NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Gaz de Schiste : les Argentins s'y mettent !

Article publié le 29 mars 2013

Gaz de Schiste : les Argentins s'y mettent !

Au rythme auquel s'y convertissent les différents pays de la planète, nous allons bientot être les seuls à refuser encore l'exploitationdes gaz de schistes voire même la seule expérimentation de la technique d'extraction !

Le dernier en date est l'Argentine, dont le pétrolier national, YPF, Yacimientos pétroliféros argentinos/Gisements pétrolifères argentins, vient d'annoncer un accord avec l'américain Chevron pour exploiter le pétrole de schiste de l'extrème sud de la péninsule argentine, dit le gisement de la Vaca Muerta, la Vache Morte. Un gisement dont on estime qu'il pourrait contenir 23 milliards de barils.

D'autres discussions sont en cours avec ExxonMobil et Apache pour augmenter la production d'hydrocarbures du pays de 32 pct d'içi 2015. Un soucis majeur pour les autorités d'accroitre les ressources pétroilières du pays pour si possible supprimer les importations qui grèvent lourdement la balance des paiements du pays. Une contrainte si forte qu'elle a conduit le pays et sa Présidente à éjecter cavalièrement l'espagnol Repsol du capital de YPF. Ce dernier était accusé de ne pas investir suffisamment dans le pays, de même que le français Total qui, lui, a su éviter l'orage.

YPF manque néanmoins du savoir faire technique pour exploiter de tels gisements et d'argent depuis qu'il a été nationalisé pour en éjecter Repsol. D'où l'appel aux sociétés américaines qui ne se pressent pas pour autant au portillon après l'expropriation de Repsol et face au style de management cavalier pour le moins de la Présidente.EIle prévoit d'investir par moins de 37 milliards de dollars sur 5 ans dans l'extrème sud et d'y créer 10 000 postes supplémentaires.

Dernier élément de reprise en main par le pouvoir de sa compagnie nationale.La politique de dividende de YPF, autrefois généreuse à 90 pct des bénéfices, a été annoncée avoir été modifiée désormais à seulement 5 pct de ce bénéfice redistribué ! Investisseurs, faites attention, l'Argentine reste une zone de non droit.

Source image : http://alter-echos.org

Thèmes

Gaz de schiste

Bookmark and Share
1 vote

commentaires
votez :
par jacques (IP:xxx.xx2.251.156) le 3 avril 2013 à 08H38

Quel avantage a exploiter le gaz de schiste ,aujourd’hui faire des profits rapide ,la pollution on s’en fout ,qui sera responsable ?qui payera ? Pas ceux qui l’ont crée car par les habituelles sociétés écrans ,ils ne restera plus personne. Je me souviens d’un projet d installation d’éolienne ou on avait demandé ce qu’il adviendrait de l’éolienne si la société tombait en faillite ,qui gérerait sa sécurité ,etc..et là on a compris que c’était nous .

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 9 avril 2013 à 18H56

L’avantage principal c’est qu’on importe actuellement notre gaz. Le produire sur place, c’est de l’emploi en plus et du déficit commercial en moins.

Dans le contexte économique présent et à venir, on y parviendra de toute façon.

votez :
par Antoine (IP:xxx.xx9.225.154) le 9 avril 2013 à 21H42

Eolien offshore, géothermie, photovoltaïque, efficacité énergétique des bâtiments et transports...etc. Il y a bien d’autres moyens de mieux gérer la production et la consommation d’énergie du pays. Cette technique de la terre brûlée qui consiste à produire toujours plus sans se soucier de l’endroit où l’on vit ni comment consommer mieux, est archaïque. C’est ne pas voir plus loin que le bout de son nez...

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 6 mai 2013 à 18H41

@ Antoine. Oui, enfin, dans les faits les moyens qui marchent utilisent du pétrole. Actuellement les pays d’Europe qui ont le plus recours à la liste de "solutions" que vous indiquez sont aussi ceux qui brulent le plus de gaz et de charbon... Pour le moment (hors isolation) le reste de votre liste sont que des appoints. On est loin de pouvoir se passer de pétrole et de gaz.

votez :
(IP:xxx.xx3.110.6) le 11 juin 2013 à 18H09

@ Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 9 avril 2013 à 18H56

Tardivement, je vous cite : "le contexte économique présent et à venir", "On est loin de pouvoir se passer de pétrole et de gaz".

Contexte économique qui, comme tout sur terre, PROFITE d’un état naturel propice. Pour autant, il ne peut le remplacer me semble-t-il.

Et comme nous ne sommes qu’une espèce vivante jeune à l’échelle de la planète, qui ou quoi nous dit qu’il en sera toujours ainsi ?

Désolé, mais ma manière de voir les choses n’est pas la vôtre et me dis que toute existence est vouée à un terme. Asseoir là dessus un contexte pérenne me semble totalement irréaliste. À fortiori quand il s’agit de systèmes civils, toujours sujets à des aléas !

Je préfère pour ma part me contenter de mon existence et de son terme naturel, bien moins aléatoire que les errements auxquels nous soumettent nos bancales civilisations, consommant les ressources planétaires et rendant à la nature ses déjections nocives. Pétrole, uranium, ou autres énergies fossiles, qu’importe. Ce qui compte c’est l’usage que "nous" faisons de la planète où a germé la vie...

Désolé Hervé :-((

loph

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 1er juillet 2013 à 21H03

@(IP:xxx.xx3.110.6) le 11 juin 2013 à 18H09

L’ennui, c’est que beaucoup de gens (comme vous ?) croient qu’ils ont une conduite exemplaire car ils ont 10m² de panneaux solaires sur leur toit (fabriqués dans des conditions environnementales désastreuses en chine...), Qu’il font 5Km à vélo 5x par semaine, éventuellement un chiotte sec et ils critiquent les gens qui les nourrissent, ...

Mais au final que font ils ? Ils allument leur TV le soir (sans se préoccuper si leurs panneaux sont remplacés par les centrales au charbon...),brulent du gaz pour cuisiner leur bouffe bio cultivée à grand coup de tracteur..., ouvrent leur robinet, lancent leur lave linge, polluent avec leurs lessives... Ils vont à l’hôpital,... consomment des médocs, profitent eux aussi de la société et au final, consomment et polluent quasiment autant que ceux qu’ils critiquent mais toujours en donnant des leçons.

Si vous voulez vraiment ne pas consommer de ressources naturelles, allez vivre sous un tipi au milieu du Larzac en cultivant à la main vos propres légumes, élevant vos animaux, silex, eau de pluie... et lorsque vous serez malade vous crevez. Les vrais écolos ils existent ils vivent (à peu prés... )leur truc, je respecte leur convictions, mais ils sont vraiment pas nombreux.

Tout ça pour dire que c’est pas si simple, mais je suis quasiment certain que vous non plus vous n’êtes pas prêts de pouvoir vous passer de pétrole. Économiser un peu certainement, mais se passer, non.

Désolé...

votez :
(IP:xxx.xx3.220.6) le 12 août 2013 à 10H59

".....me dis que toute existence est vouée à un terme."

Eh ! Oui ! Il faut se rendre à l’évidence ! La vie est une maladie sexuellement transmissible qui est toujours fatale !

votez :
par wohlcharmfalte1982 (IP:xxx.xx6.56.156) le 31 mai 2013 à 12H56

The outcomes of world wide overpopulation are a number of and ominous. Greenhouse gases can reradiate heat or trap warmth absorbed by the Earth from the solar. our website

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles