NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Fraises espagnoles ou le scandale écologique

Article publié le 16 mai 2011

Fraises espagnoles ou le scandale écologique

D'ici à la mi‐juin, la France aura importé d'Espagne plus de 83 000 tonnes de fraises.Enfin, si on peut appeler « fraises » ces gros trucs rouges, encore verts près de la queue car cueillis avant d'être mûrs, et ressemblant à des tomates. Avec d'ailleurs à peu près le goût des tomates...

Si le seul problème posé par ces fruits était leur fadeur, après tout, seuls les consommateurs piégés pourraient se plaindre d'avoir acheté un produit qui se brade actuellement entre deux et trois euros le kilo sur les marchés et dans les grandes surfaces, après avoir parcouru 1 500 km en camion. À dix tonnes en moyenne par véhicule, ils sont 16000 par an à faire un parcours valant son pesant de fraises en CO2 et autres gaz d'échappement. Car la quasi‐totalité de ces fruits poussent dans le sud de l'Andalousie, sur les limites du parc national de Doñana, près du delta du Guadalquivir, l'une des plus fabuleuses réserves d'oiseaux migrateurs et nicheurs d'Europe.

Il aura fallu qu'une équipe d'enquêteurs du WWF‐France s'intéresse à la marée montante de cette fraise hors saison pour que soit révélée l'aberration écologique de cette production qui étouffe la fraise française (dont une partie, d'ailleurs, ne pousse pas dans de meilleures conditions écologiques). Ce qu'ont découvert les envoyés spéciaux du WWF, et que confirment les écologistes espagnols, illustre la mondialisation bon marché.

Cette agriculture couvre près de six mille hectares, dont une bonne centaine empiète déjà en toute illégalité (tolérée) sur le parc national. Officiellement, 60% de ces cultures seulement sont autorisées ; les autres sont des extensions « sauvages » sur lesquelles le pouvoir régional ferme les yeux en dépit des protestations des écologistes.

Les fraisiers destinés à cette production, bien qu'il s'agisse d'une plante vivace productive plusieurs années, sont détruits chaque année. Pour donner des fraises hors saison, les plants produits in vitro sont placés en plein été dans des frigos qui simulent l'hiver, pour avancer leur production. À l'automne, la terre sableuse est nettoyée et stérilisée, et la microfaune détruite avec du bromure de méthyl et de la chloropicrine. Le premier est un poison violent interdit par le protocole de Montréal sur les gaz attaquant la couche d'ozone, signé en 1987 (dernier délai en 2005) ; le second, composé de chlore et d'ammoniaque, est aussi un poison dangereux : il bloque les alvéoles pulmonaires.
 
Qui s'en soucie ? La plupart des producteurs de fraises andalouses emploient une main d'oeuvre marocaine, des saisonniers ou des sans‐papiers sous‐payés et logés dans des conditions précaires, qui se réchauffent le soir en brûlant les résidus des serres en plastique recouvrant les fraisiers au coeur de l'hiver.
Un écologiste de la région raconte l'explosion de maladies pulmonaires et d'affections de la peau.
Les plants poussent sur un plastique noir et reçoivent une irrigation qui transporte des engrais, des pesticides et des
fongicides. Les cultures sont alimentées en eau par des forages dont la moitié ont été installés de façon illégale. Ce qui transforme en savane sèche une partie de cette région d'Andalousie, entraîne l'exode des oiseaux migrateurs et la disparition des derniers lynx pardel, petits carnivores dont il ne reste plus qu'une trentaine dans la région, leur seule nourriture, les lapins, étant en voie de disparition. Comme la forêt, dont 2 000 hectares ont été rasés pour faire place aux fraisiers.

La saison est terminée au début du mois de juin. Les cinq mille tonnes de plastique sont soit emportées par le vent, soit enfouies n'importe où, soit brûlées sur place.
Et les ouvriers agricoles sont priés de retourner chez eux ou de s'exiler ailleurs en Espagne. Remarquez : ils ont le droit de se faire soigner à leurs frais au cas ou les produits nocifs qu'ils ont respiré ...
La production et l'exportation de la fraise espagnole, l'essentiel étant vendu dès avant la fin de l'hiver et jusqu'en avril, représente ce qu'il y a de moins durable comme agriculture, et bouleverse ce qui demeure dans l'esprit du public comme notion de saison. Quand la région sera ravagée et la production trop onéreuse, elle sera transférée au Maroc, où les industriels espagnols de la fraise commencent à s'installer. Avant de venir de Chine, d'où sont déjà importées des pommes encore plus traitées que les pommes françaises...
 
 

 Source image : http://www.glaudinet.org

Thèmes

Biodiversité Ecologie Pesticides Fruits

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx3.88.183) le 16 mai 2011 à 17H21

Ah ! Chic alors ! Encore un scandale.... Cà faisait longtemps. Les Français commençaient à être en manque de leur scandale hebdomadaire. heureusement, il y a les chasseurs de scandale...

Si les Français, amateurs de scandales éteient un peu moins cons et ne se précipitaient pas pour acheter ce genre de "fraises" et de "tomates", les Espagnols resteraient avec sur le bras, et changeraient leurs méthodes. Mais tant qu’ils vendent leur camelote pourquoi s’arrêraient-ils ?

Alors les Français, un peu de bon sens, un petit effort et arrêtez d’acheter de la daube. Elle s’arrêtera toute seule.... Et le scandale aussi ! Mais on vous en trouvera d’autres allez, ne désespérez pas.

votez :
par kiouty (IP:xxx.xx6.34.98) le 18 mai 2011 à 10H26

Les français se précipitent pour acheter ces produits parce que : 1) leur pouvoir d’achat est merdique et que ces fraises pas cheres représentent une aubaine pour soulager le porte-monnaie. 2) que l’immense majorité de ce qui est proposé dans les supermarchés ne permet pas d’acheter autre chose.

La solution ne passe pas par le boycott, la situation économique des menages est telle que c’est illusoire de penser que la mise en oeuvre coordonnée d’une telle mesure est possible, pour un enjeu aussi derisoire que des fraises. La solution passe par un changement de paradigme économique qui prend en compte l’intéret des consommateurs et les interets ecologiques.

Mais ca, évidemment, les liberaux meprisants dans ton genre sont incapables de le concevoir un seul instant.

votez :
(IP:xxx.xx9.131.148) le 19 mai 2011 à 10H55

par kiouty

"Les français se précipitent pour acheter ces produits parce que : 1) leur pouvoir d’achat est merdique et que ces fraises pas cheres représentent une aubaine pour soulager le porte-monnaie....."

- Toujours la sempiternelle litanie du pouvoir d’achat comme prétexte. Les Français n’ont pas les moyens de se payer de la bouffe correcte mais (sondage récent dont je n’ai plus les références immédiatement disponibles mais les radios s’en sont fait l’écho) : dans 65 % des foyers de certains quartiers populaires de quelques grandes villes, tous les gamins ont un poste de télé et une console de jeu dans leur chambre en plus d’un téléphone portable.....

"2) que l’immense majorité de ce qui est proposé dans les supermarchés ne permet pas d’acheter autre chose."

- C’est parce qu’ils persistent à en acheter. Ils commencent à râler seulement une fois arrivés sur le parking pour charger le coffre de la bagnole. Puis ils y reviennent la semaine suivante pour acheter encore la daube qu’ils critiquent. Si les fruits et les légumes restaient à pourrir sur les rayons pendant quelques semaines suite, n’en déplaise à votre histoire de "paradigme" à changer (ce qui revient à enterrer la question), les grandes surfaces très attentives à leur chiffre d’affaires, à leur marge et leur bénéf’, commenceraient à se poser des questions et à envisager d’autres solutions. Mais tant qu’elles vendent tout et n’importe quoi et que çà part régulièrement toutes les semaines, pourquoi changeraient-elles leurs habitudes ? Le boycott çà marche bien ailleurs, pourquoi pas en France ? Mais parce que les Français sont des veaux râleurs.

"Mais ca, évidemment, les liberaux meprisants dans ton genre sont incapables de le concevoir un seul instant."

- Bien entendu et comme c’est l’habitude quand on n’a que des "arguments" (je suis indulgent et sympa d’utiliser ce mot là pour qualifier votre prose catéchiste misérabiliste),"arguments" pour le moins faiblards et ne reposant que sur des "impressions" soigneusement entretenues par certains politiques relayés par des médias complaisants on a immédiatement, on a recours aux qualificatifs de type péjoratif (du moins l’idée qu’on s’en fait dans une certaine catégorie d’intellectuel de gauche (ici c’est effectivement pris dans un sens péjoratif !). Je ne considére pas que le terme "libéral" soit péjoratif. Le système libéral, l’économie de marché a fait ses preuves depuis pas mal de temps. L’économie étatique assistée qui semble avoir votre faveur également......

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx0.231.250) le 8 juin 2011 à 11H10

"Bien entendu et comme c’est l’habitude quand on n’a que des "arguments" (je suis indulgent et sympa d’utiliser ce mot là pour qualifier votre prose catéchiste misérabiliste),"arguments" pour le moins faiblards et ne reposant que sur des "impressions" soigneusement entretenues par certains politiques relayés par des médias complaisants on a immédiatement, on a recours aux qualificatifs de type péjoratif (du moins l’idée qu’on s’en fait dans une certaine catégorie d’intellectuel de gauche (ici c’est effectivement pris dans un sens péjoratif !). Je ne considére pas que le terme "libéral" soit péjoratif. Le système libéral, l’économie de marché a fait ses preuves depuis pas mal de temps. L’économie étatique assistée qui semble avoir votre faveur également......"

Pas besoin de commenter ce genre de propos, c’est (comme d’habitude de la part de ce triste individu) du grand n’importe quoi, vous l’aurez tous compris !

votez :
par vuvuzela (IP:xxx.xx9.5.2) le 16 août 2011 à 16H55

par BienEtre (IP:xxx.xx0.231.250) le 8 juin 2011 à 11H10

Pas besoin de commenter ce genre de propos, c’est (comme d’habitude de la part de ce triste individu) du grand n’importe quoi, vous l’aurez tous compris !

++++ Cà c’est la réaction classique du mec qui n’a rien compris au texte qu’il a lu mais qui se la pète en faisant un commentaire au vitriol histoire de se donner l’impression de maîtriser quelque chose dans sa petite vie. En plus il est tellement finaud, qu’il attribue le texte à un auteur non identifié qu’il insulte au passage sans même savoir à qui il a à faire puisqu’il n’y a pas de pseudo.... Pitoyable de voir ce genre de chose.

votez :
(IP:xxx.xx9.2.152) le 13 juin 2011 à 11H03

par kiouty (IP:xxx.xx6.34.98) le 18 mai 2011 à 10H26

"Les français se précipitent pour acheter ces produits parce que : 1) leur pouvoir d’achat est merdique....."

- Faux ! La majorité des Français possède au moins une bagnole, bagnole qui a en général moins de 5 ans d’âge. La majorité des ménages français possède au moins une télé, le plus souvent un écran plat récent. Et au moins un console de jeu. Un ménage qui a deux enfants à l’école possède au moins 4 abonnements téléphoniques et change d’appareil tous les 15 mois. La plupart de ménages possède au moins un lecteur de DVD ou assimilé, les gosses possédant chacun leur lecteur MP3 pour aller en classe. Même chose avec l’ordinateur domestique avec abonnement internet TV etc....

Tous les week end de l’année on assiste à des centaines de kilomètres de bouchons sur les autoroutes vers le sud. Ce ne sont quand même pas des bouchons faits que par les riches (il suffit de voir les occupants des bagnoles dans les bouchons ou sur les aires d’autoroutes interrogés par les journalistes de télé à chaque occasions pour constater de qui il s’agit).

"Mais ca, évidemment, les liberaux meprisants dans ton genre sont incapables de le concevoir un seul instant."

- Cà n’a strictement rien à voir avec du libéralisme ni avec du mépris ! Ce ne sont que des constatations à la portée du premier observateur honnête et objectif venu.

Comme le dit Michel Godet, "le Français pleurniche la bouche pleine !!". le Français malheureux et plus pessimiste que le Pakistanais, l’Afghan et l’Irakien, faut-il en rire ou en pleurer ??

votez :
par yy (IP:xxx.xx9.140.19) le 21 mai 2013 à 05H10

Good work ! Your post is an excellent example of why I keep coming back to read your excellent quality content.filipino brides

votez :
par Laratapinhata (IP:xxx.xx6.68.192) le 19 mai 2011 à 00H38

Super... Je vais imprimer cet article et le diffuser . Un grand merci.

PS : Je n’ai mangé des fraises que trois fois cette année... bio et bien chères... mais je savais déjà que cette hyper-production ibérique était criminelle, grâce à des articles du canard enchaîné, il y a quelques années.

votez :
par uguettelulu (IP:xxx.xx0.66.59) le 19 mai 2011 à 08H27

je vais transmettre

merci de dénoncer , on peut expliquer maintenant ....

votez :
(IP:xxx.xx9.5.2) le 16 août 2011 à 17H50

par uguettelulu (IP:xxx.xx0.66.59) le 19 mai 2011 à 08H27 je vais transmettre

"merci de dénoncer"

C’est pas beau de cafter !

votez :
(IP:xxx.xx9.131.148) le 19 mai 2011 à 12H22

"PS : Je n’ai mangé des fraises que trois fois cette année... bio et bien chères..."

- Bio et importées ? Si, si ! Je vous assure çà existe !

votez :
par utre sujet d’article pour vous : (IP:xxx.xx9.133.50) le 29 mai 2011 à 10H55

"Fraises espagnoles ou le scandale écologique"

Madame Sylvie Simon : un autre sujet d’article à sensation :

"Les concombres BIO espagnols ou le scandale écologique".

Ce nouveau scandale a entraîné mort d’homme.....

votez :
par uguettelulu (IP:xxx.xx0.200.111) le 31 mai 2011 à 16H22

j attends vos commentaires, sur le concombre,

""qui ne passe pas les frontières francaises, ....lui"", mais qui fait juste des morts en Allemagne,

bizzare, non, comme un certain nuage, il y a 25 ans...

le concombre masqué....

votez :
(IP:xxx.xx0.231.86) le 1er juin 2011 à 21H54

Aux dernières nouvelles, le problème ne viendrait pas des concombres en provenance d’Espagne...

votez :
(IP:xxx.xx9.132.113) le 4 juin 2011 à 10H43

Aux dernières nouvelles, le problème ne viendrait pas des concombres en provenance d’Espagne...

Alors tout va bien ! Nous voilà rassurés !!

"L’épicentre" de l’épidémie se trouverait dans le port de Hambourg. Les premiers à avoir correctement identifié la fameuse bactérie, sans qu’apparemment on ne leur ait rien demandé et sans qu’apparemment ils soient concernés d’une manière ou d’une autre ont été les Chinois. Savaient-ils quelque chose avant tout le monde ? Avec ces truqueurs menteurs manipulateurs falsificateurs traditionnels, on peut s’attendre à tout. Une bactérie artifielle, jaune aux yeux bridés échappée d’un laboratoire de recherche (quel genre de recherche ?) ; une bactérie contaminant des denrées (?) traitées avec des engrais "naturels" ou rincées avec des eaux usées et exportées par bateau et ayant transité par le port de Hambourg ? Nos z’amis chinois nous étonneront toujours avec leurs capacités d’innovation....

votez :
(IP:xxx.xx0.231.250) le 7 juin 2011 à 10H15

Voilà, voilà...vous nous en direz tant ! Allez savoir, ils l’ont peut-être fait exprès... Z’allez voir, ils vont finir par tous nous niquer !!! (je faisais juste référence à un sketch des inconnus lol)

votez :
(IP:xxx.xx9.2.152) le 12 juin 2011 à 12H10

(IP:xxx.xx0.231.86) le 1er juin 2011 à 21H54

Aux dernières nouvelles, le problème ne viendrait pas des concombres en provenance d’Espagne...

- Eh ! Bien non ! Ce n’est plus un scandale puisque le départ de cette épidémie se situerait dans une fabrique allemande de petites graines germées bio, donc tout ce qu’il y a de bien... Vous savez, les petites graines germées bio, que l’on mange crues pour bénéficier de toutes les bonnes choses que la bonne Mère Nature a pris la précaution dans sa grande sagesse de mettre dedans...

Si l’on compte bien, à ce jour, les petites graines germées bio crues ont quand même tué 32 personnes en disons 20 jours ! Pas mal, non ? Supposez un seul instant qu’au lieu des bonnes petites graines bio crues naturelles, ce soit un produit pharmaceutique destiné, au hasard à soigner le cancer, qui ait fait le même nombre de morts dans le même laps de temps... Imaginez une minute les titres des journaux papiers, télé, radio, etc... Les associations de toutes sortes s’insurgeant.... Là, non ! Pas d’indignation vociférante.. Evidemment puisque les petites graines germées étaient NATURELLES et BIO donc bonnes pour la santé. Et les fabricants et les vendeurs des petites graines bio, n’étaient pas là pour faire du fric mais uniquement pour rendre service à leurs contemporains ! Des bienfaiteurs de l’humanité en somme ! Juste un petit compte d’hapothicaire (! !) idiot : 32 morts en 20 jours = 1,6 mort/jour x 365 = 584 morts/an x 33 ans (nombre d’années d’utilisation du Médiatior)= 19 272 morts. C’est idiot comme calcul évidemment, mais çà relativise un peu les scandales, non ?

votez :
(IP:xxx.xx9.2.152) le 13 juin 2011 à 10H49

Désolé pour la distraction et la précipitation !!

"hapothicaire" ==> "apothicaire"

votez :
par eavedrop44 (IP:xxx.xx1.167.148) le 22 août 2011 à 16H39

The article is written in a very good manner.It help me in my college project.Thanks for sharing it.payday loans online

votez :
par ZAM (IP:xxx.xx2.75.23) le 1er octobre 2011 à 22H47

Je ne mange que les fraises de mon jardin. Je les partage avec les escargots et les limaces.

votez :
par retro jordans for cheap (IP:xxx.xx8.219.31) le 21 août 2013 à 21H00
Les Auteurs deBiodiversité