NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Les animaux ont-ils une âme ?

Article publié le 24 août 2007

Descartes pensait il y a seulement trois siècles et demi que les animaux étaient des machines. Et lorsque l’on regarde autour de nous, il semble bien que ce soit toujours la conviction implicite ou explicite de nombre de nos contemporains. Mais justement, comment se fait-il que l’on traite encore aujourd’hui les animaux comme des machines ou des « légumes » bons à être poussés sans ménagement vers l’abattoir ? En fait, cela nous arrange bien, car s’il fallait reconnaître que les animaux ont une conscience, c’est notre « Système » dans son ensemble qui basculerait.

Un article du supplément du Monde (en date du samedi 11 août) pose la question de savoir si les animaux ont une conscience. On peut notamment y lire des choses étonnantes sur les positions de grands savants :
- Darwin a écrit « il suffit de voir des chiots en train de jouer pour ne pas douter qu’ils possèdent leur libre arbitre ». Il décrit en détail les origines animales des comportements affectifs et même des croyances des humains. Selon lui « la différence d’intelligence entre homme et animaux (...) est une différence de degré et non de nature ». Il démontre qu’il existe une continuité physiologique, intellectuelle et émotionnelle, et même morale entre les animaux et l’homme.
- Selon Freud, Darwin « réduit à rien les prétentions de l’homme à une place privilégiée dans l’ordre de la création ».

Il est établi que les animaux ont des capacités beaucoup plus étendues que l’on a pu le penser :
- Ils rêvent.
- Ils apprennent, et sont capables d’adapter la pédagogie en fonction de la capacité d’apprentissage de leurs rejetons (observé notamment chez les singes). Ils ont une mémoire.
- Ils ont une représentation de soi et des autres. Par exemple, ils savent imiter, donc ils font la différence entre l’autre et soi (Dauphins). Ils savent aussi mimer différentes facettes de la vie dans l’acte de jeu, l’attaque, la fuite, ...
- Ils sont capables d’apprendre le langage des sourds-muets (chimpanzés, gorilles)
- Ils savent raisonner. Ils savent trouver des solutions face à des situations nouvelles (castor). Ils savent construire des outils en fonction d’utilisations différentes. Ils savent ruser et tromper (corbeaux).
- Ils savent diriger leur attention, pratiquer l’introspection (singes), communiquer un désir (chiens).
S’il est difficile d’établir que les animaux ont une conscience, c’est sans doute uniquement parce que nous n’avons pas le même langage.

Que dire aux sceptiques ?

Premièrement, il me semble que la recherche de la « Raison » a toujours été inféodée à des contingences « matérielles » (religieuses, politiques, sociales, économiques) Des exemples ?
- Qu’importait les preuves que pouvait fournir Galilée, il était impensable que l’Eglise se déjuge et que la terre ne soit pas le centre du monde.
- La violence des réactions de l’église vis-à-vis de Giordano Bruno et de Galilée pourrait signifier que l’église savait parfaitement à quoi s’en tenir sur la réalité astronomique. Mais elle a reculé devant la remise en cause des textes sacrés et de leur exégèse que la reconnaissance de cette vérité aurait impliquée. De fait, quand on examine, dans les siècles suivants, la corrélation entre progrès de la science et recul de la foi, on comprend pourquoi la « foi » chrétienne de cette époque a suscité autant de « mauvaise foi » scientifique...
- Faut-il aussi rappeler la controverse de Valladolid en 1550, durant laquelle on s’est interrogé si les amérindiens et les noirs avaient une âme ? Reconnaître que les amérindiens avaient une âme privait les grandes puissances commerciales d’une réserve de main d’œuvre esclave. Les noirs n’ont pas eu cette chance, puisque déclarés dénués d’âme, il n’y avait aucune raison de les traiter autrement que des bêtes ou des machines. Peut être que dans 400 ans, nos lointains descendants seront honteux à l’idée que nous puissions penser les animaux dénués d’une âme.
Il n’est donc pas interdit de se demander si la position suivant laquelle les animaux n’ont pas de conscience définie obéit à une simple recherche de la vérité, ou si elle est polluée par des considérations matérielles.

Deuxièmement, s’il est difficile de prouver que les animaux ont une conscience, rien ne permet d’affirmer l’absence de conscience chez l’animal. De plus, rien n’autorise à affirmer qu’un seul modèle de conscience existe, celui de l’Homme. Rechercher une image de notre propre conscience chez autrui est un bel exemple d’anthropocentrisme. Juger les autres à l’aune de ses propres forces est confortable. Imaginons que chaque animal puisse édicter un critère de comparaison entre animaux : le lion choisira la force, le guépard la vitesse, le lapin la capacité de reproduction, la puce la résistance à la pression, les chats la capacité de voir dans le noir, les chauves souris la capacité à recevoir des ondes, les pigeons à se guider avec les champs magnétiques... Que sais-je ? Et nous la conscience, la force de notre abstraction ? En cas de modification climatique importante, on peut douter que notre critère à nous nous permette de vivre bien longtemps.

Troisièmement, traiter les animaux avec dignité n’est pas une incongruité. L’Homme du XXIème siècle ne serait pas le premier à le faire :
- Les amérindiens respectaient les troupeaux de bisons, et ne tuaient que le nécessaire pour se nourrir, se vêtir, ...
- La vache en Inde est sacrée depuis des temps immémoriaux.
- Dans de nombreuses traditions, celle des bushmen par exemple, le guerrier s’excuse auprès de la bête qu’il vient de tuer, et lui explique que c’est pour nourrir sa famille.
- Le bouddhisme enseigne de ne pas maltraiter les animaux car ils sont des réincarnations d’humains.
Il semble que le respect envers les animaux soit proportionnel à leur proximité avec l’homme et aux services qu’ils rendent (en tant qu’être vivants) .

Pourquoi en est-on arrivé là, et que faire pour changer les choses ?

Rappelons d’abord que nous sommes des animaux. Les identités tant comportementales que physiologiques nous dispensent d’insister davantage sur cette évidence. Mais précisément notre insensibilité à leur égard n’est-elle pas aussi une réaction de distanciation, un peu analogue à celle du nouveau riche qui snobe son ancien milieu ? Et une réaction de peur, souvenir ancestral du temps où nous étions davantage proie que prédateur ?

Ensuite, reconnaître que les animaux ont une conscience, nous poserait un sérieux « cas de conscience », pour ne pas dire un problème fondamental. Cela nous obligerait à revoir tout notre système de vie :
- Il faudrait commencer par améliorer la filière alimentaire. Il ne s’agit pas nécessairement de devenir végétarien, mais d’élever les animaux dans des conditions décentes, et de les tuer en leur évitant toutes souffrances.
- Il faudrait réduire les dégradations des habitats, comme la suppression des bocages, la déforestation, la pollution des mers, les différentes formes de braconnage ou de pêche prohibée (pêche à l’explosif par exemple), qui ruinent des espaces entiers de vie.
- Cela nous obligerait en un mot à revoir notre place sur la terre, notre coexistence avec ses autres « habitants », et sans doute par voie de conséquence à limiter la population humaine.
- Notons à ce titre que la réglementation stricte qui encadre depuis quelques temps, dans les pays développés, l’expérimentation animale est un pas dans la bonne direction.

Une révolution aboutit souvent à des excès similaires (mais inverses) que ceux qu’elle a voulu supprimer. Le mieux, pour tenter de limiter cet effet, est de commencer par un changement limité, « tranquille ». Pourquoi ne pas envisager un label qui s’assurerait de la bonne « traitance » des animaux dans la filière alimentaire ?
Y a-t-il un marché pour ceux qui veulent payer plus cher pour avoir l’esprit et la conscience tranquilles ? Pour ceux qui pense que l’on « est » ce que l’on « mange ».
Il faut, de toute manière, rapprocher (au sens étymologique : approcher à nouveau) les Hommes du monde animal. Sans proximité, il y a défiance, méfiance, méconnaissance...

Mais gardons espoir. Il paraît que le propre de l’homme est de savoir s’adapter !

Jérôme Bondu & Alain Bondu

Pour aller plus loin :
Voir les ouvrages de Dominique LESTEL, éthologue et philosophe, auteur notamment de Les animaux sont-ils intelligents ? (Editions Le Pommier, 2006)
Il est intervenu à l’Université de tous les savoirs. Conférence audio en ligne
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3328,36-818944@51-818396,0.html

Thèmes

Biodiversité Développement durable Environnement Agro-alimentaire Ethique

Bookmark and Share
121 votes

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx2.63.52) le 24 août 2007 à 10H56

Bonjour, la question n’est pas tant de savoir si les animaux ont une ame, ce qui n’a pas de sens scientifiquement parlant, ou une conscience, qui est aussi un objet multiple et flou scientifiquement parlant. La question serait donc de savoir si les animaux souffrent et de se demander alors dans quelle mesure l’empathie (qui est naturel pour des individus d’une meme famille ou espece) devrait s’appliquer a l’echelle de l’espece vivante lorsqu’il s’agit pour l’homme de se nourrir.

 ;-)

votez :
(IP:xxx.xx9.1.41) le 24 août 2007 à 11H51

Ca n’a pas de sens scientifiquement parlant, donc la question n’a pas lieu d’etre ?

Vous etes bien sur de vous...

votez :
par Moonz (IP:xxx.xx8.185.196) le 24 août 2007 à 12H08

> Ca n’a pas de sens scientifiquement parlant, donc la question n’a pas lieu d’etre ? Comment peut on se poser la question de l’existence de quelque chose qui n’est pas clairement défini sans tomber dans un dialogue de sourds ?

votez :
par koutalla (IP:xxx.xx9.67.215) le 7 janvier 2008 à 23H20

slt svp je ve un article sur ’les animaux n’ont aucun moyen de communiquer entre eux ?? le plutot possible et merci)

votez :
par tricor (IP:xxx.xx3.233.50) le 4 février 2008 à 22H33
votez :
(IP:xxx.xx7.143.119) le 22 septembre 2012 à 23H39

Il est évident que les animaux ont une âme ! Quel être vivant n’en a pas ? Qu’appelez vous une âme ? Car conscience et âme sont très différent.

La mutuelle animaux

Mutuelle chien pas chère

Trouvez une mutuelle animaux et mutuelle chien pas chère sur le site officiel de la mutuelle animaux. Il suffit de trouver la mutuelle qui vous correspond sur notre site web. La mutuelle animaux permet justement de prendre une mutuelle pour votre chien.
votez :
par Jerome Bondu (IP:xxx.xx6.137.23) le 24 août 2007 à 11H09

En effet, la question de savoir s’ils ont une âme n’a pas de sens scientifique. On est en plein anthropocentrisme.

Par ce titre un peu provocateur, j’ai voulu faire référence à la controverse de Valladolid. Il faut se rappeler que l’on s’est posé très sérieusement cette question pour les noirs et les amérindiens il y a 400 ans !! Qui sait comment en 2400 nous verrons les choses pour les animaux ?

votez :
par algunet (IP:xxx.xx4.159.131) le 24 août 2007 à 12H25

La bonne question serait de savoir si les humains ont une âme... ce qui est moins sur !

La bonne réaction c’est comme le dit l’auteur le respect de toute forme de vie sans tomber dans les extrêmes (végétalien entre autre...).

votez :
par Coralie (IP:xxx.xx5.7.55) le 25 août 2007 à 10H05

Pourquoi dis-tu qu’être végétalien c’est tomber dans les "extrêmes" ? Je suis végétalienne, et alors... ? Est-ce que tu peux argumenter ? Il me semble que les extrêmistes, ce sont plutôt les personnes qui considèrent les animaux comme des objets ou du matériel, et n’hésitent pas à leur enfoncer des tuyaux dans la gorge (gavage), des banderilles dans le dos (corridas), à les mettre dans des cages ou box minuscules, à les mutiler (coupe des oreilles, de la queue, des dents, castration à vif des porcelets), à les infecter de maladies graves (expérimentation animale), à les entasser dans des camions, les électrocuter, les gazer, les égorger...

votez :
par dperez (IP:xxx.xx4.224.231) le 25 août 2007 à 15H05

C’est vrai qu’être végétalien c’est de l’extrémisme. Par contre le carnage à journée entière dans les abattoires c’est tout-à-fait normal, après tout les animaux sont faits pour ça.

votez :
par dperez (IP:xxx.xx4.224.231) le 25 août 2007 à 15H54

Pas compliqué pour ceux qui ont étudié le Latin. Âme vient du Latin anima, -ae qui signifie l’âme et qui a donné lieu à l’animation, l’animal. Tout ce qui vit, tout ce qui bouge par soi-même a une âme. Bien-entendu les robots n’ont pas d’âme puisqu’ils n’appartiennent pas à la nature. Mais comment expliquer que les plantes ont du polen avec des spermatozoïdes comme les animaux et les êtres humains ? Comment cela serait possible qu’une plante croisse et se reproduise exactement à l’identique sans...une âme ? Ceux qui étudient les plantes savent bien que les plantes dans une maison réagissent par rapport à des situations particulières à leur manière (les feuilles se rabaissent, se relèvent, tombent, jaunissent, etc...), elles s’orientent même par rapport au soleil (cf. tournessol qui est flagrant). Les plantes n’auraient pas d’âmes ? Parce qu’elles n’ont pas de cerveau ? L’âme est immatérielle. On a vu dans un hopital du sud de la France un homme de 40 ans qui avait un cerveau particulièrement petit, mais qui menait une vie normale. Le cerveau est l’interface entre l’âme et le reste du corps. Pour les animaux c’est la même chose. Dans 100 ans on se moquera de nous en lisant ces messages questionnant l’âme des êtres vivants dans les archives d’Internet du siècle passé.

votez :
par algunet (IP:xxx.xx4.159.131) le 25 août 2007 à 18H57

Je retire le terme d’ « extrêmes » qui peut te sembler négatif. Ce n’était pas ce sens que je voulais donner à mon post. Je respecte ton éthique de vie en rapport avec le monde et les êtres qui t’entourent.

Je le remplace par « régimes ultimes » en comprenant par là que par choix personnel tu refuses tous les produits provenant d’animaux. Mais tu ne peux aller au-delà et exclure le végétal c’est dans ce sens que le régime végétalien est à mes yeux extrême ou mieux ultime. Boire ne suffit pas.

Personnellement, la nature qui m’entoure me montre que la chaine alimentaire inclue l’animal et je fais partie également de cette chaine depuis la nuit des temps (rien à voir avec la tradition !) ; aussi je mange de la viande. C’est mon choix.

Là ou je pense que l’on peut se rejoindre c’est dans le respect qu’il faut porter à la vie, animale, végétale. Tuer un animal pour le manger n’est pas choquant si c’est fait dignement et sans souffrances, à contrario, tuer pour le plaisir le spectacle ou la tradition (corridas, chasses, combats d’animaux…) me met hors de moi. ;-)

votez :
par Jerome Bondu (IP:xxx.xx0.135.18) le 25 août 2007 à 20H47

Personnellement, je suis en phase avec cette position. Gros mangeur de tout (animaux comme végétaux), je trouve par contre scandaleux la chasse pour le plaisir.

Bravo aussi pour avoir su apaiser le débat et retirer une expression qui puisse choquer.

Cordialement, JB

votez :
par actias (IP:xxx.xx3.190.12) le 25 août 2007 à 23H47

Vous etes tolerants et ouvert d’esprit, c’est tres agreable .... malheureusement un peu ignorants aussi ... ce qui est normal puisque depuis tout petit ou nous eduque a penser qu l’homme est omnivore, que la viande est bonne pour la santée etc ... autant de myhtes populaires qui ne passent pas l’epreuve de la preuve.

Vous trouverez des textes orientés (forcemment) mais aussi des references medicales et scientifiques indépendantes et serieuses sur ce genre de sites : http://vegetarisme.fr/Articles/index.php

Si vous cherchez vraiment vous aurez des réponses, mais c’est tout a fait naturel de vouloir conserver ses préjugés, alors remplacez "ultime" par "ideal" (potentiellement inateignable si vous voulez) en ce qui concerne le végétalisme et je vous embeterai plus :-).

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx8.211.178) le 24 août 2007 à 12H50

@ auteurs

Merci pour votre article magnifique.

Il est vrai que le mot "âme" n’est pas facile à définir, mais il veut réellement dire quelque chose pour chacun d’entre nous.

Il est pour le moins possible de dire que tout animal a sa propre conscience, une perception de sa vie, de son environnement, de ses liens avec les autres.

J’aime particulièrement ce que vous dites quand vous parlez du snobisme qui nous pousse à vouloir nous différencier de nos "cousins ploucs" que sont les autres animaux. Cela me paraît lumineux.

Pour prolonger encore ce que vous dites, il me semble qu’il n’existe pas beaucoup de différence entre l’idéologie de l’animal sans âme et le créationnisme.

C’est effectivement un négationnisme des théories de Darwin.

Pour étayer toujours votre raisonnement sur les intérêts matériels qui nous aveuglent, je dois reconnaître que je suis devenue végétarienne uniquement par solidarité avec les peuples qui ne peuvent pas acheter de céréales tandis que nous nourrissons du bétail.

Or, c’est depuis que je suis végétarienne que j’ai ouvert les yeux sur la condition animale. Autrement dit, tant que je consommais de la viande, je ne pouvais pas supporter de réfléchir à la conscience, à l’âme, des autres animaux.

Votre article est à diffuser autant que possible !

votez :
(IP:xxx.xx8.23.178) le 24 août 2007 à 13H30

@ l’auteur, vous dites : ""Darwin a écrit « il suffit de voir des chiots en train de jouer pour ne pas douter qu’ils possèdent leur libre arbitre ». Je pense que le libre arbitre et la conscience, cela fait deux concepts bien distincts.

La différence entre les animaux et nous, c’est que nous disposons d’un langage de communication sans commune mesure avec le plus ’évolué’ de l’espèce animale. Lacan aurait dit "l’inconscient est structuré comme un langage". Je crois que celui des animaux est pareil au notre, mais plus "sobre". Le langage ne nous rend pas meilleur, bien sûr, il nous permet de penser, de raisonner, et bien sûr de parler. Pour me faire une idée approximative de la vie animale, souvent je m’imagine dépourvu de la possibilité de recourir aux mots. On se rend vite compte que la sensibilité, l’intelligence du cœur, la plus noble des intelligences n’est pas l’apanage de l’animal pensant.

Votre article se termine par la question qui dérange, bien sûr, mais qui lui donne sa raison d’être ici : la question du rapport de l’homme à l’animal dans la société industrielle. Sur ce plan, nous ne valons guère mieux que le plus féroce des prédateurs.

votez :
par Actias (IP:xxx.xx1.88.40) le 24 août 2007 à 15H22

Un predateur n’est pas feroce ... il agit par instinct. La ferocité est une particularité de l’homme et il n’y a pas vraiment de mot pour denoncer l’ignominie des elevage et abattoirs industriels reduisant des formes de vies intelligentes et sensibles à l’etat d’objet. C’est juste inhumain, indigne d’une creature pretendant pouvoir avoir des sentiments élevés.

votez :
par Actias (IP:xxx.xx1.88.40) le 24 août 2007 à 15H43

Je tient tout de meme a vous rappeler une liste d’extremistes végétariens : Darwin, Leonard de vinci, Einstein, Pythagore, Plutarque, Epicure, Gandhi, Tolstoï, Lamartine, Shopenhauer, Wagner et la liste est longue. Alors plutot que de le considerer comme un extreme, un peu de modestie voudrait que l’on considère le végétarisme comme un idéal, ça laissera quand meme des excuses pour ne pas s’y mettre.

De toutes façons le respect animal est un premier bon pas, alors bonne continuation.

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx8.211.178) le 24 août 2007 à 15H50

Merci pour cette liste, je la ressortirais !

votez :
par jako (IP:xxx.xx7.21.70) le 24 août 2007 à 15H57

certe l’homme dispose d’un langage mais qu’en fait-il ?????

à l’auteur je rejoints Luciole article superbe , je suis persuadé que les animaux disposent d’une intelligence et sensibilité très supérieure à celle couramment admise surtout chez les mammifères (comme les chats par exemple....... ;-) )

votez :
par Actias (IP:xxx.xx1.88.40) le 24 août 2007 à 16H31

Consultez la catégorie "vegetarien" de wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3...

La liste est tres incomplete mais les sources sont disponibles dans l’article sur les personnages.

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx8.211.178) le 24 août 2007 à 16H54

J’aime beaucoup le passage du film d’Attenborough sur Gandhi où les sud africain ordonnent aux cavaliers de piétiner les indiens qui manifestent.

Les indiens se couchent tous par terre et, malgré les coups de cravache que leur donnent les soldats, les chevaux refusent de piétiner les manifestants.

votez :
par Actias (IP:xxx.xx1.88.40) le 24 août 2007 à 17H18

Les animaux sont capables d’etre plus humains que certains humains ... ce ne sont pas des aliments.

votez :
par herbe (IP:xxx.xx1.234.228) le 25 août 2007 à 15H04

Adolph Hitler est dans la liste ! Ceci demanderait des développements ...

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx0.179.36) le 25 août 2007 à 15H30

C’est pourtant vrai, mais je ne sais pas pour quelle motivation il était végétarien. Je ne crois pas que ce soit pas non violence, en tout cas.

votez :
par actias (IP:xxx.xx3.190.12) le 26 août 2007 à 00H03

Hitler a grandemment fait l apologie du vegetarisme à cause ses tendances mystiques (ou le vegetarisme est associé a une certaine purté) et pour des raisons de santé (il projetait d’y mettre toute la weirmart apres la guerre pour plus d’efficacité militaire). Il y a meme des temoignages ou il reprend l’argument ethique (reprochant a eva braun l’usage de cosmetiques testés sur les animaux !!).

Dans les faits il n’a jamais été végétarien ou par courtes periodes. Vous trouverez des devellopement dans l’article sur hitler.

Le vegetarisme etant bien plus qu’un regime alimetaire, Hitler est donc dans la liste. Nous avons egalement l exemple de Lamartine, il est né et éduqué végétarien, il a en toujours fait l’apologie mais par raison de conformisme sociale et par manque de choix il lui arrivait de manger d la viande.

Hitler est un bon exemple pour rappeler qu’etre vegetarien, mais si c’est mieux dans l’absolu, est tout sauf un gage de sainteté.

Le terme "vegetariste" (=vegetarien + dimension philosphico/etico/ecologique) n’etant pas (encor ?) officiellment reconnu la liste sur wiki s’appele donc "vegetarien" (merci de ne pas tenter de la supprimer il y a deja eut plusieurs tentatives alors meme que la categorie exist en 12 langues)

votez :
par herbe (IP:xxx.xx5.132.95) le 26 août 2007 à 16H43

merci beaucoup pour cette réponse !

C’est curieux, il semble qu’à la notation, le fait de poser la question a pu déranger !?

votez :
par Christophe (IP:xxx.xx4.58.18) le 29 août 2007 à 21H59

La différence entre les animaux et nous, c’est que nous disposons d’un langage de communication sans commune mesure avec le plus ’évolué’ de l’espèce animale.

Ah bon !!!

Nous sommes, par les moyens naturels, largement dépassés par les grands cétacés, comme vous dites, sans commune mesure avec nos maigres moyens naturels. Il en a fallu des développements technologiques pour combler nos lacunes en rapport des capacités de certaines espèces animales.

Si vous vouliez exposer la capacité expressive du langage humain, il faut simplement se poser la question de ce qui est essentiel et superflux. Par ailleurs, la technique s’est largement inspirée des moyens naturels des autres espèces. ;-)

Et c’est quoi être évolué ; sur quel critère ? Critères humains ou sur des bases purement naturelles ?

@ l’auteur,

Concernant le libre arbitre, de mémoire, je vous rappelle qu’il y a quelques années, en état de surpopulation, des milliers de rats se sont volontairement noyés pour préserver la population restante. Certains ont donc décidé de se suicider. Est-ce là un précepte que nous pouvons attacher à de la conscience (celle d’exister au moins) et du libre arbitre ?

Il ne faut pas oublié que l’homme est un animal ! Nous verrons bientôt si nous ne devons pas le classer dans les parasites (qui détruisent leur environnement de vie). :-o

votez :
par Jerome Bondu (IP:xxx.xx1.66.7) le 29 août 2007 à 22H41

@Christophe

Bonjour,

L’homme est-il un parasite ? J’avoue que je ne m’étais jamais posé la question en ces termes.

Du coup j’ai été chercher une définition : "Un parasite est un être vivant incapable de vivre par lui-même. Il a besoin d’exploiter un autre organisme appelé hôte, dont il tire sa nourriture. (...) L’hôte peut souffrir de la présence du parasite." (source : http://www.cite-sciences.fr)

Lisez cela en remplaçant "parasite" par "Homme" et "hote" par "terre", ... et cela fait droid dans le dos.

Cordialement, Jérôme Bondu

votez :
par Christophe (IP:xxx.xx4.58.18) le 30 août 2007 à 00H56

Bonjour Jérôme,

En fait je suis parti de la définition du dictionnaire épistémologique Le Trésor e la Langue Française informatisé qui donne la définition suivante en biologie : Organisme animal ou végétal qui, pendant une partie ou la totalité de son existence, se nourrit de substances produites par un autre être vivant sur lequel ou dans les tissus duquel il vit, lui causant un dommage.

Cette réflexion, sur la nature parasitaire de l’être humain m’est venue lorsque l’idées a été lancées d’étudier Mars dans le but de pouvoir y installer des infrastructures pour la vie humaine (nous pourrions paraphraser en disant clairement pour la rendre exploitable aux besoins de l’homme). Cela m’a fait penser à ces parasites ravageurs qui changent d’hôte dès que leur ouvrage destructeur a atteint son paroxisme ; ayant détruit ou quasiment détruit son hôte, il s’enfuit vers des hospices plus propices à son ouvrage destructeur.

J’espère juste me tromper mais les similitudes sont à s’y méprendre ! ;-)

votez :
(IP:xxx.xx9.134.168) le 24 août 2007 à 13H52

La conscience est une fonction biologique qui s’arrête à notre mort. Le reste, c’est de la fantasmatique religieuse.

Ce qui n’empêche pas de débattre sur le respect des animaux, mais ceci relève d’une affectivité tout-à-fait libre et arbitraire. La rationnalisation d’un tel débat n’a guère de sens.

votez :
par bulu (IP:xxx.xx9.1.41) le 24 août 2007 à 14H17

"La conscience est une fonction biologique qui s’arrête à notre mort."

Si ca c’est pas du dogmatisme...

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx8.211.178) le 24 août 2007 à 14H25

@ bubu

Je crois malheureusement que c’est du nihilisme. On ne peut rien faire avec les nihilistes...

votez :
par Pouet (IP:xxx.xx1.13.24) le 24 août 2007 à 17H08

Dogmatique, nihiliste, c’est tout ?

Et c’était comment avant la naissance de votre esprit immatériel et transcendental ?

Vous avez oublié ?

L’âme souffrirait donc d’alzheimer aussi. Pas de chance, ça.

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx8.211.178) le 24 août 2007 à 17H54

@ Pouet

Le monde n’est fait que de matière et l’âme est une construction intellectuelle. Ce qui ne veut pas dire qu’elle n’existe pas. Le même raisonnement peut être tenu sur la liberté.

votez :
par Pouet (IP:xxx.xx9.162.100) le 24 août 2007 à 23H34

Une construction intellectuelle qui permet de fantasmer stérilement à loisir, sans aucun repère vérifiable. Nous sommes d’accord.

Si on parlait d’émotions ou de sentiments, là par contre, ce serait concret. Car il s’agit bien de ça dans nos rapports avec les animaux.

votez :
par Pouet (IP:xxx.xx9.184.201) le 25 août 2007 à 10H27

"la conscience est une fonction biologique" vote -5

"dogmatisme !" vote +5

ça va, j’ai compris, je suis tombé sur une secte.

salut

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx0.179.36) le 25 août 2007 à 14H29

@ Pouet

Eh oui, on ne peut plus se fier à personne, ma brave dame !

votez :
par bulu (IP:xxx.xx9.1.41) le 24 août 2007 à 14H00

L’auteur elude la responsabilite religieuse qui a fait que l’homme est a part parmi les animaux (ame, conscience). Si la societe a evolue vers l’atheisme, elle ne s’est pas du tout separee de cette idee.

La piste amerindienne est a creuser, car leur systeme va plus loin. Leur systeme admet que les plantes aussi ont un esprit (malgre l’absence de cerveau). D’ou le respect pour la nature qui en decoule...

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx8.211.178) le 24 août 2007 à 14H27

Est-ce que cela signifie que l’athéisme est encore plus religieux que le chamanisme primitif ?

C’est une question que l’on peut se poser...

votez :
par Jerome Bondu (IP:xxx.xx6.137.23) le 24 août 2007 à 14H44

Très bonne remarque. Le respect de la vie, s’il n’inclue pas TOUT ce qui est vivant, et se limite au règne animal, n’a pas de sens. Le végétal est essentiel à la vie. Cela fait d’ailleurs les gros titres actuellement, avec cette mystérieuse disparition en masse des abeilles.

Je fais une digression : si j’ai bonne mémoire, animal vient du latin "anima" qui signifie "souffle" (les animaux sont les êtres vivant dont on voit le souffle / la respiration). Hors, les plantes aussi respirent (c’est même elles qui par la photosynthèse produisent notre oxygène) ! Dans ce cadre, on peut dire que l’utilisation du mot animal est impropre.

votez :
par bulu (IP:xxx.xx9.1.41) le 24 août 2007 à 15H12

Tout a fait luciole, l’athee occidental a une representation des etres vivants tres religieuse qui met l’homme au centre, alors qu’il se croit sur de lui, sur de sa science qui le met a l’abri de l’irrationnel et des croyances. En fait le proces de materialisme qui est fait a la science occidentale est completement injuste, car ce materialisme est herite de la religion : tout ce qui n’est pas humain est denue d’esprit, de pensee, ce sont donc de simples objets pour nous servir. C’est la religion qui a mis l’homme au centre de tout.

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx8.211.178) le 24 août 2007 à 15H47

@ Bubu

On a tendance à simplifier un peu trop l’influence de la religion, que l’on connaît finalement très mal.

Par exemple, n’a-t-on pas dit au contraire que les idées de la Renaissance avait remis l’homme au centre du monde, alors que les idées religieuses du Moyen-Age mettaient Dieu au centre du monde.

Par ailleurs, est-il possible de n’avoir vraiment aucune religion sans tomber dans le nihilisme et ne plus être capable d’avoir de l’empathie pour aucun être vivant ?

La religion est, ethymologiquement, ce qui relie les gens entre eux.

J’aurais plutôt tendance à penser que "donner une âme" aux animaux est une forme plus évoluée de religion, dans laquelle l’empathie de l’être humain ne se confine pas à sa propre espèce.

votez :
par bulu (IP:xxx.xx9.1.41) le 24 août 2007 à 17H10

@Luciole :

Par rapport au moyen age : oui, mais dans une religion ou Dieu a fait l’homme a son image, dieu ou l’homme...

Quand a la necessite de religion, non, necessite de spirituel, oui. Le spirituel s’experimente quand la religion s’apprend... Si on veut reconcilier l’homme avec les autres especes (la question est de +en + urgente), il faudra bien renouer avec le spirituel ; avec certaines pratiques shamaniques par exemple. Mais ca, personne n’en veut, ni la religion qui s’accroche a son pouvoir de gardien du spirituel, ni la science car cela sort definitivement de son cadre.

votez :
par algunet (IP:xxx.xx4.159.131) le 24 août 2007 à 17H49

à Bulu qui dit :

"Les plantes aussi ont un esprit (malgre l’absence de cerveau). D’ou le respect pour la nature qui en decoule..." Que vont y manger les végétariens, les végétaliens et autres vegans qui pourront même plus s’habiller... :-))

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx8.211.178) le 24 août 2007 à 17H50

@ Bubu

Vous avez peut-être raison, ou bien c’est une question de définition. Je ne sais pas si par le terme "spirituel" vous prenez bien en compte ce qui peut relever quand même de l’amour du prochain.

Il y a des côtés très respectables dans le chamanisme, qui a été la première éducation religieuse de l’être humain et lui a permis de survivre sans s’auto-exterminer pendant des milliers d’années, mais aussi des aspects plus contestables, comme les sacrifices humains et animaux.

Personnellement, je préfère me baser sur une vision éclairée et moderne des evangiles (genre Gandhi justement), en y incluant le respect de toute forme vivante.

votez :
par algunet (IP:xxx.xx4.159.131) le 24 août 2007 à 18H31

Je viens de répondre à un post qui vient de disparaitre (censure naturavoxienne ?) Aussi je le reposte et y amène ma réponse qui même de piètre qualité vaut mieux qu’une censure : « LUTTE CONTRE L’HIPPOPHAGIE NON ! UN CHEVAL CA NE SE MANGE PAS ! Obtenez un autocollant gratuit en écrivant à : AEC Résidence La Pléiade 98, rue de Canteleu 59000 LILLE Joindre une enveloppe timbrée pour le retour du courrier. Merci aussi de visiter les sites : http://petitiononline.com/1703... http://www.chez.com/hippophagi... http://www.dailymotion.com/apo... Faites passer le message à vos amis. Amitiés .AEC. »

Réponse : Ah le cheval ! Ce noble animal qui n’a qu’une envie quand on le monte c’est de nous foutre en l’air ! Ceci dit même si la viande de cheval n’est pas si mauvaise et si je n’en mange plus, je refuse de cautionner un mouvement ultra qui joue sur la sensiblerie, pourquoi le cheval moins que la vache sacrée en Inde, que le lapin, que le chien en Chine tout ça c’est psychogogo*, laissez les gens faire ce qu’ils veulent question nourriture en fonction de leurs envies, goûts, traditions...

* La mutation du psychogogo

Vers la langue métamorphique

Conduit les fachos, les prolos,

A l’écriture amphigourique.

(Paul HENRY-MEUNIER "Clair obscur") :-p

Vais-je à mon tour être censuré ? :-/

votez :
par Jerome Bondu (IP:xxx.xx0.135.18) le 24 août 2007 à 22H10

Je me permets une "image" : Il faudrait un nouveau Galilée pour prouver que l’Homme n’est pas le centre de la Nature, mais qu’il tourne autour de la Nature.

votez :
par Iceman75 (IP:xxx.xx0.242.160) le 25 août 2007 à 17H05

Je suis effectivement toujours étonné de la position de l’église catholique, pour ne citer que cette religion, par rapport à l’Animal. Nous "trainons" avec nous l’héritage de la religion, de la pensée de Descartes comme d’autres civilisations trainent d’autres "coutumes" que l’on veut nous faire avaler comme tradition. Manger du chien, du boeuf, de l’opposum ou que sais-je encore est à mettre sur le même plan pour moi, même si cela choque. Et si je conviens que des peuplades n’ont d’autres choix parfois que de tuer pour survivre comme d’autres prédateurs animaux le font, les animaux n’emprisonnent pas et ne torturent pas d’autres des leurs pour les manger.

votez :
par actias (IP:xxx.xx3.190.12) le 26 août 2007 à 00H10

Si reelmenent vous pensez qu’une plante souffre autant qu’un animal alors un peu d’honneté intelectuelle voudrait que vou vous mettiez au cannibalisme. l’homme etant plus proche de l’animal que l’animal de la plante il n’y a pas de raison de l’exclure du raisonement :—).

Il y a d’autres pirouettes rethoriques du meme genre mais je me contente de la philosophi utilitariste (arretez la souffrance est un ideal, moins faire souffrir est le chemin) et des separations scintifiques tres claire entre vie vegetale et vie animale.

votez :
par bulu (IP:xxx.xx9.1.41) le 27 août 2007 à 10H24

Personnellement, Actias, je ne pense pas que les plantes souffrent, je relate juste un peu de la cosmologie amerindienne basee sur le chamanisme. @Algunet, c’est pas parceque les plantes et las animaux ont un esprit (chez les amerindiens), qu’ils ne les mangent pas, ils les traitent juste avec un certain respect, prelevent juste ce dont ils ont besoin. Leur medecines s’appuient sur les esprits de plantes maitresses amies des hommes ( :-)) ) qui leur communiquent a travers le medium des plantes hallucinogenes une posologie et donc influence leur cosmologie. Leur culture est donc basee sur une RELATION avec les plantes. On est loin de la science occidentale, ses pesticides et ses ogm (qui ont indeniablement eu apport positif sur les rendements).

votez :
par clairette (IP:xxx.xx5.146.48) le 24 août 2007 à 14H18

Merci à l’auteur pour cet intéressant article !

Cela me rappelle un critère de l’église catholique pour justifier la pratique de l’esclavage "les noirs africains n’ont pas d’âme", donc puisqu’ils n’ont pas d’âme, à l’instar des animaux, il n’y avait pas de mal à en faire commerce ! Nantes, saint-Mâlo, la bonne bourgeoisie dont la richesse était basée sur ce fabuleux trafic, commerce triangulaire, pouvait avoir son banc de famille à l’église en toute bonne foi !

Les anglais anglicans ont fait de même en Australie en décrétant également que les aborigènes n’avaient point d’âme... après avoir déclaré au préalable pour une meilleure conscience que l’Australie était une terre "inhabitée" en débutant sa colonisation : en conséquence ces aborigènes n’existaient pas, ni physiquement ni moralement, on pouvait donc leur voler leurs bonnes terres et les repousser dans le bush, voire les assassiner sans remords ! On ne peut pas être condamné pour avoir supprimé une absence d’existence !

Je crois aussi me rappeler que pendant des siècles l’église catholique a considéré que la femme n’avait pas d’âme ? Un de vos lecteurs pourrait me dire si c’est vrai et à quelle date on lui a accordé d’avoir une âme ?

Pardon pour ce hors sujet ! Quoique en se posant la question de la conscience des animaux, on peut revenir à ces précédents débats sur l’âme !

Cordialement.

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx8.211.178) le 24 août 2007 à 14H32

@ Clairette,

C’est effectivement un débat passionnant !

Il nous faut surtout comprendre pourquoi cette notion "d’absence d’âme" est toujours aussi présente dans nos sociétés déchristiannisées.

Comment avons nous même pu en arriver à en faire quelque chose de pseudo rationnel ?

Concernant les femmes, je suis persuadée que beaucoup d’hommes ne croient toujours pas vraiment que les femmes "ont une âme", parce qu’ils en parlent vraiment comme ils parleraient de marchandises.

Mais en fait, c’est peut-être cela "ne pas avoir d’âme", c’est ce qui fait de nous une marchandise.

votez :
par alberto (IP:xxx.xx2.246.241) le 25 août 2007 à 14H28

Clairette ou Luciole, sur la question de savoir si la religion catholique admet la "présence d’une âme" chez les femmes, cela aurait été débatu vers 585 entre évèques lors d’un concile régional à Macon.

Les sages évèques auraient conclu (à une faible majorité) pour la présence d’une âme !

Bien à vous.

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx0.179.36) le 25 août 2007 à 14H32

@ Alberto

Merci pour cette précision.

Pour ma part, je pense que ce n’est pas le christiannisme qui a inventé la mysoginie. Elle est totalement absente des évangiles. Par contre, elle réapparaît avec Saint-Paul qui voulait bien se faire voir des grecs, lesquels étaient parmi les pires mysogines que l’histoire ait connu.

votez :
par alberto (IP:xxx.xx2.246.241) le 25 août 2007 à 15H56

D’où l’expression (mais vous m’y tendez la perche !) aller se faire voir chez lzs grecs...

votez :
par alberto (IP:xxx.xx2.246.241) le 25 août 2007 à 21H16

Scousi : je n’aurai peut-être pas du...

votez :
par clairette (IP:xxx.xx8.88.58) le 26 août 2007 à 13H41

@ Alberto,

Merci pour cette précision !

@ Luciole :

D’accord avec vous, même si c’est à cette date que les femmes ont "récupéré" leur âme, il a fallu encore bien des siècles pour qu’elle puisse en faire état, au moins dans nos pays occidentaux !

Quant à la perception de l’âme de la femme par l’homme, concrètement, dans les pays musulmans actuellement, j’ai des doutes ... Je crains que cela pose encore un débat au quotidien...

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx1.207.225) le 29 août 2007 à 11H57

@ Alberto

Pas de souci, vous n’avez fait que révéler ma pensée à propos de Saint-Paul !

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx1.207.225) le 29 août 2007 à 12H01

@ Clairette

On admet que les femmes ont une âme, mais on les éduque toujours, en France au 21ème siècle, dans l’esprit d’en faire les meilleures marchandises possibles...

L’idée d’âme est vraiment intéressante car elle inclut un projet de vie et de relations avec les autres qui échappe au déterminisme sexiste.

votez :
par Gorban9 (IP:xxx.xx3.35.251) le 24 août 2007 à 14H46

Etant athée, je pense qu’aucune des espèces vivantes, animales ou végétales, ne possèdent d’âme. L’article de Jérôme Bondu rassemble toutes mes idées personnelles par rapport aux autres espèces. Vivant à la campagne et entourés de chiens et de chats intégrés à ma famille. J’ai eu la preuve, des dizaines de fois, de ce qu’il avance. Il ne peut en être autrement.L’évolution des espèces et les récentes découvertes concernant le génome démontre bien que "ce que nous avons ils l’ont aussi". Nous ne pouvont pas descendre, nous,les mammifères( par exemple), des reptiles mammaliens sans avoir une identité dans les gènes et dans notre "intelligence de base".Moi le profane en la matière, j’émets l’hypothèse suivante, en fonction du créneau de chaque espèce certains gènes se mettent en activité et d’autres restent inactives tant qu’ils n’ont aucune utilité. Il est vrai, que c’est dérangeant. Surtout qu’ils sont utilisés comme cobaye(entre autre cruautés). L’amélioration des conditions animales n’est malheureusement pas pour demain.

votez :
par Demian West (IP:xxx.xx0.60.200) le 24 août 2007 à 16H41

@ l’auteur,

Excellent article pour une problématique excellente.

La question n’est pas de savoir si les animaux auraient une conscience (ce dont on se doute bien) mais d’insister sur le fait qu’ils ont la vie qui est le bien le plus sacré.

Et qu’il est dit dans toute pensée religieuse ou consciente même laïque : qu’il ne faut pas tuer.

votez :
par François-Xavier Prévot, Marcheur-Photographe (IP:xxx.xx4.125.19) le 24 août 2007 à 17H03

Beaucoup de bruit pour rien...

Encore un qui se prend pour un journaleux, parce qu’il pose le même type de fausses questions que personne ne se pose jamais...

Cher ami, vous savez, la controverse de Valladoïd, ça date déjà un peu : maintenant, tout le monde sait que les femmes, les indiens et "même" les animaux ont une âme...

(mais peut-être pas ceux qui aiment bien jouer au rédacteur sur Naturavox...)

Et j’ai un scoop, aussi : la terre est (presque) ronde...

Tiens, j’en ai plein d’autres pour vous en stock , dans le genre fausses questions stupides qui essaient de faire vendre du papier (ou du web).

Pas vu et pas lu dans la presse, donc, je suis pas si bête (extraits) :

(il paraît même qu’on continue d’arracher des arbres pour écrire ça) :

- « Amour après bébé : comment faire renaître le désir » Magazine « Parents »

- Oui, c’est vrai, ça : comment ? Zauriez pas un tuyau ?

- « Deuxième enfant : quand le faire » (?) Magazine « Enfants »

- Oui, c’est vrai, ça : quand ? Après le J.T. de PPDA, ou pendant la pub, au milieu de « Joséphine, Ange Gardien », je peux, vous croyez ?

- « Faut-il brûler les journalistes ? » « Le Nouvel Obs » ou « L’Express », je me souviens plus…

- Euh…oui ?

- « Les animaux ont-ils le droit au bonheur ? » (tiens, elle ressemble étrangement à la vôtre, de question : zauriez pas pompé, par hasard ?)

- (? ??)

Une autre ? Une autre ?

La suite sur mon blog, là, dans la rubrique "Beaucoup de bruit pour rien... :

http://www.wmaker.net/fximageswebzi...

(Magazine virtuel mais unique, donc non clonable, 100% fait main (et avec Amour...), avec des arbres élevés en plein air. Pas vu à la Télé, politiquement très incorrect, non conforme aux normes européennes ni à n’importe quel autre type de norme, d’ailleurs...)

François-Xavier Prévot, Marcheur-Photographe.

votez :
par Alain Bondu (IP:xxx.xx0.135.18) le 25 août 2007 à 21H36

A François-Xavier Prévot, marcheur Photographe :

Au chapitre des questions idiotes, j’ai quelques ajouts à vous proposer :

- Quelle est la distance de la Terre au Soleil ? Un farfelu nommé Erathosthène s’est posé cette question voici 23 siècles, et a trouvé une réponse juste à quelques %près.
- Quand on croise des pois à peau lisse avec des pois à peau ridée ça donne quoi ? Un obscur moine autrichien nommé Mendel a établi à partir de cette question idiote les bases de la génétique.

Et j’en ai des tas d’autres de cette eau.

Je crois et j’espère sincèrement que votre post est de la provoc’. Dans le cas contraire, il est une parfaite illustration d’un proverbe chinois :

« Celui qui pose une question est con pendant un instant. Celui qui n’en pose pas sera con toute sa vie »

Sans rancune , et bonne continuation…

votez :
par Glockenspiel (IP:xxx.xx4.133.243) le 29 août 2007 à 16H21

Je n’ai rien compris à votre commentaire ! Pourtant je suis "normalement intelligente".

votez :
par JL (IP:xxx.xx8.23.178) le 24 août 2007 à 18H00

Pour parler des animaux, je ne connais pas d’auteur plus captivant que Jack London.

Il faut avoir lu ’Croc blanc’, ’L’appel de la forêt’, ou ’Jerry Chien des îles’ pour comprendre l’amour et le respect que cett écrivain meveilleux éprouvait pour la vie animale.

Plus haut, j’ai parlé de prédateurs féroces : je pensais aux crocodile, bêtes que je n’aime pas beaucoup. Mais c’est vrai que seul l’homme est capable de tuer autrement que pour manger.

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx8.211.178) le 24 août 2007 à 18H20

@ JL

A propos de prédateurs féroces, j’ai lu que le requin mange 2 fois son poids par an et l’homme 10 fois son poids par an ! (merci de me corriger si ma source est inexacte)

Par ailleurs, l’homme massacre 2,5 millions de requins par an pour le sport (+100 millions pour leurs ailerons seulement), tandis que le nombre d’hommes tués chaque année par les requins est de l’ordre d’une dizaine.

votez :
par Jerome Bondu (IP:xxx.xx0.135.18) le 24 août 2007 à 22H11

Ce massacre de requins pour d’obscures croyances, est en effet un des plus beaux exemples de stupidité et de gâchis réuni.

votez :
par Lisa SION (IP:xxx.xx1.41.252) le 26 août 2007 à 07H26

Tuer cent millions de requins...sans s’accuser de génocide ! tuer des rynocéroces pour leur corne aux vertus aphrodisiaques...c’est tuer par amour...pour l’amour...

L’Eglise nous a menti, la médecine nous ment, la pharmacie nous trompe, et pour que notre conscience se réveille, il nous faut nous reposer toutes ces questions.

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx1.207.225) le 29 août 2007 à 12H03

Est-ce que l’amour nous ment aussi ?

votez :
par Christine (IP:xxx.xx1.75.202) le 24 août 2007 à 18H31

Bravo pour cet article. Il suffit d’avoir soi-même un ou plusieurs animaux, dit" domestiques" pour savoir qu’ils pensent, raisonnent et comprennent, quelque fois mieux que certains "humains" ! A savoir : le viol n’existe pas dans le règne animal,sauf pour l’araignée... En ce qui concerne l’âme des animaux, les sceptiques peuvent lire "le peuple animal" de Daniel Meurois-Givaudan ( ed le Perséa) :-)

votez :
par poisson61 (IP:xxx.xx7.86.118) le 24 août 2007 à 18H41

La question de savoir si les animaux ont une âme, serait plutôt l’inverse, est-ce les êtres humains, logiquement la race la plus intelligente de la planète, ont une âme, pour faire tout ce qu’ils font sur les animaux ?

Question également très compliquée à répondre du fait que personne n’a encore la preuve !

Je me pose plutôt celle-ci : ont-ils mal face à la maltraitance, souffrent-ils comme nous, nous en veulent-ils ? réalisent-ils ce qui leur arrive...

On sait juste qu’ils restent très attachés à leur maître, puisqu’un animal est capable de faire plusieurs dizaines de kilomètres pour le rejoindre, également qu’un chien peut se laisser mourrir au décès de son maître etc....mais est-ce le cas sur tout les chiens ?

Mais le sujet de fond reste intéressant et le débat "houleux" !

votez :
(IP:xxx.xx3.248.136) le 24 août 2007 à 22H26

bin moi mon chien y fait pas la gueule quand je rentre bourré le soir à la maison, c’est pas comme ma femme.

par contre y veut pas partager sa pâtée.

étonnant non ?

votez :
(IP:xxx.xx4.8.169) le 25 août 2007 à 02H47

je me poses une question qui va paraitre idiote mais je me lances. si il y a une civilisation extraterrestre beaucoup plus avancé à la notre, serions nous des animaux à ses yeux ? je penses que si on avait une reponse à cette question on y verrai plus clair mais je me trompes peut etre.

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx0.179.36) le 25 août 2007 à 14H21

La question n’est pas idiote. Elle a donné lieu à un livre célèbre "La guerre des mondes" de Georges Orwell (s’inspirant du génocide tasmanien) et un très beau dessin animé "la Planète Sauvage" de R. Topor.

Les humains sont considérés par des extra-terrestres géants et très intelligents comme des nuisibles (des sortes de rats) qu’il faut éliminer.

votez :
par actias (IP:xxx.xx3.190.12) le 26 août 2007 à 00H14

ce n’est pas impossible ... nous meme ne connaissont que tres peu le language et les interactions sociales des animaux ... peut etre que si on les connaissait mieux on y reflechirait a deux fois avant de les massacrer pour un petit plaisir gustatif.

Esperons que ls ET nous etudierons bien ... et auront pitié de notre ignorance.

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx1.207.225) le 29 août 2007 à 12H05

à Actias

Ils nous pardonnent, car nous ne savons pas ce que nous faisons ?

votez :
par jsf (IP:xxx.xx2.195.38) le 25 août 2007 à 05H32
votez :
par Darwin’s Beagle (IP:xxx.xx8.145.221) le 25 août 2007 à 08H23

(IP:xxx.x4.8.169) le 25 août 2007 à 02H47 "je me poses une question qui va paraitre idiote mais je me lances. si il y a une civilisation extraterrestre beaucoup plus avancé à la notre, serions nous des animaux à ses yeux ? je penses que si on avait une reponse à cette question on y verrai plus clair mais je me trompes peut etre."

Elle n’a pas besoin d’être une civilisation, elle n’a pas besoin d’être extra-terrestre, elle n’a pas besoin d’être avancée. Réfléchissez. Avez-vous un chien ? Si non, supposons que oui.

Votre sens de l’odorat est nul comparé à celui du chien. Votre sens de l’ouïe à peine moins nul. Comment pouvez-vous donc savoir si votre chien n’essaie pas de communiquer avec vous ? Pour lui, vous êtes sourd comme un pot et vous avez la truffe bouchée à l’émeri.

La littérature de science-fiction regorge de romans traitant de ce sujet. En particulier, "Dragon’s Egg" du physiciste Robert Forward pour en savoir plus

Les "Cheela" du roman de Forward vivent un million de fois plus vite que nous. Peut-on communiquer ? Comment peut-on se rendre compte qu’ils existent ?

A l’inverse, vous êtes-vous jamais posé la question : et si une forêt était un être intelligent ? Elle vivrait pour nous au ralenti, tellement au ralenti que nous serions incapables de communiquer avec elle, et de nous apercevoir qu’elle existe.

votez :
par Jerome Bondu (IP:xxx.xx0.135.18) le 25 août 2007 à 14H50

@Darwin’s Beagle Vous dite : "Votre sens de l’odorat est nul comparé à celui du chien. Votre sens de l’ouïe à peine moins nul. Comment pouvez-vous donc savoir si votre chien n’essaie pas de communiquer avec vous ? Pour lui, vous êtes sourd comme un pot et vous avez la truffe bouchée à l’émeri."


Tout à fait. On ne peut pas dire qu’un animal ne cherche pas à communiquer avec nous uniquement parce que nous n’avons pas le même langage ou la même sensibilité sur les sens (odorat, ouïe) que nous avons en commun.

Je pense que tous ceux qui ont eu un animal de compagnie se sont au moins une fois posé la question de savoir si leur animal n’essayait pas de "communiquer". En tout cas, je me la suis posée.

JB

votez :
par Lisa SION (IP:xxx.xx1.149.95) le 27 août 2007 à 01H16

C’est pire que cela...

Si l’homme étéit intelligent comme il le prétend, il ne se poserait pas la question de savoir ou non...si l’animal l’est ou pas... !!!

votez :
par Gorban9 (IP:xxx.xx4.133.243) le 29 août 2007 à 16H48

Je suis complètement d’accord avec vous Jérôme Bondu. Comme je l’ai dit précédemment, j’ai plusieurs animaux autour de moi. Si vous les observez vous pouvez les comprendre. Le langage des chiens par exemple est très imagé dans leur attitude et, comme ils savent que nous ne sommes pas très intelligents, ils multiplient leur attitude gestuel jusqu’à obtention du résultat. Et ils savent qu’à l’avenir c’est l’attitude qui a été positif qu’il faudra renouveler. Je manque de temps et de place pour dire tout ce que j’ai appris avec mes chiens et chats. La 1ère qualité que je leur accorde, c’est l’empathie. Quand un animal vit dans votre milieu familial et, est considéré au même niveau qu’un de vos enfants, vous le verrez développer toute sa personnalité (j’assume).Il est évident que des espèces que l’ont a trafiquées peuvent présenter des "tares" et cela démontre les dangers de la génétique. Mais bien souvent les problèmes psychologiques (j’assume aussi) de certains animaux sont dûs aux traitements qu’ont leur a infligé.Je ne fais pas d’anthropomorphisme et mes chiens et chats mènent leur vie animal.

votez :
par nicolette (IP:xxx.xx5.51.36) le 25 août 2007 à 10H31

article interessant qui soulève un debat :

religion : vient du mot relier, et concernait à l’origine des groupes de pratiqes de croyances ou de pratiques initiatiques, avant de definir nos grandes religions. ceci remonte au concile de Constantinople, pour des raisons purement politiques de l’epoque et dont nous vivons encore les effets.

ame : defini comme esprit ou conscience, elle est ce qui nous differencie du reste du monde. anime le vivant.

souvent confondue avec la conscience de base, prendre conscience de... !

« L’homme, par le fait d’être homme, d’avoir conscience, est déjà, par rapport à l’âne ou au crabe, un animal malade. La conscience est une maladie ». Miguel de Unamuno, L’agonie du christianisme)

la religion judéochretienne s’arroge le droit de definir les croyances et nous separe du grand Tout comme etant des etres superieurs (mais je ne vais pas refaire un cours de d’histoire.

syons basiques : le monde est formé d’atomes, eux meme de noyeaux autour desquels tourne un electron.(cours de base.) l’asemblage de ces atomes defibnit ce que cela sera, une table, une plante un chien, un Homme. on pet mesurer les vibrations de chacun de ces "objets". allant tj vers le plus petit. nous en sommes arrivés à la nanotechnique ! les etres vivants sont defini par leur ADN, sorte d’ordinateur qui predefini la vie.... (cf dernières recherches sur l’ADN, et aussi sur les OGM medicaux) maintenant, avec la physique quantique, on peut aller encore plus loin et je vous enjoins de manière purement materialiste et athé de faire vos propres recherches !

ce qui intervient dans le fonctionnement surtout humain, mais aussi dans la nature, c’est les emotions et sentiments : une plante, dans un environnement hostile, baigné de colère, d’agressivité ou simplement dans un contexte de depressif, deperit. un chien exteriorise le charactère profond, et les pulsions du maitre...

on a pu mesurer que nos emotions sont des ondes.... et les classer selon le taux : le plus fort, c’est lamour, le moin la haine....

ce qui ,pose aussi le problème des guerisons par les medecines naturelles, dont les impacts sont aujourd’hui prouvés par les physiciens quantiques : la plante emet une certaine vibration et c’est celle ci qui permet à l’organe malade de recouvrer la santé. de meme on a decortiqué et mesuré l’action des medecines dites énergetiques, dont le magnetisme ! bon, c’est à la louche mais je vous enjoins de creuser par vous meme !) ces meme scientifiques arrivent à prouver les guerisons dites miraculeuses...qui sont en fait des guerisons tout à fait normales de l’individu !

nous ne nous servons que d’une infime partie de notre cerveau. le reste sert à quoi ?

mais revenons à l’ame. pour la religion, l’ame ou la conscience est ce qui nous permet de discerner ce qui est bien et mal ! comme les autres cultures pratiquent d’autres croyances, cet aspectex implique que ces normes sont inapplicable et qu’il faut eduquer ces "ames perdues" !

« Afin d’assassiner un peuple, rien ne vaut la déconsidération de sa civilisation, le déni de son humanité, le discrédit de ses mœurs. » (Michel Onfray, « Esthétique du pole Nord »)

mon chien aussi je peux lui inculquer ce qui est bien, ce qu’il a le droit de faire, et mal ! ça marche !

mais cette affection sans borne, son caractère personnel et ce regard qui en dit long, cela depasse cet aspect de la conscience !

nous faisons partie du monde, de l’univers et sont selon ce que j’ai exposé plus haut, interconnecté ! certes, manger des betes souffrantes, ogm...n’est pas la panacée, d’ailleurs les mesures vibratoires enterinent ce refus ! ces "mets" emettent de très basses vibrations, mettant en peril notre santé, baissant nos propres vibrations de bonne santé....

respecter les autres, les animaux, les vegetaux...ce ce qui survit chez les chamanes, les amerindiens.....n’est qu’une règle de bon sens !

et si nous nous sommes trompés ? que justement, ce n’est pas l’hiomme qui est au sommet mais que tout est interconnecté dans le monde tel ouranos, le serpent de la Vie qui se mord la queue (transgression dans la mythologie)

nous pouvons aller de l’infiniement petit vers le toujours plus grand, scientifiquement ! et si nous, humains sommes microcosme dans le macrocosme,le monde, tout est lié, interconnecté. tout est de meme pour tous, les animaux, les vegetaux, Les bacteries..... et si nous vivons dans le respect de l’autre,dans la tolerance de sa difference, animaux et vegetaux compris, sans tenter de dominer l’autre par l’aspect purement materiel, ne serait-ce pas un premier pas vers une une vie en commun emprunt de cet Amour inconditionnel, dont nous bassinent certaines croyances dogmatiques ?

et si la recherche frenetique d’une nouvelle spiritualité (venant d’esprit, souffle,) qui pousse tant de gens vers des croyances dogmatiques et sectaires ne serait que le temoignage de cette recherche qui aujourd’hui est partie de cet article ?

"Un être humain est une partie du tout que nous appelons Univers... Une partie limitée dans le Temps et dans l’Espace." (Albert Einstein)

alors, continuons de nous poser des questions et cherchons... notre verité !

votez :
par Jerome Bondu (IP:xxx.xx0.135.18) le 25 août 2007 à 14H43

@nicolette

on a pu mesurer que nos emotions sont des ondes.... et les classer selon le taux : le plus fort, c’est lamour, le moin la haine...


Bonjour, Le sentiment que l’on a, se matérialise donc par des ondes que l’on émet ? C’est intéressant. Vous pouvez nous en dire un peu plus. Cordialement, JB

votez :
par nelly (IP:xxx.xx0.208.142) le 25 août 2007 à 11H27

` Ce sont des "êtres sensibles" à reconnaître comme tels car de ce statut légal dépend leur traitement voir ce chapitre sur notre site www.roc.asso.fr cordialement

votez :
par ZEB (IP:xxx.xx8.41.124) le 25 août 2007 à 14H35

Je trouve que l’article est a coté de la plaque. "Conscience" et "raison" sont des concepts humains, inventés par les humains pour tenter de comprendre la formidable complexité de notre niveau d’intelligence.Et c’est bien ce qui nous caracterise du reste du monde animal.Nous inventons, nous construisons en faisant preuve de logique depuis des milliers d’années. LA vraie question à mes yeux est de se demander : "quelle est notre niveau de bestialité ?" et par prolongement de violence gratuite. NOus avons beaucoup de mal à vivre avec cette composante de l’homme qui nous apparait bien souvent comme contradictoire avec la notion de progrès. Moi j’ai un chat à la maison, je suis persuadé qu’il est sensible, comprend pas mal de choses à son niveau, peut-etre même qu’il a une "ame" ou une "conscience" mais ça ne l’empeche d’aller choper une souris, de jouer avec en la terrorisant pendant une heure avant de lui mettre un mechant coup de crocs dans le cou au moment ou je veux la lui retirer. Ca prouve bien qu’il n’a aucun respect pour la vie d’autrui.Mais sinon, il est adorable.

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx0.179.36) le 25 août 2007 à 15H33

à Zeb

Est-ce que la spécificité de l’humain ce ne serait pas plutôy l’accès au symbolique ?

votez :
par Jerome Bondu (IP:xxx.xx1.66.7) le 26 août 2007 à 22H12

Cela serait bien d’avoir l’avis d’un éthologue sur cet exemple du "jeu" du chat avec la souris.

Je suis pour ma part totalement incompétent en la matière. Mais j’ai toujours pensé que le chat ne "jouait" pas avec la souris. Je pense qu’il s’entraîne, teste les techniques de fuite de la souris, renforce sa connaissance de cette proie pour être plus performant à la prochaine chasse. Je crois d’ailleurs que quand un chat a des petits, il "livre" la souris à sa progéniture pour les "former". Cela n’enlève rien à la dureté de ce que vit la souris. Mais cela exonère le chat de l’idée qu’il "s’amuse" (acte purement cruel).

S’il y a des spécialistes, qu’ils n’hésitent pas à nous éclairer sur ce cas précis... Et d’ailleurs, au sens large, sur le fait de savoir s’il y a des cas avérés de pure cruauté dans le monde animal.

Bien à vous,

votez :
par ZEB (IP:xxx.xx8.41.124) le 27 août 2007 à 10H42

Pour te répondre, j’ai également remarqué qu’un simple bout de ficelle pouvait lui procurer le même genre d’exaltation : il l’attrappe, la relache, part, reviens, se roule par terre, la machonne...Et je ne suis pas sur qu’il le fasse pour aiguiser sa technique de chasse à la ficelle, ou alors il est plus stupide que je ne le pensais.

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx1.207.225) le 29 août 2007 à 12H13

à L’auteur,

Il existe effectivement des cas de cruauté gratuite chez les animaux les plus... intelligents, à savoir les chimpanzés et les dauphins.

Il arrive que les dauphins chassent en bande de petits marsouins qu’ils tuent par pur défoulement collectif.

Les chimpanzés, de leur côté, ont pratiqué sous le regard horrifié des primatologues le meurtre collectif de petits singes, mais également de certains de leur congénères, et encore l’infanticide...

Il est intéressant de noter que la violence gratuite est presque toujours, chez les animaux les plus intelligents, un phénomène collectif, une forme de régulation sociale.

Autrement dit, elle n’est pas réellement gratuite.

Pour nuancer, il existe effectivement chez les félins des formes de jeux cruels avec leurs victimes. Certains soigneurs dans les zoo ont expiré sous les griffes de tigres après avoir passé un très mauvais quart d’heure.

votez :
par dperez (IP:xxx.xx4.224.231) le 25 août 2007 à 14H56

Les animaux doivent se demander parfois : "Les Hommes ont-ils une âme ?".

 :-((

votez :
par alberto (IP:xxx.xx2.246.241) le 25 août 2007 à 16H12

Jéeome, votre article a vraiment le mérite de provoquer les réactions et ça c’est bien.

C’est marrant, car j’avais il y a quelques temps écrit, ici, un article sur le même sujet.

En fait nos avis convergent : âme ou pas âme selon que l’on croit au ciel ou non, une chose est claire : tout ce qui nous incite à la cruauté, la barbarie et la destruction à l’encontre des êtres qui nous entourent, hommes, plantes et bêtes, nous ravalle plus bas, dans la hiérarchie des choses que celles envers qui nous l’exerçons.

Conclusion : Compassion pour les gens les animaux et tout ce qui vit !

Bien à vous.

votez :
par Jerome Bondu (IP:xxx.xx0.135.18) le 25 août 2007 à 20H42

En postant cet article, je pensais vraiment jeter une bouteille à la mer. Le nombre de réactions positives me fait vraiment plaisir. Donnez-nous l’adresse de l’article.

Cordialement JB

votez :
par alberto (IP:xxx.xx2.246.241) le 25 août 2007 à 21H30

Un article sur AV en date du 7 mars de cette année, qui se terminait ainsi :

"En attendant, avançons à petits pas pour la protection animale, conscient que les douleurs infligées aux animaux par nos « soins » peuvent encore perdurer quelque temps.

Et que donc si nous voulons continuer à nous prétendre civilisés et confier en héritage à nos descendants un monde plus serein, nous nous devons de traquer et combattre sur cette planète les traces de notre barbarie, en y mettant nos forces de conviction et nos moyens de coercition : je pense qu’une partie de ce combat passe par le refus des conditions d’abattages et de tortures décrites ci-dessus, et c’est pourquoi je vous invite à bannir le port des fourrures issues de ces tueries.

Bien à vous tous"

votez :
par pixel (IP:xxx.xx6.215.196) le 25 août 2007 à 19H45

Luciole

Vous avez raison car les symboles nous permettent d’engranger l’expérience de nos prédécesseurs. Nous sommes un animal culturel qui profite du passé contrairement aux animaux pour qui ne profitent pas de l’expérience de leurs ancêtres.( quoique avec l’évolution de Darwin ? )

votez :
par Luciole (IP:xxx.xx1.207.225) le 29 août 2007 à 12H20

@ Pixel

Je connais le cas d’une jeune femelle macaque très intelligente qui avait découvert des moyens de nettoyer sa nourriture. Elle a réussi à transmettre son savoir faire à sa tribu.

De même, les chimpanzé connaissent les plantes qui soignent des infections et ne les consomment que lorsqu’ils sont blessés.

Il existe donc bien une transmission du savoir chez les autres animaux.

En revanche, il n’existe chez les autres animaux aucun symbole connu (sinon dans leur langage, que nous ne savons pas encore déchiffrer). Le symbole chez l’humain a un rôle primitif fortement lié avec la nécessité de cohésion du groupe et la régulation de la violence.

Il est possible que l’homme ait dû accéder au symbolique parce que son intelligence le rendait de plus en plus violent et que les mécanismes de défoulement qui existent chez les chimpanzés et les dauphins ne suffisaient plus.

votez :
par Odal GOLD (IP:xxx.xx2.129.168) le 25 août 2007 à 20H38

« Plus les animaux à sang chaud sont prédateurs et à la fin de la chaîne alimentaire, et plus ils passent de temps à dormir. Par exemple les chiens et les chats dorment plus que les chevreuils et les lapins

C’est normal, ils sont moins stressés, plus sûrs d’eux, ils ont moins peur pour leur vie.

Chez les humains, et en particulier chez les Occidentaux, qui passent pour être si bien organisés et si efficaces – ce n’est pas du tout le cas.

Il y a même toute une propagande pseudo scientifique pour nous affirmer que 7 heures de sommeil dans la journée c’est encore trop de temps perdu, et qu’une sieste trop longue peut gêner le repos de la nuit, c’est un comble. La même propagande définit l’homme équilibré comme étant complètement extraverti et agité, toujours en manque d’occupations et de médailles en chocolat, fébrile dès qu’il s’agit « de faire quelque chose », détestant la paresse et l’oisiveté.

Pour ceux que la propagande pourrait laisser sceptique, la « machine » se charge de les rééduquer à la sauce « poulet aux hormones » : dans cette société les gens sont nourris aux OGM, on les réveille deux heures, ils dorment deux heures, on les réveille, et cela sans fin – c’est pour que les gens grandissent plus vite, avec un teint vermeil, à moindre prix, pour que le marché du travail ait envie de les acheter, et que le marché tout court soit bien approvisionné en esclaves pas chers prêts à être consumés sur l’autel des sacrifices.

C’est pour ça que j’aime bien observer un chien ou un chat, et partager leur intimité, et leurs joies, et leurs espoirs, leur sentiment d’être tout simplement, et un peu de leur envie de dormir.

Nous nous éloignons de nos amis à sang chaud et nous nous rapprochons de la fourmilière à la chaleur unisexuelle et aux multiples carapaces luisantes » : http://odalgold.blog4ever.com/blog/...

votez :
par Pablo (IP:xxx.xx8.41.124) le 25 août 2007 à 23H31

Juste pour signaler que si les carnivores dorment beaucoup c’est parce qu’ils mangent de la viande, et c’est très énergetique.Un bon repas de viande et on tient plusieurs jours.En revanche les ruminants (vaches,biches ou gnous et autre casse-dalle pour carnivores) mangent de l’herbe. Ca n’est pas très nutritif, ils doivent en manger beaucoup et ils y passent donc l’essentiel de leur temps.Ca explique pourquoi ils dorment moins. Pour le reste,c’estn dire ton raisonnement sur la suractivité en milieu occidental,ce n’est pas faux mais loin du postulat de base.

votez :
par actias (IP:xxx.xx3.190.12) le 26 août 2007 à 00H22

digerer de la viande demande énormément d’energie ... c’est plutot pour ça que les carnivores dorment plus. Je ne conteste pas le fait qu’un regime carnivore soit plus nergtique qu’un regim herbivore, mais il faut une physiologie qu’y s y prte.

Avant je somnolait souvent aprs les repas, ca n’arrive plus depuis que je mange oplus de viande ... mais j ai autant d enrgie sinon plus :-))

votez :
par LMMM (IP:xxx.xx1.238.61) le 25 août 2007 à 22H17

Un article qui va dans le bon sens... mais mollement (c’est dans l’air du temps - cf Hulot, Bayrou,...)

Quand vous écrivez "Il faudrait commencer par améliorer la filière alimentaire. Il ne s’agit pas nécessairement de devenir végétarien, mais d’élever les animaux dans des conditions décentes, et de les tuer en leur évitant toutes souffrances" Bien alors si les animaux souffrent, ont un désir (fut-il purement instinctif) de ne pas mourir.. mais comme on les respecte on va les tuer parce que l’on est persuadé (se persuade ?) que c’est nécessaire (ce qui est faux !)

Comme vous le dites les Africains ont été mis en esclavage...

On aurait donc du y allait mollement et ne pas proclamer l’abolition de l’esclavage mais juste leur donner une nourriture et un logement décents...

Lisez Gary Francione chers auteurs (et lecteurs) et vous comprendrez que votre raisonnement est tout simplement immoral...

La mollesse est le pire ennemi du changement !

votez :
par Jerome Bondu (IP:xxx.xx0.135.18) le 26 août 2007 à 10H37

@LMMM

C’est un point de vue. Je pense que tout dépend des domaines sur lesquels le changement va s’appliquer :

- On peut décider du jour au lendemain d’abolir la peine de mort en France. Ce n’est pas une décision molle, car la majorité des citoyens de l’époque y était opposé. Pourtant, les effets négatifs me semblent proches de zéro.

- Vouloir du jour au lendemain être le premier producteur mondial d’acier n’a pas été une décision molle pour la Chine. Avec les conséquences que vous savez certainement (obligation pour les paysans de participer à cet effort, délaissement des récoltes, famine, millions de morts ...).

Dans le sujet qui est débattu, je ne pense sincèrement pas que des changements radicaux puissent être bénéfiques. pour de multiples raisons : D’abord, l’idée d’une conscience chez les animaux n’est pas très répandue. Ensuite, je suis sur qu’entre ceux-là même qui le pense, un consensus serait très difficile à atteindre. Notre vision ne serait sûrement pas partagée par des pays qui n’ont pas l’opulence alimentaire que nous connaissons. Enfin, la filière alimentaire est un domaine aux enjeux énormes, et qui ne pourra pas souffrir de la moindre erreur.

On ne peut pas jouer à l’apprenti sorcier avec un domaine comme celui là. Toute modification -a mon avis - ne pourra qu’être lente et réfléchie.

Cordialement

votez :
par Tony Pirard (IP:xxx.xx3.222.14) le 25 août 2007 à 23H19

Bien,nous ne devons laisser léver par motif émotionnel.L’homme par excellence c’est sans ombre de doute,un être rationnel,par conséquent...Le cerveau humain a une phisiologie anatomique différents des animaux irrationnel bien-sûr !. En étudiant le cerveau animal nous verons qu’il a la mémoire court ! si tu frapper un chien,il se trouvera loin et restera dans la mémoire que vous êtes un énemi !Mais,c’est seul !. Ce que fait la différence ,c’est que l’être humain a un élement primordial qui s’appelle...Conscience.. ! Ce que nous fait êtres rationnel ! Je vois tous par le point scientifique, le rest sont simples conjectures,rien plus.. !

votez :
par actias (IP:xxx.xx3.190.12) le 26 août 2007 à 00H24

Des etudes scientifiqus assez serieuss on montré certain degré de conscience chez certains animaux (les lephant qui rconnaissent leur image ce genre de trucs).

Pis s y on a une conscience on a qu a s en servir plutot que d en parler !

votez :
par Christophe (IP:xxx.xx4.58.18) le 30 août 2007 à 01H58

@Tony Pirard

L’homme par excellence c’est sans ombre de doute,un être rationnel

Nous ne serons pas d’accord sur ce point. Si l’homme peut être parfois rationnel, il est aussi irrationnel.

Pour illustrer le manque de rationalité humaine, il suffit de voir le comportement humain dans un contexte de forte affectivité. De toutes les sciences humaines que j’ai pu abordé (anthropologie, sémiotique, philosophie, psychologie, neurosciences, ...), seuls les économistes posent ce type d’hypothèse que mes collègues des sciences cognitives jugent largement réductrices ... à l’image d’un cerveau reptilien ! :-))

votez :
par vinvin (IP:xxx.xx6.104.195) le 26 août 2007 à 00H39

Bonjour.

Personnellement, je suis persuadé que les animeaux ont une ame.

( Mes deux ex épouses, en revanche, je n’ en sais rien ! ........)

Bien cordialement.

VINVIN.

votez :
par Gasty (IP:xxx.xx1.169.137) le 26 août 2007 à 17H31

Il faudra penser aussi au végétal dans le même sens que pour l’animal, je dis ça pour les végétariens. Car ce n’est pas parce que les végétaux ont une vitesse de réaction différente de la notre qu’ils doivent devenir les grands oubliés de notre monde.

La bonne laitue qui s’épanouit tranquille et bienheureuse s’apercevra avec horreur de sa situation une fois dans le saladier aspergé d’une sauce vinaigrette. Tout ça parce que sa réactivité est 10000 fois inférieur à la notre.Tout comme le chêne dans votre salle de séjour qui est en train de se demander depuis 6 mois ou sont ses racines. Situation moins dérangeante et culpabilisante, la laitue on ne l’entendra pas, contrairement à un animal. Végétariens ! etes-vous sûr que votre choix est le meilleur ?

votez :
par Actias (IP:xxx.xx3.190.12) le 26 août 2007 à 21H41

Tres drole :-)) ! peut etre qu on est vegetarien parce que l’on hait les plantes ....

Ou peut etre qu on aime bien les plantes aussi alors pour en assasiner 7 fois moins on les mange directement plutot que de les "transformer" en animal. En fait en etant vegetarien on tue aucun animal et beaucoup moins de plantes .... donc notre choix est bien le meilleur.

L’arret de la violence et la souffrance est un ideal, faire moins souffrir et le chemin.

votez :
par nicolette (IP:xxx.xx5.60.216) le 26 août 2007 à 19H15

je me fais un plaisir de vous livrer une reflexion pertienente de l’homme et de sa conscience : L’homme est une conscience enfouie dans un complexe vivant se multipliant et se diversifiant sans cesse, en position centrale et en équilibre instable entre deux mouvements opposés dans le temps celui du recul l’introduisant dans son passé, et celui de la marche en avant vers son avenir, temps pendant lequel il crée et subit son histoire incertaine et assume son destin aléatoire.

La conscience est le centre récepteur et émetteur terminal de l’ensemble des réseaux communicants ramifiés qui animent l’environnement extérieur de l’homme, captant et traitant également les informations émises par ce dernier pour agir, réagir ou rétroagir sur son propre développement en le motivant et en en dégageant la substance.

et grâce a cette conscience ou à cause d’elle, l’homme est né pour douter, douter de tout meme de lui-meme !

et si nous confondons ame avec conscience, nous nous bornerons à ce que les aniomaux peuvent eventuellement ressentir ou apprendre... mais en fait, ils ne parlent pas, donc nous les "interpretons"....

un site interessant qui analyse certains aspects abordés, site animé par des chercheurs du CNRS : http://www.arsitra.org/yacs/section... biensur, il s’agit de ne pas prendre tout au premier degréet et de continuer ses propres recherches, recouper avec d’autres infos... d’ailleur il parle aussi des ondes vibratoires, dans le cadre de l’alimentation.

en ce qui concerne votre question des ondes,monsieurJerome Bondu, il faut revenir basiquement sur la physique qui mesure chaque corps. ainsi, nous humains, nous nous sentons bien dans un certains environnement, moins bien dans un autre.ici le facteur vibration intervient. ne vous etes vous pas senti super bien à un endroit et à un autre vous desiriez partir au plus vite ? donc meme les mineraux, et la terre emet des ondes, des vibrations !

nous vivons dans un monde où tout est vibration, onde. et notre relation au monde est basé sur l’interpretation de ces ondes, l’ouille, la vue, la voix, le toucher...ces memes vibrations qui se transmettent à notre cerveau pour etre interpreté.

en chromotherapie, on soigne par les ondes emise par les couleurs... nous avons aussi pu prouver l’impact des couleurs sur notre humeur !

et nos emotions, basiquement, nous les "emettons" aussi. exemple les montés de violences dans la foule, ou les messes "transcendantes"... il y a plethore d’exemples..

certains physiciens, je n’ai pas les documents et noms chez moi ont mesuré un peu tout, les mots, vibration du mot, l’etat...comme les couleurs, nature, animaux, aliments.... le plus fort, Dieu (sens non dogmatique, dans le sens energie créatrice), Amour, amour inconditionnel...

et plus basses, haine, envie...

puisque ces vibrations peuvent etre mesurés, elle peuvent avoir un impact sur nous. resonnance positive quant c’est une vibration positive ou negative au cas contaire. (je ne detaille pas plus car cela risque d’etre long)

exemple parlant dans la santé : losque nous sommes d’humeur maussade, depressif, tout nous pèse et nous avons l’impression que le monde est gris,ou noir, et nous en veux. le temps est pouri, c’est jour de grève, le pain est mou, la panne de la voiture...., problème sur problème, et c’est le jour où le patron me convoque...

quand nous sommes amoureux, nous realisons que ce meme monde est est plein de couleurs, d’animations et d’emotions que nous avons oublié.

pourtant c’est le meme monde !

en therapie (sens accompagnateur neutre, pas forcément psy) nous disons que nous sommes les créateurs de notre monde. nos pensées créent.

à l’extrème, nous avons, (si Jesus a existé) le passage où il change l’eau en vin et multiplie le pain.

dans d’autres courants initiatiques , on dit : Dieu créa l’homme à son image. donc, l’Homme est Dieu, et porte tous les possibles en lui pour créer, par sa pensée.

autre exemple : vous etes invité à une soirée : cela vous "gonfle" d’y aller, vous allez vous y embeter... et vous passez une soirée pourrie... vous y allez pour passer un bon moment, quitte peut etre à partir tot au cas où, et vous passez une formidable soirée.

une dernière piste recherchez du coté de la pensée positive, celle qui vous aide à voir le monde à travers le prisme de cette pensée. ça marche aussi très bien !

voilà, je ne vous livre pas tout, car il est important que chacun se foge son opinion sur le sujet.

votez :
par CT (IP:xxx.xx5.198.34) le 26 août 2007 à 19H36

Pourquoi pas ? Qu’est ce que la vie ?

Voici un texte d’Albert Schweizer, pour qui la vie est une énigme et un mystère. Son respect de la vie est la note fondamentale de sa philosophie.

"La vie est force, volonté, la vie est sentiment, émotion, douleur.

Et si tu creuses le sens de la vie jusqu’à ses profondeurs ultimes et que tu contemples, le grouillement qui anime le chaos du monde, soudain tu te sens pris de vertige. Partout tu retrouves le reflet de ta propre existence.

 Ce scarabée, gisant mort au bord du chemin, c’était un être qui vivait, luttait pour subsister.

comme toi, il jouissait des rayons du soleil

comme toi, il éprouvait la peur et la souffrance

comme toi, maintenant, il n’est plus qu’une matière en décomposition

comme toi aussi, tôt ou tard, tu le deviendras un jour.

"Jusqu’à ce qu’il étende le cercle de sa compassion à toutes les créatures vivantes, l’homme lui-même ne trouvera pas la paix."

Pourquoi en supposant que nous avons une âme n’en auraient-ils pas ? A leurs niveaux mentaux evidemment. On peut penser que toutes les créatures sont sur la même longueur d’onde.

Descartes est un grand philosophe, mais dépassé même dans sa théorie du « Je pense donc je suis »

votez :
par Thibaut (IP:xxx.xx7.254.76) le 27 août 2007 à 06H09

Il semble y avoir beaucoup de choses bien différentes mélangées ici. Il n’est pas besoin d’aborder les sujets d’âme ou plus prosaiquement de conscience pour s’offusquer des plus mauvaises pratiques d’elevage et d’abatages. Et le pauvre Descartes n’a pas demandé une telle place ici.

Sans compter l’implicite differencitation opérée ici entre "hommes" et "animaux". Ca ne correspond pas à la réalité observable ("la science" si vous voulez) qui ne vois pas de différence de principe entre l’animal humain et les autres.

On sent un bonne intention derrière cet article, mais c’est brouillon et fait peu avancer le shimilibilique.

votez :
par punaiz (IP:xxx.xx3.1.2) le 27 août 2007 à 09H25

@l’auteur :

On ne peut pas supposer qu’un chat "joue" avec une souris pour apprendre, ou enseigner a ses petits quand il le fait à chaque fois, à tout âge et surtout quand il a sa pâtée qui l’attend à la maison.

Un chat avec une souris, un orque avec un manchot, un dauphin avec un poisson (ou une balle) s’amuse en mettant du piment dans son assiette car la conscience que vous lui reconnaissez lui ouvre les portes du rire -intérieur du moins- et du plaisir de dépasser une difficulté.

La cruauté est humaine, et par là même animale. Les sensibilités du végétarisme et celles du voyeurisme des combats de coqs sont les différentes expression d’une même et complexe humanité consciente.

 :->

votez :
par Jerome Bondu (IP:xxx.xx1.66.7) le 27 août 2007 à 22H06

J’ai lu récemment un article sur un certain Cleve Backster, expert dans la détection de mensonges, qui aurait découvert par accident que les plantes sont sensibles.

Il aurait découvert qu’elles réagissent aux agressions (sur elles, mais aussi sur d’autres être vivants à proximité), qu’elles sont sensibles à la musique (elles se tournent vers la musique classique, mais se détournent du rock), qu’elles ont de la mémoire, …

Quel qu’un peut il apporter des précisions sur le sujet. Est-ce prouvé scientifiquement par des gens "sérieux".

Cordialement, JB

votez :
par Gorban9 (IP:xxx.xx4.133.243) le 29 août 2007 à 17H20

Sur Arte, il y a quelques années, J’ai vu un reportage venant d’Afrique du sud concernant une forte mortalité des antilopes d’élevage.Des scientifiques se sont aperçus que les épineux, dont les antilopes mangeaient les feuilles, avaient augmenté la toxicité de leurs feuilles afin de se protéger de l’extinction. Les acacias et les antilopes vivaient harmonieusement ensemble depuis très longtemps. Chacun y trouvant son compte. Jusqu’au moment où la surpopulation des antilopes à cause d’un élevage intensif a mis en danger l’existence des acacias. Plus étonnant encore, tant que les antilopes (elles sont en liberté) sont loin des acacias, ils n’augmentent pas leur toxicité. Si elles se rapprochent d’eux, la toxicité augmente. Comme s’ils étaient prévenus par leurs congénères déjà attaqués par les antilopes. Comment peuvent-ils communiquer entre eux ? Odeur, onde ? Les scientifiques n’ont pas encore résolus le problème. La seule chose dont-ils soient sûr ;c’est qu’ils communiquent entre eux.

votez :
par nicolette (IP:xxx.xx3.45.77) le 28 août 2007 à 17H12

nous en sommes toujours à emetteur et recepteur....

comme sites de chercheurs fiables qui ont mis au point des appareils ultrasensibles et savent mesurer les "vibrations" et l’impact...

la morathérapie : http://www.moratherapie.fr/index.html

la kephrenothérapie : http://www.kephren.fr/preprod/

en tant que scientifiques, ils peuvent repondre à vos questions de manière rationnelle.

amitiés, Nicolette

votez :
par faxtronic (IP:xxx.xx3.127.45) le 31 août 2007 à 16H45

Moi je n’ai pas d’ame. Autant que ma chatte. Je ne comprends pas le terme d’ame, desolé.

L’ame n’est nullement defini, donc franchement je ne vois pas de quoi vous parlez.

votez :
par Jean Vladimir (IP:xxx.xx7.36.179) le 15 septembre 2007 à 18H30

Déclaration Universelle des Devoirs de l’Etre Humain dans : www.savoir-ce-qu-est-l-unive...

votez :
par Bledine et Joséphine (IP:xxx.xx0.185.193) le 16 septembre 2007 à 16H57

Si ont dit : Les animaux ont-ils une âme, cela veut dire qu’il à quelque par des âmes ? Alors ! Ces âmes à qu’il appartient-il ?

Une des causes principales de la misère dans cette planète sont les « hommes humains » qu’ils se croient riches, le plus souvent présomptueusement cultives.

Si vous, voulez changer le monde, change les hommes. Ceux qui croient en Dieu, dit-les que Dieu et dans l’Univers, et à tous ceux qui ne croient pas, dit-les qu’ils ne connaissent pas bien l’Univers. Ce n’est pas d’ouvrir une porte à la sagesse infinie mais de poser une limite à l’erreur infinie.

Une petite visite dans « SOS Animaux - Information -Alertes - Forums - Actions - septembre 2007 » cela cultive un petit peu l’âme : http://perso.orange.fr/ednum33/inde...

votez :
par Eugène (IP:xxx.xx6.242.253) le 11 octobre 2007 à 11H47

Un mois et demi plus tard, cher Jérôme, quelle est la réponse à ta question ? Zen ont-y une d’âme, ou pas ? :-))

votez :
par Jerome Bondu (IP:xxx.xx6.137.23) le 11 octobre 2007 à 12H41

Bonne question ! Je n’ai pas "LA" réponse, ... mais j’ai bien sur "une" réponse !

- Ne sommes-nous pas des animaux ? Nous appartenons bien au règne animal.
- Or nous avons une âme.
- Donc les Animaux ont une âme ! CQFD

J’ai commencé mon article en citant Descartes. Vous me donnez l’occasion de le finir avec Aristote et un beau syllogisme. Merci.

Cordialement, JB NB : qui a dit que le web participatif est une sous culture ;-)

votez :
par Eugène (IP:xxx.xx9.194.239) le 17 octobre 2007 à 15H17

Bon, Descartes et Aristote c’est gentil, mais il faudrait que tu jettes un oeil sur "Les fondements des sciences humaines" J-Cl Quentel, Erès, Aout 2007. Il s’est passé des choses depuis les Grecs ou les Lumières, je ne sais pas moi, Marx, Saussure ou Freud par ex., et à condition de remettre un peu d’ordre ds leurs visées à tendance un peu hégémonique type sublimation pour les psy, dialectique ou connotation chez les autres qd ce n’est pas un savant mélange, tu t’apercevras que les choses vont peut être bien finir par repartir d’un bon pied.

votez :
par abdon (IP:xxx.xx3.112.40) le 13 novembre 2010 à 14H24

Bonjour,

j’ai lu quelques reflexions de certains, et ça ne me donne pas envie d’aller plus loin, pourquoi les animaux n’auraient-ils pas d’âme ? pour les détracteurs, comment savez vous que les animaux n’ont pas d’âmes ???? êtes vous bien sur que les animaux ne souffrent pas ???????????? n’avez vous jamais vu un animal souffrir ??????????????? NON ! ah bon ! pourtant des tortionnaires ils n’en manquent pas. Et cependant les spa ne manquent pas d’animaux maltraités. Ou alors parcequ’il ne peuvent pas parler ?? ne croyez vous pas que c’est nous qui ne les comprenons pas. Comment sont-ils fait, de chair et de sang un coeur, en fait comme nous !ils souffrent du froid comme nous de la faim comme nous, et pourquoi n’auraient-ils pas d’âmes comme nous et pas eux ? ah la science ! cette sacré science, je pense que des fois il vaut mieux laisser les scientifiques de coté blatérés leurs bétises sur des sujets qu’ils ne comprendrons jamais aussi simple soit-il.N’oublions pas que, il y à peu les femmes n’avaient pas d’âmes, et encore plus loin de cela les noirs étaient considérés commes des sauvages sans âmes , ( vous avez dit science ???.

Les Auteurs deConso
Anissina - 5 articles
J. Yster - 11 articles
Dynamicsauto - 37 articles
La Nature dans la Peau - 6 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Bartik - 2 articles
Mobilité durable - 178 articles