NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
L'amarante et les OGM

Article publié le 21 octobre 2010

L'amarante et les OGM

L’amarante est une couleur. On la décrit comme bordeaux veloutée. Le nom de cette couleur vient d’une plante originaire d’Amérique du sud de la famille des trèfles. Riche en vitamines A et B, en acide folique, en vitamine C et en minéraux tels que calcium, fer, cuivre, magnésium et phosphore, on y trouve toute la gamme des acides aminés essentiels en quantités très équilibrées.

Associée aux légumes, l'amarante est à la base de savoureuses recettes. Sa saveur est légèrement épicée. La farine d'amarante rend les pâtisseries plus humides et plus sucrées, on s'en sert pour préparer biscuits, crêpes ou gaufres, on la combine à de la farine de blé pour confectionner pains et gâteaux levés. L'amarante complète bien les céréales, les légumineuses, les noix et les graines. Elle contient deux fois plus de fer et quatre fois plus de calcium que le blé dur.

Aux Etats-Unis, les agriculteurs la considèrent comme une mauvaise herbe (peste végétale) et l’appelle herbe à cochon (pigweed). Pas de peau, Monsanto et son soja transgénique ont joué un tour de cochon aux agriculteurs. Les gènes résistants au Roundup ont migré du soja à une sorte d'amarante dite réfléchie. Du coup les paysans abandonnent des terres infestée ou reviennent à la bêche.

Eh oui, fallait réfléchir avant !

image

Linus Ndonga de la SPAS [Kenya], affirme que l’amarante est une vrai bombe nutritionnelle. Il est convaincu que l’amarante pourrait améliorer efficacement la nutrition dans les zones sèches et ce, de manière durable, et elle pourrait nourrir deux fois plus de personnes par unité de surface qu’une céréale traditionnelle. Selon lui, cette plante constitue une percée dans la lutte contre l’insécurité alimentaire du tiers monde. Jugez plutôt : l’amarante génère des rendements plus importants que d’autres plantes à graines. Elle pousse sur le sol le plus pauvre et résiste à la sécheresse, aux parasites et aux maladies. Sa culture exige donc moins de temps et d’argent, et s’avère plus écologique que celle des plantes nécessitant des pesticides. D’autre part, sa période de maturation n’est que de 45 à 75 jours, et elle ne nécessite qu’un tiers de l’eau utilisée pour d’autres plantes à graines dans des conditions de culture similaires...

Qu’attend donc l’OMS pour en encourager la culture ? Mais y a-t-il de l’argent à gagner comme avec les vaccins par exemple ?

Thèmes

Agriculture OGM

Bookmark and Share
2 votes

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx3.95.243) le 21 octobre 2010 à 18H41

"Montsanto"

Si vous commenciez par savoir recopier les noms correctement....

votez :
par JoelP (IP:xxx.xx4.104.62) le 21 octobre 2010 à 21H18

>>Si vous commenciez par savoir recopier les noms correctement...

Un argument péremptoire et qui atteint des sommets monsieur de Monsanto. Cet article a été publié sur mon blog et repris ici en fonction de mon accord tacite.

Compte tenu que je ne suis pas vraiment un spécialiste, à la relecture, je le trouve pas si mal -lol- Il met en perspective le potentiel alimentaire d’une plante méconnue et sa contamination par des gènes manipulés qui en fait une mauvaise herbe envahissante et pause donc les limites de l’agriculture productiviste. La nouvelle date déjà de ce printemps mais l’envahissement date de l’été. A noter qu’entre la binette et l’abandon des terres, un agriculteur américain ne réfléchit pas longtemps.

votez :
(IP:xxx.xx3.95.243) le 23 octobre 2010 à 10H31

"Un argument péremptoire et qui atteint des sommets"

- C’est toujours le même pseudo-argument qui est ressorti lorsqu’on n’a pas ou plus autre chose de solide à dire....

"monsieur de Monsanto."

- Pour votre gouverne, je n’ai strictement aucune relation quelle qu’elle soit avec Monsanto. Toujours la même attitude méprisante et le "bottage" en touche faute d’autres raisons à mettre en avant...

"Cet article a été publié sur mon blog et repris ici en fonction de mon accord tacite."

- Ce qui ne change rien au fait que vous ne savez pas recopier le nom de votre "ennemi".

"Compte tenu que je ne suis pas vraiment un spécialiste,"

- C’était inutile de le préciser tant çà se sent à la lecture de votre prose.

"à la relecture, je le trouve pas si mal -lol-"

- Comme çà c’est très bien !! Si votre propre médiocrité vous satisfait, il n’y a rien à redire.

"et pause donc les limites"

- Cà ne serait pas plutôt "POSE" donc les limites ?

votez :
par JoelP (IP:xxx.xx4.149.149) le 23 octobre 2010 à 13H46

Décidément quelqu’un qui défend avec autant de pugnacité et de mauvaise foi ce soi-disant ennemi doit être dans la même camp que lui. Je ne relèverai pas vos fautes d’orthographe mais je soulignerai que vous n’avez rien à dire sur le sujet hormis défendre Monsanto avec ferveur.

Au plaisir de vous lire un de ces jours sous votre vrai nom monsieur ou madame (IP:xxx.xx3.95.243)

votez :
par Lisa Sion (IP:xxx.xx1.110.200) le 25 octobre 2010 à 10H37

Contrairement au contradicteur, je trouve utile de modifier l’orthographe des mots que l’on est en droit d’exécrer, cela permet de rendre difficile les recherches que pratiquent ces boites pour effacer les attaques qui leurs sont portées. C’est donc utile de mal écrire Monsantrop, n’en déplaise aux contradicteurs de forme.

Jolie virevolte de la nature qui nous réserve de bonnes surprises et je remercie l’auteur de le faire savoir parce que je les trouve marrantes !

votez :
par JoëlP (IP:xxx.xx4.149.149) le 26 octobre 2010 à 07H15

Merci Lisa pour le soutien.

Difficile de savoir si le gène modifié a réellement migré du Soja à l’Amarante ou si la mutation est naturelle. A rapprocher d’une autre info concernant le colza : http://www.actu-environnement.com/a...

votez :
(IP:xxx.xx3.217.129) le 29 octobre 2010 à 09H50

Contrairement au contradicteur, je trouve utile de modifier l’orthographe des mots que l’on est en droit d’exécrer, cela permet de rendre difficile les recherches que pratiquent ces boites pour effacer les attaques qui leurs sont portées. C’est donc utile de mal écrire Monsantrop, n’en déplaise aux contradicteurs de forme.

= Exemple typique de l’imbécillité crasse de l’écologie idéologique bornée.

votez :
par pjf971 (IP:xxx.xx3.165.122) le 30 octobre 2010 à 14H15

Les amaranthes de la famille des trèfles ??? Revoyez vos cours de botanique !

votez :
par daddyhen (IP:xxx.xx7.136.227) le 31 octobre 2010 à 21H25

Bien d’accord avec vous et faut pas avoir grand chose dans la cervelle pour s’attarder sur ce genre de détails en laissant de côté tous les aspects négatifs d’une science aux ordres : "science sans conscience n’est que ruine de l’âme" et ça ne date pas d’hier !

Moi, j’ai bien envie de devenir semeur volontaire !

Allez, que le bon dieu y vous l’allonge bien, bien !

votez :
(IP:xxx.xx3.217.25) le 2 novembre 2010 à 09H58

http://www.omafra.gov.on.ca/french/...

Ce site est mis à jour par le gouvernement de l’Ontario, Canada © Imprimeur de la Reine pour l’Ontario, Dernière mise à jour : December 15, 2008

On a identifié en Ontario un certain nombre de peuplements d’amarantes qui résistent aux herbicides. Les premiers signalements de peuplements d’amarante de Powell et d’amarante réfléchie résistant à l’atrazine dans le sud de l’Ontario remontent au début des années 1980. En 1998, on confirmait dans au moins 7 comtés des peuplements d’amarante de Powell et d’amarante réfléchie résistant aux herbicides du groupe 2, les inhibiteurs de l’acétolactate synthase (ALS), tels que PURSUIT (imazéthapyr) ou PINNACLE (thifensulfuron-méthyl). Des peuplements d’amarante paniculée résistant à l’atrazine et aux ALS ont été signalés dans l’est des États-Unis, mais pas encore en Ontario. Un seul peuplement d’amarante résistant au linuron (AFOLAN, LOROX) a été découvert en 1999 dans un champ de carottes près de Keswick (Ontario). Il est impossible à l’œil nu de distinguer les plants résistants des plants sensibles. L’alternance des herbicides et la rotation des cultures, ainsi que d’autres pratiques de lutte intégrée contre les mauvaises herbes contribuent à prévenir la propagation des amarantes résistant aux herbicides.

- Et à cette époque, il n’était pas question de PGM.... La résistance aux herbicides (comme aux insecticides et aux fongicides d’ailleurs) est une réaction naturelle des organismes vivants (cf la résistance des bactéries pathogènes aux antibiotiques) qui n’a rien à voir avec le fait que la plante soit génétiquement modifiée ou non !! Encore de la déformation catastrophiste propagée par des ignorants et/ou des malhonnêtes...

PS. Les herbicides signalés par les autorités canadiennes ne sont pas des produits Monsanto....

votez :
(IP:xxx.xx3.217.25) le 7 novembre 2010 à 19H08

- par pjf971 (IP:xxx.xx3.165.122) le 30 octobre 2010 à 14H15 Les amaranthes de la famille des trèfles ??? Revoyez vos cours de botanique !

- par daddyhen (IP:xxx.xx7.136.227) le 31 octobre 2010 à 21H25 Bien d’accord avec vous et faut pas avoir grand chose dans la cervelle pour s’attarder sur ce genre de détails..

+++> Bonjour le "détail" !! Mettre les amaranthes dans la famille des "trèfles" dénote une "connaissance" certaine de l’auteur (?) ou plutôt le "recopieur") de l’article de son sujet !! En tout cas sa crédibilité en prend un sacré coup !! Il n’y a que les naïfs, croyants, adeptes inconditionnels de la "cause" pour ne pas s’offusquer de ce genre d’idiotie.

Je suppose que "l’auteur" , à la fois informaticien et écrivain dilettante multicarte, s’offusquerait si quelqu’un se mêlant de ce qu’il ne connaît pas écrivait de semblables erreurs grossières concernant l’informatique...

votez :
par JoelP (IP:xxx.xx6.11.227) le 8 novembre 2010 à 18H46

Moi, plus rien ne m’offusque (IP:xxx.xx3.217.25) sauf peut-être l’agressivité des gens sur Internet et aussi leur manque de précision. Si vous aviez chercher à quelles familles appartiennent Amarante et trèfle vous seriez tombé sur fabacée et ceci au premier niveau c’est à dire exactement comme vous, moi, et les autres primates.

""Les herbicides signalés par les autorités canadiennes ne sont pas des produits Monsanto."" écrivez-vous (ou copiez-vous) C’est peut-être bien là que le bat blesse dans votre argumentation car les amarantes en question dans l’article (copié) sont résistantes aux glyphosphates qui est bien le produit de Monsanto qui fait l’objet des manipulations (ou du génie si vous préférez). On ne parle donc pas du même sujet.

Dommage que le débat ait été pourri à ce point.

votez :
(IP:xxx.xx9.129.238) le 9 novembre 2010 à 09H06

"...car les amarantes en question dans l’article (copié) sont résistantes aux glyphosphates..."

Mais pas seulement au glyphosate (au singulier, il n’ya en a qu’un). je vous renvois à l’article des autorités de l’Ontario. Les amarantes étaient résistantes à plusieurs autres herbicides bien avant de le devenir au glyphosate. Le développement de résistances est un phénomène naturel qui n’est pas propre au glyphosate ni aux PGM...

Pour en terminer là, on a nettement l’impression que pour vous un débat qui n’est pas "pourri" est un débat dans lequel tout le monde est d’accord avec vos vues personnelles.

votez :
(IP:xxx.xx9.129.238) le 10 novembre 2010 à 10H28

"Si vous aviez chercher à quelles familles appartiennent Amarante et trèfle vous seriez tombé sur fabacée et ceci au premier niveau "

J’ai cherché et je n’ai rien trouvé qui puisse étayer votre position. Si vous avez une réfrénece précise, je suis preneur.

votez :
par JoelP (IP:xxx.xx7.99.100) le 9 novembre 2010 à 18H09

OK, votre argument me semble plausible et tout à fait darwinien. Il se peut que le caractère de résistance au glyphosate n’ait rien à voir avec les OGMs. Ceci dit, une adaptation antérieure de la plante à d’autres herbicides prouve une grande variabilité génétique mais ce n’est pas non plus une preuve indiscutable. Ce qui serait intéressant, c’est de savoir si une plante peut ou non hériter "naturellement" d’un gène d’une autre plante et si oui avec quelle fréquence cela arrive.

Pourquoi utilisez-vous "pourri" ? Relisez le fil et vous verrez que je me suis fait agressé depuis le début (Montsanto sans argument et ensuite sur le trèfle...) Je n’ai aucune théorie sur ce sujet et ne suis pas militant. Je suis seulement un peu méfiant envers les mercantis. J’ai repris sur mon blog un article que je trouvais intéressant en y ajoutant l’aspect culinaire de la plante en question (qu’ignorel’article ontarien). Depuis quelques temps, je me contente de mon blog et si Naturavox n’avait pas décidé de venir chercher cet article de dilettante autodidacte sans prétention, il n’eut pas été publié, et c’eut été bien ainsi.

votez :
(IP:xxx.xx9.129.238) le 10 novembre 2010 à 10H19

par JoelP (IP:xxx.xx7.99.100) le 9 novembre 2010 à 18H09

[...]Pourquoi utilisez-vous "pourri" ?[..]

- Parce que c’est vous qui l’avez utilisé le premier ! Je n’ai fait que reprendre votre terme qui m’a paru, disons exagéré et inutilement méprisant.... (Cf infra copie partielle de votre message)

par JoelP (IP:xxx.xx6.11.227) le 8 novembre 2010 à 18H46

[...] Dommage que le débat ait été pourri à ce point.

- On peut également noter à ce propos que c’est vous qui considérez comme "agressif" le fait de vous faire remarquer vos "erreurs" ou "approximations" concernant l’orthographe de Monsanto, nom pourtant répété à l’envi dans d’innombrables articles d’une part et la confusdion ou l’ambiguité dans votre classement des amarantes d’autre part.

votez :
par JoëlP (IP:xxx.xx7.99.100) le 10 novembre 2010 à 16H01

Fabacées. La confusion vient de l’article sur l’arbre aussi appelé amarante : http://fr.wikipedia.org/wiki/Amaran...)

Il s’agit alors de certaines espèces du genre Peltogyne (famille des Caesalpiniaceae selon la classification classique, ou de celle des Fabaceae, sous-famille des Caesalpinioideae selon la classification phylogénétique). Ils sont originaires d’Amérique du Sud.

Le fait d’écrire sous diverses adresse IP sans mettre de pseudo est en soi assez agressif pour les gens pris à parti.

votez :
(IP:xxx.xx9.129.238) le 10 novembre 2010 à 17H05

"Le fait d’écrire sous diverses adresse IP sans mettre de pseudo est en soi assez agressif pour les gens pris à parti".

La jolie pirouette !!

Je n’écris pas "sous diverses adresses IP". J’utilise toujours le même ordinateur et la même adresse e-mail dans le même bureau... C’est le "système" qui attribue les adresses IP. Comment ? Je n’en sais rien et pour tout vous dire, je m’en moque complètement. C’est tout.

Quant au pseudo, ce n’est que ce que c’est : un pseudo !! Qu’est-ce que cela changerait si j’utilisais un pseudo comme : alfred ou biquette ou superman ou lilymarlene ? Seriez-vous plus avancé ? Je ne le pense pas. En tout cas je ne vois pas ce que cela aurait de moins "agressif" si tant est que le fait de ne pas utiliser de pseudo idiot était "agressif" en soi....

votez :
par JoëlP (IP:xxx.xx7.99.100) le 11 novembre 2010 à 09H57

Pirouette, pirouette... Qui me dit que vous n’êtes pas un troll ? Le fait d’utiliser un pseudo aurait permis de savoir qui écrivait quoi depuis la remarque lapidaire et volontairement blessante : "Si vous commenciez par savoir recopier les noms correctement....".

Je sais par exemple qui est Lisa Sion et si elle commente trois fois je peux associer ses commentaires pour mieux comprendre son point de vue. Le votre pour peu que vous soyez une même personne n’est toujours pas très clair alors que je me suis expliqué sur le mien.

votez :
(IP:xxx.xx9.129.238) le 11 novembre 2010 à 17H04

"Qui me dit que vous n’êtes pas un troll ?"

- Moi !

"Le fait d’utiliser un pseudo aurait permis de savoir qui écrivait quoi depuis la remarque lapidaire et volontairement blessante : "Si vous commenciez par savoir recopier les noms correctement....".

- Vous êtes décidément d’une susceptibilité maladive ! Combien de fois faut-il vous répéter qu’il n’y avait rien de "blessant" ou "d’agressif" dans ma remarque. Vous ne supportez manifestement pas le langage un peu direct. Vous avez du mal à accepter de vous être fait prendre en défaut

".... Le votre pour peu que vous soyez une même personne..."

- Je vous l’ai déjà dit ! Je n’ai pas l’habitude de jouer à ce petit jeu puérile.

" n’est toujours pas très clair "

- Evidemment, quand on ne veut pas comprendre.... C’est une excuse facile.

Restons- en là voulez-vous. J’ai dit ce que j’avais à vous dire, vous avez décidé de ne pas vouloir l’admettre et comme dit la sagesse populaire, "on ne peut pas forcer à boire un âne qui n’a pas soif".

votez :
par Joël (IP:xxx.xx9.122.158) le 13 novembre 2010 à 11H39

En ce jour de la gentillesse, je tiens à vous remercier pour ces remarques si douces et si agréables.

votez :
par JoelP (IP:xxx.xx7.99.100) le 9 novembre 2010 à 19H36

Se méfier des mercantis suite...

" Un entrefilet, dans les pages que consacrent les journaux indiens à la visite de Barack Obama. Six nouveaux fermiers se sont suicidés juste avant l’arrivée du président américain. Au total, 645 depuis le début de l’année (et plus de 2 millions depuis 1999) Ce sont des exploitants de coton. Leurs proches estiment que la politique des Etats-Unis de subventions à ses fermiers et les agissements de Monsanto les conduisent au suicide. Les veuves ont une association. Elle réclame l’interdiction des semences telles que Bt Cotton, en accusant Monsanto de profiter de ce que les fermiers sont illettrés pour leur faire miroiter des rendements mirifiques. Les veuves ont prévu de manifester devant le parlement où Barack Obama doit faire un discours ce lundi après-midi (il plaidera pour la libéralisation des marchés indiens). "

source : blog de Corine Lesnes, correspondante du Monde à Whashington

A dire vrai, 2 millions c’est peut-être beaucoup. A vérifier.

votez :
(IP:xxx.xx3.88.140) le 30 novembre 2010 à 17H15

L’histoire des paysans indiens se suicidant à cause des OGM est une fabrication ! Ils se suicidaient en grand nombre bien avant l’introducvtion des OGM ! Et ce en raison de conditions financières locales !

votez :
(IP:xxx.xx9.131.182) le 18 novembre 2010 à 16H30

Les gènes résistants au Roundup ont migré du soja à une sorte d’amarante dite réfléchie

Ce n’est très probablement pas le cas. Les amarantes ont développé leur propre résistance au Roundup comme l’ont fait déjà d’autres plantes. Ce développement de résistance est un phénomène habituel de défense des végétaux. Biologiquement parlant, il est très improbable qu’un gène du soja puisse venir spontanément se fixer dans le matériel génétique de l’amarante et s’y dé&vélopper et se transmettre à d’autres générations de cette plante.

votez :
par JoëlP (IP:xxx.xx9.122.158) le 29 novembre 2010 à 19H00

Vous avez raison, j’aurais au minimum dû mettre un conditionnel... aurait migré.

votez :
par JoëlP (IP:xxx.xx2.132.47) le 29 décembre 2010 à 17H49

Je viens de lire dans un livre de JM PELT que le mimétisme s’expliquerait par des échanges de gènes entre plantes (ou animaux) qui, le plus souvent, ne sont pas de la même famille.

http://www.baladesentomologiques.co...

votez :
par Anonymous (IP:xxx.xx1.236.83) le 18 mars 2011 à 15H45

L’UE va interdire la culture et le commerce des plantes médicinales !

La privatisation du vivant atteint des proportion orwelliennes :o

Plus d’infos :

http://www.defensemedecinenaturelle.eu

Mobilisez-vous !

votez :
(IP:xxx.xx2.202.65) le 19 septembre 2011 à 20H09

Bonjour

Il a été prouvé que le caractère de résistance de certaines amarantes à certains herbicides n’a pas pour origine transfert de gènes. Les "glyphosphates" n’existent pas. Les Chenopodiaceae et les Fabaceae ne sont pas du tout la même famille, ils n’appartiennent même pas au mêmes ordres.

Personne n’a encore trouvé une plante qui rivalise avec le maïs pour l’alimentation animale, veuillez nous faire savoir quels sont les rendements à l’hectare des rares espèces d’amarantes consommables, et les comparer aux rendements du maïs, ce sera clair et net. Il est plus facile de recopier des hoax que de chercher des chiffres inattaquables.

Bref, l’article est une collection de contre vérités, d’erreurs, et la tentative de les excuser est un peu lamentable. Ne serait-il pas plus simple de faire un mea culpa, ou d’effacer carrément ce bidule ? Il y a en France des lois sur l’information et le droit de dire des contre vérités scientifiquement intenables, bien que propagées par certains, ne fait pas partie des rôles des journalistes et assimilés, qui sont là pour informer.

Merci

Les Auteurs deBiodiversité