NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Est-il trop tôt pour l'énergie photovoltaïque ?

Article publié le 11 décembre 2008

Est-il trop tôt pour l'énergie photovoltaïque ?

L’énergie solaire est vraiment une belle aventure. Rien que le terme «  gisement solaire », et ça y est, on se sent transporté dans un futur propre qui s’appuie sur les forces de la nature pour alimenter en énergie l’activité humaine. Mais cela a un coût, et l’ADEME, l’agence publique Française chargée de l’information sur les énergies, estime qu’en ce qui concerne le solaire voltaïque (à ne pas confondre avec le solaire thermique, en gros, les ballons d’eau chauffés via une installation de panneaux solaires), c’est encore trop tôt, trop cher.

Le Grenelle de l’Environnement avait prévu une production d’électricité «  renouvelable » de 7,2 Mtep (pour millions de tonnes équivalent pétrole) supplémentaires par an, dont 0,5 Mtep pour le solaire. Si l’Allemagne et le Japon ont pris le pas très tôt et semblent en mesure de rentabiliser cette énergie, ce n’est pas le cas de la France, où il faudra attendre 2020 pour qu’elle soit compétitive.
Pour l’instant en France, le solaire photovoltaïque fait plutôt figure de démonstratif que de véritable investissement (excepté dans les DOM-TOM, mais il n’y a pas tant de places que ça pour accueillir les « champs » de cellules photovoltaïques). Et ces cellules coûtent cher, car elles sont faites de silicium, une ressource très (trop ?) utilisée dans l’informatique et dont le prix explose (de quelques dizaines de dollars le kg en 2002 à plusieurs centaines actuellement). Par comparaison, l’éolien coûte environ 9c/Kwh, alors que le solaire photovoltaïque monte à 28c /Kwh de moyenne.
L’ADEME «  renvoie » donc le solaire à l’après-2020, mais je trouve cela assez étrange, sans investissements massifs, son prix ne baissera pas beaucoup, et en attendant, si les hydrocarbures nous fournissent de l’énergie au prix moyen de 1,5c /Kwh, on commence à en connaître le prix « externe » sur l’environnement !

Thèmes

Energie Energies renouvelables Solaire Electricité

Bookmark and Share
35 votes

commentaires
votez :
par Eco Intelligence (IP:xxx.xx3.79.144) le 11 décembre 2008 à 17H29

On tombe encore une fois dans le panneau du cout qui est loin d’être complet sur les solutions.

Le solaire est abordable si on commence par faire la guerre aux Kwh que l’on consomme. Et effectivement il sera de moins en moins cher si nous continuons à le déployer et pas en 2020 comme le prône l’Ademe.

Je considère le solaire comme étant une partie de mon Mix énergétique que je dédie à une certaine autonomie.

Ma réflexion vient du syndrome de la tempête de 1999 et des gens qui sont restés 2 mois dans le noir, leurs volets roulant électriques, fermés, n’étant pas débrayables, ils ne pouvaient faire venir le soleil post tempête dans la maison. Cela a eu du mal à sécher.

Si chacun de nous déployait du solaire ne serait-ce que pour soulager une partie de sa consommation sur le réseau cela aurait déjà des effets. Pour vous mais surtout dans l’augmentation de la consommation qui pousse à faire de nouvelles centrales à je-ne-sais-pas-quoi-mais-c’est-pas-bon !

Par exemple, déployer 1000 Wc (entre 10 et 20 panneaux en fonction de ses moyens et de sa zone) cela permet de réfléchir à une certaine autonomie : quid des chaudières (fioul, gaz, bois...) s’il n’y a pas d’électricité ? Quid des circulateurs de chauffage, des pompes ou mêmes des appareils que l’on veut laisser en veille (comme la box internet...). Autant les mettre sur les panneaux solaires.

Si EDF coupe le courant (voir le programme en Bretagne des SMS envoyés en cas de "débordement" de la demande, un avant gout du futur grid électrique) qu’est-ce que je veux absolument comme fonctionnel ?

En fonction de votre réponse, il ne reste plus qu’à...mettre des panneaux et les composants qui vont bien.

Je ne vous cache pas que l’on vit très différemment en ayant ce genre d’installation.

Sur mon site parisien (banlieue ouest), l’ensemble de mes circulateurs (eau chaude solaire), de mes tableaux de régulation, mais aussi toutes les lumières des plafonds (dans les pièces importantes : chambres, couloir, escalier, cuisine et salon) ainsi que ma Freebox sont branchés sur 5 panneaux 135Wc transformés en 220v par un petit boitier (le tout sur batteries à décharge lente).

Sur mon projet en Haute Savoie, c’est l’autonomie totale. Donc pas de facture EDF, c’est très bon comment ressenti. Mais ce projet est plus "rustique". Pas de machine à laver (en laverie uniquement), et tout le reste est sur solaire. Mais dans ce projet j’ai volontairement limité les besoins : circulateurs d’eau chaude, pompe de surpression des eaux, chauffage au bois (avec isolation 40cm sous les toits et extérieure 35cm sur les murs, gestion du bioclimatisme), téléphonie simple, freebox, recharge de PC portable et lumière 100% en LED. Pas de TV, c’est le portable (7heures d’autonmie) qui fait TV. Il n’y a que la cuisson qui est encore au gaz (même si souvent je la fait au feu de bois) c’est le prochain point noir à traiter.

Bref, vivre avec le soleil c’est vraiment bien. Et je ne me suis pas posé la question de l’aide fiscale, je n’en voulais pas. C’est un choix personnel d’investir mes quelques capitaux dans une certaine autonomie au système. Et en fait c’est vraiment très simple à concevoir et à monter, tant que l’on ne souhaite pas revendre à EDF ou autres. Et du coup les achats de composants sont moins onéreux, je suis passé par des groupements d’achats (solaire PV et eau chaude). Bref lancez vous, pour vous, pour vous protéger et prévoir votre confort sans subir ce qui pourrait arriver dans les années à venir. Si en 2020, tellement proné par l’Ademe les panneaux sont plus chers parce que tout le monde en voudra, je pense que vous vous serez trompé.

Eco intelligence

votez :
(IP:xxx.xx3.65.100) le 11 décembre 2008 à 22H09

L’analyse de l’ADEME se vérifie dans ce commentaire. Le solaire est principalement destiné à des gens ne sachant ou n’ayant pas besoin de calculer. Equiper deux habitations, comme cela semble être votre cas, d’installations photovoltaïques représente un investissement de 30000 € minimum. En cette période de crise où des gens meurent de froid dans la rue, les brillantes démonstrations sur l’opportunité des installations solaires sont d’autant plus indécentes qu’elles sont subventionnées par des réductions d’impôt qui seraient bien mieux utilisées en étant affectées à ceux qui en ont le plus besoin. Si vous croyez réellement à l’intérêt d’une solution solaire, reversez votre réduction d’impôt à une association caritative. Cela forcera notre respect.

votez :
par lio (IP:xxx.xx3.123.5) le 12 décembre 2008 à 10H01

aucun rapport avec la choucroute,il est certain qu’avec des raisonnements comme ça on va alimenter le réchauffement climatique donc solutionner le probleme des gens qui meurent de froid dans la rue

votez :
(IP:xxx.xx3.65.100) le 13 décembre 2008 à 12H24

Je précise mon commentaire. Le recours au photovoltaîque par conviction est respectable. La motivation par la déduction fiscale, l’est beaucoup moins. L’argent public affecté au solaire photovoltaique pourrait être beaucoup mieux utilisé en ces temps de crise. Mais au fait. Pourquoi cette déduction fiscale ? Pour justifier un prix scandaleux de rachat des kWh par EDF. Permettre aux banques de placer quelques crédits. A des margoulins de vendre un matériel qui sera rapidement irréparable (pour l’onduleur, pièce maitresse du système). Le même phénomène a eu lieu avec les pompes à chaleur pour lesquelles des déductions fiscales étaient accordées sans critères de performances. Le législateur a heureusement été plus sage sur les pompes à chaleur qu’il ne l’est actuellement sur le solaire.

votez :
par Eco Intelligence (IP:xxx.xx9.163.107) le 15 décembre 2008 à 14H18

Bien, je pense que mon propos est partiellement passé inaperçu : "Et je ne me suis pas posé la question de l’aide fiscale, je n’en voulais pas. C’est un choix personnel d’investir mes quelques capitaux dans une certaine autonomie au système." sic.

Donc en réponse aux commentaires d"inconnu-qui-ne-signe-pas-même-d’un-pseudo" :

Ne pas utiliser les aides fiscales à ce sujet pourrait appauvrir l’aide sociale, je suis d’accord ;

Le solaire est un moyen de soulager la consommation, la sienne d’abord en y faisant encore plus attention que d’habitude, parce que l’on subit le VRAI cout de l’énergie, celle de la France en ne "poussant" pas de ce fait à la construction de centrales supplémentaires pour couvrir nos besoins d’ogres ;

Investir son capital sur cette démarche est plus intéressant que de le mettre à la Bourse. Il s’agit bien là de passer par une démarche personnelle de bout en bout (sans aucune aide, aucune, ni état, ni EDF, ...) et on n’arrive pas au 30 000€ annoncés, qui le seraient évidemment par ces vendeurs à la sauvette qui vous collent des Getothermies ou PV de manière indue, et là je suis d’accord avec l’inconnu .

Donc investissez-VOUS dans le solaire.

Et cessons de mélanger les thèmes. Il s’agit ici d’un coup de frein malhonnête de l’Ademe sur le déploiement du solaire en France.

Eco Intelligence.

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles