NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Les voitures à air comprimé battues par les voitures électriques

Article publié le 4 janvier 2010

Si la voiture à air comprimé a semblé tenir un moment la "route" face à l’électrique, une nouvelle étude met fin à ses rêves de grandeur. C’est à long terme que l’air comprimé révèle ses failles, à moins d’utiliser cette propulsion pour du petit urbain (scooter).

Les voitures à air comprimé battues par les voitures électriques

Si les voitures à air comprimé sont (encore) plus propres que les voitures électriques, elles n’ont pas la même efficacité, d’où leur perte de vitesse actuellement (EcoGeek). Pourtant l’idée de départ était bonne, et nous vous en avions parlé avec MDI l'année dernière : il n’y avait besoin d’électricité que pour comprimer de grandes quantités d’air dans des réservoirs pressurisés, pour qu’ensuite l’air comprimé soit utilisé pour faire fonctionner des pistons. Le tout, sans batterie ni électronique très compliquée, donc plus propre. Tata Motors, le constructeur indien de la Nano, avait d’ailleurs envisagé de l’implanter en Inde.

Las, une nouvelle étude publiée dans Environmental Research Letters révèle que si, sur le papier, l’air comprimé aurait pu être un concurrent sérieux de l’électrique, en pratique il n’en est rien, notamment sur le cycle de vie du produit. Tout le problème réside dans l’électricité nécessaire pour comprimer l’air, dont une grande partie est perdue (sous forme de chaleur).

 

 

Et ce d’autant plus que les technologies de batterie s’améliorent à grand pas maintenant que le modèle de la voiture propre (l’électrique à batterie échangeable, selon le modèle proposé par Better Place et Renault par exemple) semble « choisi » par les industriels. En comparaison, l’air comprimé ne recevra pas autant d’investissement et son retard risque fort de s’accroitre. Seule piste possible : de très petits véhicules urbains, comme les scooters.

Source image : http://leaaptpe.l.e.pic.centerblog.net/a2wbvvke.png

TechnoPropres

Thèmes

Transports Energie Automobiles

Bookmark and Share
1 vote

commentaires
votez :
par Pierrot (IP:xxx.xx1.23.48) le 4 janvier 2010 à 15H02

Certes, les voitures à air comprimé n’ont pas d’avenir.

Mais qu’en est il des voitures électriques ?
- surcoût important à l’achat,
- autonomie limitée,
- durée importante de rechargement des batteries,
- nécessite au moins 14 EPR 1650 MW : peu réaliste.

etc.

votez :
par pegase (IP:xxx.xx3.47.180) le 4 janvier 2010 à 15H05

mdi a répondu à cette étude sur son site, il est intéressant d’avoir les 2 points de vues : http://www.mdi.lu/charge.php?nomfic...

votez :
par PAUL LOUIS (IP:xxx.xx6.114.186) le 4 juillet 2011 à 02H32

Un groupe moto-compresseur , a gaz naturel (60m3/h)pour produire l’air comprimé (1400 m3 a 240bar), placé en Supermarché, peut comprimer l’air (comme um compresseur de GNV), et alimenter 40 taxis (à air) á l’heure.La chaleur de l’échappement est récupérée pour produire une partie de l’air conditionné du super marché.Pas d’électricité consommée.Rendement de 80%.la consommation de gaz de 40 taxis à GNV économisée sera de 720 m3.Um alternateur couplé au moteur fournirait l’électricité auxiliaire.

votez :
par jacques (IP:xxx.xx2.214.72) le 16 janvier 2010 à 14H57

vu ce genre d’article sur agoravox ,j’y fait les mêmes réserves.Quid des besoins de chauffage et de dégivrage l’hiver et de climatisation l’été.faudra t’il choisir entre rouler ou avoir froid ou trop chaud,peut être créer une nouvelle gamme de vêtement de type ski pour conduire l’hiver pour l’été les voiture à air comprimé ont un petit avantage car elles créent du froid de par leur conception.

votez :
par premadas (IP:xxx.xx5.12.103) le 5 août 2010 à 02H42

deja qu’on manque de place sur une bagnole pour placer les reservoirs d’air, imagine sur un scooter !! faut arreter d’écrire n’importe quoi

votez :
par Solo (IP:xxx.xx9.174.191) le 25 septembre 2010 à 20H09

A l’attention de Pierrot (post du 04/01/2010) Eh oui, les véhicules électriques ont plein de défauts, reconnus et assumés par leurs constructeurs. Mais leurs performances sont connues et chacun peut se déterminer en connaissance de cause. A l’inverse, pour les voitures à air comprimé (dont le seul promoteur est l’entreprise MDI), on est dans dans le flou le plus complet : aucune performance n’a jamais été validée par un test public, et aucune vente n’est proposée malgré de multiples annonces de MDI depuis plus de 10 ans. Néanmoins, une chose est sure, c’est qu’il faudra bien aussi fournir l’électricité au moto-compresseur chargé de remplir les réservoirs, et ce pendant quelques heures (comme pour les batteries !). Sachant que le rendement d’un compresseur n’égalera jamais celui d’un redresseur-chargeur de batteries, on en déduit que les consommations d’énergie électrique seront certes importantes pour recharger les batteries des véhicules électriques, mais elles seront encore plus importantes pour remplir les réservoirs des voitures à air comprimé pour obtenir des performances comparables. Donc, on peut se poser la question : où se situe l’intérêt de l’air comprimé ?

votez :
par l’éolienne (IP:xxx.xx5.221.212) le 6 octobre 2010 à 16H41

pouquoi utiliser obligatoirement l’electricite pour comprimer l’air,alors que partout il y a du vent gratuit.

votez :
par wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 6 mai 2012 à 11H41

Bonjour, je suis concepteur d’éolienne à axe vertical. Pour le stockage de l ’énergie, j ’avais envisagé l’air comprimé. Il faut bien l ’admettre cette solution n ’ai pas écologiquement et économiquement viable. Le rendement de l ’air comprimé est catastrophique (15% par rapport aux machines électrique de même puissance). outre les pertes dans les conduits (coudes, micro fuites etc...), il faut une quantité d’air énorme pour envisager une autonomie raisonable.

votez :
par test (IP:xxx.xx4.201.178) le 2 octobre 2010 à 20H24

à l’attention de solo (post du 25 septembre 2010 à 20H09)

de la même facon on peut se demander où se situe l’interet de la voiture electrique étant donnés les défauts justement mis en valeur par pierrot. alors oui peut etre que c’est mieux que l’air comprimé sur certains points mais ca reste loin d’être suffisant pour être intéréssant ;)

la voiture continuera à rouler au pétrole tant qu’une VRAIE nouvelle technologie n’aura pas émergé.

votez :
par jl (IP:xxx.xx4.217.5) le 7 octobre 2010 à 21H30

La fabrication et le recyclage des batteries posent un réel problème écologique. L’air comprimé pourrait suffire pour des trajets urbains (généralement la "2ème voiture" du foyer).

votez :
par Solo (IP:xxx.xx8.219.146) le 8 octobre 2010 à 22H35

D’accord avec les remarques de test (02/10/2010) A l’heure actuelle, aucune techno accessible aux communs des mortels ne peut prétendre rivaliser avec le pétrole comme source d’énergie pour l’automobile (rapport "poids+volume/énergie stockée" imbattable). L’électricité a beaucoup de défauts, c’est pourquoi les grandes constructeurs ne se précipitent pas pour en fabriquer : ils estiment qu’à terme, le marché de l’électrique serait d’environ 1% de leurs ventes. Pas de quoi faire du chiffre ! En revanche, quelques PME produisent des véhicules électriques pour ce petit marché ( voiturettes de golf, 2ème voiture pour conducteurs aisés ou écolos branchés, flotte de covoiturage, etc...). Mon propos était seulement de faire remarquer que si les défauts de l’électricité sont bien connus, et depuis longtemps, c’est parce que des voitures électriques ont été vendues pendant des années et que leurs utilisateurs peuvent témoigner. Et si les qualités des véhicules à air comprimé sont si mirifiques, c’est parce qu’il ne s’en vend aucun. Donc pas de témoignages contradictoires ! S’il s’en vend un jour (ce dont on peut douter au vu des très anciennes promesses jamais honorées de MDI), on pourra enfin comparer... et sans doute déchanter ! En attendant, depuis plus de 15 ans, Guy Nègre vend du rêve à quelques investisseurs qui se font des illusions sur l’avenir de l’air comprimé comme stockage d’énergie pour l’automobile. L’absence de démonstration des capacités des prototypes de MDI et les multiples reports de commercialisation de leurs modèles devraient pourtant leur ouvrir les yeux... L’avenir à quelques années démentira-t-il ces propos ?

votez :
par RSC (IP:xxx.xx0.223.206) le 3 décembre 2010 à 07H43

Aucun avenir ? Mais l’énergie sous forme comprimée ne se perd pas ou je dois refaire mon cursus ingénieur ?

Les batteries se dechargent d’elles meme. Ah oui comme c’est d’Actualité ! : le froid et les batteries ? hein quoi ? mince. Les moteurs electriques sont bien ! c’est vrai mais le stockage de l’electricité est chimiquement parlant mauvais etre TRES energievore. Et très nocifs pour l’environnement.

C’est normal quil y ait des etudes comme celle la : a montrer que l’energie pneumatique est mauvaise. Pourquoi ? Lobbying. Merci !

votez :
par Solo (IP:xxx.xx6.176.244) le 4 décembre 2010 à 17H53

Eh bien, voilà un bon plaidoyer ! Mais si le stockage d’énergie sous la forme d’air comprimé est si prometteur, pourquoi ne pas l’appliquer d’abord à un équipement fixe ? MDI a en catalogue virtuel des groupes électrogènes. Pourquoi ne les commercialise-t-il pas ? Rien que des avantages : pas besoin de rechercher des réservoirs légers, pas besoin d’entreprendre des démarches compliquées pour obtenir une homologation officielle, pas besoin de développer une carrosserie, des roues, des phares, du chauffage et de la clim, de respecter des normes européennes contraignantes, et tout ces équipements annexes qui grèvent les coûts et les délais. Pour une PME, il est quand même simple de réaliser une maquette de groupe électrogène : juste compresseur (on en trouve de très bons chez les fournisseurs), un réservoir (modèle pour plongée, par exemple), "le moteur MDI" et un alternateur (des tas de modèles existent) : et hop ! le tour est joué, l’affaire est dans le sac. Plus de lobby automobile à craindre, plus de bâtons dans les roues de la part des pétroliers, les commandes afflueraient et les sceptiques resteraient sans voix... Ah oui, tiens, pourquoi n’est-ce pas le chemin suivi par Guy Nègre qui peaufine son moteur depuis bientôt 20 ans, sans jamais le mettre à l’épreuve ? Ben, c’est tout simple : le fameux moteur à air comprimé a un rendement décevant (Guy Nègre promettait 60%, mais il plafonnerait finalement autour de 40%) ; mis en série avec un compresseur qui ne fait guère mieux, le résultat final n’est pas présentable. Donc il n’est pas présenté, ce n’est pas plus compliqué que ça. En cette fin d’année 2010, on peut relever que les sceptiques ont encore gagné leur pari : en dépit d’annonces toujours optimistes (les mêmes depuis plus de 10 ans), aucun véhicule MDI n’a été commercialisé cette année et les prévisions de Guy Nègre sont une nouvelle fois reportées... d’un an... comme chaque année ! Et après l’usine d’Andorre (abandonnée), on passe à l’usine en Suisse ; bref, l’histoire se répète. Convenons-en : en l’absence de tests de performance, toujours refusés par MDI, la seule chose qui soit vérifiable, ce sont les reports successifs des délais annoncés par Guy Nègre. Pas très valorisant pour un concept soi-disant prometteur.

votez :
par laurent (IP:xxx.xx9.107.222) le 24 juin 2011 à 01H23

Merci a monsieurs Solo pour ses remarques ultra pertinentes. Serieusement, je penses que certains devrait arreter de croire au pere noel, moi même de formation ingénieur, j’ai cru m’étouffer en écoutant les promesses de MDI (pour les mêmes raisons théoriques que celles cité par Mr Solo)

Pour le reste, je suis du même avis que Test ou Solo : oui, il n’y aura pas de révolution majeurs sans grandes avancé scientifique. Malgré des rendement insuffisant, je continue de croire que la Pile a combustible sera le vecteur d’energie du futur....mais il faudra une forte production d’electricité propre derriere.

Et c’est aussi pour ça que j’ai confiance en l’industrie nucléaire : on est loin d’avoir epuiser les recherches dans ce domaine, et même si les premieres application ont été faite trop tot par rapport à nos connaissances (que faire des dechets ??), un seul pas vers la "fusion" permettrait de regler beaucoup de probleme tout en rendant viable et "ecologique" la filière électrique coté voiture

oui on peut être écolo et croire au nucléaire...

votez :
par Un produit top : des batons dans les roues (IP:xxx.xx9.232.112) le 10 février 2011 à 22H19

on ne peut pas le nier l’airpod fonctionne et a été homologué c’est génial dans le fond mais dans les faits les lobbying de l’industrie automobile ainsi que ceux de l’industrie pétrolières ne laisseront pas faire, si toutefois, nous, le peuple décidons de choisir ce produit il disparaitra dans un merveilleux incendie accidentel

sur le modèle de l’industrie automobile qui cible ses clients en leur proposant un large panel de véhicules en fonction d’occasions ou d’utilisations

je suggère que cette auto soit la reine urbaine

à quand des stations d’airpod sur le même modèle que le vélib ? dans ce genre d’usage, pas besoin de grande autonomie, les bornes servent à la recharge,... puis le temps moyen d’utilisation est en général inférieur à 30mn

allez voir sur le site de MDI ce ne sont ni des escrocs, ni des charlatants juste des gens qui dérangent certaines industries ou politiques

personnellement des qu’elle est sur le marché je l’achete mais si y a un ingénieur de chez renault qui m’explique que je ne ferai que 40km à 50km/h si je peux les faire sans poluer, c’est tout bénéfice et pour ceux qui parlent de la pollution liée à la production d’électricité - je leur dirais, achetez votre électricité chez Enercoop (le seul fournisseur d’electricité 100% verte en France)

votez :
par JeanPaul (IP:xxx.xx4.54.161) le 29 décembre 2010 à 20H15

Bonsoir, il est toujours malheureux de rentrer dans des conflits qui opposent par exemple électrique et air comprimé. Si l’électrique à bien des avantages, on le voit notamment avec le développement de Michelin et roue électrique, il reste toujours pour cette forme d’énergie, pour l’instant, un problème d’approvisionnement, qui est trop long pour un usage quotidien d’un véhicule. Alors on pourrait aussi penser stocker de l’air comprimé dans des réservoirs pour alimenter une génératrice, qui elle-même ferait fonctionner des moteurs électriques. Voir pourquoi pas fabriquer de l’air comprimé sur route et le restituer en ville pour rouler à l’électrique. Vous me direz qu’avec la « Lexus » l’on ouvre déjà la porte à cette notion de recharge transparente pour l’utilisateur, qui transforme le véhicule en non polluant dans un usage urbain. Pourquoi ne pas penser à de multiples sources de recharge, si la voiture dans le garage, la plus électrique, si la voiture fait un long trajet routier recharge autonome. Toutes ces idées bien évidemment ont un coût, mais pensons aussi que la pollution des villes tu discrètement certes, mais tu tous les jours ! Ainsi il pourrait nous revenir à l’idée que la voiture a aussi un coût sur la sécurité sociale, sans parler du bruit et des désagréments odorants qu’elle procure. Alors si un jour l’on pouvait réunir différentes techniques sans penser aux intérêts personnels de sa spécialité, peut-être que le monde deviendra un peu meilleur.

votez :
par Solo (IP:xxx.xx6.152.174) le 10 mars 2011 à 17H54

Bonjour cher intervenant du 10 février 2011, Vous avez écrit : "personnellement des qu’elle est sur le marché je l’achète". Bien sûr, on vous souhaite bonne chance, mais considérez quand même qu’avec de tels engagements, vous ne prenez pas beaucoup de risques ! Tous les ans, le génial Guy Nègre annonce que la fabrication de ses merveilleuses voitures démarrera "l’année prochaine", et ce depuis 15 ans. A ce rythme, on peut penser que vous n’êtes pas près d’acquérir un de ces fabuleux véhicules... Et pour couronner le tout, les dernières nouvelles de la société MDI sont plutôt calamiteuses (procès envers son dernier associé suisse, manque de financement, licenciements des employés) ; après les promesses enthousiastes, et les annonces farfelues, voici venu le temps de la vérité qui fait mal. Mais seuls seront surpris (et déçus) les crédules qui avaient suivi le rêve et les mensonges de Guy Nègre.

votez :
par ingénieur automobile (IP:xxx.xx9.213.155) le 10 mars 2011 à 19H02

C’est un non-argument qui est développé dans l’article.

évidemment qu’il y a des pertes mécaniques dans l’air comprimé. Cela étant pratiquement, une voiture à air comprimé est plus facile à recharger (2 minutes contre 5 heures). Sans parler du retraitement des batteries et de l’usure de la batterie à chaque rechargement. En fin de vie il faut toujours autant d’énergie pour charger une batterie mais elle en délivre beaucoup moins. perte sèche.

D’autre part si les particuliers se dotent d’une production individuelle (panneau photovoltaïques, éoliennes etc) l’électricité produite est propre.

L’"argument" de l’article vient directement des firmes automobiles qui mettent des millions dans la voiture électrique. Sans aucune comparative sérieuse, ce n’est qu’un avis très partial qui a été émis ici.

votez :
par Solo (IP:xxx.xx6.179.151) le 13 mars 2011 à 18H16

@ ingénieur automobile Votre commentaire est très intéressant ! Donc, "une voiture à air comprimé est plus facile à recharger (2 minutes)". Je ne suis pas ingénieur automobile, mais je suppose qu’en temps que scientifique (forcément rigoureux), vous avez assisté à cette performance pour nous la présenter de façon si péremptoire. Aussi, je me permets de vous transmettre des interrogations qui m’intriguent : MDI annonce, pour son dernier né (l’Airpod), un réservoir de 230 litres rempli d’air à 350 bar ; cela fait donc environ 80 m3 d’air à transférer en 2 minutes. Question toute simple : Quel volume d’air doit être contenu dans le caisson qui délivrera ces 80 m3 ? A quelle pression initiale devra avoir été stocké cet air (plus de 350 bar, évidemment, mais combien au minimum) ? Questions subsidiaires : pour remplir préalablement ce caisson, quel type de compresseur ultra-performant faudra-t-il prévoir ? Quelle énergie sera consommée pour cette opération préliminaire ? Bien sûr, les valeurs trouvées devront ensuite être multipliées par le nombre d’Airpod qu’une station voudra remplir dans un temps donné. Il me semble qu’on devrait arriver à des chiffres assez irréalistes, mais vous allez sûrement nous renseigner de façon exacte. Un embryon de réponse avait été donné par le Professeur Rufer de l’Ecole Polytechnique de Lausanne qui a été chargé par MDI de définir les caractéristiques d’un tel caisson (newsletter.epfl.ch/alliance/index.php ?module=epflfiles&func=getFile&fid=245&inline=1) ; selon cet éminent scientifique, il faudrait relier ce caisson à un second réservoir plus important (en volume et en pression) afin de pouvoir remplir plusieurs Airpod... Bref, nous les braves gens, on imagine une usine à gaz ! Merci de nous rassurer par vos observations sur le terrain.

votez :
par dragus (IP:xxx.xx8.73.64) le 14 avril 2011 à 13H14

A croire que M. Solo est pour le lobby des industriels automobiles. Qu’est ce qui dérange dans le terme usine à gaz ?? C’est gaz, hors là, on parle d’air, donc aucun risque.... Pour les stations services, elles ont des "caissons" contenant du pétrole et ça ne dérange personne ?!?!?! Les lobby empêche tous développement de la voiture à air comprimé et je les comprends, je serais à leur place, je ferais la même chose et ceux, même au détriment de la planète car beaucoup d’argent !!!. Je vous annonce que la voiture à air comprimé sortira comme par magie quand il n’y aura plus de pétrole et, c’est malheureusement tout !!!

votez :
par Solo (IP:xxx.xx6.140.247) le 15 avril 2011 à 17H06

Bonjour Dragus,

En ce qui concerne les stations d’air comprimé, il est regrettable que vous ne nous informiez pas sur les questions en suspens : volume d’air à emmagasiner ? type de compresseur à utiliser ? C’est dommage, car votre argumentation y aurait gagné en intérêt... Et le concept serait apparu peut-être plus proche de la science fiction que de la réalité pour l’après-pétrole. Mais il y a les lobbys, dites-vous ! Ah les lobbys ! Curieusement, M. Guy Nègre ne les accuse jamais lorsqu’on lui demande la cause de ses retards à répétition : il invoque soit des malveillances de ses proches ("une cabale en interne" a-t-il un jour déclaré), soit les insuffisances financières. A ce sujet, le groupe Tata Motors, qui fut partenaire de MDI en 2007 (et le sauva alors de la faillite en lui versant pas mal de millions) ne manquerait pas de roupies pour concevoir et fabriquer des voiturettes à air comprimé, s’il jugeait le concept prometteur. Mais il n’en est rien, puisqu’il a officiellement déclaré que cette technologie ne pouvait pas s’appliquer à l’automobile. N’est-il pas étonnant de payer des millions pour acquérir les droits pour la technologie, puis de ne pas l’exploiter ? Dans le créneau des voitures bon marché, Tata a préféré développer sa Nano à essence, n’est-ce pas un signe ? Ensuite, si j’étais un membre de ces fameux lobbys (ce que je ne suis pas, ne vous en déplaise) et que je croyais devoir craindre le concept, je me précipiterais pour racheter la PME de M. Guy Nègre et tous ses brevets. Ce serait la meilleure façon de me protéger de ce possible concurrent. Mais, au contraire, si je juge qu’il n’y a aucune crainte à avoir, je ne bougerais pas et, de même que tout un chacun, j’attendrais calmement la suite des événements, à savoir, la fin de l’aventure... Et c’est bien ce que l’on observe, vos fameux lobbys ne manifestent visiblement aucune crainte, et on les comprend ! Enfin, si on s’intéresse au sujet, on ne manque pas d’observer : 1°) que jamais un scientifique ou un physicien n’a confirmé les calculs de M. Guy Nègre. Au contraire, tous ceux qui se sont penchés sur la question ont fait part de leurs réserves, voire de leurs doutes quant aux performances annoncées. (Ecole des Mines de Paris, Université de Berkeley, Ecole Polytechnique de Lausanne, etc.) 2°) que les seuls investisseurs qui ont manifesté leur intention pour monter une usine sont plutôt des profanes en la matière ; exemples : un agent immobilier en Andorre, un avocat en Suisse, pas vraiment des familiers des lois de la thermodynamique ; mais bizarrement, pas un seul qui soit technicien ou ingénieur. Sans doute ceux-là savent-ils ce qu’il faut espérer du concept... 3°) si les performances de leurs prototypes sont aussi extraordinaires que le prétendent les dirigeants de MDI, comment expliquer qu’ils ont toujours refusé d’en faire la démonstration ? Voilà une bonne manière de passer outre au dédain des lobbys, et surtout de déclencher l’adhésion populaire ! Pensez donc, une voiture qui roule à 80 km/h, possède une autonomie de 200 km et qui ne revient qu’à 1 euro les 100 km ! Et en plus, pas chère à l’achat ni à l’entretien ! Le rêve ! Qui ne serait pas intéressé ? Malheureusement, les nombreuses sollicitations des médias auxquelles M. Guy Nègre a complaisamment répondu n’ont été que des prétextes à des promesses de délai (jamais tenues, depuis plus de 10 ans !) et à des annonces de performances jamais démontrées... A ce catalogue de ratages, que faut-il ajouter ? Après le dernier échec de l’usine suisse (voir le site www.catecar.ch), faut-il espérer un nouvel investisseur, prêt à se faire gruger comme les précédents ? On peut penser que, instruits par la stratégie de MDI, faite de reculades, de mensonges et d’opacité, les éventuels intéressés ne se bousculeront pas ! Attendons donc la suite des événements et ne soyons pas surpris quand, à la fin de l’aventure, la vérité sur les réelles performances des prototypes de MDI sera enfin dévoilée.

votez :
par Stéfan (IP:xxx.xx7.240.142) le 20 avril 2011 à 18H21

Bravo à Solo pour cet exposé, sincèrement c’est agréable de lire un discours construit, je n’ai pas les moyens intellectuels d’une telle prétention... Néanmoins, on le sait, c’est la recherche, et les essais qui peuvent faire avancer les technologies. Ne pensez vous pas que des solutions "acceptables" pourraient être trouvées s’il y avait autant de moyens et de chercheurs que sur la voiture électrique qui se penchaient sur la question ? N’utiliseraient on pas moins d’électricité si nous (l’Etat) n’avions pas tant investi stratégiquement dans l’électricité ? N’utiliserions nous pas moins la voiture individuelle si les Politiques ne nous y avaient pas incité, et n’avaient pas tant investi dans la construction (RENAULT...) et l’extraction/raffinage (TOTAL...) ? Si nous devions du jour au lendemain passer de la calèche à la voiture à essence pour tous, j’imagine qu’on refuserait l’idée d’installer PARTOUT des stations services... en plus potentiellement dangereuses. Tout ce qui est nouveau fait peur, tout ce qui contraint à une révolution est taxé de non rentabilité, de non compétitivité, forcément le coût technologique d’entrée paraît prohibitif. Oui, la voiture a air comprimé est un beau rêve, peut être un mirage dans sa conception, mais si des chercheurs pouvaient utiliser leurs énergie a essayer d’optimiser cette idée plutôt que de ridiculiser et regarder ce pauvre M.Negre escroquer des utopistes, peut être, peut être qu’on aurait tous quelque chose à y gagner.

votez :
par Solo (IP:xxx.xx6.144.78) le 20 avril 2011 à 21H58

Bonjour Stéfan,

Votre raisonnement est intéressant et je l’ai lu avec attention. Oui, passer du jour au lendemain de la calèche à la voiture à essence nécessiterait un sacré saut, non seulement technologique, mais aussi mental et comportemental ! Des stations services potentiellement dangereuses, c’est vrai (à nuancer quand même, car ce n’est pas l’essence qui brûle, mais ce sont les vapeurs qu’elle dégage en s’évaporant à l’air libre, c’est pourquoi les flammes sont toujours en surface). Tout cela a été surmonté, parce que le ratio énergie/volume est imbattable et qu’il n’y avait pas d’alternative. D’où la difficulté aujourd’hui d’envisager son remplacement.

A mon avis, un changement de source d’énergie ne se fera pas sans un sérieux effort pour changer nos modes de vie, notamment (et surtout) dans nos moyens de déplacement.

En ce qui concerne l’air comprimé : malheureusement pour ceux qui prône ce mode de stockage d’énergie, les théories des gaz ont été établies et mises en équation depuis plus de 2 siècles et n’ont jamais été prises en défaut. Donc :

1°) il est vain d’attendre un progrès venant de la théorie, parfaitement connue des scientifiques et des ingénieurs

2°) cette théorie montre des pertes d’énergie importantes lors de la compression et de la détente, ce qui rend le cycle complet très peu performant et très consommateur d’énergie primaire, dont seule une faible partie est transmise au dispositif utilisateur (roues motrices, par exemple).

En conclusion, l’air comprimé ne sera utilisé que si vraiment on n’a pas autre chose de plus performant (sauf à imaginer des utilisations très particulières, dites "de niche" car trop peu répandues pour que le concept soit développé à grande échelle). Ce sont ces remarques que font tous les physiciens qui ont eu à se pencher sur "l’invention" de M. Nègre : ils ont tous mis en doute les performances que prétend obtenir MDI sur ses prototypes (notamment pour ce qui concerne l’autonomie, mais aussi sur les contraintes de remplissage du réservoir), et c’est aussi pour cette raison que "des chercheurs" jugent inutile de consacrer leur énergie à améliorer un concept qui a quasiment atteint ses limites théoriques. Et c’est encore pour cette raison que tous les observateurs attendent, mais en vain depuis des années, que les dirigeants de MDI acceptent enfin de démontrer par des tests en grandeur réelle les vraies performances de leurs prototypes. Je ne pense pas que ces scientifiques raisonnent seulement en termes de "peur de ce qui est nouveau", mais plutôt qu’ils réfléchissent avec leurs équations et leurs règles à calcul ! Ne croyez-vous pas que la balle est alors dans le camp de M. Nègre, et que c’est à lui de montrer que ses promesses sont tenables ? Malheureusement, ce monsieur ne s’inscrit pas du tout dans cette logique, et chaque année, il reporte à "l’année prochaine" la mise en fabrication de ses modèles de voitures... Si les scientifiques comprennent le pourquoi de ces reports incessants, pour le commun des mortels, cette stratégie, après plus de 15 ans de "baratin", doit paraître louche, non ?

Pour ce qui est de l’électricité, il est indéniable qu’il y a eu, dans notre pays, une incitation à consommer : par exemple, le chauffage électrique des habitations, encouragé longtemps par EDF, n’est pas vraiment une utilisation judicieuse ! Mais de là à penser que le choix de cette énergie pour les véhicules relève de la même stratégie d’incitation, il y a un pas que, pour ma part, je ne franchirais pas. A cela au moins deux raisons :

1°) le moteur électrique est super-performant du point de vue de son rendement (on atteint 98% !) et de son fonctionnement à impact nul sur l’environnement (ça fait des sacrés "plus" par rapport aux moteurs thermiques ! même en ayant recours aux bio-carburants)

2°) la problématique du stockage de l’électricité (batteries) est une pierre d’achoppement actuelle que nul ne peut ignorer. C’est cet aspect qui freine le développement des véhicules électriques, par son prix, ses contraintes d’approvisionnement en matières premières (exemple du lithium), de poids, d’encombrement, de durée de vie, de temps de recharge et d’impact sur l’environnement. Cela fait beaucoup de points à améliorer ! Mais, (et toute la différence avec l’air comprimé est là), les réalisations actuelles n’ont pas atteint les limites théoriques fixées par la chimie des matériaux. Et c’est pourquoi, beaucoup de laboratoires de recherche à travers le monde travaillent sur l’élaboration de nouveaux moyens de stockage de l’électricité, et que ce sujet sensible donne lieu, compte tenu de l’énorme enjeu, à des communications biaisées et à des tentatives d’espionnage. On peut raisonnablement espérer que des progrès significatifs seront accomplis dans les années qui viennent, soit sur le poids ou l’encombrement, soit sur les prix ou d’autres facteurs, car tout progrès sera bon à prendre.. !

En conclusion, qui vivra verra !

Cordialement.

votez :
par jm (IP:xxx.xx7.166.32) le 11 mai 2011 à 18H23

Voila une façon de continuer à se boucher les yeux devant les évidences techniques. Rien n’est plus polluant que l’énergie électrique. Simplement on déplace le problème des villes vers le reste de la planète. Un peu comme avec les usines de traitement des ordures et les centrales de traitement des eaux usées. L’énergie du courant ordinaire dans une prise électrique représente moins de 10% de l’énergie qu’il a fallu consommer pour le fabriquer et l’acheminer vers notre prise.

1 - Le rendement de fabrication de l’électricité est très faible. Les différentes transformations de l’énergie depuis la production de chaleur jusqu’à la turbine représentent un rendement inférieur à 20 %.

2 - Le rendement du transport de l’électricité est une catastrophe écologique. Il est moins couteux de transporter du gaz comprimé avec un camion alimenté avec du gaz comprimé, que de transporter du courant électrique dans des fils et des transformateurs qui à chaque étape ajoutent une perte non négligeable. Au total de l’ordre de 50%. Ou part donc cette énergie ? En chaleur, dans l’atmosphère. Si vous n’êtes pas convaincu, sachez que l’usure des fils de transport de l’électricité est mesurée avec une caméra thermique embarquée sur un hélicoptère.

3 - Enfin cette énergie électrique est impossible à stocker. Ce qui signifie que nos braves centrales nucléaires, une fois mises en route, doivent produire, même si personne ne consomme. Que fait-t-on alors de l’électricité produite à si grand frais. On l’utilise pour réchauffer les rivières et les mers de la planète.

Mais c’est pas grave à Paris on ne voit pas les centrales de fabrication.

Comment construire une centrale électrique, une usine de retraitement des ordures ou une usine traitement des eaux usées dans des surfaces où le m2 se vend, sur plusieurs étages à 10000€ ??? On place tout cela dans les campagnes et les banlieux.

votez :
par Nounours (IP:xxx.xx6.154.138) le 26 mai 2011 à 22H03

jm a écrit : "Rien n’est plus polluant que l’énergie électrique" Ah bon, même plus polluante que les gaz de schistes, le charbon ou le pétrole ? Vite, revenons à la lampe à huile ! Et d’autres affirmations : "Le rendement de fabrication de l’électricité est très faible" (on reste pantois devant tant de précision : "très faible", c’est 5% ou 75% ?), puis "le rendement du transport de l’électricité est une catastrophe écologique". Bien. Très bien dit. Evidemment, la preuve vous sera adressée par courrier intime, car c’est un scoop difficile à partager... Enfin : "Il est moins couteux de transporter du gaz comprimé avec un camion alimenté avec du gaz comprimé, que de transporter du courant électrique" Il n’y a qu’à s’en convaincre, sans demander d’explications. Cher jm, quand on avance de telles informations-choc, il serait bon de les étayer par des sources ou des références, avec des chiffrages à l’appui, de façon à se faire une idée de leur validité. Mais quand on prétend à la science infuse, foin des démonstrations, n’est-ce pas ?

votez :
par Solo (IP:xxx.xx8.224.215) le 25 mai 2011 à 22H10

L’électricité, c’est comme la démocratie : c’est le pire des systèmes, mais pour l’instant, on n’en connaît pas de meilleur ; ou du moins, on ne sait pas par quoi la remplacer. Et puis, les procédés présentés comme écologiques (éoliennes, panneaux photovoltaïques, hydroliennes) qu’est-ce qu’ils fabriquent ? De l’électricité, encore elle ! Et nos appareils domestiques, et nos moyens de télécommunications, et l’éclairage, et les installations de soins dans les hôpitaux, avec quoi fonctionnent-ils ? Avec l’électricité. Celle qu’on a surnommée "la fée électricité" est bien envahissante, au point d’être devenue indispensable. Alors, cher jm, que faire ?

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx7.228.17) le 30 mai 2011 à 21H04

à JM : Concernant les pertes liés à la production et transport d’électrécité, vos affirmations sont incorrectes, voici les chiffres actuels :

1- Production (vous dites 20%) :

Centrale à Cycle combiné CCGT : 50 à 60%

Centrale Classique ou TAC : 35 à 45%

Nucléaire : 30% à 35% (*)

(*) C’est faible certes mais on pourrait difficilement avoir un réacteur dans sa cave pour chauffer sa maison et encore moins dans sa bagnole !

2- Pertes en ligne (vous dites 50%) : Elle sont généralement < 10%, environ 6% pour la France (Sinon EDF ne pourrait pas vendre l’électrécité aux tarifs actuels)

3- ça peut arriver parfois qu’il y ait un surplus de production nécessitant d’en jetter un peu à la rivière, mais c’est assez rare.

J’ai lu beaucoup d’etudes qui indiquaient que sur le plan énergétique, toutes pertes comprises, la voiture électrique s’en sort bien mieux que la thermique, surtout en utilisation urbaine.

votez :
par Philamiens (IP:xxx.xx6.81.161) le 21 décembre 2011 à 17H15

Passionant et très bien écrit, merci à toutes et à tous.

En ce qui concerne l’éléctricité le "0" pollution oublie de préciser : sur le lieu de consommation ... Certes cela permet aux centres ville de respirer en transférant les problèmes polluants aux fin fond des contrées peu peuplées. reste à savoir qui voudra d’une centrale nucléaire, d’un incinérateur et d’un centre de retraitement de métaux lourds dans son voisinage.

je peux comprendre également les réticences de la société MDI qui ne souhaite pas dévoiler ses "secrets" tant qu’elle n’est pas en mesure de s’en assurer l’exploitation elle même, compte tenu de difficultés financières. Mais il est vrai que si ce projet doit voir le jour, l’époque est très favorable alors ...une décision s’impose.

Je n’ai pas les compétences nécessaires pour juger de la pertinence de ce projet mais il me semble avoir lu que ce dernier n’exclue pas l’apport d’une énergie fossile dans de faibles proportions. Est-ce la clé ?

votez :
par damienrush (IP:xxx.xx8.251.152) le 3 janvier 2012 à 12H41

M. Negre et son équipe sont tres mauvais en marketing... Je me souviens du taxi qui devait etre une revolution, ensuite de cette manette pour l’airpod, cette abaissement... du grand n’importe quoi. C’est bien de vouloir impossé ces idées au consommateur, mais vouloir changer leurs habitudes coutent cher... comprendre l’historique de la Smart.

Aussi, je suis curieux d’entendre ces investisseurs qui comme moi y ont cru et qui ont investi, moi non... Cela fait 5 ans... et toujours rien... Au depart, je pensais que M. Negre était juste têtu, avec ces idées de conception et de lancement sans queue ni tête puis je pense aujourd’hui qu’il y a des failles et qu’il le sait !

votez :
par pour la vérité et contre la poubelle (IP:xxx.xx0.156.10) le 6 janvier 2012 à 16H08

merci pour cet article pro électrique et démago

l’electrique avec batterie embarquée n’est pas le futur :

la batterie :
- est à base de ressources rares présentes dans peu de régions du monde (inflation des prix, instabilité géopolitique)
- chauffe beaucoup, nécessite un refroidisseur qui consomme sinon il y a risque d’incendie, surtout dans les endroits chauds (Moyen Orient)
- a une durée de vie de 5 à 8 ans, doit donc etre régulierement changée
- pese tres lourd, de 100 à 400 kg selon les modeles
- coute cher, environ 30 à 60% du prix de la voiture
- se recycle tres difficilement et presente de graves risques de pollution (surtout dans les pays en dev)
- se recharge en 6 heures (2 min pour l’air)

donc avec l’electrique on a un probleme : de pollution, de chauffe, de poids, de prix et de matieres premieres. Ne faisons pas la meme connerie qu’avec les voitures traditionnelles et propager un concept imparfait.

La voiture a air a été victime de pressions de lobby, n’a recu aucun financement alors que c’est dans la loi pour tout dépot de brevet. L’éléctrique a recu des milliards de l’Europe... La voiture a air a gagné le prix de l’invention du siècle par l’OMPP.

Le futur pour le coup c’est :
- des routes faites avec des aimants pour limiter le frottement
- des voitures electriques sans batteries mais alimentées par un systeme electromagnétique (un peu comme le jeu des petites voitures de circuit pour enfant)
- avec chauffeur automatique GPS

merci messieurs de penser logiquement et moralement pour les générations futures plutot qu’a votre souhait de montrer votre bétise. Nos enfants et l’histoire nous jugerons, que votre conscience soit en paix.

votez :
par Solo (IP:xxx.xx6.158.98) le 6 janvier 2012 à 22H00

Merci à "pour la vérité et contre la poubelle" Son message très mesuré nous montre le chemin : pour ce qui concerne l’avenir de nos déplacements motorisés, sachons suivre son exemple : comme lui, sachons rester modestes, et faisons en sorte de ne pas paraître trop sûrs de nous... Donc, aimantons nos routes et coupons l’alimentation électrique qui fait marcher les petites voitures des circuits miniatures pour enfants pour constater qu’ainsi tous les problèmes seront résolus ! Plus de frottements, et plus d’accidents de la route... Plus de sources d’énergie, donc plus de déplacements. Il suffisait d’y penser ! Souhaitons que M. Guy Nègre lise ce post et qu’il s’en inspirera pour concevoir la prochaine version de ses miraculeux véhicules. Espérons aussi que les méchants lobbies ne feront plus de "pressions" (lesquelles, bien utilisées, auraient pu participer au remplissage du réservoir de l’Airpod !). Ah si seulement on écoutait un peu plus les visionnaires ! Encore merci, et bonne année à "pour la vérité et contre la poubelle"

votez :
par Sly_68 (IP:xxx.xx6.142.21) le 27 janvier 2012 à 17H00

Je vais apporter ma petite contribution à ce forum animé et passionnant. je ne crois pas au miracle. mais je crois encore moins à l’avenir de la pile à combustible car le procéder de fabrication d’hydrogène est trop gourmand en energie pour le rendre vraiment intértessant pour les usagers. Pour les pétroliers, cela permettrait de produire un carburant "propre" avec les même contraintes tarifaire que le pétrole et une autonomie équivalente à une voiture électrique. La voiture électrique, à moins que la démocratisation massive divise par 2 le coût de ces véhicules ne s’imposera pas tant que rouler propre coutera plus cher que bruler du carburant. Le rendement des voitures à air comprimé si il est si mauvais que j’ai pu le lire plus haut (30 à 40%) ne sera malgré tout pas plus mauvais que les moteurs thermiques actuels avec une autonomie équivalente d’un véhicule électrique. Alors pourquoi ne pas laisser sa chance à Guy NEGRE ?

votez :
par Solo (IP:xxx.xx6.143.94) le 29 février 2012 à 20H49

D’accord Sty_68, laissons sa chance à Guy Nègre... et sachons être patients ! En effet, si l’on se penche sur ses (très) anciennes déclarations, sur ses (très) anciennes promesses, on peut penser que ce monsieur a eu "sa chance", et même de nombreuses fois ! Cela fait quand même plus de 15 ans qu’il clame les formidables performances de sa géniale "invention"... Quelques rappels ? En 2000, il déclarait déjà que ses prototypes "donnaient entière satisfaction"... Bien entendu, il n’autorisait personne à vérifier ses dires ! Pourtant de nombreux médias (presse, radio, TV, blogueurs) lui ont tendu micros et caméras et ont répercuté les prodigieuses performances qu’il promettait. Quelle chance d’avoir ainsi une tribune pour vanter sa merveilleuse invention ! Mais que n’a-t-il alors saisi "sa chance" en présentant un véhicule de tests et en organisant une démonstration publique des performances époustouflantes de son bébé ? Mais pour cela, on se heurtait toujours au même refus... ! Et puis, vint 2007, avec la signature d’un contrat avec le géant indien Tata Motors. Là encore, quelle chance ! Les millions sont arrivés chez MDI, et selon Guy Nègre, Tata ne manquerait pas de se convertir vite fait à l’air comprimé... Mais patatras, peu de mois après, la firme indienne faisait savoir que "tout véhicule mû pas l’air comprimé connaîtrait des difficultés" : température trop basse générée par la détente de l’air dans le moteur (production de glace), et autonomie insuffisante pour augurer d’un succès commercial. Puis vint le Salon de Genève 2009 ; Guy Nègre, écrivit une newsletter, et dans un élan lyrique, annonçait un "printemps florissant" pour sa société, avec le démarrage des fabrications du dernier-né, l’Airpod, véhicule ultra-léger (de la catégorie des golfettes). Et encore patatras, pas de fabrication, ni en 2009, ni en 2010, etc... Mais le monsieur sait rebondir, et il signe un partenariat-association avec un avocat suisse se découvrant une vocation d’industriel : la société Catecar est créée et prévoit d’ouvrir en mars 2011 une usine à Airpods à Reconvillier (Jura suisse) ; ça y est, se dit-on, Guy Nègre a enfin "sa chance" ! Hélas, encore patatras ! Les ex-associés s’accusent mutuellement de "menteurs éhontés" et en sont à se menacer de poursuites en justice ! J’ai résumé, car d’autres chances se sont offertes à l’audacieux inventeur avec des industriels italiens (en 2004) : l’usine Eolo a été construite (à Broni), les employés recrutés, puis plus rien... Fermeture, licenciements,... (cf. Wikipédia). Il y eut aussi l’usine d’Andorre, projetée en 2009 par un agent immobilier ; celui-ci a déclaré forfait avant même d’inaugurer son site de fabrication. Peut-être s’est-il rendu compte à temps qu’il y avait entourloupe dans les promesses de Guy Nègre ? Bref, de multiples chances se sont présentées, et si Guy Nègre ne les a pas saisies, c’est tout simplement parce qu’il sait, lui, que le concept ne tient pas la route, et qu’en conséquence son intérêt est de faire durer le suspens pour continuer à faire parler de lui et de sa prétendue invention-miracle ; l’affichage médiatique est une de ses spécialités, le but étant d’attirer encore quelques gogos peu calés en thermodynamique et surtout quelques naïfs investisseurs prêts à mettre des euros dans son affaire. Apparemment, ça marche de moins en moins, notamment auprès des journalistes qui ont compris qu’ils s’étaient fait "balader" pendant toutes ces années. En effet, on remarque que les articles et les interviews se font de plus en plus rares.... Néanmoins, la crédulité humaine pouvant être insondable, il subsiste encore des supporters qui sont, bien sûr, "à la recherche d’investisseurs" (un certain Joël Denous a créé un site et une association pour "lever des fonds" dans le but de construire, lui aussi, une usine à Airpods en Anjou, si possible avant fin 2012...) Encore une "chance" de plus pour le génial inventeur !?

votez :
par Systran (IP:xxx.xx6.6.161) le 13 avril 2012 à 23H42

Vous les humains vous n’êtes pas "PRÊTS" pour le moteur à air, cette technologie est trop "PURE" pour vous ! Vous devez continuer à vous engluez dans la consommation des énergies "LOURDES" jusqu’à la disparition de votre espèce sur cette Terre ! En continuant de vous quereller sur des conflits d’Intérêts que vous qualifiez d"ÉCONOMIQUES".

Et enfin quand vous serez "PRÊTS" il sera certainement trop tard .

Message d’un Ange qui se déplace dans un véhicule de LUMIÈRE tout simplement "inconcevable" pour vous.

votez :
par KATIA (IP:xxx.xx4.144.89) le 2 mai 2012 à 09H07

POUR SYSTRAN

Je fais partie de celle qui croit en l’existence d’extra-terrestres et vous dîtes vous transporter grâce à la LUMIERE.Compte-tenu de la sagesse dont vous nous faites part,et puisque vous êtes éclairé,pourriez-vous s’il vous plaît me dire quel est le mot auquel je pense en vous écrivant ?

Merci

votez :
par KATIA (IP:xxx.xx4.144.89) le 2 mai 2012 à 09H32

Pour Systran

Veuillez pardonner mon étourderie !...JE crois aussi en l’existence des Anges et je voudrais corriger mon erreur...La question reste bien entendue toujours d’actualité.A quel mot suis-je en train de penser ?

+

votez :
par idem (IP:xxx.xx5.41.23) le 24 avril 2012 à 21H09

24 avril 2012 Ricaud j-claude 91 sermaise 20heure tout ceci est tres interessant ,et pour la fin , c"est un ange qui vient clore le debat ,là juste au dessus,c’est bien normal. N’etant pas moî meme ingenieur ou physicien, mes connaissances sont limitées. Toute fois ne serait il pas possible de coupler plusieures énergies pour arriver à un tout operationnel performent aire comprimé,éléctreicitée, HYDROLIQUE),trilogie énèrgetique qui ogmenterait les performances et pourquoi pas les fantésies en plus.TOUS à vos planches à dessin,je ne veus entendre auccun bruit si ce n’est que le bruit crépitant du crayon sur le papier et pour finir, un eureka j’ai trouvé. Bonne chance à Mr guy Naigre ,sa femme et toute son équipe,que je soutien moralement mais en toute modestie (comme beaucoup) pour le courage de leure entreprise.

votez :
par gonflement (IP:xxx.xx4.157.51) le 4 juin 2012 à 21H20

Il y a du nouveau dans le stockage de l’ air comprimé.

Enairys Powertech, une start-up suisse, a développé une méthode, pour stocker et restituer l’énergie par air comprimé, avec un rendement énergétique compris entre 60% et 65%, contrairement à 20-30% jusque là.

Guy Nègre aurait donc maintenant toute ses chances de réussir en pratique, si les cochons et leurs chiens de garde arrêtaient de lui bouffer la couenne.

C’ est sûr que lorsqu’ on s’ imagine que c’ est impossible, on ne risque pas de réussir : C.Q.F.D. !

votez :
par herve (IP:xxx.xx7.245.60) le 13 juillet 2012 à 04H46

moi je reste avec mon velo, persone pait dire que se pas propre !

votez :
par Solo (IP:xxx.xx6.133.124) le 20 juillet 2012 à 18H29

@ idem Votre soutien moral à l’équipe dirigeante de MDI, c’est bien ; mais ce que désire avant tout MDI, c’est des euros ! Vous remarquerez aussi que, bizarrement, tous ceux qui soutiennent les projets de MDI disent comme vous ne pas être ingénieur et ne rien connaître à la science physique en général, ni à la thermodynamique ou à la mécanique des fluides en particulier. Ce fut le cas de Patrick Dupin, agent immobilier (usine foirée en Andorre), de Me Sambuc, avocat (usine mort-née en Suisse), Joël Denous, agent commercial (avant-projet d’usine en Anjou),... En revanche, tout aussi bizarrement, les scientifiques qui se sont exprimés sur le concept de MDI ont émis de graves réserves sur les prévisions de performances que claironne MDI depuis plus de 12 ans (sans jamais avoir proposé de les démontrer, bien entendu). Cela ne vous interpelle-t-il pas un tout petit peu ?

@ gonflement Oui bien sûr, il y a la société Enairys... Elle est surtout connue pour ses effets d’annonces (tiens, quelle coïncidence, tout comme MDI !). Créée en 2008, son site Internet est depuis 4 ans "en construction". Pour une entreprise innovante, c’est assez suspect ; de plus, dans les rapports annuels d’avancement de ses projets, on lit que 2009 et 2010 n’ont pas permis de faire les démonstrations espérées d’un équipement opérationnel. Puis rien en 2001... Attendons fin 2012 pour savoir si cette année aura été plus favorable(?). Dans ces conditions, annoncer des valeurs de rendement, c’est un peu "gonflé", ne trouvez-vous pas ? Allez, je parie qu’on en reparlera dans 10 ans, pour saluer cette merveilleuse avancée dans le domaine de la compression d’air, et pour souhaiter qu’elle débouche un jour "prochain", comme pour MDI...

votez :
par moi (IP:xxx.xx7.23.231) le 24 août 2012 à 11H26

Aprés avoir lu tous vos messages, je me fais une idée sur ce concept à air comprimé un peu moins flou. Je comprend tout à fait Solo qui disserte magnifiquement bien sur le sujet avec des arguments forts et réels. Par contre, je me dis que nous sommes à une époque où le réchauffement climatique va peu à peu anéantir toutes les belles choses que la nature nous donne gratuitement, que nous parlons de faire quelque chose de valable pour arrêter ou du moins ralentir fortement les gaz à effets de serre, de rouler moins vite sur les routes pour diminuer les accidents .... et tant d’autres choses.Bien sur que je veux que l’electricité arrive chez moi pour que je puisse m’éclairer donc même si je ne veux pas de centrale electrique dans mon quartier, je continuerais de prôner cette énergie mais pour ce qui est de nos véhicules je ne pense pas que ce soit une solution. Comme il a été dit , les batteries sont très polluantes à fabriquer et à entretenir donc pourquoi pas l’air comprimé ??? Certes c’est moins performant mais si tous les constructeurs investissaient dans ce concept pour fabriquer un véhicule capable de rouler à 110km/h(largement suffisant sur autoroute) et avec une autonomie moyenne intérréssante, je pense fortement que BEAUCOUP d’entre nous y regarderait à 2 fois. Les débuts de toutes nouvelles technologies ont été très difficiles avant d’être prises au sèrieux. Je pense fortement que l’air comprimé fait parti de ces technologies là. A notre époque où tout doit être plus performant pour aller plus vite, une régression de ses valeurs pour diminuer la pollution dans le monde n’interresse pas grand monde et c’est bien dommage ... c’est comme de dire à tous de revenir à la télé sans télécommande !!! Nous sommes entourer d’une source d’énergie naturelle, l’air, qui combiné avec un peu d’electricité fait avancé une voiture ... je continue donc à espérer que cette solution est la bonne et qu’enfin elle soit développée à sa vrai mesure.

votez :
par Solo (IP:xxx.xx6.171.244) le 26 août 2012 à 11H07

A l’attention de "moi"

Désolé, mais l’idée que vous vous faites sur ce concept de l’air comprimé est peut-être "moins floue", mais elle demande à être encore encore approfondie. D’abord, il ne faut pas écrire que l’air est "une source d’énergie naturelle", car cela est archi-faux. On doit seulement dire que le fait de comprimer l’air permet de stocker de l’énergie.

En énonçant cette évidence scientifique, on comprend qu’il faut un appareil pour comprimer l’air (c’est un compresseur), et une énergie pour alimenter cet appareil : généralement (et c’est ce que fait MDI pour ses prototypes) cette énergie est électrique. A partir de cette analyse basique, on peut disserter sur les avantages et les inconvénients de stocker l’énergie électrique soit dans des batteries, soit dans une bouteille d’air comprimé. Chacun peut avoir son opinion ! Les perspectives sur l’avenir des déplacements, avec leurs conséquences sur le réchauffement de la planète, pourraient effectivement influencer les réflexions. Mais un constat s’impose : les batteries sont encore en phase de recherche et d’amélioration, la chimie n’ayant pas encore fixé les limites que les chercheurs pourront atteindre : capacité, rapport "kWh stockés/poids, cycles de recharges, recyclages en fin de vie,... Tout cela est encore ouvert à des développements à venir (10 ans ? 20 ans ?) ; en revanche, la science thermodynamique, qui régit la compression des gaz, est totalement aboutie et sa théorie permet d’en fixer précisément les limites.

Et c’est là que se marque la différence : les rendements (de compression et de détente) sont faibles, et pour stocker une quantité d’énergie suffisante, il est nécessaire d’avoir soit de gros réservoirs, soit de très fortes pressions, ou bien les deux à la fois (comme dans les tramways de Mékarski). Et la conclusion s’impose : dans un véhicule automobile, le volume dévolu au stockage de l’énergie obère les performances : d’après les scientifiques, pour une auto classique, l’autonomie escomptée ne dépassera pas 40 ou 50 km, quels que soient les brevets ou les développements à attendre. Certes, on peut répondre qu’il faudra bien que les êtres humains s’habituent à se déplacer moins souvent, moins vite et moins loin, au regard de l’augmentation inéluctable des coûts de l’énergie. Mais il faut bien voir que les contraintes associées à la technologie de l’air comprimé sont importantes : durée, coût et niveau sonore de la compression ; nécessité d’avoir tout de même une source électrique à bord pour alimenter les équipements annexes (phares, essuie-glaces, chauffage,...) ; obligation d’alléger au maximum le véhicule au détriment de la sécurité, etc... Et tout cela pour une autonomie réduite. Contrairement à ce que vous pensez, cette solution n’est pas la bonne. Tout bien pesé, les moteurs électriques seront préférés, et il suffit pour s’en convaincre d’observer l’évolution actuelle : nonobstant des promesses vieilles de plus de 12 ans, MDI n’a jamais commercialisé un seul des véhicules qu’il présente dans son catalogue ; alors que, malgré leurs défauts, des véhicules électriques circulent ici ou là : à La Rochelle (depuis 10 ans !) ; à Antibes ; à Paris (autolib), et dans des flottes comme EDF, La Poste,...

votez :
par moi (IP:xxx.xx7.23.231) le 26 août 2012 à 21H21

Comme je l’ai dit au dessus, je comprends tout à fait ton raisonnement mais je reste persuadé de l’utilité même partielle de l’air comprimé .

votez :
par Solo (IP:xxx.xx6.166.103) le 27 août 2012 à 16H24

"Utilité partielle", cela veut dire quoi ?

Pour satisfaire "partiellement" un marché de niche ? Cela est déjà le cas avec certains transporteurs (fenwicks, par exemple), appelés à se déplacer dans un environnement dangereux (risques d’explosions, par exemple), car le moteur à air comprimé ne produit pas d’étincelles, ni de chaleur, ni de de gaz plus ou moins toxiques. Ce marché est très restreint et les demandeurs sont alors peu regardants sur les autres caractéristiques (prix d’achat, contraintes de remplissage, coûts d’usage, autonomie).

Pour remplir "partiellement" les besoins de l(usager lambda ?

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les performances potentielles sont très loin de remplir les objectifs du conducteur moyen, même 100% urbain. Ce serait tout au plus, et dans des circonstances très particulières, adapté au marché du second véhicule, mais avec des performances si limitées (en autonomie et en charge utile notamment) que seuls les utilisateurs habituels de la bicyclette pourraient y voir un possible intérêt (pour se déplacer en étant protégés de la pluie, par exemple). Mais avec des sujétions telles que leur engouement sera vite refroidi : prix d’achat et coût d’assurance bien plus élevés que pour un simple vélo, encombrement (parking ou garage : pour la clientèle des centre-villes, c’est un vrai casse-tête), nécessité d’avoir une alimentation électrique à disposition sur le lieu de stationnement, temps et coût du remplissage du réservoir, etc...

On voit mal l’utilité "partielle" déboucher sur un réel marché. MDI avait prétendu, en 2009, vouloir soumissionner à l’appel d’offres de la Ville de Paris pour l’Autolib, mais il s’en est bien gardé, sachant que son véhicule ne présentait pas d’intérêt pour ce marché. Maintenant, MDI déclare viser entre 1 et 1,5% du marché de l’automobile classique. C’est un leurre et une tromperie, et les reports répétés de la mise en fabrication de leurs modèles (promesses non tenues depuis plus de 10 ans !) sont à eux seuls un aveu implicite de l’inadaptation de leurs produits aux besoins réels des usagers.

Ceci dit, s’il y en a qui aiment s’adonner à la science-fiction, laissons-les rêver. Mais un minimum d’explications et de raisonnement en faveur de leurs thèses permettrait d’éclairer les lecteurs...et les ferait peut-être redescendre sur terre !

votez :
par ledimdong (IP:xxx.xx0.109.21) le 28 août 2012 à 12H50

Oui la route est escarpée, sinueuse, remplie de ronçailles, et oui L’ETAT aurait du aider Guy plutôt que de filer des milliards à psa ou bien Renault pendant la "crise". Il aurait été bien plus inspiré. Mais les rêves se réalisent un jour et un jour nous aurons le choix, mais il est déjà trop tard je le crains. J’ai fait le mien aujourd’hui. J’ai troqué le camion contre un vélo et je peux faire des bras d’honneur à la pompe. En attendant de rouler dans une voiture à AIR COMPRIME, 100% recyclable. On ne peut pas en dire autant d’une voiture électrique. Laissons les rêver, à une époque ils croyaient bien que la terre était plate. Décidément aucune imagination. Non la terre n’est pas plate et la voiture à air comprimé existe, il faudra bien s’y faire.

votez :
par moi (IP:xxx.xx7.23.231) le 28 août 2012 à 16H05

Sans imagination, nombre incalculables d’inventions n’auraient jamais vues le jour. Pour ce qui est de la science fiction, il vous aurait fallu parler aux gens du 18e siècle et avant de la télé, d’internet, du portable, des voyages dans l’espace, de toute la technologie actuelle etc, etc .... ils vous aurez prit pour un fou !!!! Je pense que MDI a une idée de base excellente mais qui demande à être améliorée par des têtes bien pleines et beaucoup de billets violets. Et que vous me traitiez de rêveur me va parfaitement car ceux qui n’en on pas doivent être bien malheureux . Il ne lui manque pas grand chose pour que sa voiture sorte sur le marché en masse. QUOI ???? .... la fin du pétrole  !!!

votez :
par Solo (IP:xxx.xx9.175.226) le 29 août 2012 à 10H37

Vive le canon de Jules Verne pour envoyer des hommes dans la Lune ! Et vive les avions renifleurs pour détecter les gisements de pétrole ! L’imagination au pouvoir ! Avant-gardistes de France et du Monde (Mexique, Inde, Madagascar, Maroc,...où devaient surgir des usines), qu’attendez-vous pour aider Guy dans ses élucubrations ? Visionnaires, voyants extra-lucides, prévoyants de l’avenir, unissez-vous et envoyez vos dons !

Je suis d’accord et je m’y ferai à la voiture à air comprimé... à partir du moment où elle sera commercialisée. Mais malgré toutes les promesses, tous les dons (20 millions d’euros versés par Tata Motors en 2007, pré-réservations à 500 euros, emprunt MDI lancé en 2010), cela tarde à se concrétiser. Mais qu’attend donc MDI pour faire une démonstration publique de leurs prototypes ? A l’évidence, cela provoquerait une adhésion sans réserves... à condition que les performances annoncées depuis plus de 10 ans soient au rendez-vous. Mais pourquoi Guy Nègre refuse-t-il constamment d’effectuer ce test en conditions réelles d’utilisation ? Une idée ?

votez :
par moi (IP:xxx.xx7.23.231) le 2 septembre 2012 à 13H31

Quand j’entends les dizaines voir les centaines de milliards dépensés par toutes les marques auto pour la recherche dans la voiture électrique et la difficulté malgré tout à sortir des voitures à prix raisonnables, avec une autonomie dignes d’une thermique, je me dis que MDI avec ses très très maigres moyens a bien du mérites d’exister et de répondre SEUL aux exigences d’un avenir moins pollué.Si ses mêmes milliards étaient utilisés chez MDI, je pense fortement que le résultat serait autre et bien plus attrayant.Quand vous me parlez des insignifiants 20 millions d’euros donnés par TATA, c’est une goutte d’eau pour ce genre de technologie. La batterie électrique coûtera chère, sera chère à l’entretien, sera quasi impossible à recycler et polluera la Terre autant que le pétrole mais rapportera des milliards aux constructeurs. Contrairement, le moteur à air comprimé sera bien moins coûteux sur tous les points et ne polluera quasiment pas ...Votre choix est clair, le mien aussi !!

votez :
par Solo (IP:xxx.xx6.170.203) le 3 septembre 2012 à 17H57

Quand MDI a reçu "la goutte d’eau" de 20 milliards, ses dirigeants ont clamé que leur usine était "totalement opérationnelle", que leur voiture était au point et qu’elle serait fabriquée "dans les 18 mois" (sic). On était en mars 2007, les 18 mois sont largement passés, et on n’a rien vu venir, pas même un début de pré-série, pas même un test par des journalistes spécialisés, comme cela se fait habituellement pour les prototypes de nouveaux modèles.

Arrêtez de penser que plus d’argent aurait permis de faire éclore cette technologie. Le concept est foireux et tous les scientifiques qui ont eu à se prononcer l’ont jugé incapable de satisfaire aux exigences d’un véhicule commercialisable. Même l’Airpod, voiture minimaliste (poids visé : 220 kg !) n’arrive pas à faire une démonstration convaincante. Qu’attendre d’une voiture "familiale" telle que l’envisage MDI en promettant "la méhari des temps modernes" ? Du rêve et de la science fiction.

Contrairement à ce qui est affirmé, une PME sans grands moyens financiers ni subventions peut mettre sur le matché une voiturette dûment homologuée et fabriquée en série : voir du côté de Goupil, ou de FAM. Il suffit que la voiture marche et cible une certaine clientèle. Certes, leurs produits ne sont pas géniaux, mais ils satisfont des besoins (à La Rochelle, à Antibes, etc...). Eux n’ont pas reçu des subsides de Tata Motors, et ils n’ont jamais fait des annonces mirobolantes, ni en termes de délais, ni en termes de performances. Seulement, ils fabriquent et ils vendent... contrairement à MDI qui, depuis 20 ans, n’a produit que des promesses. Encore une fois, si leurs prototypes "donnent entière satisfaction", comme le proclame Guy Nègre depuis 2002, qu’attend-il pour en faire la démonstration ? Si vous avez un argument, je suis preneur...

votez :
par clement (IP:xxx.xx2.102.14) le 17 septembre 2012 à 18H50

Pas 20 milliards, mais 20 millions d’euros payés par le constructeur automobile indien Tata Motors qui a signé en 2007, un contrat de transfert de technologie avec MDI. D’ailleurs Tata Motors a annoncé la deuxième phase d’industrialisation (http://tatamotors.com/media/press-r...) comme quoi le concept est pertinent.

votez :
par Solo (IP:xxx.xx6.176.174) le 19 septembre 2012 à 19H17

OK, clément, c’est exact, 20 millions (et non 20 milliards), ce qui, pour une multinationale comme Tata Motors représente effectivement une goutte d’eau, et correspond à peu près au pourcentage de ses bénéfices qu’il accorde annuellement à des PME en difficulté, au titre de soutien financier que Ratan Tata considère comme un devoir social. Le communiqué de Tata Motors dit que dans la deuxième phase il est prévu de compléter le "développement détaillé de la technologie". Surprenant, pour une technologie que MDI présente comme aboutie depuis plus de 10 ans ! Et enfin, il est précisé que ce développement complémentaire serait effectué en vue de définir les modalités techniques pouvant conduire à la fabrication d’un produit commercialisable, ceci dans "les années à venir". Bizarre, de tels délais pour un produit dont MDI annonce régulièrement que la fabrication va démarrer bientôt... "Les années à venir", c’est bien vague comme délai, et cela dénote un prudent étalage dans le temps plutôt qu’une franche détermination... Pour une voiture qu’on nous promet si pleine de qualités, on peut s’étonner que Tata Motors ne mette pas plus de priorité dans sa fabrication. Et pour eux, ce n’est certainement pas faute de moyens financiers ! Faut-il rappeler que lors de la signature du contrat entre MDI et Tata (en janvier 2007), Guy Nègre annonçait le début des fabrications en Inde "dans les 18 mois". Bientôt 5 ans ont passé, et ceux qui y avaient cru ont eu le temps de déchanter... Alors, laissons rêver ceux qui croient aux actuelles prédictions concernant la sortie de ces véhicules, et attendons avec eux "les années à venir".

"Le concept est pertinent" est-il dit.. Il serait quand même bien plus convaincant si, plutôt que de l’affirmer péremptoirement, une preuve en était apportée. Je ne dis pas que le moteur à air comprimé ne fonctionne pas. Je dis seulement qu’il n’est pas adapté pour propulser un véhicule automobile utilisable par le conducteur lambda. Les causes ? J’en vois plusieurs ; dans l’ordre des déconvenues que connaîtra l’acquéreur :
- les contraintes de rechargement du réservoir : durée et coût de cette opération, pertes importantes d’énergie sous forme de calories qu’il faudra évacuer. Les doutes sont renforcés par le fait que jamais MDI n’a effectué en public un remplissage de réservoir sur "une simple prise de courant" comme il le prévoit pour l’Airpod. Qu’est-ce qu’il lui en coûterait, si cette opération n’était pas entachée de défauts rédhibitoires ? N’est-ce pas suspect ?
- l’autonomie possible avec un plein d’air. Tous les spécialistes ont souligné ce véritable point faible du moteur à air comprimé. Le dernier en date (2011) : le professeur Alfred Rufer de l’EPFL, mandaté par MDI (donc peu suspect de vouloir nuire au concept !) a publié une étude dans laquelle il écrit que l’autonomie annoncée par MDI est largement exagérée et qu’elle se situerait plus vraisemblablement au mieux vers 50 km.
- l’alimentation des accessoires (essuie-glaces, phares, dégivrage, chauffage de l’habitacle) devra faire appel à une source d’énergie annexe. MDI dit avoir prévu une batterie électrique rechargée par un moto-alternateur, lui-même alimenté par le moteur à air comprimé ; ce sera donc encore une consommation de l’énergie stockée dans le réservoir, avec des conséquences néfastes sur l’autonomie. En final, si on essaie de calculer le coût d’usage, en euros aux 100 km, on arrive à une évidence : la voiture à air comprimé n’est pas économique, et son rayon d’action est si limité qu’elle serait invendable. Et si c’était la raison pour laquelle sa fabrication est reportée "à l’année prochaine" tous les ans depuis 12 ans ? Et puis, si ce raisonnement était erroné et que ce concept soit vraiment valide, pourquoi donc MDI refuse-t-elle depuis toujours (et encore maintenant) de pratiquer une vraie démonstration des performances de ses prototypes ? A ce jour, personne n’a apporté d’explication crédible à ce constat.

votez :
par tarodeur (IP:xxx.xx1.2.151) le 10 décembre 2012 à 18H45

Les dernières dates prévues pour la commercialisation c’est Printemps 2013 pour l’airPod et fin 2013 pour l’AirOne(source : mail de MDI)

au passage : https://vimeo.com/39149554 (petite vidéo d’analyse sur le moteur MDI) :-)

votez :
par Solo (IP:xxx.xx6.177.214) le 20 décembre 2012 à 18H06

Petite précision pour tarodeur : Les dernières dates prévues pour la commercialisation ce n’est déjà plus Printemps 2013 pour l’AirPod et fin 2013 pour l’AirOne. Selon les dernières nouvelles communiquées par le site (pro-MDI) "aircars.tk", en date du 13/12/2012 : "... le projet de la 1ère usine Airpod en Sardaigne (à Ottana-Bolotana) débutera au printemps 2013, en vue d’une production fin 2013, début 2014, en même temps que celle de Nice." Apparemment, il ne faut plus compter sur le site de MDI, qui est en quasi-sommeil, pour avoir des infos. Bon, il faudra attendre début 2014 pour que soit annoncé le futur report. Un an de gagné pour faire taire les polémiques sur le concept, mais aussi un an de plus à mettre au compteur de ceux qui prédisent (depuis plus de 10 ans !) que la commercialisation d’un véhicule MDI n’aura jamais lieu.

votez :
par daniel (IP:xxx.xx5.125.38) le 14 juin 2013 à 11H51

Non, l’air comprimé pour les voitures est un cul-de-sac, à mon humble avis ! Avec l’accroissement des technologies adaptées aux voitures électriques, l’air comprimé n’aura pas assez de temps pour se développer et sera rapidement mis de côté ! Tout récemment, j’ai essayé de vendre une de mes voitures d’occasion juste après avoir pris connaissance de mon argus auto et cette dernière est partie en moins de deux jours ! Vous saviez ce que c’était ? Une voiture électrique !

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles