NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
C'est la ruée vers le nucléaire !!

Article publié le 20 février 2009

C'est la ruée vers le nucléaire !!

L’industrie nucléaire, cette mal aimée, soumise à la vindicte des Verts et des écologistes, interdite dans un certain nombre de pays et par contre fleuron de l’industrie française avec EDF et Areva est en passe de prendre sa revanche après plus de trente ans de mise à l’index. Il faut dire que le réchauffement climatique et les limites qu’il impose sur les émissions de CO2 l’aura bien aidée car sans lui, elle ne se serait probablement jamais relevée de Tchernobyl. Jugez en plutôt :

En Grande Bretagne, pays bien connu pour son pragmatisme c’est la ruée pour participer au nouvel age d’or du nucléaire là bas. Avec EDF d’abord qui a racheté British Energy, premier exploitant de centrales nucléaires britanniques, plus pour ses sites où il sera possible de rajouter des tranches que pour la qualité et les performances des centrales existantes. Avec les allemands d’E.ON associé à l’autre allemand RWE qui viennent d’arriver avec l’objectif d’y installer 6 gigawatts de capacité de production nucléaire soit 4 EPR... C’est maintenant au tour de l’autre français GDFSuez, allié à l’espagnol Iberdrola et au régional de l’étape Scottish & Southern Energy d’y créer une co-entreprise avec l’objectif d’y construire 2 EPR.
C’est la Nuclear Decommissioning Authority, Autorité Nucléaire de Défaisance (traduction libre), qui vient de lancer la ruée en annonçant la vente aux enchères de sites potentiels au Pays de Galles à Wylfa, dans l’ouest anglais au Gloucestershire à Oldbury et dans l’est londonien en Essex à Bradwell. Sans compter la centrale de Sellafield dont la vente interviendra plus tard. EDF est exclu de ces appels d’offres du fait de la position prédominante que l’entreprise occupe sur le marché britannique depuis le rachat de British Energy.

En Chine, la course au nucléaire était déjà lancée avec la construction attribuée à l’américano-japonais Westinghouse (propriété de Toshiba) de 6 AP 1000 la version 1000 Megawatts concurrente de l’EPR, et de 2 EPR par Areva et EDF associé au Chinois China Guangdong Nuclear Power Corporation (CGNPC). Au delà de ces nouveaux types de réacteurs, la Chine installe à tout va des réacteurs dit CPR 1000 qui sont des versions sinisées d’un réacteur français de 900 Megawatts de type plus ancien. On estime à 26 le nombre de réacteurs de ce type en construction. La croissance à deux chiffres de l’économie chinoise jusqu’à encore récemment, des insuffisances graves de capacité de production début 2008 qui avait fortement handicapée l’industrie début 2008, la dépendance du charbon, et l’émergence des considérations environnementales expliquent ce programme et ce retournement des choix des autorités en faveur du nucléaire .  
Rajoutez par là dessus le besoin d’un plan de relance et vous comprendrez qu’en ce moment les projets de centrales fleurissent comme fleurs au soleil. D’un plan originel de pousser la capacité actuelle en électricité d’origine nucléaire à 40 gigawatts pour 2030, on vient d’en passer désormais à un plan révisé de 70 Gigawatts ! Ce qui ne représentera néanmoins jamais que 5 % de la production totale chinoise d’électricité à partir du Nucléaire.

En Suède, il avait été décidé par référendum en 1980 d’abandonner le nucléaire et de fermer tous les réacteurs existants pour...2010. Elle en a arrêté deux sur les douze existants en 1999. Il y avait donc une certaine urgence de revoir la question. C’est fait. Le Gouvernement au pouvoir, coalition de parti du Centre, des Sociaux démocrates et du parti Libéral vient de décider d’abolir la loi sur cette fermeture progressive des centrales grâce au changement d’opinion du Parti du Centre, précédemment opposé au nucléaire. La dirigeante du parti du centre et Ministre de l’Industrie Maud Olofsson a déclaré : « Nouds devons vivre avec le fait que l’énergie nucléaire fera partie de la production d’électricité dans un avenir prévisible. Je fais cela pour mes enfants et petits enfants ». On suppose que c’était exactement pour les mêmes raisons qu’elle s’y opposait précédemment !

En Inde qui a obtenu en septembre 2008 de la communauté internationale la levée de l’embargo qui la frappait depuis 1974 peut désormais bénéficier de l’aide de la communauté internationale pour son équipement en installations nucléaire civiles. C’est Areva qui vient de tirer le premier en signant un accord de coopération avec la société nationale indienne d’électricité, la NPCIL. Un accord qui prévoit la commande de 2 EPR avant fin 2009 et une option sur 4 autres dans une seconde étape. C’est l’intégration de la fourniture de combustible pendant la durée de vie du réacteur et de celle du réacteur lui-même qui a permis le succès d’Areva, exemple unique au monde de société intégré gérant à la fois le cycle du combustible de l’extraction du minerai à la gestion des déchets et le concept de la « cocotte minute ». L’Inde prévoit également, pour répondre à une demande énergétique en constante croissance de faire passer sa capacité de production actuelle de 4 gigawatts à 20 giga watts en 2020 et 63( !!!) en 2030. Soit l’équivalent d’une bonne vingtaine de réacteurs d’ici là !

Je passe sur les Etats-Unis, le Golfe Persique, la Russie et même le Nigéria. Reste l’Allemagne qui avait prévu sous la chancellerie de Gerhardt Schröder de quitter totalement le nucléaire pour 2020 et qui se repose la question en constatant tous les ans sa dépendance gazière vis-à-vis de la Russie. Le retournement d’opinion possible devait se produire aux prochaines élections de fin 2009.

Les jeux sont faits, n’en déplaise aux écologistes, la ruée vers le nucléaire a commencée.

Thèmes

Energie Politique Nucléaire

Bookmark and Share
74 votes

commentaires
votez :
par Stéphane Lhomme (IP:xxx.xx7.254.102) le 20 février 2009 à 13H19

La méthoe Coué est charmante, mais parfaitement inefficace pour faire surgir des réacteurs nucléaires. Cet "article" reprend quelques uns des ridicules EFFETS D’ANNONCE de l’industrie nucléaire (et de politiques qui soutiennent ce lobby... ou en font même partie).

Non seulement le nucléaire ne "revient" pas, mais il est même en pleine déconfiture :

- L’Afrique du Sud a annulé les 12 réacteurs qu’elle prétendait construire
- le plan de relance d’Obama a attribué ZERO euro au nucléaire (qui espérait 50 milliards (!)... sans lesquels les compagnies n’investiront PAS dans l’atome)

Les pays où des réacteurs ont été annoncés avec fracas (GB, Italie, Suède, etc) sont frappés comme les autres par la crise mondiale et personne ne pourra sortir les milliards nécessaires pour financer des réacteurs.

La droite suédoise s’est ridiculisée pour longtemps.

En France, EDF et AREVA sont au bord de la faillite et ont perdu plus de 60 % de leurs valeurs en bourse (l’action EDF est passée de 87 euros à 32 ; le CI d’Areva de 820 euros à 315 !)

En GB, EDF s’est ruinée en rachetant BE au prix fort (15 milliards)... juste avant la crise ! Aujourd’hui, ça vaut 3 fois moins ! Idem aux USA : 5 milliards pour Constellation... qui est en pré-faillite !

Quant aux chantiers EPR de Finlande (Areva) et Flamanville (EDF), ils rivalisent de retards et de surcoûts.

Les deux EPR annoncés en Inde sont parfaitement virtuels (seul a été signé un "memorendum" qui n’engage à RIEN)

Il n’y a guère qu’en Chine, parce que quelques chantiers sont déjà commencés, que des réacteurs vont certainement être mis en service (le nucléaire continuera de couvrir environ 0,4% de l’énergie consommée dans ce pays !!! Infime)

Les deux EPR "vendus" à la Chine n’existent pas : le terrain a certes été applani (bravo), mais il risque fort de rester plat longtemps. Tant mieux !

Allez, les nucléocrates, remballez vos Tricastins, vos mines d’Uranium, vos réacteurs bidons et, s’il vous plait, reprenez vos déchets radioactifs. Ha, vous ne savez pas quoi en faire ? Criminels !!!

votez :
par Romain Desbois (IP:xxx.xx1.134.207) le 21 février 2009 à 09H57

Par contre les anglais ont fait fort en refourguant leurs vieilles centrales à EDF qui devra assumer la gestion de la démolition et le coûts induis que l’Etat Britannique ne financera pas (quoiqu’on en dise). Et comme d’hab. toute la France s’en est félicitée.

Qui a dit que les français avaient un coq comme emblème, parceque même les pieds dans la merde il chante encore ?

votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 21 février 2009 à 19H31
votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 21 février 2009 à 19H36
votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 21 février 2009 à 19H39
votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 21 février 2009 à 20H04
votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 21 février 2009 à 20H24

21 février - afp

Le réseau sortir de nucléaire proclamme sa dissolution

« Nous avions faux sur toute la ligne » à déclaré son porte parole, mr Stéphane Lhomme. « Il est plus que temps d’en tirer les conséquences ». Par ailleurs, mr Stéphane Lhomme, qui prépare sa reconversion, s’est déclaré disposé à examiner toutes les propositions.

votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 21 février 2009 à 20H41
votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 21 février 2009 à 20H47
votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 21 février 2009 à 23H21

Bon, je mes suis encore mélangé les pédales. Le lien marqué Turquie concerne la Roumanie, et à la place d’Autriche il faut lire République Tchèque.(Il est vrai que le nucléaire en Autriche c’est pas encore ça.Renseignements pris,bien qu’ayant déclaré le nucléaire anti-constitutionnel, elle continue d’acheter de l’électricité à ses voisins d’europe de l’est tout en les critiquants pour leur programme nucléaire !)

Pour la Turquie :  Energie : une première centrale nucléaire bientôt en Turquie

votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 22 février 2009 à 10H24

USA

Un récent rapport de l’EPRI prévoit de doubler la production d’électricité d’origine nucléaire d’ici 2050 Pour l’instant les déclarations d’Obama sont assez vagues, mais il aura de la lecture lorsqu’il reposera les pieds sur terre.

votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 22 février 2009 à 10H30
votez :
(IP:xxx.xx2.131.206) le 24 février 2009 à 12H11

Houla ! Le capitaine poltron est en service ultra-archi-commandé, là ! :-)) Areva a décidé de mettre le paquet ! :-)

C’est même plus de la propagande, ni même de l’intox ; c’est du gavage, là : allez, avale encore ! :-))

Et, bien sur, tu vas prendre tous les déchets dans ton jardin, mon chou ? Et c’est toi qui va aller démonter les anciennes usines, avec ton petit masque ?

Allez, capitaine Poltron, n’hésite pas ; tu vas irradier de bonheur !  :-))

votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 24 février 2009 à 12H53

Mais non, je ne suis pas en service commandé. Je casse de l’écolo par pur plaisir. À l’occasion, je bouffe aussi du curé, ça a à peu près le même gôut.

votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 24 février 2009 à 20H58
votez :
par seik (IP:xxx.xx1.8.87) le 20 février 2009 à 13H19

mon cher "ça dérange" ce n’est même plus de l’information , c’est autre chose !!! pas un pamphlet une affirmation .

serais ce possible comme "Auteur" que vous vous manifestasses .

votez :
(IP:xxx.xx2.138.36) le 20 février 2009 à 14H02

@Stéphane l’homme

C’est marrant, on dirait que vous etes le fils spirituel de Cabanel !!!

votez :
par Pierrot (IP:xxx.xx1.23.48) le 24 février 2009 à 22H05

Ce Stephane L’homme est celui qui a courageusement volé des plans obsolète du réacteur européen EPR pour le soumettre à un faux expert anglais qui ne connaissait rien.

Il démontre depuis longtemps son grand talent de faussaire et d’ignorant obscurantiste.

votez :
par g.jacquin (IP:xxx.xx2.138.36) le 20 février 2009 à 14H14

@Seik

C’est avec impatience que nous attendons que vous vous essayassiez !!! Nul n’est imparfait du subjonctif !

votez :
par toto (IP:xxx.xx3.82.131) le 20 février 2009 à 14H38

pourquoi quand on parle de nucleaire il est impossible de parler des ressources finies de l’uranium, voir ce tres bon article : http://www.theoildrum.com/node/5060

bilan, le pic uranium c’est pour 2015 (si la croissance economique se maintient...).. sachant que pour le moment on ne produit que 60% de ce que l’on consomme (ce sont les stocks militaires qui fournissent la difference), je ne parierai pas beaucoup sur l’avenir du nucleaire au dela de 2020...

votez :
par eBulle (IP:xxx.xx6.37.69) le 20 février 2009 à 14H41

A mon avis, la question n’est pas de savoir si c’est bien ou pas bien le nucléaire, on ne peut pas dire "pas de nucléaire" et derrière avoir 1000 appareils électroménagers, dont 80% sont tout le temps en veille ou tournent dans le vide ! Il y a manifestement un problème d’éducation et de gaspillage qui conviendrait de régler avant de pouvoir dire "pas de centrales".

Hormis cela, je me demande bien si l’on sera capable de gérer un parc nucléaire aussi imposant pendant les 100 ans à venir. Je pense que non. Tchernobyl, Tricastin et compagnie sont la pour nous rappeler que nous ne sommes que des humains, et pas des dieux. Les erreurs existent, et plus le parc nucléaire augmente, plus les risques se multiplient. Il sera difficile d’avoir suffisamment de gens compétents pour construire, gérer, superviser, et enfin démolir en fin de vie les installations dans des délais qui s’amenuisent d’autant plus que le parc augmente et avec toute l’attention et la sécurité qui s’impose.

En partant de ce constat, je ne cautionne pas le nucléaire. Bien trop dangereux, trop chère (économiquement, sanitairement, écologiquement,...). Trop de gens oublient enfin que chaque centrale nucléaire construite est un cours d’eau détruit.

Sur ce, n’oubliez pas d’éteindre votre ordinateur (le bouton arrière à coté de l’alim) après utilisation ! Et profitez-en pour en faire de même au boulot, et avec TOUS vos appareils. Embêtez vos collègues récalcitrants. Il n’y a que comme ça que ça marche.

votez :
par herbe (IP:xxx.xx0.171.119) le 20 février 2009 à 16H37

le problème de la gestion des déchets sera de plus en plus "brulant" !

Et ça c’est déjà un scandale !

http://programmes.france3.fr/pieces...

votez :
(IP:xxx.xx1.21.25) le 20 février 2009 à 21H13

il y a du vrai dans l’article, et dans certains commentaires. Le nucléaire n’est pas non plus inépuisable, il est le seul à fournir un telle quantité d’énergie avec trés peu de CO2, en attendant qu’Iter arriver à quelque chose qui nous liberait enfin du choix entre salir avec du pétrole et salir avec du nucléaire. Bien fait pour les allemands, les suédois et les autres nuklear nein danke qui participent à l’imbécilité éolienne, à la richesse russe, à l’émission massive de CO2. Que les actions se soient cassé la figure de 60% de ne signirie en rien que la demande en energie se soit ramassée elle aussi, Areva n’a pas fermé 60% de ces sites, ni virer 60% de son personnel. Le cours de l’action n’est que trés peu pertinent. Du nucléaire il y en aura, de plus en plus, c’est incontournable, et tant mieux si la france est en avance, et tant mieux si ces idiots de premiers gaspilleurs du monde sont trop bete pour l’avoir compris. Ah oui, c’est vrai, eux ils mettront pas 50 mds pour le nucléaire, mais le double pour occuper l’iran. A+

votez :
par krolik (IP:xxx.xx1.156.44) le 21 février 2009 à 11H07

Dire que l’on arrive à la fin des ressources en uranium est une bêtise écolo sans nom. En fait actuellement on ne consomme qu’un pourcent de l’énergie contenue dans l’uranium. On stocke l’uranium appauvri, qui est un uranium "fertile" qui servira au fonctionnement des "générations IV". Nous avons en stock en France actuellement de quoi faire fonctionner un parc nucléaire Génération IV équivalent au parc nucléaire actuel pendant quelques milliers d’années. C’est ce que l’on appelle l’indépendance énergétique ! Jospin lorsqu’il a décidé de la fermeture de SPX a bien dit que SPX avait donné toutes les informations qu’un prototype pouvait donner, et qu’il fallait continuer l’étude de la filière surgénératrice. Relisez le texte de la déclaration de Jospin sur le site de l’Assemblée Nationale. La Gauche et la Droite sont d’accord. Si vous n’êtes pas d’accord utilisez vos bulletins de vote..Simple.

votez :
par Linz (IP:xxx.xx2.252.71) le 21 février 2009 à 15H15

Ce qu’il y a d’admirable avec Krolic, c’est qu’il n’est jamais saisi du moindre doute quand il s’agit de l’avenir intrinséquement et inévitablement radieux du nucléaire.Par contre lorsqu’il s’agit des renouvelables, il leur oppose une foule d’impossibilités dont la plus croustillante et comique est sans conteste la menace de l’arrêt de la rotation de la Terre en cas d’exploitation de l’énergie marémotrice ! Attitude pas vraiment scientifique ! Il n’a pas froid aux yeux quand il nous présente la Génération 4 comme une réalité d’ores et déjà acquise et capable de fournir de l’électricité pendant une éternité, alors qu’elle n’en est pour l’instant qu’au stade du papier. C’est ce qu’on appelle tirer des plans sur la Comète.Qu’est ce qui lui permet d’affirmer aujourd’hui que les réacteurs en projet auront les performances annoncées ?Les désillusions risquent d’être grandes. Il y a en effet un précédent facheux:le projet mondial de la surgénération des années 60-70 qui s’est soldé partout par un échec et chez nous avec Superphénix.Evoquant ce réacteur miraculeux et ignominieusement sacrifié, je suis désolé de provoquer une bouffée de douloureuse nostalgie chez les partisants inconsolables de cette machine en difficile "déconstruction" ; je m’en excuse auprès d’eux ! A son lancement, VGE annonçait avec un rare aplomb qu’avec Superphénix on avait sous les pieds le pétrole de l’Arabie Saoudite.Rien moins ! Et encore il se montrait quand même assez modéré quand on le compare aux prédicateurs atomiques d’aujourd’hui.De son coté et pour faire bonne mesure, M.Giraud,alors Administrateur Général du CEA se disait persuadé qu’il y aurait en l’an 2000 plus de 500 grands surgénérateurs en service dans le Monde et environ 25 en France.Aucun n’a été construit. Aujourd’hui,les partisans du nucléaire reviennent nous proposer de croire à leurs visions féeriques de centaines de millénaires de profusion énergétique. Ils ont peu de chances d’être entendus. Il est utile de rappeler que toute personne osant émettre des doutes sur Superphénix était aussitôt taxée d’obscurantisme, injure encore à la mode aujourd’hui, quand il n’était pas traité d’agent de l’étranger.

votez :
par Phil (IP:xxx.xx4.109.163) le 20 février 2009 à 23H19

c’est quoi ce site : natura-vox ou natura-mox, vous savez le soit disant combustible nucléaire recyclé. Vous recevez des subsides du lobby nucléaire ou quoi ? En attendant natura-mox devrait peut être recycler ses intervenants qui sont comme le nucléaire : dépassés

votez :
par perpleks (IP:xxx.xx8.163.148) le 20 février 2009 à 23H29

Le nucléaire dépassé ? Par quoi ? Doux reveurs qui imaginent un TGV à voiles. Gardez les pieds sur terre

votez :
par Romain Desbois (IP:xxx.xx1.134.207) le 21 février 2009 à 13H48

La SNCF ne consomme même pas ce que produit l’hydrolien en France. Et à vous entendre on pourrait croire que seul le nucléaire peut faire de l’électricité ! Non le nucléaire ne fait que chauffer de l’eau pour en faire de la vapeur. Comme du temps de Denis Papin !

Au fait vous savez que des trains il y en a ailleurs qu’en France, électrique en plus. Et ne sortez pas le coup de la pollution des centrales à pétrole ou à charbon, la France aussi le fait en hiver, justement parceque le nucléaire ne peut gérer que le flux.

votez :
(IP:xxx.xx6.20.167) le 20 février 2009 à 23H37

les memes charlatant qui disaient il y a moins d’un an que la crise etait finie , pretendent que l’on va gerer des poubelles nucleaire pendant 100000 ans ou 1 million d’année . Y a encore des benets pour croire ces aneries .

areva c’est en faillite ca perd 2 milliard d’euro pour chaque centrale construite, siemens s’est tiré du radeau en train de couler, areva ne peut meme plus financer ses chantiers.

faudrait pas en construire trop car les 2 milliards de pertes pour chaque centrale c’est les contribuables francais qui vont les payer.

votez :
par sisyphe (IP:xxx.xx2.134.141) le 21 février 2009 à 08H37

L’industrie nucléaire, cette mal aimée, soumise à la vindicte des Verts et des écologistes, interdite dans un certain nombre de pays et par contre fleuron de l’industrie française avec EDF et Areva est en passe de prendre sa revanche après plus de trente ans de mise à l’index.

Il suffit de lire le début de cet article, d’une tartufferie rarement égalée, pour s’épargner le reste ! "Trente ans de mise à l’index" :-)) :-)) :-)) Trente ans de bénéfices pharaoniques pour Edf et Areva, 30 ans de multiplication des centrales, 30 ans d’accumulation des déchets nucléaires, enfouis partout en France, déclenchant cancers sur cancers, et l’autre nous parle de "mise à l’index" !!!!! Décidément, les petits télégraphistes d’EdF et d’Areva sombrent de plus en plus dans le ridicule et la propagande pour débiles légers !

Encore ! :-))

Olivier Danièlo, hein ? Un nouveau clown sinistre de l’éradication de la planète ! On retiendra ce nom...

votez :
par sisyphe (IP:xxx.xx2.134.141) le 21 février 2009 à 10H12

Non, mais c’est quoi, ce fil ? Il est noyauté et financé par Areva, ou quoi ?

La plupart des commentaires montre l’inanité de l’article, démontant on ne peut plus aisément sa petite propagande foireuse, et tous ces commentaires se retrouvent archi-moinnsés, et certains même cachés ; il faut appuyer sur les commentaires cachés, pour qu’ils apparaissent ....

On peut savoir ce qui se passe là-dessus, ou c’est secret nucléaire ?

Marre de la propagande des pollueurs et fauteurs de cancers pour des générations...

votez :
par krolik (IP:xxx.xx1.156.44) le 21 février 2009 à 10H37

Il y a eu un article intéressant paru dans le Monde Diplomatique en janvier 1998 sous la signature de Mycle Schneider porésident de Wise-France. Il expliquait que les Suédois quittant le nucléaire auraient achevé leur passage à des ER en 2010. C’est tout de même un "must" de la littérature écolo !!! 2010 c’est aujourd’hui, et les Suédois viennent de décider de reconstruire des centrales. Les Italiens toujours bloqués sur leur territoire veulent participer à la construction de l’EPR de Penly..

Si l’on veut chasser le becquerel il faut tout de même s’intéresser prioritairement au nucléaire médical. Un nuage de Tchernobyl en France, du point de vue de l’iode 131, c’est 36 heures de rejets des hôpitaux français...

@+

votez :
par karva (IP:xxx.xx0.212.137) le 21 février 2009 à 12H22

Très amusantes polémiques.

Bien sûr, on assiste à un rapide retournement des prévisions en matière d’investissement nucléaire. On peut prendre en exemple les prévisions de l’AIE il y a cinq ans, qui pensait que le nombre de centrales nucléaires décroîtrait d’ici 2030 et les récentes prévisions, qui tablent sur un doublement. Par exemple, les dernières prospectives chinoises sont de 70GW installés en 2020 et 300GW en 2030 (un GW fait une centrale).

Ce sont des prévisions, et Lhomme peut être fondé à les discuter. Mais je trouve dommageable, ingénieur-chercheur de ce pays, ayant deux fils ingénieurs, que Lhomme confonde sa croisade antinucléaire avec la lutte unique contre une industrie nationale qui n’a pas démérité. Or la position de celle-ci n’est point assurée pour l’avenir : on a vu Lhomme se réjouir du premier échec de AREVA en Chine, alors que ce fut une victoire des américano-japonais (Westinghouse), essentiellement connectée au transfert des technologies à la Chine. Je vois certes une défaite pour AREVA, couplée à l’aide que cela va apporter à l’émergence de cette industrie géante chez ce géant du siècle commençant...Ce géant a le doit de se développer, mais n’abandonnons pas la proie pour l’ombre ! Battons-nous pour que notre pays "tienne la route" !

La haine de Lhomme pour le nucléaire semble trop la haine des industries de son pays. J’imagine que le retour de la France à l’age des cavernes lui conviendrait mieux...

Il y a un point très intéressant qui a été soulevé ici, c’est la disponibilité réelle des ressources en Uranium, qui pour moi se traduit par le délai où il va être nécessaire de passer aux surgénértateurs. Là il y a vraiment matière à discussion ! Si je lis, les ressources varient de 2 Mtonnes (intervention allemande à un récent colloque scientifique aux Houches) à plus de 100 Mtonnes ! Evidemment, cela dépend du prix, des moyens qu’on peut raisonnablement y consacrer..car on sait qu’il y a sur terre énormément d’uranium, le tout étant de l’extraire. Comme le prix évolue quelque peu avec la technologie, et avec les ressources disponibles, il y aura débat.

Les estimations de l’IAEA des réserves accessibles connues ont augmenté en deux ans de 4 à 5 Mtonnes. Dans le même temps, l’IAEA a estimé que les réserves "classiques" étaient de plus de 10 Mt, et près de 20 Mt seraient ajoutées par les réserves non conventionnelles. Par exemple, les cent milliards de tonnes de phosphates du Maroc contiennent de l’ordre de dix Mt de Uranium. En ce moment, AREVA a stoppé le développement de certaines mines parce qu’elles ne sont pas rentables. Sur l’uranium, on peut dire que si on cherche, on trouve. Pendant 20 ans, ça n’a eu aucun intérêt de chercher : il faut 15g de U naturel pour faire un MWh.

Si l’U est à 70 Euros/Kg, comme en ce moment, l’uranium ne représente que un euro sur les 32 (nucléaire) à 300 (solaire) Euros/MWh qui sont les prix actuels ! Il faudrait décupler les prix de U pour que cela soit un gros problème !

Donc il y a probablement beaucoup d’uranium exploitable, des dizaines de Mtonnes. Les besoins sont autour de 70Ktonnes par an et ils doubleront en 2030 si le schéma de doublement des réacteurs se confirme (ce schéma peut très bien être faux dans les deux sens !) A ce moment, il faudra sans doute en produire la plus grande part : l’EPR permet d’en consommer 10-20% en moins que les précédents réacteurs, et on gagne autour de 10-20% par recyclage et combustible MOX).

Dans ce cas, on n’a aucune difficulté à l’échelle du siècle, contrairement à ce qu’affirme le site cité par "toto".

Reste qu’on peut penser-espérer ?- que le nucléaire soit appellé à contribuer fortement à la lutte contre l’effet de serre. Il faut dans ce cas quintupler, voire décupler la puissance nucléaire au voisinage de 2050. Cela est techniquement possible, si la Chine et d’autres suivent le rythme Françias des années 80 : en 2030, les Chinois feront 20 centrales type EPR par an s’ils suivent leurs prévisions. Dans ce cas, il faut au moins 300Kt de Uranium par an, ce qui accélèrerait le besoin des surgénérateurs.

Donc on a sans doute du temps avec l’uranium, on n’est pas pressés, mais il faut préparer les GIV pour commencer à en mettre en service au milieu du siècle...

D’ici là, qui sait ?

Un mot encore : je ne donne pas raison aux a-prioris antinucléaires de Olivier Danielo, mais j’ai beaucoup d’estime pour ses idées et son effort de réflexion scientifique ! Pourquoi insulter ?

votez :
par pissefroid (IP:xxx.xx1.184.219) le 21 février 2009 à 12H39

Le CO2 n’est en rien responsable du climat.

J’en arrive à me demander si la légende du CO2 n’est pas utilisée pour faire accepter le nucléaire.

Le nucléaire est dangereux pour nos libertés et de plus il présente un risque que ses promoteurs n’assurent pas.

En cas d’accident c’est le citoyen qui paiera l’addition. Si c’est cela que nous voulons, eh bien allons-y.

Je pense que le problème est que lorsque nous aurons accepté l’idée de notre non responsabilité dans l’évolution du climat il-y-ait une démotivation dans le combat contre le gaspillage des ressources naturelles par les pays développés.

votez :
par krolik (IP:xxx.xx1.156.44) le 21 février 2009 à 14H16

@Pissefroid,

Mais des accidents nucléaires il y en a déjà eu pas mal. Le surgénérateur Enrico Fermi a fondu les plombs à Chicago vers 1960. Rejet sur l’extérieur : rien. A St Laurent des Eaux sur un UNGG, tentative d’incorporation d’un barreau combustible dans un canal qui en contenait déjà un. Ca a fondu. Rejet sur l’extérieur : rien. TMI fond les plombs, rejet sur l’extérieur : rien.. La boucle d’essai Phébus à Cadarache a été construite pour tester le comportement de quatre combustibles fondus. Avez vous suivi les résultats d’essais qui remontent à 25 ans ?? Il n’y avait que les Soviets qui ont été capables de poser le réacteur sur la pelouse..

@+

votez :
par Romain Desbois (IP:xxx.xx1.134.207) le 21 février 2009 à 15H00

Abonnez vous à la revue S !lence ou au réseau soritr du nucléaire et peutêtre verrez vous que des contaminations radioactives sont plethores. Savez vous que les instances de contrôle qui soit disant devant surveiller tout ça ont été disqualifiées pour incompétence notoires voire collusions.

Les membres de la DRIRE qui doivent contrôler les sites d’enfouissement des déchets reconnaissent recopier ce que leur envoie les responsables des sites à contrôler ! (voir reportage de france 3 cité plus haut)

Mais ce qui me navre c’est que dans le débat les pro tiennent les morts de cette énergie pour quantités négligeables. Rien que tous ces cancers, du mineur d’uranium au personnes vivant dans les zones infestées, suffisent à discréditer cette énergie !

votez :
par krolik (IP:xxx.xx1.227.102) le 21 février 2009 à 19H49

@Romain Desbois Les "zones infestées" c’est où ? J’habite à moins de 5km d’une centrale, j’aimerais voir la carte des "zones infestées". @+

votez :
par Linz (IP:xxx.xx2.252.250) le 23 février 2009 à 16H08

TMI Zéro rejet !! A tous les intervenants La transcription des entretiens des membres de la NRC (Commission de Réglementation Nucléaire des USA)lors de la crise de TMI en 1979 met en évidence la réalité des rejets radioactifs à l’extérieur du réacteur. En effet pendant le déroulement de l’accident, les opérateurs de la centrale ont dû procéder à des relachements de liquides et de gaz radioactifs. Ces relachements délibérés en plus des relachements spontanés ont formé des "panaches" capables de donner un débit de dose de 17 mrem/heure à 8 Km du réacteur, soit 1000 fois la radioactivité naturelle à cet endroit.Le panache est assez irradiant pour que les experts de la NRC aient recommandé l’évacuation des lieux sur 8 Km dans la direction du vent.Certains relachements emettaient entre 6 et 60 Curies par seconde de gaz pendant plus d’une heure ce qui est très important. Harold Denton ,directeur de la Réglementation explique :"Il est très difficile de savoir quelle quantité d’eau a véritablement été rejetée ou qu’elle en était la radioactivité" Il est inutile d’aller plus avant dans le document de la NRC pour démontrer la stupidité de la formule :"TMI rejet sur l’extérieur rien". Les opérations de décontamination du réacteur en 1980 allaient provoquer de nouveaux rejets liquides et gazeux dont 43000 Curies de Krypton. S’il est impossible d’évaluer l’impact sanitaire réel de ces rejets qui a fait l’objet de controverses, nier leur existence relève purement et simplement du négationisme le plus borné.

votez :
par Linz (IP:xxx.xx2.252.103) le 24 février 2009 à 11H40

TMI REJET ZERO !

Pas de commentaire de Krolik ?

votez :
par joletaxi (IP:xxx.xx7.206.51) le 21 février 2009 à 16H00

A l’allure où l’on nous "gave" de produits cancérigènes,il ne devrait plus y avoir personne de plus de 50 ans .Cigarettes,pesticides,particules fines,produits ménagers,champignons et moisissures,rejets des incinérateurs,lignes à haute tension, antennes GSM,radiologie,centrales nucléaires,... même un verre de vin. Il va devenir difficile aux anti-nucléaires de reconnaître leurs morts

votez :
par karva (IP:xxx.xx0.212.137) le 21 février 2009 à 18H11

Révoltez-vous ! On nous cache tout ! A bas l’adiministration ! Licencions tous ces scientifiques irresponsables !

votez :
(IP:xxx.xx3.70.22) le 21 février 2009 à 20H27

"Elle ne se serait probablement jamais relevée de Tchernobyl."

T’inquiète pas coco, d’ici peu il y aura très surement la dose de rappel, histoire d’enterrer définitivement la course au toujours plus dans ce monde réel donc limité. (et il y a de fortes chances qu’on se la prenne en pleine poire, la dose de rappel ...)

votez :
(IP:xxx.xx5.22.85) le 21 février 2009 à 21H31

Nucléaire mon amour !

Le nucléaire n’a pas fini de nous étonné, le pire est devant nous... pour l’instant tout se passe bien, quelques incidents plus ou moins maitrisés, mais le moral des pro nucléaires est au plus bas les centrales sont vieilles, les équipes démotivés, EDF est privatisé et doit faire du profit comme Areva. Les bénéfices vont aux actionnaires et les déficits augmentent nos impôts. Les incidents sont de plus en plus ignorés, les contre-feux sont là pour rassurer la populace mais le danger des déchets, des risques et des imprévus est de plus en plus prégnants. toutefois le marketing continue et les lobbys disposent encore de milliards pour aliéner les esprits jusqu’à la chute finale ! Pendant ce temps là on évite de répondre aux vrai questions la baisse de la consommation énergétique et le développement des énergies renouvelables...

votez :
par krolik (IP:xxx.xx1.227.102) le 21 février 2009 à 22H25

En janvier 1998, Mycle Schneider, Président de WISE-France écrivait un article pour souligner que les Suédois sortant du nucléaire n’auraient plus une centrale en fonctionnement en 2010.

Nous sommes en 2009 et le gouvernement suédois vient d’annoncer qu’il allait autoriser la construction de nouvelles centrales sur le site des existantes.

C’est ce que l’on appelle avoir un sens visionnaire de la prospective anti-nucléaire.

L’article peut se lire à cette adresse : http://www.mondediplomatique.fr/199...

@+

votez :
par krolik (IP:xxx.xx1.227.102) le 21 février 2009 à 22H27

Plutôt ce lien il y a eu un big dans le copier-coller. http://www.monde-diplomatique.fr/19...

votez :
par karva (IP:xxx.xx0.212.137) le 22 février 2009 à 12H28

Merci Krolik, pour la référence que je ne trouvais pas. On rigole toujours quand un "expert" comme Mycle Schneider se trompe. Bien sûr, il faut pratiquer la modestie, mais quand on lit cet article, on voit aussi la feuille de route que voudraient encore nous imposer ce milieu rétrograde :

- La condamnation du chauffage électrique, au profit de réseaux de chaleur qui cachent leur gâchis énergétique derrière un vocable de "combinées", où on compenserait les pertes de rendement dues à la nécessité de générer de l’eau à 190 C par une production annexe d’électricité. Je pense qu’une généralisation des pompes à chaleur, y compris air-air serait bien plus efficace. Cela nécessite de généraliser l’électricité pour le chauffage !

- Plus généralement le retour aux carburants fossiles : revenir au fuel ou passer au gaz.

Ce sont là les seules solutions qui me paraissent possibles en cas d’arrêt du nucléaire. Les renouvelables resteront marginaux pour des décennies, et cela n’est qu’un cache-sexe rajouté à posteriori. En fait, il me semble que la décision suédoise était à l’époque conditionnée à l’émergence des renouvelables. Comme ils voient bien ce que ça donne, ils prennent une décision raisonnable. Je dois ajouter que je suis impressionné par la qualité des débats démocratiques dans ce pays : on ne peut y opposer des camps aussi tranchés qu’en France ou en Allemagne...

Karva

votez :
par eBulle (IP:xxx.xx1.74.86) le 22 février 2009 à 00H41

Un petit aperçu des dangers de ce cher nucléaire que certains défendent par ici...

http://forums.infoclimat.fr/lofiver...

http://www.asn.fr/sections/rubrique...

Le jour où les dangers de l’éolien ou du solaire sont aussi important, faites moi signe...

Je tiens à rappeler aux défendeurs du nucléaire qu’il n’y a pas de centrale sans cours d’eau. Il ne suffit pas de posséder de l’uranium riche, pauvre ou autre... Tant qu’à faire du nucléaire, autant s’attacher à un peu tout détruire, tout polluer ! Il serait temps que l’on se pose les bonnes questions par ici...

votez :
par krolik (IP:xxx.xx1.227.102) le 22 février 2009 à 10H22

Toute centrale thermique doit fonctionner avec de l’eau comme caloporteur et faire tourner des turbines. Il en sera de même avec DEMO, le réacteur proto qui devrait suivre ITER dans X décennies. Donc tirer sur le "nucléaire" du fait d’un besoin de source froide est idiot, avec du charbon ou du gaz ce serait strictement la même chose.

Avec les stupidités de la "Relation Linéaire Sans seuil" au niveau des faibles doses, on peut écrire n’importe quoi. Le Pr Nesterenko, 6 mois avant son décès l’année passée avait écrit que Tchernobyl avait fait 15 millions de morts sur l’Ukraine, Russie, Belarus. Autrement dit plus personne n’était décédé de mort naturelle. Et Nesterenko avec Bandazhevski ça faisait un drôle de tandem d’arnaqueurs.

Il est tout de même curieux qu’au niveau des "morts du nucléaire" personne ne parle de la catastrophe d’Epinal, qui a été la plus grande catastrophe nucléaire au moins en France depuis l’origine de développement de cette science. Commençons par fermer le nucléaire médical.

@+

votez :
par Vincent Crousier (IP:xxx.xx0.86.5) le 24 février 2009 à 09H47

Cet article se félicite que le nucléaire "renaisse". Bon, soit. Les "anti" parlent de cancers et les "pour" relativisent certaines peurs entretenues (à tort ou à raison) par les antis.

Jusque là, rien de nouveau sous le soleil.

Mais je lis dans cet article que les bases de cette " réjouissance nucléaire " reposent en fait sur des notions de "croissance économique", de "considérations environnementales" et de jeux de revirements politiques... A l’heure de la plus grande crise financière de l’histoire, il serait peut-être profitable de se demander par exemple ce que cette " science économique " mesure ; ce que cette " mesure " implique en amont comme mode de pensée et enfin, de revisiter certains dogmes logiques, relayés depuis bien des années pour entretenir ces modes de pensée.

Certes, les flux énergétiques que permettent le nucléaire d’aujourd’hui et peut-être demain la surgénération sont plus importants que tous les autres. Mais aujourd’hui, la science économique conventionnelle ne mesure finalement rien d’autre que le taux de surconsommation de futurs déchets, dont la production est nécessaire pour accroître… la croissance de certains pays sélectionnés en hauts lieux, les autres servant globalement de " réservoirs " de matières premières (qu’elle soit humaine, minérale ou autre).

Nous tournons donc en rond économiquement, ce qui implique fatalement qu’on tourne en rond écologiquement. Premièrement, il faut consommer pour faire " marcher l’économie ". Sauf que l’auteur ne se demande pas ce qui est mesuré économiquement pour juger "la bonne marche" d’une société. Secondo, les industriels - ceux-là même qui entretiennent le débat sur l’énergie tel qu’il existe aujourd’hui - n’ont guère intérêt à voir se produire des changements de paradigmes scientifiques et/ou technologiques qui bouleverseraient la donne. Est donc entretenue une sorte de vision de " fin de l’histoire " qui implique un paradigme pessimiste destiné à entretenir la machine. Pour caricaturer : l’humanité est mal barrée, car les industriels ont le pouvoir et n’ont logiquement aucune envie de changer la donne, donc les technologies que ces derniers exploitent déjà ou exploiteront bientôt vont logiquement asservir l’humanité, la polluer elle et son environnement, la faire consommer toujours davantage pour bousiller toujours plus la planète etc. , donc il faut arrêter les dégâts.

Cela est vrai dans l’"ici et maintenant". Mais à force de " donc " issus d’un état de fait et non d’un potentiel futur, on en vient à oublier que l’humanité a déjà traversé le genre de crise actuelle (à des puissances moindres, mais le principe était le même), et que les solutions à " la crise " ne sont peut-être pas à rechercher dans le " ici et maintenant ", mais dans notre passé, ce qui nous permettrait de nous projeter dans le futur (voir : www.journaliste-enqueteur.com).

votez :
(IP:xxx.xx2.131.206) le 24 février 2009 à 12H17

Inutile d’essayer de discuter du nucléaire ; AREVA détache systématiquement tous ses petits télégraphistes pour polluer et saturer les sujets, embrouiller tout le monde, et conitnuer le petit travail de propagandistes de bas étage, pour placer leur merde qui pollue et qui provoques des cancers pour des générations.

Faut dire qu’Areva a les moyens, hein ! ;-)

Allez ; on replie ; bonsoir tous les petits valets zélés ; j’espère que vous êtes bien payé, autrement on peut vraiment dire que vous vous faites entuber jusqu’à l’os !!  :-))

votez :
par AnabolicDrive (IP:xxx.xx3.216.31) le 1er mars 2009 à 19H59

Les énergies renouvelables, dans la balance énergétique, font figure d’un grain de riz qui tenterait de faire contrepoids à un sac de sable.

Quoi d’étonnant alors qu’une partie de la population aie enfin réalisé que nous avons tout intérêt à nous tourner vers l’énergie nucléaire, de surcroit en pleine crise économique et environnementale ?

:p

votez :
par i (IP:xxx.xx3.21.137) le 7 avril 2011 à 20H04

Qui est en pleine crise économique et environnementale ? La planète ou le nucléaire ? Allez demander à nos amis Japonais, Anabolicdrive. Et oui. La bêtise a un prix. Mais les humains un jour cesseront de croire que c’est une fatalité et ils diront non.

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles