NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Maintenir un Japon sans nucléaire : le bras de fer entre le gouvernement et les populations

Article publié le 14 mai 2012

Depuis le 5 mai 2012 à 16 h (23 h au Japon), avec la fermeture du réacteur de Tomari (sur l’île d’Hokkaido), le Japon ne compte plus aucune centrale nucléaire en activité. Cet état est peut-être provisoire, mais l’archipel aura au moins apporté la démonstration qu’un pays industrialisé peut techniquement se passer de cette énergie en un an et quelques mois.

Maintenir un Japon sans nucléaire : le bras de fer entre le gouvernement et les populations


Maintenir un Japon sans nucléaire : le bras de fer entre le gouvernement et les populations

À la suite du tremblement de terre du 11 mars, plusieurs centrales nucléaires japonaises ont été mises à l’arrêt ; tout au long de l’année, d’autres ont été arrêtées pour maintenance. La population et les autorités locales s’opposent à leur redémarrage, car elles sont conscientes du risque qui continue de planer sur le Japon – un nouveau séisme ravageur n’est pas à exclure dans les prochaines années, et la situation à la centrale de Fukushima Daiichi reste très préoccupante, bien loin de toute « reprise de contrôle » contrairement à ce que voudrait faire croire Tepco, en particulier en ce qui concerne la piscine du réacteur n°4 [1]. .

Avec l’arrêt de Tomari, le Japon pourra enfin dire au revoir au nucléaire… même si cet arrêt risque d’être provisoire. Déjà, le gouvernement prévoit de remettre en fonctionnement deux réacteurs de la centrale d’Ohi, dans la préfecture de Fukui, bien que ceux-ci n’aient pas fait l’objet de travaux pour améliorer leur sûreté. Le Premier Ministre espère pour cela obtenir l’approbation des autorités locales d’ici juillet prochain. C’est sans compter sur l’opposition de la société civile japonaise. Plusieurs militants mènent actuellement une grève de la faim devant la centrale d’Ohi et le Ministère de l’Industrie pour que le Japon reste sans nucléaire ; parmi eux, des moines, des femmes de Fukushima, et des intellectuels comme le reporter indépendant Satoshi Kamata, un des initiateurs de la pétition internationale « Adieu au nucléaire ».

Un Japon sans nucléaire, ça peut marcher !

Pour justifier le redémarrage des centrales, le gouvernement et les opérateurs électriques prétextent une pénurie d’électricité imminente, les consommations les plus importantes ayant lieu l’été. Selon le gouvernement japonais, le déficit pourrait atteindre 9 % lors des pics de consommation d’électricité ; selon Kepco (Kansai Electric Power, la société qui exploite la centrale d’Ohi), il pourrait même avoisiner les 16 % dans la région du Kansai. Cependant, pour les associations, ces chiffres ne tiennent pas compte des économies d’électricité réalisables. Pour Aileen Mioko Smith, porte-parole de l’ONG Green Action Japan, les firmes surestiment la consommation estivale à venir et le Japon pourrait passer l’été sans réacteurs et sans pénurie, avec même un supplément d’électricité de 3,5 % [2] !

Cette fermeture définitive des réacteurs pourrait constituer le point de départ pour une politique énergétique d’avenir pour le Japon. Ainsi, selon une étude récente de Greenpeace, un Japon sans nucléaire en 2012 pourrait d’ici 2020 produire 43 % de son électricité à partir des énergies renouvelables, et réduire de 25 % ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990, respectant ainsi ses objectifs internationaux.

Le volontarisme et les économies d’énergie portent leurs fruits

Avant le 11 mars 2011, le nucléaire représentait 28 % de la production d’électricité japonaise. Pour faire face aux arrêts successifs des réacteurs nucléaires pendant l’année écoulée, le Japon a certes recouru à des importations de combustibles fossiles et à des délestages sélectifs [3] ; mais on peut aussi souligner qu’une partie de l’effort a été réalisé grâce aux économies d’énergie. Dès le printemps 2011, des mesures volontaristes ont été adoptées, aboutissant à réaliser 15 % d’économies d’électricité dans les entreprises. Dans la vie de tous les jours, des mesures de sobriété ont été mises en œuvre, dont certaines relevaient du simple bon sens : réduire en partie le (sur)éclairage public, réduire la climatisation et assouplir les codes vestimentaires imposés aux salariés par leurs employeurs, arrêter certains escalators et portes automatiques, supprimer l’éclairage des distributeurs de boissons [4]… Grâce à toutes ces mesures, la pointe de consommation a baissé de près de 18 % sans désagrément majeur pour la population.

Comme nous le montre le Japon, ainsi que d’autres exemples internationaux [5], des mesures volontaristes et simples d’économies d’énergie pour supprimer les consommations inutiles permettent de réduire très rapidement la consommation d’électricité, et donc le nombre de réacteurs nucléaires en activité. Il serait bon que les futurs dirigeants français, qui ne prévoient au mieux que la fermeture de Fessenheim pour les 5 années à venir, tirent de l’exemple japonais les leçons qui s’imposent. N’attendons pas une catastrophe nucléaire pour mettre en œuvre ces mesures en France !

Notes

[1http://fukushima.greenaction-japan.org/2012/05/02/press-release-coalition-sends-urgent-request-for-un-intervention-to-stabilize-the-fukushima-unit-4-spent-nuclear-fuel/

[2http://www.japantimes.co.jp/text/nn20120328a8.html

[3] Arrêt volontaire et provisoire de l’approvisionnement de plusieurs gros consommateurs, pour prévenir un black-out.

[4] Cf « "Setsuden", les mesures d’économie d’électricité au Japon » , article de Jannick Magne paru dans la revue "Sortir du nucléaire" n°52, printemps 2012

[5] Citons l’exemple de la ville de Juneau (Alaska), 31 000 habitants, dont le réseau électrique avait été mis à mal par une avalanche en 2008. Grâce à une campagne massive d’incitation aux économies d’énergie, intitulée « Juneau Unplugged » (Juneau la débranchée), la consommation d’électricité y avait chuté de 40 % en quelques semaines. Ces gains et les bonnes habitudes acquises ont été pour une part significative conservées par la population une fois passée la situation de crise. Exemple développé dans Du gâchis à l’intelligence. Du bon usage de l’électricité, les Cahiers de Global Chance n°27, p.74-75

Source image : http://www.santepublique-editions.fr

Thèmes

Nucléaire

Bookmark and Share
11 votes

commentaires
votez :
par Rensk (IP:xxx.xx8.30.246) le 14 mai 2012 à 19H15

Me souviens plus où mais ; me semble me souvenir que l’État a déjà approuvé 4 nouvelles constructions de "centrales" (à combien de réacteurs ?)...

votez :
par Rensk (IP:xxx.xx8.30.246) le 14 mai 2012 à 19H42

Encore moi, je sais bien, dès la lecture, que Mme Simon est une optimiste... je ne comprend pas le vote si négatif sur cet article par le premier votant... sans arguments !

Il faut savoir que la Suisse voulait aussi sortir du nuc mais voilà-t-il pas que la conseillère fédérale, qui avait proposé cela... vouloir retarder de dix ans le délai déjà long ?

Chose tellement "attendue" qu’il y a, le même jour (! !!), l’initiative populaire "pour aller plus vite en besogne" qui a aboutie...

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx1.158.145) le 20 mai 2012 à 12H59

@ Rensk (IP:xxx.xx8.30.246) le 14 mai 2012 à 19H42 : Je crois me souvenir, CE MATIN, que l’Italie n’est pas trop éloignée de la Suisse...surtout le nord de l’Italie avec ses tremblements de terre répétés comme dans le nord de la France du reste !

Si les cinglés de technocrates, énarques et administratifs écoutaient la sagesse du Peuple...que d’économies nous ferions."’" Retenez ceci, nous clamaient nos vieux cultivateurs des années 1975 : "Ils ne savent rien"."’" Le président de la République de l’époque se vante encore actuellement de les avoir évincés...Et bien nous pouvons ajouter ce matin, ’ils ne savent rien faire de bien’, je crois. Nous avons la connaissance sur l’atome et ils ne savent qu’en faire des catastrophes en puissance et même en réalisation.

votez :
(IP:xxx.xx3.218.14) le 23 mai 2012 à 12H01

@ Ninive (IP:xxx.xx1.158.145) le 20 mai 2012 à 12H59

".... Je crois me souvenir, CE MATIN, que l’Italie n’est pas trop éloignée de la Suisse...surtout le nord de l’Italie...."

°°°Ah ! Pour une fois, vous nous fournissez une précision utile !! Ce n’est pas trop tôt ! Tout n’est pas perdu.

votez :
(IP:xxx.xx5.55.146) le 14 mai 2012 à 19H54

Ce qui motive les Japonais, n’est pas la même chose chez nous. Leur dynamisme est peut être due aux drames contemporains de leurs histoires. Nous sommes avant tous des occidentaux latin, qui passe beaucoup de temps dans les palabres, une mentalité certes intéressante mais bien inefficace pour relevé des défis.

En comparaison l’Allemagne se qui dit, il le fait et ne pas pas son temps à palabré et son en passe de faire une véritable reconversion alors que nous nous sonnes à encore prendre le pouls.

Cela va de paire avec c’est autre aventure qui est le gaz de schiste, je ne sens pas qu’est nées une véritable détermination de dire non à tous ses mirages infernaux.

votez :
(IP:xxx.xx1.104.86) le 14 mai 2012 à 21H01

Il n’y à qu’à faire un tour dans certain quartier de Tokyo pour ce faire une idée du gaspillage de l’électricité entre autre Ginza , Shinjuku , etc.

votez :
par Croa (IP:xxx.xx5.49.114) le 14 mai 2012 à 23H03

Les marchands d’électricité ne veulent pas d’une culture d’économie qu’ils soient japonais ou autres. Le japon montre qu’il peut se passer de nucléaire... certes il ne le fait pas exprès ! La pénurie, cauchemar des marchands, entraîne des délestages et les gens apprennent à économiser pour éviter des coupures ce qui est très mauvais pour les affaires. En réalité il est tout à fait possible de se passer de nucléaire immédiatement ou presque, même chez nous !

Devinez (?) pourquoi "ils" ne veulent pas ou pourquoi « ce n’est pas possible » !

votez :
par Roberton (IP:xxx.xx1.25.63) le 15 mai 2012 à 01H02

Vous pourriez aussi informer les conséquences financières de l´arrêt du nucléaire, soit l´importation supplémentaire de 28 milliards d´euros de produits pétroliers par an pour alimenter les centrales thermiques, ce qui va augmenter d´autant une balance commercial déficitaire dû à l´accident de Fukushima. Quant on a un déficit du budget de 250% du PIB qui va devoir se financer sur les marchés car les Japonais n´ont plus les moyens d´acheter leur propre dette, je me demande si tout cela est la meilleure solution.

votez :
par roro46 (IP:xxx.xx4.87.62) le 15 mai 2012 à 02H18

roberton Si vous voulez informer sur les conséquences financières, informez d’abord sur les conséquences financières de l’accident de fukushima ; et n’oubliez pas d’y inclure les conséquences environnementales, desuqelles découlent d’ailleurs d’autres conséquences financières. Additionnez le tout, et revenez nous voir ensuite. Ah, j’oubliais : ajoutez-y donc le coût de l’importation du pétrole dont vous parlez, puisque celui-ci découle aussi des conséquences de l’accident de fukushima. Là, vous aurez la totalité du coût de l’opération "nucléaire à fukushima" ; à condition que vous n’ayez pas oublié d’y inclure le nettoyage du site, du territoire japonais (marin et terrestre), et le coût du démentellement. A votre calculette !

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx1.158.145) le 20 mai 2012 à 13H30

@roro46 (IP:xxx.xx4.87.62) le 15 mai 2012 à 02H18 : ET les pays voisins et les îles voisines et plus lointaines...il ne faudrait pas penser à indemniser leurs habitants et à nettoyer leurs plages et pour leurs poissons ...il ne faudrait pas penser à leur amener du poisson frais non pollué régulièrement afin de les nourrir convenablement et ceci durant plusieurs siècles...etc...etc...mais cela n’est que de la simple politesse peut être...la calculette va chauffer !.....car les malades de ces îles voisines devraient être soignés de leurs cancers et troubles thyroïdiens qui devraient bientôt se déceler...etc....Il va même être coûteux de former et installer des thérapeutes compétents dans ces domaines de suite d’irradiation ou bien alors,...il ne fut jamais rien promis....

Et je n’ose faire mention des études de statistiques qui auraient déjà dues commencer...pour déceler l’absence de troubles de thyroïdes et l’absence de cancer actuellement, SUR CES TERRITOIRES LOINTAINS ? afin de suivre la pollution radioactive, sa concentration et le nombre de pauvres humains qui vont en mourir. Ceci a déjà été ’oublié’ pour Tchernobyl...ALORS, ce sera encore ’oublié’ pour le Japon ???....Pourtant, ce serait une étude GRANDEUR NATURE et PUBLIQUE facile à réaliser et dans un coût acceptable...mais là, les suites seraient difficiles à gérer.Ils ne pourraient plus nous faire le coup du avant Tchernobyl, "on ne savait pas combien de cancer il y avait"..On ne peut donc pas parler d’une augmentation !

Comment se fait-il que ce peuple du Japon qui a pris deux petites bombes atomiques (ben ’petite’ car c’est ce qu’on lit dans la presse, les nouvelles seraient des grosses à plusieurs fois la puissance) dans la gueule et qui est si dynamique ait accepté ces dangereuses centrales nucléaires ?...????

votez :
par china wholesale (IP:xxx.xx0.101.197) le 15 mai 2012 à 09H14

à condition que vous n’ayez pas oublié d’y inclure le nettoyage du site, du territoire japonais (marin et terrestre), et le coût du démentellement. A votre calculette ! china wholesale.

votez :
par Helios (IP:xxx.xx6.49.152) le 15 mai 2012 à 11H17

... toujours aussi difficile de discuter avec des dogmatiques ! Demain, si on decouvre une source d’energie sure, bon marché, renouvelable etc etc, on aura toujours les gens bien sous tout rapport qui nous expliquerons qu’il ne faut pas !...

Il ne faut pas, d’apres eux, parce qu’on doit faire des economies, qu’on doit se restreindre, que ca permet aux autos de rouler — la voiture, l’ennemi de l’ecolo —, que la santé est mauvaise parce qu’il fait trop chaud dans les apparts etc... la liste est tres, tres longue !

L’ecologiste est par nature un masochiste pour lui et un dictateur pour les autres — c’est pour cela que je les appelle Ayatollah — il n’y a pas la place pour la discussion, puisque c’est un dogme... et comme tout le monde le sait, le dogme ne se discute pas.

Le nucleaire est plein de defauts, complexe, couteux, potentiellement dangereux, un peu esoterique pour les ecologistes qui melangent volontairement tout et n’importe quoi... mais qui est une grande realistation humaine, une des seules orientées vers l’homme lui même et qui permet de fournir l’energie dont il a besoin en quantite suffisante. Il faut tous les jours en ameliorer la surete, l’efficacite et l’optimisation.

Le nucleaire et son developpement, c’est un travail fantastique pour l’esprit humain, un defi technologique a la mesure de notre civilisation et encore, une solution a l’emission de gaz a effet de serre (dont au passage, rien ne prouve que le changements climatiques leurs sont significativement imputables).

L’arret de certaines centrales est souhaitable au vu de leur nature, de leur age ou simplement de leur etat. L’arret des centrales sans distinction est une fausse bonne idée comme l’expliquait une pub déjà ancienne.

Il faut au contraire, creer de nouveaux centres de production avec des reacteurs les plus performants et les plus surs que nous sommes capables de batir... et s’affranchir des contraintes des emissions polluantes naturelles que produisent les autres formes de génération, les centrales a combustibles fossiles.

Mais il faut egalement répartir, partout ou cela est possible, les unités de generation electriques de petites tailles, integrées a l’environnement, afin de completer l’offre energetique qui doit venir en complement local des grandes centrales de production de masse... comme les eoliennes-pompes - ce ne sont pas des decouvertes recentes — les eoliennes generatrices surtout celles a axe vertical, les systemes de recuperation de l’energie solaire que ce soit par conversion directe — type photovoltaique — ou par recuperation de la chaleur, les mouvements et les courants de la mer, quelques formes de geothermie etc...

Il faut aussi et inlassablement developper les techniques et la recherche sur les equipements plus performants qui remplaceront, la gourmandise en moins, ceux que nous utilisons aujourd’hui.. je pense là a tout ce qui est chauffage, lumiere et mouvement car l’avenir ne sera jamais a la regression mais a la croissance des outils de couverture et d’assistance de nos besoins et de notre faiblesse.

Voila, ce que m’inspire cet article, allez y, appreciez-le, votez en haut a droite, je connais deja le resultat, je vais encore une fois battre le record des negatifs

Passez une bonne journée printaniere.

votez :
(IP:xxx.xx3.219.99) le 15 mai 2012 à 11H24

@ Helios

Bravo ! Je partage complètement votre analyse et votre opinion !.

votez :
par alinea3 (IP:xxx.xx0.162.149) le 15 mai 2012 à 14H02

Le problème, Helios, c’est qu’il n’y a pas que des humains sur cette planète !

votez :
par Sagamore (IP:xxx.xx8.152.147) le 15 mai 2012 à 14H59

... l’hommage de F. Hollande à M. Curie, la première victime historique de la radio activité ! Comment interpréter ce symbole plus d’actualité que J. Ferry ?

votez :
(IP:xxx.xx3.91.229) le 16 mai 2012 à 10H57

".....l’archipel aura au moins apporté la démonstration qu’un pays industrialisé peut techniquement se passer de cette énergie en un an et quelques mois."

===> Rendez vous dans un an pour faire le point sur la question !!

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx1.158.145) le 20 mai 2012 à 13H42

@(IP:xxx.xx3.91.229) le 16 mai 2012 à 10H57/ Le nord de l’Italie y répond ce matin à la question....le nord de la France n’est pas de reste...Alors, comme endroit calme et tranquille, le Vésuve, pour construire une centrale nucléaire ?

Pour ma toute petite personne, ce n’est pas l’utilisation du nucléaire qui est en cause mais les erreurs qui encombrent les théories sur le nucléaire . La physique recommence courageusement la révision de ses très grossières erreurs..les étudiants rationnels et cartésiens comme il se doit n’avaient rien décelé du tout et devenus enseignants dictatoriaux puisqu’il fallait imposer des erreurs...ils ont fait perdurer ces conneries !...

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx1.158.145) le 21 mai 2012 à 09H22

Je me permets de revenir sur le petit tremblement de terre et sa réplique ce dimanche en Italie du nord de seulement 10 Km de profondeur.

Si l’on considère les petits tremblements de terre dans le nord de la France jusque Maastricht , la configuration de l’Italie et les découvertes sur la pression des plaques de nos scientifiques, je crois qu’il est grand temps de se préoccuper de l’emplacement du dépôt de nos déchets nucléaires qui sera juste sur la ligne joignant la faille présente devant Calais au nord de l’Italie car elle devrait être à l’endroit de cassure de la plaque.(c’est déjà réalisé devant Calais) .

Le point qui me persuade de l’importance de cette observation de nos scientifiques est que par rapport à Calais, à l’ouest l’ancien port de Montreuil sur mer ne voit plus jamais l’eau de la mer (donc le sol monte par rapport à la mer de ce coté ouest Calaisien) ; tandis que vers l’est, le sommet des digues aux Pays-Bas sous Louis XIV était à -moins seize mètres vers 1995 et que la mer gagne encore en hauteur de ce coté car le sol baisse de ce coté ’est’.

Pour les Centrales et leurs existences je pense que cette réalité des tremblements de terre au nord et au sud de la France devrait aider à la décision et à la responsabilité pleine et entière de cette décision. Je crois avoir compris que c’est le même employeur qui paie les scientifiques et donc qui dispose à sa guise des résultats pour le grand malheur du petit peuple.

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 21 mai 2012 à 23H49

Il faut juste rappeler (car ça e parait pas clair pour tout le monde) que le nucléaire n’est qu’un moyen actuellement très minoritaire de produire de l’énergie. La fourniture est actuellement largement dominée par les énergies fossiles (tant qu’on arrive à en extraire).

Beaucoup de pays vivent sans nucléaire. Donc oui bien sûr, le japon peut se passer de nucléaire. La raison de l’utilisation du nucléaire est économique et géopolitique.

Pour les pays développés (grâce à l’énergie) qui ne disposent pas d’énergie fossiles dans leurs sols, deux solutions : soit on l’importe (et dans ce cas aie aie aie la facture), soit on la produit par autre chose. Si le pays a de fortes ressources ENR complémentaires, ça peut le faire, sinon reste pas grand choix.

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx3.207.112) le 22 mai 2012 à 10H11

@ Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 21 mai 2012 à 23H49 : Une autre solution= Reprendre les conneries enseignées et malheureusement acceptées sous peine que les étudiants soient non reçus à l’examen...et sans exam....que peut faire un étudiant ? ET quand il a l’examen, il a toujours cette épée au dessus de lui. Des responsables ont même osé nous cacher honteusement l’existence d’un nuage au dessus de nos têtes en 1986 pour des causes totalement débiles puisque les immatures, ce sont eux, comme leurs décisions l’ont montré. Il me semble que c’est la même chose en médecine comme les exemples de nos médecins de Lille virés de France mais 15 ans après, on apprend qu’ils avaient raison et que traiter un cancer à leur façon n’était pas criminel du tout....et dans d’autres domaines...La physique recommence entièrement et très courageusement l’étude de ses théories !

Je crois bien que la cause UNIQUE en soit le MENSONGE. Ce mensonge qui est entré à tous les niveaux de notre société.

Nous avons des êtres extraordinaires, très intelligents, très dévoués MAIS très mal "utilisés"... OUI, ’utilisés’, par nos administratifs et donc par les responsables et coupables de notre administration.

Nous pourrions ainsi obtenir une énergie propre et non dangereuse comme les Canadiens nous indiquent qu’il existe des méthodes moins contraignantes et beaucoup moins coûteuses et plus efficaces , curieusement abandonnées par des actes qui ressemblent à des actes dictatoriaux en France et dans les années 1992 environ.

votez :
(IP:xxx.xx3.218.14) le 22 mai 2012 à 11H35

@ Ninive

Nous pourrions ainsi obtenir une énergie propre et non dangereuse comme les Canadiens nous indiquent qu’il existe des méthodes moins contraignantes et beaucoup moins coûteuses et plus efficaces

BRAVO !!!

Gaz de schiste

Faits importants

•Le gaz de schiste s’impose de plus en plus comme nouvelle source d’approvisionnement en gaz naturel à faible coût en Amérique du Nord.

•Au Canada, on trouve des ressources potentielles, et des exploitations de gaz de schiste, en Colombie‑Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse. La plupart des activités de forage et de production en cours se déroulent dans les bassins de schiste de Montney et de Horn River, au nord-est de la Colombie-Britannique. •Le gaz naturel est une source d’énergie relativement propre, efficace et abondante. Ce combustible est de plus en plus utilisé dans les services résidentiels, commerciaux et industriels. •Le gaz naturel représente un combustible important dans la transition vers une économie à faible combustion de carbone, car en brûlant, il dégage moins de résidus que tout autre combustible fossile et il existe en grande quantité. Les chercheurs estiment que les réserves de gaz naturel de l’Amérique du Nord, en grande partie composées de gaz de schiste, pourront être exploitées pendant plus de 100 ans. •Le gaz naturel peut remplacer les combustibles qui produisent davantage de gaz à effet de serre (GES) actuellement utilisés dans des domaines tels que la production d’énergie, le chauffage et les transports. À titre d’exemple, les émissions de GES attribuables à la combustion du gaz naturel sont approximativement 30 p. 100 moins polluantes que les émissions associées au pétrole et 45 p. 100 moins polluantes que celles associées au charbon. •Les progrès technologiques en matière de forage (forages horizontaux à longue portée) et les nouvelles techniques de complétion des puits (fracturation hydraulique en plusieurs étapes) ont permis la production commerciale du gaz à partir des schistes, ce qui a augmenté les perspectives à long terme d’approvisionnement en gaz naturel en Amérique du Nord. •Depuis plus de 60 ans, l’industrie en Amérique du Nord utilise en toute sécurité la fracturation hydraulique pour stimuler la production pétrolière et gazière dans les réservoirs conventionnels. •Si l’exploitation du gaz de schiste est une industrie relativement bien établie aux États-Unis (qui comptent plus de 40 000 puits en production), elle n’en est encore qu’à ses premiers pas au Canada.

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx1.26.72) le 22 mai 2012 à 15H04

@(IP:xxx.xx3.218.14) le 22 mai 2012 à 11H35 : AH NON, je ne laisserai pas détourner mes propos !.

Je parle uniquement du MENSONGE qui est entré dans nos sociétés. Mon exemple du Canada concernait la médecine et les condamnations honteuse de médecins de Lille alors qu’ils utilisaient une technique qui a été prouvée efficace. A l’époque, j’ai suffisamment râlé que des médecins diplômés utilisent une technique que je croyais nulle après lecture des articles sur ’MA’ Justice Française....Cette technique est efficace et même a plus d’efficacité qu’en fournissent les médicaments. Il est normal que j’en tire mes conclusions ! Une première conclusion est que notre Justice est menée par des margoulins de conseillers qu’il va bien falloir débusquer et virer à tout jamais de notre sol, puisque c’est ce qu’ils ont fait,eux mêmes, pour du simple fric à des médecins qui avaient découvert une nouvelle technique efficace et peu couteuse. J’admet qu’un juge ne puisse avoir fait des études médicales et qu’il se conseille auprès de personnes fiables MAIS quand ces personnes sont des escrocs de conseillers...que peut-elle faire seule ?

Le mensonge est également entré dans les connaissances sur le nucléaire nous ont hurlé des physiciens dans les années 1980...ils ont été écartés semble -t-il ou bien on les a fait se taire !...Le problème est IMPORTANT.

JE SUIS AUSSI CONTRE CES POLLUTIONS DU SOL pour obtenir du gaz. Il est une solution unique pour obtenir notre énergie, elle consiste à chasser les mensonges qui existent dans ce que l’on croit savoir sur l’atome.C’est ce que nous écrivaient ces physiciens vers 1980.

Je sais, cette solution remet en cause la prévalence des minables petits esprits rationnels et cartésiens. J’espère bien que cela est fait et va être maintenu dans la mémoire du petit peuple afin que l’on puisse enfin obtenir une énergie PROPRE, suffisante et sans menace pour notre survie.

votez :
(IP:xxx.xx3.218.14) le 22 mai 2012 à 15H41

@ Ninive (IP:xxx.xx1.26.72) le 22 mai 2012 à 15H04

@(IP:xxx.xx3.218.14) le 22 mai 2012 à 11H35 : AH NON, je ne laisserai pas détourner mes propos !.

"... Mon exemple du Canada concernait la médecine...."

par Ninive (IP:xxx.xx3.207.112) le 22 mai 2012 à 10H11

".....Nous pourrions ainsi obtenir une énergie propre et non dangereuse comme les Canadiens....."

==Complètement incohérent !! No further comments.....

votez :
(IP:xxx.xx3.218.14) le 23 mai 2012 à 15H08

@ Ninive

"Le mensonge est également entré dans les connaissances sur le nucléaire nous ont hurlé des physiciens dans les années 1980..."

===> Allez Ninive, un petit effort !! Quels étaient donc les mensonges sur les connaissances en question dans les années ’80 et quels étaient donc les physiciens qui les auraient dénoncés ??

Cessez donc de constamment vous exprimer par sous-entendus, allusions, oui-dire,etc... Soyez plus précis puisque vous vous donnez l’air de savoir tellement de choses sur tellement de sujets différents. C’est le moment de nous en faire profiter.

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx1.26.72) le 22 mai 2012 à 15H43

@(IP:xxx.xx3.218.14) le 22 mai 2012 à 15H41 :

Qui est dans l’incohérence ?Si vous ne comprenez pas, passez à un autre commentaire, SVP.

votez :
(IP:xxx.xx3.218.14) le 22 mai 2012 à 16H18

Dans l’un de vos messages ci-dessus vous parlez d’une " énergie propre et non dangereuse comme les Canadiens."

Et à ma réponse, vous dites :"... Mon exemple du Canada concernait la médecine....".

Vous parlez "d’énergie" ou de "médecine" ?? Manifestement vous n’êtes sûr de rien !

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx1.26.72) le 22 mai 2012 à 19H56

@(IP:xxx.xx3.218.14) le 22 mai 2012 à 16H18 : Manifestement vous ne devriez plus lire mes messages. Je parle du mensonge qui est entré dans notre société et à tous les niveaux et de ses ravages DONC des mensonges de nos élites et enseignants comme nous l’avaient indiqués, avec tapages, certains physiciens dans les années 1980 et...et bien, la physique, science rationnelle et cartésienne par excellence a du recommencer l’étude de ses théories vers l’an 2000. Les êtres rationnels et cartésiens avaient appris les mensonges et ceux qui avaient refusé cet enseignement ont été lamentablement éliminés. Comment les applications pratiques de théories erronées pourraient-elles être sérieuses ? ...Comment pouvons nous oser suivre des idioties dans des domaines tels que le nucléaire ?...Il en irait de même dans les autres domaines .

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 22 mai 2012 à 21H04

@Ninive

Bonjour, vous écrivez souvent à propos de "mensonges" mais j’avoue avoir du mal à vous suivre, pouvez-vous donner des exemples concrets ?

Concernant "l’affaire" du nuage de Tchernobyl que vous évoquez, il faut préciser quelques points :

Contrairement à la rumeur largement entretenue par les membres de la secte verte, l’état n’a pas caché que le nuage est passé sur la France :

Le 2 mai 1986, le quotidien Libération (compte tenu des délais de publication et le journal paraissant pas le 1er mai) écrit : « Pierre Pellerin, le directeur du service central de protection contre les radiations ionisantes (SCPRI) a annoncé hier que l’augmentation de radioactivité était enregistrée sur l’ensemble du territoire, sans aucun danger pour la santé. »

C’est assez clair, le SCPRI a clairement indiqué que le nuage est passé sur la France et ce dès le 1er mai. Ce qui leur est reproché c’est d’avoir dit que ce n’étais pas dangereux. Or, avec du recul, il s’avère que c’était parfaitement exact. Le surplus de dose annuelle reçue dans l’est de la France (zone la plus touchée) est de l’ordre du mSv, soit en équivalence la dose qu’on prend en faisant une dizaine de vols long-courriers !

Il serait par ailleurs intéressant de comparer avec les conséquences autrement plus grave qu’on eut les propos alarmistes des "verts" en Europe du nord....

Par ailleurs, le Professeur Pellerin a gagné tous les procès concernant cette affaire…

Lien : http://www.alainmadelin.fr/blog/bil...

Oui il y a bien un mensonge concernant le nuage de Tchernobyl, mais pas celui qu’on veut vous faire croire !

Cdlt,

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx3.69.232) le 23 mai 2012 à 07H08

@Hervé : Bonjour Hervé, Selon les instances nationales compétentes et reconnues comme telles, lors d’une séance post-Tchernobyl officielle d’explication pour la délivrance de l’iodure à Gravelines, il y a uniquement Ici-Paris qui a divulgué cette information et uniquement ce journal. Une dame pharmacien a même expliqué qu’elle ne lisait pas ce type de journal pour s’informer sur de tels dangers...

Le médecin de garde de la centrale n’a même pas eu le droit de prévenir son père et son frère. Ce détail vient du frère qui est toujours en vie selon mes renseignements.. Voilà pour ’un’ petit exemple précis. Ce n’est pas ce qui m’intéresse vraiment bien qu’à l’époque ce fait m’ait révolté et encore plus leurs explications puisque l’état a caché les faits et même laissé rassurer bêtement,par les médias, les gens du nord de la France qui sont restés sous le nuage le 1er mai puisque le ciel était ’lourd’ vers 15 heures mais le temps convenable par exemple pour lire dehors ou bien soigner les fleurs d’un jardin et même se promener sur le rivage ou dans la très belle campagne. Les médecins et pharmaciens ont du rapidement ’approfondir’ leurs connaissances sur cette glande peu connue d’eux, début 1986,qu’était la thyroïde !

Pour les groupes que vous évoquez et bien je n’en fais pas du tout parti. Par contre, j’ai lu les avertissements de scientifiques du nucléaire dans les années 1980, donc bien avant Tchernobyl . Ils faisaient mention d’un très mauvais chemin pris par la recherche nucléaire. Puisque j’habitais près de Calais, j’ai lu aussi les traductions de ce qui passait et se disait en URSS. Ils voulaient savoir, je crois, le degré de fiabilité de leurs conclusions sur leurs expériences. L’ouverture des dossiers de l’URSS indique que, très curieusement, une très grande vérité nous arrivait à l’époque, ce dont nous doutions pas mal.

Pour le nom de la personne que vous citez et bien je crois qu’elle fait parti des personnes qui vivent dans le mensonge . C’est à ce niveau que je fais le parallèle avec la médecine. Les décorations officielles de Légion d’Honneur indiquent bien la grande confiance et admiration qu’à l’état pour de tels êtres mais certainement pas pour leur utilité. Notre Justice se doit de croire les instances et experts reconnus par l’état qui devraient être représentants de ce qui est vrai. Un responsable du laboratoire est innocenté, cette semaine même, par notre Justice mais les morts restent bien absents de la surface de notre belle terre.

Si les spécialistes "irresponsables" et incompétents ne vivaient pas dans le mensonge et les erreurs , nous aurions droit, nous le petit peuple, à une énergie abondante et fiable comme on nous l’annonçait vers 1980.

votez :
(IP:xxx.xx3.218.14) le 23 mai 2012 à 11H18

@ Ninive

".... Un responsable du laboratoire est innocenté, cette semaine même, par notre Justice...."

°°°°° Toujours votre sale manie de vous exprimer exclusivement par sous entendus ou par allusions, sans jamais apporter le moindre élément tangible.

Je suppose que vous voulez parler de Servier. Vous n’avez pas compris ou ne voulez pas voulu comprendre la réalité. Le Docteur Servier n’a PAS été "innocenté" par la Justice puisqu’il n’a PAS encore été jugé !! La Justice n’a fait que différer son procès pour une question, justifiée, de procédure ! En effet, le Docteur Servier est actuellement poursuivi pour le même chef d’inculpation par deux instances juridictionnelles différentes. Ce qui est contraire au droit.

votez :
(IP:xxx.xx3.218.14) le 23 mai 2012 à 11H21

@ Ninive (IP:xxx.xx3.69.232) le 23 mai 2012 à 07H08

"... il y a uniquement Ici-Paris qui a divulgué cette information et uniquement ce journal..."

Bravo !! C’est en effet une référence en béton !! Vous plaisantez je suppose.

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx3.207.251) le 25 mai 2012 à 06H20

@(IP:xxx.xx3.218.14) le 23 mai 2012 à 11H21 : Oh non, je ne plaisante pas du tout ! C’est la réponse officielle qui fut donnée lors de cette réunion "post-Tchernobyl"à une ’pharmacien’. Un médecin du travail qui devait surveiller la santé d’employés des usines type "Sévéso" a eu droit à encore pire comme réponse à sa question pour la présence obligatoire des ingénieurs pour le réglage des instruments. Il a pourtant signifié qu’à sa connaissance, on lui avait affirmé que les ingénieurs devaient être présents et donc que selon lui, ils ne pouvaient donc en aucune façon être empêché par un quelconque barrage de police d’accéder aux commandes de leurs machines. Une explosion d’une seule usine étant dévastatrice pour la région et comme elles se trouvent cote à cote...

votez :
(IP:xxx.xx3.218.14) le 23 mai 2012 à 11H23

@ Ninive (IP:xxx.xx3.69.232) le 23 mai 2012 à 07H08

".... Ce détail vient du frère qui est toujours en vie selon mes renseignements.. "

===> Ah ! Vous voyez bien qu’il y a eu des rescapés qui ont survécu au nuage de Tchernobyl.....

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx3.207.251) le 25 mai 2012 à 06H31

@ (IP:xxx.xx3.218.14) le 23 mai 2012 à 11H23:Mon cher Monsieur, il est toujours difficile d’éliminer tous les sujets d’un lot. Les exécuteurs d’un condamné à mort aux USA en ont fait les ’frais’ il y a quelques années avec leurs seringues mortelles qui ne donnaient pas la mort d’un condamné. Les caméras ont été éteintes au bout de plus d’une demi-heure. Certains charitables lors d’une épidémie de peste ont survécus...etc...On est tous différents physiologiquement au moins ! MAIS, ce Monsieur était protégé du nuage lui ! Il était de garde, ai-je écrit...et de garde dans la centrale...et donc à l’abri, j’espère pour lui et pour nous ! Si le personnel surveillant de garde ne se trouve pas à l’abri , à quoi servirait-il en cas de fuite mortelle ?

votez :
(IP:xxx.xx3.218.14) le 23 mai 2012 à 11H53

@ Ninive (IP:xxx.xx3.69.232) le 23 mai 2012 à 07H08

" Puisque j’habitais près de Calais,"

°°°° D’ailleurs, l’information n’a pas été diffusée au-delà de Calais.......

"....j’ai lu aussi les traductions de ce qui passait et se disait en URSS. Ils voulaient savoir, je crois, le degré de fiabilité de leurs conclusions sur leurs expériences."

°°°° Vous avez dû lire çà dans Ici-Paris, édition du Pas de Calais !!

votez :
(IP:xxx.xx3.218.14) le 23 mai 2012 à 11H45

@ Ninive (IP:xxx.xx3.69.232) le 23 mai 2012 à 07H08

"....L’ouverture des dossiers de l’URSS indique que, très curieusement, une très grande vérité nous arrivait à l’époque"

===> Encore une belle connerie ! Alors d’après vous, l’URSS des années ’80 ouvrait ses dossiers sur le nucléaire au reste du monde ?? Vous êtes vraiment le spécialiste du grand n’importe quoi !

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx3.207.251) le 25 mai 2012 à 06H42

@@ Ninive (IP:xxx.xx3.69.232) le 23 mai 2012 à 07H08 : Puisque vous semblez porter une très grande attention à ma prose, je vous demanderai de la relire. Il nous arrivait les traductions que voulez que nous en fassions sinon de les lire ! Nous étions en "guerre froide" mais le mot "guerre" était présent et bien trop présent !

Lorsque les dossiers de l’URSS ont été divulgués dans le monde entier et bien j’ai eu la grande surprise de retrouver le contenu de certaines lectures. Voilà !

Nous n’avons pas su refaire une organisation post-1989 convenable pour notre société, qui s’approche même de la ruine et nous en subissons, nous le petit peuple, les conséquences.

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx1.14.131) le 23 mai 2012 à 19H54

@(IP:xxx.xx3.218.14) le 23 mai 2012 à 11H45 : Vous savez, votre méthode minable de modifier la signification d’un message, par une phrase utilisée n’importe comment, ne pourra jamais plus marcher.

Cette méthode fut utilisée pour faire perdurer tant de mensonges...

votez :
(IP:xxx.xx3.218.14) le 24 mai 2012 à 10H42

@ Ninive (IP:xxx.xx1.14.131) le 23 mai 2012 à 19H54

@(IP:xxx.xx3.218.14) le 23 mai 2012 à 11H45 : Vous savez, votre méthode minable de modifier la signification d’un message, par une phrase utilisée n’importe comment, ne pourra jamais plus marcher.

===> Je ne modifie absolument pas "la signification" de vos messages car je prends justement la précaution de les copier in extenso !! C’est votre prose qui est tellement mal foutue qu’elle rend la compréhension de vos "messages" pour le moins aléatoire quand ce n’est pas carrément impossible. Commencez par écrire clairement ce que vous voulez dire, celà vous évitera d’être "mal interprété" ! N’accusez pas les autres de mauvaises intententions alors que c’est vous-même qui en êtes responsable en vous exprimant sous forme de charabia.

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx1.12.240) le 25 mai 2012 à 08H18

@(IP:xxx.xx3.218.14) le 24 mai 2012 à 10H42 : Mais si Monsieur, vous modifiez ce que je veux que d’autres personnes puissent comprendre afin qu’ils expliquent leur point de vue et modifie donc le mien et aussi celui de ceux qui pensent comme moi. La situation mondiale de ’mon’ pays est suffisamment triste et surtout le sort d’une grande quantité de mes proches est très préoccupant et environ la moitié de la population en arrive à cette désolation. Ce n’est plus quelques ponctions de plus dans les poches des riches qui sont encore restés en France qui pourra modifier quoique ce soit. Les ponctions qui ressemblent maintenant de plus en plus à de la confiscation ou du détournement de fond risquent de les chasser de notre sol et nous allons rester avec comme élite, ceux qui nous ont mis dans ce gouffre financier et surtout intellectuel et scientifique.

Votre technique de reprendre en des phrases détachées de leur contexte a été très utilisée dans les années 1980, en politique. Les politiciens de droite comme de gauche ont fini par en convenir.

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx3.207.251) le 24 mai 2012 à 17H02

@(IP:xxx.xx3.218.14) le 24 mai 2012 à 10H42 : Si ma prose était vide de sens, vous passeriez à d’autres lectures sans perdre votre très précieux temps ! Si vous essayez de détourner la signification de son contenu avec tant de pugnacité c’est qu’elle vous dérange.

A ce propos, voici encore un avis bien triste qui illustre bien "nos" erreurs très grossières qui risquent de représenter un très gros danger pour nous bien sûr mais aussi nos voisins qui ont renoncé à l’utilisation actuelle du nucléaire pour cause d’incompétence scientifique et donc de trop gros risque .

= Nos voisins d’Italie viennent de connaître encore deux répliques au tremblement de terre et à seulement 4000 mètres de profondeur . Que la science soit un business comme un autre ne me causait aucun soucis. Les soit-disant scientifiques avec leurs administratifs se payaient du bon temps avec de très gros salaires et les 35 heures de présence sur le lieu de travail, ... MAIS que la science avec toutes ses responsabilités soit immergée dans l’erreur ça me parait très dangereux pour nos descendants et les descendants de nos pays voisins.

Pourquoi ne pas reprendre les théories au niveau des années 1970 et repartir très courageusement comme nos valeureux physiciens sont en train de faire ?...et ceci pour l’utilisation paisible et civile de l’atome mais aussi en médecine où jamais un médicament ne dépasse 40% d’efficacité dans leurs essais en double aveugle et comme dans les autres domaines comme en finance et gestion de nos très beaux pays ? Est-il normal de se priver de l’immense compétence de nos 22% de jeunes qui ne savent ni lire, ni écrire, ni compter efficacement ? Qu’un certain nombre soit inapte je veux bien, car nous en trouvons suffisamment dans nos élites et responsables (le pourcentage doit être le même du reste) MAIS pour le reste, nous nous privons de la compétence d’un trop grand nombre de nos concitoyens : ces 22 % et nos retraités et nos bien trop longues journées de congés payés par les autres....

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx1.12.240) le 25 mai 2012 à 11H01

"Maintenir le Japon sans nucléaire"...Malheureusement ce n’est plus possible avec la révélation lue ce matin même....C’est qu’ils nous avaient menti ...Ils ne pouvaient pas donner la pollution radioactive émise dans l’air puisque les appareils étaient détruits. Ils nous ont fourni les chiffres qu’ils pouvaient mais en faisant semblant que c’était ceux à proximité des centrales....Or, la réalité indiquerait bien que les détecteurs étaient éloignés et que la pollution a duré non pas trois jours mais 30 jours ! TRENTE JOURS qu’a duré la pollution de la totalité de notre planète TERRE par l’air. Et par l’eau le saura -t-on un jour, avec les grands bacs d’eau très radioactive, qui venait du coeur de la centrale, qui semblent comme égarés mais non retraitée....

Le nucléaire va donc être maintenu au Japon, du moins sur le sol du Japon et ailleurs, à concentration fonction des vents et autres éléments naturels..ça va devenir la radioactivité naturelle !

Qu’y a -t-il d’autre à nous faire croire ?

La tristesse dans certains yeux va bientôt commencer à se faire remarquer. Elle sera fonction de la disparition ’inexpliquée’ de certains proches des propriétaires de ces tristes yeux...Encore et encore....

votez :
(IP:xxx.xx3.218.14) le 25 mai 2012 à 12H07

Ils n’ont quand même pas de chance ces Japonnais ! Ils n’avaient qu’un seul exemplaire des appareils utilisés pour mesurer la radioactivité dans l’air et voilà-t-il pas qu’il se trouvait à Fukushima et qu’il a été détruit dans l’accident !! Et comment font-ils donc dans les autres centrales pour mesurer la radioactivité ? L’une d’entre n’aurait-elle pas pu prêter un appareil à la centrale accidentée ? Mystère ! Mensonge ! Complot des antinucléaires ! Le saura-t-on un jour ?

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 30 mai 2012 à 21H59

@ Ninive Rassurez-vous, une fois dilué, la concentration sera très faible. Par exemple concernant l’eau, l’augmentation de la radioactivité du pacifique est estimée à 0.007Bq/litre sachant que la radioactivité naturelle de l’océan est de 10Bq/L (plus de mille fois plus).

D’autre part, la radioactivité artificielle restera mesurable et ne sera pas classée naturelle. On sait très bien identifier les radioéléments. On peut par exemple dater une bouteille de vin pour savoir si elle est d’avant les années 50 juste en regardant sa concentration de césium 137.

Que ce soit pour l’eau ou pour l’air, la pollution gênante reste locale, à proximité du site dans un rayon d’environ 10Km et par endroits dans un rayon de 200Km, au-delà, plus rien de réellement problématique.

Je suis prêt à prendre les paris que dans 10 ans la majorité du problème sera résolu, et que le périmètre encore interdit en 2050 sera inférieur à 1Km.

votez :
(IP:xxx.xx7.78.95) le 18 juin 2012 à 18H45

@ Ninive (IP:xxx.xx1.12.240) le 25 mai 2012 à 11H01

"...Malheureusement ce n’est plus possible avec la révélation lue ce matin même.... "

$$ Ah ! Et quelle était donc cette "révélation" si boulversifiante que vous avez lue ?parce présenté de cette façon çà ne dit pas grand’chose d’utile à la compréhension de vos états d’âme !

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx1.12.240) le 29 mai 2012 à 19H39

@(IP:xxx.xx3.218.14) le 25 mai 2012 à 12H07 : Vous pensez qu’on a de la chance d’avoir un voisin pris de tremblote régulièrement ?...Il y a bien quelque chose qui bouge sous le sol vers 10Km en dessous aujourd’hui même...Je me dis que si ça bouge d’un coté et que des plaques se frottent puissamment...et bien c’est que de l’autre coté...ça doit frotter aussi. Et l’autre coté, il me semble que c’est la Manche qui est une toute nouvelle formation et entre la manche et la mer du nord, il existe une grande faille juste en face de Calais....ET des centrales nucléaires sont entre les deux ainsi que notre emplacement stratégique de dépôt de nos déchets nucléaires.

votez :
(IP:xxx.xx9.133.212) le 1er juin 2012 à 15H18

@ Ninive

Vous pensez qu’on a de la chance d’avoir un voisin pris de tremblote régulièrement ?...Il y a bien quelque chose qui bouge sous le sol vers 10Km en dessous aujourd’hui même...

Oui, il y a quelque chose qui bouge en dessous !! C’est un dragon qui se réveille de temps en temps et qui change de position......

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx1.12.240) le 30 mai 2012 à 10H03

Pour le dépôt de nos déchets nucléaires, il existe un article sur "Slate"...avec une caméra qui a mis son objectif sur un ruissellement d’eau...et il va falloir conserver ce site clos 100.000 ans !....et je dois faire confiance ? Et un peuple comme le Japon devrait faire confiance...alors qu’on est au stade du :" Si nous avions pu prévoir" si souvent évoqué par nos responsables administratifs (du moins leurs salaires et avantages nous l’indiquent !).

Je reprends les clameurs de nos cultivateurs des années 1975 contre les nouveaux responsables technocrates :" Ils ne savent rien"....Voilà, peut être, la raison de leur refus de partager l’importance de leurs décisions avec nous le petit peuple

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 30 mai 2012 à 22H12

Concernant le stockage des déchets, il faut juste préciser qu’ils restent très dangereux les 1000 premières années (hors plutonium qui peut quant à lui être brulé sous forme de mox ou dans un RNR). Après le niveau de la radioactivité des déchets sera du même ordre que ce qu’on trouve dans une mine d’uranium...

Il faut vraiment qu’il tienne 1000 ans, sachant que ces déchets sont eux même vitrifié dans une verre inaltérable et placé dans une roche totalement imperméable. Donc même si la roche ne tenait pas il faudrait aussi que le verre se désagrège pour que l’eau soit un probléme, ça fait vraiment beaucoup.

En rapport avec d’autres déchets d’origine chimique,... les déchets radioactifs sont beaucoup mieux traités, c’est pas vraiment un trés gros problème.

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx1.12.240) le 31 mai 2012 à 08H46

@ Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 30 mai 2012 à 22H12 : Il me semble avoir lu non pas 1000 ans mais 100.000 ans pour les déchets nucléaires. Le verre fond aussi sous la lave. De plus, je constate que le verre est considéré comme étant un liquide par les spécialistes. Il parait que les carreaux de nos cathédrales sont plus larges en bas qu’en haut ! DONC, en disons cinq siècles le verre a coulé...donc en 1000 ans restera -t-il protecteur des déchets nucléaires ? Je suis certain que non puisque le verre est un liquide !

ET une question d’un petit du petit peuple : Hervé, le verre arrête -t-il l’irradiation comme le plomb ?

Pour les déchets de l’industrie chimique, je suis en parfait accord avec vos propos. Cependant nos autorités nous avaient rassuré en son temps et la confiance fut ébranlée quand un pharmacien des mines a vu de ses yeux du mercure dans un caniveau d’une usine fermée. Je ne sais ce qu’ est devenu le mercure et à l’époque le mercure n’avait pas la "toxicité actuelle" mais ce pharmacien était assez "remonté".( En rappel, il existait des médicaments à base de mercure ’pur’ encore en 1974. Suppositoires ’uniformes’ ="exploit pharmaceutique ! = contre la syphilis ?) ET quand du coté de Calais, la voiture d’un sous-préfet est restée avec les forces de l’ordre, au bord de pâtures avec des vaches étendues, le soir, jusque 22 heures. Le matin vers 7 heures, on a cru comprendre que la nuit fut certainement très éprouvante pour eux et qu’ils nous avaient protégé d’un gros danger. Depuis, un gros tas de terre se trouve à l’endroit d’où partait un petit nuage bleuâtre peut être ’le’ responsable de la mort des vaches dans la pâture.(( le responsable= Cyanure ???)) Cette zone très marécageuse devrait permettre à ce ou ces produits toxiques de se retrouver, dans quelques années ou siècles, dans l’eau de boisson si la nappe phréatique est identique à celle du prélèvement d’eau.

votez :
(IP:xxx.xx9.133.212) le 31 mai 2012 à 15H39

@ Ninive

"le verre arrête -t-il l’irradiation comme le plomb ?"

WIKIPEDIA :

Le combustible usé des réacteurs civils contient du plutonium impropre à la fabrication de bombes ? Faut-il considérer ces matières très radioactives comme des déchets ou non ? La question fait l’objets de vifs débats. Certains pays ont pris l’option de retraiter ce combustible comme le Japon et la France. Celle-ci possède à la Hague la plus grande installation à l’échelle mondiale.

Le retraitement dans sa version industrielle consiste à séparer l’uranium et le plutonium de déchets constitués de produits dont la plupart sont sans valeur énergétique. Rappelons que le combustible usé contient 95,5 % d’uranium et 1 % de plutonium, les 3,5 % restants étant composés de produits de fissions et actinides mineurs.

Retraiter pour récupér le plutonium présente peu d’intérêt Si l’énergie nucléaire doit être abandonnée à court terme. Par contre, si l’on doit s’appuyer sur cette énergie, pour combattre l’effet de serre et répondre à la formidable demande en énergie à venir de pays comme la Chine et l’Inde, un retraitement – sans doute différent de sa forme actuelle – paraît incontournable. Les concepts de réacteurs à venir de quatrième génération qui ambitionnent un nucléaire plus propre et plus économe des ressources envisagent presque tous de recycler donc de retraiter leurs combustibles.

Aujourd’hui le plutonium des réacteurs civils, impropre par sa composition à la confection des bombes atomiques, est incorporé dans le combustible de réacteurs et contribue à produire de l’énergie.

Le retraitement réduit d’une façon importante le volume des déchets accompagné d’un conditionnement sûr : presque toute l’activité se retrouve concentrée dans les résidus dont la masse représente seulement 3 à 5 % de celle du combustible ; ensuite, ces résidus sont enrobés dans des verres qui immobilisent très efficacement la radioactivité.

Le retraitement industriel actuel est une étape. Des recherches sont en cours pour séparer à leur tour les actinides mineurs présents aujourd’hui dans les déchets vitrifiés. On obtiendrait ainsi des verres allégés qui retrouveraient le niveau de la radioactivité naturelle beaucoup plus vite. En parallèle, les nouveaux types de réacteurs dont il a été question plus haut seraient capables de recycler et de brûler efficacement le plutonium et certains radioéléments gênants comme les actinides mineurs.

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 31 mai 2012 à 21H31

@ Ninive

En fait le verre n’a pas pour but de stopper les radiations. L’enveloppe métallique et surtout les 500m de roche qui entourent le stockage font très bien l’affaire. Il ne faut pas chercher à comparer avec le plomb ça n’a pas le même but.

Le verre en question contient les radioéléments. Ils sont fondus dans la masse et prisonniers du verre lui-même. Ils font partie du verre. Et ce verre R7T7 est particulièrement stable. Si on brise ce verre, les particules sont toujours prisonnières dans les débris et ne peuvent se disséminer, ou être absorbé par les plantes... Si par malheur, de l’eau coule sur le verre, elle ne pourra l’altérer que très lentement et donc la diffusion des particules restera infime, même si l’eau atteint le stockage.

Comme vous le signalez le plus gros risque serait qu’un volcan pousse sous le stockage. Je n’ai rien lu à ce sujet mais on peut supposer que dans ce cas le verre se mêlerait à la lave et nous obtiendrions une lave radioactive. Cependant l’essentiel de la radioactivité serait prisonnière de la lave obtenue, ce qui réduirait l’ampleur de la catastrophe bien que ce serait assez gênant au vu des quantités en jeu . C’est pourquoi les géologues ont choisi un site ou ce type de risque est infime.

Un autre risque c’est que quelqu’un fasse un forage et perce le stockage. Dans ce cas, les débris du verre remontés à la surface seront très dangereux pour le premier millier d’années, mais ne se disperseront pas facilement. La aussi le risque est limité et l’accident pourra être circonscrit.

votez :
(IP:xxx.xx3.219.87) le 16 juin 2012 à 17H03

Le gouvernement japonais décide le redémarrage de deux réacteurs nucléaires

Créé le 16-06-2012 à 13h01 - Mis à jour à 13h40

Mots-clés : JAPON, NUCLEAIRE, REDEMARRAGE, REACTEURS, Monde

Nouvel Observateur

TOKYO (AP) — En dépit des réticences de l’opinion publique, le gouvernement japonais a annoncé samedi sa décision de remettre en service deux réacteurs nucléaires dans l’ouest du Japon, pour la première fois depuis l’accident de la centrale de Fukushima consécutif au séisme et au tsunami du 11 mars 2011.

"Après l’accord des municipalités locales, les quatre ministres concernés ont décidé, dans le cadre de la décision définitive du gouvernement, de redémarrer les réacteurs 3 et 4 de la centrale d’Ohi", a déclaré le Premier ministre Yoshihiko Noda. Cette décision était attendue. Le chef du gouvernement avait appelé le 8 juin la population à accepter la remise en service des deux réacteurs, affirmant qu’il s’agissait d’une nécessité économique.

votez :
(IP:xxx.xx3.217.50) le 27 juin 2012 à 10H03

".....mais l’archipel aura au moins apporté la démonstration qu’un pays industrialisé peut techniquement se passer de cette énergie en un an et quelques mois."

---> Excès évident d’optimisme et/ou d’angélisme !!!

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 4 juillet 2012 à 20H49

ça y est c’est fait.

La tranche 3 de la centrale d’Ohi a redémarré et la 4 va suivre.

Ces reacteurs sont de type REP (même techno que les notres)

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles