NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Fukishima,, Tchernobyl, Fessenheim et les autres...

Article publié le 1er septembre 2011

Fukishima,, Tchernobyl, Fessenheim et les autres...

Une des conséquences de la catastrophe de Fukushima va être la sévérisation des normes de construction et de sécurité des nouvelles centrales et des anciennes. L'archétype de la centrale nucléaire "acceptable" sera désormais l'EPR et seulement dans des zones à faible sismicité. Par ailleurs seront plus particulièremnt menacées de fermeture les "vieilles" centrales bien que les accidents de Fukushima et de Tchernobyl n'ont aucun lien avec leur age !

Mais c'est ainsi dans notre monde moderne de "principe de précaution" et de " courage très limité des politiques". Il va falloir donner des gages aux populations et pour cela fermer des centrales, même si elles sont en excellent état de marche ! Angela Merkel a montré l'exemple en prenant la décision, quelques jours seulement après Fukushima, de fermer les 7 centrales les plus anciennes d'Allemagne.

Une estimation a déjà été faite par la Banque suisse UBS du nombre de réacteurs susceptibles d'etre fermés dans les mois à venir du fait de l"'Effet Fukushima". Ils se montent à une trentaine dans le monde sur un total de 440 réacteurs. En France UBS a pris en compte la fermeture de Fessenheim, tranche 1 et 2, comme probable.Le tribut à payer pour maintenir l'acceptabilité sociale du nucléaire pourrait on dire !

La méthode mise en place pour juger de l'acceptabilité des centrales par les pouvoirs publics internationaux est la même que pour la résistance des banques. Les autorités de sureté nucléaire ou leurs équivalent dans tous les pays d'Europe ayant des centrales nucléaires sont en train de discuter, au sein d'un organisme dénommé Wenra, de la définition d'un essai de simulation d'une catastrophe type à appliquer à toutes nos centrales pour juger de leur résistance à cette catastrophe. Il s'agira vraisemblablement d'un tremblement de terre très proche de la centrale avec des phénomènes aggravants comme le proximité d'un barrage et sa rupture.

L'application de ces tests permettra d'identifier les centrales les plus critiques et de définir les travaux eventuels à effectuer si nécessaire pour être en situation de passer le test. Celles qui ne seront pas en position de le passer ni de pouvoir être modifiées pour le passer seront promises à la ferraille. 

Espérons néanmoins que seront pris en compte, dans ces audits généralisés des installations nucléaires, la capacité de remplacement à court terme de ces capacités de production car sinon nous risquons de nous retrouver, comme je l'ai moi même vecu en Afrique, avec des fournitures d'électricité intermittentes. Et là deux solutions, pour les plus riches, la mise en place d'un groupe électrogène qui prenne le relai et pour les autres le retour à la bougie pendant parfois des heures. Sans compter que la bougie étant un produit d'origine pétrolière, certains ne pourront même pas se les payer.

Bel avenir qui nous attend.

Source image : http://core.pagesperso-orange.fr

Thèmes

Nucléaire

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx7.16.75) le 5 septembre 2011 à 23H03

L’EPR ne resiste ni aux seismes ni aux actes de terrorisme. Le nucleaire est largement obsolete, et toutes les centrales actuelles (la plupart vetustes,TOUTES mal entretenues) vont fermer relativement rapidement.

Mais apres, que faire de ces monstres de pollution eternelle ? personne n’a ne serait-ce qu’un debut de solution.

ah, j’oubliais : Pour le moment, c’est le Japon, fleuron du nucleaire, qui est a la bougie. Bientot le meme sort pour la France...

http://ex-skf.blogspot.com/

votez :
(IP:xxx.xx8.38.2) le 21 septembre 2011 à 13H17

L’EPR ne resiste ni aux seismes ni aux actes de terrorisme.

Euh, ça ne veut rien dire ! L’epr, c’est une technologie d’optimisation de la fusion, pour économiser des matières fissibles, diminuer les déchets et éviter la dispersion de radio-éléments en cas de gros problème. Double enceinte de confinement, totalisant entre 2 et 3 mètres d’épaisseur de béton, etc. Je ne connais pas vos sources, mais assurément, elles sont peu renseignées ! Bref, ce que vous dites est l’inverse de la réalité.

Le nucleaire est largement obsolete, et toutes les centrales actuelles (la plupart vetustes,TOUTES mal entretenues) vont fermer relativement rapidement.

Les centrales sont "toutes" vétustes ? Toutes vont fermer rapidement ?

D’où sortent ces énormités ? Du chapeau d’un magicien sans doute.

Il y a en France des contrôles drastiques, n’en déplaise aux anti-tout qui sont hyper-actifs sur le net. Malgré toutes les attaques contre cette forme d’énergie, il faut dire et redire qu’il n’y a eu aucun mort au Japon imputable au nucléaire, cela vous reste en travers de la gorge.

Bref, le nucléaire est l’avenir, il faut développer sa sécurité un peu plus à chaque génération, c’est le seul rempart valable contre le pic pétrolier à venir, doublé d’un développement des moyens d’économiser l’énergie.

Les prêcheurs d’apocalypse sont opposés à la mise en place de solutions efficaces pour le monde de demain. Ils ne rêvent que de la destruction de la civilisation, et l’accès à une source d’énergie ne dégageant pas de co2, n’ayant pas besoin de carburant fossile les irrite au plus haut point.

votez :
(IP:xxx.xx3.65.100) le 11 septembre 2011 à 16H00

Si le stress test appliqué aux centrales est aussi probant que celui concernant les banques (demander aux actionnaires de la Société Générale), il y a tout lieu de s’inquiéter.

Le talon d’Achille des centrales nucléaires est bien connu de tous. Protection contre les inondations ou les crues, fiabilité du refroidissement, production électrique de secours, qualité du pilotage et de l’exploitation.

Mais faire des digues, installer des groupes électrogènes et des pompes, n’intéresse personne. Trop banal, pas assez technique, pas vendeur. Quant aux objectifs de rentabilité imposés à l’exploitant, impensable de les assouplir, en ces temps de crise.

Sauf lorsqu’on s’est fait à la culotte comme les Japonais à Fukushima, ou que l’on n’est pas passé très loin comme EDF à la centrale du Blayais en 1999.

Je vais acheter des masques et des pilules d’iode. On verra plus tard pour le groupe électrogène.

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles