NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Electricité : Entrée des gros consommateurs dans la grande redistribution des cartes de... l'Hydraulique

Article publié le 20 février 2012

Electricité : Entrée des gros consommateurs dans la grande redistribution des cartes de... l'Hydraulique

Le prix de l'électricité n'arrête pas de monter et va continuer à grimper dans les années à venir.Entre la loi NOME qui a libéralisé le prix de l'électricité en Juillet et fait disparaître le tarif dit Tartam, tarif reglementé transitoire d'ajustement de marché, le tarif élevé du baril de brut, la menace sur le nucléaire, les fermetures des centrales anciennes qui deviennent effectives, les surcoûts d'investissement des nouvelles centrales EPR ou équivalent,et l'arrivée des surcoûts des énergies renouvelables, tout milite pour que le prix de l'électricité ne cesse d'augmenter.

Au point que les gros consommateurs s'en inquiètent fortement. Ainsi, la SNCF second consommateur d'électricité de France après Areva et premier consommateur aux heures de pointe fait elle ses budgets futurs en prenant en compte une hausse du prix du Kwh de 40 pct entre 2008 et 2012. L'impact sur son budget 2012 de l'augmentation des coûts de traction est ainsi de 92 millions d''euros.

Or, j'avais eu l'occasion dans un message du 28 novembre 2010, de vous signaler que le gouvernement, sous la pression de l'Union Européenne,se préparait à remettre en cause l'exploitation de certains de ses barrages hydroélectriques. Pour une puissance installée de 5300MW sur notre puissance totale de 25300MW d'hydroelectricité qui assure 13pct environ de la production française d'électricité.Hélas l'élection présidentielle passa par là qui repoussa à la mi 2012 au mieux l'appel d'offre correspondant, soit 18 mois de retard dans la mise en oeuvre des exigences européennes.

Il se trouve que l'électricité hydroélectrique est la moins coûteuse à produire de toutes les sources d'énergies et que les fleuves,rivières et sites exploitables européens étant déjà proche de l'équipement maximal , la remise en cause des exploitants des barrages existants est une occasion unique pour un électricien européen de renforcer dans son parc son quota d'électricité à base d'énergies renouvelables. D'où l'interêt exprimé par tous les électriciens européens l'Enel italien, l'allemand E.On,le suédois Vattenfall ou le suisse Alpiq. Des deux français en course, EDF qui exploite 80 pct de ce parc entend bien n'en perdre aucun et GDF Suez qui en exploite 17 pct entend, lui, augmenter sa part de marché !

Si vous rajoutez par la dessus les gros consommateurs, ça risque de nous faire une bataille avec un nombre d'intervenants considérables. D'où la tendance, puisque le report de l'appel d'offre donne le temps de bien se préparer, de constituer des consortiums qui permettent de partager les risques, de franciser l'exploitant dans le cas des électriciens d'origine étrangère ou de trouver un exploitant pour les gros consommateurs qui n'ont pas ce savoir faire en interne.

C'est le premier d'entre eux dont on vient d'annoncer la constitution entre le suédois Vattenfall, la SNCF, le chimiste Rhodia et l'aciériste ArcelorMittal. Un concurrent redoutable pour les tenants, EDF et GDF Suez, d'autant que Vattenfall, de par son origine nordique, pretend posséder un savoir faire particulier dans l'exploitation de barrages.

Résultat des courses prévues pour 2015 à l'issu des dix premiers renouvellements de concession dans les vallées des Pyrénées, de la Dordogne et de la Truyère.

Quel impact pour les différents intervenants ? Plus d'argent pour l'Etat adjudicateur et son budget et donc en principe les contribuables. Des coûts de production sans doute en hausse pour les électriciens pour payer les loyers des barrages. EDF qui risque de laisser quelques plumes dans cette redistribution des cartes au profit de GDF Suez et des étrangers.Un accès à l'électricité assuré pour les gros consommateurs et une certaine maîtrise de leurs couts d'approvsionnement. Et... une hausse vraisemblable des tarifs d'électricité pour les consommateurs moyens car tout le monde ne peut pas y gagner en même temps...   

Source image : http://nucleaire-nonmerci.net

Thèmes

Electricité Barrage hydro-électrique

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
votez :
par Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 20 février 2012 à 20H59

Bonjour,

Le plus grave dans cette affaire, c’est que les groupes hydrauliques de lac sont actuellement utilisés pour assurer la stabilité du réseau. Lorsque vous mettez en marche votre plaque de cuisson le soir à 18h45, comme des centaines de milliers d’autres personnes, c’est les puissantes turbines hydrauliques qui sont activées pour produire cette énergie.

Actuellement, sans hydraulique, il n’y a que les centrales à gaz de type turbine à combustion qui peuvent remplir ce rôle.

Si Edf perd les barrages, les nouveaux aquerreurs seront tentés de faire monter les prix lors des appels brutaux d’energie comme cela à été le cas lors du pic de cet hiver. Pour compenser et éviter la flambée des prix, EDF devront construire des centrales à Gaz. Bravo !

Pour gagner quelques millions d’euros, l’etat va brader l’un des composants permettant à l’électricité francaise d’être relativement bon marché et peu polluante. Ce que l’état va gagner, on va le payer bien plus cher, pour engraisser des financiers avides de pognon.

C’est une Honte, on est vraiment gouverné par des crétins.

votez :
par Andy (IP:xxx.xx9.68.10) le 6 mars 2012 à 09H59

Bonjour Hervé

- En quoi est-ce "grave" que l’hydraulique soit utilisée pour absorber les pointes de consommation ?

- Pourquoi les nouveaux acquéreurs seraient-ils davantage tentés de "faire monter les prix" que ne l’est actuellement EDF ? De toute façon, le prix est dicté par le marché de l’électricité, les producteurs ne peuvent pas y toucher directement. De plus, EDF n’est obligé en rien de compenser quoi que ce soit. S’ils perdent des centrales hydrauliques et qu’ils veulent les remplacer par de nouveaux moyens de production de pointe, c’est-à-dire des centrales à gaz, c’est leur problème. Et enfin, pourquoi EDF voudrait-il "éviter la flambée des prix" ? Ils en seraient les premiers bénéficiaires en France (voire en Europe) !

- L’Etat ne brade rien du tout, il reste propriétaire des installations hydroélectriques. Ce sont simplement les "locataires" qui va changer. L’électricité en question va rester la même, "bon marché et peu polluante". Qu’elle soit française ou suédoise, ça ne change pas grand chose. Et quel rapport avec les "financiers" ? C’est vrai que le secteur de l’énergie est particulièrement "friqué", mais il n’a rien à voir avec celui de la finance spéculative (ou alors je ne comprends pas à qui vous pensez lorsque vous employez le terme de "financiers").

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 9 mars 2012 à 21H19

Bonsoir Andy,

J’ai du mal m’exprimer :

- ce qui est grave n’est pas que les groupes soient utilisés pour les pointes, c’est justement leur point fort. Ce qu serait grave, ce serait justement que ce ne soit plus forcément le cas.

- Il faut savoir que les groupes hydraulique ne sont pas actuellement exploités a l’optimum de leur capacité à produire du KWH, mais à l’optimum d’être là au moment ou on a besoin d’eux en proposant une réserve d’énergie / puissance bon marché. Ce qui est trés différent. Et c’est ça qui risque de changer avec ce changement de "locataire". Le prix marché est déterminé par le moyen de production le plus cher qu’on doit mettre en service pour faire face. Si c’est du gaz, c’est plus cher. Les producteurs peuvent faire monter le prix en réduisant l’offre, comme pour le pétrole...

- Bien que EDF soit scindé en plusieurs morceaux, la tarification actuelle est encore fixée par l’état (tarif reglementé) ce qui limite pas mal d’abus pour le moment. Cepandant si les prix de reviens augmentent, la situation deviendra intenable pour EDF / ERDF.

- Le passage au Gaz est certes une solution (excellente pour le commerce extérieur par ailleurs !!!), mais le Kwh est pas tout a fait au même prix, et qui va payer la différence selon vous, le ministre qui a pondu le truc ou l’usager ???

- Lorsque j’emploie le terme "bradé" je pense aux concessions autoroutières... Il suffit de voir comment ça c’est passé pour imaginer ce qui va arriver avec les barrages...

La défunte EDF n’était pas ce qu’il y avait de mieux,elle était bourrée de défauts (CE,...) mais ce qu’on nous prépare va être bien pire...

votez :
par slavwitchtake1985 (IP:xxx.xx6.56.156) le 31 mai 2013 à 15H46

In big portions, it also contributes to air pollution. Later on, in Freeze Body Todd at last finds Articuno and manages to get a photograph of it. read more

votez :
par jordan cheap (IP:xxx.xx5.90.52) le 18 août 2013 à 23H14

cheap jordans website Treatment by an individual of the assets of the corporation as his own cheap air jordans shoes ; Diversion of assets from a corporation by or to a stockholder or other person or entity cheap air jordans ;

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles