NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
67% des français favorables aux éoliennes près de chez eux

Article publié le 29 novembre 2010

67% des français favorables aux éoliennes près de chez eux

Alors que la loi Grenelle 2 a durci la réglementation pour l'implantation des éoliennes terrestres (5 mâts minimum, classement en ICPE sous le régime d'autorisation), le dernier baromètre d’opinion sur l’énergie et le climat 2010 publié par le Commissariat Général au Développement Durable et cité par le Syndicat des Energies Renouvelables, révèle que « l’énergie éolienne est largement plébiscitée par les Français ». Selon l'enquête, 2 français sur 3 sont favorables à l'implantation d'éoliennes près de chez eux.

 

Voici le communiqué du SER :

 

« L’enquête confirme ce que disent d’autres études sur le sujet : l’opinion est très positive vis-à-vis de l’énergie éolienne. Les deux tiers des enquêtés (67 % exactement) seraient favorables à l’implantation d’éoliennes à un kilomètre de chez eux, s’il y avait la possibilité d’en installer. Cette attitude est largement partagée par la population, dans (toutes les) catégories de population. (…) On constate par ailleurs que la taille de l’agglomération de résidence a peu d’influence sur la réponse. »*

 

Les acteurs de la filière se réjouissent de la forte adhésion de leurs concitoyens à cette forme de production d’énergie qui se développe partout dans le monde et dont le prix baisse chaque année. En effet, le prix de l’électricité d’origine éolienne s’élève, aujourd’hui, à 80,4 € par mégawatheure (MWh), et se rapproche fortement de celui du marché de l’électricité, de l’ordre de 60 € par MWh.

 

A l’heure où des chiffres alarmistes circulent sur le coût des énergies renouvelables, il est bon de rappeler que la contribution à l’énergie éolienne s’élève à 1,50 € par foyer et par an. En outre, d’ici quelques années, les premiers parcs installés ne bénéficieront plus de l’obligation du tarif d’achat, fixée à 15 ans. « L’électricité qu’ils produiront sera alors à un prix beaucoup plus bas que celui du marché puisqu’il s’agira essentiellement de financer le coût de leur maintenance ; le combustible vent étant gratuit, local et inépuisable », rappelle André Antolini, Président du Syndicat des énergies renouvelables.

 

« Fin 2010, l’énergie éolienne avec une capacité installée de plus de 5 000 MW contribue à plus de 10 % de la production d’électricité renouvelable, hydraulique compris, » indique le rapport d’évaluation du Grenelle de l’environnement présenté mardi 2 novembre par le Ministre d’Etat, Jean-Louis Borloo.

 

« Plus de 10 000 personnes travaillent déjà pour cette filière en France, elles seront 60 000 en 2020, quand la puissance du parc atteindra 25 000 MW et représentera près de la moitié de l’électricité de source renouvelable de notre pays », explique Nicolas Wolff, Président de France Energie Eolienne, branche éolienne du SER.

 

*Commissariat Général au Développement Durable,

n°167, octobre 2010 – www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr

 

Source image : http://news.editions-des-halles.com

Thèmes

Energies renouvelables Eolienne

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx3.88.140) le 29 novembre 2010 à 15H58

"quand la puissance du parc atteindra 25 000 MW et représentera près de la moitié de l’électricité de source renouvelable de notre pays »,"

La question importante et la plus significative n’est pas tant combien l’éolien représente de % des énergies renouvelables mais combien de % de l’énergie consommée ou produite en France !

votez :
par Tassin (IP:xxx.xx2.73.34) le 29 novembre 2010 à 16H08

19 000 MW terrestres et 6000MW éoliens (objectifs composant le fameux 25 000 MW éoliens) ça donne environ 65 à 70TWh de production électrique soit 13-14% de la production Française actuelle (500TWh).

votez :
par candide (IP:xxx.xx2.6.53) le 29 novembre 2010 à 22H06

Si ces 67% restaient ne serait-ce qu’une heure au pied d’une grande éolienne un jour de vent, même faible, ils changeraient tous d’avis ! faites en vous même l’expérience, vous verrez !

En fait, les éoliennes génèrent des infrasons (< 10 HZ) qui font monter en vous une angoisse irrépressible ... Vous ne me croyez pas ? rendez-vous : Google "carte éoliennes grande taille"

votez :
(IP:xxx.xx3.88.140) le 2 décembre 2010 à 12H02

EOLIENNES, SONS ET INFRASONS : EFFETS DE L’EOLIEN INDUSTRIEL SUR LA SANTE DES HOMMES

Marjolaine Villey-Migraine Docteur en sciences de l’information et de la communication. Université Paris II-Panthéon-Assas. Spécialiste de l’Information Scientifique et Technique (IST)

Conclusion

Les sons et infrasons émis par les éoliennes ont un impact certain sur la santé de l’homme et peuvent gâcher la vie des gens...

Au stade des observations cliniques, on sait qu’il y a des risques, et des sensibilités différentes en fonction des personnes.

votez :
(IP:xxx.xx7.140.98) le 30 novembre 2010 à 13H43

Comme toujours, je ne suis jamais interrogé par les sondeurs. Encore de la propagande pour nous faire accepter l’éolien.

votez :
par Castel (IP:xxx.xx2.24.125) le 1er décembre 2010 à 13H33

67 % des français trouvent que leur pays est trop beau, il faut l’enlaidir...

Intéressant comme information...

Ils sont d’accord en échange de beaucoup d’argent, non ? On a demandé qu’aux maires des communes, ce n’est pas cela la manipulation ?

votez :
par Mijo (IP:xxx.xx7.154.194) le 1er décembre 2010 à 14H40

@ Castel

Et bien oui, ça peut être beau des éoliennes. En plus elles ne nécessitent pas de lignes THT qui grillagent le paysage. Mais bon, certains préfèrent l’architecture stalinienne des réacteurs nucléaires. Après tout, les goûts et les couleurs, ça ne se discutent pas.

"Ils sont d’accord en échange de beaucoup d’argent, non ? On a demandé qu’aux maires des communes, ce n’est pas cela la manipulation ?"

Pas du tout. La majorité des citoyens de notre pays ont peut-être tout simplement envie de miser sur les énergies d’avenir, de gagner en indépendance vis à vis des énergies fossiles et nucléaire, et d’en finir avec les marées noires, les enlèvements au Niger, les guérillas dans le Tiers monde et autres horreurs bien plus moches que les éoliennes. C’est la preuve d’une bonne santé mentale et de puissantes ressources de dynamisme en dépit de la sinistrose générale.

Mijo

votez :
(IP:xxx.xx3.88.140) le 1er décembre 2010 à 17H21

"La majorité des citoyens de notre pays ont peut-être tout simplement envie de miser sur les énergies d’avenir,"

Ils sont surtout intéressés par la possibilité qui leur a été offerte de se faire du fric en revendant au ridiculement prix fort l’électricité éolienne et photovoltaïque. La diminution récente (et encore à venir) de ce prix de revente va certainement nous démontrer que l’intérêt (c’est le cas de le dire !) du Français moyen pour ce genre d’énergie ne sera bientôt plus ce qu’il était.....

votez :
(IP:xxx.xx3.88.140) le 1er décembre 2010 à 17H26

Vote massivement anti-éoliennes sur Internet Vendredi 6 Novembre 2009

Le verdict est clair : 88 % contre, alors que seulement 12 % ont défendu les éoliennes.

Vous avez été très nombreux à voter : 5627 en moins de 48 heures. Suite à la réussite du tchat contradictoire ce mercredi sur le développement des éoliennes en France, votre site Internet latribune.fr a organisé une enquête sous forme de websondage afin que chacun puisse s’exprimer sur la question. Le résultat est sans appel. Vous avez été très nombreux à voter : 5627 en moins de 48 heures soit quatre fois plus que nos sondages Internet habituels. Et le verdict est clair : 88 % contre, alors que seulement 12 % ont défendu les éoliennes

votez :
(IP:xxx.xx3.88.140) le 2 décembre 2010 à 11H15

« Fin 2010, l’énergie éolienne avec une capacité installée de plus de 5 000 MW contribue à plus de 10 % de la production d’électricité renouvelable, hydraulique compris, » indique le rapport d’évaluation du Grenelle de l’environnement présenté mardi 2 novembre par le Ministre d’Etat, Jean-Louis Borloo.

- Si c’est aussi précis et véridique que le nombre de stations services ouvertes pendant le blocage des dépôts et des raffineries par la canaille rouge, on est en droit de se méfier !

« Plus de 10 000 personnes travaillent déjà pour cette filière en France, elles seront 60 000 en 2020, quand la puissance du parc atteindra 25 000 MW et représentera près de la moitié de l’électricité de source renouvelable de notre pays », explique Nicolas Wolff, Président de France Energie Eolienne, branche éolienne du SER.

- Cf supra

votez :
(IP:xxx.xx3.88.140) le 2 décembre 2010 à 11H16

« Plus de 10 000 personnes travaillent déjà pour cette filière en France, elles seront 60 000 en 2020, quand la puissance du parc atteindra 25 000 MW et représentera près de la moitié de l’électricité de source renouvelable de notre pays », explique Nicolas Wolff, Président de France Energie Eolienne, branche éolienne du SER.

- Demain on rase gratis....

votez :
par Mijo (IP:xxx.xx7.154.194) le 2 décembre 2010 à 13H11

@ IP xxx.xx3.88.140

Actuellement plus de production éolienne serait bienvenue et nous éviterait d’acheter au prix fort de l’électricité ailleurs, ce qui plombe encore notre PIB. Mais visiblement il y a quelqu’un ici, IP. xxx.xx3.88.140, qui ne comprend pas grand chose à l’économie. Vous devriez aller faire un petit tour sur Powernext.

Bon vent. Mijo

votez :
(IP:xxx.xx3.88.140) le 2 décembre 2010 à 15H16

Actuellement plus de production éolienne serait bienvenue et nous éviterait d’acheter au prix fort de l’électricité ailleurs,

- Il y a eu un pic de consommation d’électricité hier soir en Bretagne qui comme chacun le sait est en pénurie quasi constante d’électricité mais mais a refusé il y a quelques années qu’une centrale nucléaire soit construite sur son territoire. Pensez-vous sérieusement que s’il y avait eu encore plus d’éoliennes hiEr soir, il n’aurait pas été besoin d’importer d’électricité ? Hier soir il n’y avait prtatiquement pas un souffle de vent nulle part en France ! Ce n’était pas une question d’économie mais une question de météorologie..... Arrêtez de vous bercer d’illusions et d’essayer de convaincre les autres que c’est vous qui avez raison.

votez :
par Nonmaisdisdonc (IP:xxx.xx2.175.225) le 3 décembre 2010 à 18H11

La Bretagne refuse les éoliennes mais est en manque chronique d’énergie électrique. Cette région c’est le pays du vent et de la mer. On y refuse les parc éoliens sur terre et en mer et l’énergie des marées y reste suspecte...cherchons les erreurs !

votez :
par Mijo (IP:xxx.xx7.154.194) le 2 décembre 2010 à 15H59

@ IP xxx.xx3.88.140

La Bretagne a refusé une centrale nucléaire. Grand bien nous fasse. C’est toujours des déchets radioactifs en moins et des rejets de tritium en moins aussi, et moins de risque pour leurs produits locaux (parce que les vins du Tricastin, ils ont bien morflé, hein). Hier, je ne sais pas, mais aujourd’hui la carte de Météo France pour la Bretagne indique des vents de 35 à 45 km/h dans le Finistère (avec des rafales à 55 km/h). C’est bon pour les éoliennes.

Je ne me berce pas d’illusions et je n’essaye pas de convaincre les autres que j’ai raison. J’ai de bonnes raisons de préférer les énergies renouvelables à d’autres énergies et ça n’est pas encore interdit par la loi.

votez :
(IP:xxx.xx3.88.140) le 2 décembre 2010 à 17H06

C’est toujours des déchets radioactifs en moins et des rejets de tritium en moins aussi

S’il n’y avait que le tritium ..... Très faible radioactivité et 1/2 vie de 12 ans... Y a pire vous savez !

votez :
par Mijo (IP:xxx.xx7.154.194) le 3 décembre 2010 à 18H43

@ Nonmaisdisdonc

Mais qui refuse les projets éoliens en Bretagne ? Plusieurs projets éoliens sur terre et off-shore, qui avaient le soutien d’une majorité de gens du coin, ont été refusés par la préfecture.

votez :
(IP:xxx.xx3.95.206) le 4 décembre 2010 à 10H28

http://sortirdunucleaire29.free.fr/...

[presse] Éoliennes. Les opposants marquent des pointsLe 17 octobre 2009 Le telegramme - 25 sept 2009 Un projet d’implantation près du Mont Saint-Michel et un durcissement du régime d’autorisation placent à nouveau les éoliennes dans l’oeil du cyclone. Professionnels du secteur et ONG « vertes » parmi lesquelles Greenpeace, le WWF ou France Nature Environnement (FNE), se sont déclarés décidés à resserrer les liens hier, estimant qu’un « vent mauvais » souffle sur les éoliennes. L’annonce d’une manifestation d’anti-éoliens dans la Manche a mis le feu aux poudres. La Fédération Environnement durable, la Fédération nationale des Associations de Sauvegarde des Ensembles monumentaux et plusieurs associations locales organisent en effet samedi au Mont Saint-Michel une marche de protestation contre l’implantation d’éoliennes industrielles à proximité de ce « site historique parmi les plus visités au monde ». « Nos adversaires ne sont pas sérieux, a lancé hier André Antolini, président du Syndicat des Energies renouvelables. Le projet le plus proche se situe à 17 kilomètres du Mont Saint-Michel, tous les autres sont à plus de 20km. » Un délai d’implantation rallongé Parallèlement à cette action prévue dans la Manche, les pro-éolien s’inquiètent de plusieurs propositions d’amendements au projet de loi « Grenelle 2 » déposés au Sénat et qui devraient rendre plus contraignantes les règles d’implantation d’éoliennes. Ces amendements déposés par les sénateurs UMP Jean Bizet (Manche) et Roland du Luart (Sarthe), visent à soumettre les éoliennes au régime d’autorisation des Installations classées pour la protection de l’environnement et à durcir les règles de définition des « zones de développement de l’éolien ». Le délai d’implantation d’un parc éolien, qui est actuellement d’environ sept ans, risque de s’allonger à 10 ou 12 ans, s’inquiète Didier Lenoir, président du Comité de liaison énergies renouvelables. 4.000 mégawatts contre 25.000 en 2020 « Ce qui menace la France, ce n’est pas qu’on y mette trop d’éoliennes, c’est qu’on n’en mette pas assez », assène André Antolini, avertissant que l’objectif de 23% d’énergies renouvelables d’ici à 2020 ne sera pas atteint sans l’éolien. La puissance installée du parc éolien français est de 4.000mégawatts. L’objectif fixé est d’atteindre 25.000mégawatts en 2020. Selon le Syndicat des énergies renouvelables, environ 6.000 nouvelles éoliennes devront venir s’ajouter aux quelque 2.500 déjà installées pour atteindre cet objectif.

« C du Vent ». Les opposants à l’éolien persistent

Le 4 juillet 2009 Bannalec - le telegramme - 17 juin 2009 « C du Vent » a tenu vendredi en soirée, au Loge-Beg, son assemblée générale. Une cinquantaine de personnes sont venues écouter les bilans et s’informer sur les avancées des projets éoliens en cours dans la commune. Le président, Philippe Fatras, a été reconduit à la tête de l’association. Le sujet intéresse Après avoir remercié « le Monsieuréoliennes de la Cocopaq, Marcel Jambou » de sa présence, le chef de file des opposants aux éoliennes est revenu sur l’enquête publique. « 300 personnes sont allées s’informer auprès du commissaire enquêteur sur le projet bannalécois. Pas moins de neuf registres d’enquête publique ont été remplis et 285 observations faites. Si le sujet intéresse, le forum ouvert sur le site de la mairie en est la preuve avec 3.490 connections ». Et Philippe Fatras d’insister : « Sur le site de l’association un sondage révèle encore, à la question ? êtes-vous favorable à l’implantation d’éoliennes sur la Cocopaq ?? 1.009 non, 84oui et 15 sans opinion ».

Le président a détaillé les craintes transmises au commissaire enquêteur : « L’éolien va détruire nos paysages et notre cadre de vie. Ensuite, c’est la crainte de la proximité des machines par rapport aux habitations et leurs nuisances, sans oublier en dernier lieu la perte de valeur mobilière ».

Pour 500 m minimum L’association a réclamé que soit portée à 500m minimum (au lieu de 400m) la distance séparant les futurs sites des riverains. Pour l’heure « C du Vent » n’a pas obtenu gain de cause, mais ne baisse pas les bras, l’association étant prête à aller devant le tribunal administratif s’il le faut. Pour le moment, la décision ultime appartient au préfet, en signant le ou les permis selon le nombre de sites acceptés : un ou deux.

Éoliennes : le pays de Brest a fait le plein

Le 4 juin 2009 OUEST FRANCE 18 mars 2009 Trois dernières machines ont poussé à Lanrivoaré. C’est le dixième et dernier site du Pays de Brest avant quelques années.

Dix jours ! Les éoliennes sont arrivées par la route le 6 mars. Hier, les techniciens espagnols de la société Gamesa Eolica serraient les derniers boulons. Dix jours pour hisser trois machines, alors qu’en 1999, à Plouarzel, « c’est le temps qu’il fallait pour en monter une seule », se souvient Yves Kermorgant, coordonateur du projet. Porté par la Compagnie du Vent (filiale de Suez), le site du Cruguel est enfin sorti de terre, après presque dix ans de gestation ! La Compagnie du Vent avait bien un permis de construire depuis 2001. Mais elle avait visiblement d’autres chats à fouetter. D’autant plus qu’en période de boom éolien en France et en Europe, la fourniture de matériel était difficile. Un nouveau permis a été demandé puis accordé en 2006. Aucun nouveau dossier

Ces petites éoliennes d’à peine 80 mètres (avec les pales) forment ainsi le dixième site d’implantation sur le pays de Brest. Et sans doute le dernier avant plusieurs années.

Il existe bien un projet autorisé à La Martyre, mais il semble abandonné depuis plusieurs années. Et aucun nouveau dossier n’est à l’instruction en préfecture.

Or, il faut compter trois ou quatre ans au moins entre le dépôt d’un projet et sa réalisation.

Saturé le Pays de Brest ? C’est possible.

Du moins sous la législation actuelle. Avec l’Aude, le Finistère a offert un terreau fertile aux fermes éoliennes dès que l’Etat a imposé à EDF en 2000 un tarif de rachat de cette énergie.

Les opérateurs y ont fait leurs armes. Élus locaux, services de l’État et associations d’opposants aussi ! Aux dires des développeurs, interdits d’approcher à moins de 500 mètres des habitations, il ne reste guère d’espace. D’autant moins depuis que l’armée de l’Air est venue mettre son grain de sel dans les pales en 2005, quand elle s’est aperçue des risques de perturbations de ces engins sur les radars, à l’approche des aéroports ou des bases aéronavales.

A moins de 30 km des radars, les projets sont soumis à une étude encore plus tatillonne, capable de refroidir le premier revendeur de vent. Avec Guipavas, Lanvéoc et Landivisiau, autant dire que les espaces libres se font rares et étroits. Essuyeurs de plâtres Les développeurs ont tourné casaque vers des zones moins ventées, mais à l’habitat moins dispersé, où leur implantation semble plus simple. En Beauce par exemple, pousse une ferme EDF de 26 éoliennes affichant sur un seul site (17 km en bordure d’autoroute A10) une puissance de 52 mégawatts, à comparer avec les 63,5 mégawatts des 53 éoliennes disséminées sur le pays de Brest. La législation a évolué. Les collectivités sont incitées à créer des Zones de développement éolien (ZDE). Depuis 2007, les projets n’ont la garantie de rachat d’électricité à tarif préférentiel (0,082 € par kilowatt heure) que s’ils sont en ZDE. Ainsi, l’initiative est revenue dans le camp des aménageurs du territoire. En Pays de Brest, il faut bien dire que ceux là ont un peu essuyé les plâtres, doublés, pressés par les promoteurs. Aucune ZDE n’a été mise en place. Il n’est plus non plus question du schéma de développement éolien du Pays de Brest. Trop tard. Les éoliennes sont là. Souvent en contradiction avec la charte du Finistère, qui demandait qu’on ne puisse pas voir plusieurs sites à la fois. Mais elles semblent plutôt bien acceptées finalement. Une page est tournée. Sébastien PANOU. Ouest-France

votez :
par groumpf (IP:xxx.xx8.176.124) le 4 décembre 2010 à 15H44

Alors le nucléaire serait la solution ? N’importe quoi ! Brennilis n’est toujours pas démantelé et ça a déjà couté 400M€.

Il faudrait peut-être penser à économiser l’électricité avant de taper sur les éoliennes et vouloir des centrales nucléaires (beurk) en Bretagne.

Les éoliennes ça s’installe et ça s’enlève rapidement. On peut les remplacer par des modèles plus performants et moins bruyants. C’est impossible avec le nucléaire qui nous enchaine dans des cycles de 50 ans. Et en plus on a aucune expérience sur le démantèlement qui pourrait durer encore 50 ans.

Il faut interdire les enseignes allumées toute la nuit et les jours fériés. Il faut renforcer l’isolation des immeubles etc. Il faut investir dans les énergies renouvelables et sortir du nucléaire et du pétrole avant que ce soit le chaos énergétique et la guerre pour les ressources.

votez :
(IP:xxx.xx3.95.206) le 6 décembre 2010 à 16H31

"Les éoliennes ça s’installe et ça s’enlève rapidement"

- Quantité de béton nécessaire à l’implantation d’une éolienne de 2,5 MW : 400 m3. Pour une de 5MW : 900 m3. Multipliez çà par le nombre d’engins d’un parc, çà vous donne le volume de béton (pour ne parler que de lui) de béton qu’il faudra détruire, transporter et stocker quelque part.

En Charente on fait même mieux ! On est en train de construire un parc d’éoliennes dont les tours de 108 mètres de hauteur sont en béton (seuls les 18 derniers mètres seront en acier. Chaque tour + son socle nécessitent 2.000 m3 de béton.....

Sûr que çà s’installe et se démonte facilement. Durée de vie d’une éolienne ? Donc à quelle fréquence faudra-t-il répéter la "manoeuvre" construction/"déconstruction" ?

votez :
(IP:xxx.xx3.65.100) le 4 décembre 2010 à 22H04

L’exemple même de calcul biaisé.

19 000 MW terrestres et 6000MW éoliens (objectifs composant le fameux 25 000 MW éoliens) ça donne environ 65 à 70TWh de production électrique soit 13-14% de la production Française actuelle (500TWh).

Rendement pris en compte dans ce calcul 31%, valeur qu’atteignent difficilement les éoliennes off shore. Valeur raisonnable celle des allemands 16%.

En résumé, en divisant par deux on s’approche de la réalité. S’il n’y a pas de panne ni de tempête.

votez :
(IP:xxx.xx6.54.53) le 7 décembre 2010 à 17H37

De toute façon il ne faut pas se leurrer, nous aurons bientôt besoin des éoliennes même si beaucoup de personnes désapprouvent se système de création énergétique. C’est un système de base crée a partir de la nature. Vous aller dire oui mais le pétrole aussi, soit mais le pétrole il faut l’extraire, le traité, le transformer etc. Donc je trouve que les commentaires remettants en cause les coûts de fabrication sont aussi valable pour le nucléaire et le pétrole ( si ce n’est même plus ).

Cordialement, un lycéen

votez :
(IP:xxx.xx3.95.206) le 9 décembre 2010 à 12H20

Vous aller dire oui mais le pétrole aussi, soit mais le pétrole il faut l’extraire, le traité, le transformer etc.

==> Alors que les éoliennes, ya ka les semer, après çà pousse tout seul !

votez :
par l_artgus (IP:xxx.xx3.14.133) le 7 décembre 2010 à 17H50

Bonjour Mijo

C’est reparti !!!! Vous n’en avez pas assez de raconter, n’importe quoi ? Les délires, bien compréhensibles du SER (vu l’argent qu’ils touchent) commencent à peser lourd dans le discours éolien !

Ce gouvernement totalement incompétent en matière d’energie va réussir à nous augmenter le tarif de l’électricité de plus de 35% alors que dans le même temps, la majorité des centrales nucléaire vont passer de 30 à 40 ans d’exploitation et, donc, proposer des coûts de revient de 25 € le MWh.

Mijo, manifestement, vous faites partie des nantis qui se foutent complètement de la difficulté qu’on certain à boucler leurs fin de mois ! Vous faites partie de ces gens qui acceptent de se faire voler sans rien dire…

Moi pas !

Occupez-vous donc de plébisciter l’Hydrolien qui est la seule ENR digne de ce nom ! pour le reste, comme vous ne faites pas de différences entre les bandits et les honnêtes gens, mon conseil :

ABSTENEZ-VOUS !

Durcissement ? Vous avez dit durcissement !?!?!

Le grenelle 2 n’a rien durci du tout !!!! Les 5 mats permettent toujours de mettre de petites puissances ainsi 5 eoliennes de 500 KWe = 2.5 MWe. Certes, ça coûte un peu plus cher, mais c’est très rare ce genre de demande…

On est plutôt dans le classique c’est-à-dire le maximum en HTA (20 KV) soit 12 MWe car, ça coûte beaucoup plus cher de les dépasser, après on est en HTB en 63 KV

Quant aux ICPE, pour l’éolien, il s’agit de démontrer la conformité aux normes Françaises, soit le plus bas niveau des ICPE ! Est-ce anormal d’obliger un installateur à être conforme ?

Enquête de satisfaction … Et puis quoi encore !

Évidemment… Tout dépend comment on fait l’enquête ! Je suis surpris qu’il n’y ait pas plus ! Pour cela, il suffit d’aller dans le 93 ou équivalent et faire les sondages dans les HLM ! Je suis sûr qu’une famille qui touche le RSA dans un environnement à risque, va trouver les éoliennes sympas.

Baisse des prix de l’énergie éolienne ?????

Pour faire court, l’energie éolienne est chère 82 € le MWh + le transport et la marge soit 40€ et on obtient une energie à 122 € le MWh ! La seule façon de faire avaler la pilule est d’augmenter les tarifs aux consommateurs donc, on invente la loi NOME.

Ce qui devrait amener le prix du KWh pour les consommateurs à 16 ou 17 Cts d’€ (actuellement 12 CTs).

L’auteur nous donne comme chiffre 80.4 € MWh (d’où viens ce chiffre ?) et oublie le transport et la marge !

L’auteur, c’est de quoi elle parle… C’est clair !

Coût CSPE et fin de période d’obligation d’achat :

Encore une fois, l’auteur raconte n’importe quoi ! La part de la CSPE correspond à la différence entre les coûts du marché et les coûts évités ! Or les coûts évités augmentent au fur et à mesure que l’on démarre de nouvelles éoliennes.

S’il y a encore peu, la part des ENR dans la CSPE était d’environ 5%, il est évident que ce chiffre va littéralement exploser lorsque l’on sera au terme du grenelle (25 GWE) donc, les 1.50€ par an (chiffre qui demande à être vérifié) c’est du PIPO.

Quant à l’obligation de rachat… Que croyez-vous que fera EDF entre coupler une Energie à un prix de revient de 25 € le MWh (nucléaire type Tricastin) et éolien à 82€ du MWh en prix d’achat ?

Production des 5000 MWe ????

Antolini délire complètement !!! Mais en même temps comme en face, c’est incompétence et compagnie… No problème ! il aurait tort de s’en priver !

10% d’energie éoliennes de 10% du total des ENR, cela fait 1% du total produit en France ! Mais à quel prix ?

Le MWh éolien est estimé à 1.7 million d’€ par MWe installé ! soit pour 5000 MW = 8 milliards d’€ soit le prix de 2 EPR.

Par an :
- Que produisent 5000 MWe d’éoliennes = 5000MWe x (8760 x 23%) = 10 TWh/an
- Que produisent 2 EPR = 3200MWe x(8760 x 92%) =25.8 TWh/an

Sur la durée de vie d’un EPR (60 ans), il faudra 4 fois plus d’éoliennes puisque leurs durées de vie sont de 15 ans… Soit une dépenses totale de 32 milliards d’€ pour une production identique sur 60 ans !

Le surcoût pour les Français sera donc de 32 - 8 = 24 milliards d €. Et même avec cette dépense astronomique, on sera sûr qu’à Noel, s’il n’y a pas de vent, on sera obligé d’allumer les bougies !C’est beau noel aux bougies !!!! Allez dire cela à tout ceux qui ce chauffent avec des convecteurs electriques !!!

10 000 personnes travaillent sur l’éolien ???

La majorité sont des étrangers et il n’y en a pas 10 000 ! Ce que l’on constate : c’est que les sociétés de transports d’éoliennes sont des transporteurs étrangers ! Que les sociétés qui installent les éoliennes sont également étrangères ! Antolini est un père Noel qui distribue du travail virtuel pour gogo !!! Ce n’est pas sérieux !

Mijo... Soyez sympa, travaillez le sujet !

Bonne fetes de noel !

votez :
(IP:xxx.xx3.95.206) le 8 décembre 2010 à 10H38

@ l_artgus (IP:xxx.xx3.14.133) le 7 décembre 2010 à 17H50

- Excellente et salutaire mise au point ! Merci !

Il suffit aujourd’hui d’exhiber une carte de presse et de s’intituler journaliste pour s’autoriser à pérorer sur n’importe quels sujets divers et variés sans avoir un minimum de connaissance de base du sujet et sans même faire l’effort de faire quelques recherches et d’étudier les travaux de ceux dont c’est le métier.... Il n’y a pas que les omniprésidents, il y a aussi hélas les omnijournalistes !

votez :
par Mijo (IP:xxx.xx7.154.194) le 8 décembre 2010 à 12H54

@ l’artgus

Ca y est, v’la les antiéoliens qui dégainent les bazoukas.

L’attaque est violente, mais l’argumentaire est faible.

Vous dites l’énergie éolienne est chère. Et bien, allez donc voir les prix actuels de l’électricité sur les marchés EPEX et Powernext.

http://www.epexspot.com/en/market-d...

En période de pointe, on est bien content d’avoir des éoliennes qui évitent d’importer de l’électricité au prix fort et de plomber notre PIB.

Vous dites : « Le MWh éolien est estimé à 1.7 million d’€ par MWe installé, soit pour 5000 MW = 8 milliards d’€ soit le prix de 2 EPR ». Et bien à ma connaissance, le prix de l’EPR, on ne l’a toujours pas. La seule chose que l’on sait, c’est que les chantiers sont en retard et que les budgets sont totalement dépassés, plutôt de l’ordre de 5 milliards pour 1 EPR. Et encore personne n’en sait rien. Cela doit d’ailleurs donner des cauchemars aux responsables d’EDF qui en construisent un, mais chut….

Pour ce qui est des employés de la filière éolienne, j’en connais certains. Ils sont ravis de travailler dans le secteur et tant mieux. J’espère qu’ils continueront à avoir du boulot et je l’espère aussi pour ceux qui sont dans la filière solaire, bien maltraitée en ce moment. Tous les gens de ce pays ne rêvent pas forcément de travailler dans l’industrie atomique ni d’aller pointer à Pôle Emploi.

@ ip.xxx.xx3.95.206

Ne vous en déplaise, j’ai bien l’intention de continuer « à pérorer » comme vous dites sur les sujets qui m’intéressent. Nous ne sommes ni en Iran ni en Corée du Nord. La liberté d’expression est garantie par l’art. 10 de la Convention européenne des Droits de l’Homme.

Je tiens un blog sur les énergies renouvelables www.colorwatt.com , ce n’est pas encore interdit par la loi. Et certains de mes articles doivent être jugés intéressants, puisqu’ils sont repris sur Agoravox/Naturavox (où je suis inscrite) sans même que je ne les ai soumis au Comité de rédaction.

A bon entendeur….

votez :
par g.jacquin (IP:xxx.xx3.14.133) le 9 décembre 2010 à 11H53

Mijo, j’adore votre ironie à 3 balles !!!

1) Je connais les prix du marché… merci ! je ne vous ai pas attendu. Mais voyez-vous, je n’en ai rien à faire ! Pourquoi ? tout simplement parce que la France peut largement s’en passer ! Aussi bien en matière de vente que d’achat ! (Vous faites certainement partie de ces gens qui plébiscitent la loi NOME….et ses 35% d’augmentation des tarifs de l’électricité dans les mois et années qui viennent). SUPER LE MARCHE DE L’ELECTRICITE !!!

Donc, prendre comme référence EPEX est idiot !

C’est d’autant plus idiot que c’est à cause du marché que notre bon gouvernement n’a pas d’autre choix que d’augmenter les tarifs aux particuliers comme aux professionnels, de façon à favoriser une concurrence Européenne dont la France se passerait bien (pour l’électricité…) !

Comprenez-vous ?

Pour votre information, le prix de revient du MWh Français est bien plus bas que ce qui se pratique sur le marché (Le prix du MWh du marché européen est calculé sur l’ensemble des producteurs européens) !

Pour le calcul de la CSPE, c’est le tarif moyen Français en fonction de la période, qui devrait être comparé au tarif d’achat par EDF (MWh eolien) !

Au lieu de cela, on utilise les prix marché… c’est EDF qui absorbe la différence entre les prix marché et les prix moyens Français !!! Autrement dit, la différence est ou sera, intégrée dans les tarifs de vente du KWh. Génial !

Travaillez le sujet et vous verrez bien…Puis faites nous un bel article ! (ne serait-ce que pour que les Lecteurs aient une vue claire de ce que coûte l’éolien à la France !). Ben oui, moi je suis plutôt technicien donc l’écriture n’est pas ma spécialité !!!

2) Ne vous n’inquiétez pas pour le prix des EPR ! Au passage, AREVA via Sarko vient d’en vendre 2 à l’Inde pour un montant de 7 milliards ! Cela peut, peut-être vous donner une indication ?

3) Ah… vous connaissez des travailleurs éoliens ??? Super ! heureusement que sur les dix milles que vous nous annoncez, il y ait quelques Français !

Je ne comprends pas trop votre allusion aux Pole emploi (plutot, je n’ose pas comprendre) ? Vous pouvez développer ?

Conclusion : vous confirmez mon sentiment lorsque je dis que vous ne maîtrisez pas bien le problème de l’Energie en France ! Travaillez sur le sujet et peut-être ferez-vous des articles qui ressemblent à la réalité et non pas des pages de PUB pour le SER !

Oui, vraiment… j’aime votre ironie !

votez :
par g.jacquin (IP:xxx.xx3.14.133) le 9 décembre 2010 à 12H28

J’avais oublié ce petit bout de message : “ En période de pointe, on est bien content d’avoir des éoliennes qui évitent d’importer de l’électricité au prix fort et de plomber notre PIB“.

Encore une fois, vous faites erreur ! Il suffit de lire les nombreux rapports sur le sujet :

1) L’energie éolienne ne peut être qu’une energie de base puisqu’elle se substitue à une energie de base ! En clair, lorsqu’on couple au réseau une éolienne, l’energie qu’elle produit est “prioritaire“ par rapport à toutes les autres (décret Cochet). De fait, comme elle est prioritaire, techniquement, les autres énergies vont baisser de l’équivalent de ce qu’apportent les éoliennes.

Or les autres énergies c’est 80% de nucléaire, 10% d’hydro et 10% de THF. Et on est bien d’accord que majoritairement, le nucléaire est une energie de base (à moins que vous sachiez faire le tri entre les electrons issus du nuc, de l’hydro ou des THF).

2) RTE dans son rapport sur la sécurité à été clair, on ne couplera en pointe que 15% du parc d’éoliennes (ventées). Ce que veut dire RTE, c’est que pour des raisons de sécurité, on couple un minimum d’éoliennes en périodes de pointes en s’assurant qu’il existe une réserve fiable dans le reste du parc (hors éolien). Ce qui revient à dire que pour la PUB on dit qu’on couple de l’éolien en pointes ou extrêmes pointes mais dans la réalité, on maintien une réserve équivalente, ce qui revient exactement au même que mon point 1).

3) Plutôt que de dépenser des milliards bêtement dans de l’éolien, il serait plus aviser de remplacer les convecteurs qui chauffent la majorité des Français par des systèmes thermodynamique ou/et solaire. Ce qui aurait comme effet direct une diminution sensible de la consommation électrique Française et permettrait aux ménages Français de dépenser moins d’argent pour leur électricité (jusqu’à 4 fois moins pour leurs chauffages, le poste le plus important des dépenses électriques de la maison) !!!!

Donc NON, si on réfléchit 2 minutes, on n’est pas content d’avoir des éoliennes pour subvenir aux heures de pointes !!!! C’est une dépense idiote !

votez :
(IP:xxx.xx9.7.133) le 14 décembre 2010 à 17H13

@ Mijo (IP:xxx.xx7.154.194) le 8 décembre 2010 à 12H54 @ l’artgus

Ca y est, v’la les antiéoliens qui dégainent les bazoukas.

L’attaque est violente, mais l’argumentaire est faible.

==> Vous qui trouviez que l’argumentaire des antiéoliens était faible, vous ne semblez pas très empressée d’apporter les vôtres afin de contredire et de démonter les arguments et les faits chiffrés qui ont été clairement détaillés et docvumentés dans les 5 ou 6 derniers messages. Soudain sans voix et à court d’arguments ? C’est çà une discussion, un débat entre gens de bonne compagnie. Il ne suffit pas de brasser de l’air seulement avec ceux qui sont d’accord avec vous.

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles