NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
La diététique de la longévité

Article publié le 6 mai 2011

La diététique de la longévité

Les principes à retenir :
 
-Choisissez bien les huiles car les graisses de votre alimentations s'incorporent dans vos cellules. Elles ont donc la plus haute importance pour votre santé en particulier pour votre système nerveux et votre coeur. Cuisinez donc à l'huile de Colza et privilégiez l'huile d'Olive, de Noix et de Lin. Sélectionnez un beurre d'excellente qualité.
 
-Mangez du poisson deux fois par semaine en privilégiant du poisson pêché en mer et non élevé.
 
- Deux ou trois portions de fruit par jour (les fruits sont les meilleurs antioxydants).
 

- Des légumes crus ou cuits à chaque repas (fruits et légumes luttent contre le vieillissement naturel avec leur apport en antioxydants, vitamines et minéraux). Privilégiez la cuisson à la vapeur ou à l'étouffée. Chaque semaine, chou, épinard ou brocolis

- Privilégiez de petites quantités de viandes de bonne qualité (boeuf, agneau, poulet, veau, lapin, gibier, foie (riche en vitamine B12)... ). Les protéines sont bonnes pour le moral et sont rassasiantes. Par contre, une consommation trop élevée de protéines entraîne une fuite du calcium dans les urines et risque donc d'entraîner une diminution de la densité osseuse. Il faut donc en consommer en quantités raisonnables, les protéines végétales ont un effet moindre sur la fuite de calcium.

-Consommez des céréales complètes et peu transformées

-N'oubliez pas les légumes secs riches en glucides lents.

-Lisez bien les étiquettes et privilégiez les aliments Bio pour les laitages, oeufs...

-Consommez des produits laitiers écrémés.

-Hydratez-vous suffisamment entre les repas.

-Mangez avec modération, la valeur d'un bol au total (c'est la taille de votre estomac)

-Buvez si vous le souhaitez un ou deux verres de vin par jour au moment des repas.

 

 

LES PERSONNES ÂGÉES SE NOURRISSENT MAL :

- De nombreuses études font apparaître que la population âgée se nourrit mal. De nombreuses fractures de col du fémur révèlent un état de malnutrition. Viande, poisson conviennent fort bien à un vieillard ainsi que le pain, la panade et un oeuf, des soupes de légumes, pâtes al dente, riz complet, lentilles, pommes de terre en robe des champs, des fruits, des yaourts ou morceaux de fromages ainsi que des salades arrosées d'huile de colza ou d'olive, le riz cantonnais est un plat complet qui convient particulièrement bien. Evitez l'obésité mais fuyez les régimes trop restrictifs, tentez d'approcher votre poids de forme. Fuyez la pâtisserie industrielle, mieux vaut manger un ou deux carrés de chocolat noir.

 

 

BIEN SE NOURRIR CONTRIBUE À SE PRÉMUNIR DES MALADIES :

Actuellement, dans les grandes enquêtes seul, le régime en fruits et légumes apparaît comme une mesure nutritionnelle pour prévenir le risque de cancers.

La perte osseuse peut être freinée par : alimentation riche en calcium et activité physique dès le plus jeune âge. Une exposition solaire modérée.

- Privilégiez les produits laitiers, les fruits, les légumes verts

- Pensez à un apport protéique suffisant dont 50 % de protéines végétales (légumes secs, soja... )

- Un ou deux verres de bon vin rouge par jour

- Un supplément en vitamine D chez les personnes âgées qui ne s'exposent pas au soleil. Associez à ces principes nutritionnels un exercice physique régulier.

 

Se méfier du sucre qui satisfait un besoin immédiat mais qui n'apporte que des calories vides et est insulino-secréteur, combattre le grignotage.

Freiner l'arthrose en réduisant la surcharge pondérale, en pratiquant une activité" physique, en s'hydratant suffisamment, en prenant une ampoule de vitamine D ou en privilégiant l'huile de foie de morue et les poissons gras qui en contiennent.

Il existe certains adeptes du jeûne, à partir d'un certain âge il doit se faire sous surveillance médicale car il peut procurer des troubles du rythme cardiaque.

Pour lutter contre l'anémie mangez des aliments riches en fer en les associant à des aliments riches en vitamine C (steak-salade, pâtes au fromage par exemple)

 

 

OBSERVONS LES POPULATIONS VIEILLISSANTES CRETOISES, JAPONAISES :

Ils consomment un gramme de protéine par kilo de poids.

Les protéines sont indispensables pour la "charpente" les muscles ainsi que les acides gras mono-saturés qui sont de bons carburants de l'organisme (huile d'olive et de colza).

Les acides oméga 3 et oméga 6 (permettent de lutter contre la dépression et protègent de la démence) sont indispensables car on ne peut les fabriquer, on en trouve dans l'huile de colza et tournesol (à consommer en petites quantités car très calorique). Les graines de lin peuvent agrémenter vos salades composées, pensez-y !!

Les glucides apportent l'énergie vous les trouvez dans les céréales, les légumes secs, les fruits.

Les vitamines et les minéraux sont indispensables au métabolisme. Vous n'avez pas besoin de compléments si vous avez une alimentation équilibrée.

Suite à des études il a été constaté que le taux d'acides gras dans le sang des Crétois et le taux d'acide alpha-linolénique était trois fois plus élevé chez les Crétois que chez les Hollandais. Le groupe Crétois avait consommé davantage de pain (céréales), davantage de légumes verts et secs, davantage de poisson, mois de viande de boeuf, privilégiant la volaille, un fruit par jour au moins, pas de beurre ni de crème, les remplaçant par de l'huile de colza ou d'olive.

Les japonais consomment chaque matin la fameuse soupe au miso (sorte de fromage fermenté d'émulsion de soja) du tofou (sorte de fromage frais de soja) beaucoup de légumes peu cuits, du poisson et peu de viande et du riz. Une alimentation pauvre en graisse et riche en vitamine et calcium.

Les crétois consomment du poisson, des noix, des légumes secs, de la viande de chèvre, de porcs, de gibier, des oeufs, escargots, olives, légumes et fruits sans oublier le sinochondros qui est un aliment traditionnel crétois à base de blé complet concassé macéré dans du lait de chèvre fermenté puis séché. Il se conserve très longtemps et agrémente les soupes.

 

LE BIEN-ÊTRE DOIT ETRE ASSOCIE A L ALIMENTATION

-Marchez 20 à à 30 minutes tous les jours et faites quelques mouvements pour entretenir votre souplesse, votre équilibre, adresse et pensez à étirer vos muscles, faites des mouvements avec de petites altères dans chaque main. La force musculaire se développe à tout âge et c'est important de l'entretenir (vous pouvez vous muscler avec des appareils de musculation). Vos muscles sont aussi précieux que votre cerveau, vos artères et vos os. Ce sont eux qui vous donnent puissance, tonus et équilibre. Perdre du muscle c'est diminuer les capacités d'équilibre, d'endurance, de mobilité, de tonus et de force. Cela signifie le risque de tomber, de stocker de la graisse... Evitez les sports violents et privilégiez l'endurance à votre rythme. C'est la régularité, la quotidienneté qui est primordiale.

 

-Respirez à plein poumons en faisant des respirations et expirations profondes, pratiquez la pensée positive.

-Ayez un sommeil de bonne qualité.

-Pratiquez le Tai Chi Chuan cet exercice spirituel chinois basé sur des mouvements de gymnastique lente. Le but est de maintenir un équilibre.

 

Un violente colère est néfaste pour le yin et un plaisir intense est préjudiciable au yang. Donc une série d'exercices physiques et mentaux facilitent la paix intérieure, la maîtrise de soi et permet d'éviter l'anxiété, un stress mental.

Les mouvements de Tai Chi Chuan ont montré l'augmentation de la durée des ondes alpha et l'apparition d'ondes thêta, indiquant une diminution de l'excitabilité du cortex.

L'acupuncture chinoise, le Chi Kung est pratiquée sur les vieillards chinois qui attribuent leur longévité à cette pratique. Cette technique combinent des exercices respiratoires, de la relaxation et de la méditation. Installez-vous dans une position confortable assis ou couché et pratiquez la respiration profonde lente et diaphragmatique en focalisant votre attention sur l'air et l'énergie qui circulent dans votre corps. Cette pratique est profitable au système ostéomusculaire et permet d'entretenir la souplesse. Cela permet aussi de contrôler nos battements cardiaques, d'interférer sur notre système nerveux et d'augmenter la capacité de nos poumons. Il est très important de respirer amplement, de prendre le temps pour des inspirations profondes et de longues expirations.

Des pratiques comme le yoga, la relaxation... sont des défenses intéressantes contre les facteurs pathogènes de notre civilisation.

 

-Etirez-vous dans votre lit comme un chat avant de vous lever. Faites-vous masser une fois par semaine, cela contribue à la détente physique et à l'équilibre.

-Pour garder une belle peau, mélangez une cuillère à café de levure diététique en poudre qui contient une teneur élevée en vitamines et en zinc dans un yaourt. Apportez des soins à votre corps , une bonne hygiène corporelle et dentaire sont nécessaires. Prévoyez des rendez-vous réguliers chez la pédicure, hydratez votre peau, ayez une bonne coupe de cheveux... la coquetterie sauve de la dépression et cultive une bonne image de soi.

-Gardez le pouvoir de la mastication, croquez la pomme ! c'est bon pour les dents et le moral.

 

EN CONCLUSION, NOUS AVONS DÉTAILLÉ COMMENT MANGER POUR VIVRE LONGTEMPS. IL FAUT DIVERSIFIER AU MAXIMUM SON ALIMENTATION AFIN QU'ELLE SOIT ÉQUILIBRÉE, FAIRE DE L'EXERCICE, C'EST LA MEILLEURE FAÇON DE LUTTER CONTRE LE VIEILLISSEMENT ACCÉLÉRÉ ET DE SE PRÉMUNIR AU MAXIMUM DE CERTAINES MALADIES.

 

Source image : http://www.devoir-de-philosophie.com

 

Brigitte et Patrick DUSSERT-GERBER

 

http://www.dietetique.com.fr/

Thèmes

Alimentation Anti-oxydants Diététique Huiles végétales Vitamines Santé naturelle

Bookmark and Share
1 vote

commentaires
votez :
par OFM (IP:xxx.xx3.219.125) le 6 mai 2011 à 16H55

Bonjour Patrick Je termine la lecture fort intéressante de l’article ci-dessus. J’en connais une partie mais ne les applique pas toujours.... Depuis 3/4 mois, je grossis et comme pour toutes les femmes cela s’est concrétisé en une taille épaissie qui commence sous les côtes jusqu’à mi hauteur des hanches, affreux ! Et pourtant, je mange peu mais trop riche, c’est à dire trop de pot de ces danettes aux goûts divers, je bois peu en dehors des repas, et privilégie depuis plusieurs années les produits Picard (sans pub) légumes, crêpes farcies, la facilité...je ne sale plus jamais sauf si je fais une quiche maison et autres, et tout avec de l’huile dolive rajoutée sur le légume , comme aujourd’hui, brocolis, HV et une crêpe aux champignons, puis yaourt nature avec 2/3 petits gateaux secs, je marche pas mal et suis assise les autres moments. Bref, seule il n’est pas simple de cuisiner et je commence à me déplaire vraiment...Alors je veux bien essayer comme vous le conseillez mais ma graisse s’est déjà bien installée et je VEUX que ceAvez-vous des conseils à me transmetre. Merci beaucoup de vos articles et à bientôt sur FB Françoise

votez :
(IP:xxx.xx9.131.148) le 11 mai 2011 à 11H17

"privilégie depuis plusieurs années les produits Picard (sans pub) légumes, crêpes farcies, la facilité...

"je ne sale plus jamais......"

- Vous avez bien raison ! Monsieur Picard le fait pour vous et il ne mégote pas !

votez :
(IP:xxx.xx9.131.148) le 11 mai 2011 à 11H28

comme pour toutes les femmes cela s’est concrétisé en une taille épaissie qui commence sous les côtes jusqu’à mi hauteur des hanches.....trop de pot de ces danettes aux goûts divers.......privilégie depuis plusieurs années les produits Picard (sans pub) .... crêpes farcies..... une quiche maison et autres.....une crêpe aux champignons, puis yaourt nature avec 2/3 petits gateaux secs.....

- Ah ! La quiche ! Rien de plus traître !! Cinq minutes dans la bouche, 10 ans sur les hanches...... Et puis, un petit truc facile : pourquoi vous ne mangeriez pas les yaourts tout seuls en laissant tomber les 2 ou 3 petits gâteaux secs ? La crêpe aux champignons c’est bon, surtout les champignons parce que la crêpe..... Le bon sens c’est bon aussi pour la santé !

votez :
(IP:xxx.xx9.131.148) le 7 mai 2011 à 18H11

" Un ou deux verres de bon vin rouge par jour"

Depuis que j’ai appris que le vin rouge était très bon pour la santé, je me suis mis à le boire dans des verres à bière mais seulement 1 ou 2 par jour quand même.Oups ! A la bonne vôtre quand même !

votez :
(IP:xxx.xx3.65.100) le 7 mai 2011 à 18H42

Dommage que la principale solution "Mangez avec modération" ne soit pas en première ligne du texte. Quant à la quantité "la valeur d’un bol au total (c’est la taille de votre estomac)", je crains que beaucoup de Français soient très au delà de ce gabarit qui n’a pas beaucoup de sens. Entre un bol de lentilles en salade et une terrine de même taille de rillettes, le résultat est bien différent.

votez :
par France (IP:xxx.xx0.83.109) le 11 mai 2011 à 01H00

Une contradiction (pour ne pas dire une incohérence) :

1°) le conseil : "privilégiez les produits laitiers"

2°) l’auteur donne en exemple les Japonais, dont le régime traditionel ne comporte pas de produits laitiers, et dont pourtant la longévité est légendaire.

3°) l’autre exemple est celui des Crétois, qui eux, consomment du fromage de chèvre, mais en très petite quantité (normal, une chèvre ne produit pas autant de lait que nos Prim’holstein bretonnes )

Cherchez l’erreur ...

votez :
(IP:xxx.xx9.131.148) le 11 mai 2011 à 09H35

- Faut pas s’accrocher aux légendes comme çà ! Les Japonnais consomment aussi des produits laitiers !

CONSOMMATION DE LAIT ET DE PRODUITS LAITIERS Le « oui, mais… » des Japonais Le 08 décembre 2010 par R.Lemoine Revue n°704 - page n°26 En seulement cinquante ans, le Japon s’est imposé comme un acteur majeur dans le paysage laitier mondial. Pourtant, la question de l’implantation définitive de la consommation de lait et de produits laitiers dans la culture nippone persiste, particulièrement en ces temps de morosité économique.

Il y a de cela un demi-siècle, le lait et ses produits n’occupaient qu’une place négligeable dans l’alimentation des Japonais - la consommation annuelle de produits laitiers ne s’élevait pas au-delà de 3 kilos (en équivalent lait) par habitant en 1950. Ce chiffre a explosé, pour atteindre 48,6 kilos en 2007. Cette même année, la production de lait s’élevait à 8024000 tonnes, et les importations à 3630000 tonnes d’équivalent lait. Par ailleurs, deux groupes japonais, Meiji Dairies et Morinaga Milk Industries, occupent respectivement les 11e et 14e rangs du classement mondial des entreprises laitières. Cependant, les dernières années sont marquées par une certaine morosité. La production laitière japonaise baisse régulièrement depuis le milieu des années quatre-vingt-dix : en l’espace d’une décennie, celle-ci a diminué de 7 %, au rythme annuel de 1 % depuis 2002. Les perspectives récentes prévoient la poursuite de cette tendance, avec une baisse annuelle de 0,5 % entre 2009 et 2019 selon Fapri (Food and Agricultural Policy Research Institute). Cet affaiblissement de la production s’explique, entre autres, par le recul de la consommation intérieure, en particulier celle de fromages : elle aurait diminué de 3 % en 2009, après avoir déjà chuté de 13 % en 2008, selon l’Institut de l’élevage. Et les importations en ont subi les conséquences : en l’espace de deux ans, le Japon a diminué ses importations de fromages de 18,5 % : 184 000 tonnes en 2009, contre 226 000 tonnes en 2007. Si on peut faire le parallèle entre la morosité récente du marché laitier japonais et la crise financière, ces chiffres n’en restent pas moins préoccupants. Le Cniel est d’ailleurs sur le point de lancer une campagne de communication au Japon, afin d’aider et de renforcer l’intégration du fromage dans la culture alimentaire des Japonais. LE LAIT, UNE HISTOIRE ANCIENNE ET RÉCENTE L’implantation définitive de la culture du lait et des produits laitiers n’est en effet peut-être pas aussi évidente qu’on aurait pu le penser, comme l’a fait remarquer le docteur en agriculture Komei Wani à l’occasion du colloque de l’Ocha(1) « Cultures des laits du monde » en mai dernier( 1). Il a souligné la nature particulière des relations entre le pays du Soleil levant et les produits laitiers, à la fois anciennes et extrêmement récentes. Il a également expliqué comment la culture du lait s’est développée à plusieurs reprises mais sans jamais parvenir à s’implanter définitivement. « Tout au long de son histoire, le pays du Soleil levant a été influencé par les cultures des pays voisins – et en premier lieu la Chine. Le So(2) était réservé à l’élite, apprécié pour le luxe qu’il représentait et les vertus nutritives qu’on lui attribuait. Il était une forme de tribut à l’Empereur tout autant que le présent par excellence au sein de la haute aristocratie, à l’occasion d’une nouvelle année ou de l’investiture d’un ministre. » Le lait, à travers le produit médicinal qu’était le So, occupa donc pendant longtemps une place importante dans la culture japonaise. Sa consommation a pourtant progressivement décliné pour disparaître complètement au XIVe siècle. Les guerriers et le peuple ayant pris la place de l’aristocratie, la culture du riz a été encouragée auprès des fermiers, au détriment du lait.

500 ANS PLUS TARD… Le Japon a ensuite rencontré de nombreuses cultures au cours des siècles, pourtant, le lait ne redevint un produit de consommation pour le Japonais que 500 ans plus tard, à la fin du XIXe siècle. Entre temps, son image s’était considérablement détériorée – boire du lait était vu à l’époque comme un comportement hautement anti-social. « Les choses changèrent avec la restauration de Meiji en 1868, caractérisée par une forte politique de modernisation et d’occidentalisation. Ainsi, le gouvernement fit du lait un symbole de la culture et de la technologie modernes auxquelles devait s’adapter le Japon », poursuit-il. C’est à cette époque qu’Hokkaido, l’île septentrionale du Japon, fut désignée pour être le centre de l’industrie laitière. La politique volontariste du gouvernement échoua toutefois partiellement : le lait ne fut toujours pas perçu comme un produit alimentaire, mais comme un médicament qu’on donnait aux personnes malades et aux enfants en très bas âge. Ce n’est véritablement qu’au moment de l’après-guerre que s’est joué l’engouement actuel du Japon pour le lait et les produits laitiers. Les installations de production et de distribution du pays vaincu étaient en ruines. Le gouvernement accepta par conséquent l’aide alimentaire proposée par les nations victorieuses. UNE CULTURE DU LAIT PAS ENCORE STABILISÉE Le changement forcé de régime alimentaire modifia profondément les habitudes, et en particulier la perception des produits laitiers. En peu de temps, le lait, et plus particulièrement le fromage fondu, devinrent un produit de consommation courante. 50 années suffirent au Japon pour occuper sa place actuelle. Toutefois, ce développement rapide soulève la question : effet de mode ou pratique désormais ancrée dans la culture ? « Les habitudes alimentaires ont une nature conservatrice, et sont difficiles à changer », répond Komei Wani. « Tout changement dans ces habitudes n’est accepté, stabilisé et installé qu’après avoir franchi de nombreuses portes (…). Si l’on devait comparer l’introduction l’acceptation et la stabilisation de la culture du lait au Japon à une relation [amoureuse], nous n’en sommes qu’aux fiançailles », conclut-il.

votez :
(IP:xxx.xx9.131.148) le 11 mai 2011 à 10H50

"des Crétois, qui eux, consomment du fromage de chèvre, mais en très petite quantité (normal, une chèvre ne produit pas autant de lait que nos Prim’holstein bretonnes"

- La consommation de produits laitiers (pas seulement du fromage de chèvre) par les Crétois n’est pas "en petites quantités" (Etes-vous déjà allée en Crête ?Non ? Alors, allez-y et vous verrez ce qu’ils considèrent comme "petites quantités" dans le cas des produits laitiers).

Il est exact qu’une chèvre ne produit pas autant de lait qu’une vache. mais ils ont beaucoup beaucoup de chèvres et de brebis........

Régime crétois : de quoi parle-t-on ?

Le régime crétois est issu du modèle d’alimentation traditionnelle des Crétois, les habitants de cette île méditerranéenne qui vivent plus longtemps et en meilleure santé que les occidentaux.

La longévité exceptionnelle des habitants de l’île de Crète, dont beaucoup sont centenaires, est liée à leur alimentation frugale riche en antioxydants et en acides gras essentiels polyinsaturés (de type oméga-3), qui leur permet notamment un faible taux de maladies cardio-vasculaires et moins de cancers.

La particularité du régime crétois est d’être basé sur la consommation : – essentiellement de végétaux, notamment des salades sauvages avec le pourpier qui pousse sur l’île (très riche en acide alphalinoléique, précurseur des acides gras oméga-3) ainsi que des herbes aromatiques riches en antioxydants ; – d’aliments à l’état brut (produits céréaliers) ; – de petits escargots de Crète (très riches en oméga-3 car ils consomment eux-mêmes le pourpier) ; – de poissons, œufs et produits laitiers à base de lait de chèvre ou brebis ;– de très peu de viandes rouges (3 à 4 fois par mois) ; – d’un peu de vin rouge.

Quels sont les grands principes du régime crétois ?

Le régime crétois repose sur une alimentation simple, des modes de cuisson ne nécessitant pas de matières grasses et la consommation régulière : – d’huile d’olive, d’olives et de graines oléagineuses ; – de pain et céréales complètes et beaucoup d’aliments bruts, notamment à base de céréales anciennes comme le sarrasin, l’orge, le millet, le seigle… ; – de légumes frais et de légumineuses ; – de fruits frais, de fruits secs ; – de fromages et yaourts à base de lait de chèvre ou de brebis ; – de salades sauvages riches en acides gras oméga-3, notamment le pourpier (que les Crétois consomment cru) ou la mâche, les jeunes pousses de salades mélangées…

votez :
(IP:xxx.xx8.116.107) le 13 mai 2011 à 14H44

Comme vous le dites, la consommation de produits laitiers au Japon est récente, les personnes âgées actuelles ont grandit sans ces produits, et il est vraissemblable qu’elles aient mieux conservé leurs traditions alimentaires tout au long de leur vie que les jeunes générations plus enclintes à adopter le "progrès". On jugera donc du bien fondé de cette alimentation occidentale, à base de lait, dans 40 ou 50 ans. Pour l’instant, on peut seulement dire que le régime sans lait des vieux japonais leur a bien réussi. Pour ma part, depuis 19 ans que j’ai rompu avec les produits laitiers, ma santé s’est bien améliorée. Et je ne suis pas la seule dans mon entourage à avoir constaté ça. Si vous doutez : essayez !

votez :
(IP:xxx.xx3.88.183) le 15 mai 2011 à 09H49

(IP:xxx.xx8.116.107)

"Comme vous le dites, la consommation de produits laitiers au Japon est récente, les personnes âgées actuelles ont grandit sans ces produits,"

- FAUX.Cf ===> (IP:xxx.xx9.131.148) le 11 mai 2011 à 09H35 Faut pas s’accrocher aux légendes comme çà ! Les Japonnais consomment aussi des produits laitiers !

CONSOMMATION DE LAIT ET DE PRODUITS LAITIERS Le « oui, mais… » des Japonais Le 08 décembre 2010 par R.Lemoine Revue n°704 - page n°26 En seulement cinquante ans, le Japon s’est imposé comme un acteur majeur dans le paysage laitier mondial.

[...] le lait ne redevint un produit de consommation pour le Japonais que 500 ans plus tard, à la fin du XIXe siècle. Entre temps, son image s’était considérablement détériorée – boire du lait était vu à l’époque comme un comportement hautement anti-social. « Les choses changèrent avec la restauration de Meiji en 1868, caractérisée par une forte politique de modernisation et d’occidentalisation. Ainsi, le gouvernement fit du lait un symbole de la culture et de la technologie modernes auxquelles devait s’adapter le Japon », poursuit-il. C’est à cette époque qu’Hokkaido, l’île septentrionale du Japon, fut désignée pour être le centre de l’industrie laitière. La politique volontariste du gouvernement échoua toutefois partiellement : le lait ne fut toujours pas perçu comme un produit alimentaire, mais comme un médicament qu’on donnait aux personnes malades et aux enfants en très bas âge. Ce n’est véritablement qu’au moment de l’après-guerre que s’est joué l’engouement actuel du Japon pour le lait et les produits laitiers. Les installations de production et de distribution du pays vaincu étaient en ruines. Le gouvernement accepta par conséquent l’aide alimentaire proposée par les nations victorieuses. UNE CULTURE DU LAIT PAS ENCORE STABILISÉE Le changement forcé de régime alimentaire modifia profondément les habitudes, et en particulier la perception des produits laitiers. En peu de temps, le lait, et plus particulièrement le fromage fondu, devinrent un produit de consommation courante. 50 années suffirent au Japon pour occuper sa place actuelle [...]

- Par conséquent, la population japonnaise a consommé du lait et des produits laitiers depuis un demi-siècle.....

votez :
par eve (IP:xxx.xx4.65.73) le 23 mai 2011 à 14H57

bien joli toutes ses statistiques sur la longévité ! D’origine polonaise, la viande n’était consommée qu’une fois par semaine, et les autres jours les volailles, le poisson, les fromages la remplaçait. Les fruits et légumes étaient de saison,et provenant de la production familiale. J’ai gardé ces habitudes,mais vivant en appartement, je n’ai que mes plantes aromatiques que je produit. Pour ce qui est dureste, je ne mange que bio,absence de pesticides,pas de ionisation etc.. J’ai découvert le GOJI qui est une plante issue de l’Himalaya(d’après ce que l’on m’a dit)et 10 jours de cure par mois vous redonne un bilan sanguin surprenant. En fin de compte il n’y a rien de révolutionnaire, si vos parents vous ont transmis une éducation alimentaire saine, quelque soit le pays d’où vous êtes issu,avec une activité physique adaptée à chaque âge.Le viellissement se fera ,car nous ne pouvons pas aller contre ce qui fait notre monde mais dans de meilleures conditions.......

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx0.231.86) le 4 juin 2011 à 10H01

"j’ai découvert le GOJI qui est une plante issue de l’Himalaya(d’après ce que l’on m’a dit)..."

En fait, le Goji est une baie appelée également lycium ou liciet.

plus d’info ici : h t t p : / / goji.over-blog.net/article-11853386.html

votez :
par hatoulbah (IP:xxx.xx3.28.132) le 9 juillet 2011 à 14H46

J’utilise depuis peu de l’huile vierge d’avocat : très parfumée je l’utilise donc en moindre quantité. C’est très bon pour la santé avec un profile d’acide gras très riche en mono insaturé et en vitamine E. C’est aussi très bon pour la cuisson ou friture car elle résiste jusqu’à 250°C contre 200°C pour une huile d’olive vierge. J’ai même trouvé des recettes sur Avocadoil.

votez :
par cheap jordan retros (IP:xxx.xx5.90.52) le 19 août 2013 à 03H31

To restore shine to your floor in between waxings highfly shoes jordan cheap , you may want to consider renting or purchasing a floor buffing machine cheap jordan sneakers .Citizendium Blog Wikipedia latest band

Les Auteurs deAlimentation
Valerie B - 1 articles
Béatrice de Reynal - 209 articles
Anissina - 5 articles
ble2 - 35 articles
La Nature dans la Peau - 6 articles
Samuel - 1 articles
BelleAuNaturel.net - 33 articles
Philippe - 6 articles