NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Le préfet de la Drôme veut que le sang coule ?

Article publié le 7 septembre 2009

Communiqué de presse Préfecture Drôme

Mise en œuvre du plan d’action loup dans la Drôme.

Le Préfet autorise le prélèvement d’un individu.

Le Préfet de la Drôme vient d’autoriser la mise en œuvre de tirs de prélèvement d’un loup par arrêté du 31 août 2009. Cette décision intervient suite aux attaques répétées sur un troupeau ovin du Vercors.

L’arrêté interministériel du 3 juin 2009 établit un cadre d’intervention précis et décline un protocole technique qui intègre une mise en place progressive des mesures de protection des troupeaux, fonction de la récurrence des attaques : la décision de prélever un loup intervient si la mise en œuvre des mesures de protection, d’effarouchement et de tirs de défense n’a pas apporté de réponse satisfaisante.

Confrontés à des attaques répétées, les éleveurs d’un groupement pastoral du Vercors, qui avaient contractualisé des mesures de protection depuis plusieurs années, ont mis en œuvre des mesures d’effarouchement de manière régulière depuis la montée des animaux en estive.

Le troupeau ayant été attaqué une première fois en juin, les éleveurs ont mis en œuvre des tirs de défense à proximité du troupeau à compter du 26 juin 2009.

Suite à une nouvelle attaque, les tirs de défense ont été confiés aux lieutenants de louveterie. Après une période sans attaques le troupeau a subi de nouveaux dommages dès le début du mois d’août. La répétition d’attaques fin août a conduit les éleveurs à solliciter, le 26 août 2009, la mise en œuvre des tirs de prélèvement.

Considérant les dommages importants et répétés aux troupeaux alors que les moyens de protection et d’effarouchement sont mis en place par les éleveurs, et en l’absence d’autres solutions de protection, considérant également que la période est particulièrement propice aux attaques, le Préfet a décidé d’autoriser les tirs de prélèvement d’un loup.

Ces tirs de prélèvement seront réalisés, sous le contrôle de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), par ses propres agents et par les lieutenants de Louveterie. Ces tirs de prélèvement ont débuté dès le 1er septembre 2009, pour une durée d’un mois. Le prélèvement d’un loup suspendra immédiatement les opérations.

Les tirs de défense sur les unités pastorales limitrophes ne sont plus autorisés pendant la période de validité de la décision de prélèvement.

Le chef du service départemental de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage rendra régulièrement compte au Préfet de la Drôme des moyens mobilisés, des personnes effectivement présentes sur le terrain et des observations faites.

Si un loup est abattu, ou blessé, l’ensemble des départements concernés par la mise en œuvre du protocole en sera informé.


Le préfet de la Drôme déteste la Biodiversité et le Loup. Il le fait savoir par communiqué de presse en date du 02/09/09.

En effet, dans ce communiqué, le préfet annonce qu’il a autorisé le meurtre d’un loup par arrêté du 31/08/09.

François-Xavier Ceccaldi nous mène en bateau avec son arrêté anti-loup : le préfet nous cite les conditions de l’arrêté interministériel du 03/06/09 qui permettent l’abattage d’un loup, soit :

  • l’inefficacité des mises en œuvre des mesures de protection ;
  • l’inefficacité des tirs d’effarouchement.

Or, dans l’arrêté du préfet anti-loup, il n’est jamais fait référence aux mesures de protection qu’auraient dû prendre les bergers. Il n’est question que de tirs d’effarouchement...

L’arrêté de Ceccaldi est tout simplement un cadeau fait au lobby des éleveurs anti-loups et ce, comme par hasard, quelques mois avant les élections régionales de 2010 !

association Le Klan du Loup

Thèmes

Nature Biodiversité Animaux Faune Environnement Réglementation Ecocitoyenneté Infos locales

Bookmark and Share
26 votes

commentaires
Les Auteurs deBiodiversité