NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Le point sur les additifs, édulcorants, émulsifiants...

Article publié le 20 avril 2011

L’alimentation reste fortement influencée par la technologie à tous les stades de la chaine alimentaire et les consommateurs sont de plus en plus méfiants. Les modes de vie ont evolué : le temps passé à la préparation des repas s’est considérablement réduit. Pour répondre à ce nouveau phénomène de société, les produits 4ème gamme (= produits frais natures, prêts à l’emploi) et 5ème gamme (= produits frais assaisonnés ou cuisinés) ont envahi les rayons des supermachés. Les consommateurs exigent “fraicheur - variété - goût” auprés des restaurants collectifs, et cantines de plus en plus frequentés.

Le point sur les additifs, édulcorants, émulsifiants...

 

Les conséquences sont inévitables : les aliments subissent d’importantes transformations modifiant leur goût, texture, couleur…Pour y remédier les ingénieurs de l’agroalimentaire ont recours aux additifs de toutes sortes : plus 1 produit est élaboré, plus l’utilisation des additifs est impérative. Les buts recherchés sont :
- empêcher la prolifération microbienne, l’oxydation,
- préserver les qualités organoleptiques,
- améliorer l’aspect des aliments sans nuire à leurs qualités nutritionnelles.
La liste des additifs ne fait que s’accroitre au fil des années.

LES EMULSIFIANTS (E), STABILISANTS, EPAISSISSANTS (EP), ET GELIFIANTS - E400 à E600 :
Ce sont des agents de texture (volume, tenue et moëlleux).
Les émulsifiants permettent l’homogénéïté de l’aliment.
Les stabilisants maintiennent sa texture, conservent sa couleur et agissent aussi sur son homogénéïté.
Les épaississants augmentent la viscosité de l’aliment.
Les gélifiants apportent de la consistance à l’aliment.

LES COLORANTS - E100 :
Le rôle des colorants est de donner une couleur dite naturelle aux aliments dont les transformations industrielles ont modifié la coloration. Il exite 44 colorants permis.
Leur utilité reste à vérifier d’autant que beaucoup de ces additifs sont à l’origine de réactions allergiques et d’intolérance.
Ils sont interdits dans les produits biologiques. Aux Etats Unis, les colorants sont trés largement utilisés : pratiquement aucun produit alimentaire n’a une couleur “naturelle”. Au contraire les couleurs sont rehaussées, accentuées pour donner un nouvel aspect attractif qui plait énormément aux enfants et à la majorité de la population américaine.

LES CONSERVATEURS - E200 : 
Ils empêchent la fermentation, l’apparition de moisissures et le développement de micro-organismes dans les aliments. La durée de conservation et de consommation du produit alimentaire est donc prolongée.

LES ANTI-OXYDANTS - E300 :
Ils stoppent l’oxydation des aliments par l’air et toutes les modifications qui en découlent (par exemple, le rancissement des corps gras). Leur utilisation s’ajoute souvent à celle des conservateurs, pour allonger la durée de “vie” du produit alimentaire.

LES AROMES : 
Il en existe plus de 3000. Ils sont trés largement utilisés pour masquer la dégradation du goût due aux longues et nombreuses transformations de l’aliment.
Ils sont soit naturels d’origine végétale ou animale, soit obtenus par voie chimique.
Seuls certains arômes naturels sont permis dans les produits biologiques.
Comme les colorants, ils sont largement répandus dans les produits alimentaires américains.


LES EDULCORANTS (ED) :
Ils remplacent le sucre et sont utilisés dans les produits “light”, réservés de préférence aux adultes.

LES AUTRES ADDITIFS :
Il en existe beaucoup d’autres :
- les acidifiants et correcteurs d’acidité (AB)
- les exhausteurs de goût (EX) renforcent le goût et/ou l’odeur. Ils sont utilisés avec les arômes.

- les anti-moussants
- les anti-agglomérants
- les affermissants (rendent les fruits et légumes fermes et croquants)
- les agents d’enrobage donnent de la brillance et forment une protection de l’aliment
- les humectants stoppent le dessèchement des produits alimentaires
- les gaz d’emballage
- les poudres à lever
- les solvants : certains servent de support pour diluer, répartir et bien utiliser les différents additifs. D’autres sont appelés solvants d’extraction : ils permettent l’extraction de substances dans les aliments (ex : caféïne). Les solvants ne figurent pas sur les étiquettes des produits alimentaires.

LES SYMBOLES DU “BIO” :
AB = additifs alimentaires permis pour les aliments d’origine biologique.
AB(f) = additifs alimentaires permis pour les aliments d’origine biologique uniquement en France.
(AB) = solvants permis pour les aliments d’origine biologique.
T = additifs fabriqués ou issus de matières transgéniques.

LES MANIFESTATIONS RELEVEES CHEZ L’HOMME :
La consommation de certains additifs peut avoir des effets secondaires chez des personnes sensibles. Les manifestations les plus courantes sont :
- effets d’allergies et d’intolérances divers
- augmentation de la cholestérolémie
- irritation du tube digestif
- ralentissement de la digestion
- baisse de l’assimilation des vitaminesB
- augmentation de l’appétit…
Et biensûr un effet cancérigène …qui reste moins évident à prouver, cette maladie faisant partie d’un contexte plus complexe. 

 

LA LEGISLATION :

1/ Les critères décisifs :
Consciente de l’inquiétude des consommateurs, l’Union Européenne a réglementé sévèrement l’utilisation des additifs, et Ogm.
Elle a défini 3 critères de décision dans le choix d’utilisation d’un additif : 
- l’utilité pour le consommateur
- le besoin des industriels
- les effets sur l’organisme humain (ou animal).
Le problème est de connaitre lequel de ces critéres sera prioritaire ? Qui, par exemple, est le plus intéressé par une longue conservation, le consommateur ou le producteur ?
De nombreux tests toxicologiques sont realisés. Des contrôles sont plannifiés quelques années plus tard.

Le Comité Scientifique de l‘Alimentation fixe alors une dose maximale admissible, le rôle de l’additif ainsi que la liste des aliments pouvant etre concernés.

2/ L’information du consommateur :
Elle se fait par l’étiquettage du produit alimentaire. La CEE exige un étiquettage complet, clair, précisant :
- la composition alimentaire du produit,
- les ingrédients,
- les additifs dont le symbole adopté est E.

Des exceptions cependant : 
- pour les produits de boulangerie, les viandes, poissons, oeufs et le lait, achetés à la boulangerie ou à la boucherie, l’étiquettage n’est pas obligatoire.
- les solvants utilisés comme support des additifs n’apparaissent jamais sur les étiquettes.

SOURCE / http://www.dietetique.com.fr/

Article rédigé par Chantal Lamour, diététicienne

 

Source image : http://plusmagazine.rnews.be

Thèmes

Forme Consommation Additifs alimentaires Santé naturelle

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx7.76.187) le 25 juillet 2013 à 10H00

Hello, je tiens à vous dire qu’à mon sens, votre vision de ce thème est réellement pertinente, et je tiens à vous dire merci pour cet article riche en contenu. Dans tous les cas, je repasserai certainement plus tard Vous avez la possibilité de venir voir ma page Internet si le coeur vous en dit. Au plaisir et longue vie à ce blog !

Leila de luxury hotels

votez :
par pecbalousug1977 (IP:xxx.xx6.56.45) le 21 août 2013 à 04H55

Taking into consideration harmony run out of gas silhouette bed basically shrink from exceedingly stressful, pre-eminently despite the fact that you are handy fine run out of steam essentially swing thither begin. Supposing you conscript relative to do in weight, you’ve derive trouble befitting article. Precisely http://hostingelite.pl

Les Auteurs deAlimentation
Valerie B - 1 articles
Béatrice de Reynal - 209 articles
Anissina - 5 articles
ble2 - 35 articles
La Nature dans la Peau - 6 articles
Samuel - 1 articles
BelleAuNaturel.net - 33 articles
Philippe - 6 articles