NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Réchauffement : c'est le Soleil

Article publié le 22 janvier 2009

Les mesures de l’activité solaire sont basées sur les tâches observées sur le Soleil.

En 1848, Rudolph Wolf établit une méthode d’estimation quotidienne de l’activité solaire en comptant le nombre de taches solaires isolées, et le nombre de groupes de taches à la surface du soleil. Wolf choisit alors de calculer le nombre solaire (Sunspot Number) en additionnant 10 fois le nombre de groupes de taches au nombre de taches prises individuellement, car aucune des deux quantités ne reflétait exactement le niveau d’activité.

De nos jours, le calcul de ce nombre solaire continue, car aucune autre indication n’existe depuis cette période de façon aussi fiable.

Pourtant, aucun graphique, aucune courbe sur Internet ne reflète bien la différence flagrante de l’activité de ces dernières décennies par rapport à l’activité normale.

image

Des chiffres précis de l’activité solaire sont disponibles depuis 1749. C’est par les chiffres que les différences peuvent être significatives.

Depuis 1944, date d’un minimum solaire et début d’une très forte activité solaire ayant perdurée jusqu’aux années 2000, la moyenne annuelle des tâches est de 67,84.

Si nous prenons les 74 années précédentes, soit de 1870 à 1944, cette moyenne tombe à 42,96 tâches par an. Nous avons donc une augmentation, ces 74 années passées, de 49,76%.

Lorsqu’on voit l’influence que peuvent avoir les éruptions solaires sur notre planète, prétendre qu’une telle augmentation de l’activité solaire n’affecte pas le climat n’est pas seulement stupide, ce ne peut être qu’une grotesque manipulation des masses, manipulation économique, politique, mais aussi scientifique (même si la fronde des scientifiques intègres commence à faire craquer le blocus médiatique).

La longue descente de l’activité solaire, depuis maintenant huit ans, laisse présager une très sensible baisse de celle-ci pour les cycles à venir. Le climat, forcément, suivra cette tendance. Et alors que l’on nous manipule à coups de "réchauffement climatique dû au Co2", c’est une période extrêmement froide que nous risquons de devoir affronter pour des décennies.

Il est grand temps, je pense, de se poser sérieusement des questions sur la façon dont nos sociétés sont dirigées.

Thèmes

CO2 Réchauffement climatique Soleil

Bookmark and Share
148 votes

commentaires
votez :
par pissefroid (IP:xxx.xx1.190.217) le 22 janvier 2009 à 14H56

à méditer !

D’autres renseignements sur http://www.pensee-unique.fr/theses.html

Le débat en cours sur le réchauffement climatique sous la loupe ... (mis à jour le 20/01/09)

votez :
par Al Gore (IP:xxx.xx7.77.228) le 22 janvier 2009 à 14H58

Comme d’habitude, quelqu’un vient de découvrir que le réchauffement climatique ne serait peut être pas du aux émissions de CO2. Toute l’énergie dépensée, d’un coté comme de l’autre, à valider ou invalider cette théorie est d’un ridicule mortel. Le problème est que l’on pollue comme si il n’y avait pas de lendemain. Le problème est que l’on modifie largement, et sans rien en avoir à faire, la majorité des écosystèmes de la planète. Maintenant de savoir si c’est l’excès de CO2 qui réchauffe la planete, ou le soleil, ne change rien au problème fondamental : quand, et comment, arrêtera-t-on de polluer ?

votez :
par Aerobar Films (IP:xxx.xx9.124.111) le 22 janvier 2009 à 15H04

Que ces articles écrits par des ignares qui se prétendent savants sont ridicules...

Illarramendi, vous n’y connaissez rien, vous n’avez manifestement aucune base scientifique (par exemple, vous nous sortez des résultats à quatre chiffres significatifs sans marge d’erreur) et vous croyez vous rendre intéressant en remettant en cause le travail de milliers de professionnels ?

Retournez à vos vrais savoir-faire et cesser de polluer le Net avec des crétineries pareilles.

votez :
par Totor (IP:xxx.xx3.165.253) le 22 janvier 2009 à 16H00

@Aerobar Films

C’est vous l’ignare ridicule, pas une once d’ouverture d’esprit.. renseignez vous avant d’aboyer votre haine

.. chez ces ignares ridicules là par exemple …

http://spacecenter.dk/research/sun-...

http://www.nasa.gov/home/hqnews/200...

http://cloud.web.cern.ch/cloud/

votez :
par Croa (IP:xxx.xx0.254.78) le 22 janvier 2009 à 22H30

Ce ne sont même pas des ignares... Ils auraient une excuse : Aerobar Films je te trouve gentil ! :-((

Ces gens sont des escrocs, ce que révèle entre autres choses le style hermétique du discourt ! (Les quatres chiffres significatifs révèlent une formation dans la com plutôt que dans les sciences.)

votez :
par Ferlinpimpim (IP:xxx.xx3.122.13) le 22 janvier 2009 à 15H08

L’original de cet article est ici :

http://changementclimatique.over-bl...

Je ne l’ai pas soumis à NaturaVox mais je n’ai rien contre sa diffusion. Je ne pense pas que ce soit ridicule de chercher la vérité.

Quand à la pollution, nous sommes tous d’accord, mais certainement pas de la façon dont les politiciens le font.

Voir cette info :

http://changementclimatique.over-bl...

votez :
par Ferlinpimpim (IP:xxx.xx3.122.13) le 22 janvier 2009 à 15H15

Aerobar, j’ai l’habitude de ces commentaires des contents d’être conditionnés à être imbéciles et méchants.

Cela ne me touche plus.

votez :
par Kelson (IP:xxx.xx6.55.199) le 22 janvier 2009 à 15H33

Et alors ? Si jamais il faisait plus froid pendant 30 ans à cause d’une baisse d’activité du Soleil, faudrait-il continuer à augmenter nos concentrations en gaz à effet de serre dans l’atmosphère ? Faudrait-il-continuer à bruler, à polluer, avec nos énergies fossiles ? Que se passerait-il dans 40 ans si le Soleil avait de nouveau une phase d’activité plus importante ?

votez :
par coco (IP:xxx.xx4.21.250) le 22 janvier 2009 à 15H44

@ l’auteur

Peut-il m’expliquer alors pourquoi le terre se réchauffe plus là ou il y a moins de soleil (aux pôles- on constate des écarts allant parfois jusqu’à +15°) et moins là ou il y en a le plus (à l’équateur) ?

votez :
par Djam (IP:xxx.xx4.144.229) le 22 janvier 2009 à 16H50

Je trouve assez curieux d’user d’arguments d’autorité et de deux moyennes bien choisies (sur 74 ans, pourquoi pas 17 ou 121 ?) pour justifier un complot mondial des scientifiques et de nos représentants politiques.

Peut-être le soleil a-t-il une influence sur notre climat, je ne le nie pas (la preuve, si on le supprime, ça risque de nous faire bizarre :-p ). Mais alors, si cette influence est tellement importante, où sont les cycles de 11 ans, bien visibles sur le graphique que vous montrez ? Pourquoi le début du XXIe siècle a vu les années les plus chaudes depuis bien longtemps se succéder alors que l’activité solaire semble baisser ?

Encore une fois, sans la nier, prendre prétexte de l’influence du soleil pour écarter le rôle des gaz à effet de serre comme vous le faites péremptoirement est tout, sauf rigoureux.

Peut-être que les articles que vous citez sont plus explicites...

votez :
par Pierre (IP:xxx.xx7.211.25) le 22 janvier 2009 à 16H58

@coco

Hum, coco, c’est un poil plus compliqué que ça.

Tout d’abord, la grande masse du pôle Sud ne se réchauffe pas du tout (un tout petit peu (peut-être)) la péninsule Ouest qui est très volcanique et qui est un prolongement de la cordillière des Andes). L’antarctique, dans son ensemble, a battu tous les records d’extension de surface glacée en 2007 et cette année, c’est presque aussi étendu que l’année dernière...La mer antarctique se refroidit. Et si l’hémisphère Nord s’est un peu réchauffé depuis quelques années, l’hémisphère Sud très peu ou pas du tout.

Ensuite, le soleil ne se contente pas d’envoyer de rayons lumineux. Il génère (lors de éruptions solaires) de puissants champs magnétiques qui dévient plus ou moins les rayons ionisants venus de l’espace (c’est l’héliosphère). On a de très bonnes raisons de penser que ces rayons ionisants gèrent l’ennuagement et donc le climat de la planète.

Moins d’activité solaire = plus de nuages = la terre se refroidit.

Ceci est actuellement étudié en détail au CERN de Genève (projet CLOUD) par 65 chercheurs de 18 Institutions Internationales...

votez :
par totorr (IP:xxx.xx6.56.171) le 23 janvier 2009 à 08H46

@croa

le fait que vous ne soyez pas d’accord avec un contributeur ne vous autorise pas à l’insulter ! que fait la modération ?

je ne crois pas que les gens du CERN de Genève ou du centre spatial du Dannemark que j’ai sité plus haut se réfèrent à vos souvenir de 4°

Vous fanfaronez sur des bribes de thermodynamique mais la compréhention des liens que j’ai sité est visiblement hors de vos capacités intellectuelle sinon vous n’auriez pas pris la peine de prouver que vous ne comprenez rien à la théorie du lien magnétisme/nuages/climat

votez :
par Internaute (IP:xxx.xx0.72.26) le 22 janvier 2009 à 17H43

Il existe visiblement le dogme du réchauffement climatique. Ainsi j’ai lu récemment un article (peut-être sur Avox ?) où le titre annonçait que 2008 avait été l’une des plus chaudes années depuis 10 ans.

Seulement, le graphique donné pour justifier le titre montrait justement que la température baisse chaque année depuis 2000. Alors c’est vrai que sur les 10 dernières années la température est plus haute qu’avant, mais il me semble que le graphique en question montre une baisse régulière des températures et pas une hausse.

Le titre aurait donc du être "Le climat refroidit depuis 8 ans, c’est trés alarmant, les gouvernements doivent sévir".

votez :
par joletaxi (IP:xxx.xx4.24.72) le 22 janvier 2009 à 17H49

Ce qui se passe actuellement avec toute cette hystérie de réchauffement climatique due au CO2 est d’une certaine façon très dangereuse. Sur la base d’affirmations soi-disant consensuelles de la majorité des spécialistes du climat,on va consacrer d’énormes budgets non pas pour diminuer notre pollution,mais pour éradiquer le CO2 traité comme un polluant.On nous annonce tous les jours des catastrophes à venir dans 50/100 ans.On nous matraque de nouvelles alarmantes sur des ouragans, des sécheresses des inondations,de maladies, de guerres... N’importe qui d’un peu curieux sera sidéré de devoir constater que sur une donnée aussi élémentaire qu’essentielle,la t° globale moyenne du globe,personne n’est d’accord.Force est de constater que cette donnée est loin d’être fiable,et que certains se livrent au délicat exercice de faire coïncider les données avec les modèles ? Ainsi sur des bases aussi fragiles et contestées, on batit des prévisions pour... 100 ans.Etonnant non ?Sans compter que rien de ce qui était annoncé il y a 20 ans déjà n’est vérifié.Un scientifique faisait remarquer que dans le domaine climatique, aucun progrès sur le degré d’incertitude des modèles et des données n’avait été fait depuis 20 ans.Il y a 20 ans Mr Hansen avait exposé aux parlementaires américains un joli graphique des t° prévues ,que nous pouvons confronter avec la réalité.Mais cela ne le gêne nullment et il a remis ça dernièrement. Sur la reconstruction des t° passées, tout le monde est sans doute au courant du feuilleton de la courbe de Hockey de Mr. Man,le même qui après réexamens des données satellites du pôle Sud vient de conclure au réchauffement de ce continent.(cela semble cohérent:les eaux des océans qui bordent le pole Sud sont en net refroidissement,la calotte glaciaire et la banquise se portent à merveille...) Bref,on a de plus en plus la mauvaise impression que certains poursuivent des buts qui n’ont plus rien de scientifique. C’est très dommageable pour la communauté scientifique qui va non seulement perdre en crédibilité, mais de plus qui risque de donner un coup d’arrêt à des recherches nécessaires,si d’aventures la tendance au refroidissement très net que toutes les manipulations ne peuvent plus masquer devait se concrétiser. Il faut se garder quelque soit la théorie,de croire que des corrélations entre des graphes permettent de tirer des conclusions définitives(cf cet exemple :www.oceanclimate.de/A_Large_...) La seule chose qui peut être affirmée avec certitude, c’est que les sommes énormes exposées pour palier un très hypothétique problème qui pourrait arriver dans 100 ans,ne seront pas investies à résoudre des problèmes immédiats, bien réels, dont la pollution. Mais après tout, à une certaine époque, on a bâti des cathédrales qui ne servaient pas à grand chose non plus,sinon à nous élever l’esprit et la conscience.On ne peut pas dire que cela a été une réussite...

votez :
(IP:xxx.xx1.21.66) le 22 janvier 2009 à 18H06

Lisez plutôt cet article-ci !

votez :
par pissefroid (IP:xxx.xx1.190.217) le 23 janvier 2009 à 07H25

article contredit ici http://www.pensee-unique.fr/theses.html (Les "tenants de l’effet de serre" contre les "solaristes" )

votez :
par Tleilaxu (IP:xxx.xx5.122.68) le 22 janvier 2009 à 20H16

Article qui nie en bloc toute influence du soleil sur le changement actuel du climat : http://www.elwatan.com/Le-Soleil-n-...

et un autre pour les Alégristes... http://sciences.blogs.liberation.fr...

Depuis plus de trente ans, j’ai toujours entendu dire que le CO2 était un gaz à effet de serre, qu’il était responsable de la température infernale sur Vénus vu sa très grande concentration. La Lune et la Terre sont, à l’échelle du système solaire, à la même distance du soleil l’une et l’autre. Et pourtant, il fait beaucoup plus chaud en moyenne sur la Terre que le lune (15° contre -23 !) ! Pourquoi ? Parce qu’il y a de la vapeur d’eau sur terre et du co2 qui sont des gaz à effet de serre ! Comment peut-on croire que remettre dans le circuit atmosphéique des gigatonnes de co2 stockées sous forme de charbon et de pétrole auparavant n’aura pas d’influence sur le climat surtout quand on détruit les filtre à co2 que sont les forets ? Désolé, ça ne tient pas la route l’histoire du soleil...

votez :
par totorr (IP:xxx.xx6.56.171) le 23 janvier 2009 à 09H11

L’article que vous sitez sur l’influence du soleil se base sur l’irradiation... la théorie présentée par l’auteur de l’articcle et étudiée par différentes équipes de recherche se base sur le magnétisme

votez :
(IP:xxx.xx5.48.123) le 22 janvier 2009 à 21H18

On découvre tous les jours la féroce complexité et intrication des mécanismes du climat et la multiplicité des composantes et la difficulté à les quantifier. On sait en particulier mesurer mieux que jamais (qu’en 1848 par ex) le flux solaire réel arrivant sur Terre et à flux constant jauger de l’impact des autres éléments majeurs impactant le climat global, le stabilisant, etc... Et dès 1848 un brillant astronome suisse aurait fait plus et mieux qu’ une expertise pluridisciplinaire brassant des millions de mesures, analysant des km de carottes glaciaires, des milliers de photos satellites, quel talent !... Si peu de données et trouver la solution quand 150 ans plus tard avec une avalanche de données, une technologie de fiction pour l’époque, des milliers de chercheurs , on pataugerait ?... Ce bidouillage manifeste "le nombre solaire", me fait penser à la suite (mathématique) qui était censé donner la position des planètes dans le système solaire (et par extension tout autre système), débattue encore jusqu’à la découverte tragique de "Pegasus 51b" un jupiter chaud bien plus près de son soleil que mercure ne l’est chez nous. Expliquer une complexité extrême en additionnant des torchons et des serviettes (dans la limites des moyens d’observations de l’époque) et être formel ne peut être qu’un dire d’expert (par respect je ne dirais pas dans quel domaine...).

votez :
par marcob12 (IP:xxx.xx5.48.123) le 22 janvier 2009 à 21H20

Désolé pour l’anonymat, j’avais oublié de me connecter sous mon pseudo...

votez :
par sobriquet (IP:xxx.xx7.219.77) le 22 janvier 2009 à 23H01

Chouette, c’est pas nous les responsables, on peut recommencer à faire n’importe quoi comme avant !

votez :
par Romain Desbois (IP:xxx.xx1.134.197) le 23 janvier 2009 à 01H14

pufff Vous me donnez chaud ! :/-)

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx9.218.236) le 23 janvier 2009 à 11H19

par Croa

Pierre t’es con

>> Le simple fait que vous ayiez utilisé ce qualificatif envers un contradicteur dont l’opinion est au moins aussi valable que la vôtre démontre au-delà de toute discussion que vous en êtes un vrai de con, mais grave et doublé d’un pauvre type borné. Pour qui vous prenez-vous minus ?

votez :
par mr-bienetre (IP:xxx.xx0.231.30) le 19 août 2009 à 14H06

"Le simple fait que vous ayiez utilisé ce qualificatif envers un contradicteur dont l’opinion est au moins aussi valable que la vôtre démontre au-delà de toute discussion que vous en êtes un vrai de con, mais grave et doublé d’un pauvre type borné. Pour qui vous prenez-vous minus ?"

Et patati et patata...et sinon, à part ça, t’as rien d’autre à dire de plus intéréssant Zygomar ? Non, comme d’habitude ! Tu peux bien qualifier les autres de pauvres types bornés...le champion du monde de la catégorie c’est bien toi !

votez :
par taihun (IP:xxx.xx6.158.50) le 23 janvier 2009 à 11H28

Il faut encore subir cette vieille resucé du cycle solaire. Encore un découvreur de fil à couper le beurre. Article nullissime. Comme si les mesures de l’impact du cycle solaire n’étaient pas prises en compte dans les modèles climatiques et comme si on ne modélisait pas ces fluctuations. Comme le cycle de 11 ans est régulier il est facile d’étudier les corrélations avec les mesures de température. On possède aussi des mesures plus précises que les taches depuis les années 60 avec des mesures de rayonnement. Quoi qu’il en soit la seule activité solaire ne peut expliciter les variations de températures moyennes observées depuis le début du 20 eme siécle.

votez :
par Astidiel (IP:xxx.xx1.32.221) le 23 janvier 2009 à 11H47

Du grand n’importe quoi !

Reprenons, l’activité solaire décrite ici résulte de l’inversion des pôles magnétiques du soleil suivant un cycle d’environ 11 ans. Cette inversion des pôles résulte de la différence entre la vitesse de rotation du soleil près des pôles et la vitesse de rotation au niveau de l’équateur. Cela entraîne des perturbations dans le champ magnétique et des éruptions solaires, genèse du vent solaire, selon un cycle de 11 ans.

Le vent solaire est dévié par le champ magnétique terrestre et atteint les couches de l’atmosphère autour des pôles magnétiques terrestres, générant au passage les aurores boréales.

Seules les éruptions de forte intensités (comme en 1984) ont des impacts non négligeables sur l’atmosphère, en plus des impacts sur nos vies (panne électriques et autres). Cependant ces impacts sont ponctuels et comme toute perturbation ponctuelle d’un système en équilibre, le système a tendance à revenir vers un point d’équilibre, parfois légèrement différent. Je n’ai trouvé aucune étude montrant de grande différence au niveau climat avant et après un tel événement. Si il en existe, merci de le faire savoir...

L’activité solaire au sens magnétique n’a pas d’impact sur le rayonnement solaire (onde visibles, UV et autres). Or c’est le rayonnement solaire le paramètre solaire prédominant qui participe au fragile équilibre qu’on appelle "effet de serre". L’autre paramètre prédominant de cette fragile équation est la composition de l’atmosphère (CO2, poussières... ).

Certes ces deux paramètres ne sont pas les seuls (on peut citer notamment la réverbération du sol) et aucun modèle fiable ne permet de connaitre précisément l’impact de tel ou tel paramètre.

Ainsi affirmer ainsi que le réchauffement est du au fluctuation de l’activité solaire uniquement, c’est du grand n’importe quoi.

Je finirais en disant que prédire une baisse de l’activité solaire à partir d’une analyse sur huit ans alors que le cycle est de 11 ans prouve votre incompétence en terme d’analyse scientifique.

votez :
par totorr (IP:xxx.xx6.56.171) le 23 janvier 2009 à 14H27

il es question de l’impact du magnétisme solaire sur le bombardement de rayons cosmique que subit la terre et de l’influence de ce bombardement de rayon cosmique sur la formation de nuages . Reformuler différement pour critiquer c’est un peu facile... aller donc voir le site du CERN et du projet Cloud

votez :
par Pierrot (IP:xxx.xx1.23.48) le 23 janvier 2009 à 12H29

Bonjour,

cette querelle entre les "rechauffistes" et les autres est sans intérêt et stupide.

Bien évidemment que beaucoup de facteurs ont des effets négatifs ou positifs sur les variations climatiques.

- la pollution par des aérosols liquides et solides a un effet négatif (tendance à la diminution de la température des couches atmosphériques).

- la variation de l’irradiation solaire a aussi un effet mais périodique,

- El Nino a aussi un effet négatif ou positif selon les années,

- les émissions des volcans ont un effet négatif, (émissions de SO2 et micropoussières ...)

- l’albédo des sols a un effet positif en cas de déforestation ou de fonte de glaces, etc.

- les nuages bas et supérieurs ont aussi un effet.

- les fluctuations des 3 paramètres astronomiques qui dirigent la rotation de la terre ont un effet prédominant, mais à long terme (périodicité proche de 100 000 ans)

Tout cela est incontestable mais déjà pris en compte dans les rapports scientifiques pris en compte par le GIEC.

Il reste que l’augmentation importante des émissions des gaz à effet de serre (dont la molécule absorbe dans la zone spectrale de l’infra rouge qui est réémis par la terre afin de maintenir son équilibre thermique sont prédominants par rapport aux autres paramètres.

Ces gaz sont principalement dans l’ordre décroissant : H2O, CO2, CH4, N2O, SF6, CFC et HCFC et autres molécules organo-fluorés, O3 etc...

Voila les faits réels, mesurables.

Bonne journée ?

votez :
par Ferlinpimpim (IP:xxx.xx3.139.199) le 23 janvier 2009 à 12H48

Je suis bien content de ne pas être scientifique. Si c’est pour sortir une théorie contradictoire d’avec celle de mes collègues et, au final, avouer que je n’y comprends que dalle, je ne vois pas l’intérêt.

Les chiffres de l’activité solaire sont disponibles. J’ai donc tracé une courbe et j’ai cherché dans les archives les corrélations entre l’activité solaire et le climat. C’est à la portée de tout le monde. Les corrélations sont claires pour qui veut bien se bouger un ou deux neurones. J’ai pris la base de 74 ans, car cela fait 74 ans que l’activité solaire est très importante (il suffit de lire l’article), s’il on enlève le cycle 1964/1976, relativement bas (là où les réchauffistes parlaient d’une nouvelle ère glaciaire).

Le prochain cycle devrait être bas car nous avons une baisse sur 8 années consécutives pour le cycle présent, et personne ne sait si le prochain cycle va débuter ou non. Les baisses avant des cycles normaux ou hauts sont de 6 à 7 ans, et les baisses avant les cycles très faibles sont de 8 ou 9 ans...

Pas besoin d’avoir bac +12 pour faire de telles recherches. C’est à la portée d’une enfant de 5 ans mais visiblement pas d’un adulte qui pense que tout ce que disent les médias ou les "scientifiques" est la vérité.

votez :
par taihun (IP:xxx.xx3.133.21) le 24 janvier 2009 à 00H19

Encore une fois la corrélation entre le cycle solaire et la température moyenne est bien connue. Si on fait une analyse spectrale de ce paramètre il y a un pic vers la periode de 11 ans. Il n’est pas prépondérant et surtout il est facile d’enlever un signal périodique dans une série. Encore une fois on se trompe de combat. Il est une évidence pour tous les scientifiques que le rayonnement solaire au sommet de l’atmosphère influe sur la température moyenne comme ENSO (El Nino Southern Oscillation". Seulement on peut pas expliciter les variations observées par le cycle solaire. Par contre il est existe une corrélation forte entre la croissance de la température moyenne et l’augmentation des GES.

votez :
par Truk (IP:xxx.xx7.214.31) le 23 janvier 2009 à 21H55

Bonsoir,

Merci à l’auteur pour cet article déculpabilisant dans ce monde ou des personnes malintentionnées veulent en permanence nous faire porter le chapeau de tous les maux de la terre (réchauffement climatique, pollution, appauvrissement des ressources, des sols et des espèces vivantes, etc...) !

A partir d’aujourd’hui, je monte le chauffage à 25 °C (en ouvrant les fenêtres), je jette mon huile de vidange dans la rivière, je nettoie ma bagnole tous les jours, je ne trie plus mes déchets, je prend ma bagnole tous les jours pour aller au boulot, je laisse les lumières allumées (surtout au boulot, c’est pas moi qui paye) et je mange des fraises en janvier.

Encore merci à l’auteur.

votez :
(IP:xxx.xx9.128.242) le 24 janvier 2009 à 08H14

@Illarramendi

un grand merci pour ce rappel il est évident que l’on arrive au bout de l’hystérie ayant consisté à lier les changements climatiques aux activités humaines. La croissance débridée de l’industrie lourde a réellement débuté après la guerre de 1945 , et encore sans la Chine, ni l’Inde, ni l’Amérique du Sud. Une activité industrielle un peu anarchique n’a donc pas occupé plus d’une 50 aine d’années en comptant large. Période infime et non significative à l’échelle de la vie de notre planète. Le simple bon sens devrait indiquer que les variations climatiques sont de sources largement inconnues à ce jour, et seule l’histoire de ces variations nous est un peu mieux connue avec des travaux d’historiens pas faciles à conduire. Outre les changements d’activité solaire , on soupçonne aussi de plus en plus des variations d’activité du noyau central de la Terre , mesures inaccessibles. Est ce si gênant que les variations du climat gardent leurs secrets ? Un signe qui ne trompe pas que les "réchauffistes" crasseux-poilus du syndicats SUD alliance ATTAC vert délavé , pochetrons de bars , perdent pied et ont du mal à revoir leur copie : le déluge d’insultes et d’outrances qui répondent instantanément à toute remise en cause du leur doctrine.

votez :
(IP:xxx.xx9.128.242) le 24 janvier 2009 à 08H20

un relevé parmi d’autres ...

http://www.cea.fr/le_cea/actualites...

votez :
par mathieu hangue (IP:xxx.xx1.196.141) le 27 janvier 2009 à 09H37

C’est vraiment pénible de lire régulièrement ces articles de gens qui à eux tous seuls découvrent la vérité.

Parce qu’ils croient sincèrement que les milliers de chercheurs du GIEC , provenant de domaines scientifiques différents n’ont jamais pensé à regarder s’il n’y avait pas une corrélation possible entre l’activité solaire et le climat sur Terre. Contrairement à ce qu’ils pensent, le GIEC est un lieu de discussion.

Depuis plus d’un mois, deux articles similaires, tissus de sottises, sont en une d’Agoravox sous la rubrique "Natures rebelles". Ca devient Naturahoax.

C’est franchement affligeant.

MH

votez :
par Andydrew (IP:xxx.xx6.69.51) le 27 janvier 2009 à 10H34

Le GIEC est un organisme de l’ONU (donc sous influence politique) chargé de faire la synthèse d’informations scientifiques liées au climat.

Il n’y a pas de chercheurs au GIEC !!!

De plus la science est un des rares domaine où un seul chercheur (qui dans ce cas là a "trouvé") peut avoir raison contre des milliers qui disent le contraire. Cela s’est vérifié de nombreuses fois dans le passé.

Vous me faites l’effet d’un de ces inquisiteurs de la religion du réchauffement anthropique, pour qui la messe est dites et donc totalement opposé à tout débat scientifique !

votez :
par mathieu hangue (IP:xxx.xx1.196.141) le 27 janvier 2009 à 16H49

J’ai déjà posé des questions à Ca dérange sur les mêmes thèmes.

- Si ça dépend du soleil pourquoi la température n’augmente-t-elle pas sur la lune ?

- D’ailleurs pourquoi fait-il beaucoup plus froid sur la lune que sur la Terre, à distance égale ?

Aucune réponse, mais les articles de Ca dérange sont en une de Naturavox depuis plus d’un mois.

Avec des contributions de ce type, ça devient Naturahoax...

MH

votez :
par Andydrew (IP:xxx.xx0.145.104) le 27 janvier 2009 à 18H41

Il faut comparer ce qui est comparable, sinon on sombre rapidement dans le ridicule.

Renseignez vous sur les planètes ayant une atmosphère, les observations faites par des personnes compétentes, dont vous n’êtes pas, ont montré un réchauffement ces dernières années. Liens :

http://www.laterredufutur.com/html/...

http://www.futura-sciences.com/fr/n...

votez :
par mathieu hangue (IP:xxx.xx1.196.141) le 29 janvier 2009 à 10H14

Merci Mr AndiDew. Voilà enfin une réponse à ma question. La présence d’une atmosphère autour d’une planète est plus importante que les variations de l’activité solaire.

MH

votez :
par Andydrew (IP:xxx.xx0.155.131) le 30 janvier 2009 à 12H00

à MH

Et bien sûr le Soleil ne réchauffe pas l’atmosphère... Et quand l’activité solaire change, cela n’a aucune incidence sur notre planète...

Il vaut mieux en rire... !

votez :
(IP:xxx.xx3.70.22) le 28 janvier 2009 à 00H42

La longue descente de l’activité solaire, depuis maintenant huit ans, laisse présager une très sensible baisse de celle-ci pour les cycles à venir.

et en écrivant ça, il vous est pas venu une seconde à l’esprit que justement, les 8-10 dernières années sont dans les années les plus chaudes que la climatologie enregistre directement (depuis les débuts des enregistrements météo, il y a un palanquée de décennies) ? non franchement quel travail de réflexion, ça a dû être épuisant, vraiment !

votez :
par lionel.gaulier979@orange.fr (IP:xxx.xx7.214.218) le 28 janvier 2009 à 12H08

j’espere que ta théorie est bonne andydrew et que l’homme n’est pas responsable du réchauffement climatique,ce qui nous exonérerait de toute efforts bien difficile a obtenir au demeurant,mais tu prend un gros risque,j’habite dans les landes (tempéte klaus)et je peut te dire que si tu a tort tu a intéret a te cacher derriere ton pseudo parcequ’il y a un moment il faut arréter de se masturber avec des pseudos théories et passer a l’action et vite

votez :
par mathieu hangue (IP:xxx.xx1.196.141) le 29 janvier 2009 à 10H21

Merci Lionel. Quand on voit l’étendue des dégâts, peut-on encore attendre d’être sûr à 100% pour agir ?

C’est du pur bon sens. Non.

Qui est prêt à courir le risque de se prendre ce genre de tempêtes sur le coin de la figure régulièrement ?

MH

votez :
par Totor (IP:xxx.xx3.165.253) le 29 janvier 2009 à 11H21

Si dessous un lien vers un document météo France qui montre que le nombre de tempêtes était plus important dans les années 60 quant il faisait plus froid ... !

http://france.meteofrance.com/conte...

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx0.243.13) le 1er février 2009 à 18H13

"météo France "==>évidemment vendu aux lobbies pétroliers, du nucléaire, de la chimie, des pharmaciens, etc.....

votez :
par lio (IP:xxx.xx6.223.36) le 2 février 2009 à 09H16

ecrase Zygomar tu nous fait C..,et l’acidification des océans qui est une source d’inquiétude au moins aussi grande que le réchauffement climatique ,c’est aussi un canular ???

votez :
par Jean-Pascal SCHAEFER (IP:xxx.xx0.47.245) le 23 février 2009 à 20H45

Un article sur le sujet est paru récemment dans la revue "La Recherche". Les mesures de rayonnement solaires par des satellites en orbite depuis les années 80 mettent en évidence un écart entre les maxi et les mini inférieur à 0,2 %. Ainsi, les variations d’activité des tâches solaires ont un impact tout à fait négligeable sur l’évolution climatique sur Terre.

votez :
par Andydrew (IP:xxx.xx6.69.51) le 24 février 2009 à 11H01

La part de CO2 dans l’atmosphère = 0.04%

La part de CO2 anthropique estimée = 0.0012%

Vous avez dit "négligeable" ?

votez :
par lio (IP:xxx.xx7.132.202) le 25 février 2009 à 16H24

la part des négationnistes et de 0.01% vous avez dit "negligeable" Que font les autruches quand elles ont peur ?

votez :
par Andydrew (IP:xxx.xx0.142.4) le 25 mars 2009 à 09H19

Les autruches dans cette affaire, ce sont les réchauffistes ! Avec leur têtes dans le sable ils ne voient pas grand chose. On comprend mieux pourquoi ils s’accrochent tant à leur dogme de la cause anthropique...

votez :
par Christophe Vieren (IP:xxx.xx6.20.139) le 10 juin 2009 à 18H14

Vous savez à quoi me font penser ces discussions ? Aux lendemains d’un match de football perdu par la France lorsque l’on constate que des dizaines millions de français aurait fait une meilleure sélection que l’entraineur attitré !!!!

Quand un groupement tel que le GIEC émet des rapports à partir de milliers d’études et d’articles scientifiques, publié et revu par les pairs, on peut éventuellement faire l’hypothèse du complot planétaire qui en aurait fait un organisme au service de puissants lobbies qui trafiqueraient l’exploitation de ces publications. PEut-ptre seraient-ils bons de regarder à qui profiterait le crime, B-A-BA d’une enquête criminelle ? Quel sont donc ces lobbies occultes qui auraient intérêt à défendre l’origine anthropique du changement climatique global ? Désolé, mais j’ai beau chercher, je ne vois que les lobbies nucléaire et énergie renouvelables. Quel poids représente-t-il par rapport à celui des pétroliers, des constructeurs automobiles - et j’en oublie - et de tous ceux - et ils sont nombreux - qui souhaitent pouvoir consommer du fossile sans retenue ? Peanuts. Je dirais même plus pico-peanuts !

Bon allez, je vous laisse avec l’auteur de cet article qui en deux paragraphes, démonte le travail de milliers de scientifiques, de simulation à partir de dizaines de modèles mathématiques incluant bien évidemment l’activité solaire et bien d’autres paramètres que vous n’imaginez même pas. Voyez plutôt ici : http://www.manicore.com/documentati...

Cela étant, oui bien sûr le doute subsiste sur l’orignie anthropique. Dans son 4e rapport (2008) le GIEC ne le cache pas. C’est à cela que l’on reconnait les travaux scientifiques, à la part de doute qui est évoqué et, quand c’est possible, quantifié. Seuls l’avenir et/ou l’affinage des mesures, le réalisme des modèles et la puissance simulations numériques permettront de le lever et//ou de le réduire.

Cela étant le doute justifie-t-il l’inaction ? Ne voyez-vous pas mille autres raisons de réduire nos consommations d’énergie fossile ? Ne serait-ce que parce qu’elle ne sont pas inépuisables ? Parce que nous nous déplaçons avec une technologie qui date de près de 150 ans ?

Bon plus sérieusement, vous mettriez qui comme gardien pour le prochain match contre le Brésil ?

Sol(id)airement vôtre, Christophe

Scoop : parait qu’on nous aurait menti : finalement la Terre serait plate !

Les Auteurs deClimat
çaDérange - 299 articles
Dynamicsauto - 37 articles
Biosphère Blog - 57 articles
Laurie ALVAREZ - 1 articles
alain cluzet - 3 articles
rcoutouly - 65 articles
chems eddine Chitour - 2 articles
Mobilité durable - 178 articles