NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Les abeilles meurent, mais n'intéressent pas les pouvoirs publics

Article publié le 5 avril 2011

Tout le monde connaît cette phrase attribuée à Albert Einstein : "Si les abeilles disparaissaient, les hommes n’auraient plus que cinq ans à vivre." Tout le monde sauf l’Etat, apparemment.

Les abeilles meurent, mais n'intéressent pas les pouvoirs publics

Alors que les scientifiques sont unanimes et ne cessent de dénoncer le véritable génocide perpétré par les industriels des pesticides contre les abeilles, le gouvernement continue de prendre ce problème à la légère et se refuse d’intervenir et de véritablement légiférer et d’interdire les pesticides néfastes pour la biodiversité.

Faut-il rappeler que plus de 300 000 colonies s'éteignent chaque année, et ce taux de mortalité record dans les ruches a fait chuter la production nationale de 32 000 à 20 000 tonnes de miel depuis 1995 ? Faut-il rappeler également que 70 % des plantes se reproduisent uniquement grâce à des insectes pollinisateurs -au premier rang desquels se trouvent les abeilles, qui peuvent transporter jusqu'à 500 000 grains de pollen en un seul voyage ?

S'il existe plusieurs explications à cette diminution des ruches (parasites, frelons asiatiques, raréfaction des fleurs), l'agent principal, lui, est bien identifié, c'est, sans doute possible, l'intoxication aux pesticides.

 L’Etat est pour le moment incapable, ne serait-ce que d’ouvrir le dialogue avec les professionnels. Seules les associations, les ONGs, et même le secteur privé osent prendre des initiatives : ainsi, France Nature Environnement vient de lancer une campagne d’affichage vilipendée par le gouvernement, expliquant que « certains pesticides présentent un danger mortel pour les abeilles ». Les entreprises ne sont pas en reste, Guerlain, par exemple, a entrepris de protéger l’abeille noire d’Ouessant, dont le miel est utilisé pour certains produits cosmétiques. Même Kellogg’s s’en soucie et soutient l’association « Terres d’abeilles ».

Mais ne serait-ce pas également le rôle des pouvoirs publics de prendre, à leur tour, des initiatives ? Le ministère de l’Agriculture continue de rester silencieux à ce sujet, au grand dam des défenseurs de la nature.

Le salut pourrait venir du Conseil d’Etat. En effet, il vient de donner raison à France Nature Environnement en annulant l’autorisation accordée à l’insecticide Cruiser en 2008 et 2009, désavouant ainsi le ministère de l’Agriculture.

« Il y a des années que nous pointons du doigt l’insuffisance des évaluations réalisées avant la mise sur le marché de certains pesticides. Il faut maintenant transformer l’essai et obtenir l’interdiction réelle du Cruiser sur le terrain, ce qui n’est pas le cas à ce jour. Il faut aussi revoir entièrement les protocoles d’évaluation des risques pour les abeilles et, dans l’attente, interdire l’usage des produits les plus dangereux.. », a expliqué Claudine Joly, chargée du dossier à FNE.

La mobilisation doit continuer avec ou sans le soutien des pouvoirs publics.

Thèmes

Biodiversité Agriculture Pesticides

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx3.223.113) le 5 avril 2011 à 14H55

" .....cette phrase attribuée à Albert Einstein : "Si les abeilles disparaissaient, les hommes n’auraient plus que cinq ans à vivre."

- Il est maintenant bien établi qu’Eisntein n’a jamais pronocé ni écrit cette phrase ! (Source le responsable des archives d’Einstein à Jerusalem).

Cette phrase a été fabriquée il y a quelques abnnées par un militant écologiste à l’occasion d’un congrès qui s’est tenu lieu Bruxelles.

votez :
(IP:xxx.xx3.223.113) le 5 avril 2011 à 15H00

"Alors que les scientifiques sont unanimes et ne cessent de dénoncer le véritable génocide perpétré par les industriels des pesticides contre les abeilles,"

- Toutes les études sérieuses de par le monde a établi que le syndrome d’effondrement des colonies était un phénomène multifactoriel dans lequel intervenaient les virus, les bactéries, certains pesticides, certaines conditions climatiques, les soins plus ou moins inappropriés réalisés par certains apiculteurs "négligents",les produits de traitements des ruchers non autorisés, la génétique des abeilles, les importations de reines d’asie, les conditions alimentaires des abeilles du type monoculture, etc, etc....

votez :
par Helios (IP:xxx.xx5.3.126) le 5 avril 2011 à 15H18

Quand on pourra breveter les abeilles, on verra les pouvoirs publics defendre ces petites betes pour que Monsanto* et ses congenères continuent leur juteux business.

Conserver les abeilles est donc simple, donnons a Monsanto le monopole de la reproduction....

* Monsanto est un exemple...

votez :
(IP:xxx.xx3.223.113) le 5 avril 2011 à 18H05

@ Helios

- En voilà une réflexion qu’elle profonde......

votez :
(IP:xxx.xx9.135.100) le 23 avril 2011 à 18H27

"Conserver les abeilles est donc simple, donnons a Monsanto le monopole de la reproduction....

* Monsanto est un exemple..."

N’est qu’un exemple parce que vous ne connaissez apparemment que celui-là parce qu’il est rabaché sans cesse par les escrologistes. Les insecticides qui ont été incriminés dans le problème des abeilles ne sont pas de Monsanto !

votez :
par Nonmaisdisdonc (IP:xxx.xx2.150.61) le 5 avril 2011 à 20H18

Lorsque l’on aborde de la mortalité des abeilles, on évoque uniquement les abeilles qui vivent en ruche. celles ci ne sont qu’une espèce d’abeille parmi le milliers d’espèces qui existe et ne représente de 5% des abeilles vivant dans la nature. Bon ce n’est pas une raison pour ne pas s’en inquiéter et s’en battre la coulpe d’autant plus qu’a contrario des abeilles vivant en ruche il n’existe aucune statistique de mortalité concernant l’immense majorité des autres. Ceci dit, il convient de rétablir une juste proportion des faits.

votez :
(IP:xxx.xx1.182.179) le 6 avril 2011 à 14H39

@Helios (IP:xxx.xx5.3.126) le 5 avril 2011 à 15H18 : Merci pour votre commentaire ’réaliste’.

Il semble même que notre administration a perdu la signification du mot ’gratuit’ dans de nombreux domaines. Pourtant, si la France disparait leur retraite sera gratuite pour tous les anciens Français.

Depuis tout petit, je me suis toujours questionné sur l’attraction et la répulsion que les abeilles exercent sur les Hommes. Sont-elle bien un don de Vénus aux terriens comme il est écrit dans certains articles d’internet ? Les abeilles étaient l’emblème de Napoléon 1er et/ou de son Empire. Les Français a cette époque n’étaient pas privilégiés par rapport aux habitants des autres pays, du moins dans ma région. Il aurait donc voulu faire une ruche laborieuse de l’Europe ? Que de sujets passionnants qu’on ne peut que frôler. Notre code civil serait le code Napoléon et il serait repris dans de très nombreux pays. Mais, notre administration n’aurait aucun avantage à devenir laborieuse comme dans une ruche....Alors, les abeilles par rapport aux avantages acquis...ben, vous avez écrit votre commentaire à l’article si bien documenté.

Un jour, on entendra la phrase qui me fait toujours bondir :" Si le bon Dieu existait, il ne permettrait pas ces horreurs !" Il ne vient à l’idée de personne que les conséquences des erreurs,et fautes même, tombent sur les épaules des Humains qui vivent à ce moment là.

votez :
(IP:xxx.xx9.2.151) le 16 avril 2011 à 11H38

"Tout le monde connaît cette phrase attribuée à Albert Einstein : "Si les abeilles disparaissaient, les hommes n’auraient plus que cinq ans à vivre."

- FAUX !

"Tout le monde sauf l’Etat, apparemment."

- FAUX !

http://www.cnda.asso.fr/infos/progr...

La préservation de l’abeille et de sa fonction pollinisatrice indispensable à l’agriculture et à l’environnement est un enjeu primordial de sauvegarde de la biodiversité au cours des prochaines décennies. L’Institut technique et scientifique de l’apiculture et de la pollinisation a pour objectif de concourir au développement de l’apiculture à travers l’expérimentation, la recherche appliquée, l’assistance technique et économique, l’animation, la diffusion et la formation. Il fédère et accompagne les professionnels et les groupements de la filière apicole tout en mettant à leur service son expérience et ses compétences.

LES PROGRAMMES ANNUELS

Programme national prévisionnel pour 2011 (période 01/09/2010-31/08/2011)

Description des actions Organismes publics

Assistance technique

Collectivité territoriale - INRA 1 600 378 euros

II. Lutte contre la varroase Collectivité territoriale. 800 000 euros III. Rationalisation de la transhumance

FRANCEAGRIMER 500 000

IV. Analyse des miels FRANCEAGRIMER 300 000

V. Repeuplement du cheptel apicoleFRANCEAGRIMER 1 100 000

VI.Programe de recherche appliqué 1 200 000

TOTAL GÉNÉRAL 5 500 000 euros

Programme national prévisionnel pour 2010 (période 01/09/2009-31/08/2010)

TOTAL GÉNÉRAL 5 500 000

Programme national récapitulatif pour 2009 (période 01/09/2008-31/08/2009)

votez :
(IP:xxx.xx9.135.100) le 20 avril 2011 à 16H21

"Alors que les scientifiques sont unanimes et ne cessent de dénoncer le véritable génocide perpétré par les industriels des pesticides contre les abeilles"

- Faux. Les pesticides ne sont que l’un des facteurs entrant en jeu parmi de multiples autres. Quant à l’utilisation du mot "génocide", il serait bon de faire preuve d’un minimum de réserve et de décence, l’outrance langagière est contre-productive !.

"le gouvernement continue de prendre ce problème à la légère et se refuse d’intervenir et de véritablement légiférer et d’interdire les pesticides néfastes pour la biodiversité."

- Faux. Voir message précédent quant aux programmes mis en oeuvre par le gouvernement français (les autres font de même ainsi que la Commission européenne. Les informations correctes sont facielement disponibles sur le Net.

"Faut-il rappeler que plus de 300 000 colonies s’éteignent chaque année,"

- D’où sort ce chiffre de 300.000 ?

" et ce taux de mortalité record dans les ruches a fait chuter la production nationale de 32 000 à 20 000 tonnes de miel depuis 1995 ?

- Faut-il rappeler que le niveau de production de miel a été artifiellement et grossièrement augmenté au cours des 2 ou 30 dernières décennies par des pratiques dicutables telles qu’importation de reines d’espèces non autochtones souvent contaminées par différents virus et parasites auxquelles les abeilles autochtones se sont montrées sensibles en raison de leur système immunitaire génétiquement mal adapté, telles que sur exploitation des ruches (confiscation totale du miel en début d’hiver laissant insi=uffisament de nourriture, telles qu’utilisation de produits de désinfection non autorisés, etc, etc...

"S’il existe plusieurs explications à cette diminution des ruches (parasites, frelons asiatiques, raréfaction des fleurs), l’agent principal, lui, est bien identifié, c’est, sans doute possible, l’intoxication aux pesticides."

- Encore une fois, ce n’est pas "sans aucun doute possible" !! Les pesticides sont certainement impliqués dans le syndrome d’effondrement mais encore une fois ils ne sont pas les seuls ni les principaux fautifs. Lisez un peu la littérature scientifique sérieuse sur le sujet.

"L’Etat est pour le moment incapable, ne serait-ce que d’ouvrir le dialogue avec les professionnels. "

- Faux à nouveau. Seul un syndicat d’apiculteurs radicaux ont refusé de participer aux actions entreprises par les laboratoires et les instances officiels.

"Seules les associations, les ONGs, et même le secteur privé osent prendre des initiatives : ainsi, France Nature Environnement vient de lancer une campagne d’affichage vilipendée par le gouvernement, expliquant que « certains pesticides présentent un danger mortel pour les abeilles »."

- Le résultat obtenu par cette campagne haineuse (plus haineuse vis a vis des agriculteurs que des pesticides d’ailleurs !)et de mauvaise foi notoire n’a pas été à la hauteur des espérances de FNE et pas seulement de la part du gouvernement. C’est ce que l’on appelle un bide....

"Mais ne serait-ce pas également le rôle des pouvoirs publics de prendre, à leur tour, des initiatives ?"

- C’est ce qu’il fait en dépit des ragots contraires du genre de ceux que vous colportez...

"Le ministère de l’Agriculture continue de rester silencieux à ce sujet, au grand dam des défenseurs de la nature."

- Faux encore une fois. C’est facile à vérifier !

votez :
(IP:xxx.xx9.131.148) le 5 mai 2011 à 12H29

"Faut-il rappeler que plus de 300 000 colonies s’éteignent chaque année,"

D’où sort ce chiffre de 300.000 ?

- Alors, toujours pas de réponse ?

votez :
(IP:xxx.xx2.15.8) le 14 juin 2011 à 18H52

Ici Banane !!

h t t p : //ecologis.chambres-d-hotes.morbihan-sud.over-blog . com/

votez :
(IP:xxx.xx9.131.148) le 5 mai 2011 à 12H28

"Alors que les scientifiques sont unanimes"

- Où avez-vous vu jouer çà ? Vous avez des preuves de ce que vous avancez ou est-ce simplement une affirmation tout juste tirée de votre chapeau pour étayer votre discours ?

"et ne cessent de dénoncer le véritable génocide perpétré "

- N’utilisez pas le terme de "génocide" à tort et travers pour mettre un peu de sensationnel dans votre papier.

"par les industriels des pesticides contre les abeilles,"

- Le problème actuel des abeilles est multifactoriel et là-dessus tous les scientifiques compétents et sérieux et surtout non militants sont d’accord. Croyez-vous vraiment que les industriels soient assez cons pour se fabriquer volontairement une image de "tueurs" d’abeilles et foutre ainsi leur business en l’air ?

votez :
(IP:xxx.xx2.15.8) le 14 juin 2011 à 18H59

"Où avez-vous vu jouer çà ?"

Et toi l’asticot ?! Tu as les preuves du contraire ?!!

"Vous avez des preuves de ce que vous avancez ou est-ce simplement une affirmation tout juste tirée de votre chapeau pour étayer votre discours ?"

Tu peux bien parler du chapeau des autres toi, franchement !! Il te faut quoi, pour commencer à t’inquiéter du phénomène de la mortalité anormale des abeilles ?

"- N’utilisez pas le terme de "génocide" à tort et travers pour mettre un peu de sensationnel dans votre papier."

Pauvre imbécile... Lorsqu’il n’y aura plus d’abeilles sur la planète, l’humanité n’en aura plus pour longtemps à survivre, alors je crois qu’on peut vraiment, pour le coup, parler de génocide !

"- Le problème actuel des abeilles est multifactoriel et là-dessus tous les scientifiques compétents et sérieux et surtout non militants sont d’accord. Croyez-vous vraiment que les industriels soient assez cons pour se fabriquer volontairement une image de "tueurs" d’abeilles et foutre ainsi leur business en l’air ?"

Et alors Du con !! Si le problème est multifactoriel, c’est pas pour cela qu’il ne faut pas parler du problème de l’intoxication et la pollution de l’air lié à l’usage intensif des pesticides qui est le facteur n°1 de la moralité des abeilles. Et pour répondre à ta question, ben si, ils sont assez cons pour foutre en l’air leur propre business, les abeilles, et l’espèce humaine par la même occasion !!

votez :
(IP:xxx.xx9.130.120) le 18 juin 2011 à 10H55

(IP:xxx.xx2.15.8) le 14 juin 2011 à 18H59

"Et alors Du con !! Si le problème est multifactoriel, c’est pas pour cela qu’il ne faut pas parler du problème de l’intoxication et la pollution de l’air lié à l’usage intensif des pesticides qui est le facteur n°1 de la moralité des abeilles. "

- Faut lire attentivement ce qui a été écrit et surtout essayer de comprendre. Le terme de "multifactoriel" a un sens précis qui semble vous avoir échappé ! Voilà ce qui a été écrit :

" (IP:xxx.xx3.223.113) le 5 avril 2011 à 15H00

"Alors que les scientifiques sont unanimes et ne cessent de dénoncer le véritable génocide perpétré par les industriels des pesticides contre les abeilles,"

Toutes les études sérieuses de par le monde a établi que le syndrome d’effondrement des colonies était un phénomène multifactoriel dans lequel intervenaient les virus, les bactéries, certains pesticides, certaines conditions climatiques, les soins plus ou moins inappropriés réalisés par certains apiculteurs "négligents",les produits de traitements des ruchers non autorisés, la génétique des abeilles, les importations de reines d’asie, les conditions alimentaires des abeilles du type monoculture, etc, etc..."

Par conséquent, la question des pesticides n’a pas été éludée dans la liste des facteurs susceptibles d’être impliqués dans le syndrome d’effondrement des colonies. En outre, le commentaires se terrmine par "etc, etc...". ce qui veut dire qu’outre ceux donnés dans la liste, d’autres facteurs peuvent également être incriminés.

Par ailleurs, les pesticides sont l’un des facteurs. Pour l’instant compte tenu de ce que l’on connaît, rien ne permet d’affirmer que l’usage des pesticides constitue la cause n°1 du problème. Il faut attendre que des résultats des études en cours plus complets et plus détaillés deviennent disponibles.

votez :
(IP:xxx.xx2.202.65) le 19 septembre 2011 à 20H22

Pauvre imbécile... Lorsqu’il n’y aura plus d’abeilles sur la planète, l’humanité n’en aura plus pour longtemps à survivre, alors je crois qu’on peut vraiment, pour le coup, parler de génocide !

Ceci est faux : il n’existe qu’une partie des plantes qui ont besoin d’insectes pollinisateurs. Et même celles-ci pourraient se passer d’abeilles, il existe d’autres insectes de familles différentes aptes à la pollinisation.

Blé, maïs, riz, pommes de terre et autres plantes indispensables ne seraient pas touchées, même en cas de disparition totale de tous les insectes de la planète. Renseignez-vous un peu avant d’écrire des énormités.

On aurait sans doute un peu moins de cerises et de pommes. Aïe, quelle catastrophe ! Des milliards d’humains n’en consomment jamais...

Il s’agit donc d’une rumeur, d’une fausse information, pourquoi la colporter sans aucun avis scientifiquement étayé ?

Les Auteurs deBiodiversité
Michel Aymerich - 6 articles
ble2 - 35 articles
Professeur Chems Chitour - 1 articles
Biosphère Blog - 57 articles
çaDérange - 299 articles
Sylvie Simon - 58 articles
Jean-Luc Crucifix - 7 articles
Bubbles World - 1 articles