NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Poisson : Bientot plus d'aquaculture que de poisson de ligne.

Article publié le 17 mars 2009

Le poisson disparait peu à peu de nos mers, soumis qu’il est à la sur-pèche.C’est ainsi que d’après la FAO, l’organisation des Nations Unies qui suit particulièrement l’agriculture et la pêche,8pct des "stocks halieutiques" ont déjà disparus, 19 % sont considérés comme surexploités et 52 % sont considérés comme pleinement exploités. Les 21 % doivent donc être considérés comme sous exploités ou immangeables.

canalblog_264C’est comme pour le pétrole, nous en sommes déjà pour la pèche de capture à un plateau de production de 82 millions de tonnes de prise de mer depuis l’an 2000. Et ce malgré des matériels et des méthodes toujours plus performantes. Pour la FAO, c’est l’inefficacité totale des États pour lutter contre la pêche illégale, restreindre le chalutage de fond, gérer les stocks et s’attaquer à la sur-pèche qui est responsable de cette situation déplorable.

Heureusement, d’une certaine façon, l’aquaculture n’arrète pas de se développer au rythme de 7 % de hausse par an.A ce rythme là nous consommerons autant de poissons d’élevage que de poissons, mollusques et crustacés "sauvages" dès 2013/15. Heureusement d’ailleurs car sans cela comment arriverions nous à nourrir les 9 milliards d’habitants de la planète prévu être atteint en 2050 ? 

Thèmes

Animaux Pêche ressources

Bookmark and Share
14 votes

commentaires
votez :
par shadok71 (IP:xxx.xx1.6.10) le 18 mars 2009 à 10H15

Sauf que le poisson d’élevage est nourri le plus souvent à partir de poisson sauvage... Et il faut en pêcher des kilos pour un seul kilo de poisson d’élevage. sans parler des problèmes de pollution de l’aquaculture.

votez :
par La mouche du coche (IP:xxx.xx6.243.149) le 18 mars 2009 à 20H47

Les poissons sont nos amis. On n’y touche plus. :-)

votez :
(IP:xxx.xx4.126.53) le 17 mai 2013 à 14H12

je suis désoler dans désevoire certains mais maintenant grâce au progrès de ces dernières années l’IC ( indice de consommation pour les personnes qui ne le savent pas)est de 1 c’est a dire que pour produire 1 kilos de truites par exemples il n’y a besoin que de 1 kilos de farines animales et pour se qui est de la pollution elle bien moindre en aquaculture que dans nos océans qui sont remplit de métaux lourd comme par exemple le méthylmercure qui empêche le bon développement de l’embryon chez les humains donc je pense que la pisciculture n’est pas aussi dangereuse que certains veule le faire croire

votez :
par Philippe (IP:xxx.xx3.102.10) le 18 mars 2009 à 10H51

Bonjour, Comparer les ressources halieutiques à du pétrole c’est un peu gros. Compare-t-on la forêt avec le pétrole ? Les ressources halieutiques et les ressources forestières sont renouvelables. Mais il faut bien les gèrer pour pouvoir en tirer des productions durables. Le pétrole est une ressource non renouvelable sur notre échelle de temps humain !

Pour plus d’informations sur la pêche et l’aquaculture allez sur mon blog : Regard sur la Pêche et l’Aquaculture http://aquaculture-aquablog.blogspo...

A bientôt merci

votez :
par volodia (IP:xxx.xx3.132.8) le 18 mars 2009 à 14H48

Voilà typiquement le genre d’article inutile et trompeur. On voudrais nous faire croire que l’aquaculture comme les OGM ou les agrocarburants sont des solutions pour résoudre nos problèmes alimentaires et environnementaux alors qu’au contraire, on les aggrave. Je rejoins l’avis de Shadok71 : l’aquaculture outre la pollution importante qu’elle engendre à proximité des fermes aquacoles ( http://www.inra.fr/productions-anim... ), contribue à l’appauvrissement des réserves halieutiques.

votez :
par eBulle (IP:xxx.xx6.37.69) le 19 mars 2009 à 13H57

Je n’ai pas beaucoup d’expérience là dessus, mais j’ai ma politique qui fonctionne aussi bien pour le poisson que pour le pétrole, les OGM ou autre...

1) L’intensif ne résoudra pas le problème, il le déplacera

2) Croire à la solution miracle et facile de l’élevage, c’est croire au Père Noël. D’autant plus qu’il parait que l’on nourrit le poisson d’élevage avec le poisson sauvage (mais il convient de prendre cette info avec des pincettes, j’y connais rien là dedans). Du coup, produire du poisson d’élevage, certes, en faire la promotion, certes, mais bon il va falloir bien surveiller les points noirs lié à cet élevage.

3) Je me suis toujours demandé, et ça vaut pour tous les aliments, quelle est la part achetée, la part vendue et du coup la part jetée... Y a-t-il des études officielles là dessus ?

4) N’ayant pour l’instant pas de réponse claire à ma question ci-dessus, mon point de vue est de dire qu’au lieu de produire toujours plus, ne faudrait-il pas commencer par optimiser la distribution de la production actuelle ? (J’invite les défenseurs du "produire toujours plus" à voir plus loin que leur simple portefeuille et à visiter les poubelles des supermarchés, à visiter les déchetteries, et autre...)

5) J’aime bien la remarque de volodia, qui est très judicieuse.

Les Auteurs deBiodiversité