NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Un monde de changements climatiques abrupts

Article publié le 9 juillet 2009

En réponse à notre point de vue sur la lente progressivité du changement climatique actuel, un de nos lecteurs nous rappelle que le climat n’a pas toujours varié aussi linéairement et doucement qu’en ce moment. Preuve en est le graphique ci-dessous, tiré du très richement illustré article de wikipédia à ce sujet :

image

On note que, depuis 15 000 ans - soit à peu près le début de l’Histoire - a température moyenne aux pôles (EPICA correspond à un forage au Groenland, Vostok à un en Antarctique) est restée étonnamment stable, alors qu’elle avait auparavant tendance à se comporter de façon plus chaotique. Durant la dernière glaciation, on remarque que des oscillations assez extraordinaires ont eu lieu : des variations de température de 5 à 7°C se sont produites en seulement quelques dizaines d’années, voire peut-être en quelques années - cela ne se voit pas sur la courbe ci-dessus, mais sur des "agrandissements" (cf. ci-dessous).

On ne sait pas encore exactement ce qui produit ces variations, notamment celles dites de Dansgaard-Oeschger : ces dernières se sont répétées plus de 20 fois avec une période étonnamment régulière (1470 ans, soit moins de 1% d’erreur !). Elle commencent toutes par un brutal réchauffement de cause inconnue, qui provoque la fonte massive des calottes glaciaires et l’irruption d’icebergs en quantité phénoménale, ce qui perturbe fortement les courants océaniques ; un lent refroidissement se produit alors.

Ce phénomène peut-il se reproduire ? Certainement, mais bien malin qui saurait le prédire puisqu’on n’a pas encore complètement élucidé le mécanisme. On arrive à remonter l’arbre des causes jusqu’à un probable déversement massif d’eau douce dans l’Atlantique Nord, mais on ne parvient pas à définir clairement l’origine de ces énormes quantités d’eau : la pointe de chaleur initiale n’a pas d’explication. On suspecte toutefois la rétroaction de l’albedo de la glace, à savoir que moins il y a de glace aux pôles, plus ceux-ci absorbent le rayonnement solaire, et plus la glace fond, et donc moins il y a de glace, etc. Ca ne vous rappelle rien ?

Il est à noter toutefois que le point de départ de ce changement abrupt de climat ne correspond pas aux conditions actuelles : les calottes glaciaires s’étendaient alors jusqu’à la Manche, car la température globale était alors 5 à 6° en-dessous de l’actuelle. Rien ne dit donc que les variations brutales naguère mesurées puissent se reproduire : on voit bien sur ce graphe de la NOAA que la valeur maximum du réchauffement abrupt restait en-deçà des valeurs actuelles :

image

Si on cherche absolument un scénario de changement climatique catastrophique, au sens du Jour d’Après, qui puisse survenir de nos jours, on ne peut donc qu’envisager le glissement de tout ou partie de la calotte groenlandaise dans la mer. Ce glissement pourrait être provoqué par plusieurs années successives de temps exceptionnellement doux dans un Océan Arctique libre de glaces l’été (effet d’albedo) renforcé par un effet de serre local amplifié par le dégagement massif de gaz carbonés (CO2 et CH4) issu du permafrost - qui contient deux fois plus de carbone qu’on ne le pensait jusqu’à récemment).

Après quelques tsunamis ravageurs ravageant les côtes scandinaves ou terre-neuviennes et l’arrêt de la navigation transatlantique rendue impossible par la présence généralisée d’icebergs, le fameux Gulf Stream s’arrêterait et un lent mais inexorable refroidissement s’engagerait alors, conduisant l’Europe du Nord à un climat proche de celui du Labrador et l’Europe du Sud à celui qui régit aujourd’hui la région de Seattle - la sécheresse en plus.

Ce scénario reste à notre avis peu probable : autant une banquise flottant sur la mer peut se disloquer brutalement quand la température se réchauffe, autant une calotte glaciaire bien ancrée sur un substrat rocheux comme le Groenland a peu de chances de se décoller d’un bloc et filer dans la mer. Et la vitesse de disparition de la banquise, comme celle de dégazage du permafrost, peut brutalement ralentir comme elle a accéléré ces dernières années, pour des raisons inconnues dans les deux cas.

Mais peu probable ne veut pas dire impossible.

Thèmes

Climat Changement climatique Réchauffement climatique

Bookmark and Share
13 votes

commentaires
votez :
par almuixe (IP:xxx.xx0.251.5) le 8 septembre 2009 à 17H03

Merci pour le post. A propos du dernier paragraphe, ce n’est pas jancovici qui parle d’une semelle d’eau sous la glace en train de se former, ce qui nous ferait une belle surface de glissement et nous projeterait le glacon groenlandais zzziiiip comme un bock de bière sur un comptoir mouillé ....

votez :
par amelie (IP:xxx.xx5.4.100) le 26 mai 2012 à 22H02

Après avoir parcouru votre blog, je n’ai pas pu m’empêcher de m’y abonner. Je le trouve excellent et je vous encourage à le maintenir.

parier en ligne

parionsweb.fr

votez :
par soullipygne1976 (IP:xxx.xx6.50.134) le 22 août 2013 à 04H02

These epoch hit all forgo trouble world, shape parades benefit strength contests are yon effectively in the thick of people. Forever contentious tym hostingu

Les Auteurs deClimat
çaDérange - 299 articles
Dynamicsauto - 37 articles
Biosphère Blog - 57 articles
Laurie ALVAREZ - 1 articles
alain cluzet - 3 articles
rcoutouly - 65 articles
chems eddine Chitour - 2 articles
Mobilité durable - 178 articles