NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Le solaire photovoltaïque encore trop cher pour être compétitif

L’ADEME renvoi à l’après 2020 l’explosion de cette énergie renouvelable

Article publié le 21 janvier 2009

Alors que le solaire connaît un engouement réel, l’ADEME met en garde contre le surcoût lié à cette énergie : silicium de plus en plus cher, autres énergies renouvelables plus accessibles... faudra t-il attendre 2020 pour utiliser l’énergie du soleil ?

Le solaire photovoltaïque encore trop cher pour être compétitif

L’énergie solaire est vraiment une belle aventure. Rien que le terme «  gisement solaire », et ça y est, on se sent transporté dans un futur propre qui s’appuie sur les forces de la nature pour alimenter en énergie l’activité humaine. Mais cela a un coût, et l’ADEME, la principale agence publique chargée de l’information sur les énergies, estime qu’en ce qui concerne le solaire voltaïque (à ne pas confondre avec le solaire thermique, en gros, les ballons d’eau chauffés via une installation de panneaux solaires), c’est encore trop tôt, trop cher.
Le Grenelle de l’Environnement avait prévu une production d’éléctricité « renouvelable » de 7,2 Mtep (pour millions de tonnes équivalent pétrole) supplémentaires par an, dont 0,5 Mtep pour le solaire. Si l’Allemagne et le Japon ont pris le pas très tôt et semblent en mesure de rentabiliser cette énergie, ce n’est pas le cas de la France, où il faudra attendre 2020 pour qu’elle soit compétitive.
Pour l’instant en France, le solaire photovoltaïque fait plutôt figure de démonstratif que de véritable investissement (excepté dans les DOM-TOM, mais il n’y a pas tant de places que ça pour accueillir les «  champs » de cellules photovoltaïques). Et ces cellules coûtent cher, car elles sont faites de silicium, une ressource très (trop ?) utilisée dans l’informatique et dont le prix explose (de quelques dizaines de dollars le kg en 2002 à plusieurs centaines actuellement). Par comparaison, l’éolien coûte environ 9c/KWh, alors que le solaire photovoltaïque monte à 28c/KWh de moyenne.
L’ADEME « renvoie » donc le solaire à l’après-2020, mais je trouve cela assez étrange, sans investissements massifs, son prix ne baissera pas beaucoup, et en attendant, si les hydrocarbures nous fournissent de l’énergie au prix moyen de 1,5c /Kwh, on commence à en connaître le prix « externe » sur l’environnement !

Technologies Propres

Thèmes

Energie Energies renouvelables Solaire Photovoltaique

Bookmark and Share
19 votes

commentaires
votez :
par Jojo (IP:xxx.xx5.100.34) le 21 janvier 2009 à 14H19

L’utilisation du photovoltaïque est une aberration pour produire de l’énergie électrique en masse. Elle ne devrait être faite que dans les cas d’appareils nomades comme les calculatrices ou dans les lieux isolés, sans réseau électrique accessible.

Il existe une technologie beaucoup plus simple, à la durée de vie bien supérieure, aussi moins chère, beaucoup moins polluante et au rendement énergétique bien supérieur : ça s’appelle le STIRLING solaire. Cette technologie consiste à concentrer des rayons solaires sur un foyer dans lequel on dispose la partie "chaude" s’un moteur thermique stirling qui fait alors tourner un alternateur. Il existe des centrales fonctionnant sur ce principe dans le désert calofornien (voir sur youtube)

votez :
(IP:xxx.xx3.70.22) le 21 janvier 2009 à 18H41

oui et non. on ne peut pas l’intégrer viablement en système plan (nos toitures).

Quant à l’ademe qui dénigre le PV après avoir tout fait pour couler la filière (merci les subventions ...), si c’est pas de l’hypocrisie sarkoyake je me demande ce que c’est ...

votez :
par Eco Intelligence (IP:xxx.xx9.163.107) le 22 janvier 2009 à 08H59

C’est effectivement une sale torpille de la part de l’Ademe pour la filière photovoltaique.

Nous avions 3 producteurs de cellules PV en France, il n’en reste plus qu’un à ce jour (et il ne semble pas aller très bien).

Le mix énergétique est important, à savoir utiliser toute source d’énergie écologique : solaire, éolien, géothermie....

Le solaire électrique en grande centrale est une aberration. L’énergie doit être produite le plus proche du lieu de consommation afin de se défausser les 47% de coût de transport (transformations et transport dans les cables). Il s’agit d’une économie directe.

Encore une fois, c’est une question de choix et surtout de mauvaise analyse qui aboutit sur la prise en compte des effets et non pas des causes.

Combien perd une énergie fossile (nucléaire, pétrole, gaz, charbon) entre sa capacité calorifique initiale traduite en KWh et sa capacité in fine au point de consommation. Raccourcir le plus possible entre la production et la consommation est vital afin de disposer d’une énergie la moins chère possible (pas qu’en terme d’argent, mais bien de performance).

Sans compter les projets ineptes lancés par Sarko-Borloo de 1 centrale solaire par région/département.... on commence à parler de déforestation (environ 200 à 300 ha de bois par département) afin de pouvoir produire centralement de l’énergie électrique solaire. Je pense que quand nous aurons installé tous les toits du sud de la Loire avec des panneaux solaire, nous nous poserions la question différement. Il y a une étude chez EDF que je n’arrive pas à me procurer qui aurait fait cette étude.

Par ailleurs dépendre de sources de production centralisées nous exposera à des risques de priorisation à terme : quand l’énergie viendra à manquer, il faut faire des arbitrages de distribution.

Il faut utiliser notre énergie financière, très peu chère aujourd"hui, pour investir massivement dans ces techniques autonomes (et le solaire à moteur stirling est une excellente solution sous beaucoup de plans) afin de se détacher d’une énergie qui va devenir rare et chère.

A moins d’être prêts à subir.

Cela fait 5 ans que je ne pars plus en vacances afin de "m’offrir" mes panneaux afin de ne pas subir. Et aujourd’hui je fais baisser mon contrat EDF sur la partie abonnement parce qu’une grande partie de mes besoins sont assurés par le solaire, mais aussi par une analyse très poussée de mes consommations.

Alors investissez pour votre autonomie énergétique, n’attendez pas des politiques ou des industriels des solutions qui vous appartiennent.

Eco Intelligence.

votez :
par Spectator (IP:xxx.xx4.233.150) le 23 janvier 2009 à 00H07

100% d’accord avec Eco Intelligence.

Il faut miser sur la décentralisation de la production électrique, via le photovoltaïque, (en combinaison avec l’éolien, hydraulique et la biomasse) et lancer un vaste plan de diminution de la consommation en parallèle. Trop de foyers gaspillent encore l’électricité (radiateurs électriques, appareils en tous genres en veille, frigo énergivores multiples par habitation alors qu’1 seul suffirait...)

Je suis ingénieur représentant en solutions d’énergies renouvelables pour le particulier et je constate tous les jours combien le gisement d’économies est énorme en discutant avec les gens. Le fait de placer des panneaux solaires photovoltaïques conscientise en général le consommateur qui a moins tendance à gaspiller sa production électrique. En effet, en plus du placement des panneaux, nous conseillons également les clients pour qu’ils changent leurs habitudes ou certains appareils afin qu’ils y gagnent sur 2 tableaux (facture & consommation réduites et production locale "verte" maximalisée)

Le tarif de l’électricité d’origine nucléaire ne tient malheureusement pas assez compte des coûts cachés exhorbitants liés au démantèlement ou aux risques environnementaux majeurs encourus par le fonctionnement des centrales (voir incidents à répétition au Tricastin et soudaine détection des pollution autour des centrales) Les pertes sur les lignes sont énormes et on continue à nous faire croire que ce mode de production d’énergie est bon marché et écologique. Ce qui est faux. (même si l’impact en terme de CO2 émis est bon, reste le problème majeur des déchets et de la surproduction en certaines périodes) Faisons payer au consommateur le prix réel de l’électricité et vous verrez que vous trouverez le photovoltaïque très compétitif.

Les panneaux sont peut être encore cher mais les aides & le tarif de rachat dans plusieurs pays dont la France les rendent abordables à un plus grand nombre. Pour le prix d’un véhicule, on est capable de couvrir sa consommation annuelle.

La conclusion de Eco Intelligence prend tout son sens.

Enfin, je terminerai par dire que d’autres rapports montrent que le coût du kWh d’origine PV devrait rejoindre celui d’origine fossile / réseau actuel vers 2015 en Europe. La diversification des sources d’approvisionnement en silicium va permettre ce saut dans les années à venir (plus seulement électronique mais métallurgique)

votez :
par BEBEL29 (IP:xxx.xx0.24.203) le 16 mai 2009 à 19H22

Bonjour à tous, en tant qu’installateur convaincu depuis des années du bien-fondé du solaire (thermique et PV) je crois qu’il faut surtout en profiter en ce moment car cela ne va pas durer encore très longtemps (je parle du tarif de rachat préférentiel d’EDF) Et il ne faut surtout pas prendre le solaire PV comme de l’écologie mais un investissement immobilier comme acheter un appartement ou une maison puisque le système a une rentabilité meilleure que les banques ! (surtout en temps de crise comme maintenant !) Il parle d’arrêter le tarif vers 2015 ! Il faut savoir que nous sommes au pied d’une falaise d’installations à faire : 1 er janvier 2009 91 MWc installés en France (plus de 4700 en Allemagne pour comparer !) Objectifs pour 2020 :

5 400 MWc !!!!!!!!!!!! Nous ne sommes que 3000 installateurs ! Il va en falloir d’autres mais surtout les aides vont bientôt s’arrêter !!! Allez réfléchissez bien mais pas longtemps !!!!

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles