NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
La mort des objets ? ou la gestion de la fin de la vie !

Article publié le 5 décembre 2008

La mort des objets ? ou la gestion de la fin de la vie !

La mort … Une conséquence inévitable de la vie, un contraire, une contrainte, une évidence, une arrogance … Vous allez dire que c’est vachement gonflé de ma part, d’aborder ce sujet. Je suis jeune, en pleine santé, je ne devrais pas y penser et pourtant !


Si je ne pense pas tous les jours à la fin de ma propre vie, je pense en revanche à celle des objets.
Et vous aussi ! A chaque fois que vous triez, ou simplement que vous jetez un objet à la poubelle ou que vous mangez quelque chose (si l’on extrapole notre raisonnement), vous pensez indirectement à la fin de la vie de quelque chose ou de quelqu’un, (un animal, un être humain ?? non, vous n’êtes pas cannibales … ). Bien sûr, il y a des gens qui n’y pensent pas et c’est bien dommage car nous sommes tous concernés, mine de rien …

Lorsque l’on fabrique un objet, disons un stylo, il y a plusieurs étapes qui jalonnent la vie de cet objet.
Ces étapes ont des impacts, mesurables ou non, mesurés ou non. Lorsque l’on prend la peine de s’intéresser à une chose dans son ensemble, on appel cela « faire un écobilan ». On va alors analyser le cycle de vie, de la naissance de l’idée de cette chose à sa destruction complète. Détaillons ces étapes en gardant à l’esprit notre beau stylo :

- La réflexion, l’étude de marché, la définition du cahier des charges, les plans, la validation …

-  La mise en place de l’extraction des matières premières nécessaires à la construction du beau stylo, l’achat et le regroupement de ces matériaux.

-  La production, la chaîne d’assemblage, l’emballage, l’impression …

-  Le transport dans les centres de distribution (supermarché, distributeurs intermédiaires …)

-  La promotion !!

-  La distribution, l’achat par l’utilisateur final qui va le rapporter chez lui et …

-  L’utilisation de l’objet, la mise à mal, le mâchouillement du manche du stylo, la mise à la poubelle …

-  Le transport dans les centres de tri ou de valorisation ou de stockage ou de destruction de notre produit …

Il n’est pas toujours facile de trouver des indicateurs précis pour mesurer l’impact de ces étapes sur l’environnement, cependant on peut regarder :

- La consommation de ressources naturelles non renouvelables

-  La consommation de ressources naturelles renouvelables

-  La consommation d’énergie

-  L’effet de serre (les émissions de CO2 par exemple)

-  L’acidification atmosphérique (l’émission de produits qui vont accentuer l’effet pluies acides)

-  La pollution des eaux

-  La pollution des sols

-  Le transport

-  Les déchets créés

Bien entendu, cette liste d’indicateurs n’est pas exhaustive et il faudrait rajouter par exemple : la pollution visuelle, la pollution sonore, la pollution olfactive, les émissions d’ondes …

Une fois les chiffres mis à plat, on pourra alors comparer plusieurs objets, décider de faire des améliorations, pour baisser le coût environnemental de notre stylo par exemple.

Pourquoi j’ai choisi un stylo ?
J’aurai pu prend une carte de fidélité de grand magasin ou une coupe/couleur/brush chez le coiffeur. L’écobilan marche aussi avec les services ! Notre stylo est intéressant car à toutes les étapes de sa vie on peut l’améliorer et on ne peut pas vraiment dire que ceux que l’on utilise actuellement soient globalement très écologiques … Pensez-y la prochaine fois que vous en jeter un.

-Imaginez un stylo à bille-

D’où vient l’encre ?
Et le plastique mou qui sert à fabriquer la tige d’encre du stylo ?
Et la bille ?
Le corps en plastique, le colorant ?
Où s’est fait l’assemblage ?
Et d’où vient l’emballage, qui l’a moulé, imprimé ?
Et la distribution ?
Est-ce que l’usine est loin du point de vente ?
Y-a-t-il beaucoup d’intermédiaires ?
Comment est organisée la promotion de mon objet ? Dans des magasins spécialisés ? Une promotion physique par impression de papiers et d’affiches ?
Qui va l’acheter, est-il optimisé pour être utilisé jusqu’au bout ?
Qui a pensé à la fin de vie de mon stylo ? Quand il n’écrit plus bien alors qu’il reste la moitié de l’encre dans la tige mais que la bille est rouillée ou l’encre séchée, qui a pensé à la manière dont je vais en disposer ?
Je le jette à la poubelle, que va-t-il lui arriver ? Brulé ? Enfoui ? Valorisé ?

Et maintenant réfléchissons, nous pourrions :

Penser un objet simple, conçu à partir de matériaux biodégradables et/ou recyclés. Penser un objet réutilisable, éviter le jetable ou s’arranger pour valoriser le déchet et lui permettre une seconde vie.
Imaginer un objet qui soit conçu avec des matériaux provenant approximativement du même lieu pour limiter le transport des marchandises. Assembler tout l’objet dans un seul endroit et limiter l’utilisation de matières ou composants toxiques.
Penser dès sa conception à la façon dont on va s’en débarrasser, dont il va se dégrader. Nos stylos actuels sont en plastique mais ne sont pas recyclables du tout ! Il existe en revanche des stylos sont le corps est fait de papier recyclé, cela ressemble à du carton. Une fois le stylo jetté, s’il est destiné à être brulé il faudrait que sa combustion ne dégage pas de matières toxiques. S’il va-t-être enfoui, il faudrait que son plastique soit biodégradable (amidon de maïs ou plastique végétal autre).

Vous voyez, il y a tant à penser pour améliorer le coût environnemental d’un objet. Malheureusement, tout cela n’améliore pas toujours le coût purement économique … Mais si personne n’investit jamais dans ces objets responsables et écologiques, qui continuera à les produire ? Souvent, les produits éco-conçus sont fait pour durer et sont originaux. Nous n’avons pas toujours le choix lorsque nous consommons, mais lorsque nous l’avons, faisons le bon ! Pour Noël, si vous souhaitez par exemple acheter un joli sac pour maman, pourquoi ne pas regarder du côté des sacs recyclés à partir de voile de bateau, de bâches publicitaires, d’emballages industriels ? Si vous souhaitez offrir un weekend à votre frère, regardez du côté des weekends dans un gîte écolo …

Thèmes

Consommation Empreinte écologique Eco-conception

Bookmark and Share
27 votes

commentaires
votez :
par papaécolo (IP:xxx.xx7.103.67) le 14 décembre 2008 à 10H58

Bravo pour cet article qui rappelle qu’un simple petit objet de la vie quotidienne a un impact écologique. Est-ce que des tomates bio en provenance d’espagne sont si écologiques que ça ??? A méditer.

votez :
par digariti1975 (IP:xxx.xx6.56.156) le 31 mai 2013 à 00H39

Substantial ozone levels arise for two primary causes. Usefulness in managing cat allergen can fluctuate extensively relying on the HEPA vacuum. our website

Les Auteurs deConso
Anissina - 5 articles
J. Yster - 11 articles
Dynamicsauto - 37 articles
La Nature dans la Peau - 6 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Bartik - 2 articles
Mobilité durable - 178 articles