NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Le coût de la construction durable

Article publié le 27 août 2007

La résidence Salvatierra est un immeuble collectif de 43 logements à très faible consommation énergétique (1/4 des consommations moyennes actuelles des logements neufs, soit 42 kWh/m²/an pour le chauffage, l’eau chaude sanitaire et les usages domestiques). Conçu par l’architecte Jean-Yves Barrier à l’initiative de la ville de Rennes en 2001, la résidence fait aujourd’hui figure de bâtiment exemplaire en France, cité par nombre d’ouvrages sur l’architecture durable.

Pourtant, de la voix même de l’architecte entendu il y a quelques mois, il n’a reçu aucune commande similaire depuis 2001 (c’est-à-dire suivant le concept de maison passive aux consommations énergétiques considérablement réduites). Manque du volonté ? Certainement. Surcoût ?

Surcoût... Il a été de 7 à 8% pour la résidence en 2001 (sucoût qui serait moindre aujourd’hui car la technologie a progressé), devant être amortis en moins de 12 ans - sans compter les milliers d’euros d’économie pour les locataires ! Ajoutez à cela 4 fois moins d’impact pour l’environnement et cette notion de "surcoût" parait subitement totalement dépassée.

Malheureusement, les professionnels de la construction durable surestiment honteusement ces surcoûts. Le Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (WBCSD) vient tout juste de publier une étude indiquant que les professionnels surestiment de plus de 300% les coûts liés à la construction de bâtiments respectueux de l’environnement (+ 17 % par rapport à une construction classique, contre les 5 % de surcoût réel estimé par le WBCSD).

Rappelons tout de même que le bâtiment est responsable de 20 % des émissions de gaz à effets de serre, dont 64% pour le seul secteur résidentiel (source : Actu-Environnement) ! C’est le secteur qui génère le plus de gaz à effet de serre avec les transports...Il représente à lui seul 43% de l’énergie consommée en France, dont le tiers correspond à la consommation énergétique directe des ménages. Responsable n°1 ? Le chauffage, représentant 72% de la consommation totale d’énergie :

image

Or, c’est précisément sur le chauffage qu’un bâtiment passif va principalement agir : une meilleure isolation thermique combinée à une ventilation adéquate et une optimisation de l’orientation des pièces abaissent considérablement les besoins de chauffage tout en assurant plus de fraîcheur l’été. Aujourd’hui, nous avons les capacités de diminuer les consommations par 4...

Alors, qui a dit "surcoût" ? 


Sources :

- "Exemple de bonne pratique : Résidence Salvatierra à Rennes (35)", Ademe (document en .pdf)
- "Résidence Salvatierra", fiche réalisé par le site Entreprises & Construction durable
- "Energy Efficiency in Buildings : Business Realities and Opportunities" (pdf), WBCSD (2007)
- "La consommation domestique d’énergie s’accroît", IFEN (2007)

Thèmes

Habitat Energie Développement durable Gaz à effet de serre Construction Consommation

Bookmark and Share
39 votes

commentaires
votez :
par baloo76 (IP:xxx.xx3.145.203) le 27 août 2007 à 12H14

Deux élements sont en présence...les couts/rentabilité/amortissement d’un coté et une prise de position éthique. Question de choix. Facile me direz vous de jongler ainsi avec le budget toujours trop lourd dans ce domaine mais ce qui reste vrai c’est que ce marché émergeant ne sera prolixe que s’il à des adeptes qui passent à l’acte ...d’achat. les pouvoirs publics (qui ne sont pas incitatifs comme ils le devraient et le sont en Allemagne par exemple)ne s’intéresseront à ce segment que si la demande est là de même que l’industrie (on oublie que le monde de l’artisanat ne forme pas en suffisance des techniciens formés. A titre indicatif demandez à faire poser un chauffe eau solaire quelque part dans la France profonde et vous comprendrez )pour passer d’une production encore trop confidentielle à celle de masse avec des couts eux incitatifs. Reste la part du subjectif très intime en la matière qui font qu’aujourd’hui (des "convaincus" de moins en moins marginalisés), on veux sa maison comme ça ou pas ! A titre indicatif, vu hier après midi à l’émission "Question Maison" un reportage sur un particulier qui construisait actuellement une maison entièrement HQE (Haute Qualité Environnementale) à 10% de surcout par rapport à du traditionnel et pour une attente de réduction de charge énergétique de 40% en moyenne... et au final avec certainement une qualité de vie supérieure.. Question de choix !

votez :
par Cassandre (IP:xxx.xx2.18.96) le 27 août 2007 à 16H35

Comme on nous ressert inlassablement depuis des années l’exemple du quartier écolo de Fribourg-en-Brisgau, et aucun autre pour l’Allemagne, je me demande si ça ne coince pas presque autant dans d’autres pays...

La rentabilité économique à court terme étant prioritaire pour la majorité des investisseurs, il faut rendre ce type de construction rentable, donc faire disparaître le surcoût ou le rendre obligatoire : taxes sévères sur les émissions de GES, règles thermiques très strictes...

votez :
par Baloo76 (IP:xxx.xx3.145.203) le 27 août 2007 à 18H54

je connais ce quartier de Freiburg pour y avoir résidé. Il convient effectivement de moduler le propos. Freiburg est la capitale historique des Verts(Grun Partei) et à ce titre s’est toujours fait un devoir moral d’être une vitrine High Tech dans ce domaine ? Ce quartier est donc une vitrine et un laboratoire vivant et à echelle réelle mais avec des applications peu vulgarisées encore à ce jour. Connaissez vous le triple vitrage sous gaz neutre etc .. !moi oui depuis quelques années déjà. Ceci dit, l’Allemagne (comme tous les pays du nord en opposition au pays latins dont nous sommes) porte en elle une vraie culture écologique et environnementale et ce de longue date ( on a pas attendu Hulot et Al Gore). Les solutions vertes trouvent naturellement un écho et les choix s’imposent souvent d’eux même...Bref souvent, la chose est normale, naturelle. L’incitation fiscale est une vraie incitation, les normes de constructions évoluent autant que celle de l’électricité pourtant constantes. Tout naturellement, le pouvoir politique suit. Chez nous nous faisons dans le Grenelle de la communication, grande montagne mediatico blabla qui comme toujours accouchera de grandes résolutions vite oubliées. !http://www.yves-paccalet.fr/blog/20... Un exemple pour illustrer ce que je dis. essayez de vouloir faire poser un chauffe eau solaire si vous n’êtes pas à proximité d’une grande ville (et encore pas toutes)vous serez surpris du désert chez les artisans installateurs et si l’opération peut se faire..surveillez votre facture ! Aucun de ces aléas en allemagne ...cqfd !

votez :
par judel.66 (IP:xxx.xx1.211.33) le 27 août 2007 à 20H46

faites nous donc un exemple chiffré ,cout , primes ,défiscalisation , faites une belle etude , envoyez la a Borloo pour le grenelle de l’environnement et demandez lui uncréneau d’un quart d’heure pou faire un exposé ....

votez :
(IP:xxx.xx7.219.75) le 27 août 2007 à 21H16

Ce n’est pas la première fois que j’entends ainsi parler d’une absence d’initiative de la part des industriels pour ce genre de techniques qui semblent promises à un bel avenir. Pour une raison qui m’échappe tout cela ne semble pas les intéresser au delà de l’effet d’annonce.

Ca me fait penser à la "maison idéale" sur laquelle est un article a été écrit ici il y a quelques semaines : sous couvert d’écologie, le constructeur favorisait les procédés industriels "pour faire des économies". En fait, j’ai l’impression que ces techniques moins énergivores et un peu plus artisanales sont une misère pour les marges qu’ils peuvent se faire ; d’une manière que je ne comprends pas trop, il semblerait que ce soit les techniques les plus ouvragées (incluant la production des matières premières, et en particulier le béton et l’acier) qui soient les plus rentables pour eux. Alors que parallèlement, ce sont souvent les techniques les plus ouvragées qui sont les plus polluantes.

votez :
par Baloo76 (IP:xxx.xx3.12.99) le 27 août 2007 à 22H43

Judel.66... Borlo ne me semble pas prêt à écouter une certaine approche de l’environnement. Celui qui est privilégié par nos politiques ici est une écologie "d’opportunité" et non pas une écologie "de fond" qui à mon sens nécessite une approche et des choix d’engagements différents pour être validée efficacement. Pour le fun...à supposer que l’intervention d’un quidam comme moi soit envisageable, cette dernière ne recueillerait qu’une qualité écoute "superficielle" donc inutile.Borlo à sans doute accès facilement à des tas d’éminents conseillers plein de bonne volonté et certainement plus compétents que moi. Ces contacts ont sans doute déjà eu lieu et se poursuivent ( on peut l’espérer) et il sera intéressant de pouvoir analyser les orientations qui vont être prises. Là sera le vrai juge de paix. Encore un peu de patience donc !

votez :
(IP:xxx.xx7.219.75) le 28 août 2007 à 01H04

J’aime bien l’expression "écologie d’opportunité" !

Ce matin, France Info faisait le portrait du grand patron de General Electric (la deuxième capitalisation boursière mondiale) : Apparemment, il est parti pour diriger tous les investissements disponibles et à venir, dans toutes les filiales existantes, dans l’écologie. Bonne nouvelle, donc, nos grands patrons auraient-ils une conscience !? Non, non, il s’agit juste d’un marché en très forte croissance, donc de tels investissements vont inciter les actionnaires à investir dans l’entreprise et donc à faire monter le cours de l’action...

votez :
par Eric LAITAT (IP:xxx.xx6.192.194) le 30 août 2007 à 10H05

L’article part d’un constat. Il n’y a pas de réelle demande solvable pour les batiments basse consommation (BBC). Seulement de l’intérêt de la part de pionniers

Le stade expérimental des maisons basse énergie est dépassé. En Allemagne, l’objectif des maisons passives est déjà atteint par plus de 6.000 maisons labellisées Passivhaus à 15 kWh/m2an, et plus de 12.000 maisons à 30 kWh/m2an. Le programme building America englobe 31.500 maisons. Près de 400 bâtiments certifiés aux Etats-Unis et plus de 3.000 demandes de certifications sont en cours d’instruction.

En 2050, une maison basse énergie sera banale ! C’est l’objectif que se fixe la Réglementation Thermique française. Non l’Europe, dans son ensemble, n’a pas encore fait sa conversion vers le ‘Construire-Durable’ et les économies d’énergie dans l’habitat. Les exemples pionniers sont rapportés dans la littérature et sur Internet. Ecocité, écoquartier, maisons passives, maisons à très basse énergie sont encore rares, au point de mériter un article. En Région wallonne 40 projets de maisons basse énergie ont aboutit en 3 ans, dans le cadre de l’action du Ministère de l’énergie Construire avec l’Energie (CALE)

Puis l’article fait mention du rapport du WBCSD.

Sur un pannel de 1.400 ‘experts’ interrogés, l’étude révèle que :

Moins d’une personne sur sept (1/7) a participé directement à un projet de construction durable. Les coûts liés à la construction de bâtiments respectueux de l’environnement sont largement surestimés. L’importance des immeubles dans le réchauffement climatique est largement sous estimée. Les professionnels interrogés pensent que les bâtiments sont responsables de 19 % des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial, alors que le taux est de 40% au niveau mondial.

Pour moi, les deux points sont liés. Faute de marché, les ’experts’ ne peuvent faire leurs armes ! Une autre lecture serait de dire qu’il y a de la mal-honnêteté intellectuelle a se déclarer expert, sans réelle expertise. A surestimer le coût et sous estimer l’ampleur du problème, peu de chance que le marché progresse (http://blog.ecopilot.be/wbcsd-report).

Je lisais hier un papier de Vera Eckers (http://www.reuters.com/article/envi...). Le DIW, Institut de Recherche Economique, présente le calcul Bénéfice = recettes - dépenses. Economie 12 €/mois et par habitant. Coût 7 € par mois. Bénéfice 5 €/mois et par habitant. L’économie c’est bien utile quand on ne la complique pas.

Quel est le poids de cette étude qui soutient le plan d’action énergie-climat que l’Allemagne vient de voter le 28 Août ? L’allemagne se dote d’un plan TRES ambitieux pour les économies d’énergie dans le bâtiment. Lisez-le (http://www.bmu.de/files/pdfs/allgem...) ou voyez l’analyse que j’en ai faite (http://blog.ecopilot.be/programme-c...) ? Face aux on-dits ? Face aux rumeurs ?

Pour vous détendre, je vous conseille de regarder la vidéo que la Commission européenne a mis en ligne (http://ec.europa.eu/dgs/energy_tran...)

Nul doute, le train est en marche. A vous de mettre la barre à bonne hauteur dans le Grenelle de l’Environnement. L’Europe entière attend ce signal. L’Allemagne s’est déja engagée.

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles