NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Les biocarburants à l'heure américaine

Article publié le 3 janvier 2011

Outre-Atlantique, le gouvernement américain a décidé de donner un coup de pouce à l’industrie des biocarburants ! Washington vient en effet d’annoncer un plan d’investissements dans cette industrie sur les cinq prochaines années.

Les biocarburants à l'heure américaine

L’objectif annoncé du gouvernement américain est de produire 133 milliards de litres de biocarburant d’ici 2022. A titre de comparaison, on comptabilisait 40 milliards de litres produits en 2009. Pour atteindre de tels niveaux de production, l’installation d’infrastructures est à l’ordre du jour avec cinq nouvelles bioraffineries en projet et la mise en place de 10 000 pompes de biocarburant sur le territoire d’ici 5 ans.

 

Seconde mesure à saluer, l’allocation de subventions aux agriculteurs qui acceptent de se convertir à la production agricole non-alimentaire. Souvent peu enthousiastes à se tourner vers ce nouveau type de production, les agriculteurs verront leurs efforts récompensés puisque leur conversion sera désormais subventionnée à hauteur de 75 % !

 

Dès le mois d’octobre, on a pu noter une augmentation de 10 % à 15 % du taux de bioéthanol autorisé dans l’essence. Cette décision ouvrait alors la voie à un nouveau carburant nommé le E15 et illustrait déjà la nouvelle stratégie volontariste des USA.

 

Les biocarburants, un enjeu stratégique

 

Selon le rapport annuel de l’Agence Internationale de l’Energie, le prix du baril devrait atteindre 113 dollars en 2035. Ce sont près de 99 millions de barils qui seraient alors consommés quotidiennement : une hausse de la consommation largement due à la demande chinoise.

 

Devant une telle flambée de l’or noir, la stratégie des Etats-Unis est assez claire : il s’agit certes d’agir pour la planète en se tournant vers les biocarburants, mais aussi de contribuer efficacement à l’indépendance énergétique du pays.

 

Par ailleurs, on soulignera que selon une récente étude de l’Ipsos (29 et 30 octobre 2010), 8 Français sur 10 seraient prêts à se convertir aux biocarburants.

 

Et à l’échelle européenne, la Commission annonçait cette semaine le lancement prochain d’une « Initiative européenne pour l'industrie de la bioénergie », d'un montant de 9 milliards d'euros pour que le marché adopte rapidement les biocarburants de deuxième génération.

 

Présentés comme une solution écologique, les biocarburants ne font toutefois pas l’unanimité. Ils sont ainsi souvent remis en cause par certaines associations de protection de l’environnement qui dénoncent les effets des pesticides et des engrais, et soulignent les impacts de la déforestation.

Thèmes

Agrocarburants

Bookmark and Share
1 vote

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx3.65.100) le 3 janvier 2011 à 21H02

Un baril à 113 dollars en 2035 alors qu’il est à 92 dollars aujourd’hui, correspond à une augmentation de 22 % en 24 ans. Nous disposons dès aujourd’hui avec les véhicules et les carburants actuels d’une marge de progression permettant de faire largement face à une telle augmentation. Arrêt de la clim automatique, réduction de la vitesse, suppression des trajets inutiles, contraintes imposant aux constructeurs de fabriquer plus léger et plus économe....Les solutions existent. Les relais des lobbies préfèrent pousser les gouvernements à subventionner une agriculture dévastatrice et concurrente de l’alimentation humaine. Alors qu’un milliard d’humains souffrent de malnutrition. Quelle indécence de vanter de telles solutions.

votez :
par jack (IP:xxx.xx2.110.203) le 4 janvier 2011 à 10H17

Qu’un site comme natura vox salue (sic)l’allocation de subventions à une agriculture intensive comme celle des agro carburants est tout simplement scandaleux. Vous n’avez rien compris.

votez :
par Shibby (IP:xxx.xx4.64.217) le 4 janvier 2011 à 17H20

Le pire dans cet article réside dans la naïveté de l’auteur à croire qu’il s’agit d’une volonté de la part des administrations d’agir en faveur de l’environnement. Il est évident que c’est encore une fois l’industrie agro-alimentaire qui va s’en mettre plein les poches, couplée à l’industrie auto qui vendra des nouvelles technologies plus coûteuses pour l’acheteur. Et l’argument écolo sera bien vite contrebalancé par le fait que ces cultures seront traitées avec toute la batterie de produits chimiques. Rappelons que pour produire 1 litre d’éthanol il faut 2,5 kg de maïs, ça laisse songeur quant aux surfaces que ça occupera. Le véritable scandale c’est de réquisitionner des champs non pas pour endiguer les famines mais pour permettre aux pays riches de cramer du carburant pour aller cocher leur loto au tabac au coin de la rue. Morbide perspective !

votez :
par adolf le zazou (IP:xxx.xx7.34.130) le 5 janvier 2011 à 21H07

je passais alors je me suis dit que j allais laisser un message : voila c est fait !!

votez :
(IP:xxx.xx1.252.115) le 14 janvier 2011 à 18H49

"""Selon le rapport annuel de l’Agence Internationale de l’énergie, le prix du baril devrait atteindre 113 dollars en 2035.""" Ah bon, pas le mois prochain ?

Quand on est intelligent, que de belles prévisions on peut faire quand même.

Je dirais même que c’est tout "bio", comme on dit dans le nord.

Par contre, ils n’avaient pas prévu la pluie en Australie, au Brésil,...et en même temps ! Ben, heureusement qu’on ne me dit pas que je suis intelligent ! Mais, s"il n’y a que eux pour gérer notre avenir, on devrait commencer à réfléchir sérieusement à notre avenir. A quoi cela va servir de pouvoir rouler en voiture s’il n’y a plus d’aliments ?

Dès ce jour, il va nous falloir choisir, ou manger et rouler mais mourir empoisonnés par les produits phytosanitaires qu’on ne sait pas dépolluer et qu’on retrouve déjà même dans notre eau, ou bien l’un des deux.

votez :
(IP:xxx.xx9.131.24) le 15 janvier 2011 à 10H12

Selon le rapport annuel de l’Agence Internationale de l’énergie, le prix du baril devrait atteindre 113 dollars en 2035.

Quand on est intelligent, que de belles prévisions on peut faire quand même.

- Quand on se base sur ce genre d’échéance, on n’est plus dans le domaine de la "prévision" mais dans celui de la "prédiction" !!

votez :
(IP:xxx.xx1.252.115) le 15 janvier 2011 à 12H40

@(IP:xxx.xx9.131.24) le 15 janvier 2011 à 10H12 : Bonjour monsieur, et merci de la précision.

Pour ma part, actuellement, la prédiction est à TROIS jours très souvent, pas plus. Un peu comme la météo...et encore !

Par contre, dans ce domaine de ’biocarburants’, je crois avoir com-pris, les messages d’ici même dans Naturavox. J’ai compris, après de nombreuses vérifications données par les actualités, qu’il était en prévision certaine, donc en déduction irréfutable que nos sols sont déjà empoisonnés. Les Australiens sont en train de nous en faire la très triste démonstration, après plusieurs peuples. Le poison dans un sol peut être rendu et est rendu lors d’une petite inondation, petite pour le niveau terrestre,...mais, la mer va en faire les frais de façon très rapide et...les habitants qui vivent des produits de la mer, les habitants qui sont protégés par des constructions naturelles de la mer aussi. Mais, également les personnes qui n’ont jamais vu un champ de céréales AUSSI comme les analyses de sang et de leurs cellules graisseuses, le révèlent.

Il est donc un problème primordial qui existe, qui est prouvé, révélé même par l’analyse de nos eaux de boisson empoisonnées : "Nous ne savons pas dépolluer les produits que nous avons envoyés dans la Nature" et comme lorsque l’on crache en l’air....ça nous retombe dessus. Ce qui est très lié aux biocarburants est la radioactivité pour ceux qui veulent continuer leur consommations nuisibles et inutiles...et nous avons en Bretagne, une centrale fermée et le coût de la dépollution serait trop élevé...sait-on même dépolluer ? Puisque la question précise n’obtient JAMAIS de réponse. Je crois avoir entendu que c’est la méthode même qui est utilisée qui l’interdit...il faudrait utiliser la fusion ???? Avis, aux spécialistes !...???...!!!!...???

Les champs aux USA sont ce qu’ils sont mais lors d’inondations, les produits retournent à la mer AUSSI et il faudrait au moins ne pas polluer les populations lointaines qui ne peuvent manger que des aliments qui ont concentré cette pollution et qui deviennent impropre à la consommation. La culture de biocarburants n’étant pas très ’bio’ puisque très très grosse consommatrice de produits phytosanitaires non dépolluables devrait être "révisée".

Le point primordial à mon avis est que cette façon de faire, d’agir sur notre terre, vient d’êtres qui ont été sélectionnés par les systèmes éducatifs pour leur capacité mentale concrète et ils sont alors formés, instruits en utilisant cette capacité mentale. Cette capacité n’est pas capable d’autre chose que de prévision et nous constatons même les grossières erreurs. La cause de ces grossières erreurs est pour moi que ces êtres ne peuvent pas penser à autre chose qu’à leur propre avantage, du genre" à moi, rien qu’à moi, tout à moi"..MAIS alors, pourquoi prétendre s’occuper du bien d’une communauté quand on ne pense qu’à soi ?

Le mensonge gère notre monde actuel et les preuves passent et sont niées, occultées, mais, les preuves par sa destruction arrivent. Pas d’importance quand on ne pense qu’à soi et rien qu’à soi et tout à soi....

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles