NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Il y a sel et sel...

Article publié le 1er octobre 2010

Le sel est certainement le condiment le plus banal que nous mettons sur nos tables. Il nous est tellement familier qu’on ne fait même plus attention à ce qu’il est vraiment.

Il y a sel et sel...

Les cours de chimie ainsi que la communication tout azimut sur le sel a réduit notre connaissance de celui-ci à :
sel = chlorure de sodium

En fait, le sel est bien plus que cela, et ce serait une erreur que de le réduire à cette simple molécule. Bien évidemment, le sel contient du chlorure de sodium, c’est même son composant principal. Mais le sel véritable, celui que nous récoltons en mer par exemple contient plus de 70 composants, comme le fer, du potassium, du magnésium, du calcium et bien d’autres encore.

Ce n’est pas pour rien que nos ancêtres le considéraient comme un produit important pour leur santé.

Aujourd’hui, dès que nous parlons de sel, les premiers mots qui viennent à l’esprit sont hypertension, maladies cardio-vasculaires, problèmes de santé, nourriture industrielle, enfin bref, le sel a beaucoup perdu de sa superbe...

Pourquoi ce changement ?

Si aujourd’hui, le sel sur nos tables est bien blanc et bien sec, ce n’est pas un hasard. Il est ainsi car il est raffiné. C’est-à-dire qu’on lui fait subir un procédé chimique qui va tout simplement isoler le chlorure de sodium des autres composants. En deux mots, ce n’est plus du sel, juste du chlorure de sodium.

Là où le sel de mer contient un peu plus de 80% de chlorure de sodium, le « sel de table » en contient 99%.

Le corps humain à besoin de sodium, plus exactement il a besoin du couple sodium potassium. Le sel de table privé de son potassium naturel par raffinage n’a plus les mêmes propriétés pour la santé. Certes il continue à relever le goût, mais c’est tout ! Et comme c’est ce sel qu’utilise les industriels pour leurs plats préparés, le déséquilibre sodium/potassium s'aggrave et prédisposent aux maladies cardio-vasculaire.

Il est donc important d’être attentif au sel que nous consommons car nos choix ne sont pas sans effet.

Ce qui est appelé « sel de table », « sel alimentaire » ou « sel de cuisine » est le sel chimique dénaturé à éviter le plus possible.

Le sel naturel et complet se trouve sous la dénomination « sel gris de mer », « sel de Guérande » ou « fleur de sel ». C’est le sel à privilégier.

Il n’y a donc pas un sel, mais des sels, à nous de choisir celui que nous voulons consommer.

Source image : http://www.pressvoyages.com

Thèmes

Sel Minéraux

Bookmark and Share
5 votes

commentaires
votez :
par WXCV (IP:xxx.xx9.4.59) le 1er octobre 2010 à 11H35

"Ce n’est pas pour rien que nos ancêtres le considéraient comme un produit important pour leur santé"

- C’est surtout parce que celà permettait la conservation prolongée (dans la saumure c’est à dire une solution aqueuse de sel) de nombreuses catégories de denrées alimentaires : viandes, poissons, légumes) en limitant les phénomènes de fermentation et de pourriture. La consommation important et répétée de denrées conservées dans la saumure a été montrée comme responsable de certains cancers du tractus digestif, notamment de l’estomac et probablement aussi de l’oesophage. C’est depuis l’utilisation répandue de la réfrigération que ces cancers ont montré une très nette et constante diminution. Rien, à ma connaissance et sauf erreur de ma part, n’a jusqu’à présent indiscutablement montré une différence entre la consommation du sel de cuisine chlorure de sodium "raffiné" et les sels dits de mer cités dans l’étiologie des affections indiquées dans cet article, affections cardio-vasculaires.

votez :
(IP:xxx.xx0.98.243) le 1er octobre 2010 à 16H33

L’un des facteurs de l’hypertension artérielle est un rapport défavorable entre le sodium et le potassium. Le sel raffiné ne contient pas de potassium contrairement au sel de mer. En consommant du sel de mer, on consomme sodium, potassium, magnésium dans des proportions qui tendent à ne pas aggraver le rapport sodium/potassium de l’organisme.

Lorsqu’on ne consomme que du sel raffiné, de manière directe ou bien contenu dans les préparations industrielles, le sodium devient prépondérant et le rapport sodium/potassium dans l’organisme se dégrade et facilite l’hypertension.

votez :
par WXCV (IP:xxx.xx9.4.59) le 2 octobre 2010 à 10H33

"L’un des facteurs de l’hypertension artérielle est un rapport défavorable entre le sodium et le potassium. Le sel raffiné ne contient pas de potassium contrairement au sel de mer."

- C’est exact mais ce n’était pas le sujet de ma remarque. J’indiquais que la raison principale (exclusive en raison de l’ignorance dans la quelle on était à l’époque des questions sanitaires et médicales) de l’utilisation massive du sel était la conservation des denrées alimentaires. Il convient également de noter que dans les temps anciens (jusqu’à relativement récemment d’ailleurs), les populations ne disposaient que de sels non "raffinés" : sels de mer, sel gemme, donc contenant d’autres sels de sodium, potassium, magnésium entre autres.

votez :
(IP:xxx.xx9.4.59) le 2 octobre 2010 à 17H38

"Là où le sel de mer contient un peu plus de 80% de chlorure de sodium"

- J’utilise régulièrement de la fleur de sel de Guérande. La seule indication concernant la composition portée sur l’emballage est : 100% fleur de sel de Guérande........

votez :
(IP:xxx.xx4.218.26) le 2 octobre 2010 à 23H12

Ecrire 100% de fleur de sel, est identique à écrire sur un pot de couscous : 100% de couscous.... sachant que le couscous est composé de semoule, merguez etc. De même la fleur de sel est composée de Chlorure de sodium, de potassium, magnésium, fer, etc.

votez :
(IP:xxx.xx9.4.59) le 3 octobre 2010 à 10H42

"De même la fleur de sel est composée de Chlorure de sodium, de potassium, magnésium, fer, etc"

- La question n’en reste pas moins la suivante : "dans quelles proportions ces éléments sont-ils présents dans la fleur de sel" puisqu’il semblerait que ce sont les rapports respectifs entre ces divers éléments qui en font l’intérêt ?

votez :
(IP:xxx.xx6.183.8) le 2 octobre 2010 à 23H04

Pierre Delbet, membre de l’académie de médecine, a montré il y a 50 ans le rôle du chlorure de magnésium pour améliorer le résistance immunitaire et pour lutter contre les cancers.

Par exemple dans ce livre : http://www.amazon.fr/Politique-pr%C...

L’élimination du chlorure de magnésium dans le sel de mer est donc un problème potentiel, qui reste caché sans étude supplémentaire sur le sujet.

votez :
(IP:xxx.xx9.4.59) le 3 octobre 2010 à 11H54

"Pierre Delbet, membre de l’académie de médecine, a montré il y a 50 ans le rôle du chlorure de magnésium pour améliorer le résistance immunitaire et pour lutter contre les cancers."

- Celà a été "montré" avec les moyens de l’époque. A ma connaissance, celà n’a pas été confirmé à ce jour à l’aide des méthodes expérimentales et cliniques plus sophistiquées qui sont utilisées actuellement. En l’absence de ces preuves indiscutables, on peut toutefois en rester là en les attendant, dans la mesure où, si le ClMg ne fait pas de bien, il ne fait pas de mal non plus.

votez :
(IP:xxx.xx7.247.75) le 3 octobre 2010 à 20H18

Celà a été "montré" avec les moyens de l’époque. A ma connaissance, celà n’a pas été confirmé à ce jour à l’aide des méthodes expérimentales et cliniques plus sophistiquées qui sont utilisées actuellement. En l’absence de ces preuves indiscutables,

Greffe ou induction de cancer sur des souris, puis comparaison de l’évolution de la taille du cancer en fonction de la dose de magnésium : quoi de plus indiscutable ? Lisez le livre...

Delbet était un chirurgien reconnu, membre de l’académie de Médecine. L’anomalie, c’est que ces expériences n’aient pas été plus reproduites, afin de mieux comprendre les mécanismes à l’oeuvre. Mais leur ancienneté relative ne change pas la qualité de la preuve de l’action du magnésium.

Ce que l’on a appris en plus, c’est la profonde implication du magnésium (abrégé en Mg) dans la chimie des cellules. Et en particulier dans la chimie de l’énergie, par exemple dans la Glycolyse. Au moins 3 réactions essentielles sont dépendantes au magnésium Mg2+ :

Synthèse du glucose-6-phosphate

Synthèse de fructose-1,6-biphosphate

Synthèse de pyruvate et récupération d’ATP

Or l’on connait aussi le rôle clef de la chimie de l’énergie dans les cellules cancéreuses.

Enfin, les anesthésistes-réanimateurs connaissent très bien les rôles essentiels du magnésium dans leur actions d’urgence.

votez :
(IP:xxx.xx9.4.59) le 4 octobre 2010 à 18H22

"L’anomalie, c’est que ces expériences n’aient pas été plus reproduites, afin de mieux comprendre les mécanismes à l’oeuvre."

- C’est précisément ce qui a suscité ma remarque. Il est très surprenant que si les propriétés décrites par Delbet sont si intéressantes , pourquoi personne depuis 50 ans ne s’est intéressé à la question ?

" Mais leur ancienneté relative ne change pas la qualité de la preuve de l’action du magnésium."

- On ne peut juger de la qualité de la "preuve" qu’en évaluant la qualité de l’expérimentation. Et si je comprends bien, la seule preuve actuellement disponible est, sauf erreur de ma part, la parole de Delbet, ou plutôt son bouquin.

" Enfin, les anesthésistes-réanimateurs connaissent très bien les rôles essentiels du magnésium dans leur actions d’urgence."

- De la même manière qu’ils connaissent bien le rôle du K, Na, Ca..... Et les rapports entre chacun de ces éléments.

votez :
(IP:xxx.xx9.39.64) le 4 octobre 2010 à 20H54

"Il est très surprenant que si les propriétés décrites par Delbet sont si intéressantes , pourquoi personne depuis 50 ans ne s’est intéressé à la question ?"

C’est bien la question. Une partie de la réponse est peut-être que aucun brevet ne peut être pris sur le sel de magnésium ?

"Et si je comprends bien, la seule preuve actuellement disponible est, sauf erreur de ma part, la parole de Delbet, ou plutôt son bouquin."

C’est déjà beaucoup. Et aussi ses comptes-rendus à l’académie des sciences ? Il y a eu aussi de nombreuses études sur l’effet positif du magnésium sur certains comportements, comme l’autisme.

"De la même manière qu’ils connaissent bien le rôle du K, Na, Ca..... Et les rapports entre chacun de ces éléments."

Tout à fait, rôles qui sont tout à fait avérés comme dans le cycle de l’énergie de la cellule.

Mais il y a une différence avec les autres éléments que vous citez : les sources naturelles du magnésium se sont raréfiées dans l’alimentation. Lavage du sel, élimination des peaux des graines pour la farine, diminution du magnésium dans les sols soumis à culture intensive,....

Il faut donc le retrouver.

votez :
(IP:xxx.xx9.4.59) le 5 octobre 2010 à 12H23

"Tout à fait, rôles qui sont tout à fait avérés comme dans le cycle de l’énergie de la cellule."

Ainsi que dans la conduction nerveuse et neuro-musculaire.

votez :
(IP:xxx.xx3.88.147) le 6 octobre 2010 à 12H39

"C’est bien la question. Une partie de la réponse est peut-être que aucun brevet ne peut être pris sur le sel de magnésium ?"

- Il y a des tas de chercheurs intéressés par la recherche fondamentale et oeuvrant dans des institutions sans but lucratif et assimilées qui ne sont pas concernés par les dépôts de brevets. En outre, le sujet du mode d’action et/ou des propriétés biochimiques et/ou cliniques du ClMg peuvent très bien faire l’objet d’une ou plusieurs thèses ou mémoires de recherche sans qu’il y ait un brevet à la clé. La question du brevet est un faux prétexte. Mon impression personnelle est qu’il n’y a pas grand’chose de rare ou de nouveau ou de solide à glaner sur ce sel !

votez :
(IP:xxx.xx6.95.189) le 6 octobre 2010 à 21H16

Des tas de chercheurs intéressés, peut-être, mais pour travailler avec quels crédits ? Avec quels sponsors industriels ?

Vu déjà les problèmes rencontrés par les chercheurs sur l’abus de chlorure de sodium par l’industrie...

votez :
(IP:xxx.xx3.88.147) le 7 octobre 2010 à 09H22

"....mais pour travailler avec quels crédits ? Avec quels sponsors industriels ?"

- C’est préciément ce que je disais, il n’y a aucun intérêt, quel qu’il soit, à entreprendre, pour l’instant ?, des travaux de recherche sur le chlorure de magnésium.

votez :
(IP:xxx.xx3.217.25) le 7 novembre 2010 à 19H13

""Vu déjà les problèmes rencontrés par les chercheurs sur l’abus de chlorure de sodium par l’industrie..."

- Correction !! Pas par LES chercheurs, mais par UN chercheur......

votez :
(IP:xxx.xx3.242.196) le 8 octobre 2010 à 08H35

Il y a un intérêt médical évident pour les patients, et des expériences solides l’on déjà montré.

Mais il n’y a aucun intérêt financier immédiat pour l’industrie, et il y a même un danger pour un chercheur s’il se met en travers des intérêts de l’industrie.

C’est bien ce que l’on constate pour l’usage immodéré du sel industriel.

votez :
(IP:xxx.xx3.88.147) le 8 octobre 2010 à 10H55

"Il y a un intérêt médical évident pour les patients, et des expériences solides l’on déjà montré."

==> "des expériences solides l’on déjà montré" : donc comme je l’ai dit, il n’y a plus guère d’intérêt pour un chercheur à se mettre à travailler sur le sujet !

"Mais il n’y a aucun intérêt financier immédiat pour l’industrie,"

==> par conséquent, pour quelle(s)raisons faudrait-il que l’industrie investisse et dépense des fonds pour une recheche qui naurait pas de retour ni scientifique ni financier ?

" et il y a même un danger pour un chercheur s’il se met en travers des intérêts de l’industrie."

==> il y a effectivement eu un exemple.

votez :
(IP:xxx.xx5.138.37) le 1er novembre 2010 à 11H11

Je pense qu’il ne faut pas oublier le procès en 1999 du responsable de la recherche sur le cancer des années 1980-1990 , qui nous a indiqué qu’il détournait de l’argent à son profit MAIS aussi , et surtout pour nous, qu’il détournait aussi les chercheurs qui se dirigeaient sur un chemin de découverte de possibilités de guérison . Vingt à vingt cinq ans de mise à l’écart de toutes possibilités de découverte. Il fallait chercher et surtout ne pas trouver, ai-je cru comprendre dans l’explication du procès de notre Justice.

L’exemple que j’ai devant les yeux, est un cancer des ovaires mortel en quinze jours en 2003, découvert en octobre 2004, et la dame est toujours en vie grâce à des médicaments qui existaient bien avant 2000, certainement avant 1980 je crois. Mais, les instances en interdisaient l’utilisation pour ce cancer pour des raisons financières de maîtrise des coûts, malgré le coût peu élevé (par rapport aux autres médicaments anticancéreux bien sûr).

Bravo et merci aux médecins.

votez :
(IP:xxx.xx9.129.238) le 8 novembre 2010 à 18H15

"...un cancer des ovaires mortel en quinze jours en 2003,"..."

°°° En quinze jours ? Mazette, c’était surement un turbo-cancer !! Auriez-vous par hasard le nom de ce cancer ?

"....découvert en octobre 2004, et la dame est toujours en vie grâce à des médicaments qui existaient bien avant 2000, certainement avant 1980 je crois."

°°° Avez-vous la preuve formelle qu’il s’agissait bien d’un cancer (turbo-cancer foudroyant) et non pas plutôt d’une erreur de diagnostic ?

°°° Connaissez-vous les noms de ces médicaments si efficaces utilisés il y a 30 ans et et qui auraient été abandonnés depuis au profit de produits apparemment moins efficaces alors que l’on vient d’apprendre que le nombre de morts par cancer avait significativement diminué depuis une vingtaine d’années....

Faut se méfier des ragots colportés par les concierges, les facteurs, les tenanciers de bistrots, etc...

votez :
(IP:xxx.xx3.217.25) le 1er novembre 2010 à 18H09

Votre remarque pourrait être intéressante et utile si elle n’était pas aussi vague, sans la moindre réference ni précision auxquelles se "raccrocher" afin de pouvoir se faire une idée sur le contexte, sur la validité de certaines de vos affirmations,sur les circonstances dans lesquelles votre exemple s’est déroulé, etc... En outre, quel est le rapport entre le sujet de l’article (le chlorure de sodium/sel de cuisine) et votre exemple concernant un cancer de l’ovaire ?

votez :
par Nonmaisdisdonc (IP:xxx.xx2.165.175) le 4 novembre 2010 à 20H26

J’ai personnellement résolu le problème en adoptant un produit qui se nomme LO SALT .Je trouve cela chez Monop... Au lieu d’avoir 100% de sel de sodium, on a dans ce produit remplacé les 2/3 du sel de sodium par du potassium. De plus le potassium est naturellement hypotenseur. Même conditionnement, aucune différence de gout. Seul le pouvoir salant est plus faible mais je puis vous assurer que l’on si fait très bien. Cela n’implique bien évidemment que l’on doive s’en servir deux fois plus lors des repas !

Les Auteurs deAlimentation
Valerie B - 1 articles
Béatrice de Reynal - 209 articles
Anissina - 5 articles
ble2 - 35 articles
La Nature dans la Peau - 6 articles
Samuel - 1 articles
BelleAuNaturel.net - 33 articles
Philippe - 6 articles