NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Définir et mesurer l'empreinte eau

Article publié le 20 juillet 2009

Définir et mesurer l'empreinte eau

Nous vous avions parlé assez largement des problèmes d’eau dans le monde et des solutions que les technologies propres peuvent y apporter. C’était en mars, à l’occasion du 5e forum mondial de l’eau à Istanbul. L’occasion pour nous de revenir sur certains chiffres clés de la consommation d’eau dans le monde, sur les éventuelles menaces qui pèsent en raison du réchauffement climatique (qui fait monter le niveau des eaux), mais également sur les opportunités que représentent les investissements dans l’eau.


TreeHugger nous donne donc une bonne occasion d’en reparler, avec pour commencer cette carte de la consommation d’eau par habitant dans chaque pays, où l’on retrouve de manière assez nette la dichotomie pays du Nord/pays du Sud, avec quelques « pointes » de consommation comme aux Etats-Unis ou en Espagne. L’empreinte eau est différente de l’utilisation d’eau en ce sens qu’elle recouvre l’eau utilisée pour la production de biens et de services (sous forme de consommation intermédiaire).

L’empreinte eau « moyenne » serait ainsi de 1 243 mètres cubes d’eau par an et par habitant, avec pour les Etats-Unis le double (2 500 mètres cubes)… ce qui veut dire que chaque américain a une empreinte eau de la taille d’une piscine olympique. Et des Américains, il y en a presque 300 millions. Les autres gros consommateurs sont les Australiens, les Italiens, les Japonais et les Mexicains. Ceux qui ont l’empreinte eau la plus faible sont, de manière peu étonnante, des pays d’Afrique centrale et australe (Mozambique, Rwanda, Ethiopie, Ouganda) et Haïti.

Quels facteurs font grimper en flèche l’empreinte eau ? Aux Etats-Unis, c’est principalement… la consommation de viande de bœuf, qui nécessite des quantités astronomiques d’eau pour son élevage, sa production, sa préparation, etc. On sait ainsi qu’un kilo de viande de bœuf absorbe pas moins de 16 000 litres d’eau. Un hamburger vaut 2 400 litres d’eau, et même la fameuse et si décriée bouteille d’eau en plastique (sans son contenu) « coûte » 7 litres d’eau. L’industrie du papier, connue pour être énergivore et peu propre, a un rendement de 10 litres d’eau par feuille de papier.

Pourquoi l’Italie serait-elle également dans le peloton de tête, à quelques longueurs des Américains ? C’est encore une habitude alimentaire : une pizza Margarita consomme 1 200 litres d’eau, et un kilo de pâtes, près de 2 000 litres. Si vous êtes un véritable Italien, vous portez également de luxueuses chaussures en cuir, qui coûtent dans les 8 000 litres d’eau.

Enfin, la Chine permet de bien comprendre la différence entre la consommation individuelle d’eau (parmi les plus basses, à 86 litres d’eau par jour, contre 575 litres aux Etats-Unis), et l’empreinte eau. La taille de la population et son régime alimentaire posent problème, et contribuent à lui donner l’une des plus grosses empreinte eau au niveau mondial. Les Chinois, avec le développement économique, mangent de plus en plus de viande, et la mauvaise gestion des eaux jusqu’à très récemment n’a rien arrangé.

TechnoPropres

Thèmes

Eau Empreinte écologique

Bookmark and Share
13 votes

commentaires
votez :
par trigcontmalslerw1981 (IP:xxx.xx6.56.45) le 21 août 2013 à 07H19

In the air hindrance fiber respect industry, essence glad eye clothes is methodical alongside dread utterly momentous together with truly be advertisement buy surrogate categories which inlcudes hither hostingelite.pl - Hostingi

Les Auteurs deConso
Anissina - 5 articles
J. Yster - 11 articles
Dynamicsauto - 37 articles
La Nature dans la Peau - 6 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Bartik - 2 articles
Mobilité durable - 178 articles