NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
La fraise indienne : une histoire dans le rouge

Article publié le 27 mars 2009

La fraise indienne : une histoire dans le rouge

Les fraises en hiver dans les supermarchés belges et français ne proviennent pas seulement d’Espagne !! Certains de ces gros fruits rouges que vous êtes sur le point d’écraser dans votre assiette pour ensuite les saupoudrer de sucre (elles ont un goût si aqueux !!), ont voyagé bien plus que les fraises andalouses. Elles ont parcouru quelques 10 000 Km et ce en avion.

Et de quel autre bout du monde viennent ces fraises exotiques ??
De l’Inde. Inde et fraise, ça rime, ne trouvez-vous pas ??

Bienvenu au paradis de la fraise sur le plateau Panchgani-Mahabaleshwar, dans les montagnes Sahyadri de l’ouest de l’Inde. Ici, le temps doux et ensoleillé qui évoque quelque peu la France en été, est propice à la culture de ce fruit délicat de l’Occident.

Dans cette région de collines pittoresques, loin de la chaleur et de la poussière des plaines, les touristes de Bombay et ailleurs ont le privilège unique de pouvoir déguster les fraises qu’ils cueillent eux-mêmes dans les jardins en terrasse. C’est une expérience du ‘die for’. Il faut savoir que le fruit rouge au goût plutôt insipide si on le compare à la mangue ou la papaye, est très recherché. Pour déguster ce fruit exclusif, les indiens sont près à débourser jusqu’à 250 Roupies le kilo, une somme exorbitante quand on considère qu’une papaye de 3 kg coûte juste 15 Roupies.

A part la dégustation des fraises les plus fraîches du monde, les petits jardin restaurants qui bordent la route de Mahabaleshwar à Panchgani, invitent les touristes à se gaver de milk-shakes et crèmes glacées à la … fraise. A mi-chemin entre les deux petites "stations climatiques", les touristes s’arrêtent, non pour s’enivrer de la beauté de la vallée Krishna avec ses ravins, ses forêts et ses hameaux minuscules, mais pour visiter l’industrie locale de la fraise. Là, les fraises sont transformées en confiture, gelée, squash ... La célèbre confiture de fraises de Mahabaleshwar (elle contient plus de courges, de sucre et de colorants que de fraises) est en effet, un présent très apprécié par la famille et les amis, surtout que la tartine de confiture constitue désormais un déjeuner de plus en plus ordinaire de la classe moyenne indienne.

C’est en 1920 que la fraise australienne fut introduite à Mahabaleshwar par les Anglais. Longtemps la fraise resta juste la passion de quelques jardiniers en herbe. Ce n’est qu’en 1992, que la région connut un engouement pour la culture des fraises quand le premier ministre du Maharashtra importa 25,000 fraisiers d’une variété américaine appelée Chandler. Aujourd’hui, de plus en plus d’agriculteurs abandonnent les cultures vivrières traditionnelles (qui rapportent si peu) pour se lancer dans la production de la fraise. De 150 acres dans les années 60, on passe directement à 2000 acres avec 14,000 agriculteurs. C’est la révolution rouge à Mahabaleshwar.

Avec la production de fraises à la hausse (voyant le succès de Mahabaleshwar, l’Himachal Pradesh, le Kashmir, et bien d’autres états de l’Union Indienne se lancent dans la culture de la fraise), l’Inde se tourne vers l’exportation. Et cela tombe bien car le gros de la récolte des fraises en Inde se fait en hiver (de novembre à avril) quand l’Europe est sous la neige et les fraises n’ont aucune chance de pousser. Ainsi, l’année dernière, c’était un contingent de 300 tonnes de fraises que l’Inde exportait vers la France et la Belgique. Tout cela possible grâce à la firme belge Jobrex NV. Très peu comparé aux 83 000 tonnes importées d’Espagne !! Mais rassurez-vous, des fraises exotiques en provenance de l’Inde, ce n’est qu’un début… En effet, c’est 3000 tonnes de fruits par saison que l’Inde se donne l’objectif d’exporter. Le frein, c’est le manque d’infrastructure (de congélateurs…). Mais avec Ken Agritech India Ltd prêt à investir 1milliard de roupies pour mettre sur pied l’infrastructure nécessaire pour exporter la fraise, l’Inde s’apprête donc à occuper sa place sur le marché international.

Malheureusement la production intensive de la fraise ne se suffit pas d’un peu d’eau fraîche et de soleil. Ces fruits très délicats sont particulièrement susceptibles aux maladies et doivent être traités avec de nombreux fongicides. Ici, les pesticides utilisés sont des produits interdis en Europe. C’est pourquoi Mr Naik, directeur de Ken Agritech s’empresse de mentionner : « Nous encourageons les agriculteurs à utiliser des pesticides approuvés… » (The Hindu). Bien sur, tout le monde le sait, les normes ne sont pas les mêmes dans les pays du Sud que dans les pays du Nord !! Si les fraises imprégnées de produits chimiques mortels ne posent aucun problème en Inde - ici, les touristes s’en gorgent et ce, sans jamais se soucier de les laver auparavant !! - elles risquent bien de se voir rejetées sur les marchés européens.

Non seulement les pesticides utilisés sont dangereux mais ils sont pulvérisés sans plus de précaution qu’un déodorant après la douche. Comme tous les cultivateurs de fraises de la région, Mandare porte sur le dos son réservoir d’insecticide. Dans une main, il tient le tube qui, comme les crochets d’un cobra, déverse goutte à goutte le poison. Quelques gouttes tombent sur pantalon et son pied nu mais il ne s’en soucie guère.

Comme tous les autres cultivateurs, Mandare pulvérise ses fraisiers tous les deux ou trois jours et ce pendant 5 à 6 mois. Un petit calcul facile à faire révèle un minimum de 60 traitements de pesticides avant la récolte.

Dans un autre champ, Mangal calme sa petite fille en larme en lui offrant des fraises qu’elle vient de cueillir. La dernière fois que son petit morceau de terre a été arrosé de pesticides n’est pas plus tard que… hier ! Personne n’a jamais informé Mangal que les pesticides sont des produits dangereux qui laissent des résidus sur les fruits. En Marathi, la langue locale, le mot utilisé pour pesticide est ‘dawa’= médicament. Pour beaucoup de paysans indiens, les pesticides sont considérés comme des médicaments pour les plantes. Comme les humains tombent malades et se soignent avec des médicaments, les plantes aussi souffrent de diverses maladies et doivent être soignées avec des médicaments ou dawa. Et après tout, les médicaments, c’est pour soigner, non pour tuer !!

La culture de la fraise est non seulement une catastrophe écologique mais elle est aussi aberration économique. Dans un pays comme l’Inde ou la moitié de la population souffre de carences alimentaires, la production intensive de cultures spécialisées comme la fraise ne fait qu’intensifier le problème de malnutrition. En effet, des ressources (terre, eau…) de plus en plus importantes sont détruites pour produire des commodités de luxe qui ne répondent pas aux besoins locaux, créant ainsi un terrain favorable à la famine. 

Alors, dans un pays doté d’une grande variété de fruits tropicaux (mangues, papayes, jacquiers, goyaves, bananes…), comment expliquer un tel engouement pour la fraise ?? Sa couleur rouge !? Sa forme de cœur !? Son origine occidentale !? Sa fadeur !?

 Bien sûr que non ! La culture de la fraise entre dans les programmes de la Banque Mondiale qui au nom de la libéralisation du commerce sollicite les pays du Tiers-monde à réorienter leur agriculture vers des produits d’exportation qui rapportent des devises étrangères.

Et à part quelques dollars, que rapporte la fraise ?

  • des terres ravagées par la pollution
  • une épidémie de cancer d’ici quelques années
  • la mort de la biodiversité locale - dans la région de Mahabaleshwar, la fraise se cultive au détriment de la pomme de terre et des millets.
  • des paysans endettés – des coûts de production qui ne font qu’augmenter (import des fraisiers, pesticides, engrais, irrigation…) alors que sur le marché, les prix sont tirés vers le bas vu une concurrence de plus en plus importante.

Et tout cela pour produire des fraises de luxe à bas prix pour des consommateurs occidentaux qui risquent bien de choisir de rejeter ces fraises issues d’un commerce non éthique et non durable !!

Selon Vandana Shiva, éminente écologiste indienne, les monocultures intensives d’exportation seraient en large mesure responsables de la crise alimentaire en Afrique. L’Inde pourrait bien se retrouver dans une situation de famine similaire a celle de l’Ethiopie ou le Soudan si son agriculture de subsistance encore largement paysanne est convertie en agriculture intensive d’exportation, troquant ainsi l’autosuffisance alimentaire pour une dépendance alimentaire de plus en plus grave.

Alors que penser de cette dernière nouvelle ? Dans le Kalahandi (Orissa), un des districts les plus pauvres de l’Inde, tristement célèbres pour ses sécheresses et ses victimes de la faim, les populations tribales, encouragées par Vedanta Group company, se mettent à la culture de la fraise. Et bien sur, les premiers profits sont plus que prometteurs… Après tout, les cultures intensives, ça rapporte ! Mais pour combien de temps ? Et à quel prix ?

 Article rédigé par Muriel Kakani.

 

Thèmes

Agriculture Greenwashing

Bookmark and Share
93 votes

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx4.38.80) le 28 mars 2009 à 19H01

I have a dream, That one day.............L’INDE et la CHINE ecraserint l’arrogant occidant, et les fraises

votez :
par pilet14 (IP:xxx.xx5.223.76) le 31 mars 2009 à 10H56

Si les occidentaux apprenaient à ne consommer que des fruits et légumes frais de saison en se contentant de conserves ou de surgelés pour les autres fruits, nous ferions un grand pas.

Le problème vient que les occidentaux dans leur très grande majorité n’ont jamais rien fait pousser pour se nourrir... ou n’ont jamais tué leur prochain repas.

Privilégions les produits de saison plutôt que ceux importés depuis des milliers de km, bien souvent sans aucune saveur ni texture...

Mais quand on voit que des éleveurs bios importent du soja à la mélamine pour nourrir leur poulet, il y a de quoi rire... jaune.

votez :
par ZELECTRON (IP:xxx.xx6.205.64) le 28 avril 2009 à 21H59

. les marchands sont sans scrupules...

votez :
par Tom pouce (IP:xxx.xx6.47.69) le 8 mai 2009 à 13H10

Les marchands sont sans srcupules, mais les consommateurs non plus. Si les vendeurs vendent c’est qu’il y a des acheteurs... Et en même temps le client mange ce qu’on lui donne... Le probleme est dans les deux sens. Donc il faut pousser les assoc, militer et donner plus de temps de paroles, accéder aux grands médias... mais on sait tous qui maitrise le tout !

votez :
par Julia (IP:xxx.xx5.179.170) le 4 juin 2013 à 15H23

Mon blog en parle, des articles sur les Fraises et des recettes de cuisine ! Merci de votre article, dans tous les cas très instructifs ! Juilia ! mon blog des promo pour les soldes :) : code promo 3 suisses réduction 3 suisses code réduc 3 suisses

Les Auteurs deConso
Anissina - 5 articles
J. Yster - 11 articles
Dynamicsauto - 37 articles
La Nature dans la Peau - 6 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Bartik - 2 articles
Mobilité durable - 178 articles