NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Faire pleuvoir dans le Sahara

Article publié le 7 janvier 2011

Faut-il sacrifier momentanément une partie du littoral Mauritanien pour faire du Sahara une forêt tropicale humide ?

Voici deux paysages bien différents existant exactement à la même lattitude.

Au début du 21° siècle , nous sommes capables de construire des îles artificielles pour attirer les touristes et des stations de sport d'hiver en plein désert. Alors faire pleuvoir dans le Sahara pour stopper l'avancée du Sahel, est-ce possible ?

Peut-être mais cela aura un coût. Economique, d'une part, pour construire les infrastructures nécessaires et écologique, d'autre part, car il faudrait sacrifier TEMPORAIREMENT une partie de la flore et de la faune du littoral désertique.

Imaginons plusieurs hectares de capteurs solaires flottant sur les côtes de la Mauritanie par exemple. Ces capteurs sont de grandes couvertures foncées munies d'une cheminée. Les rayons du soleil évaporent l'eau de mer. Cette vapeur est collectée grâce aux cheminées, acheminée sur terre grâce à un réseau de pipeline et, par condensation, stockée sous forme d'eau douce dans des réservoirs situés enterrés dans les dunes avoisinantes. Quand le réservoir est plein, le surplus est à nouveau évaporé (la journée) grâce à des capteurs solaires, terrestre cette fois. La vapeur générée monte d'elle même pour être de nouveau stockée dans un deuxième réservoir en amont et situé plus loin dans les terres. Et ainsi de suite.


La réserve d'eau douce est ensuite gérée pour l'irrigation d'une partie du territoire environnant le réservoir et pour arroser des plantations d'arbres (et de potagers accessoirement). Lorsque ces arbres ont atteint une mâturité suffisante pour faire de l'ombre, l'évaporation journalière sous les arbres est nettement diminuée, on peut alors utiliser l'eau douce produite en mer pour étendre la plantation. Après 150 ans environ, des milliers d'hectares de forêts sont créées, le Sahel a reculé. La forêt génère sa propre pluie et nos capteurs deviennent inutiles.

Pendant 150 ans les fonds marins n'ont pas vu la lumière du jour. La faune et la flore de proximité est morte, mais une partie du désert est maintenant une forêt équatoriale qui poursuit naturellement son développement comparable à celle des Antilles. Le démontage du capteur solaire permet à la lumière du soleil de reconstruire l'oeuvre vivante en quelques années.


LA NATURE NOUS FAIT VIVRE, AIDONS LA !

Mais cette solution n 'est pas idéale. Comment pourrait-on arriver au même résultat sans toucher à la faune et à la flore marine ?

La solution est le marais salant !

Partons du principe qu il faut environ 30 litres d'eau de mer pour produire 1kg de sel. Sachant que les "Salins du Midi" produisent 340 000 tonnes de sel par an, on peut dire qu'ils évaporent 10 milliards de litres d 'eau de mer par an grâce à une énergie gratuite, le soleil. Cette vapeur est rejetée dans l 'atmosphère car chez nous, elle ne vaut pas grand chose.

Imaginons la même entrreprise sur les côtes mauritanienne avec un rendement 2 fois supérieur car cette région est nettement plus exposée. Imaginons aussi que nous puissions, grâce à des capteurs solaires, multiplier encore par 2 le processus d'évaporation et capter la vapeur pour la restituer condensée dans des réservoirs. Ce serait 40 milliards de litres d'eau douce produits par an.

Des marais salants circulaires recouverts de capteurs solaires multipliant le taux d'évaporation et récupérant la vapeur pour la condenser dans de grands réservoirs centraux. Le trop-plein est redirigé naturellement (par évaporation) vers des réservoirs de stockage en amont. 40 800 000 tonnes d'eau douce par an !!

Après quelques décenies la forêt créée est suffisamment importante pour générer de la pluie. L'irrigation n'est plus nécessaire à cet endroit. Des réservoirs peuvent être construits plus loin dans les terres.

http://wagane.free.fr

Wagane

Thèmes

Biodiversité Climat

Bookmark and Share
2 votes

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx3.65.100) le 8 janvier 2011 à 19H34

Où passe le sel produit par le marais salant ?

votez :
par wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 8 janvier 2011 à 21H16

Pour le dérèglement du Gulf Stream du à la salinité de l ’eau voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Perturbation_du_Gulf_Stream

votez :
par wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 8 janvier 2011 à 21H02

Une partie minime devrait être exportée. Mais ne pourrions nous pas le disperser dans les mers polaires du nord ou l ’eau perd de sa salinité tous les jours engendrant des changements radicaux pour la faune et la flore, sans parler des dangers théoriques de rupture du Gulf Stream. Il faudrait poser la question à des spécialistes ....

votez :
par wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 8 janvier 2011 à 21H26

Apparemment le réchauffement climatique fait fondre les glaces du pôle nord diminuant la salinité de l ’eau de mer et par conséquent sa densité. Le Gulf Stream (courant chaud) descend moins profond et augmente encore plus la fonte de la banquise car l’eau se réchauffe. C’est un phénomène exponentiel qui pourrait peut-être se ralentir en augmentant la densité de sel à cet endroit. Atention , hypothèse de néophyte que je suis !!!

wagane

votez :
par Helios (IP:xxx.xx1.25.26) le 8 janvier 2011 à 23H47

....hypothese sympa, mais digne des plus tordus des apprentis sorciers.

Possible cette idée ? mais oui, tout a fait, mais personne ne va jouer a ce jeux.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que la creation de cette zone humide va modifier les courants aeriens et le climat de l’Europe a l’equateur — en supposant que les effets de Coriolys ne franchissent pas cette ligne — et de l’atlantique au sud est asiatique !

Alors, imaginer que toute cette zone là, plus sa zone mirroir de l’autre coté de l’equateur, se voient modifiées pour sauver le Sahel, desolé, c’est moins cher de betonner le sable pour qu’il n’avance plus, mettre des barbelés et envoyer les habitants ailleurs avec un smic a vie par personne.

sur le coup, là, on pourra dire que l’homme aura eu une action sur le climat de la planete, et le CO2, on en rigolera ou pleurera tous les jours rien qu’a son souvenir.

votez :
par wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 9 janvier 2011 à 11H59

Je vous remercie beaucoup pour votre réponse. C’est très intéressant.

Quand nous avons découvert le pétrole et que nous l ’avons utilisé à outrance sans nous soucier de l ’impact écologique, nous étions des apprentis sorciers.

Bien entendu, une analyse systémique de ce que je décris est nécessaire avant de passer à un projet concret de réalisation.

Pouvez vous m ’aider à comprendre le phénomène de cause à effet que vous décrivez ?

votez :
(IP:xxx.xx9.130.79) le 9 janvier 2011 à 10H01

Vous devriez vous contenter de dessiner des bateaux électriques !

votez :
par wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 9 janvier 2011 à 11H22

Tout d’abord merci pour la réponse d’Hélios qui est intéressante et répond parfaitement à mes questions.

Quant à la personne qui me conseille de rester dans mon domaine d’activité. Je ne vois aucun intéret à cette réponse qui ne fait absolument pas avancer le débat.

Enfin on connait bien aujourd’hui ce genre de personne aigrie qui n’a rien d ’autre à faire que de critiquer parce qu’il ne sait rien faire d’ autre. Sans signer, en plus , quel courage !!!

wagane

votez :
(IP:xxx.xx9.130.79) le 9 janvier 2011 à 12H11

Quant à la personne qui me conseille de rester dans mon domaine d’activité. Je ne vois aucun intéret à cette réponse qui ne fait absolument pas avancer le débat.

- Parce qu’il y avait un débat dans cet article ? J’y ai plutôt vu une suite d’élucubrations plus ou moins "échevelées" les une que les autres ! Ensuite je n’avais aucunement le désir de "faire avancer" un débat inexistant.

Enfin on connait bien aujourd’hui ce genre de personne aigrie qui n’a rien d ’autre à faire que de critiquer parce qu’il ne sait rien faire d’ autre. Sans signer, en plus , quel courage !!!

- Ben voyons ! Toujours la sempiternelle litanie de la part de ceux qui qui n’ont d’autre arguments à faire valoir que de qualifier "d’aigris" ceux qui font des commentaires qui vous gènent et de ceux qui n’acceptent pas la critique.

Un papier sur vos bateaux électriques et autres aurait été plus intéressant et plus crédible puisque c’est l’une de vos nombreuses "spécialités".

Pour ne pas rester anonyme, faire preuve de courage et satisfaire votre curiosité, je signe donc mon commentaire :

A. Nonyme

Vous voilà bien avancé !

PS. Je n’ai rien à promouvoir et rien à vendre. Donc un pseudo me paraît suffisant.

votez :
par wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 9 janvier 2011 à 12H32

Cher A.Nonyme. Excusez moi, vous n ’êtes peut-être pas aigri, je ne vous connais pas.

Votre message n ’est pas une critique. Une critique est étayée d ’argument. Hélios à émis une critique étayée, pas vous.

Nous n’ y sommes pour rien si vous n ’avez rien à promouvoir et rien à vendre. même pas des idées ! Travaillez y. Vous avouez votre plat néant en terme de réalisation et d ’identité. Nous sommes désolés pour vous.

Mais si votre spécialité est l ’insulte ou les discutions stériles, je vous conseil un tas de forums d’anonymes ou vous pourrez vous défouler avec des gamins de 10 ans. Vous pourrez signer A.Nonyme. Ainsi, aucun risque avec les chers bambins.

Cordialement et ironiquement

votez :
par wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 9 janvier 2011 à 12H38

Ah, j ’oubliais, si par hasard vous êtes une femme amoureuse de moi, faites vous connaître. Quel caractère !!!

votez :
(IP:xxx.xx1.173.41) le 9 janvier 2011 à 18H39

Bonjour Monsieur, Votre projet n’est pas le premier et vous pourriez aller voir les autres qui étaient aussi astucieux. Le Sahara fut une région luxuriante. L’eau est en dessous. Un peu comme la grand plaine d’Algérie fut le grenier à blé d’Europe nous apprenait-on à l’école primaire. Aujourd’hui, elle est devenue stérile. Dans le dernier projet dont j’ai eu connaissance, la personne avait l’argent, venait d’acheter l’usine à moteurs de Valenciennes dans le nord et l’intelligence. Un détail de minitel très stupide et imprévisible à l’époque a fait capoter ce projet comme un détail a fait capoter le précédent.

Une "légende" a été émise. Je n’ai pas l’opinion de cette famille mais ils étaient très accessibles du moins pour le travail. Je n’ai pas à vous évoquer cette légende puisque je ne la partage qu’à peine mais elle m’a choquée et vingt cinq ans environ après je lis votre projet. Je vous en fais donc mention. Ben, au fait, il s’agissait d’une usine de moteurs pour très gros bateaux...Très curieux quand même ! des bateaux "autour" d’ une région réputée sans eau...Très curieux ! Je vous signale aussi qu’il existe un dispositif qui diminue la consommation de carburant, donc diminue la pollution et augmente la durée de vie des moteurs que l’on peut mettre sur des tracteurs, des camions, des voitures et des moteurs de bateaux. Si vous allez en vacances dans le nord, on le voit sur le coté des tracteurs. Pour un bon soudeur, cela demande environ deux heures pour le fabriquer. En effet, la pose est libre puisque le brevet aurait été donné à l’humanité. L’utilise donc qui le veut. MAIS, le mot gratuit semble très mal vu en ces temps....Dans les foires, j’ai entendu aussi des cultivateurs de la région du Rhône qui l’utilisaient. J’ai entendu aussi que la consommation est fonction de l’état de Conscience de la personne qui conduit et elle diminue jusqu’à la moitié !...

votez :
par wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 9 janvier 2011 à 19H10

Cher Monsieur, je vous remercie pour ces renseignements. Je ne manquerai pas d ’aller voir les autres projets et je me doute que de nombreuses personnes ont du se pencher sur la question depuis longtemps.

Il y avait le lobbysme des producteurs de pétrole à l ’époque. Je ne suis pas certain que les pétroliers soient contre ce type de projet aujourd’hui. Total produit des panneaux photovoltaîques (TENESOL),BP (BP Solar) en distribue et en installe.

Je pense que la conscience d’une ressource épuisable et polluante est maintenant bien ancrée. Enfin , je le souhaite.

Je pense aussi que si j ’étais producteur de pétrole, je m ’intéresserai de près aux énergies renouvelables et aux économie d ’énergie. Ne serait-ce que pour rester "the number one !"

Nous verrons bien

votez :
(IP:xxx.xx1.173.41) le 11 janvier 2011 à 12H47

@wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 9 janvier 2011 : Vous semblez accepter de poursuivre et vérifier ce que je sais, aussi je me permets d’ajouter que je pensais que les producteurs étaient plus axés vers l’exploitation du sol.

Il y a vingt à trente ans, on parlait et on lisait que le pétrole était sous le sol du Sahara....Puis,la fameuse blague sur un grand parti politique :" si on leur donnait le sable du Sahara,trois ans après ils seraient obligés d’en acheter ".

En effet, les industries de pointe de la France ont été nationalisées et perdues ou égarées comme nous l’a appris notre Justice au sujet du premier laboratoire mondial en 1980 aussi bien en invention qu’en production de médicaments...les scandales qui se suivent actuellement indiqueraient bien une base de vérité.

Autre projet qui a capoté, est la découverte par un très grand savant Français, vers 1995, d’une possible grande étendue pouvant être utilisée comme nouvelle grande plaine de culture. Il suffisait de défricher cette zone boisée...et,...rien ne se passe à ma connaissance. Je vais essayer de suivre l’évolution de votre projet car il devait y avoir une grande réserve d’eau dans cette zone non exploitée ! Il me semble qu’il y a comme un manque de logique ! Vous voulez apporter de l’eau et l’eau existante et le sol fertile ne sont pas utilisés pour la culture. Je comprends bien que les distances sont importantes mais quand même !

Voilà l’intégralité de mes toutes petites connaissances comme votre beau projet le mérite.

votez :
par wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 11 janvier 2011 à 13H30

Autre projet qui a capoté, est la découverte par un très grand savant Français, vers 1995, d’une possible grande étendue pouvant être utilisée comme nouvelle grande plaine de culture. Il suffisait de défricher cette zone boisée...et,...rien ne se passe à ma connaissance. Je vais essayer de suivre l’évolution de votre projet car il devait y avoir une grande réserve d’eau dans cette zone non exploitée ! Il me semble qu’il y a comme un manque de logique ! Vous voulez apporter de l’eau et l’eau existante et le sol fertile ne sont pas utilisés pour la culture. Je comprends bien que les distances sont importantes mais quand même !

Je comprends tout à fait votre étonnement mais il me semble quand même moins logique de déboiser des zones fertiles pour cultiver que de planter des forêts dans les zones désertiques pour rendre ces terres fertiles et ensuite les cultiver. Le planning n ’est certainement pas le même.

la première solution est rapide, radicale mais quelque peu destructrice. La deuxième , un travail de longue haleine. Et puis , il faut tenir compte du fait que les régions arrosées actuellement ne suffiront plus au besoin en eau de l ’humanité dans quelques décennies seulement.

Une dernière solution consiste à ne pas se poser de question, laisser faire la nature, sans remettre aux divinités et laisser mourir des millions d’hommes et d ’animaux au nom de l ’équilibre naturel.

Je ne porte aucun jugement mais j’aurai tendance à me positionner dans une alternative de développement durable.

votez :
(IP:xxx.xx1.173.41) le 12 janvier 2011 à 16H02

@wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 11 janvier 2011 à 13H30 : Monsieur, je ne fais qu’essayer de suivre cette possibilité. Je n’ai pas la compétence pour porter un jugement mais, je ne sais la raison qui me fait tomber sur ces projets depuis ma naissance et parfois d’assez près. Vous qualifiez ceci de développement durable, je ne peux qu’enregistrer votre phrase et vérifier la suite. Il ne suffit pas d’avoir le sol fertile, il faut que les Hommes l’utilise pour nourrir ses semblables. Combien de grandes plaines restent stériles dans notre monde ? C’était le but ou ’un’ but des colonies. Montrer que l’on peut manger à sa faim quand on le veut. Vous avez peut être l’âge pour vous souvenir de l’époque où un héros, et UN SEUL, dont je ne me souviens plus du nom, a su mettre en culture "la champagne pouilleuse" alors que l’URSS a échoué lamentablement, avec le monde comme témoin dont les USA, malgré de gros moyens financiers , en matériels et surtout humains pour un projet similaire.

votez :
par wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 12 janvier 2011 à 18H44

Je suis globalement d ’accord avec vous sauf sur un point.

Laissez moi vous dire, tout d ’abord, que je ne m ’intéresse pas à cette région du monde par hasard. J’ y ai vécu plusieurs années.

Bien entendu il faudra des hommes pour réaliser ce projet et c’est aussi un des buts privilégiés. Des Européens ayant l ’expérience technologique et le savoir faire en matière de culture et des autochtones pour faire tourner la machine et la pérenniser.

Mai rien à voir avec la colonisation qui, évidemment n ’avait pas que des cotés négatifs, mais quand même comme moteur premier , le rendement et la recherche de matières premières à bas prix.

Nous sommes en 2011, le monde prend un tournant historique. Il ne s ’agit plus de s’enrichir mais de sauver sa peau. Et c’est dans ces moments là que la solidarité prend tout son sens. Les business plans sont obsolètes. Qu’il ne soit question de rentabilité dans cette affaire comme dans beaucoup d’autres. Bien sûr il ne faut pas non plus jeter l ’argent par la fenêtre.

Je crois que les occidentaux ne se rendent pas compte de la vrai richesse qu’ils détiennent. Cette richesse n ’est pas l ’argent mais l ’expérience. Il faut arrêter de se battre pour sauvegarder notre main d’œuvre qui, à part dans certain secteur de savoir faire différenciateur, n ’est absolument plus compétitive. L ’ouvrier Français a beaucoup plus que sa main d’œuvre à apporter aux autres. Ses connaissances acquises depuis des siècles de travail peuvent être utiles à ceux qui émergent. Les " Don Quichottes " syndicalistes ont peur de la délocalisation car ils ne savent pas à quel point leur formation a de la valeur.

Paysans, ouvriers, ingénieurs allez offrir vos services aux "*Mauritaniens" desœuvrés. Apprenez leur à cultiver, à entretenir et a développer. Vous serez reçus comme des princes mais la seule récompense sera le sentiment d’être utile. Evidemment tout cela doit être financé à perte ( en terme d’argent)

* Mauritaniens : ou symboliquement populations vivant dans des zones désertiques

votez :
(IP:xxx.xx1.173.41) le 13 janvier 2011 à 09H12

@ wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 12 janvier 2011 à 18H44 : Ben alors !!!....il est bien petit le vrai point de désaccord.

Juste que nous, nous n’avons jamais su trouver les personnes de l’endroit qui acceptent de travailler pour elles mêmes. Les projets ne devaient pas être de bons projets ; pourtant, à la demande des autorités locales ou bien il y a eu abandon de production de très belles terres fertiles comme pour ce grenier à blé d’Europe et là, personne n’a jamais su m’expliquer ni me donner une seule raison.

Une chose est certaine, nous avons à notre disposition " l’Abondance ". Certains comme dans nos pays en abusent et s’en rendent malades ou même n’hésitent pas à imposer leurs désirs comme ces défilés et grèves pour la retraite OBLIGATOIRE alors que les plaintes de certains et surtout les courbes de mortalité indiquent une augmentation de cette mortalité selon les professions et donc l’âge de cette retraite obligatoire qui devient un supplice pour un certain nombre d’entre nous.

Une autre chose semble troublante est l’existence de ce corps éthérique de nos acupuncteurs, de nos physiciens et de nos amis Chinois ; ça doit être le même et celui de la terre doit être le même, comme nous avons les mêmes éléments chimiques que ceux de notre terre. Je pense que l’implantation d’une nouvelle zone humide devrait tenir compte de cela. Le fait est que les inondations en Australie concomitantes avec celles du Brésil doivent avoir un sens à découvrir. Et vous connaissez la région...et comme je l’ai écrit, je vais suivre ce projet et sa réalisation.

votez :
par wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 9 janvier 2011 à 20H52

Un autre projet utilisant le sable du désert pour produire des panneaux photovoltaïques pourrait être partenaire. THE SAHARA SOLAR BREEDER PROJECT

votez :
par wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 9 janvier 2011 à 23H39

et aussi ce projet là : ON A FAIT PLEUVOIR DANS LE DESERT

votez :
par lio (IP:xxx.xx9.36.57) le 10 janvier 2011 à 10H15

a.nonyme ne serait ce pas plutot a.bruti voila un "non pseudo" qui correspondrait mieux a ce style de "non bloggeur" ,il est clair que dans son cas il vaut mieux rester anonyme

votez :
par wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 11 janvier 2011 à 13H38

Cher ou chère Lio C ’est très sympa de prendre ma défense.

Je comprends que les gens soient hargneux dans ce contexte de crise générale mais il faut bien se défendre un peu pour ne pas se laisser marcher sur les pieds.

EN TOUT CAS MERCI

Wagane

votez :
(IP:xxx.xx9.130.79) le 12 janvier 2011 à 18H55

Faire pleuvoir dans le désert

Il y en a déjà qui prêchent dans le désert alors.......

votez :
par wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 12 janvier 2011 à 19H02

Oui, c ’est vrai. Et ça ne coute rien. lol

votez :
(IP:xxx.xx9.130.79) le 13 janvier 2011 à 10H36

"Oui, c ’est vrai. Et ça ne coute rien"

Manquerait plus que çà soit payant en plus !

votez :
par wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 21 janvier 2011 à 14H30

Voici un autre projet similaire : SAHARA FOREST

votez :
par wagane (IP:xxx.xx6.237.205) le 21 janvier 2011 à 14H32

Et voici : AQUA AERO

votez :
(IP:xxx.xx9.3.243) le 28 janvier 2011 à 17H56

"Faut-il sacrifier momentanément une partie du littoral Mauritanien pour faire du Sahara une forêt tropicale humide ?"

- Qu’en pensent les Mauritaniens ?

votez :
par wagane (IP:xxx.xx9.107.104) le 6 janvier 2012 à 10H43

Bonjour et désolé pour le retard de ma réponse.

Si vous avez lu mon texte jusqu’au bout vous avez compris que la réponse est : non bien sur !

J’ avais pris la Mauritanie comme exemple car c’est un pays que je connais bien. Il ya certainement beaucoup d’autres lieux sur terre correspondant aux spécificités de la Mauritanie.

Et sans trop m ’avancer, je pense que les Mauritaniens verraient d’un très bon oeil l’acroissement d’une agriculture inéxistante dans leur pays. En tout état de cause, le projet ne pourrait pas se faire sans eux.

Cordialement Wagane

Les Auteurs deClimat
çaDérange - 299 articles
Dynamicsauto - 37 articles
Biosphère Blog - 57 articles
Laurie ALVAREZ - 1 articles
alain cluzet - 3 articles
rcoutouly - 65 articles
chems eddine Chitour - 2 articles
Mobilité durable - 178 articles