NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Définitions de la dette écologique

Article publié le 25 juin 2012

Définitions de la dette écologique

La dette économique est une somme d’argent due à un créancier. En termes simples, le créancier, c’est celui qui prête le capital emprunté. Pour le capital naturel, le créancier est donc la Terre, ou la biosphère ou la nature, peu importe le nom. D’où une dette écologique des humains envers la Terre. Le fait par exemple de pêcher une espèce de poisson plus que ce qui permet son renouvellement est bien un découvert vis-à-vis des richesses de la mer. Ce découvert, on est normalement obligé de l’acquitter, par exemple en fixant un moratoire sur la pêche, sinon nos contemporains et successeurs seront appauvris. C’est comme si on avait brûlé notre maison… plus d’héritage possible !

On peut toujours refuser de rendre l’argent à l’oligarchie financière qui vit « au détriment des peuples ». Il n’en est pas de même avec la dette écologique : les richesses non renouvelables prêtées par la biosphère ont été définitivement dilapidées par les peuples qui vivent à l’occidentale. En effet l’humanité ne peut rendre les barils de pétrole, les tonnes de charbon ou les possibilités de recyclage naturel du CO2 qui permettent le niveau de vie actuel des « honnêtes gens ». C’est pourquoi la cure d’austérité que va traverser l’espèce humaine sera bien plus terrible que lors d’un tsunami financier où on peut refinancer l’économie en faisant tourner la planche à billet (nouveaux crédits).

Chaque année, la New Economics Foundation calcule la date à laquelle la consommation de ressources par l’humanité dépasse la capacité de renouvellement de la planète. au-delà de cette date, on est en situation d'épuisement des réserves. Cette date anniversaire a été baptisée « Jour de la dette écologique  » ou Jour du dépassement ("Overshoot day"). En 1987, l'humanité était passée dans le rouge le 19 décembre. En 1995, cette date était intervenue le 21 novembre. Pendant l’année 2008, l’humanité a basculé du côté obscur le 9 octobre, et le 27 septembre en 2011. Cette date intervient chaque année de plus en plus tôt, ce qui signifie que les ressources disponibles pour une année sont consommées de plus en plus vite. Nous vivons en ce moment écologiquement « à découvert ». En vivant au-delà de nos moyens environnementaux, nous privons des millions de personnes dans le monde de la possibilité de satisfaire durablement leurs besoins.

Historiquement, le concept de dette écologique a été conçu dans les années 1980 comme contre-partie à la dette financière des pays latino-américains : nous vous devons des dollars mais vous, pays riches, vous nous devez le trou de la couche d’ozone. Plus récemment, on a estimé qu’il faudrait comptabiliser dans les négociations internationales sur le climat toutes les émissions de gaz à effet de serre déjà effectuées par les pays développés pour rétablir plus de justice dans les émissions futures. Mais, lors de la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique à Rio en 1992, on a pris l’année 1990 comme « année zéro » : cela signifiait que l’on ne ferait aucune reconstitution du patrimoine des réserves mondiales de combustibles fossiles pillées auparavant. D’un trait de plume, on effaçait ainsi la dette écologique des pays riches. De toute façon, c’est impossible de rembourser cette dette en permettant aux pays pauvres d’émettre beaucoup plus de CO2 dans l’avenir. Les pays sous-développés ne peuvent reproduire la même erreur que l’Occident puisqu’il y aurait alors certitude d’un emballement climatique.

Concluons. La dette écologique, ce n’est pas des bouts de papier qu’on pourrait rembourser avec d’autres bouts de papier. La dette écologique est différente d’une dette financière, c’est concret, c’est l’affaiblissement de notre capital naturel. Cette perte est irrémédiable quand il s’agit de ressources non renouvelables comme le pétrole, le gaz, ou l’uranium. Elle sera très douloureuse à rembourser quand le système climatique sera déréglé. Il n’y a là rien de réjouissant, mais tant que les dirigeants feront croire aux peuples que « demain ça ira mieux », avec un peu plus de croissance économique, la situation ne pourra qu’empirer. S’il n’y a pas décroissance voulue et partagée, il y aura dépression économique subie par les exclus.

Source image : http://referentiel.nouvelobs.com

Biosphère blog

Thèmes

Ecologie CO2

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx1.138.78) le 4 juillet 2012 à 07H32

Merci pour ce très bel article, très clair et bien écrit.

Je suis maintenant certain que nous n’avons pas su sélectionner, instruire et éduquer nos responsables qui se vantent d’être des esprits rationnels et cartésiens. En effet, jamais l’Homme apparaît dans le raisonnement de leurs solutions à nos problèmes. De plus, comment un être rationnel et cartésien donc un être qui ne pense qu’à "son bien à soi , rien qu’à soi, et tout à soi" pourrait-il penser un seul instant au bien de l’Ensemble donc à notre bien à Nous, le petit peuple ?

votez :
par cheap michael jordan shoes (IP:xxx.xx5.90.52) le 17 août 2013 à 16H15

Treatment by an individual of the assets of the corporation as his own highflyshoes.com cheap jordan sneakers ; Diversion of assets from a corporation by or to a stockholder or other person or entity jordans for cheap ;

votez :
par guillemot (IP:xxx.xx1.41.154) le 3 octobre 2013 à 05H06

Ils sont fous et avec des fous au gouvernail on ne peut qu’être dans une folie collective. leur conscience est dans les ténébres et seul un électrochoc pourrait les ramener à une prise de conscience. Certains nous annoncent les 3 jours sans lumière . Il faut les attendre et au plus vite, car cete societé est malade, très malade. il est temps que les choses changent vraiment mais pas seulement avec des paroles mais aussi et surtout avec des actes autour d’objectifs communs et non autour de partis politiques tous plus fous les un les autres et au petit but de s’enrichir sur le plan personnel dans des sytèmes de corruption nauséabonds et inhumains divers et variés . Unissons nous autour de la prière de saint michel archange, grand protecteur de toutes les communes, qui est sans équivoque possible et réintégrons là au sein de l’église qu’elle n’aurait jamais dû quittée pour y mettre aussi de l’ordre car satan s’y est infiltré . Soyons tous des frères lumiére de la céleste félicité pour que ce monde perdu retrouve le bon sens de la vie. Prions, prions, prions et demandons chaque jour que Marie réunisse tous ses enfants dans l’Amour avec un grand A.

Les Auteurs deClimat
çaDérange - 299 articles
Dynamicsauto - 37 articles
Biosphère Blog - 57 articles
Laurie ALVAREZ - 1 articles
alain cluzet - 3 articles
rcoutouly - 65 articles
chems eddine Chitour - 2 articles
Mobilité durable - 178 articles