NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
L'homo Automobilus

Article publié le 12 mai 2008

Après l’ère de l’Homo Sapiens, voici venir celle de l’Homo Automobilus.

L'homo Automobilus

La voiture a pris toute la place, à tel point qu’on ne peut plus s’en passer.

Pour les vacances, aller bosser, faire ses courses, et même s’y installer pour voir un film, manger, ou faire l’amour, la voiture semble incontournable.

Sauf que son utilisation a un prix, et pas seulement un prix de revient, mais un prix environnemental : dégagement de co2, pour le plus grand malheur de la planète qui prend des coups de chaleur. La glace des banquises fond à grande vitesse.

Nos porte-monnaie se vident encore plus vite, le prix de l’essence ayant doublé en quelques mois. Ce n’est que le début, puisque, quels que soient les nouveaux gisements trouvés, son prix continuera d’augmenter, la rareté provoquant la cherté.

Y a-t-il donc d’autres solutions, ou serons nous obligés de reprendre nos vélos d’avant guerre, comme le conseille aimablement notre ministresse du budget.

Peut être pas.

La ville de Bochum, en Allemagne a 45 camions ramasseurs d’ordures, qui roulent au méthane produit par ces ordures.

Pourquoi ne pas suivre cet exemple ?

Nous avons en France un potentiel de méthane important, puisque théoriquement, il avoisine les 100 millions de tonnes équivalent pétrole tous les ans, (soit le tiers de nos besoins énergétiques totaux français) Il est bien moins polluant que le pétrole, et se renouvelle régulièrement.

D’autant que ce méthane non utilisé, partant dans l’athmosphère est le facteur principal du réchauffement planétaire.

Dommage que le Grenelle de l’environnement n’en ait fait la promotion.

Les voitures électriques commencent à se généraliser, sauf que leur autonomie dépasse rarement les 200 km, et que l’énergie qui recharge les batteries est, la plupart du temps, d’origine nucléaire.

Un Suisse, Max Schneider, a mis au point des petites voitures, vendues avec les panneaux solaires qui rechargent les batteries.

Et puis, il y a le Windela présenté à une cinquantaine d’élus, à Cannes, au début mai 2008. Ce réverbère doté d’une petite éolienne, de capteurs solaires, et de deux batteries produit de la lumière sans passer par le réseau EDF.

Pourquoi ne pas venir y faire le plein de sa batterie ?

Oublions vite les agro carburants, appelés à tort bio, qui provoquent plus de problèmes qu’ils n’en résolvent : déforestation, hausse des prix, famine : pour faire le plein d’agro carburant, il faut 360 kg de maïs, qui correspondent à la consommation d’un petit brésilien.

J’allais oublier les taxis de Guy Nègre : ce toulonnais a mis au point un moteur à air comprimé, qui n’intéresse pas la France, mais a séduit d’autres pays. Seul inconvénient de ce moteur, il n’aime pas les pentes trop fortes.

Le plus innovant des moteurs reste celui de Stan Meyer : il a développé un système électrique qui peut extraire de l’eau les molécules d’hydrogène, avec bien moins d’energie que ce que requiert une électrolyse habituelle. On lui aurait proposé beaucoup de dollars pour qu’il garde secrète son invention, on l’aurait aussi menacé de mort, et finalement il est mort en 1998, dans un restaurant, après avoir hurlé qu’on l’avait empoisonné.

Water Powered Car report on Meyer’s death

Mais il n’a pas emporté son secret dans sa tombe : il a déposé ses brevets, afin que chacun puisse reprendre le flambeau, et pour les obtenir, il suffit d’envoyer un chèque de 6 $ US pour les 4 brevets à la « commissioner of Patents & Trademarks » Washington DC 20231 USA. Numéro des brevets : 4936961, 4826581, 4798661, 4613304.

Il faudra vous méfier de ce que vous mangez dans les restaurants, le jour ou votre moteur sera au point.

Car comme disait un vieil ami africain :

« On ne lance des pierres que sur un arbre qui porte des fruits ».

Thèmes

Transports Déplacements Pollution Automobiles

Bookmark and Share
65 votes

commentaires
votez :
par boris (IP:xxx.xx4.42.1) le 12 mai 2008 à 15H05

"le prix de l’essence ayant doublé en quelques mois". Je ne me tiens par particulièrement au courant du prix de l’essence, mais je ne m’étais pas rendu compte d’une telle augmentation ! :-|

votez :
par olivier cabanel (IP:xxx.xx7.121.150) le 13 mai 2008 à 07H35

il faut ajouter que si l’état le voulait, le prix de l’essence à la pompe pourrait baisser.

en effet, on oublie trop souvent que les taxes prélevées par l’état avoisinent les 80% du prix de départ.

pour de l’essence à 1,50 €, il y a donc 1,20 € de taxes, l’essence elle meme ne coutant que 0,30 cts d’euros. quand l’essence etait a 1€, l’état engrangeait 80 cts par litre, l’essence elle meme ne coutant que 20 cts.

en conclusion, si l’état décidait de prélever la meme somme (80 cts) sans répercuter l’augmentation de départ, nous ne payerions aujourd’hui qu’un peu plus d’un euro, et l’etat ne serait pas plus pauvre pour autant.

votez :
par tmd (IP:xxx.xx5.19.11) le 13 mai 2008 à 11H12

L’essence coûte bien plus que 30 cts actuellement. Rien que la matière première (le pétrole) coûte 125 ($) / 159 (l) / 1.54 ($/EUR) = 51 cts d’euros par litre.

De plus il me semblait que la TIPP était fixe, et non pas dépendante du prix de l’essence (Comme la nouvelle taxe régionale d’ailleurs). Seule la TVA est proportionnelle.

Il n’est pas si cher que cela la pétrole finalement, comparé à un litre d’Evian !

votez :
par helios (IP:xxx.xx3.154.178) le 13 mai 2008 à 12H48

le prix du petrole n’est pas a 125$ comme on vous le fait croire abusivement. le baril a ce prix là est le baril sur le marché libre. Or, l’essence qu’on vous vend est distillées à partir du baril que la compagnie a extrait qui doit être aux alentour de 30$.

votez :
par olivier cabanel (IP:xxx.xx5.93.133) le 13 mai 2008 à 17H36

votre interrogation apporte une réponse :

1 euro d’essence correspondait en moyenne en 2005 (depuis çà s’est agravé comme vous le savez) à : 23,5 centimes de coût de production du brut et de fiscalité du pays producteur,
- 1,5 centime de transport du brut,
- 3 centimes de raffinage du brut,
- 2 centimes de distribution de l’essence,
- 70 centimes de taxe pétrolière revenant à l’Etat.

donc je confirme mes dires, l’état pourrait très bien se contenter des 70 cts qu’il prelevait en 2005, et réduire son pourcentage au vu de la situation actuelle.

mais il n’en a cure, il préfère montrer du doigt les pays producteurs, alors que c’est lui qui engrage la plus grosse part des bénéfices,

Aux Etats-Unis, la taxe sur les produits pétroliers ne représente qu’un quart du prix de vente.

pour une fois, notre prez, si pressé de resserer les liens avec les USA devraient s’inspirer de leur exemple, non ?

votez :
par olivier cabanel (IP:xxx.xx5.93.133) le 13 mai 2008 à 17H37

un baril fait environ 159 litres, il est facile de faire le calcul, une simple division.

cela prouve bien que la plus grosse part est constitué des taxes que l’état prélève, très discrètement.

votez :
par tmd (IP:xxx.xx5.19.11) le 13 mai 2008 à 18H28

C’est exactement ce que j’ai calculé ci dessus ...

125 / 159 / 1.54 = 0.51 cts d’euros par litre.

Par rapport à 2005, cela représente 28 cts d’augmentation, sachant que seule la TVA est proportionnelle, encore 6 cts de plus et les quelques centimes de la taxe régionale, on arrive bien à plus de 35 cts d’euros d’agmentation, sans bouger la part fixe de TIPP.

Cela dit, je suis partisan de la taxe carbone. Ces 50 cts de TIPP par litre de carburant devraient être graduellement augmentés jusqu’à 3 euros au minimum, sur 10 ans, afin d’anticiper l’ère du pétrole cher.

Actuellement, il est encore très très bon marché !

votez :
par olivier cabanel (IP:xxx.xx5.93.133) le 13 mai 2008 à 20H40

la taxe carbonne est un impot de plus, les dernieres mesures gouvernementales ont permis aux nantis de profiter d’une aubaine financière, s’achetant une voiture moins polluante, et se faisant subventionner pour cela,

quand a ceux qui trainent une vieille voiture polluante, et qui n’ont pas les moyens d’en changer, ils seront à l’amende.

étrange utilisation des valeurs de solidarité de l’écologie.

votez :
par Judesbois (IP:xxx.xx3.175.67) le 14 mai 2008 à 10H33

Drôle d’écologiste, qui réclame la baisse des taxes sur l’essence...

votez :
par piérodaoste (IP:xxx.xx8.59.12) le 12 mai 2008 à 19H07

C’est un peu le privilège de l’âge mais, après avoir travailler 15 ans pour un grand constructeur automobile Français avec l’expérience du marché, de la conception et des prix de revient, du coût des autoroutes (coûts induits compris), du coût pour la ville de la priorité automobile (traitement des eaux pluviales, pollution atmosphérique, particules fines qui restent au fond des poumons),le nombre et le coût annuel des morts et des blessés de la route(voir les chiffres Prévention Routière sur les 10 dernières années) et bien d’autres choses encore j’ai milité (avec quelques uns, quelques unes)pour une prise de conscience des dégâts de cet objet de liberté. J’ai travaillé alors sur les énergies nouvelles et sur les chiffres truqués de la production de pétrole mondiale. Pour arriver à ta conclusion, on nous à vendu la liberté à un prix bien cher et ce n’est pas terminé. Mais moi je parle de l’année 1990 et je me dis que je n’ai pas dû être vraiment convaincant.

votez :
par olivier cabanel (IP:xxx.xx7.121.150) le 13 mai 2008 à 07H38

vous avez tout compris ! en fait le lobby du pétrole est si puissant que toutes les annonces faites pour des véhicules propres ne sont hélas que de la communication.

il faut imaginer la révolution que provoquerait le remplacement du pétrole par d’autres sources énergétiques.

des milliards sont en jeux, des emplois aussi... ceci expliquant cela.

votez :
par OrphelinPolitique (IP:xxx.xx5.67.72) le 13 mai 2008 à 19H49

Cet article prend comme présuposé le fait que la sacro-sainte voiture soit indispensable, sans s’interroger sur sa valeur psychologique : elle demeure une conséquence de l’individualisme matérialiste occidental. A aucun moment ces éléments ne sont remis en question. Or, il faudra bien se dire que l’épuisement des ressources pétrolières étant ce qu’elle est (lobby pétrolier ou pas), la voiture individuelle est appellée à disparaître, et je doute sincèrement que les solutions alternatives puissent en prolonger l’existence.

votez :
par olivier cabanel (IP:xxx.xx5.93.133) le 13 mai 2008 à 20H36

depuis la nuit des temps, l’homme a toujours cherché a se faire aider par des machines,

en fin de compte, il n’est peut etre pas fait pour le travail, il préfère utiliser son temps a créer, a réfléchir, et se faire remplacer par des machines quand c’est possible ?

dieu aurait donné comme punition a l’homme l’obligation de travailler, puisqu’il avait péché,

et si demain, nous décidions de ne plus travailler, de consacrer notre temps a la réflexion, aux jeux, a la création ?

les seuls chanceux restant ceux qui font un métier dans lequel ils se réalisent, et se découvrent, mais ils ne sont pas nombreux, j’en ai peur.

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles