NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Le Canada, via le CNR, parie sur les algo biocarburants

Article publié le 26 juillet 2010

Le Canada, via le CNR, parie sur les algo biocarburants

C'est en plein désastre pétrolier dans le Golfe du Mexique (le 4 juin dernier précisément) que le ministre d'État aux Sciences et à la Technologie, Garry Goodyear, a annoncé un projet de recherche majeur de production à l'échelle commerciale d'algo biocarburants en Nouvelle-Écosse. De passage à Halifax, le ministre Goodyear, dont on se souvient peut-être qu'il fut assez chahuté par la communauté scientifique pour avoir hésité à prendre position dans le débat sur les théories évolutionnistes, a fait cette annonce lors du lancement du projet de fabrication d'algo biocarburants, à l'Institut des biosciences marines du Conseil national de recherches du Canada (IBM-CNRC).

L'annonce a été relayée par le CNRC ICI. Le ministre a déclaré entre autre "Notre gouvernement investit davantage dans les sciences et la technologie parce que de tels investissements créent des emplois, rehaussent la qualité de vie des Canadiens et dynamisent l'économie. Ces nouveaux carburants seront une source d'air frais, d'énergie verte, d'eau pure et de bénéfices propres pour les habitants de la Nouvelle-Écosse et l'ensemble des Canadiens."

Le projet a reçu environ 5 millions de dollars canadiens (environ 4 millions d'euro) du Programme national sur les bioproduits et de l'IBM-CNRC. Les plans d'une usine-pilote pouvant produire 50 000 litres (tests) d'algo biocarburants ont déjà été imaginés pour une application à la station de recherche de Ketch Harbour, où les premiers travaux dans ce sens ont été effectués et où les chercheurs du CNRC cultivent des algues depuis plus d'une cinquantaine d'années. Pour accélérer la croissance des algues, on recourra notamment aux émissions de dioxyde de carbone issues de la combustion des combustibles fossiles. Carbon2Algae Solutions Inc, un des partenaires industriels du projet, a l'intention d'exploiter des photobioréacteurs qui capteront le dioxyde de carbone d'installations comme celles des sables bitumineux de l'Alberta ou des centrales au charbon afin de faire pousser des souches locales d'algues.



De façon à identifier la meilleure façon de cultiver les algues en vue de la production de biocarburant, le CNRC s'est allié à trois grandes institutions américaines : le Département de l'Énergie de États-Unis (US DOE), le National Renewable Energy Laboratory (NREL) du Colorado et Sandia National Laboratories au Nouveau-Mexique très impliquées dans le domaine des bio nanotechnologies et qui préparent aussi de grands projets dans le domaine des algo biocarburants. Le projet fera éventuellement appel aux experts en aérospatiale du CNRC pour faire progresser la commercialisation d'algo biocarburants développés sans doute à la fois pour le marché grand public et comme carburant pour les avions.


La spécificité du projet du CNRC par rapport aux projets analogues entrepris dans d'autres pays est l'identification d'espèces d'algues endémiques qui se prêteront à la production de biocarburants dans les lieux précis d'Amérique du Nord où elles poussent. Ces algues se sont déjà acclimatées à leur milieu, ce qui en facilitera leur culture tout en éliminant le risque, toujours possible, que des espèces exotiques soient accidentellement libérées dans l'environnement. Enfin, lorsque Stephen O'Leary, chercheur du CNRC attaché au projet, fait savoir qu'il faudra encore cinq à dix ans avant de produire commercialement des biocarburants à partir des algues, on réalise finalement, que le Canada en est approximativement au même point que les autres pays dans cette technologie, mais tient à se positionner dès le départ de la course.



Source : Energies de la mer

TechnoPropres
Thèmes

Agrocarburants

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
votez :
par BisonHeureux (IP:xxx.xx2.209.195) le 19 mai 2010 à 13H16

Votre raccourci est un peu court,il y a en france plusieurs millions de personnes qui boivent de l’eau non potable et délétère à long terme pour l’organisme car bourrée de nitrates ,pesticides et médicaments ! Concernant le radon,malheureusement c’est vrai,il y a quelques endroits où l’eau est contaminée ! Je bois l’eau de mon robinet mais ce que mettait en évidence le documentaire fort instructif de France3,c’est le fait que le principe de précaution ne soit pas respecté notamment pour les femmes enceintes et nourrissons,ainsi que l’absence d’informations concernant certaines eaux très chargées de poisons !

votez :
(IP:xxx.xx5.174.79) le 19 mai 2010 à 14H24

Il est facile de signaler que cette émission est une pub pour l’eau en bouteille. Mais alors à chaque fois qu’il y a une dérive sur un sujet, faut il y voir un marketing pour une alternative qui est en perte de vitesse ? Nous faisons du kéfir, boisson à base de ferment où l’on ajoute dans de l’eau du sucre, une tranche de citron et une figue (pour mon cas). Le ferment fait pleinement son effet dans une eau de source en bouteille, il se développe et grossit. Il se reproduit tellement que nous sommes obligé d’en enlever une fois tous les 5 jours. Par contre dans l’eau du robinet (Auvergne), ce même ferment ne grossit pas du tout et il n’agit que très peu. Vous y voyez quoi en cette différence ? Pour moi, le lien est fait entre la qualité de l’eau qui est meilleure en bouteille que sortie du robinet. Ensuite, pour ce qui est de la nocivité latente des bouteilles en plastique, les technologies sont là pour les réutiliser d’une autre manière. Non ?

votez :
(IP:xxx.xx1.212.72) le 19 mai 2010 à 17H32

votre article est scandaleux, vous avez manifestement raté la très belle émission de fr3 du 17 mai dernier, ou alors vous êtes d’une parfaite mauvaise foi, et fonctionnez en lobbyste, qu’importe, je vous invite à découvrir l’article qu’agoravox a bien voulu me publier ce jour sur le meme theme : "remember alzheimer" olivier cabanel

votez :
(IP:xxx.xx1.43.12) le 19 mai 2010 à 18H53

Vous avez a priori raté le reportage, il est disponible sur Dailymotion ici : http://www.dailymotion.com/video/xd...

Fred

votez :
(IP:xxx.xx2.254.85) le 19 mai 2010 à 18H56

".....ou alors vous êtes d’une parfaite mauvaise foi, et fonctionnez en lobbyste...."

Cabanel, c’est bien la première fois que je vois "un lobbyiste" de l’eau du robinet * ! En général c’est plutôt le contraire, les lobbyistes de l’eau en bouteille à la Danone par exemple !! Je crains que vous ne vous soyiez trompé de cible cette fois. L’eau des robinets français est reconnue par les étrangers comme d’excellente qualité. Il n’y a que les journaleux incultes et pour le coup vendus et achetés constamment à la recherche d’une "bonne" raison de pisser de la copie à quatre sous en répandant les pires inepties pour foutre la trouille aux gogos de français qui ne demandent que çà en plus.

* Il serait payé par qui ce "lobbyiste" de l’eau du robinet ? Par les 2 ou 3 grosses boîtes genre Veolia qui gèrent à grands frais pour le consommateur (et par conséquent à grand profit pour elles)le traitement et la distribution de l’eau du robinet.

Votre position n’est pas très cohérente Cabanel ou seriez vous du genre à être systématiquement "pour ce qui est contre et contre ce qui est pour" ? Ou bien vous sentiriez-vous plus proche des "lanceurs de trouille" ?

Qu’importe que l’eau du robinet soit en France le produit alimentaire le plus surveillé. Qu’importe que sa qualité soit presque partout équivalente, voire supérieure, à celle d’un bon nombre d’eaux en bouteille. Qu’importe aussi que dans le monde, chaque année, 1,5 à 2 millions de personnes meurent faute de bénéficier d’une eau de la même qualité que celle qui coule dans nos cuisines...

votez :
par Maurice14 (IP:xxx.xx0.89.43) le 20 mai 2010 à 10H39

Excellent article, Eichenbach. Evidemment, il y a des problèmes de pollution de l’eau qu’il faut traiter. Mais on pourrait faire le même reportage alarmiste, avec les mêmes ficelles douteuses, sur les fruits et légumes que nous mangeons, sur la viande de boeuf nourri aux antibiotiques, etc. Sauf qu’en l’espèce, il n’y a pas marketing derrière...

votez :
par alberto (IP:xxx.xx0.102.237) le 20 mai 2010 à 13H34

Dormez en paix, brave gens, les gentilles multinationales des eaux veillent sur vous...

votez :
(IP:xxx.xx9.148.38) le 20 mai 2010 à 17H07

article trop partial qui manque de nuances

l’eau en bouteille est un désastre écologique (qui peut être atténué en utilisant du biodégradable et en recyclant bien) mais l’eau du robinet n’est pas si saine que ça, en tout cas pas partout

votez :
par laviedeleau (IP:xxx.xx7.209.253) le 21 mai 2010 à 13H25
votez :
par Ninive (IP:xxx.xx2.63.198) le 2 août 2010 à 10H24

Ben, après lecture des commentaires, je viens écrire qu’on aurait envie d’aller travailler au Canada au profit du CNRC.

Au moins une administration qui semble réfléchir et qui prend des risques et les exposent humainement. Va -t-elle aller jusqu’à réfléchir sur le procédé qui fait économiser le carburant, augmenter la durée de vie des moteurs et diminuer la pollution que ses très gros camions utiliseraient déjà comme certains de nos tracteurs en France ?

Et au fait, les algues en Bretagne...gratuitement fournies....elles ne conviendraient pas ???...Même un petit peu ?.....????? On pourrait ’donner’ pour plus de 50.000 litres semble -t-il...et passer du test à l’essai grandeur nature peut être et jumeler enfin officiellement avec le trop discret dispositif, plus ou moins bricolé sur certains moteurs. Je crois savoir que le gros défaut de ce dispositif en est sa "gratuité"...oui, drôle de mot de nos jours ...’gratuité’...Mais c’est encore dans le dictionnaire !

Et avec des algues, on fait d’autres choses comme la poudre qui a servi à stériliser des salles d’opération pour les os ( et plus important vu le prix !!!, des usines à cochons) dont on a parlé dans les années 2005. Il fallait beaucoup d’énergie pour fournir le produit était-il écrit ...peut être que le Canada pourra rattraper ces travaux dont on entend plus parler ? A moins qu’une usine en France ait réussi la commercialisation de cette fameuse poudre ?

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles