NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
EdF EN, green business for big bonus ? Indécent ? !

Article publié le 6 avril 2009

EdF EN, green business for big bonus ? Indécent ? !

C’est une brève de l’Express sur l’économie verte, « EDF - Ces dirigeants dans le vent », qui motive ce billet. Jugez plutôt :

En avril 2007, David Corchia, directeur général d’EDF Energies nouvelles, une filiale à 50 % d’EDF spécialisée dans l’éolien, le solaire et autres énergies renouvelables, cède sur le marché 85 000 actions de son entreprise, pour un montant total de 7, 9 millions d’euros. Il récidive, en septembre 2007, pour une somme globale de 4, 5 millions d’euros. En octobre 2007, c’est au tour d’Yvon André, directeur général adjoint : en 14 mouvements boursiers, il vend pour plus de 4 millions d’euros. D’après nos estimations, les deux hommes ont réalisé dans ces opérations des plus-values supérieures à 4 millions d’euros pour le premier, à 1, 5 million d’euros pour le second.

Des chiffres que doit considérer avec quelque perplexité Pierre Gadonneix, le PDG d’EDF, dont la rémunération plafonne à 1 million d’euros tandis que son groupe et ses capitaux publics sont pour beaucoup dans la fortune des deux dirigeants. En tant qu’actionnaire principal, sans doute peu désireux de chicaner une filiale si branchée ; et en tant que client principal, tenu de racheter à un tarif fixe l’électricité produite par les éoliennes, qui, manifestement, ne brassent pas que du vent.

Ainsi, on apprend que ces deux dirigeants d’EDF EN se goinfrent de millions d’euros sur le dos de l’écologie. David Corchia et Yvon André, ce sont deux heureux et riches businessmen de l’électricité verte subventionnée. Autant de M€ distribués à la volée pour la direction d’EDF EN, cela ne me semble pas faire bonne presse pour les énergies renouvelables. Par les temps qui courent de crise sociale, pour une entreprise étroitement dépendante des subsides des Etats (et de leurs contribuables), cela me semble tout bonnement indécent. Est-il juste que ces deux larrons profitent de l’abus de la position dominante de l’électricien historique allié à l’affairiste discret Paris Mouratoglouimage ?

Si les entrepreneurs du green business n’ont que $ et € comme motivation principale, s’empressant de passer à la caisse de l’économie casino, le monde n’est pas prêt de changer. Comment interpréter ces bonus de quelques millions d’euros vite gagnées pour les dirigeants d’EdF EN ? Pourquoi le citoyen et/ou consommateur, doit-il payer ces bonus en sus du surcoût environnemental ?

Je n’avais pas relayé en début d’année, l’enquête de l’Autorité de la Concurrence sur EdF et EdF EN et leur pratique commerciale dans le domaine du photovoltaïque (bleu ciel). Mais l’on peut légitimement s’interroger sur la valorisation de cette position dominante par rapport aux nouveaux entrants sur le marché, alors qu’EdF EN profite à fond et à coût marginal de la puissance commerciale d’EDF. Cette distribution de M€ aux dirigeants d’EdF EN m’encourage à poser la question de la juste rémunération des dirigeants d’une entreprise semi publique, dont le business vert est subventionné par nos impôts et nos taxes.

Au-delà même de la rémunération des dirigeants, quelle rémunération du capital investi dans le green business ? 4, 6, 8, 10, 12, 14 % ou plus ? Quelle valeur pour intéresser des investisseurs ? Qu’elle est la bonne rémunération de l’argent investi pour une économie responsable ? L’avidité est-elle légitime avec la croissance verte ? N’est-ce point incompatible avec le développement durable et sa composante sociale ?

Thèmes

Energies renouvelables Economie

Bookmark and Share
22 votes

commentaires
votez :
par ch. le bec-troadec, réflexologue (Paris) (IP:xxx.xx7.54.44) le 6 avril 2009 à 20H43

Cet article est très pertinent. Sans une remise en cause réel et profonde des buts à atteindre pour toute société humaine (entreprises, Etats) la convertion à l’écologie ne réglera aucun problème, elle ne sera jamais qu’un nouveau marché à conquérir pour les forces économiques.

Et nous n’avancerons pas, nous reculerons !

http://www.lachosenumerique.com/

votez :
par Riri (IP:xxx.xx8.195.1) le 7 avril 2009 à 14H43

Sauf erreur de ma part, ces dirigeants étaient propriétaires d’une partie de l’entreprise, car ils ont contribué à la fonder. Comme l’entreprise s’est bien développée depuis sa fondation, elle a gagné de l’argent et est valorisé cher en bourse, mais il n’est pas anormal que ses propriétaires qui l’ont créee en profitent. Ils ont vendu des actions (c’est à dire leurs parts de la société) : ils n’ont pas touché de primes.

votez :
par serge23 (IP:xxx.xx3.155.174) le 16 avril 2009 à 16H54

Il s’agit de stock option, cad que ces dirigeants n’ont pris aucun risque sur l’entreprise. Ils se sont fazit donner (à coût zéro) des options d’achat qu’ils ont exercé, étant entendu que ces options d’achat ont un prix d’exercice trés inférieur au prix du marché.

A ce jeu on ne peut jamais perdre, on ne peut que gagner et souvent... gros.

Nous n’avons pas à faire avec entrepreneur mais seulement à de fins financiers qui en plus ne prennent aucun risque, celà s’appelle plutôt des escrocs mais la loi le permet, ils n’iront donc pas en prison.

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles