NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Commerce Equitable ? Discutable ?

Article publié le 2 juin 2009

Commerce Equitable ? Discutable ?

Vous avez sans doute remarqués dans vos supermarchés habituels que c’est la semaine du Commerce Equitable. Vous avez peut être eu l’occasion de voir aussi à la télévision une émission qui portait sur ce type de commerce, ses spécificités et son évolution.

Dans l’esprit où il a été lancé il y a une ou deux décennies, il s’agissait d’une opération humanitaire visant à rémunérer davantage le producteur de denrées agricoles et alimentaires, en bout de la chaîne de production dans les pays du tiers monde, censé être moins capable de se défendre contre les acheteurs occidentaux et les grands du négoce des matières premières, dans le Commerce Equitable que dans les circuits traditionnels de commercialisation. En d’autre termes, le producteur ou son produit était sensé être payé plus cher au départ dans le Commerce Equitable et en contrepartie le produit final à la vente auprès du consommateur était vendu plus cher que son équivalent du commerce traditionnel. C’est un prêtre ouvrier néerlandais qui eut l’idée de ce type de commerce et créa le label très connu, devenu depuis quasiment une marque, Max Havelaar. Du fait de ce caractère humanitaire, les produits du commerce équitable étaient essentiellement des productions du tiers monde, café et chocolat en tête

Les débuts dans le circuit de distribution des boutiques spécialisées ne furent pas très positifs et il fallut que ces produits pénètrent dans la Grande Distribution pour que lerus ventes décollent réellement. Une Grande Distribution qui , comme je vous l’avais signalé alors, joua d’ailleurs le jeu du développement de ces produits, soucieuse qu’elle est parfois de montrer sa réceptivité aux problèmes du monde et sa citoyenneté. Le modèle économique du Commerce équitable passa donc par la Grande Distribution,ses grands volumes et ses prix tirés.

Après Max Havelaar, d’autres sociétés se lancèrent dans ce type de commerce comme Alter Eco ou Ethicable et des intermédiaires apparurent qui allaient chercher le produit au fin fond des forêts ou des jungles pour le livrer à l’autre intermédiaire de cette chaîne, celui qui produit et conditionne le produit final commercialisé in fine dans les rayons des hypermarchés.

Dans ce partage des rôles, si les volumes sont bien là, les méthodes d’achat, celles de la grande distribution, y sont également qui se traduisent par une pression permanente à la baisse nécessaire, d’après la grande distribution, à la croissance du marché, à sa démocratisation et in fine au plus grand bien des producteurs ! L’émission de télévision semblait montrer, qu’il n’était pas évident que le producteur de fèves de cacao du Guatemala ou d’Amérique latine soit tellement mieux traité que le producteur classique.

J’avais eu l’occasion de voir en Afrique les prestations de Fairtrade, l’association qui commercialise le label Max Havelaar, sur lesquelles j’étais resté dubitatif. Fairtrade proposait en effet à toute association de producteurs ou intermédiaire désireux de commercialiser des produits sous ce label, un contrat l’autorisant contre rémunération à l’utilisation du label, lui assurant l’inscription sur la liste des producteurs Max Havelaar, et lui fournissant en retour la liste des «  clients » ou acheteurs de produits à ce label. L’association de producteur, l’intermédiaire ou l’organisme commercialisant cette production était censée faire son affaire des négociations commerciales avec les dits clients et acheteurs.

Par contre l’association de producteurs devait faire approuver par un organisme appartenant à Fairtrade et relativement coûteux, les sites de production, la chaîne de transformation, la qualité des produits, l’utilisation du label et les conditions de rémunération plus favorables des producteurs. L’entrepreneur et les associés qui souhaitaient monter cette chaîne de production, de transformation et de commercialisation, de café en l’occurrence, à ce label ne m’avait pas paru garantir, en dépit de leur discours, l’arrivée effective jusqu’au paysan producteur, du surcroît de rémunération que le label devait lui assurer. Et Fairtrade ne m’avait pas paru être en mesure, une fois le contrat signé, de vérifier et de faire respecter cet élément essentiel du Commerce Equitable .

Peut être, me direz vous, ais je tendance à voir les choses négativement ou le verre à moitié vide. Les allées du commerce sont hélas pavées de bonnes intentions qui ne se sont pas souvent traduites en une réalité concrète. J’ai quelques doutes que le surcroît de prix que le consommateur accepte de payer pour des produits du Commerce Equitable se retrouve bien et en totalité dans la poche du petit producteur et paysan. Il est vraisemblable par ailleurs que ce mode de production et de distribution coûte plus cher que la distribution traditionnelle et ses gros volumes.

Loin de moi l’idée de vous dissuader d’acheter des produits du Commerce Equitable. Pour le surcoût que cela représente, ça reste une bonne action et il vaut mieux faire le pari que ce surcoût arrive bien au producteur. Sachez seulement que ce système de label ne me parait pas garantir le paiement effectif au petit producteur du prix supplémentaire que vous mêmes payez en l’achetant.

NB Les pouvoirs publics, dont c’est le rôle régalien de régulateur( Cf les produits financiers !) devaient règlementer les labels de ce Commerce Equitable. Il créa même une Commission Nationale du Commerce Equitable, une de plus, par un décret de 2007.Hélas, depuis la dite commission ne s’est jamais réunie !La création de la semaine du Commerce Equitable aura au moins eu le mérite de réveiller le Ministère en charge de cet organisme, le secrétariat d’Etat charge du commerce, qui s’active désormais à réunir le premier groupe de travail sur le sujet. Il serait intéressant de savoir si l’inaction de la dite Commission provient de sa non création effective ou bien si elle a effectivement été constituée dotée de membres rémunérés mais qui ne se sont jamais réunis tout en en percevant les rémunérations ?   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thèmes

Commerce équitable

Bookmark and Share
10 votes

commentaires
votez :
par Georgia (IP:xxx.xx1.7.133) le 3 juin 2009 à 09H31

Quelques inexactitudes se sont glissées dans l’article :
- Le commerce équitable n’est pas du tout une invention des fondateurs de Max Havelaar, et a bien plus de 20 ans. Ce sont des groupes tiers-mondistes des années 1960 qui ont commencé à utiliser cette nouvelle forme de soutien aux producteurs pauvres. Les Anglais d’Oxfam ont été les premiers à créer une boutique de commerce équitable, dès 1964. En France, le mouvement date des années 1970, suite à un appel de l’Abbé Pierre à soutenir les paysans pauvres du Bangladesh (ce qui a notamment abouti à la création d’Artisans du Monde).
- Max Havelaar n’existe que depuis 1988, mais est très connu pour avoir popularisé une autre forme de commerce équitable, en passant par la vente en grandes surfaces, et non plus dans des boutiques spécialisées.
- Et c’est une Quinzaine, et non une Semaine du Commerce Equitable qui est mise en place (donc deux fois plus de chances d’en entendre parler !) :-)

votez :
(IP:xxx.xx1.244.237) le 3 juin 2009 à 14H45

oui, bravo pour le commerce équitable, c’est un grand progrès pour l’ Humanité. Mais, la culture semble ne pas être très équitable si j’en crois les personnes qui tombent malades, un peu comme nos industriels de la culture faisaient il y a trente ans quand ils n’avaient pas de cabines sur-préssurisés sur leurs tracteurs pour pulvériser les produits phytosanitaires complètement atoxiques puisque les essais de toxicités n’ont pas été réalisés.

MAIS, nous au final, nous avalons ces produits qui auraient tendance à s’accumuler comme nous le prouvent les analyses des eaux de la tamise et la viande des phoques et ours polaires bien loin de l’origine de l’intoxication. Alors, à quand la véritable culture équitable où les consommateurs auront toute chance de non intoxication ?

votez :
par krisinenper1979 (IP:xxx.xx6.50.134) le 22 août 2013 à 04H40

These days perimeter roughly forsake a difficulty world, shape parades advantage beauty contests are yon generous into the middle people. Unceasingly warring HostingElite.pl

Les Auteurs deConso
Anissina - 5 articles
J. Yster - 11 articles
Dynamicsauto - 37 articles
La Nature dans la Peau - 6 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Bartik - 2 articles
Mobilité durable - 178 articles