NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Hiboux et chouettes, porte-malheur ?

Article publié le 13 mai 2011

Hiboux et chouettes n’apportent ni le malheur, ni le bonheur et sont depuis longtemps reconnus comme utiles en raison de leur grande aptitude à chasser mulots et campagnols qui, certaines années, ravagent les jardins.

Hiboux et chouettes, porte-malheur ?

Dans la Grèce antique, la chouette était l’oiseau de la sagesse, fidèle compagne de Pallas Athéna, déesse de la guerre, de la sagesse, des artisans, des artistes et des maîtres d'école.

Pourtant, hiboux et chouettes étaient autrefois mal considérés dans les campagnes lorraines. En effet, il faut savoir qu’au cœur des hivers rigoureux, la faim leur fait pousser des cris déchirants, si bien que les paysans des siècles derniers, vivant dans la terreur des grandes famines, les accusaient de les annoncer et d’en être responsables. Pour les punir et conjurer le mauvais sort, on les clouait vivants sur la porte des granges. En fait, ils étaient les premières victimes du froid et de la faim.

Par ailleurs, la vie nocturne de ces rapaces les entachait de pactes diaboliques et jouait en leur défaveur dans la croyance populaire.

De même, à l’époque où il n’y avait pas encore d’électricité et où les gens se couchaient tôt pour économiser les bougies, seules les maisons où l’on veillait des malades ou des mourants étaient éclairées. Attirée par la lumière, la chouette voletait autour de la maison en poussant son cri. Parfois même, elle se posait sur le rebord de la fenêtre. Les personnes angoissées qui veillaient un être cher traduisaient son cri en « komm mit » (viens avec…). C’est pourquoi, dans l’Est-mosellan, la chouette est appelée Tod-Vogel ou Toten-Vogel (oiseau de mort).

Thèmes

Animaux Faune

Bookmark and Share
4 votes

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx5.27.93) le 13 mai 2011 à 11H41

MERCI beaucoup pour ce bien bel article.

Je vous fais confiance pour vos connaissances mais.... : "fidèle compagne de Pallas Athéna, déesse de la guerre, de la sagesse, des artisans, des artistes et des maîtres d’école." ne peut se comprendre, à mon petit niveau, que par le fait qu’une compagne ne partage pas toutes les préoccupations de la personne qu’elle accompagne. J’aimerais bien avoir votre opinion sur ma compréhension.

Je dois vous dire par contre que notre premier "porte- malheur" et bien ce sont nos pensées et nos actes car à cracher en l’air ou pisser dans le bocal dans lequel on est enfermé...etc...etc...etc... ET, ce ne sont pas les informations sur les centrales nucléaires des Monts d’Arrée, de la Loire, du Japon ou sur l’état lamentable de notre structure administrative de Santé qui indiquent la gravité de notre situation et donc de nos retours prochains de nos imbécilités. C’est ainsi que je comprends les réactions erronées des êtres qui veillent un mourant. La faute ne pouvant venir d’eux et bien, elle vient du premier être qui se pointe et donc de la pauvre chouette qui cherche sa nourriture...Que de progrès avons-nous encore à faire avant d’atteindre une amélioration de notre état de conscience Humaine !

votez :
par ble2 (IP:xxx.xx5.88.69) le 27 mai 2011 à 23H19

Symbole d’une présence démoniaque au Moyen-âge, l’apparence du crapaud en repousse plus d’un, à l’image de nombreux animaux à sang froid. Aujourd’hui, son utilité est reconnue dans les écosystèmes du monde entier.

Un crapaud est un amphibien. Un être qui passe par deux phases d’existences, une dans l’eau sous forme de têtard, une autre sur terre après une métamorphose. Les anoures sont des amphibiens sans queue, comme les grenouilles et les crapauds. Les premières ont la peau lisse et ne s’éloignent jamais de leur mare, tandis que les seconds partent crapahuter dans les sous-bois et ne reviennent à l’eau que pour se reproduire.

votez :
par yokoro (IP:xxx.xx6.45.111) le 18 août 2011 à 10H48

Bonjour, très "chouette" comme article, merci ! Il est vrai que nous ne reconnaissons pas assez l’importance de certains animaux de notre écosystème.

Céline du site yokoro

Les Auteurs deBiodiversité