NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Réchauffement climatique : l'argument solaire des sceptiques reçoit le coup de grâce !

Article publié le 6 juillet 2007

Réchauffement climatique : l'argument solaire des sceptiques reçoit le coup de grâce !

La prestigieuse revue scientifique Nature vient de publier dans son édition du 5 juillet 2007 un article (intitulé « No solar hiding place for greenhouse sceptics ») rapportant les résultats d’une vaste étude scientifique [1] analysant les variations de l’activité solaire depuis 100 ans. Selon cette étude, l’activité solaire a atteint son maximum entre 1985 et 1987. Depuis, l’irradiation solaire, le nombre de tâches solaires et le flux de rayons cosmiques ont tous évolué dans la direction opposée à celle qu’il faudrait pour contribuer au réchauffement climatique. Les résultats montrent donc clairement que le réchauffement climatique depuis 1985 n’est en rien dû à une augmentation de l’activité solaire. Au contraire, les effets solaires sur cette période pourraient avoir eu tendance à refroidir le climat. Si tel était le cas, la sensibilité du climat devrait être revue à la hausse, ainsi que les futures augmentations de température si ces effets solaires refroidissants venaient à prendre fin.

Le climatologue allemand Stefan Rahmstorf, cité par Nature, considère que cette étude donne le coup de grâce au principal argument des sceptiques qui voudraient nous faire croire que le réchauffement climatique n’est pas d’origine humaine mais causé par des variations de l’activité solaire. Cette thèse, ultraminoritaire dans la communauté scientifique mais largement reprise par les sceptiques (soutenus par le lobby Exxon) et par une partie des médias, a malheureusement contribué à créer semer le doute dans l’opinion publique notamment aux États-Unis d’Amérique (tout le monde connaît la position de George W. Bush sur le réchauffement climatique). Le film "The Great Global Warming Swindle" (traduction : "La grande arnaque du réchauffement climatique") diffusé en Mars 2007 sur la chaîne anglaise Channel 4 est cité dans l’article de Nature comme un exemple flagrant de désinformation médiatique sur ce thème.

Références :

[1] M. Lockwood & C. Fröhlich, Proceedings of the Royal Society A [doi:10.1098/rspa.2007.1880] ; 2007 (pas encore disponible en ligne)

 

Cet article peut être librement reproduit sans modification à condition de citer la source sur AgoraVox (par exemple par un lien).

Thèmes

Sciences Climat Changement climatique Environnement Solaire

Bookmark and Share
247 votes

commentaires
votez :
par JL (IP:xxx.xx8.23.178) le 6 juillet 2007 à 11H35

Intéressant. Quand on voit ce temps pourri, ne devrait-on pas parler d’emballement climatique plutôt que de réchauffement ? Dans le sud je ne sais pas, mais ici, brrr ! :-/

votez :
(IP:xxx.xx1.48.225) le 6 juillet 2007 à 12H02

Dans le Sud, ça va, JL. On a même un temps très agréable. Pauvres de nordistes ...

votez :
par Léon (IP:xxx.xx1.48.225) le 6 juillet 2007 à 12H03

Oublié de signer : Léon

votez :
par LE CHAT (IP:xxx.xx8.247.148) le 6 juillet 2007 à 12H11

@léon

30 degrés mini ce week end dans les BDR , on va pas se plaindre quand même ! les nordistes peuvent se consoler , aux infos hier ils montraient que les récoltes d’escagots seront exceptionnelles :-))

@l’auteur

bon article , qui met bien les choses au clair , ce qui se passe au niveau solaire est complétement indépendant du réchauffement climatique du à l’activité humaine

votez :
par Léon (IP:xxx.xx1.48.225) le 6 juillet 2007 à 14H46

Et, pardon à l’auteur, oublié de réagir à l’article. Information très importante que vous nous communiquez là. J’espère désormais que plus personne ne contestera le rôle de l’homme dans le réchauffement climatique.

votez :
par Mat (IP:xxx.xx7.79.242) le 6 juillet 2007 à 20H52

il me semble que ca compense les mois précedents, ou le temps etait des plus mitigés au sud (pluie ininterrompues a valence (espagne) !) et 0 mm d’eau (Zéro) en Avril dans le Pas de calais. De même 20-22 ° a Marseille la semaine derniere (c’est l’été !!), rien d’extra non plus, même si ca va mieux cette semaine (c’est en parti retabli ici aussi(Alsace)).

Pas de quoi se réjouir en fait, le temps semble detraqué.

La météo explique que l’anticyclone des acores est cette année deplacé vers l’est, d’ou les canicules dans l’est de l’Europe...

votez :
(IP:xxx.xx0.174.43) le 7 juillet 2007 à 05H11

@ Le chat

Les parisiens n’ont pas à se plaindre, on transpire déjà très bien dans le métro :-))

votez :
par perlin (IP:xxx.xx0.174.43) le 7 juillet 2007 à 05H25

@ Leon

Votre espoir (que je partage) va malheureusement être cruellement déçu par certains commentaires suivants.

Histoire de flinguer les déraisonnables avec humour : "les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît !"

votez :
(IP:xxx.xx0.162.89) le 7 juillet 2007 à 12H30

"les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît !"

La moindre des corrections et/ou des courtoisies aurait été de citer le nom de l’auteur de cette citation. Merci pour lui et paix à son âme.

votez :
par jesuisunhommelibre (IP:xxx.xx7.126.27) le 9 juillet 2007 à 15H56

En 2043, le volcan Islandais Laki entra en éruption. Des tonnes de poussières volcaniques partirent dans la stratosphères provocant un brusque refroidissement de la terre. Le scénario de 1783 aurait pu se reproduire, avec des millions de morts dû à la misère et à la famine. Toute la civilisation humaine aurait pu y succomber, si nos ancêtres, dans leur grande sagesse et leur grande prévision, n’avaient causé préventivement un réchauffement de la planète. Ces quelques degrés de plus ont largement compensé la perte effroyable dû à l’assombrissement du ciel sur tout l’hémisphère Nord.

http://www.futura-sciences.com/fr/s...

Élucubrations tout à fait plausibles, autant que celle des catastrophistes des années 60 prédisant la surpopulation inexorable de la terre pour les 90.

Il y a une grande différence entre respecter individuellement son environnement, et brandir des gongs avec force imprécation : "C’est la fin du monde, c’est la fin du monde !" (cf. Hergé "Tintin et l’Étoile mystérieuse").

votez :
par jcm (IP:xxx.xx5.109.35) le 6 juillet 2007 à 12H26

@ JL > c’est de dérèglements du climat qu’il faut parler au niveau local, et de dérèglements / réchauffement au niveau global, probablement !

votez :
par léonard (IP:xxx.xx6.100.68) le 6 juillet 2007 à 14H37

A l’auteur,

Merci de cette information qu’il faudrait envoyer illico presto à Claude Allègre. Je vais lire l’article

votez :
par Atlantis (IP:xxx.xx6.163.127) le 7 juillet 2007 à 01H34

ça risquerait de l’instruire ...

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx0.162.89) le 7 juillet 2007 à 12H47

"ça risquerait de l’instruire ... "

Lorsque vous aurez acquis seulement le dixième de l’instruction d’Allègre, vous pourrez commencer à faire des commentaires sur ses travaux. Avant çà faites donc un peu dans la modestie et l’humilité.

votez :
par L’Enfoiré (IP:xxx.xx9.162.136) le 6 juillet 2007 à 16H42

Bonjour,

A mon avis et les météorologistes vont dans ce sens, le climat dans sa globalité ne changera que très progressivement en moyenne. Ce qui va changer c’est que les événéments climatiques vont se rassembler, vont s’inverser entre Nord et Sud. La pluie rassemblée, les périodes de soleil plus concentrés. Phénomènes qui se présenteront quand on ne s’y attend pas. Le côté tempéré se perd manifestement.

J’ai passé des vacances à Menton au mois d’avril. Je n’ai pas reconnu le climat. Les habitants confirmaient mon impression. :-|

votez :
par Mat (IP:xxx.xx7.79.242) le 6 juillet 2007 à 20H57

+1 !

Le soleil etait au Nord en Avril (insolation record, digne d’un beau mois d’aout dans le sud est+ aucune trace d’eau). Il ya un coté inquiétant à ces variations rapides, notamment l’absence d’eau prononcée...

votez :
par Atlantis (IP:xxx.xx6.163.127) le 7 juillet 2007 à 01H38

Avril a été bizarre partout. Je suis natif de provence et au nord de paris j’avais l’impression d’être en mai à marseille ...

ceci dit, toutes les années où il neige super tôt dans la saison il y a des tendances bizarres ensuite.

votez :
par halman (IP:xxx.xx1.84.113) le 7 juillet 2007 à 12H01

Mat, le Soleil est toujours au sud vu de l’émisphère nord !

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx0.162.89) le 7 juillet 2007 à 12H37

"Le soleil etait au Nord..."

Ca pour une perturbation, c’est une vraie perturbation. C’est même cul par dessus tête.

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx0.162.89) le 7 juillet 2007 à 12H38

"ceci dit, toutes les années où il neige super tôt dans la saison il y a des tendances bizarres ensuite. "

Neige en novembre, Noël en décembre................

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx0.162.89) le 7 juillet 2007 à 12H44

"J’ai passé des vacances à Menton au mois d’avril. Je n’ai pas reconnu le climat. Les habitants confirmaient mon impression"

Devriez postuler à un poste d’expert au GIEC parce qu’avec des données de ce genre, vous ne dépareriez pas le tableau. On se sent rassuré. Il y en a au moins un qui a vérifié la théorie par lui-même.

votez :
par Formule4 (IP:xxx.xx4.136.121) le 6 juillet 2007 à 18H29

Voici un sympathique article qui accrédite malgré lui les tenants "ultra minoritaires ?" du baratin autour du Réchauffement Climatique.

Le ton est bien trop partisan, bien trop heureux de se trouver dans une situation catastrophique (comme si l’absence de catastrophe serait un véritable échec pour les écologistes en mal de notoriété) pour faire partie d’une analyse dépassionnée.

Depuis longtemps les analyses classiques de l’activité solaires avaient été rangés au rayons des accessoires et n’expliquaient pas l’apparente modification de climat et le réchauffement médiatique qui en découle.

Quant au CO2, il est classé par "certaines études" comme un acteur mineur, voire insignifiant, de l’effet de serre sur Terre (principalement du à la vapeur d’eau, qui est un gaz et pas de la vapeur).

Les conclusions de l’étude sont très importantes sicentifiquement, mais enfoncent une porte ouverte dans la "lutte" entre les valeureux sauveurs d’humanité du dimanche et les francs rigolards qui se pèlent de froid en plein été.

Le réchauffement climatique (celui de la radio, de la télé, et d’une partie de naturavox) est plutôt la forêt qui cache l’arbre. Et on commence à comprendre pourquoi. Car il est l’heure de la révolution financière du marché de l’énergie (en attendant l’autre révolution, industrielle, quand le pétrole sera tari - taraa).

Il s’agit de construire à tout va du nucléaire pour vendre à prix coutant de l’électricté à des fournisseurs qui vendront plus cher sans rien apporter. C’est un marché parasite (comme celui des radars routiers). C’est une fausse loi du marché. Tout bénéf pour certains investisseurs bien contents du "moutonnage" des citoyens pour l’apocalypse sous blister. Heureusement, une irradiation au césium, au plutonium ou autres "nium", est bien moins dangereuse pour l’humanité que quelques dixièmes de degrés en plus ou en moins.

votez :
par halman (IP:xxx.xx1.84.113) le 7 juillet 2007 à 12H11

Formule 4 :

Le lobby du nucléaire qui se délecte.

Votre intervention est aussi du baratin afin de promouvoir le tout nucléaire sans penser aux effets des dechets nucléaires à long terme bien plus graves que vous ne le pensez.

Déchets enfouis qui ressortira forcement un jour, le béton et leurs protections en plomb n’étant pas éternels.

Certains pays sans scrupules qui déversent leurs déchets irradiés en pleine campagne sans le moindre respect des populations environnantes.

Malgré les normes européennes de sécurité des centrales, un Tchernobyl en Europe n’est pas impossible, et en Urss c’est un vrai miracle qu’il n’y en ai pas encore eu d’autres.

Si vous avez choisi un futur irradié, ce n’est pas une raison pour vouloir y entrainer toute l’humanité.

Si vous critiquez un certain idéalisme naïf des écolos, la naïveté des pro nucléaires et bien plus épouvantable.

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx0.162.89) le 7 juillet 2007 à 12H40

Pourquoi faut-il que dès que l’on émet une critique sur la théorie prédominante, on soit taxé vertement de faire partie du "lobby pro-nucléaire" ??

votez :
par luklamainfroide (IP:xxx.xx1.148.51) le 7 juillet 2007 à 19H31

je partage tout a fais votre avis !

votez :
par luklamainfroide (IP:xxx.xx1.148.51) le 7 juillet 2007 à 20H09

Bon tout cela est bien embrouillé je croyait que F4 était était écolo et anti polution juste apres je lis qu’il est pour la construction d’usine nucléair tout azimut .Personne n’évoque les sources d’énergie renouvelable ,solair, éolien ,maritme,biologique,vulcanique,et j’en passe et des méilleur ,les énergies fossiles et fissiles sont trop nuisible pour la nature nous risqu’ont de grave probleme ci nous persévérons a les utilisés,dévlopons les énergies renouvelable pour une meilleur écconomie des ressource de la terre que nous empruntons anos enfants (sagesse amerindiene)cordialement votre !

votez :
par formule4.com (IP:xxx.xx4.136.121) le 8 juillet 2007 à 13H09

Hum : en tant qu’auteur du commentaire, ou bien j’ai du écrire à l’envers, ou bien il faut relire le commentaire à teté reposée.

J’estime que la publicité autour du réchauffement climatique est bien une aubaine pour le lobby nucléaire. A tel point que les déchets radioactifs sont montrés comme des inconvénients mineurs (alors qu’ils sont éminement majeurs) face au CO2 prétendu souce de tous les maux (le CO2 ne serait-il pas responsable du réchauffement des esprits).

Il ne s’agit pas de condamner le nucléaire bêtement, mais d’ouvrir les yeux sur des marchands de bétons radioactifs qui se servent de l’alibi écologique pour engranger des profits dangereux.

votez :
par vertderage (IP:xxx.xx1.97.95) le 21 juillet 2007 à 09H24

Formule 4 ne mélangeons pas tout : l’effet de serre existe sur Terre depuis ses origines et il est actuellement dû pour 55% à la vapeur d’eau. Le problème n’est pas celui de l’effet de serre, qui heureusement pour nous existe,sinon le froid aurait été tel qu’aucune forme de vie n’aurait pu se développer, mais celui de ses variations.La vapeur d’eau ne peut pas par elle-même déclencher de variation durable,car son temps de résidence dans l’atmosphère est faible, de l’ordre de la semaine.Elle est crée par évaporation de l’eau et se recondense sous forme de pluies.Ce sont donc les gaz à effet de serre dont le temps de recyclage est très long, gaz carbonique, méthane,oxyde nitreux principalement qui peuvent initier une variation de l’intensité de l’effet de serre parce qu’ils peuvent s’accumuler dans l’atmosphère.Par contre,la teneur de l’atmosphère en vapeur d’eau étant très dépendante de la température de celle-ci, une augmentation de température entraînée par l’accroissement des teneurs en GES à long temps de résidence,gaz carbonique,méthane,oxyde nitreux entraîne une augmentation de la teneur en vapeur d’eau, donc une amplification de l’effet de serre. Toute augmentation de la teneur en gaz à effet de serre à long temps de résidence dans l’atmosphère s’accompagne automatiquement d’une augmentation de la température,toutes choses étant égales par ailleurs.Les lois physiques et les équations qui décrivent ce phénomène sont connues depuis la fin du 19ème siècle et les imprécations n’y changeront rien. Or cette augmentation des GES est en cours et cela est mesuré depuis des années avec précision. D’autres causes de variations de la température autres que celles provoquées par les émissions de GES existent bien évidemment, comme effectivement les variations de l’activité solaire.Elles sont beaucoup plus difficiles à analyser, ce qui explique les controverses entre physiciens à ce sujet. Certaines ne sont peut-être pas connues encore que j’en doute.Mais,la logique élémentaire voudrait que si l’on craint une augmentation de température due à ces causes, on diminue d’autant plus nos émissions de GES dont nous sommes certains qu’elles font augmenter la température. Les arguments que j’ai lu dans cette discussion sont de nature surtout émotionnelle ( on préfère croire ou ne pas croire plutôt que de faire l’effort de s’informer correctement) et témoignent très souvent d’une faiblesse de connaissances en physique,d’une méconnaissance des ordres de grandeurs et des différentes échelles de temps et assez souvent me semble-t-il, d’une difficulté à penser logiquement.Un petit recyclage auprès d’un professeur de physique du secondaire ferait du bien à beaucoup.

votez :
par vertderage (IP:xxx.xx1.97.95) le 21 juillet 2007 à 10H41

Halman,on vous parle du réchauffement climatique et vous embrayez immédiatement sur le nucléaire ! Quel est votre problème ?

votez :
par Croa (IP:xxx.xx0.254.78) le 22 janvier 2009 à 23H28

"Malgré les normes européennes de sécurité des centrales"...

 :-(( Même pas ! :-((

à la première canicule, le petit arrêté qui va bien et hop, on s’autorise quelques degrés de plus !

Donc, l’important c’est de produire, pas les normes... Même chez nous !

votez :
par Demesure (IP:xxx.xx8.123.248) le 6 juillet 2007 à 18H31

C’est pour le moins curieux de parler de "coup de grâce" alors que le projet CLOUD, financé à hauteur de 8 millions de $ avec la participation du CERN + des dizaines d’astrophysiciens solaires de 10 pays ne produira les premiers résultats qu’en 2010.

Pour rappel, ce projet, destiné à quantifier le rôle du soleil au travers des rayons cosmiques sur le climat fait suite à l’expérience réussie SKY qui a expliqué de manière incontestable la corrélation entre les fluctuations de l’activité solaire et le climat terrestre par les rayons cosmiques. Pour ceux qui veulent en savoir plus, voir ce site : http://la.climatologie.free.fr/sole...

votez :
par Atlantis (IP:xxx.xx6.163.127) le 7 juillet 2007 à 01H43

Si tu penses qu’il y a qu’un seul projet de recherche sur un thème tu vas être déçu. Ceci dit, la pertinence de Nature est tout aussi contestable. Mais pour qu’il s’attaque aussi violemment à une émission qui a touché les foules, ils doivent avoir confiance dans le dossier (sinon c’est un coup à perdre en ranking et pas qu’un peu)

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx9.236.98) le 6 juillet 2007 à 19H13

Le ton jubilatoire de l’auteur de "l’article" n’est pas du tout dans la "tendance" habituelle des articles publiés par Nature, ce qui rend le compte rendu qui est fait de cet article en particulier un tantinet suspect. Tant que je n’aurai pas lu moi-même l’original, je me méfierai. Quant à la "prestigieuse revue scientifique" en question, il y a eu des exemples dans le passé où sa neutralité et son impartialité scientifique avaient été prises en défaut.

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx9.236.98) le 6 juillet 2007 à 19H19

Il convient de préciser que personne à ma connaissance n’a attribué les perturbations climatiques à la seule activité solaire contrairement aux écologues de service qui, eux par contre, les attribuent pratiquement au seul CO2 issu de la seule activité humaine, alors que comme il a été rappelé dans un des commentaires ci-dessus, la vapeur d’eau a des propriétés "à effet de serre" beaucoup plus marquées. Comme beaucoup de phénomènes extrêmement complexes de l’envergure de ces perturbations climatologiques, de nombreux facteurs sont en jeu, avec des impacts variables.Les combinaisons de chacun de ses facteurs sont peu ou pas connues.

votez :
par Le Bordelleur (IP:xxx.xx9.201.52) le 6 juillet 2007 à 22H14

En même temps il faudrait peut-être prendre en compte la durée de transimission de l’énergie calorifique, car ici, c’est le soleil chauffe donc la planète doit chauffer instantannément. Pourtant , lorsque je met de l’eau froide dans ma casserole et que j’allume le gaz, mon eau n’est pas instantannément chaude, et lorsque que je coupe le gaz quand elle bouillante elle ne se refroidit pas comme par magie.

Il ne faudrait pas oublier que la densité des gaz à effet de serre se combine au rayon du soleil pour chauffer la planète. Ce sont deux phénomène conjoints, si le solei venait à s’éteindre, gaz à effet de serre ou pas , il finirait bien par cailler sur notre belle planète.

Sinon pour le temps à l’heurre actuel, aujourd’hui il a fait bien chaud à Nantes, les phénomènes thermiques peuvent très bien être le signe d’un grand changement climatique, vers le chaud ou vers le froid, ou de banales perturbations habituelles.

votez :
par halman (IP:xxx.xx1.84.113) le 7 juillet 2007 à 12H20

Le rapport entre la distance maximale (apogée) de la Terre au Soleil et sa distance minimale (périgée) n’est que de 3 %.

Les astronomes ont calculé que la différence d’énergie reçue par la Terre à ces deux distances est si faible que le climat n’en est pas affecté, du moins à court terme, c’est à dire ici en 6 mois, soit une demi orbite.

Sauf lorsque le Soleil traverse un nuage de poussière cométaire comme ça a été le cas il y a quelques siècles, provoquant des hivers jamais aussi rigoureux.

votez :
par vertderage (IP:xxx.xx1.97.95) le 21 juillet 2007 à 10H37

Le Bordelleur : la température de votre casserole augmente lentement, mais l’eau commence à chauffer instantanément ! C’est la même chose pour la planète !

votez :
par Philippe BOUDEY dit Yofi (IP:xxx.xx5.71.202) le 6 juillet 2007 à 23H06

La langue de bois tournicote les arguments des "sceptiques" en les amalgamant aux salmigondis des groupes internationaux , étrangers à la moindre réflexion .Le simplisme des échelles de temps considérées par cette pseudo "grâce" touchant NATURE feraient tomber les bras à la Vénus de Milo ! NATURE se vautre au rang des "peoples" les plus décervelants de la planète et fait son fonds de commerce de l’addiction généralisée aux thèses les plus absurdes d’une humanité qui a perdu le sens de la posture raisonnable et de la pensée rationnelle , pour adopter les plus éculées , mais les plus juteuses pseudo théories issues d’un autre Âge .Quelle dérision !Quelle tristesse !Le degré de pollution humaine est INFINITESIMAl comparé à celui qu’engendre le cosmos , mais plus facile à médiatiser , voire à monter en épingle et à nourrir de démagogie la soif des peurs ancestrales , qui elles aussi rapportent...plus encore que les carburants fossiles .

votez :
par Marc (IP:xxx.xx2.57.239) le 7 juillet 2007 à 00H15

Formule4,

Vous affirmez : « Depuis longtemps les analyses classiques de l’activité solaires avaient été rangés au rayons des accessoires et n’expliquaient pas l’apparente modification de climat et le réchauffement médiatique qui en découle. »

Cette affirmation n’a pas de fondement. L’influence des variations de l’activité solaire a été prise en compte dans de nombreuses études scientifiques, lesquelles ont été passées en revue par les scientifiques du Groupe Intergovernemental d’Experts sur l’évolution du Climat (GIEC) dans les 2ème, 3ème et 4ème rapports d’évaluation publiés en 1995, 2001 et 2007. Je vous invite à le vérifier notamment dans le tome I du 4ème rapport d’évaluation consacré à la base physique du changement climatique que vous trouverez ici. Une bonne partie des 106 pages du chapitre 2 (intitulé « Changements des constituants atmosphériques et du forçage radiatif ») tome I du 4ème rapport d’évaluation sont justement consacrées aux variations de l’activité solaire et son influence sur le climat.

Vous affirmez aussi : « Quant au CO2, il est classé par "certaines études" comme un acteur mineur, voire insignifiant, de l’effet de serre sur Terre (principalement du à la vapeur d’eau, qui est un gaz et pas de la vapeur). »

Encore une affirmation bien légère. Le chapitre 2 que je viens de mentionner analyse en détail l’impact du CO2 et de la vapeur d’eau sur le climat. L’impact de ces deux gaz est méthodiquement évalué. Aucun n’est favorisé ou négligé. Faites donc une recherche sur les mots « water vapour » dans ce chapitre si vous en doutez.

------------------------------------

Demesure,

Vous écrivez : « C’est pour le moins curieux de parler de "coup de grâce" alors que le projet CLOUD, financé à hauteur de 8 millions de $ avec la participation du CERN + des dizaines d’astrophysiciens solaires de 10 pays ne produira les premiers résultats qu’en 2010. »

Comme je l’indique dans mon article, et comme cela figure dans l’article de Nature, depuis 1985-1987, l’irradiation solaire, le nombre de tâches solaires et le flux de rayons cosmiques ont tous évolué dans la direction opposée à celle qu’il faudrait pour contribuer au réchauffement climatique. Par conséquent, même si les résultats de futurs projets permettront de mesurer plus précisément l’influence des rayons cosmiques sur la formation des nuages, les résultats actuels montrent donc clairement que l’évolution de ce rayonnement cosmique a été tel qu’il ne peut avoir contribuer au réchauffement climatique depuis 1985-1987. Je vous invite à lire l’article de Nature qui est plus détaillé que le mien.

Quant à l’expression « le coup de grâce », je pense qu’elle correspond bien à l’expression anglaise « the final nail in the coffin » utilisée dans l’article de Nature. Le titre de l’article de Nature « No solar hiding place for greenhouse sceptics » est également sans ambiguité.

------------------------------------

Zygomar,

Que vous vouliez ou non, les revues scientifiques Nature et Science sont les deux plus prestigieuses dans le monde scientifique. Si vous n’avez pas encore lu l’article de Nature, je vous invite à le faire.

Quant aux remarques concernant la vapeur d’eau, je vous renvoie à ma réponse ci-dessus au commentaire de Formule4.

votez :
par formule4.com (IP:xxx.xx4.136.121) le 8 juillet 2007 à 13H22

Merci des précisions techniques Marc

Toutefois, je parlais (avec légèreté certes) de l’image classique du réchauffement du au soleil considéré comme un radiateur. Autrement dit il est difficile de faire une relation à court terme entre la qualité d’un été et le cycle solaire (cycle des taches par exemple). Il est toujours intéressant d’obtenir des études moins banales et moins simplissimes sur l’influence solaire sur l’apparente modification du climat.

Pour ce qui est du CO2 en tant que gaz à effet de serre, je ne conteste pas les travaux du Giec mais leur interprétation. Cela dit, les modèles mathématiques, ou l’analogie entre une serre de tomates, pour expliquer la complexité de l’atmosphère et d’une éventuelle modification de l’effet de serre, me paraissent bien aléatoires.

Je n’oublie pas que dans les années 60/70, c’étaient les fusées et les bombes atomiques qui devaient pourrir les étés. Plus récemment il y a eu l’engouement pour la couche d’ozone. Quel sera le cataclysme à la mode pour 2010 ?

votez :
par perlin (IP:xxx.xx0.174.43) le 7 juillet 2007 à 05H14

@ l’auteur

Merci pour l’info

Toutefois, votre style est un peu compliqué : "Au contraire, les effets solaires sur cette période pourraient avoir eu tendance à refroidir le climat. Si tel était le cas, la sensibilité du climat devrait être revue à la hausse, ainsi que les futures augmentations de température si ces effets solaires refroidissants venaient à prendre fin."

Il faut lire plusieurs fois pour comprendre ...

votez :
par Cyrrus Smith (IP:xxx.xx7.176.67) le 7 juillet 2007 à 09H59

INTELLIGENCE DE L’ENNEMI.

Il ne faut pas sous-estimer un homme comme Claude allègre, ni les autres scientifiques qui travaillent en agents d’influence de l’opinion publique pour le compte des pétroliers. L’Influence est une tactique réfléchie et souvent très élaborée.

Ces scientifiques doivent donc savoir à mon avis qu’ils mentent et trompent l’opinion, au moins au début de leur action. Ensuite comme beaucoup d’humains ils peuvent parfois se prendre à leurs jeux.

MENSONGES. Pourquoi mentent-ils ? Pour l’argent ? Mais ils savent que les conséquences de leur mensonge peuvent nuire à leurs enfants ou eux même. Il en est de même pour leurs commanditaires.

SOCIÉTÉ DE CASTES L’explication est à mon avis la suivante. Ils espèrent que leur pouvoir et leur richesse vont leur permettre de s’en tirer, de profiter des dernières ressources de la planète sans remettree encause leur mode de vie. Pour cela il faut appauvrir et dé-socialiser le reste de l’humanité, prolétariser la classe moyenne, abrutir les prolétaires, qui ne demandent que ça, à coup de TF1 et autres staract, privatiser l’énergie, confisquer le droit de semences, maîtriser l’information (en vendant un système Vista avec 47 fonctions d’espionnage par exemple), etc..

votez :
par Croa (IP:xxx.xx0.254.78) le 22 janvier 2009 à 23H50

Cyrrus, tu présentes des vérités aussi gênantes que le réchauffement climatique ! :-(

Certains devraient pourtant se demander pourquoi il ne suffit pas de faire reconnaitre un constat pour que changent les mauvaises habitudes !

votez :
par Le furtif (IP:xxx.xx1.38.9) le 7 juillet 2007 à 12H20

Les prédictions inquiètes du réchauffement climatique ont dû subir les effets néfastes des approximations journalistiques voire politiques.

Paradoxalement le tam tam colportait bien plus efficacement l’ahurissante hypothèse d’une sécheresse planétaire . Cette idée fumeuse parasitant les études , elles sérieuses sur le réchauffement.

Cette année , il pleut tellement à Paris__ Londres barbote __ que les magazines passent à autre chose...Il n’empêche que pendant au moins trois ans leur poudre aux yeux sera venue falsifier le débat sous les regards totalement intéressés des compagnies d’eau ( et de leurs relais politiques) bavant déjà à l’idée d’une hausse de tarifs...

Une hausse des températures devant amener une hausse des précipitations....

Cordialement

Le furtif

votez :
par vertderage (IP:xxx.xx1.97.95) le 21 juillet 2007 à 19H21

A le Furtif, vous confondez comme beaucoup le temps qu’il fait et le climat : le temps qu’il fait à un moment donné est très variable d’un mois à l’autre et d’un pays à un autre.Et il suffit à beaucoup d’avoir un été froid dans sa région( mais pas en Roumanie !) pour prétendre que le réchauffement n’existe pas et que tout ce battage n’est qu’une arnaque politicofinancière. Les variations climatiques ne peuvent s’apprécier que sur une durée et un espace suffisamment grands, et les climatologues se gardent de tirer des conclusions s’ils n’ont pas ce recul nécessaire.Parmi les changements indiscutables, il y a par exemple l’observation que sur les quinze dernières, on compte les dix années les plus chaudes jamais enregistrées, à l’échelle planétaire s’entend et non pas de votre village.

votez :
par kristin66 (IP:xxx.xx4.94.195) le 22 juillet 2007 à 23H21

[on compte les dix années les plus chaudes jamais enregistrées, à l’échelle planétaire s’entend et non pas de votre village.]

Oui, mais pas depuis très longtemps. Quelques décennies. C’est bien peu, comme recul.

votez :
par léonard (IP:xxx.xx6.100.68) le 8 juillet 2007 à 11H24

Pour défendre l’auteur de l’article après avoir lu l’article de Science et sans jouer au scientifique ni chimiste :

CO2 c’est du solide au niveau liaison. Pour casser la liaison O=C x 2 prend pas un marteau-pilon c’est pas assez costaud. Veux dire que plus t’en as et plus t’en expédies dans l’atmosphère plus t’en à encore. 10 milliards de tonnes par an, c’est pas une petite masse les gars, surtout que ça s’accumule car prend du temps pour se dégrader(voir plus haut) ET puis les gars sceptiques qui sont encore à se demander comment ça marche l’effet serre, l’absorbtion thermique vous parlez juste du CO2 mais vous oubliez le méthane et surtout le NO3 qui eux aussi jouent un grand rôle dans l’effet serre.(ouais d’accord se dégradent plus vite) M’a fallu expliquer pas plus tard qu’hier soir que CO2 c’est pas une particule de poussière ni du scori qui obscurcit le ciel et qui interdit au rayonnement de traverser l’atmosphère entrainant un rfroidissement génèral. Que c’est dur de vouloir être raisonnable et pédagogue. excusez mon intervention, mais c’est comme pour les créationnistes on ne peut que répondre.

Salut à toutes et à tous.

votez :
par fafou0 (IP:xxx.xx1.88.230) le 8 juillet 2007 à 15H51

L’argument solaire n’est pas le seul en cause... Quid de la techtonique des plaques, des volcans et j’en oublie ou encore tout simplement un changement climatique comme cela s’est déjà produit dans les différents millénaires (cf la période où le Groeland était une terre "verdoyante"). On utilise certains scientifiques ou climatologues et l’on en fait taire d’autres et cela s’est toujours passé ainsi depuis la nuit des temps !!! Ceci dit, ne nions pas la pollution dans les grandes métropoles ou encore la "malbouffe" avec tous les produits chimiques qui y sont intégrés par exemple, les matières premières qui disparaissent, la liste est longue... Prenons l’exemple d’Al Gore, ce milliardaire qui consomme plus d’énergie que n’importe qui d’entre nous, ce "business man" qui s’enrichit encore : j’espère tout de même que tous ces concerts irons au moins au profit d’une meilleure vie sur la planète, si ce n’est pas le cas, j’appelle ces gens là des gourous !

votez :
par fafou0 (IP:xxx.xx1.88.230) le 8 juillet 2007 à 16H04

Je rajoute à mon dernier poste que ce réchauffement peut être dû aussi à une démographie exponentielle et galopante entraînant par exemple l’augmentation du bétail : "Le secteur du bétail est aujourd’hui l’un des pires problèmes environnementaux de la planète. L’impact est si grand qu’il faut y remédier de façon urgente. L’agence de l’ONU montre du doigt notre appétit grandissant pour la viande et les produits laitiers pour expliquer que l’élevage émet, à lui seul, 18% de tous les gaz à effet de serre (37% du méthane lié aux activités humaines). Le transport représenterait un peu plus de 12% des émissions de GES, selon diverses sources.

votez :
par vertderage (IP:xxx.xx1.97.95) le 21 juillet 2007 à 19H26

FafouO, vous êtes à côté de la plaque : les évènements dont vous parler ont des rythmes et des impacts très différents et n’ont aucun rapport avec l’accroissement de l’effet de serre. Renseignez-vous.

votez :
(IP:xxx.xx4.15.107) le 8 juillet 2007 à 16H06

On sent bien que le "sauvons la planète" va devenir le dogme du 21e siècle. Reste à imaginer la récupération qui en sera faites sur le plan geo-politique.

Et pendant que certains estiment que, d’autres moins alarmistes estiment que... Mais ceux-là ont évidemment moins l’oreille du peuple vu que celui-ci adore les scénarios catastrophes.

Tiens, à propos... Des scientifiques japonais ceux-là ont été prendre des mesures aux pôles et constatent que les trous dans la couche d’ozone sont "bizarrement" en train de se résorber sans autre explication plausible pour l’heure... Bref...

votez :
par darra38 (IP:xxx.xx7.58.229) le 8 juillet 2007 à 16H24

Très bien de remettre les choses au point avec les sceptiques, mais dans se cas il faut aussi remettre les choses au point avec le GIEC qui, dans ses études, oubli le rôle primordial de la vapeur d’eau comme gaz à effet de serre. Rendez vous compte que la vapeur est 8 fois plus efficace et 200 fois abondante que le CO2 dans l’atmosphère

a voir http://www.mpl.ird.fr/SeqBio/Pages/...

votez :
par darra38 (IP:xxx.xx7.58.229) le 8 juillet 2007 à 16H30

Le GIEC a déjà été remis en cause par des scientifiques qui on dénonçait les courbes de températures et de concentration de CO2 en forme de crosse de hockey comme volontairement erroné pour faire de l’alarmisme. Le GIEC a donc supprimé ces deux courbes de leur rapport mais ça personne n’en a parlé !!!!

votez :
par darra38 (IP:xxx.xx7.58.229) le 8 juillet 2007 à 17H26

De plus, les sceptiques disent que le soleil est responsable du réchauffement mais que l’activité solaire à de 15 à 20 ans d’avance sur les effets subi sur les planètes à cause de leurs inerties thermique. En effet la casserole d’eau met un temps à se réchauffer mais une fois chaude, elle met aussi du temps pour se refroidir. Le scientifique Khabiboullo Abdoussamatov dit que depuis 1992 la surface des océans commence à se refroidir (surprise pour GIEC) car l’activité du soleil à commencer à décroitre un peu avant.

votez :
par fafou0 (IP:xxx.xx1.186.144) le 9 juillet 2007 à 11H19

Puisque le mot "sceptique" est employé dans le titre de ce dossier, je cite un texte trouvé ce jour dans rubrique "sciences" : "Les poussières présentes dans la calotte glaciare du Groeland sont les restes d’une forêt vieille de 450.000 à 800.000 ans". "...en analysant les minuscules débris agglomérés à la base d’une carotte glaciaire d’une épaisseur de deux kilomètres creusée dans le sud du Groeland, des chercheurs Européens ont découvert qu’ils avaient affaire à de minuscules reliques d’insectes, de papillons et d’arbres. "...Si nos calculs sont exacts cela veut dire que la couche de glace recouvrant le sud du Groeland est plus stable qu’on ne le pensait...les précédentes estimations dataient la forêt boréale au Groenland avant la glaciation à 2,4 millions d’années. "...voilà donc remis en cause, ce scénario sur lequel les climatologues s’appuient pour évaluer la montée du niveau des mers que pourrait provoquer l’augmentation des températures en fonction des émissions des gaz à effet de serre". ! Bien contente que l’on tienne compte ENFIN des découvertes de scientifiques renommés qui jusqu’alors n’avaient pas "droit de cité"... En tout état de cause, j’ai toujours cru en la capacité de l’Homme à se dépasser c’est pourquoi je ne supporte pas les prédicateurs de malheur, à fortiori pour nos enfants et petits enfants : donnons leur un espoir raisonné pour leur avenir car seul "l’Espoir fait vivre"...

votez :
par mic-mac (IP:xxx.xx8.49.11) le 14 juillet 2007 à 21H09

"Les poussières présentes dans la calotte glaciare du Groeland sont les restes d’une forêt vieille de 450.000 à 800.000 ans".

Wouahouhhhh !!! Les Danois ont de la mémoire !!!! Ils ont appelé ce secteur "pays vert" seulement dans le dernier millénaire...

N’y aurait il pas eut plusieurs cycles de réchauffement dont un relativement récent ?

votez :
par Denis Megandar (IP:xxx.xx7.131.143) le 10 juillet 2007 à 23H36

Une petite remise en contexte de cette hystérie du "réchauffement climatique" ne serait pas malvenue : Le réchauffement climatique, rien qu’une bulle d’air chaud ?

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx9.169.6) le 12 juillet 2007 à 10H53

Tiens, comme c’est curieux !! Ce lien ne mène nulle part.....

votez :
par mjmb (IP:xxx.xx4.66.248) le 13 juillet 2007 à 09H56

Voilà où devrait mener le lien :

http://www.zetetique.org/rechauffem...

à lire si l’on veut comprendre l’exaspération de ceux que l’on essaye de faire marcher au pas à coup d’affirmations "scientistes" depuis plus d’un demi-siècle.

votez :
par Croa (IP:xxx.xx0.254.78) le 23 janvier 2009 à 00H11

Celui-ci même bien quelque part...

J’y ai trouvé un charabia trop hermétique pour être honnête ;-) et une fantaisie digne d’Hollywood.

Ne décevez pas Denis et allez voir ! :-p

votez :
par guigueek (IP:xxx.xx6.165.10) le 11 juillet 2007 à 18H00

Bonjour,

Cet article montre (et encore dépend des données utilisées) que le réchauffement n’est pas le résultat de l’activité solaire. Cela ne veut pas forcément dire que l’activité humaine est le principale responsable en toute objectivité scientifique.

votez :
par laivamun (IP:xxx.xx0.236.227) le 7 août 2007 à 23H29

Les variations de l’activité solaire sont du court terme par rapport au cycle de changement du climat correspondant à la précession de l’axe de rotation de la terre durant environ 129 siècles. Si vous appliquez à l’efficacité du rayonnement terrestre la vieille formule sur l’angle d’incidence, du Sinus duquel dépend la quantité de chaleur reçue, vous aurez un apperçu plus précis du fonctionnement du réchauffement

votez :
par laivamun (IP:xxx.xx0.236.227) le 9 août 2007 à 00H31

Le GIEC nous enseigne que l’eau, vapeur ou nuages, est responsable de 72 % de l’effet de serre. Les autres gaz sont donc responsables de 28% de cet effet de serre. Toujours le GIEC nous informe que la part de responsabilité du CO2 représente dans ces autres gaz 69% J’en déduis que la totalité du CO2 présent dans l’atmosphère est responsable de (0,69*0,28 = 0,1932) de 19,32 % de l’effet de serre. Les carottages glaciers faits à Vostok nous apprennent que depuis 400000 ans la teneur de l’atmosphère en CO2 a varié entre 180 et 300 ppmv (parties par millions en volume - chiffres de Nature, 1999). Les experts du GIEC chiffrent à 7 milliards de tonnes la quantité annuelle de CO2 produite par l’homme (carbone anthropique) dont 3 milliards arrivent à être ré-absorbés par la nature. Si je considère, pour le calcul du C présent dans l’atmosphère, que cette atmosphère est rassemblée sur un couche homogène de 4000m autour du globe un calcul à partir des chiffres précédents montre que ces 4milliards de tonnes de Carbone anthropique produits représentent 0,2% du carbone total donc sont responsables de (0,2*0,1932 =0,03864) 3,8% du réchauffement annuel de la planète. A votre avis d’où proviennent les 96,2% manquant ? Considérez qu’une surface terrestre d’un rayon de 1000km pour la France ou 1600km pour le Groeland est une surface plane et appliquez à cette surface plane les lois élémentaires de la physique qui veut que l’efficacité d’un rayonnement absorbé par une surface soit proportionnelle au sinus de l’angle d’incidence. Dites vous encore que la terre précessionne selon un angle au sommet d’environ 46° en 230 siècles et vous ne serez pas loin de découvrir la réalité du réchaufement les FIG de références sont à la page http://numavial.club.fr/article/ima... Vous pouvez connaître les calculs à la page http://numavial.club.fr/GENEAsite/R...

votez :
par Shyankar (IP:xxx.xx7.168.189) le 11 août 2007 à 19H18

j’ai vu ce documentaire : la grande arnque du réchauffement climatique et franchement c’est de la démagogie pure. Ce doc consiste en gros à nous dire que les entreprises (et nous conssomateur) ne sommes en rien dans le réchauffement climatique et que la terre a toujours tournait rond... De plus on nous explique clairement que greenpeace serait aux mains de sandinistes et marxistes "au bérets rouges" qui ont trouvé après l’effondrement de LURSS la seule manière de combatre le capitalisme... Du grand n’importe quoi...

votez :
par bobalski (IP:xxx.xx4.17.82) le 16 août 2007 à 12H27

Ce que je pense de mon point de vue non scientifique mais néanmoins informé, c’est que les arguments en faveur de la théorie du GIEC sont moins nombreux, moins logiques (pour un profane), moins cohérents dans les faits, visiblement sujets à manipulations ou tout du moins à corrections alors qu’ils sont censés être le fruit du travail des meilleurs experts mondiaux. Il est évident que l’argent et donc le pétrole sont et seront toujours l’élément le plus puissant et le plus envié des hommes. Dès lors, la faiblesse de l’exposé scientifique se voit allourdie d’un alibi incommensurable : en finir avec la dépendance des produits pétroliers, dont les ressources ne sont pas forcément dans les bons pays... L’homme a un telle vanité qu’il se permet de modifier tout ce qu’il peut sur Terre, usant de technologies scientifiques toutes aussi brillantes qu’effrayantes et pense tout comprendre de la Terre et pis encore du Soleil. De plus les pires mensonges sont visiblements ceux qui fonctionnent le mieux, on en a régulièrement des exemples outre-atlantique. Une population appeurée, indignée et formatée d’un côté, une partie de la communauté scientifique corrompue et les médias de l’autre...

votez :
par Pierre Picard (IP:xxx.xx1.42.181) le 21 août 2007 à 14H21

Al Gore, grand représentant de la cause du réchauffement climatique, est propriétaire d’un hedge fund spécialisé dans la spéculation sur les marchés de droits d’émission de carbone. Son film sur le réchauffement fait partie d’une stratégie pour que ce genre de marchés soient imposés un peu partout.

D’autre part, l’idéologie d’Al Gore est nauséabonde. Selon lui il y a trop d’êtres humains sur Terre, il en faudrai environ au moins 5 milliards en moins. Tout un programme ! Il se trouve qu’en privant les populations de consomer du carbone (et donc d’avoir accès à l’énergie), on pourrait très bien créer des situations humainement dramatiques ! La France a fixé comme but de réduire par 4 les émissions de carbone à horizon 2050. C’est une politique génocidaire !

Quant à l’argument développé par cet article, les partisans du réchauffement sont si bien habitués à manipuler les données pour nous tromper, que je ne leur fais absolument plus aucune confiance. Ils ne sont pas dignes de confiance, aussi bien scientifiquement que moralement.

votez :
par Laurent (IP:xxx.xx1.70.189) le 21 août 2007 à 21H35

Nature est effectivement une revue scientifique de tout premier ordre. Je voudrais simplement vous faire observer qu’un climatologue Allemand Stefan Rahmstorf analyse un article écrit par M. Lockwood & C. Fröhlich. J’aurais préféré lire une synthèse écrite par les auteurs de l’article. De nous jour et notamment à propos du réchauffement climatique, nous ne sommes jamais trop prudent.

votez :
par Pierre PICARD (IP:xxx.xx1.42.181) le 22 août 2007 à 11H57

Des erreurs trouvées dans les données de la NASA sur le climat :

http://www.dailytech.com/Blogger+fi...

Après correction de la NASA, il se trouve que l’année la plus chaude aux USA n’est plus 1998 mais 1934, et que 5 des 10 plus chaudes années aux USA sont avant la 2èm guerre mondiale !!!

Le site du découvreur de cette "erreur" : http://www.climateaudit.org/

Une "erreur" qui pourrait bien en cacher d’autres.

votez :
par Laurent (IP:xxx.xx8.192.4) le 22 août 2007 à 14H24

la NASA (James Hansen) a été forcée ( par McIntyre) de corriger ses courbes officielles de températures (pour les USA). Les années les plus chaudes depuis un siècle sont maintenant et dans l’ordre décroissant : 1934, 1998, 1921, 2006, 1931, 1999, 1953

un lien direct avec l’article (en) :

http://icecap.us/index.php/go/joes-...

Cette information a t-elle été relayée dans les médias francais ? Si une personne a lu un article sur le sujet dans la presse française, pourriez vous nous le signaler. merci

votez :
par lereveur (IP:xxx.xx4.37.124) le 25 août 2007 à 09H47

sur 100 ans ??? ben dis donc

de qui vous moquez vous ?

l’unité temps des cycles solaires est probablement de l’ordre de 2.000 ans

un coup de clairon pour remettre en cause toute activité humaine à n’importe quel prix et en se parant d’un badigeon scientifique

un peu de bon sens : le gros des activités industrielles polluantes a été concentré sur 40 ans à partir de 1945 ; et encore sans l’Inde et la Chine

vous n’en avez pas marre de vous goinfrer de n’importe quelle propagande ? il est comique Al Gore avec son programme ; il le vend combien ?

et comme dirait Borloo s’il a plu cet été c’est la faute au réchauffement ; et ce n’était pas aux guignols de l’info !!!

votez :
par Laborit (IP:xxx.xx2.137.171) le 25 août 2007 à 14H24

Apre débat ! Partant du point de vue d’un écologiste convaincu que notre mode de fonctionnement capitaliste et industriel est à changer totalement et qu’il est grand temps d’arrêter le gâchis des ressources et cette pollution criminelle, je reste cependant perplexe devant cet apparent consensus concernant le réchauffement climatique. En premier lieu, je suis sceptique par nature, surtout quand une idée devient quasi dogmatique et qu’elle dérive vers l’émotionnel. Actuellement, tout qui tendrait à reconsidérer ce qui nous est dit concernant le réchauffement et/ou les causes du réchauffement se mue aux yeux de certains convaincus en imbécile, réactionnaire obtu, lobbyiste inconscient voire criminel. Or, par principe, on doit pouvoir tout remettre en cause. Parlant du consensus scientifique, j’aimerais tout d’abord connaître l’origine des subventions données aux labos et à qui ils appartiennent. Ne subsidie-t-on pas les recherches uniquement quant elles tendent à corroborer la version officielle ? Si oui (ce que je crains) je pense que le combat écologique induit repose alors sur une base tronquée quant aux finalités. Quant on voit la désinformation à laquelle nous sommes soumis, pourquoi éluder purement et simplement l’idée que l’on puisse vouloir nous faire avaler des couleuvres ? Entendons-nous bien, nous devons reconsidérer notre mode de fonctionnement du tout au tout. On ne peut pas continuer de cette manière c’est bien certain mais je pense que ce changement ne doit pas se faire qu’en fonction de l’enjeu climatique seul. Paradoxalement, le catastrophisme médiatique ambiant est mobilisateur, fédérateur et on pourrait s’en réjouir et se contenter de cette nouvelle prise de conscience de notre place ici-bas mais il nous faut rester vigilants et continuer à chercher, à nuancer, confirmer et infirmer inlassablement tout ce qui nous est dit. Trente ans plus tôt on nous prédit une glaciation maintenant un réchauffement...tout cela reposant pourtant à chaque fois sur des études scientifiques. La science apporte souvent plus de questions que de certitudes et est bien souvent peu vendeuse pour l’opinion publique. Donc, face à cette nouvelle croisade, sachons rester positivement subversifs. Osons discuter de tout et essayons de faire avancer le schmilblick sans parti pris. En second lieu, nos sympathiques industriels et financiers effectuent un volte-face qui ne me rassure en rien. Ce n’est pas la première fois qu’ils utilisent le subterfuge de faire croire qu’ils s’opposent à un mouvement pour finalement le rejoindre prétendant qu’ils ont compris, changé. Ici, il faut une bien belle candeur pour abandonner une saine et légitime suspicion à leur encontre. D’ailleurs, quels sont les actes concrets posés ces derniers mois par les entreprises nouvellement acquises à la cause ? Perso, je vis dans un bassin industriel et je ne vois pas encore un changement clair en ce sens. Ca fume à qui mieux-mieux et sauf énorme surprise, ça ne risque pas de changer avant un moment. Par contre, je vois déjà se profiler les augmentations de toute sorte... En Belgique, du jour au lendemain, on nous a annoncé une augmentation de 17% de la facture de gaz pour monsieur-tout-le-monde. Les entreprises, quant à elles, ce n’est que de 3 à 7%. Le réchauffement climatique me donne hélas à penser que nous allons faire les frais de cet enjeu et que l’aveuglement dogmatique et le militantisme outrancier risquent bien malgré eux de jouer un jeu de dupes. Il nous faut bien sûr dans un premier temps abandonner bien des inepties inhérentes au capitalisme mais ne pas oublier non plus qu’il faut aussi et surtout se débarasser de lui et ne pas le laisser se redorer le blason en le laissant devenir le champion du développement durable. Laborit

votez :
par Laurent (IP:xxx.xx8.192.4) le 28 août 2007 à 17H25

Je félicite l’intervenant précédent (Laborit) pour son commentaire et son ouverture d’esprit. J’arrête de lancer des fleurs et je voudrais revenir sur le financement des études. Comme la plupart d’entre nous, je fouine sur les sites internet traitant de l’évolution climatique et j’ai notamment contacté un opposant au GIEC. A la question posée à ce directeur de Recherche du CNRS à la retraite : « pourquoi les scientifiques proches de vos idées ne se rassemblent ils pas tous devant l’Elysée où bien le ministère de l’écologie pour forcer les médias à présenter à l’opinion publique une autre hypothèse que celle généralement admise ? » ; voici sa réponse :

« C’est une bonne question. le problème c’est que les scientifiques comme moi mais qui ne sont pas en retraite, ont objectivement intérêt à la fermer, pour parler vulgairement. Il faut savoir que tout projet scientifique, présenté actuellement aux décideurs, notamment européens, est couvert d’argent s’il prétend adhérer au réchauffement climatique anthropogénique... Etre dissident, c’est être privé d’argent pour continuer ses travaux. Donc la plupart se taisent et se tairont. Ils ne diront vraiment ce qu’ils pensent qu’en privé. Sauf les retraités comme moi qui peuvent dire (enfin !) ce qu’ils pensent ! »

C’est grave si les états orientent les recherches !

Espérons que les opposants et dissidents finiront par débattre autour de la même table.

votez :
par jesuisunhommelibre (IP:xxx.xx7.126.27) le 31 août 2007 à 17H36

@laurent "C’est grave si les états orientent les recherches !"

Voila une pensée bien libérale dont je vous suis grès.

En fait, les Etats suivent leurs opinions publiques, qui ne retiennent que ce qui les alarme.

Il ne faut jamais oublier que pour survivre, un scientifique doit publier. Pour être susceptible d’être publié, il faut que le sujet donne envie de le lire : Les journaux comme Nature vivent grâce à leur lecteurs. Donc, au plus une nouvelle est alarmiste, au plus elle sera lue, et donc au plus aura-t-elle de chance d’être publiée.

Il ne s’agit donc pas d’un complot (on nous dit rien, on nous cache tout), il ne s’agit pas non plus d’une escroquerie intellectuelle de la part des journaux comme Nature, ni de la part des scientifiques. Il s’agit uniquement de l’effet produit par un travers de l’Homme qui est attiré par les évènements violents, voire morbide.

En résumé, l’origine humaine du réchauffement climatique : p’t’être ben qu’oui, p’t’être ben qu’non !

votez :
par analog (IP:xxx.xx6.156.252) le 6 septembre 2007 à 08H43

Je ne sais que penser du fait que l’interdiction des C.F.C., pour destruction de couche d’ozone, coïnciderait de près avec la fin du brevet de ce produit. J’ai quelquefois l’impression de vivre dans un monde ou, plus "nos" maîtres agissent sans se justifier, plus ils surveillent les citoyens qui doivent se justifier.

votez :
par yofi (IP:xxx.xx6.250.8) le 11 septembre 2007 à 17H28

De grâce , n’imputons pas aux Yankees (et je me proclare raisonnablement anti-américain ) , la coqueluche du fiston ! J’adhère pleinement aux mises en perspectives de LAIVANUM . Voyons donc ! Que , NATURE ,cet organe respectable , publie une étude dont l’objet s’étend sur un SIECLE est confondant . La recherche astrophysitienne doit-elle dorénavant utiliser le "centimètre" de nos grands’mères ? .

votez :
par Jean Vladimir Térémetz (IP:xxx.xx7.36.179) le 22 septembre 2007 à 18H53

Peu importe : vite l’énergie atomique inoffensive et inépuisable page 8 du site www.savoir-ce-qu-est-l-unive....

Les Auteurs deClimat
çaDérange - 299 articles
Dynamicsauto - 37 articles
Biosphère Blog - 57 articles
Laurie ALVAREZ - 1 articles
alain cluzet - 3 articles
rcoutouly - 65 articles
chems eddine Chitour - 2 articles
Mobilité durable - 178 articles