NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
L'impact sanitaire des Pesticides est avéré...

Article publié le 12 octobre 2010

L'impact sanitaire des Pesticides est avéré...

Il suffit de lire la littérature scientifique de façon non sélective !

Un communiqué du RES suite à la publication par l’OPESCT (Office Parlementaire pour l’Evaluation des Choix Scientifiques et Techniques) de son rapport sur « Pesticides et santé ».

COMMUNIQUE DU RESEAU ENVIRONNEMENT SANTE

  • 29 avril 2010

 

L’impact sanitaire des Pesticides est avéré. Il suffit de lire la littérature scientifique de façon non sélective.

L’OPESCT (Office Parlementaire pour l’Evaluation des Choix Scientifiques et Techniques) vient de rendre public son rapport sur « Pesticides et santé ». On serait en droit d’attendre de la part d’un organisme ayant un tel patronyme une grande rigueur dans sa méthodologie lorsqu’il procède à l’évaluation d’un risque.

De toute évidence, cela n’a pas été le cas. Le 1er critère est d’analyser toute la littérature scientifique disponible. Le 2nd est de donner un caractère pluraliste aux auditions. Or ce rapport ne s’appuie en fait que sur le rapport d’un groupe de travail commun aux Académies de Médecine et d’Agriculture piloté par MM Aurengo, Tubiana et Boffetta, soit les mêmes personnes qui avaient commis le rapport Cancer et Environnement de 2007 qui concluait à un très faible lien entre Cancer et Environnement.

Le RES conseille donc à l’OPESCT de commencer par le commencement et de lire, sur la base de données Medline, la revue de la littérature publiée en octobre 2007 sur les études épidémiologiques publiées entre 1992 et 2003, par une équipe d’universitaires canadiens (résumé en français - voir référence ci-dessous). Evidemment les données expérimentales sont encore plus nombreuses.

La synthèse de cette revue est la suivante :

  • pesticides et cancers : 104 études recueillies, dont 83 ont été retenues au vu de critères de qualité méthodologique : 73 montrent une association positive entre pesticides et cancers, soit 88% des études. Principalement : Lymphome Non-Hodgkinien (23/27), Leucémie (14/16), Cerveau (11/11), Sein (5/6), Prostate (8/10), Rein (6/6).
  • pesticides et autres impacts sanitaires : 150 études répertoriées, 124 retenues dont 105 montrent un effet en relation avec l'exposition aux pesticides soit 85 % des études. Principalement : Effets Dermatologiques : 7/10 (dermatite), Neurotoxicité : 39/41 (atteintes neurologiques dont maladie de Parkinson : 15 études positives sur 26) ; Effets sur la Reproduction 48/ 59 (Malformation:14/15) ; Temps à concevoir : 5/8 ; Fertilité : 7/14 ; Altération de la croissance : 7/10 ; Mort foetale : 9/11) , Génotoxicité : 11/14 (Augmentation des aberrations chromosomiques).

 

Les auteurs concluent : «  Il y a suffisamment de preuves pour recommander une réduction de l'usage des pesticides ». Cette position a été soutenue notamment par le Collège des Médecins de famille de l'Ontario, la Société pédiatrique canadienne, la Société canadienne du Cancer, les associations de santé publique de l'Ontario et du Canada.

La décision du Grenelle de réduire de 50 % l’usage des pesticides repose sur une base scientifique largement validée.

Références :

  • Bassil KL, Vakil C, Sanborn M et al Cancer health effects of pesticides : systematic review. Can Fam Physician. 2007 Oct ;53(10):1704-11. Review
  • Sanborn M, Kerr KJ, Sanin LH et al Non-cancer health effects of pesticides : systematic review and implications for family doctors. Can Fam Physician. 2007 Oct ; 53 (10):1712-20. Review.

 

Contacts :

Thèmes

Pesticides

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx3.95.243) le 24 octobre 2010 à 15H39

"Il suffit de lire la littérature scientifique de façon non sélective !"

- Non ! Il faut également tenir compte de la qualité scientifique des travaux effectués et de la qualité des rapports qui sont faits. Une étude faite selon un protocole inadapté, ou un rapport insuffisamment précis ou détaillé ne permettent pas d’obtenir des résultats utilisables fiables pour tirer des conclusions indiscutables.

votez :
(IP:xxx.xx5.140.156) le 8 décembre 2010 à 08H57

@(IP:xxx.xx3.95.243) le 24 octobre 2010 à 15H39 :

""Il faut également tenir compte de la qualité scientifique des travaux effectués et de la qualité des rapports qui sont faits. ""

MAIS, voilà peut être d’où viennent les erreurs actuelles de nos responsables.

A tout vouloir politiser de gauche ou de droite...les experts choisis ne sont peut être pas choisis en fonction de :" de la qualité scientifique des travaux effectués et de la qualité des rapports qui sont faits. " Ceci est ajouté au fait que dans la science il existe de grossières erreurs à sa conception même comme la NASA vient cruellement de nous le rappeler...on doit ainsi pouvoir prouver tout et son contraire en fonction de ceux qui commandent et paient la recherche ?

votez :
(IP:xxx.xx1.173.41) le 7 janvier 2011 à 09H44

Voilà, je viens de retrouver le titre d’un article d’ici même dans biodiversité :

""Crash aérien possible aussi chez les oiseaux Article publié le 2 août 2010 ""

Des oiseaux tombent...ils se cognent contre des obstacles en l’air, mais sur des photos, on ne voit pas d’obstacles....des poissons se cognent aussi ou bien oublient qu’ils sont dans l’élément ’eau’ et meurent. L’auteur de l’article n’a rien à nous dire par rapport à la littérature des produits phytosanitaires ? Ou bien des spécialistes en produits phytosanitaires ou autres produits chimiques ...

votez :
(IP:xxx.xx1.252.115) le 13 janvier 2011 à 21H20

Ben les éléphants aussi se cognent mortellement, en volant peut être, ou bien en atterrissant ....voici un copier-coller de Maxisciences de ce jour.

""Pesticides sur les champs de thé : les éléphants, les oiseaux, et le bétail empoisonnés""

""Inde - Les administrateurs d’un parc naturel de l’Assam demandent l’interdiction des pesticides sur les plantations de thé de la région, après la mort de bovins, de deux éléphants sauvages et de nombreux oiseaux, empoisonnés sur les pâtures environnantes.""....

Pourtant, il est bien affirmé que les pesticides ne sont pas dangereux....Que de hasards, quand même !....C’est plus fragile qu’une mouche un éléphant !.....et pour les bovins, un vol de bovins qui rencontre une mouche et voilà le résultat ! AH,...y a plus de mouches !....

votez :
par chacha (IP:xxx.xx5.17.73) le 23 janvier 2011 à 23H24

Ce n’est vraiment pas sérieux ! comment peut-on parler d’étude scientifique sur "les pesticides" sans préciser quelle(s) substance(s) ou quelle "famille" sont étudiées. Mettre dans le même sac "les pesticides", c’est avouer ne pas faire de différence entre le DDT, le lindane, et le chlore qui purifie l’eau potable (pour ne citer que quelques exemples) ! C’est apparemment bien plus facile de porter un jugement sans discernement que d’essayer d’apprendre et de comprendre. La toxicologie, c’est compliqué ...alors, courage... mais de grâce pas de dogmatisme ! en conclusion : NON aux "mauvais" pesticides mais aussi OUI aux pesticides qui nous soignent et contribuent à des récoltes de bonne qualité sanitaire ;-)

votez :
(IP:xxx.xx9.3.243) le 28 janvier 2011 à 17H52

"La toxicologie, c’est compliqué ..."

- A qui le dites-vous ! J’en sais quelque chose... J’avais un vieux prof, qui commençait tous les ans son cours par : "Tout le monde peut devenir toxicologue.... en trois leçons"...Il laissait un blanc et ajoutait : "de cinq ans chacune"......Mais aujourd’hui n’importe quel journaleux, n’importe quel militant écolo de quartier, n’importe quel prof de biologie de classe de 4ème peut aller sur internet lire des résumés écrits par des "amateurs" ignorants, par des auteurs militants qui utilisent une base de données "sélectionnées", des gens de bonne foi mais qui ne comprennent rien aux sujets et ils se prennent tous pour des toxicologues avertis. Il n’y a qu’à lire la plupart des articles qui paraissent ici et qui ont trait directement ou indirectement à la toxico pour s’apercevoir des "conneries" qui prolifèrent.

Les Auteurs deBiodiversité