NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Cancer du poumon:Après les goudrons, le CO2.

Article publié le 2 avril 2009

Cancer du poumon:Après les goudrons, le CO2.

On a tacitement admis que la cigarette était responsable pour l’homme de 85 à 95 pct des cancers du poumon du fait des goudrons cancérigènes que la combustion du tabac provoquaient.Il y a en effet une quarantaine de composés cancérigènes dans la fumée d’une cigarette. La nicotine, elle, est un alcaloïde présent en quantité importante dans la feuille de tabac, qui n’a pas de caractère cancérigène en tant que tel mais qui a l’inconvénient de produire une addiction au tabac. D’où les efforts(?) fait pour en diminuer la concentration dans les cigarettes.

On vient de s’apercevoir qu’on ne s’était pas beaucoup intéressé au principal composant de la fumée de cigarette, comme de toute combustion, le CO2 ou gaz carbonique.Or malgré la diminution des goudrons produits par les cigarettes "lights" qui en ont divisé par 3 ou 4 la teneur dans la fumée,on n’a pas observé pour autant une diminution corrélative du taux de mortalité de ce cancer ;

D’ou des expériences pour vérifier sur la souris l’effet du CO2. Et effectivement elles ont montré qu’ une forte teneur en CO2 de l’air inhalé produit une inflammation pulmonaire avec une hyperproduction de mucus et une hyper réactivité des bronches. Or l’inflammation chronique des bronches est reconnue comme un facteur qui favorise le développement du cancer. Par ailleurs on trouve bien dans la fumée de cigarettes une concentration très forte en CO2, quatre à cinq cent fois celle de l’air ambiant. Ca n’a rien d’anormal puisque toute combustion de quelque composé carboné que ce soit,se traduit par l’émission de gaz carbonique et d’eau. Par contre, de ce fait, on ne peut pas l’enlever ou le diminuer ;

Moralité, ce qui est dangereux, quel que soit le mode d’action sur le corps humain, c’est l’inhalation répétée de fumée quelle que soit sa provenance. Avis aux amateurs de barbecue et de feux de cheminée. 

Thèmes

CO2 Cancer

Bookmark and Share
38 votes

commentaires
votez :
par zygomar (IP:xxx.xx4.129.214) le 2 avril 2009 à 10H21

"D’ou des expériences pour vérifier sur la souris l’effet du CO2. Et effectivement elles ont montré qu’ une forte teneur en CO2 de l’air inhalé produit une inflammation pulmonaire avec une hyperproduction de mucus et une hyper réactivité des bronches. Or l’inflammation chronique des bronches est reconnue comme un facteur qui favorise le développement du cancer"

>>> Ce qui serait bien, ce serait de donner la ou les références de ces études afin que l’on puisse se faire une idée personnelle de la signification de ces résultats.

votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 12 avril 2009 à 17H16

Puisque ÇaDérange ne se dérange pas, je me dérange à sa place : http://www.arc.asso.fr/Actualites/a...

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx4.163.65) le 16 avril 2009 à 18H58

Je vous remercie pour le lien mais il s’agit d’un commentaire de l’ARC que l’on ne peut pas considérer comme une entité objective en l’occurrence. Je préfère avoir accès à l’article publié par les auteurs eux-mêmes mais je n’ai pu accéder qu’au (médiocre) résumé publié par le journal scientifique. Celà ne permet pas de se faire une idée objective et utile de la valeur de leur papier. On ne connaît pas le protocole suivi. On ne sait pas comment et pourquoi les concentrations en CO2 ont été sélectionnées, pas plus que la durée d’exposition. Par contre il semblerait (je n’ai pas eu le temps de vérifier) que le CO2 soit toxique à partir de 5% or les auteurs ont exposé les souris (on ne sait pas dans quelles conditions techniques) à des concentrations allant jusqu’à 15% (à concentration en O2 constante quand même !!). On ne sait pas ce que représentent ces concentrations de 5 ; 10 et 15% par rapport à celles auxquelles sont réellement exposés les fumeurs. On ne sait pas si des témoins "négatifs" ((animaux exposés aux mêmes concentrations que les fumeurs) ont été utilisés à titre de référence. Conclusion, ce genre de travail mérite d’être dupliqué avant de pouvoir en tirer des conclusions fermes (à moins que le papier complet réponde à ces interrogations).

votez :
par mathieu hangue (IP:xxx.xx1.196.141) le 5 avril 2009 à 14H42

Prochain scoop de Ca dérange :

"Lors d’expériences pour vérifier sur la souris l’effet du CO2, on a montré qu’une teneur excessive en CO2 de l’air inhalé produit la mort des souris et donc une forte baisse du taux de cancers."

Donc pour guérir le cancer....

MH

votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 12 avril 2009 à 17H18

votre humour m’échappe

votez :
par andydrew (IP:xxx.xx4.152.102) le 8 avril 2009 à 11H14

Si cette stupidité avait été publiée le 1er avril, nous aurions bien ri !!!

Mais là, franchement, c’est à pleurer...

votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 12 avril 2009 à 17H18

vous pourriez développer ?

votez :
par andydrew (IP:xxx.xx4.148.253) le 8 avril 2009 à 17H03

Edité un 1er avril, cet article nous aurait beaucoup fait rire...

Mais là, franchement, on touche le fond !!!

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx0.241.98) le 16 avril 2009 à 16H45

"...Or malgré la diminution des goudrons produits par les cigarettes "lights" qui en ont divisé par 3 ou 4 la teneur dans la fumée,on n’a pas observé pour autant une diminution corrélative du taux de mortalité de ce cancer..."

>> Il a été montré que les fumeurs de cigarettes "light", c’est à dire "allégées" en goudron fumaient au moins deux fois plus et qu’ils "tiraient" plus fort et plus rapidement sur leurs cigarettes que lorsqu’ils fument/fumaient des cigarettes "normales" et ce pour obtenir les mêmes effets "pharmacologiques" que ceux obtenus avec les cigarettes "normales" et que dans ces conditions ils inhalaient au moins autant si ce n’est plus de goudrons et autres substances (et même peut être d’autres substances n’apparaissant pas dans les conditions "normales" car dans le cas des cigarettes "légères", la température de combustion est supérieure à celle de la combustion survenant dans les cigarettes "normales"). Ceci pouvant peut être expliquer celà ou en tout cas représenter un facteur intervenant dans l’absence de différences dans l’incidence des néos broncho-pulmonaires.

Les Auteurs deSanté
Gilbert Spagnolo dit P@py - 22 articles
Sylvie Simon - 58 articles
Marc Girard - 20 articles
insaecula - 10 articles
çaDérange - 299 articles
Béatrice de Reynal - 209 articles
Koryneva - 1 articles
Biosphère Blog - 57 articles