NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Les leçons d'une marée noire

Article publié le 4 mai 2010

En tant que défenseur de la biosphère, nous ne pouvons qu’être opposés aux forages en mer. Mais la marée noire provoquée par la plate-forme Deepwater Horizon n’est qu’un signe ponctuel des dérives d’une société minière ; les humains polluent les océans quand ils y cherchent ce qu’ils ne trouvent plus sur la terre ferme.

L’exploitation minière est une métaphore, inspirée de la thèse de Lewis Mumford, de la civilisation thermo-industrielle : « L’exploitation minière est avant tout destructrice : son produit est un amas sans forme et sans vie, ce qui est extrait ne peut être remplacé. La mine passe d’une phase de richesse à l’épuisement, avant d’être définitivement abandonnée – souvent en quelques générations seulement. La mine est à l’image de tout ce qu’il peut y avoir de précaire dans la présence humaine, rendue fiévreuse par l’appas du gain, le lendemain épuisée et sans forces. » Les humains pulvérisent des montagnes pour obtenir du granit, de l’uranium et des minerais jusqu’à ce que le globe terrestre se réduise à l’état de plate-forme nivelée ! Mais l’apparition des pratiques minières au XVIIIe et XIXe siècles va s’achever au XXIesiècle après épuisement de toutes les richesses souterraine.

L’allégorie de Mumford met parfaitement en lumière l’opposition radicale qui sépare deux formes de rapport à la nature. Il y a d’un côté l’agriculture traditionnelle qui favorise l’établissement d’un équilibre entre les éléments naturels et les besoins de la communauté humaine ; ce que l’homme prélève à la terre lui est délibérément restitué (une capacité largement compromise par les stratégies d’exploitation minière en agriculture et en élevage). Il y a de l’autre le pillage du capital naturel par des multinationales qui creusent toujours plus profond, sur terre ou dans les mers, pour extraire les derniers morceaux de charbon, les dernières gouttes de pétrole, les dernières paillettes d’or. Rappelons quelques données sur les limites temporelles de cette exploitation minière :

terbium, 2012 ; argent, 2022 ; or, 2025 ; étain, 2028 ; plomb, 2030 ; cuivre, 2039 ; uranium, 2040 ; nickel, 2048 ; pétrole, 2050 ; Gaz naturel, 2087 ; fer, 2120 ; charbon, 2158…

La fin prochaine des facilités offertes par la nature à l’expansion de notre niveau de vie va entraîner un désastre global dans lequel Deepwater Horizon n’aura été qu’un signe avant-coureur.

Pour connaître Lewis Mumford : Les transformations de l’homme (1956)

Pour connaître les détails de la marée noire au large des côtes de la Louisiane : LeMonde du 2-3 mai 2010.

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx4.128.179) le 4 mai 2010 à 18H01

"Rappelons quelques données sur les limites temporelles de cette exploitation minière :

terbium, 2012 ; argent, 2022 ; or, 2025 ; étain, 2028 ; plomb, 2030 ; cuivre, 2039 ; uranium, 2040 ; nickel, 2048 ; pétrole, 2050 ; Gaz naturel, 2087 ; fer, 2120 ; charbon, 2158 ?"

Déjà en 1968 le Club de Rome s’était livré à ce genre de calcul aboutissant à des prophéties alarmistes dont pas unes ne s’est révélée correcte !

votez :
(IP:xxx.xx5.135.116) le 4 mai 2010 à 22H38

Bonjour Monsieur, Vous avez voulu faire un article court sur un tel sujet et vous en arrivez donc à écrire des erreurs, ce que je regrette car il me semble que je partage votre idée. Votre titre, "Les leçons d’une marée noire" laisse prévoir que l’on va avoir enfin la cause de la non fermeture de ce clapet et surtout les conséquences désastreuses et prévisibles. Personnellement, l’annonce que la Louisiane allait être touchée m’a fait me souvenir de certains messages qui parlaient de correspondances entre des méfaits et des catastrophes. Curieux que cela semble encore correspondre comme pour les autres catastrophes....alors, à suivre. Même moi, je suis troublé si je lis les valeurs des éléments dans un livre d’acuponcture. Pour le pétrole, il me semble bien que cela corresponde au "noir" et à l’artificiel qui semble suivre l’élément ’vent’. Que pensent les auteurs de ces articles ? Vont-ils oser encore écrire, et où, puisqu’ils ont été raillés ? Pour votre explication sur les deux façons d’appréhender la Vie, il me semble bien que notre monde actuel fonctionne par un équilibre obtenu par le conflit. Un peu comme un enfant fait tenir le ballon gonflé par son père en l’air en tapant dessous. S’il ne frappe pas assez fort, il tombe par terre et explose facilement en frôlant un objet pointu et s’il frappe trop fort, il risque d’exploser. Une autre façon de jouer est de trouver un Juste souffle et il reste en l’air avec beaucoup moins de problèmes , un peu comme notre société pourrait être dirigée par un état d’esprit de Justes Relations Humaines. Cet état d’esprit ne peut être conçu par le mental concret dont nos technocrates et énarques sont les mieux pourvus. Si cette intelligence était efficace, on le saurait depuis les années 1974 où ils sont aux premières places de notre Pays. Ils ne cessent de répéter qu’ils sont capables de trouver la meilleure solution le plus rapidement possible et pourtant notre pays qui est dans leurs mains ne cesse d’aller de pire en pire justement depuis 1974.

Il me semble que l’esprit de Justes Relations Humaines ne peut être imposé que par le départ de l’intelligence. Cette intelligence est destructrice puisqu’elle va de paire avec le’" pour moi, rien que pour moi"’. Il faudra donc qu’une sérieuse leçon, amenée de l’extérieur, vienne remettre les pendules à l’heure. Bien sûr, on entendra les éternels "’mais, qu’est-ce que j’ai fait au bon dieu pour avoir cela ?’" ou bien "’ si le bon dieu existait, il ne permettrait pas ceci ’" mais, on saura qu’une amélioration de la situation générale des êtres humains arrive.

Par contre, je ne crois pas du tout à votre désastre global puisque je crois à l’intelligence acquise de Notre Nature qui peut donc et sait s’adapter contrairement à l’intelligence humaine qui ne sait que sélectionner ses propres avantages à bien court terme. Jamais un être n’est parti avec son compte en banque et jamais une sage femme n’a vu un nouveau né avec un relevé de compte en banque dans les mains.

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles