NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Quelles énergies pour demain ?

Comment réagir face aux énergies alternatives ?

Article publié le 13 janvier 2009

Le pétrole, le gaz et le charbon sont des énergies fossiles, bien qu’indispensables encore aujourd’hui, elle sont épuisables et sont la source des problèmes de pollution que rencontre aujourd’hui notre planète. Quelles sont nos alternatives et comment les aborder ?

Quelles énergies pour demain ?

Le pétrole, le gaz et le charbon sont des énergies fossiles. Avec le nucléaire, elles sont considérées comme des énergies de stock, elles sont donc épuisables.
Elles ne représentent pas vraiment d’avantages mais elles sont aujourd’hui encore indispensables car elles couvrent 85% des besoins mondiaux en énergies primaires. Les enjeux les plus lourds qu’elles représentent sont principalement économiques.

Pourquoi les énergies fossiles sont-elles sujet de discorde ?

Les complications majeures sont que les énergies fossiles ne sont pas éternelles (l’épuisement du pétrole est prévu d’ici 40 ans), et le plus conséquent est la pollution que ces énergies produisent (pollution de l’air, pollution lumineuse, pollution sonore, ...), notamment la combustion de ces énergies qui est en très grande partie responsable du réchauffement climatique.

Le domaine de l’énergie est à un tournant de notre histoire.
Les ressources en pétrole et en gaz, matières premières nous renouvelables, ne pourront répondre indéfiniment à la croissance de la consommation mondiale.
Leur substitution massive et rapide, dans les secteurs des transports et de la pétrochimie, est un défi majeur particulièrement difficile à relever. Par ailleurs, il faut s’attaquer au problème du changement climatique lié à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre.
 
Face à ces défis majeurs que faire et comment réagir ?
Il ne s’agit pas de dresser un tableau apocalyptique, l’ère de la pénurie de pétrole n’est pas encore advenue, mais plutôt de prendre conscience que nous pouvons anticiper et préparer le futur. C’est peu à peu que nous allons nous "sevrer" de ce pétrole très souple d’utilisation et le remplacer en partie par des énergies alternatives.
Pendant cette période de transition, nous continuerons d’exploiter et d’utiliser le pétrole qui nous reste, mais de façon plus rationnelle et plus propre, tout en faisant plus largement appel à de nouvelles sources d’énergie. La réussite de cette transition est l’affaire de tous, politiques, industriels, scientifiques et citoyens.

Aujourd’hui, les énergies alternatives sont nombreuses, il y a l’énergie géothermique qui utilise les phénomènes thermiques internes de notre globe terrestre ; l’énergie éolienne qui est l’énergie tirée du vent au moyen d’un dispositif aérogénérateur ; l’énergie hydroélectrique qui utilise les différents flux d’eau ; l’énergie solaire qui utilise l’énergie que dispense le soleil par son rayonnement ; la biomasse qui est l’énergie qui regroupe l’ensemble des matières organiques pouvant devenir des sources d’énergie (déjà utilisé dans le domaine du transport pour la combustion de divers bio-carburants) ; etc.

Les alternatives sont nombreuses, serons-nous convertir nos habitudes et arriverons-nous à utiliser ces nouvelles énergies à bon escient ?

Thèmes

Planète Energie Ecologie Pollution Energies renouvelables Energies fossiles

Bookmark and Share
20 votes

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx8.108.194) le 14 avril 2012 à 12H22

Dans les profondeurs de la terre, de l’énergie circule dans les roches et couches souterraines sous forme de vapeur ou de sources chaudes. En captant l’eau à la source ou en faisant jaillir en surface l’eau chaude des geysers, on peut récupérer cette eau pour alimenter des réseaux de chaleur. La Maison de la Radio à Paris est chauffée de cette façon.. L’Islande couvre la quasi-totalité de ses besoins en électricité et en chaleur grâce aux énergies renouvelables, et principalement la géothermie. Mais des sources chaudes souterraines sont aussi captées dans des pays moins riches en geysers. En Allemagne, la première centrale géothermique a été construite il y a trois ans à Neustadt-Glewe dans le Mecklembourg. De l’eau chaude à 97°C se trouvant à 2 km de profondeur est remontée en surface, puis utilisée pour actionner une turbine. Environ 500 ménages sont ainsi alimentés en électricité.

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles