NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Pourquoi les régimes ne marchent pas !

Article publié le 10 mai 2010

Des idées reçues dépassées depuis longtemps

Bientôt l’été ! Un certain nombre d’entre vous va vouloir perdre quelques kilos avant les vacances, en suivant peut-être les conseils des magazines ou une méthode achetée en librairie. Mais savez-vous que 95% des régimes échouent au bout d’un an, avec des personnes qui reprennent autant voir plus de poids qu’avant ? Alors pourquoi la plupart des nutritionnistes et des officiels s’obstinent encore à nous donner des conseils dépassés scientifiquement depuis longtemps ? Passons donc en revue les principales méthodes et leurs défauts.

 

La guerre contre les calories : un faux combat

Depuis 40 ans, tous les nutritionnistes apprennent à la fac qu’un régime pauvre en graisses et en calories est la clé de la perte de poids. Aux Etats-Unis par exemple, les américains ont suivi ces recommandations à la lettre en diminuant la quantité de graisses quotidiennes de 25% en 20 ans, avec en parallèle un doublement du taux d’obésité de 15 à 30% de la population totale ! Et la France est exactement sur la même trajectoire, avec quelques années de décalage.

Quel est le problème ? Pendant des millions d’années, notre organisme a évolué en s’adaptant à la nourriture disponible, et surtout en développant une capacité à être opportuniste pour pouvoir faire face aux périodes plus difficiles. Ainsi, lorsqu’il est privé de graisse, notre corps va diminuer progressivement son métabolisme de base, c’est-à-dire le nombre de calories utilisées pour fonctionner au repos. C’est ainsi qu’au bout de peu de temps, la perte de poids va cesser. Mais les cellules qui stockent ces graisses, appelées adipocytes, restent présentes toute la vie et vont se regorger de lipides et même se multiplier dès la réintroduction d’aliments gras dans l’alimentation, car notre corps n’aura plus besoin d’autant de calories pour faire tourner la machine, et il aura donc tendance à stocker pour faire face à une nouvelle période de disette, ce qui arrivait fréquemment dans le passé. Et plus l’effet yo-yo sera répété, avec un enchaînement des régimes, plus la reprise de poids sera importante à chaque fois.

Enfin, dans un régime hypocalorique classique, les graisses vont être majoritairement remplacées par les glucides, qui sont loin d’être des alliés minceur, comme on le verra plus tard.

 

Des lipides indispensables

On pourrait penser qu’il suffit alors d’éliminer toutes les graisses à vie de notre alimentation. Tout d’abord, c’est l’assurance d’une frustration énorme et d’un risque de désocialisation qui entraînera l’abandon du régime à un moment ou à un autre. Mais c’est surtout un risque d’apparition de carences évidentes. En effet, les graisses sont utilisées comme source d’énergie mais aussi comme matière première dans la formation des membranes de nos cellules, notamment du système nerveux. Ainsi, des études ont démontré un lien entre les fameux oméga-3 et la baisse des risques de dépression et de maladies mentales. Il s’agit non pas d’éliminer toutes les graisses, mais d’apporter à notre corps ses justes besoins en équilibrant entre graisses saturées, monoinsaturées, ployinsaturées, etc.

 

Les régimes hyperprotéinés : un intérêt limité

Les régimes hyperprotéinés sont des régimes hypocaloriques proposant d’augmenter fortement les apports quotidiens en protéines, ce qui permet effectivement une perte de poids rapide sans fonte musculaire, en se basant sur le principe que privé de sucre, le corps va aller puiser dans les graisses pour les brûler. Comme avec un régime hypocalorique classique, l’élimination des graisses entraînera une reprise de poids lors de leur réintroduction. En phase d’attaque, avec une alimentation 100% protéinée, les carences en vitamines et minéraux sont très importants. Enfin, cette surabondance de protéines animales augmente la présence de toxines dans les intestins, donc les risques de cancers colorectaux et de problèmes rénaux. Ce type de régime devrait être strictement réservé aux personnes souffrant de réelle obésité avec un suivi médical.

 

Que faire alors ?

La première étape est de sortir de cette philosophie de rapport de force contre son propre corps, qui est la garantie de la création de frustrations et de stress. Il est nécessaire de réapprendre à écouter votre corps, pour connaître ses vrais besoins. Une notion importante que j’enseigne, parmi d’autres, est l’indice glycémique des aliments, prouvé scientifiquement, qui permet de rester mince sans sensation de faim et sans risque de carence. Et pour apprendre à perdre du poids durablement tout en préservant votre santé, pourquoi ne pas vous inscrire à un coaching minceur sain et durable !

 

Benjamin


Sources :

Pourquoi les régimes ne marchent pas 

Newsletter Naturacoach

Blog Naturacoach

Bookmark and Share
1 vote

commentaires
votez :
par mr-bienetre (IP:xxx.xx0.231.8) le 26 juin 2010 à 09H02

Oui m’ enfin là encore, vous enfoncer une porte ouverte mon cher Frédéric ! ça fait bien longtemps qu’on sait pourquoi tous ces régimes ne fonctionnent pas...tant qu’on cherchera à traiter la "maladie" ou les "maux" quels qu’ils soient au lieu de traiter, de comprendre et s’intéresser à la personne, vos collègues nutritionnistes ou diététiciens seront inefficaces !

Les Auteurs deAlimentation
Valerie B - 1 articles
Béatrice de Reynal - 209 articles
Anissina - 5 articles
ble2 - 35 articles
La Nature dans la Peau - 6 articles
Samuel - 1 articles
BelleAuNaturel.net - 33 articles
Philippe - 6 articles