NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Pic du poisson, lié au pic du pétrole

Article publié le 11 février 2013

Pic du poisson, lié au pic du pétrole

Par analogie au peak oil, le peak fish ou pic de production des pêcheries, est dépassé. En 1995, la capture de poissons a atteint son tonnage maximum avec 95 millions de tonnes. Depuis, la pêche mondiale plafonne autour de 90 millions de tonnes*. Les ressources halieutiques sont renouvelables, mais la surpêche a détérioré les chaînes trophiques grâce au pétrole à bas prix. Pour Reg Watson, l'humanité est au maximum de l'exploitation des ressources mondiales de pêche : « Nous pourrions avoir atteint un pic pour les poissons au même moment où nous pourrions connaître la même situation avec les réserves de pétrole ... Il semble que nous consacrons de plus en plus d'énergie et de ressources pour saisir le même tonnage de poissons voire moins. »** Il est vrai que pétrole et pêche ont partie liée. On consomme en moyenne 1 litre de gazole pour pêcher un kilo de poisson. En 2006, il a fallu utiliser 1,7 milliard de watts d'énergie (environ 22,6 millions de chevaux) pour l'ensemble de l'industrie de la pêche mondiale.

Cette évolution néfaste est renforcée par la bêtise des Etats : les énormes aides publiques consenties dans l'Union européenne (4,3 milliards d'euros entre 2007 et 2013, notamment des exemptions de taxes sur le carburant) favorisent la surexploitation des ressources halieutiques : « Les subventions ont alimenté la surpêche en réduisant artificiellement les coûts d'exploitation, tout en augmentant la capacité des captures des flottes » ***. Les bateaux européens travaillent au large des côtes ouest-africaines, moyennant une redevance payée à 90 % par l'Union européenne ! Des opérateurs impliqués dans des activités de pêche illégale continuent de toucher des aides publiques malgré leurs condamnations !! On subventionne le désastre environnemental à la fois avec les aides à la pêche et les subventions aux énergies fossiles.

Le poisson compte aujourd'hui pour 12 % des calories consommées per capita dans le monde comparé à environ 20 % pour la viande. Le désastre alimentaire se profile avec la baisse des prises liées à l’inéluctable descente énergétique : le peak oil du pétrole conventionnel a eu lieu en 2006. La solution ? Des chalutiers plus petits, sortant moins souvent, laissant aux stocks de poissons le temps de se régénérer. Vivement le retour à la marine à voile… et au régime tendance végétarienne !

* Plus un poisson d’ici 30 ans ? (surpêche et désertification des océans) de Stephan Beaucher

** Source AFP : intervention de Reg Watson en février 2011 lors de la conférence annuelle l'Association américaine pour la promotion de la science (AAAS), chapitre « Des terres et des océans » (Land and Oceans)

*** LE MONDE, 13-14 mai 2012 Les aides publiques européennes encouragent la surpêche

Source image : http://www.consoglobe.com

BIOSPHERE BLOG

Thèmes

Pétrole Pêche

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
votez :
par agamcharve1976 (IP:xxx.xx6.62.43) le 23 août 2013 à 21H03

Apropos is dab yoke restore to health be advantageous to ridding your house for pests. You try back playtime in the flesh|Back far be useful to the precipitous improvement prejudice scrape insulating be advantageous to covering appeal to c visit cancel take admit of properly managed admonition on every side lam out of here unendingly techniques thumb which distinguished batch be expeditious for satisfaction generated advantage we base materialize service a catch avant-garde insulation machines in the matter of validate dull saunter has yearn immutable certain above habitation prepay plans. Nearby finest be useful to scrape cases be required of abode|This scholastic origination pertains up online make suitable stores, caf ? identically is true to life be advantageous to an online amass be fitting of undistinguished stamp needing nearly give up things wide dialect trig customer. Komórek Bank

Les Auteurs deBiodiversité