, nous devons le magnifique progrès de notre longéivité à de pauvres animaux martyrisés, et cela nous coûtera au moins notre patrimoine immobilier... !

votez :
par lechar (IP:xxx.xx4.79.146) le 2 février 2008 à 10H41

le sulfate d’aluminium est utilisé pour purifier l’eau, c’est ce qu’on appelle un floculant, on le trouve généralement sous forme de cristaux. Le floculant est un produit que l’on injecte avant le filtre de manière à agglomérer (lier) des petites particules pour qu’elle tombe au fond d’un bac, etc... Mais ce produit est en phase d’être changé pour quelque chose de moins toxique.

votez :
par lechar (IP:xxx.xx4.79.146) le 2 février 2008 à 10H46

Une autre façon "d’ingérer" de l’aluminium :

Lors d’une utilisation intense du téléphone portable, les ondes émises "brisent" la barrière hémato-encéphale, ce qui laisse passer de plus grosses particules qui ne devraient pas passer tel l’aluminium.

votez :
par karva (IP:xxx.xx7.125.236) le 5 février 2008 à 21H56

Foutaises !

Karva

votez :
(IP:xxx.xx5.3.158) le 3 février 2008 à 08H05

On parle "cerveau" et depuis cet été on a la preuve que le cerveau n’est absolument pas ce que l’on croyait. Tout le monde fait "semblant" comme toujours. Un Être humain peut vivre avec un cerveau gros comme une noix et donner toute satisfaction à sa hiérarchie administrative.

Alors, l’intoxication avec les métaux lourds et une maladie qui coupe des proches pourraient avoir la même expression extérieure ! et donc des origines différentes.

Pour le vaccin des bébés , bravo ! il faut au moins autant de monde dans le ministère dit de la santé secondé par l’ordre ou le désordre des médecins : de l’aluminium avec de l’hépatire B au cas où les bébés sortiraient le soir sans l’autorisation de papa ou maman.... car ce vaccin ne serait plus efficace vers 10 ans....puisqu’il faut le refaire vers 13 ans.

votez :
par eyesprod (IP:xxx.xx7.217.92) le 3 février 2008 à 20H28

pour preuve l émission service public sur l eau et l aluminium a été supprimée du podcast comme par hazard

votez :
par crisdel (IP:xxx.xx5.250.235) le 4 février 2008 à 09H07

on parle de l’aluminium trouvé dans le cerveau des personnes malades Alzheimer autopsiées, mais quel pourcentage de malades subissent une autopsie ? et a-t-on fait des comparaisons avec le cerveau de personnes mortes de vieillesse, ça existe aussi, pour être sûr que ce n’est pas la vieillesse qui est en cause tout simplement ?

votez :
par lechar (IP:xxx.xx4.189.10) le 6 février 2008 à 20H08

l’aluminium est de toute façon neurotoxique.

votez :
par lechar (IP:xxx.xx4.189.10) le 6 février 2008 à 20H10

et c’est bien pour cela que les services des eaux veulent remplacer les floculants (sulfate d’aluminium) par autre chose (c’est un responsable de bordeaux qui me l’a dit) de moins toxique.

votez :
par Michel Boisset (IP:xxx.xx2.13.159) le 11 février 2008 à 14H43

L’émission "Service Public” n’a fait tomber un tabou, car il n’y a pas de tabou. Quelques études épidémiologiques suggèrent, sans la démontrer, un relation possible entre l’ingestion d’aluminium et l’Alzheimer, une démence sénile parmi d’autres L’effet neurotoxique de l’aluminium est connu depuis 1970 chez les insuffisant rénaux dialysés avec de l’eau du robinet : il s’agit d’une intoxication par voie intraveineuse. Hormis ingestion d’autres produits tels que l’acide citrique (ex jus d’orange) l’aluminium, même sous forme soluble, est très mal absorbé dans l’intestin. c’est aussi le cas pansements gastriques et produits anti-reflux ingérés à hauteur de plusieurs grammes par jour !

L’étude PAQUID portait sur les maladies du vieillissement en Gironde et en Dordogne et a montré, par hasard, une corrélation entre l’aluminium de l’eau et la maladie d’Alzheimer. L’effet était sensible uniquement quand la teneur en silice de l’eau était basse. On ne peut pas dire qu’au-delà de 100 mg/l (valueur guide en vigueur dans toute l’Europe) l’eau potable devient un co-facteur de la maladie d’Alzheimer. La relation Alzheimer-aluminium dans l’eau n’est pas démontrée malgré de nombreuses études sur le sujet de par le monde. Une telle relation n’est pas non plus étayée par des données expérimentales chez l’animal dans le cas d’une exposition par voie orale. Je me demande sur quelles données nouvelles Henri Pézerat et quelques autres de fondent pour exiger une division par 4 de la valeur guide actuelle, dont on peut estimer la difficulté technique de mise en oeuvre. L’InVS et l’Afssa ont de manière indépendante publié rapports scientifiques sérieux estimant que cette relation n’était pas démontrée. Il est facile d’invoquer la carence des experts (bénévoles) de ces agences qui ont une haute idée de leur mission au service de la Santé Publique. Que ceux qui les stigmatisent se rassurent : il n’y aura bientôt plus que des experts industriels, et alors...

votez :
par PetitChat (IP:xxx.xx7.246.73) le 14 février 2008 à 00H01

Qu’il y ait un lien entre aluminium et Alzheimer, oui, mais de la a dire que c’est a cause de l’eau du robinet c’est un peu gros. Il y certainement de l’aluminium dans l’eau du robinet, mais on en trouve partout ailleurs, et notamment dans les vaccins, mais etrangement on n’en parle jamais.

votez :
par Estelle Vereeck (IP:xxx.xx3.176.186) le 23 février 2008 à 16H25

Il y a une autre source d’aluminium dont on ne parle jamais, c’est celle provenant des implants dentaires. L’alliage en titane employé contient de l’aluminium à hauteur de 6% environ.

Or aucun alliage n’est stable en bouche. La corrosion au contact de la salive libère des ions aluminium qui sont ingérés et diffusent dans les tissus alentours comme expliqué ici : http://www.holodent.com/article-155...

Voilà une source permanente d’aluminium dont il faudrait peut-être se préoccuper.

votez :
(IP:xxx.xx6.79.139) le 5 mars 2008 à 12H02

Il y a un truc qui m’échappe. "Au-delà de 100 mg/l l’eau potable deviendrait un co-facteur de la maladie d’Alzheimer." " il semblerait qu’en France ce taux soit très variable selon les régions et dépasserait régulièrement les 0,2."

Même si en France le taux est à 1, cela fait 100 fois moins que le taux pour lequel la présence d’aluminium est un danger, non ?

votez :
par ville35 (IP:xxx.xx0.171.190) le 31 mars 2008 à 00H39

Il y a très longtemps, j’ai lu un article dans Que Choisir sur les dangers de l’aluminium. Comme tout le monde, victime du marketing, je mettais consciencieusement mon déodorant tous les jours. A la suite de cette lecture j’ai entièrement arrêté. Je me lave au savon d’Alep et je n’ai plus besoin de déodorant. Je vivais bien sans les déodorants avant, je vis encore mieux maintenant que je les ai supprimés... Je me croyais intelligent alors que je n’étais qu’un pion manipulé en permanence par les "experts" par l’entremise des médias. Experts jamais condamnés malgré leurs responsabilités dans tous les dossiers : amiante, sang contaminé, hormone de croissance, décès de nombreuses femmes du cancer du sein qui leur avaient confiance .... Maintenant, on apprend que l’on trouve de l’aluminium dans l’eau dite "potable" du robinet. Tout cela va encore augmenter les rendements des cliniques et hôpitaux privés au profit de leurs actionnaires.

votez :
(IP:xxx.xx3.78.126) le 17 septembre 2008 à 08H25

I support author’s viewpoint, hoped that will have later also more better articles, [url=http://c]gucci shoes[/url] [url=http://www.ptsell.com]Nike[/url] [url=http://www.ptsell.com]UGG Boots[/url] [url=http://www.ptsell.com]Sunglasses[/url] [url=http://www.ptsell.com]Polo[/url] [url=http://www.ptsell.com]Abercrombie Fitch[/url] [url=http://www.ptsell.com]Handbag[/url] [url=http://www.ptsell.com]Ed Hardy[/url] [url=http://www.ptsell.com]bags[/url] [url=http://www.ptsell.com]LV LouisVuitton[/url] [url=http://www.ptsell.com]Chloe[/url] [url=http://www.ptsell.com]Balenciaga[/url] [url=http://www.ptsell.com]Burberry[/url] [url=http://www.ptsell.com]Chanel[/url] [url=http://www.ptsell.com]Gucci[/url] [url=http://www.ptsell.com]Fendi[/url] [url=http://www.ptsell.com]Hermes[/url] [url=http://www.ptsell.com]Coach[/url] [url=http://www.ptsell.com]Christian Dior[/url] [url=http://www.ptsell.com]Prada[/url] [url=http://www.ptsell.com]YSL[/url] [url=http://www.ptsell.com]Jimmychoo[/url] [url=http://www.ptsell.com]Dolce&Gabbana[/url] [url=http://www.ptsell.com]Marc Jacobs[/url] [url=http://www.ptsell.com]Barbarabui[/url] [url=http://www.ptsell.com]Miumiu[/url] [url=http://www.ptsell.com]Versace[/url] will read the first time, thank !

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx4.24.213) le 22 septembre 2008 à 09H08

Allez, encore un petit coup pour la route........

LE MERCURE DES AMALGAMES DENTAIRES, L’UN DES PRINCIPAUX FACTEURS ETIOLOGIQUES DE LA MALADIE D’ALZHEIMER ? Marie GROSMAN1 et André PICOT2

Marie Grosman et André Picot Juin 2007

SOMMAIRE

8. Conclusion : l’exposition au mercure dentaire semble bien être un des principaux facteurs étiologiques de la maladie d’Alzheimer. ........................... 11

1 Agrégée de l’Université en sciences de la vie et de la Terre 2 Toxicochimiste, Directeur de recherche honoraire au CNRS

Alors, c’est l’aluminium ou c’est le mercure ?? Allez, y en aura pour tout le monde !!!

votez :
par ibtissem (IP:xxx.xx1.113.219) le 30 octobre 2008 à 10H21

www.sourir_fleur@hotmail.fr

votez :
par Annie Demers (IP:xxx.xx9.135.173) le 25 février 2009 à 19H14

Beaucoup de gens parlent de filtres ici, mais ont oublié de penser à nettoyer ceux du corps humain ! J’en ai fini d’avoir peur de tout ce qui se retrouve dans notre environnement, ils sortent chaque semaine une nouvelle toxique pour semer de nouvelles peurs en nous. Donc je préfère y aller en comptant sur ce que mon corps peut faire pour éliminer efficacement les négligences de l’homme.

Je lisais justement il y a quelques minutes un E-Book http://www.encyclogoji.com/content/...

sur les causes possibles de l’Alzheimer et un moyen simple de s’en prémunir grâce à un petit fruit chinois, le Goji sous forme séchée qu’on peut se procurer apparemment ici : http://www.buygojifruits.com

Je vous le partage, au cas où ça intéresserait quelqu’un en guise de prévention ou de soins de l’appareil nerveux qui pourrait très efficacement accompagner les médicaments prescrits. D’ici à ce que la recherche trouve enfin qqch pour soigner définitivement cette terrible maladie qui vole progressivement notre personnalité. :(

votez :
par damien (IP:xxx.xx2.77.176) le 4 avril 2009 à 17H57

Je pense que tout ce qui n’est pas naturel peut être un facteur de cancer : télé, portable, radio, ondes, cigarette, etc. damien rédacteur du site ioniseur PS : difficile de tous vivre dans la forêt loin de tout ça... :)

votez :
par Cyann48 (IP:xxx.xx9.159.116) le 4 février 2011 à 16H09

Je voudrais savoir si l’Alun (ou sulfate d’alumine)qu’on trouve comme déodorant bio est toxique ?

Par ailleurs je voudrais témoigner contre l’emploi de l’aluminium dans la restauration. En effet pendant une vingtaine d’années, mes parents âgés se sont fait porter chez eux des repas servis dans des boîtes d’aluminium. On leur faisait réchauffer au four dans la boîte, comme c’était copieux, le reste était ensuite gardé au réfrigérateur et reservi le soir... et le lendemain, cela recommençait. Mes parents sont maintenant décédés depuis quelques années, l’un d’Alzheimer, l’autre de Parkinson... 2 formes d’atteinte du système nerveux central. Auparavant, jamais personne dans ma famille n’a été atteint de l’une ou l’autre maladie, et mes grands-parents et autres sont morts âgés. Il est vrai que mes parents sont aussi de la génération qui a cuisiné avec les casseroles et cocotte minute en alu, avant la propagation de l’inox.

votez :
(IP:xxx.xx1.9.226) le 21 avril 2011 à 13H38

L’aluminium est aussi présent dans l’air......... Levez les yeux vers le ciel et vous verrez : les jolis épandages (= chemtrails). Renseignez-vous ! J’essaie justement de trouver un lien entre l’inhalation d’aluminium et ses conséquences sur le cerveau (pertes de mémoire, baisse de la vivacité,...). Le manque de réactivité de la population française depuis quelques années pourrait selon moi trouver son origine là-dedans. "le manque de curiosité" trouvé dans une étude sur les rats m’encourage à continuer mes recherches !

votez :
(IP:xxx.xx9.216.201) le 18 octobre 2011 à 16H31

Sabatini revealed nike shoxhe next may hold a news nike shox shoesconference of external exposure bologna team and kobe Bryant team of the negotiation process.

votez :
par leoleo (IP:xxx.xx8.249.113) le 26 octobre 2012 à 18H39

dans les maladies déclenchées par l’aluminium, il y aussi la fibromyalgie. J’ai été moi-même intoxiquée par une vaccination excessive ( pour cause de problèmes de santé ), et j’ai vu ma forme physique et mentale diminuer inexorablement d’années en années... Au point, à 27 ans, d’avoir autant de force et de mémoire qu’une vieille femme... problème d’hypersensibilité, concentration, mémoire immédiate qui fait défaut, mouvements involontaires des membres au moment de dormir, troubles quotidiens de la digestion, nausées, intolérances alimentaires, insomnies, migraines, fatigue intense et permanente.... le médecin me disait que c’était dans ma tête et que ferai mieux d’aller voir un psy, ce que je n’ai jamais fait. ( depuis quand le psychosomatique fait vieillir puissance dix de cette manière ? ) Jusqu’à ce que je découvre le pot au roses : l’intoxication à l’aluminium par le biais des vaccins. Or mes symptômes se sont déclarés suite à un vaccin il y a 5 ans et ont empiré aux suivants... Je suis aujourd’hui une cure de détoxification, j’en ai pour des mois, mais déjà je retrouve la santé, et surtout mes aptitudes mentales ! Je mémorise de nouveau sans effort et les migraines se sont évanouies... Donc OUI l’intoxication à l’aluminium est un problème grave, et OUI, on peut en tomber malade bien avant 70 ans !!! Un nombre considérable de gens contracte la fibromyalgie, en plus d’intolérances alimentaires graves ( l’intolérance au gluten et à la caséine fait partie des symptômes de l’intoxication aux métaux lourds) parfois très jeunes, et on les condamne en leur disant que c’est à vie et qu’on ne peut rien faire pour eux ! Très peu d’informations sont disponibles à ce sujet, et rares sont ceux qui les trouvent et peuvent ainsi se soigner !

votez :
par ODALU (IP:xxx.xx1.38.225) le 13 mars 2013 à 02H11

Regarder Arte en direct PLANETE ALU rediffusion Mercredi 20 mars 2013 Sur Arte à 10:00 Rediffusion de l’émission "PLANETE ALU" de ce mardi AUCUN DOUTE...Les filtres a base d’aluminium sensés épurer l’eau la contamine...Seul Paris intra- muros vient d’adopter des filtres différents ...

votez :
par Livet (IP:xxx.xx1.56.112) le 13 mars 2013 à 14H18

sur : http://alzheimers.org.uk/site/scrip...

société Alzheimer UK, on trouve : " A number of environmental factors have been put forward as possible contributory causes of Alzheimer’s disease in some people. Among these is aluminium. There is circumstantial evidence linking this metal with Alzheimer’s disease, but no causal relationship has yet been proved. As evidence for other causes continues to grow, a possible link with aluminium seems increasingly unlikely. This factsheet looks at the circumstantial evidence and current medical and scientific views. "

Mais ce sont des experts, et il faut se méfier des experts...Mieux vaut des experts autoporclamés...

votez :
par Livet (IP:xxx.xx1.56.112) le 13 mars 2013 à 14H31

On trouve sur : Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail : " L’aluminium cause-t-il la maladie d’Alzheimer ?

Le rôle de l’aluminium dans la maladie d’Alzheimer est matière à controverse. La maladie d’Alzheimer, la cause la plus fréquente de démence sénile, est une maladie incurable et mortelle. Elle commence par un déficit de la mémoire d’apprentissage et, en progressant, atteint toutes les fonctions intellectuelles notamment celles du jugement, du calcul mental et du langage.

À l’autopsie, on constate que le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer contient une concentration élevée d’aluminium, métal qu’on ne retrouve pas dans les tissus cérébraux sains. Les chercheurs ignorent comment l’aluminium parvient jusqu’aux tissus cérébraux. On a comparé la concentration d’aluminium mesurée dans les tissus cérébraux de malades et dans ceux de sujets témoins de même âge : aucune différence n’a été observée entre les deux groupes, ce qui pourrait signifier que l’augmentation de la concentration d’aluminium est un phénomène associé au vieillissement. Des expériences effectuées sur des animaux prouvent que l’aluminium a une action toxique sur le système nerveux, mais la dégénérescence des neurones observée chez les sujets animaux diffère de ce qu’on voit chez les humains. Les personnes souhaitant en savoir davantage sont priées de se reporter au profil chimique de la poudre d’aluminium.

L’aluminium entraîne une dégénérescence neuronale chez le lapin, le chat et le chien. En effet, lorsqu’on injecte des sels d’aluminium directement dans le cerveau de ces animaux, on observe un déficit de la mémoire d’apprentissage, un ralentissement général et une perte de la curiosité. Ce tableau rappelle de façon frappante certaines manifestations de la maladie d’Alzheimer. Toutefois, la dégénérescence neuronale n’est pas la même que dans la maladie d’Alzheimer.

En somme, on ignore encore ce qui cause la maladie d’Alzheimer, et rien de vraiment certain ne permet de lier cette maladie à l’exposition à l’aluminium. "

votez :
par Livet (IP:xxx.xx1.56.112) le 13 mars 2013 à 14H37

sur le site de "doctissimo :

"Suite à la multiplication d’articles parus dans la presse sur une éventuelle incidence sur le cancer du sein des sels d’aluminium, un groupe d’experts a été constitué pour analyser, durant 6 mois, toutes les études scientifiques parues sur le sujet1. Selon leurs résultats, nombre d’entre elles étaient peu rigoureuses dans leur méthodologie et/ou n’apportaient pas de réponses aux questions posées.

En 2008, les experts ayant publié dans le Bulletin du Cancer rappelaient "que le niveau de preuve des études est globalement faible. (…) Aucune ne prend en compte les facteurs confondants, les facteurs de risque actuellement connus du cancer du sein, ainsi que les éléments biologiques déterminants tels que les récepteurs hormonaux". Selon les auteurs, les études à charge n’ont pas du tout tenu compte de l’hygiène de vie des sujets témoins, de leur patrimoine génétique… "

Lire le reste sur : http://www.doctissimo.fr/html/beaut...

votez :
par Livet (IP:xxx.xx1.56.112) le 13 mars 2013 à 14H51

http://www.cancer.org/cancer/cancer...

C’est la socité américaine d elutte contre les cancers !

On lit : "Antiperspirants and Breast Cancer Risk The claims :

For a while now, an email rumor has suggested that underarm antiperspirants cause breast cancer. Among its claims are that :

Underarm shaving allows cancer-causing substances in antiperspirants to be absorbed through razor nicks. These substances are said to be deposited in the lymph nodes under the arm, which are not able to get rid of them by sweating. This causes a high concentration of toxins, which leads to cells mutating into cancer. Most breast cancers develop in the upper outer quadrant of the breast because that area is closest to the lymph nodes exposed to antiperspirants. (Think of the breast as a circle divided by vertical and horizontal lines that cross at the nipple. Each of the 4 sectors you divide the breast into is called a quadrant. The upper outer quadrant of each breast is the part closest to the arm pit.) Men have a lower risk of breast cancer because they do not shave their underarms, and their underarm hair keeps chemicals in antiperspirants from being absorbed.

All of these claims are largely untrue.

Answers to frequently asked questions about antiperspirants Do antiperspirants increase a person’s risk of breast cancer ?

There are no strong epidemiologic studies in the medical literature that link breast cancer risk and antiperspirant use, and very little scientific evidence to support this claim.

In fact, a carefully designed epidemiologic study of this issue published in 2002 compared 813 women with breast cancer and 793 women without the disease. The researchers found no link between breast cancer risk and antiperspirant use, deodorant use, or underarm shaving.

A study published in 2003 looked at responses from questionnaires sent out to women who had breast cancer. The researcher reported that women who were diagnosed with breast cancer at a younger age said they used antiperspirant and started shaving their underarms earlier and shaved more often than women who were diagnosed when they were older. But the study design did not include a control group of women without breast cancer and has been criticized by experts as not relevant to the safety of these underarm hygiene practices.

Probably, in general, younger women are more likely than older women to shave their underarms and use antiperspirants, whether or not they develop breast cancer later. For instance, most women born in the 1950s and 1960s may have started shaving earlier and using antiperspirants more often than women born in the 1930s and 1940s. Many women may also shave and use antiperspirants less often as they get older. These are more likely explanations of the researcher’s findings than the suggestion that these practices cause cancer. Of note, the study asked about underarm products that the women were using at the time the questions were answered, not what they used before they developed breast cancer."

MAIS CE NE SONT QUE DES SCIENTIFIQUES QUI PA1RLENT LA !

Les Auteurs deSanté
Gilbert Spagnolo dit P@py - 22 articles
Sylvie Simon - 58 articles
Marc Girard - 20 articles
insaecula - 10 articles
çaDérange - 299 articles
Béatrice de Reynal - 209 articles
Koryneva - 1 articles
Biosphère Blog - 57 articles