NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Nous n'en avons pas fini avec Fukushima

Article publié le 6 mars 2012

Nous n'en avons pas fini avec Fukushima

Selon une étude parue en décembre 2011 dans l’International Journal of Health Services, plus de 14 000 décès aux États-Unis seraient liés aux retombées radioactives de la catastrophe des réacteurs nucléaires de Fukushima. Les auteurs, Joseph Mangano épidémiologiste et directeur exécutif du projet Radiations et Santé Publique et Janette Sherman médecin et toxicologue estiment que les 14 000 décès d’Américains dans les 14 semaines après les fusions des réacteurs de Fukushima, soit entre le 20 mars et le 25 juin, peuvent se comparer aux 16 500 décès dans les 17 semaines après la fusion de Tchernobyl en 1986.

Après l’arrivée des retombées de Fukushima sur le territoire américain, les morts rapportées aux centres de contrôle et de prévention des maladies ont augmenté de 4,46 % par rapport à la même période de 2010. Cette augmentation des décès rapportés après Fukushima a surtout été constatée chez des enfants américains de moins d’un an. Exactement 6 jours après la fusion des 4 réacteurs, (donc le 17 mars) des scientifiques ont détecté un nuage de retombées toxiques au-dessus des plages américaines, et l’Agence américaine de Protection de l’Environnement a constaté aux États-Unis des niveaux de radioactivité de l’air, de l’eau et du lait bien supérieures aux normes. Alors que la norme est environ de 2 picocuries d’iode-131 par litre d’eau, les taux relevés dans les précipitations ont varié suivant les régions, entre 92 et 390. Joseph Mangano a déclaré : « Cette étude des risques sanitaires liés à Fukushima est la première à être publiée dans un journal scientifique. Elle ne fait qu’augmenter l’inquiétude et suggère fortement de continuer des études de santé pour comprendre le réel impact de Fukushima au Japon et autour du monde. Les découvertes sont importantes pour le débat actuel sur la construction de nouveaux réacteurs et combien de temps on doit conserver les réacteurs vieillissants en service. »

5832854745_3d6e570cda.jpg

Quant au Dr Janette Sherman, elle a expliqué : « En se basant sur notre recherche en cours, le comptage réel des décès ici peut atteindre 18 000 personnes, si on ajoute comme cause de décès les grippes et les pneumonies qui ont quintuplé durant la période en question. On a vu des morts dans toutes les tranches d’âge, mais nous continuons à réaliser que les petits enfants sont plus durement touchés car leurs tissus se multiplient rapidement, ils ont des systèmes immunitaires moins développés et les doses de radio-isotopes sont proportionnellement plus importantes que pour les adultes. »

Le Dr Sherman est professeur adjoint à l’université du Michigan et co-auteur de « Tchernobyl – conséquences d’une catastrophe pour les gens et l’environnement », publié en 2009 par l’Académie des Sciences de New York. 

Thèmes

Nucléaire

Bookmark and Share
5 votes

commentaires
votez :
par gane djiva (IP:xxx.xx6.8.145) le 7 mars 2012 à 16H45

En France on ne risque pas d’avoir ça vu que les nuages radioactives de Tchernobyl se sont arrêté à nos frontières,ceux de Fukushima s’arrêteront sur l’océan l’atlantique(les nuages radioactives ont peur de rentrer en France).En France on nous dira la vérité que dans 20 ans,quand ça sera trop tard.

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 7 mars 2012 à 20H58

Vu que les japonnais (qui sont trés largement au premières loges)s’en prennent vraiment plein la gueule, s’il y a réellement eu 14000 morts aux US, il devrait y avoir quelques millions de morts au japon ! Vu que les japonnais n’ont pas spécialement l’air de tomber comme des mouches, faudra qu’on nous explique comment la catastrophe aurait plus d’impact au US qu’au japon alors qu’ils n’ont reçu qu’une infime partie de la pollution...

Il serait intéressant que les auteurs de cette brillante "étude" ajoutent aussi les effets de la radioactivité naturelle à leur calcul... Ils pourraient ainsi prouver que la radioactivité tue des centaines de milliards d’individus sur terre.

Ils n’auront plus ensuite qu’a nous expliquer ou ils les trouvent, ces centaines de milliards de morts, et on pourra les croire...

Complètement ridicule !

votez :
par Larirette (IP:xxx.xx3.221.126) le 8 mars 2012 à 18H03

Cet article de Magano et Sherman est une fraude basée sur des données et des statistiques bidonnées !! Ces deux auteurs sont coutumiers du fait !! Il suffit de taper leurs noms dans Google pour trouver toute une série d’articles qui démontent leur "business" de la peur !

votez :
(IP:xxx.xx1.13.245) le 8 mars 2012 à 20H36

@ Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 7 mars 2012 à 20H58 : Bonsoir, Vous écrivez : " s’il y a réellement eu 14000 morts aux US, il devrait y avoir quelques millions de morts au japon ! " ...Et bien ça je ne le crois pas.

Il y a des susceptibilités individuelles qui existent et des personnes qui ne meurent pas comme avec tous les produits toxiques. Les courbes de mortalité / aux doses ne sont pas linéaires. Dans les articles, on trouve les Doses Létales zéro, 50 et 100 souvent ; La DL0 (c’est à dire où personne ne meurt rats ou souris), la dose où 50% meurt et la dose 100 où tout le lot meurt. Les doses sont parfois très très différentes. De plus, ici je fais mention de la mortalité immédiate mais il y a aussi la toxicité à long terme qui peut aussi entraîner la mort comme l’amiante, le vioxx ou le médiator je crois.

On peut aussi écrire qu’on n’est pas tous pareils. Pour les maladies comme la peste et bien tous les charitables soit tous les désignés d’office pour ramasser les corps dans les maisons ne meurent pas forcément...et ils peuvent donc avoir des descendants.

Ceci se constate aussi sur les résultats des essais en double aveugle pour les médicaments....On ne peut prétendre améliorer au maximum que 40% des malades avec un médicament ’performant’ pour une maladie diagnostiquée par un professeur spécialiste de cette maladie.

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 9 mars 2012 à 20H43

@(IP:xxx.xx1.13.245) Bonsoir,

Vous avez parfaitement raison concernant la réaction différente d’un individu à l’autre aux doses léthales. Certains résistent beaucoup mieux que d’autres. C’est pourquoi on associe au doses un taux de survie : A la DL100 (8Sv), sans suivi médical, presque tout le monde meurt, à la DL50(4Sv), la moitié survivent, etc etc.

Cepandant lorsque vous augmentez les doses, vous avez toujours plus de morts. Je ne crois pas que la résistance des japonais soit largement supérieure à celle des américains. Donc si le nuage aprés s’être largement dissipé aurait réussi a tuer un grand nombre de personnes aux US, il devrait y avoir beaucoup plus de morts au Japon, ou l’exposition est des milliers de fois plus élevée.

On sait que l’exposition à de fortes doses reçues brutalement est détectable statistiquement jusque à environ 0.2Sv (0.1 pour les enfants).En dessous c’est théorique selon la RLSS, mais pas prouvé ni constaté. On est trés loin de ça y compris au japon hors zone interdite. Seuls les ouvriers travaillant à le centrale sont concernés. Donc l’article ci dessus,...

Pour les faibles doses reçues de manière lente, aujourdhui, il est beaucoup plus difficile de tirer des conclusions. L’extrapolation par la RLSS ne se vérifie pas non plus dans la pratique. On peut dépasser des doses cumulées de plusieurs dizaine de Sv pour des habitants de certains quartiers(C’est le cas dans certains lieux trés radioactifs)sans détecter d’anomalie significative du taux de maladies en rapport avec les quartiers voisins beaucoup moins exposés.

Coté scientifiques, il se dégage trois tendances sur les faibles doses :
- ceux qui croient quand même à la RLSS (principe de précaution)
- ceux qui croient à la relation quadratique.
- ceux qui croient à l’hormésis.

Les premiers ne sont ceux qui travaillent en radioprotection, les autres sont des toubibs spécialisés qui pratiquent la médecine nucléaire, étudient le radon... Pour ma part, je ne serais pas surpris que la vérité soit un savant mélange des deux dernières, selon certaines conditions... Bonne soirée.

votez :
(IP:xxx.xx1.13.245) le 10 mars 2012 à 11H27

@ Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 9 mars 2012 à 20H43 : Je n’oublie pas que certains médecins utilisent la radioactivité par homéopathie pour compléter vos "trois tendances sur les faibles doses".

La pérennité de cette utilisation tend à indiquer qu’il y a peut être quelque chose à en tirer pour une étude scientifique sérieuse et non bidouillée ? Même si cela en révulse beaucoup....

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx5.64.43) le 12 mars 2012 à 00H53

@(IP:xxx.xx1.13.245) le 10 mars 2012 à 11H27

Bonsoir,

Les doses "homéopathiques" sont liées à la thèse de l’hormésis. Dans les deux autres théories, la radioactivité n’emmène aucune amélioration, même à très faible dose.

En fait l’effet hormésis est connu depuis très longtemps, au moins l’époque des romains. Ils avaient repéré les bienfaits des cures thermales,... On n’a rien découvert de plus si ce n’est que ces lieux sont nettement plus radioactifs que la normale !

votez :
(IP:xxx.xx1.157.170) le 14 mars 2012 à 10H24

@ Hervé (IP:xxx.xx5.64.43) le 12 mars 2012 à 00H53:Bonjour, Vous écrivez :"Les doses "homéopathiques" sont liées à la thèse de l’hormésis.", je vous laisse cette possible vérité. Elle ne contredit pas les travaux du Doyen de la faculté de pharmacie de Lille qui voulait prouver que l’homéopathie était de la fumisterie. Sa femme a avoué qu’il dormait à la fin de ses expériences avec la clé de ses salles de labo attachées à sa personne et que la vie familiale était "très difficile". Des larmes emplissaient ses yeux !...Les lots de rats qui vivaient avec des doses mortelles, car traités par homéopathie, n’étaient pas acceptés !Les lots non traités par homéopathie disparaissaient.

Il en a fait lui même sa confession publique devant ses étudiants et le départ de ses confrères.

Je pense que les organismes vivants sont plus simples que cela et que les doses mortelles pour un individu ne sont pas prêtes à être publiées...La médecine n’en est qu’à ses tous débuts ET il semble que l’industrie nucléaire déjà empêtrée dans des mensonges ne s’en soucie pas trop.

Ce que j’ai trouvé c’est qu’il existe une dose mortelle (même avec l’eau pour nous), si l’on diminue la quantité une dose que les corps acceptent et donc la vie continue et parfois est facilitée par l’absorption de ces doses (toujours l’eau et les aliments par ex.). Si l’on diminue encore la concentration, une dose "active" arrive de nouveau. Pour certains produits avec une réaction immédiate et avec d’autres produits avec une réaction à long terme (15 jours à 1 mois ou plus) de prise de ces très faibles doses agitées très énergiquement. Les homéopathes parlent de dynamisation et de pathogénésies homéopathiques.

votez :
par Yves Ducourneau (IP:xxx.xx5.145.48) le 9 mars 2012 à 22H04

Hervé de 20h58 : les vents ont emmené le nuage vers l’est, autrement dit vers l’océan, jusqu’à rejoindre les États-Unis 6 jours après (comme indiqué par l’article). Si le vent avait été dirigé nord-sud, le résultat aurait été cataclysmique pour le Japon. Le vent s’est cependant parfois orienté un peu plus au sud, à l’époque, mais ce n’était pas les tous premiers jours. On trouve des tâches de radioactivité (façon tâches de léopard) jusqu’à Tokyo. Cela étant, une étude équivalente au Japon serait nécessaire pour que l’on puisse réellement comparer.

Pour votre deuxième argument, la raison est tout simplement que la radioactivité naturelle est infiniment plus faible que celle d’un réacteur nucléaire. Tout est question de dose.

Cette étude importante devrait être abondamment reprise dans les grands médias. Pourtant, je ne l’y ai pas vue une seule fois. Les journalistes dorment-ils ? Par ailleurs, l’inquiétude reste grande pour les japonais de la région concernée, surtout les enfants, et on peut craindre que les autorités japonaises ne se dépêchent pas de publier les chiffres, toute occupée qu’elle est à rassurer son opinion publique.

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx5.64.43) le 12 mars 2012 à 01H28

@Yves Ducourneau (IP:xxx.xx5.145.48) le 9 mars 2012 à 22H04

Bonsoir,

Oui, le nuage a atteint les USA, mais il s’est fortement dilué en chemin. D’ailleurs, les niveaux de radioactivité annoncés dans l’article sont bas. Même si on prend le chiffre le plus gros (390 picocurie), c’est nettement inférieur à la radioactivité naturelle de la nourriture que vous mangez tous les jours. Par ex. un litre de lait, c’est 1500 picocuries rien qu’en potassium, manger une banane, env 500 picocuries...

Les normes sanitaires sont fixées élément par élément et sont extrêmement basses, très loin du seuil de dangerosité. Les dépasser quelques jours ne pose absolument aucun problème.

La radioactivité artificielle d’un réacteur est bien entendu extrêmement élevée, mais si vous la diluez sur l’échelle de la planète, c’est faible comparativement à la radioactivité naturelle.

En principe nos médias sont très friands d’infos comme cela pour raconter des salades sur l’énergie nucléaire, mais là c’est tellement gros et évident que c’est une bêtise, qu’ils y perdraient toute crédibilité.

votez :
par gerard (IP:xxx.xx8.104.24) le 12 mars 2012 à 04H45

Hervé ! votre terminologie scientifique m’éblouis d’un coup, pour ne pas dire m’éclabousse ! Puisque vous en êtes à étaler des chiffres, pourriez vous nous dire combien d’éléments ont étés rajoutés au tableau périodique depuis que l’homme fait joujoux avec l’atome ? Je vous sens bien capable d’affirmer que la radioactivité naturelle n’a pas bougée d’un yotta par rapport à ces temps reculés ou l’homme n’avait que la roue et le bœuf pour faire avancer la charrette ! Je vous sens bien capable d’affirmer aussi que les normes sanitaires n’ont pas du tout été incrémentées depuis ce dernier demi siècle suite aux milliers d’essais réalisés par l’élite bien pensante ! Et oui la vache broute de l’herbe radioactive … Vous dites : En principe nos médias sont très friands d’infos comme cela pour raconter des salades sur l’énergie nucléaire … Mais d’où sortez vous ! Je vais vous dire de quoi sont friands les médias : des dividendes des actionnaire ! Gardez le pour vous personne ne le sais !

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 12 mars 2012 à 21H05

@ Gérard.

Les réactions nucléaires ne sont pas l’invention de l’homme, et de ce fait, la table de Mendeleïev s’est remplie toute seule, bien avant que l’homme existe. L’existence même de l’univers et des diverses matières est le fait de réactions nucléaires. Plus récemment, il y a eu aussi le réacteur naturel d’Oklo.

Il n’est pas exclu non plus qu’il y ait encore de l’activité sous la croûte terrestre, ce qui expliquerait les émanations d’hélium et de xénon des laves volcaniques. (C’est une théorie).

Après les diverses "expériences" ont bien entendu fait augmenter la radioactivité, et ce dés le premier becquerel artificiel, nul ne conteste cela, mais pas beaucoup, (hors certains endroits bien entendu. On les retrouve surtout en Russie, de loin les champions du monde dans cette discipline).

Les vaches ont toujours brouté de l’herbe plus ou moins radioactive, et ce depuis qu’elles existent. Pour la dose ça dépend de l’endroit où elles broutent.

Concernant les normes sanitaires, c’est "l’élite bien pensante" qui les a mises en place et les fait évoluer selon les connaissances. Pour le sens de l’évolution des normes, il faut voir au cas par cas, mais en principe on les a plutôt diminuées durant les dernières décennies. Dans les années 20, on mettait du radium partout pour profiter de ses effets bénéfiques... Ces coutumes ont quelque peu disparues après quelques tragiques abus !

Il ne faut pas confondre la norme sanitaire (très basse) et la tolérance, c’est deux choses différentes, et avec un fossé entre les deux. Si on doit appliquer les normes sanitaires "à la lettre", beaucoup de granits devraient être stocké sous l’appellation "déchet radioactif", il faudrait évacuer pas mal de lieux...

votez :
(IP:xxx.xx3.221.126) le 12 mars 2012 à 18H54

@ Yves Ducourneau

"....Cette étude importante devrait être abondamment reprise dans les grands médias. Pourtant, je ne l’y ai pas vue une seule fois. Les journalistes dorment-ils ?"

====> La raison de ce désintérêt est peut-être là !!!!

par Larirette (IP:xxx.xx3.221.126) le 8 mars 2012 à 18H03

Cet article de Magano et Sherman est une fraude basée sur des données et des statistiques bidonnées !! Ces deux auteurs sont coutumiers du fait !! Il suffit de taper leurs noms dans Google pour trouver toute une série d’articles qui démontent leur "business" de la peur !

votez :
(IP:xxx.xx1.100.26) le 8 mars 2012 à 00H23

En ce moment on devrait commencer à pouvoir tirer des conclusions sur.... tchernobyl.....

votez :
par gerard (IP:xxx.xx8.104.24) le 8 mars 2012 à 06H06

Sylvie Simon ; je voudrais vous remercier d’exister, je pense que vous êtes une journaliste hors normes ! Vos articles, qui nous dévoilent la réalité souvent cruelle, nous prouvent qu’il existe un journalisme à contre courant de l’establishment ! Merci pour votre courage, votre pugnacité et la véracité de vos propos … Puisses mon commentaire relever le niveau de ceux placés plus haut…

votez :
par che (IP:xxx.xx7.89.15) le 10 mars 2012 à 15H33

finement dit !! (gerard

votez :
par Larirette (IP:xxx.xx3.221.126) le 14 mars 2012 à 10H36

@ gerard (IP:xxx.xx8.104.24) le 8 mars 2012 à 06H06

Sylvie Simon ; je voudrais vous remercier d’exister, je pense que vous êtes une journaliste hors normes ! Vos articles, qui nous dévoilent la réalité souvent cruelle,

Sylvie Simon est écrivain et journaliste.

Elle a écrit de nombreux ouvrages sur les phénomènes dits « paranormaux » et l’ésotérisme. Depuis quelques années, elle combat les idées reçues en explorant divers domaines de la science, et consacre la plus grande partie de son activité à militer contre la désinformation en matière de santé et d’écologie, sujets de brûlante actualité. Elle a déjà publié plusieurs essais sur des scandales (sang contaminé, vaches folles, amiante, hormones de croissance, vaccins, etc.).

Depuis son plus jeune âge, Sylvie Simon a compris qu’elle possédait des dons de télépathie, de voyance et de guérison, dons qui lui confirment chaque jour qu’il existe « autre chose » se situant au-delà des perceptions habituelles. Elle a eu également la chance de côtoyer des scientifiques ouverts à la spiritualité qui lui ont permis d’élargir le champ de ses investigations dans le domaine paranormal.

Bibliographie

• Vaccins, mensonges et propagande, 2009 • Autisme et vaccination : Responsable mais non coupable, 2007 • Ce qu’on nous cache sur les vaccins, 2006 • Les 10 plus gros mensonges sur… les vaccins, 2005 • Déjà vacciné ? Comment s’en sortir ?, 2003 • Vaccin anti-hépatite B : Les coulisses d’un scandale, 1997 • Vaccination : L’overdose 1997

2012, le rendez-vous : De la crise à l’avènement d’un nouveau monde, 2009

• L’aspartame : Sucre ou poison ?, 2008

Réincarnation : Quand les expériences rencontrent la science, 2008

• Les 10 plus gros mensonges sur… les médicaments, 2007

Enfants indigo : Une nouvelle conscience planétaire, 2006

La Mémoire de l’au-delà, 2006

Le guide des tarots, 2004

• Le réveil de la conscience : Dialogues sur une nouvelle vision du monde, 2003

Le Tarot pratique, 2003

Voyances remarquables : Les plus grandes prédictions d’hier et d’aujourd’hui, 2003

Arts divinatoires des 5 continents, 1998

• Exercice illégal de la guérison, 1998

Au seuil de l’étrange, 1997

• La nouvelle dictature médico-scientifique : L’emprise des lobbies sur notre santé, 1997

Phénomènes étranges du surnaturel, 1997

• Enquête sur le don de guérir, 1996

• Mathilde, 1993 • Le Couloir, 1991 • Isabella, 1983

Les arts divinatoires, 1983

Des commentaires ?

votez :
par gerard (IP:xxx.xx8.104.24) le 22 mars 2012 à 03H34

Et alors, en quoi cela vous dérange ? Que des scientifiques ou des journalistes soient ouvert à la spiritualité ! Le mot médium vous donne t’il des frissons de peur ? ça ce soigne !

votez :
(IP:xxx.xx9.2.205) le 22 mars 2012 à 09H11

Evidemment, si vous considérez la pratique des "arts" divinatoires, la pratique des tarots,l’ésotérisme, etc, comme de la "spiritualité".... Je ne dénie pas à Mme Simon de se livrer à ses marottes, c’est son droit le plus strict et je le respecte.Mais qu’elle vienne pas ensuite, "forte" de ses "expériences" ésotériques prétendre d’une manière péremptoire nous donner des leçons d’épidémiologie et de statistiques en colportant des ragots fondés sur des tripotages par des "scientifiques" notoirement connus pour leurs publications hautement discutables et discutées par la communauté scientifique internationale.Qu’elle se contente d’explorer l’au-delà et de commercialiser les produits des dites explorations.

votez :
par Philippe (IP:xxx.xx4.84.32) le 30 mars 2012 à 15H59

Vous avez raison, nous n’en avons pas fini avec Fukushima, ni visiblement avec l’ignorance arrogante des scientifiques et l’un est la conséquence de l’autre. C’est une spirale sans fin qui ne s’arrête malheureusement pas à Fukushima. La terre souffre de l’ego des humains et pas la moindre amorce d’un début de compréhension... Ne trouvez vous pas également que les choses se radicalisent ? C’est de plus en plus compliqué d’émettre des avis ou des opinions qui ne sont pas "approuvés et labélisés par le pouvoir"... Aux abris !

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles