NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Enquête sur la "Mal Bouffe" et la Toxicité de la Nourriture Industrielle

Article publié le 12 novembre 2010

Avec les Fast Food et l’importation du modèle américain en Europe, l’expression "bouffer de la merde" n’est plus une métaphore mais la triste réalité, car les intoxications alimentaires graves dues à la présence de matière fécale dans la viande des hamburgers a déjà tué des enfants comme William Reymond le décrit au début de son livre "Toxic".

Mais ce n’est que la partie visible de l’iceberg et au lieu de vouloir procéder à des changements pour que ce genre de problèmes ne se reproduisent pas, les industriels des Fast Food et d’agro alimentaire font tout pour cacher ces problèmes, leur responsabilité et achètent les politiques en finançant leur campagne pour qu’ils gardent le silence et assurent leur immunité comme par cette loi qui aux USA interdit de critiquer les fast food, soit de ne pas faire leur pub !

Et pire, ils accusent les consommateurs de consommer trop de leurs produits avec l’appui des prétendues autorités, sans remettre en question leur marketing qui s’en prend aux plus faibles (comme les jeunes enfants), et sans remettre en question tous les produits non naturels injectés en supplément qui ont des effets nocifs plus que connus pour certains sans même en informer clairement les consommateurs.

Les industries alimentaires avec l’aide des gouvernements contrôlent ce que l’on mange, pas pour le mieux, mais plutôt pour le pire avec l’alimentation.

Enquête sur la "Mal Bouffe" et la Toxicité de la Nourriture Industrielle
Aux USA, les petites portions sont l’équivalent de nos grandes portions dans les fast-food, nous explique le livre "Toxic" de William Reymond, il nous dit que c’est quelqu’un voulant faire plus de profit qui a eu l’idée dans un cinéma pour pouvoir les vendre un peu plus chers, parce qu’augmenter la quantité de nourriture dans une portion permet d’augmenter les bénéfices, proportionnellement à la quantité de nourriture ajoutée.

Ce système à donc ensuite été adopté partout dans le monde, comme on peut le voir avec les différents menu "XXL" bien connus des Fast-Food et cela nous est présenté en général comme la principale cause de l’obésité et c’est pour ça que l’on nous donne des conseils pour manger moins sucré, moins salé, sans jamais toutefois accuser les industriels de mettre trop de sucre et de graisse dans leurs produits, mais ce n’est qu’une petite partie de la réalité, la partie visible de l’iceberg, ce livre nous montre la face cachée de tout ça : manipulations des industries alimentaires pour addicter les enfants dès le plus jeune âge en proposant des menus associés à des jeux ou encore des produits dangereux ajoutés dans les aliments, car il ne s’agit pas seulement d’obésité, mais aussi de maladies qui conduisent à la mort comme la maladie de la vache folle ou encore une maladie mortelle due à la présence d’ excréments dans la viande et même des produits qui trompent notre cerveau, en remplaçant les produits reconnus par le cerveau qui provoquent la sensation de ne plus avoir faim lorsqu’on en a assez mangé par des produits que le cerveau ne reconnait pas comme le sirop de maïs très répandu aux USA, on peut donc manger bien plus de ces "sucres" sans s’ apercevoir que l’on en a assez mangé, comme on le verra dans la suite de l’article.


Nous sommes victimes d’un empoisonnement alimentaire à l’échelle mondiale organisé par les industries agro alimentaires.


Interview de W.Reymond sur son livre "Toxic" :

La Responsabilité Personnelle Face à la Responsabilité des Industries Agro Alimentaires


La campagne "Manger/Bouger" en France permet aux industriels de se redorer le blason envers l’opinion publique et de s’innocenter, cette campagne étant affichée sur les pubs elles mêmes de ces produits pour nous faire croire que si on grossit, c’est simplement parce que l’on abuse des produits trop gras, trop sucrés ou trop salés et non à cause du contenu de ces produits et qu’il nous suffit de moins en manger pour retrouver la ligne, mais ce n’est que prendre en compte une toute petite partie du problème, car cela occulte le fait que ces produits sont en général trop sucrés et trop salés en eux mêmes et que les publicitaires font tout pour nous "forcer" à manger ces produits, profitant de nos faiblesses et de nos difficultés et cela risque de faire croire que les produits présentés dans la pub ne sont pas trop salés ou trop sucrés en eux mêmes.

Les produits dans les fast food sont en général très salés, ce qui invite à la consommation supplémentaire de boissons, pourquoi ne pas aussi interdire ce genre de pratiques aux industriels ? Pourquoi toujours mettre la faute sur le consommateur qui n’est après tout pas informé clairement du contenu de ces produits qui trompent nos sens comme on le verra plus loin ?

Un des points négatifs de cette campagne est le fait qu’elle soit copiée de celle aux USA ou elle n’a pas eu les résultats escomptés et qu’elle vient du pays roi dans le domaine de l’obésité, est-ce vraiment l’exemple à suivre ?

Dans un autre livre, "Tout savoir sur les aliments" du docteur Laurent Chevalier, celui ci nous explique que l’un des effets pervers de cette campagne est que ceux qui justement sont en surpoids et refond de l’exercice sans accompagnement se mettent en danger, en demandent trop à leur coeur et risquent de mourir de crise cardiaque du à un effort trop fort qui n’était pas adapté à l’organisme de la personne, il dit qu’environ un millier de personnes meurent comme ça chaque année en France.


Comme le dit la campagne manger/bouger les fruits et légumes sont bien sûr bons à la santé mais seulement si il ne leur est pas rajouté des produits et autres traitements toxiques ! Cette campagne oublie donc les pesticides utilisés à haute dose que l’on y ajoute en ne parlant que de l’aspect positif et visible des fruits et légumes et en oubliant l’aspect négatif et invisible : les pesticides, qui sont ensuite absorbés par le corps en même temps que le fruit ou que le légume. Le conseil que l’on peut donner est de bien laver la peau des fruits et légumes et même de l’enlever si possible, ou de manger des produits biologiques qui contiennent beaucoup moins de produits toxiques.

Les pouvoirs publics se sont alliés avec les entreprises agro-alimentaires et se gardent bien d’en informer le public ou minimisent les risques en disant que c’est présent en si petite quantité qu’on ne risque rien, mais c’est oublier qu’on retrouve ces produits dangereux dans la plupart des produits de consommation courante, donc on ne les avale pas en si petite quantité que ça et de plus, pourquoi permettre des produits dangereux dans les aliments même en petite quantité alors qu’ils ne sont pas indispensables et servent surtout à permettre aux entreprises de réduire leur cout de fabrication et d’augmenter leurs bénéfices au détriment de la santé publique, ce qui coute cher à plus ou moins long terme à la société toute entière, ce sont les victimes de ces empoisonnements qui devront payer le prix des soins nécessaires au traitement de ce qu’on leur a fait avaler sans même les informer des dangers de ces produits et de leur existence dans les aliments, comment alors invoquer dans ce cas la responsabilité personnelle ? Il s’agit tout simplement d’empoisonnement et de tromperie sur le contenu de la marchandise.

Cela fait penser aux cigarettiers qui ont clamés durant longtemps que leur cigarettes étaient absolument pas dangereuses et que leurs études n’ont jamais démontré qu’elles présentaient un risque pour la santé alors que les procès à leur encontre ont prouvés qu’ils le savaient avec des études en interne bien entendu jamais rendues publiques ! Exactement ce que disent les fabricants alimentaires au sujet des produits non naturels ajoutés à ce que l’on mange. On peut donc se méfier à juste titre. Ils nous font le coup à chaque fois.

Pourquoi permettre à ces multinationales de vendre des produits tellement gras sans même avertir le consommateur clairement ? Pourquoi ne pas interdire ce genre de produit ultra sucrés, ultra gras plutot que de simplement les surtaxer comme certaines boissons ? Taxer ces produits ne va pas les rendre inoffensifs et va pénaliser seulement les plus pauvres d’entre nous !

Les pouvoirs publiques semblent avoir donc décidés de se mettre du coté de ces industriels et de les protéger, au prix de notre santé et pour avec eux faire des bénéfices supplémentaires avec les taxes qu’ils récoltent sur ces produits.

Par exemple, un simple signalement d’une vidéo qui déplait à un grand groupe alimentaire et elle est retirée ou encore un reportage qui dénonce les conditions d’hygiène d’un grand groupe de fast food est censuré. Entrevue n°209 montre des extraits du reportage, on nous parle de ce qui est maintenant connu : non respect de l’hygiène, produits périmés réétiquetés, etc.

L’explication est simple, les pouvoirs publics font la même chose avec la population que les industriels avec les consommateurs (mensonges, hypocrisie et manipulations pour que l’on deviennent dépendants d’eux et pouvoir contrôler les gens et la population), ils ont peur qu’on s’attaque ensuite à eux, et donc ils cautionnent ces méthodes parce que si on remet en question les méthodes de ces industries, comment ne pas remettre en question les politiques et les gouvernements qui font la même chose ?

 


Mon Expérience Personnelle

Je me souviens qu’il y a quelques années, les carafes d’eau étaient toujours présentes sur la table au restaurant ou j’allais souvent mais maintenant il faut toujours en demander, elle n’est plus apportée systématiquement au début du repas, encore une façon détournée d’encourager la consommation supplémentaire d’autres boissons qui remplaceront l’eau, car si il y a une carafe apportée sans qu’on demande, on boira plus facilement de l’eau que si on doit demander une carafe.

Et pour continuer dans le même registre, je suis allé il y a quelque années quelques fois dans un bowling, et là aussi, surprise, on a à peine le temps de s’assoir à table qu’une personne se précipite pour nous demander ce que l’on veut consommer, sauf qu’on est venu jouer au bowling, pas consommer des boissons et que les tables sont les seuls endroits ou s’assoir, donc on doit acheter des consommations même si on joue au bowling et l’eau était même payante (presque un euro le verre !), et je ne vous dit pas la tête de la serveuse quand je lui ai dit, j’ai du lui répéter que je prenais de l’eau ! Elle voulait clairement me dissuader de prendre de l’eau.

Cet endroit est fréquenté par beaucoup de jeunes, et l’on va encore déplorer la consommation d’alcool par les jeunes, alors qu’on les gave avec de l’alcool dans des soirées en discothèque où l’alcool est offert gratuitement à volonté par des marques d’alcool voulant se faire de la pub et qu’on les oblige dans des lieux comme celui ci à consommer des boissons ou même un verre d’eau est payant et découragé...

L’une des mesures qui devrait être prise immédiatement est de rendre l’eau gratuite dans ces établissements, et de mettre systématiquement une carafe d’eau lorsqu’on commande un repas au restaurant.

 


Le Sirop de Maïs et Autre Procédés Douteux

L’un de ces produits dangereux qu’on trouve dans les aliments est le sirop de maïs (HFCS) qui remplace le sucre qui d’après des études (Toxic, de William Reymond, Chap.44) à pour effet d’augmenter le poids sans pour autant qu’on augmente les calories et augmente aussi les risques cardiaques, ce sirop est utilisé depuis des années aux USA. Coca Cola est le pionier qui a introduit l’utilisation de cette forme de sucre car elle était bien entendu plus rentable et toute la fillière à suivie...

Mais ce sirop de maïs à la propriété d’être indétectable par le cerveau, W.Reymond cite quelqu’un de coca cola qui dit que grâce à ce sirop qui remplace le sucre, on peut boire des litres de coca sans être dégouté et avoir envie de vomir, sauf que le dégout et l’envie de vomir permet justement d’éviter de manger trop de sucres, cela est donc utile pour protéger son corps, le sirop de maïs lui contourne cette protection naturelle.

Je me souviens avoir vu un reportage qui n’expliquait par les causes mais qui montrait une petite fille qui n’avait plus cette sensation de saciété, elle ne sentait plus quand elle avait déjà assez mangé, alors elle demandait tout le temps et était trop grosse car bien entendu il est difficile de résister lorsqu’elle demandait à manger.

William Reymond explique que c’est l’un des facteurs agravants de la pendémie d’obésité, la courbe d’obésité aux USA ayant suivit celle de l’utilisation de ce produit dans les colas.

Il est aussi d’un gaz que l’on met sur la viande qui permet de la proposer en rayon plus longtemps, le problème est que même une fois périmée, son aspect ne change pas ! Une fois de plus, ces industriels veulent tromper non sens qui nous protègent des produits avariés et nous présentent ça comme une amélioration ! En faisant cela, ils trompent l’instinct de chacun qui permet de reconnaitre un aliment avarié ou non, qu’on ne s’étonne pas ensuite d’un tel dérèglement dans la société de notre mode d’alimentation.

Certains fruits et légumes sont traités avec une cire pour les rendre plus beaux voir même irradiés, on va bientôt les rendre fluorescents nous expliquer que c’est très utile !

Plutôt que de revoir notre mode de production des fruits et légumes et de vente qui ne respecte pas les cycles naturels des aliments, on préfère y rajouter des produits dont on n’a pas besoin qui ne sont pas nécessaires pour notre organisme.


Bien sûr, on vous dira que ces produits ne sont pas dangereux puisqu’ils sont autorisés, mais c’est aussi ce que nous dit la campagne manger/bouger, que ce n’est pas de la faute aux produits trop sucrés, trop salés et contenant de nombreux additifs mais simplement que l’on en mange trop, alors que ce n’est qu’une petite partie de la vérité comme on l’a vu, puisque justement l’on mange trop à cause des produits contenus dans ces aliments qui dérèglent la régulation naturelle de notre poids.

Dans cette vidéo tirée des bonus du film "Super Size Me", on nous présente les frites macdo 8 semaines après leur commande, comme neuves, ne pourrissant pas, cela pose deux questions, quel produit chimique non naturel est encore utilisé pour qu’elles ne pourrissent pas et est-ce que l’on nous vend des frites "usagées" au macdo en les faisant passer pour des fraiches ?
 
 
 

Seule l’Apparence Compte

De même que les fruits biscornus ne sont pas présents dans les étales des supermarchés, on pourrait croire que ce sont les industriels eux mêmes qui font ça, mais non, c’est la communauté européenne qui l’interdit :

"Depuis de nombreuses années, les fruits et légumes biscornus, trop petits ou trop gros n’avaient plus le droit de cité sur les étals des marchés et supermarchés de l’Union Européenne. Seuls les fruits et légumes standardisés, répondant à des normes strictes pouvaient être commercialisés selon la loi. Du coup, des milliers de tonnes de produits parfaitement comestibles étaient tout bonnement voués à la destruction chaque année.

Devant ce gâchis parfaitement inutile, la Commission Européenne a enfin décidé de réagir. Depuis le 1er juillet 2009, les producteurs sont donc autorisés à commercialiser des fruits et légumes esthétiquement bizarres dans le cadre des frontières de l’UE. La levée de la normalisation ne touche pas tous les produits loin s’en faut, puisque au total seuls 26 produits (parmi les moins consommés d’ailleurs) dérogent au principe du diktat de la perfection.

Le maintient des normes de commercialisation touche spécialement 10 produits parmi les plus vendus puisqu’ils représentent à eux seuls près de 75% des échanges intra-communautaires. Il s’agit notamment des pommes, des agrumes (oranges, citrons, pamplemousses...), des kiwis, des laitues, des pêches et nectarines, des poires, des fraises, des poivrons, des raisins de table et des tomates.

L’interdiction de commercialisation de produits hors normes sous-tendue par le maintien des normes sur ces produits de grande consommation est sujette à dérogation. En effet, chaque pays de l’Union peut le cas échéant autoriser la commercialisation de produits hors normes sous condition qu’ils portent une étiquette spéciale indiquant que ces produits sont « destinés à la transformation ». Ces produits ne pourront être vendus que dans le cadre d’un commerce de détail. De quoi faire de délicieuses compotes et des confitures sans être hors la loi !"

Source : http://www.aujardin.info


Pourtant, l’apparence d’un légume ou d’un fruit ne garantit pas qu’il soit bon à la santé ou non, les légumes et les fruits de mon jardin ne sont pas traités avec des pesticides et aucun n’aurait été apte à être vendu en supermarché à cause de leur forme biscornue, pourtant ils sont bien meilleurs à la santé que ceux que l’on trouve en supermarché car ils n’ont pas été traités par des insecticides toxiques, pourtant la communauté européenne m’interdirait de les vendre en supermarché, au bénéfice des produits ultra traités en produits chimiques en tous genres au prétexte qu’ils n’ont pas une apparence "normale" !

C’est complètement absurde, cela montre qu’on ne se soucie que de l’apparence, un fruit biscornu ne veut pas dire un fruit malade ou impropre à la consommation !
La question est pourquoi interdire la vente de ces aliments sous prétexte qu’il n’ont pas un aspect très lisse, puisque cela ne change rien à leur qualité et ne les rend pas non plus dangereux à la santé d’être biscornus ?

On peut aussi se demander pourquoi maintenir cette interdiction sur les produits justement les plus vendus ? Encore un bel exemple de réglementation totalement inutile et absurde.
 

La Remballe

Voici cette fois un reportage qui nous montre la "remballe", c’est à dire comment certains supermarchés arrivent à revendre de la viande avariée et de la faire passer pour de la viande fraiche, même une grande enseigne à ce genre de problèmes :
 

La Nourriture des Bovins en Batterie

Au chapitre 54 de son livre Toxic, W.Reymond nous parle d’un des secrêts les mieux gardés de cette industrie, la "nourriture" (vous comprendrez après la description pourquoi j’y met des guillemets) donnée aux bovins, qui n’est non seulement pas adaptée à leur régime herbivore, mais en plus qui les fait devenir canibales puisqu’ils mangent de la nourriture issue de cadavres de leur propre espèce !

Cette activité de recycler les déchets des abattoirs s’appelle le "rendering" et dit-il est pratiqué par de nombreux abattoirs, je vous cite un extrait de ce chapitre :
"D’abord des employés - souvent de la main d’oeuvre immigrée et précarisée - déversent les cadavres dans une énorme cuve, laquelle contient d’énormes machoires métalliques broyant le tout.
Le mélange concassé est transféré dans une autre cuve, sous la responsabilité du "chef"

, dénomination qui ne relève d’aucune hiérarchie mais se réfère avec ironie au métier de cuisinier. Car son rôle consiste à rendre cette activité profitable, en supervisant la préparation d’une soupe franchement ecoeurante.
Après une heure de cuisson, à 135 degrès, une épaisse masse jaune monte à la surface du mélange. Un suif préieux car, une fois récupéré, il va faire le bonheur de nombreuses industries. Plus particulièrement celle des cosmétiques, qui utilise cette graisse animale cuite dans les bâtons de rouge à lèvres, les déodorants et les savonettes.
[...]
La "soupe" ne contient pas uniquement des carcasses d’animaux d’abattoirs. On y trouve aussi des litres de graisse issus de l’industrie du fast food provenant des restes de cuisson et d’huile de friture.
La viande périmée des supermarchés termine également sa course dans cette mixture. comme il faut faire vite et que les employés n’ont pas assez de bras, on la déverse dans la cuve sans même prendre le temps de la retirer des emballages et des barquettes en polystyrène expansé. Comme si cela ne suffisait pas, on y jette aussi les sacs verts venant des centres vétérinaires et des fourrières. Leur contenu ? Quelques uns des 6 à 7 millions de chats et de chiens euthanasiés chaque année aux Etats-Unis.

Est-ce tout ? Eh non, car la "recette" est complété par le road kill, les dépouilles de multiples espèces d’animaux écrasés ramassés en bord de route !
Reste la dernière touche, l’asaisonnement final si je puis dire... Un renvoi direct au 83% de poules contaminées. En effet, depuis 10 ans, le rendering inclut dans sa recette les plumes et les matières fécales récupérées sur le sol des élevages en batterie."

 


Les Acides Gras Trans et l’Huile Solidifiée


Au chapitre 65 du livre "Toxic", W.Reymond nous parle des acide gras trans, dont certains sont naturels et nécessaires comme dans la viande ou le lait, mais un procédé industriel inventé en 1902 appelé l’hydrogénation catalytique partielle d’huiles végétales permet de faciliter leur conservation en les rendant solides, inventé en 1902 par Wilhelm Normann, cela permet aussi d’augmenter la durée de conservation (apparente) du produit mais comme toujours avec les procédés industriels, le revers de la médaille est que personne ne s’y était intéressé à part relativement récemment dans une étude montrant que la consommation sur 6 ans par des singes de ce type d’acides gras (8% dans une alimentation équilibrée) à montré que leur poid augmentait considérablement, contrairement à l’autre groupe de singes nourri avec la même quantité de nourriture sans apport particulier d’acides gras trans.

Et encore une fois, le gouvernement américain à réussi à empêcher l’OMS d’interdire ce type d’huiles, et selon W.Reymond, l’accent à encore été mis sur la responsabilité individuelle, un mot vidé de son sens, car comment est-on responsable de ce que font les industriels avec notre nourriture, des poisons qu’ils mettent dedans à notre insu, sans parler que même une quantité relativement faible de ces huiles hydrogénées ont apparemment des effets catastrophiques, selon une étude citée dans le livre de Walter Willet, ces acides gras trans empêchent le développement du bon choléstérol et permet le développement du mauvais ! Mais l’industrie alimentaire se contente de nier les risques encourus par l’utilisation de ces produits et prétend qu’il n’y en a pas parce qu’elle ne veut (peut) pas les voir !

Le célèbre "Macdo" dit utiliser une huile plus "saine" mais comme elle aussi à été modifié avec le procédé cité plus haut ou un équivalent, (durçie) pour être conservée plus longtemps, elle est dangereuse et peut être même bien plus nocive si elle est utilisée après hydrogénation.

On peut remarquer que la ville de New York a décidé d’interdire ces mauvaises graisses dans la restauration, un exemple que devraient suivre les autres pays et villes.

Voir aussi ce dossier très intéressant sur les acides gras trans : http://passeportsante.net

 


Les Produits Bio

L’un des moyens de sortir de ces produits contaminés par divers substances est de cuisiner des produits biologiques, malheureusement, ceux ci restent encore plus chers en général que leur équivalent "standart". On peut aussi penser que les distributeurs profitent de l’appellation bio pour augmenter leur marge et les vendre plus chers en se disant que les consommateur sont prêts à payer plus pour de la meilleure qualité, mais pourquoi un produit de qualité devrait-il être forcément plus cher que les autres alors qu’il coute bien moins à produire car il n’utilise pas de produits chimiques et autres traitements coûteux ?

On peut quand même trouver des produits bio au même prix que les autres produits si l’on regarde bien en comparant les prix, notamment les marques distributeurs BIO, qui peuvent être intéressantes financièrement et les promotions lorsqu’il y en a sur ces produits BIO.

Certaines études montrent les défauts de certains produits bio, mais ils sont sans doute bien moins dangereux que les autres produits non-bio de consommation courante qui eux utilisent une grande quantité de poisons appelés pesticides, curieusement les dangers des produits non-bio font bien moins le sujet d’articles dans de grand médias :
"Mais, attention, cette étude, comme le signale l’article du Figaro, porte uniquement sur les apports nutritionnels des produits analysés. Ainsi, pour ce qui de l’apport en vitamines ou en nutriments, les produits bios n’en apportent pas plus que les autres produits.
 
Par contre, chose importante et primordiale à signaler, l’étude britannique n’a nullement analysé le contenu en pesticides des produits étudiés ! Or, il s’avère que, normalement, les produits bios n’en contiennent pas ! Quand on sait les ravages que peuvent provoquer les pesticides sur la santé, on ne peut que plébisciter les produits bios. Certes, ils ne sont peut-être pas plus riches en nutriments ou en vitamines mais, ils ont le très grand avantage d’être exempts de pesticides, qui nous tuent à petit feu."


Addiction


Ces entreprises d’agro alimentaire font tout pour addicter les enfants à leurs produits dès le plus jeune âge, et dépensent des milliards en publicité, un procureur au brésil veut même interdire les menus pour enfants de la chaine de hamburgers bien connue parce qu’ils addictent les enfants à ces produits en les bombardant de messages publicitaires et en abusant de leurs faiblesses et des manques :
« Il faut cesser d’offrir ces petits jouets dans les menus enfants. L’objectif des McDonald’s et des Burger King est clairement de développer la consommation de fast-food chez les jeunes grâce à ces jouets »
Source : http://www.zigonet.com/alimentation/un-procureur-veut-interdire-les-jouets-pour-enfants-mcdonald-s_art6765.html

Dans le cahier photo de "Toxic" , au milieu du livre, on peut voir entre autres des anciennes pubs qui nous font croire que le vin remplace le lait, la viande, le pain et même les oeufs, alors que le vin ne contient aucun de ces produits ! La même chose avec les boissons, coca cola prétend qu’un coca remplace une corbeille de fruits, ou encore que 7up est la boisson idéale pour les bébés, avec une image ou une canette de 7up remplace un biberon de lait ! Comment ensuite peut on croire leur propagande et leur publicités de maintenant, qui nous font passer leurs aliments pour des médicaments préventifs, anti vieillissement, anti cancer, etc ?

Les campagnes de pubs font bien pale figure à coté de la réalité des faits et oublient curieusement qu’on ne choisit pas vraiment librement d’aller chez ces géants de la restauration en général, on y est addicté dès notre plus tendre enfance par leurs publicités mensongères qui ne parlent pas clairement des dangers des produits, leur sponsoring : leur offres alléchantes pour les enfants, avec des jouets et des espaces de jeux pour les enfants, l’enfant associe alors le jeu et ces aliments trop riches :

"Désormais, McDonald’s préfère expliquer : « Il n’y a pas de mauvais produits, il n’y a que de mauvaises habitudes. » Entendez : le McDo ne fait pas de mal à condition de ne pas en abuser. Un discours à double tranchant. Mais, comme on l’indique chez CMC Publistory, « l’important est que les mères considèrent que McDonald’s est une entreprise responsable qui se préoccupe de la santé de leurs enfants »"

Source : http://www.lepoint.fr

 

On voit clairement que ces entreprises se dédouanent encore une fois de plus de leur responsabilité en oubliant de se demander d’où viennent ces mauvaises habitudes, certes les parents ne devraient pas permettre à leurs enfants de manger autant de ces produits, mais quid du fait de ces industries qui récupèrent ces faiblesses des enfants et en profitent pour les addicter à leurs produits ? Ce discours de responsabilité personnelle n’est que la partie visible des faits, comme les médias l’affectionne particulièrement, c’est un arbre qui cache la forêt !
Ils mentent en disant qu’il n’y pas de mauvais produits comme on l’a vu plus haut et se fichent de la sincérité, car il est dit non pas qu’ils veulent vraiment améliorer la santé des consommateurs mais seulement que ceux ci "considèrent" qu’on fait des effort pour eux parce que cela suffit à faire acheter le consommateur, ils se contentent de vouloir faire croire qu’ils prennent soin de leurs clients, comme coca cola qui nous explique que c’est un médecin qui a trouvé la recette du coca cola en cherchant un remède, alors que c’est un chimiste qui ne cherchait pas de véritables médicaments mais simplement à se soulager et il avait déjà à son actif d’autres boissons de ce type dont certaines ayant déjà eu un succès. Ces campagnes de pub se contentent de dire le contraire de ce que disent les défenseur de la santé et les améliorations présentées lors de ces campagnes de communication sont superficielles, rassurantes, en ne parlant que d’une petite partie de ce qui est fait, comme en vantant les mérites d’une grande chaine de fast-food de présenter aussi des salades à manger, encore une manière de dire que vous n’avez qu’a manger des salades dans les fast food ! En d’autres termes, c’est comme de planter un arbre devant l’objectif en disant protéger la nature tout en détruisant une forêt à l’abri des caméras !

Il existe une initiative en France pour interdire la publicité durant les émissions de jeunesse à la télévision, comme cela est déjà le cas en suède :
"Comment un jeune enfant peut-il résister aux spots publicitaires qui lui vantent sans arrêt des jouets, des sodas pétillants, des crèmes onctueuses, des vêtements de marque, le téléphone portable dernier cri… ? Non seulement le jeune enfant ne fait pas la différence entre la réalité et la fiction, mais il ne comprend pas la finalité commerciale des publicités qui le matraque pour le formater - jusqu’à 60 spots le mercredi matin ! Ces publicités dictent à l’enfant des comportements auxquels ses parents vont être confrontés : tyrannie des marques, grignotage, obésité, perte des valeurs… La publicité à la télévision nuit gravement à la santé et à l’éducation."

http://www.nonpubenfants.org/

Un autre problème est la publicité clandestine qui pourrait être autorisée, c’est à dire que des marques ne paieraient pas pour une pub classique ou l’on sait bien que c’est de la pub, mais de la publi-info, c’est à dire payer un journaliste à faire la pub d’un produit comme si il était indépendant et le testait dans le cadre de sa chronique dans l’émission. En somme, on cacherait le fait que c’est de la pub pour faire passer ça pour de l’information, pour une enquête "rigoureuse" et indépendante sur ce produit.

 


Mensonges et Propagande

Dans un autre livre, "Santé, Mensonges et Propagandes", Thierry Souccar nous explique comment les études qui servent de modèle aux politiques de santé publique au sujet de l’alimentation sont biaisées, et comme on exagère les bienfaits de certains produits pour pousser à leur surconsommation à cause de leur surproduction, comme le lait, ou il nous dit que dans certains pays, les enfants n’en boivent pas et que les enfants n’ont pas les os en plus mauvais état qu’ici, c’est donc surtout un problème culturel et non véritablement sanitaire.

Voir aussi au sujet de la propagande du lait : http://www.vegetarismus.ch

Il dénonce la non indépendance d’organisme d’études sur l’alimention et même d’organisme qui semble être publics mais qui servent en fait au lobby de tel ou tel groupe alimentaire et qui est le réprésentant de l’industrie d’un secteur de l’alimentation et non de la santé du consommateur. L’un des points forts du livre est de montrer comment en France les compléments alimentaires sont diabolisés alors qu’ils permettent de palier aux manques de notre alimentation moderne. On y parle aussi de la propagande au sujet des régimes et pourquoi ils ne marchent pas en général.
Ce livre est très intéressant, et parle de beaucoup d’autres attitudes scandaleuses des pouvoirs publics qui ne veulent pas comprendre et reconnaitre leurs erreurs, et surtout se fier aux études et avis de scientifiques totalement indépendants des grands groupes alimentaires et des pressions des corporations mais qui se fient sans problèmes aux avis de structures et de scientifiques directement affiliés voir même payés par un groupe de l’industrie alimentaire sans jamais remettre en question la validité et l’objectivité de leurs avis !
C’est un livre qui détaille beaucoup de choses, et permet de comprendre comment on est manipulé par les lobby des industries qui mettent en avant le seul point positif d’un produit pour mieux cacher ses méfaits !
 


Lait pour Bébé

Un autre scandale est l’affaire du lait de bébé de nestlé qui semble ne pas être si bénéfique que ça :

"Plusieurs organisations ont accusé Nestlé de méthodes de promotion non-éthiques en ventant les bienfaits de leur formule substitut à des mères du tiers-monde. Par exemple, Nestlé aurait fait la distribution gratuite d’échantillons de leur substitut au lait maternel dans des hôpitaux et maisons de maternité. Lorsque les nouvelles mères quittaient ces institutions, évidemment, le substitut n’était plus gratuit. Mais comme son utilisation avait interféré avec la lactation de la mère, celle-ci ne produisait plus suffisamment de lait, et devait donc continuer à utiliser le substitut de Nestlé.

Nestlé a également été accusée d’utiliser l’argument de l’aide humanitaire afin de créer un nouveau marché, alors que les étiquettes et instructions n’étaient même pas adaptées à la langue utilisée dans ces pays. Ils offraient également des cadeaux et des méthodes de sponsorisation afin d’inciter les travailleurs de la santé à promouvoir leurs produits."

 


Les Manipulations de l’Enfance


Cette façon de traiter la nourriture et les besoins de l’être humain et ainsi de mettre en péril sa survie sont la reproduction de la façon dont sont encore trop souvent traités les enfants dans notre société où les parents le voient trop souvent comme un déchet, comme une poubelle ou comme un parasite à éliminer. On empoissonne notre nourriture tout comme les parents empoisonnent le vie de l'enfant. Ce courrier dont voici un extrait issus du site d’Alice Miller le montre très bien :

"Je lisait ce livre par simple curiosité, et j’ai été frappé par la correspondance entre ce que l’Homme fait à ses enfants et ce que l’Homme fait à sa Terre. Je vous adresse ce courrier car il me semble que Masanobu Fukuoka est à l’agriculture ce que vous êtes à l’éducation des enfants.
A la lecture de vos livres, il en ressort qu’un enfant ne doit pas être éduqué, au sens où on l’entend aujourd’hui.

Un enfant n’a pas besoin qu’on le "civilise", tout comme on a civilisé les "barbares sauvages" lors de la colonisation. Il a besoin d’amour et de modèle. L’enfant doit être laissé librement auteur de sa propre personne. Aucun adulte ne peux légitimement s’imposer à un enfant pour le "cultiver", l’éduquer. S’il est laissé libre, il sera lui-même, il sera un être humain sain car il aura été nourri par l’amour au moment où cela lui était indispensable.

Masanobu Fukuoka explique qu’il en est de même pour les végétaux. Il remarque que les plantes torturées (par des tuteurs, des tailles) seront fragiles, tomberont malades, et devront recevoir des soins chimiques pour pallier aux attaques des insectes et des maladies.

Au contraire, des plantes laissées libres de s’épanouir comme il leur est nécessaire, des plantes enracinées dans un sol non labouré, nutritif car laissés libres de s’enrichir naturellement, seront plus fortes, à tel point que tout traitement chimique devient inutile. Les plantes qu’il fait pousser dans son champ sont plus gouteuses et plus nutritives.

L’Homme fait subir à sa Terre les mêmes maltraitances qu’il fait subir à ses enfants.

Il veut tout contrôler, s’imposer dans le développement naturel des choses, car il est persuadé qu’il le faut, parce qu’on lui a à lui-même imposé un développement violant son développement naturel".

Source : http://www.alice-miller.com


Il semble évident que les industries agro alimentaires représentent les parents et les clients les enfants qui dépendent de leurs parents pour survivre, c’est la reproduction du modèle parental. De même que l’interdiction de critiquer les fast food à sans doute pour origine l’interdiction d’accuser et de condamner les parents dont l’enfant dépend pour survivre, et les bons conseils pour ne pas grossir ne sont que la partie déjà visible des faits, les pesticides et autres produits rajoutés dans la nourriture comme le sirop de mais la partie cachée et invisible.

L’un des moyens de se protéger de ses aliments nocifs et dont le corps n’a pas besoin est d’apprendre à l’enfant à bien écouter son corps, à sentir son corps et donc à sentir quand il a trop mangé, à ne pas obéir aveuglément à des préceptes mais à prendre en compte comme il se sent et lui permettre de sentir ce qui est bon ou mauvais pour son organisme, même si malheureusement comme on l’a vu certains produits dérèglent l’équilibre naturel du corps en empêchant le cerveau de les détecter, de s’en apercevoir et donc de les prendre en compte, exactement la reproduction de l’effet de l’éducation qui consiste à priver l’enfant de connaitre ce qu’il ressent, ses émotions, pour que l’on puisse le manipuler, et l’exploiter aux besoins des parents, c’est à dire l’empêcher de s’apercevoir qu’il est manipulé, comme le font ces produits. Les entreprises manipulent pour leurs propres besoins les consommateurs de la même façon que leurs parents ont manipulés les enfants pour leurs propres besoins.
Ces produits sont si facilement acceptés par les enfants et les jeunes parce qu'ils ont déjà été traités de façon similaire par les parents qui les ont empêchés de refuser ce traitement, ce qui facilite leur acceptation. Tout comme dans le cas des campagnes publicitaires ou les enfants sont les cibles du marketing, les enfants ne peuvent plus y résister parce qu'ils ont été victimes des même tentatives de chantage de la part des parents (si tu obéis, tu aura un jouet, un gâteau, etc...). Mais l’enfant n’a pas besoin d’être manipulé, pas plus que le corps a besoin de ces produits qui manipulent notre nourriture.

On peut aussi remarquer comme cette nourriture empoisonnée qui empoisonne le corps ensuite et ce régime alimentaire et ses dérèglements ressemble fortement aux problèmes d’addictions à la drogue et aux problèmes comme l’anorexie et la boulimie, qui sont le résultat d’une éducation stricte qui nie nos besoins y compris émotionnels de notre corps comme l’a montré Alice Miller, spécialement dans son ouvrage "Notre Corps ne Ment Jamais".

La biographie de Rimbaud est un exemple typique de la façon dont le corps est astreint à chercher toute une vie durant la vraie nourriture dont il a été si tôt privé. Rimbaud était irrésistiblement poussé à vouloir combler ce manque, à apaiser une faim qui ne pouvait plus être assouvie. Dans cette optique, sa toxicomanie, ses pérégrinations et sa relation avec Verlaine ne s’expliquent pas seulement comme une fuite de la mère, mais aussi comme la quête d’une nourriture que cette dernière lui avait refusée.

Cette surconsommation ressemble aussi à la consommation d’anti dépresseurs, ou la nourriture fait office d’anti dépresseurs :

"Beaucoup de gens on réussi à se protéger de ses souvenirs d’enfant maltraité en utilisant des médicaments comme par exemple les antidépresseurs. Mais ces derniers nous volent nos vraies émotions, et les réactions logiques à la maltraitance de l’enfant ne peuvent pas être exprimées. Or, c’est exactement ce fait qui a créé la maladie.

En entrant dans la thérapie tout devrait changer. Il y a un témoin de notre souffrance, il veut savoir ce qu’il nous est arrivé et il veut nous aider à l’apprendre, à se libérer de la peur d’être à nouveau humilié, battu, maltraité. Il veut nous aider à sortir de la vie chaotique de notre enfance, à trouver nos émotions et vivre enfin avec notre vérité. C’est avec l’aide de ce témoin que nous pouvons quitter le déni et obtenir notre honnêteté émotionnelle."

Source : Les Raisons Trouvables

Dans un reportage sur le sujet de l’obésité, cela apparaissait clairement lorsqu’une ados suivant un régime contre son surpoids devenait très agressive envers sa mère, elle lui répondait "Pourquoi, je pue ?" lorsque sa mère lui disait d’aller prendre une douche, ce qui montre bien que la nourriture servait aussi à se calmer, masquer et éviter ces "crises", mais avec les effets secondaires que l’on connait (surpoids, obésités, maladies cardiovasculaires,etc), malheureusement, dans le reportage cela n’était pas expliqué clairement, sans doute pour épargner les parents sans comprendre que le dire clairement permet de libérer l’enfant de cette "pression" supplémentaire.

Dans ce même reportage, une autre mère donnait à ces enfants en surpoids des aliments bien trop riches, comme rajouter énormément de fromage, et d’autres aliments sur une pizza déjà prête, agrémentée de cola, tout en précisant que comme ça les enfants étaient contents, sans doute que derrière cela on peut trouver le poids de la culpabilité de cette mère qui veut que ces enfants soient contents pour lui éviter une remise en question douloureuse de leur part si ils s’apercevaient ne pas l’être, mais en faisant cela, elle en rajoute (comme sur la pizza), elle "remet de l’huile sur le feu" en ne voulant pas s’attaquer aux véritables cause de ce mal être et en se contentant de détourner l’attention de ces enfants en les rendant "contents" plutot que de leur permettre d’exprimer leur mécontentement envers elle.

On préfère mettre la faute uniquement sur le "trop manger" sans vouloir se demander pourquoi l’enfant mange trop, quel besoin cherche-t-il a combler par la nourriture supplémentaire, ou encore l’absence d’exercice physique sans penser que l’enfant ne fait pas d’exercice parce qu’on lui a interdit, même sans s’en apercevoir. Comme pour les cigarettes, on ne se demande pas pourquoi certains éprouvent le besoin de fumer pour se calmer (là aussi, c’est comme pour la drogue), on se contente de prévenir des effets désastreux de ces produits sans se demander quelles sont donc les causes "psychologiques" de ces addictions.

De même que l’on excuse les parents qui ne sont pas responsables du contenu des aliments qu’ils achètent, par manque d’informations ou par manque de moyens financiers pour acheter de la nourriture de meilleur qualité, mais du point de vue de l’enfant, ce sont quand même les parents qui lui donnent cette nourriture et qui en sont responsables mais l’on a encore trop peur d’eux pour les accuser directement.

Les problèmes de surpoids ne sont qu’une petite partie des faits, le problème devrait être vu avec un angle plus grand en tenant compte de la façon dont ces enfants ont été traités dès leur naissance, et même avant !

 

Surconsommation

Tout cela est lié à la surconsommation, on consomme bien plus de graisse, sucres et autres produits que nécessaire sans même s’en apercevoir notamment à cause de ces produits qui trompent non sens et nous font croire qu’on n’a pas autant mangé qu’en réalité (comme le sirop de mais vu plus haut), voilà une vidéo qui présente une réflexion intéressante à ce sujet, comment être un "bon consommateur" tel que le veulent les industriels qui profitent de notre ignorance du contenu réel de ce que nous mangeons, entretenu par les médias qui n’en disent mot, eux qui dépendent pour survivre de la publicité de ces mêmes industriels :
 
 
Cet autre reportage, "les enfants de la pub", est aussi très intéressant et montre comment l’on pousse à toujours consommer plus, et comme le marketing est calculé, comme ce n’est pas un hasard :
 

L’exploitation

Voici maintenant deux reportages qui nous montrent comme les sociétés sont prêtes à tout pour exploiter et tirer le maximum de profits à n’importe quel prix, du moment qu’il est payé par les autres.

Le premier nous démontre que les grandes sociétés commerciales sont gérées par de véritables criminels qui détruisent la vie à plus ou moins long terme et plus ou moins directement, que ce soit par la pollution à cause de la surproduction sans rechercher d’alternative moins destructrice ou par tous les produits chimiques qui sont de véritables poisons ajoutés à la nourriture et qui n’ont aucun respect pour la vie humaine et la dignité, qui utilisent de véritables esclaves dans leur usines du tiers monde que l’on cache sous le terme exploitation.

Mais l’astuce est que tout cela ne tue pas directement comme le ferait un poison instantané, ce qui rend plus difficile de prouver leur rôle direct, ce sont des bombes à retardement bien dissimulées.


Voir la suite : http://www.dailymotion.com

http://www.thecorporation.com

Et pour terminer, Coca Cola qui vole l’eau des paysans dans une zone déjà aride :

Voir aussi cet article sur coca cola et ses mensonges  : http://www.agoravox.fr
 

Les Arnaques de la Grande Distribution

Que serait la grande distribution sans les arnaques ? Voici comment les grandes surfaces arnaquent les clients avec leur pseudo promotions, qui sont de bonnes affaires surtout pour leur propre bénéfice, pensez à comparer le prix au KG des produits en promos et autres packs par rapport au prix du produit habituel :

 

La Responsabilité de l’OMC

Dans son livre "Toxic", William Reymond explique que l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce) n’en a rien à faire de la santé et de la vie des gens car à chaque fois qu’une décision empêche de vendre des produits dangereux pour la santé (la viande aux hormones en Europe par exemple), celle ci déclare que c’est contraire au commerce et donc un manque à gagner, et exige des compensations financières par exemple par des taxes...

Protéger la vie des gens en interdisant la vente d’aliments (mal)traités avec des produits en tous genres les moins naturels possible est considéré comme un abus de la part de l’OMC, parce que cela fait perdre de l’argent ! Selon eux, mieux vaut perdre la santé et la vie que de l’argent ! Avec l’OMC et les USA, le commerce passe avant la vie des gens !


Les OGM
 
Les OGM sont des plantes "naturelles" dont les gênes ont été modifiés pour "résister à des maladies", mais surtout pour augmenter le profit et même des dessins bien plus noirs, comme pouvoir contrôler la population mondiale via ce qu’elle mange, les entreprises produisant ces semences étant peu nombreuses.

"Quel est l’objectif de l’agriculture aujourd’hui, dans le monde ? Nourrir la population croissante, supposée atteindre 9 milliards en 2030 ?

C’est bel et bien un défi, mais en terme d’objectif, est-ce vraiment celui des 5, 6 compagnies semencières qui se partagent les bénéfices de la ventes de grain, et produits chimiques phytosanitaire

Le sujet est vaste, mais après quelques recherche sur les OGM on se retrouve systématiquement face aux infos relatives aux danger des OGM sur la santé humaine, danger qui concrètement se trouve être assez souvent une baisse de la fertilité, des hommes et des femmes.

Accident industriels ?

Je renvoie là encore à l’indispensable reportage de Canal+ ICI, et à 5 informations mainstream disponibles sous le lien suivant et dont l’intérêt est de mettre en relief une vraie stratégie derrière ces “accidents industriels” :

Réduire la population mondiale, le véritable objectif des corporations semencières mondiale ?"

On peut aussi consulter cet article sur l’aveuglement de ceux qui veulent à tous prix des OGM, comme si l’on pouvait prévoir être sûr que l’effet des manipulations génétiques ne sera pas nuisible, que ce soit avec l’interaction avec l’environnement ou même directement avec notre propre organisme !

Cet article confirme les craintes de contaminations par les OGM de la nature : http://www.agoravox.fr/


Bien entendu, comment parler des OGM sans parler d’une des firmes les plus influentes à ce sujet : Monsanto (qui a produit l’agent orange du vietnam), je renvoie la aussi le lecteurs vers le site http://www.combat-monsanto.org/ qui donnera plein d’informations à ce sujet, et comment cette firme à infiltré les plus hautes institutions politiques et décisionnaires.


Voir aussi : Le monde selon Monsanto
 
 
Conclusion :
 
La seule chose à faire est d’interdire complètement l’utilisation de ces substances modifiées par les entreprises agro-alimentaires et de favoriser les produits biologiques, par exemple en les taxant moins et en imposant aux grands distributeurs de ne pas dépasser une certaine marge, comme 10% du prix de vente et en leur imposant aussi de redonner la plus grande partie du prix de vente au producteur.

On peut aussi déplorer que les agences gouvernementales ne protègent que les bénéfices des compagnies et non la santé, car interdire ces produits nocifs ne mettrait pas en péril ces entreprises, mais seulement une petite partie de leurs bénéfices, leurs opérations de pubs sur leur engagement sur des huiles plus saines semblent n’être qu’un écran de fumée pour encore mieux cacher leur dérives, détourner l’attention du public des problèmes et récupérer des clients encore naifs qui croiront que ces entreprises sont vraiment "écolos" et soucieuse de la santé des gens alors que ça leur permet surtout d’attirer de nouveaux clients qui les croiront et d’augmenter leurs bénéfices, en partenariat avec des figures connues et sympathique au public, tel que Nicolas Hulot :


L’effet pervers de ces campagnes manger/bouger sont que l’on peut faire encore moins attention à ce que l’on y mange en se disant que leur nourriture "ne doit pas être si mauvaise que ça" ou même que la nourriture présentée dans la pub avec ce message est meilleure à la santé et que c’est justement celle là qui contient moins de graisses et de sucres, puisque l’on ne dit pas clairement que ces produits son trop sucrés, salés ou gras.
Le "truc" est de faire croire que ce ne sont pas leurs produits qui sont en cause, mais simplement ceux qui en consomment trop ce qui permet aux producteurs de ces aliments d’être innocentés et que l’on arrête pas de manger ces produits qui leur assurent un revenu considérable mais lorsque l’on se demande pourquoi l’on consomme tellement de ces produits, on découvre que les consommateurs ne sont pas les seuls en cause puisqu’ils ne sont même pas informé de ce que contient vraiment ce qu’ils mangent ! C’est comme de conseiller le désarmement sans s’attaquer à ceux qui fabriquent les armes et aux gouvernements qui ne l’interdisent pas !
Une réglementation qui leur interdise un marketing si virulent auprès des jeunes et des enfants est indispensable, et qui leur interdisent d’insinuer que leurs produits n’y sont pour rien dans la crise d’obésité et le sur-poids est indispensable, ce qui est par ailleurs une position ridicule qui ne peut être défendue que par le black-out concernant les informations prouvant la nocivité de ce types d’aliments très riches (à l’image des bénéfices de ces compagnies) en graisses, en sucres et en produits nocifs à la santé qui dérèglent le mode de fonctionnement normal du cerveau et du corps en l’empêchant de reconnaitre les substances ingérées comme étant des graisses ou des sucres, comme on l’a vu plus haut. Ces compagnies comptent sur l’ignorance des consommateurs de leurs méthodes de marketing (de manipulations) et de la véritable nocivité de la composition de leurs produits.

Cela nous montre ce qu’est le modèle américain appliqué à l’alimentation, un modèle ou seul l’argent compte, les gens et leur santé sont relégués loin derrière les bénéfices des riches actionnaires et patrons de ces entreprises sans scrupules. Une société ou seuls quelques un bénéficient de la richesse produite par tout un peuple. La réussite n’est pas celle de la vie , mais de réussir à l’exploiter au maximum pour "en avoir pour son argent", pour en avoir toujours plus !

Le meilleur moyen d’y échapper est d’acheter des produits bio qui sont encore trop chers malheureusement, et aussi de préparer plus de plats soi même, et de ne pas forcément rajouter du sel aux aliments que l’on cuit, dans le riz, les pâtes ou la viande par exemple.

Ces grandes industries font tout pour cacher qu’elles ont tout simplement empoisonnées notre alimentation, en falsifiant les résultats de recherches, et en achetant le silence des grands médias par la pub.

Merci (pour votre santé !) d’avoir lu cet article, et bon appétit !

Références Bibliographiques :

 - "Toxic", de William Reymond
- La suite de "Toxic" de William Reymond.

- "Santé Mensonges et Propagande", de Thierry Souccar
Thèmes

Alimentation Toxicité Pesticides Malbouffe

Bookmark and Share
6 votes

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx1.229.181) le 12 novembre 2010 à 18H53

Et dire que chaque jour on punit de prison pour de menus larcins alors que ces empoisonneurs ne sont pas inquiétés et pourtant combien de morts il y a t-il à leur actif ? Leur bouffe est merdique mais eux sont à vomir !!! C’est ’Soleil vert’ avant l’heure !!!

votez :
par popol (IP:xxx.xx7.242.60) le 13 novembre 2010 à 04H54

C’est au consommateur de changer puisque nous ne pouvons rien y faire, on aura beau créer plus de loi pour interdire au final c’est toujours les mêmes qui prennent la décision de bouffer de la merde.

Prétexter qu’ils sont mal informé c’est un faux problème, qu’ils prennent le temps de se renseigner il y à largement de quoi faire de nos jours et les choses changeront.

L’industrie agro-alimentaire n’existe que parce que ont leur demande de nous faire plus de merde comme alimentation.......

Donc c’est aux individus eux même de se prendre en main sans attendre qu’un sauveur potentiel viendra les sauver avec de nouvelles lois à la con que seul les avocats pourront connaitre et maitriser et encore........

votez :
(IP:xxx.xx1.233.103) le 13 novembre 2010 à 09H22

Bravo pour votre brillant article. Pendant ce temps, d’autres groupes humains, financiers ceux-là, qui devraient selon leur baratin s’occuper de notre alimentation la plus saine possible, viennent de découvrir qu’il serait opportun de vite s’occuper de la nourriture artificielle des pré-malades et des malades.Si vous voulez vérifier cette affirmation, voir les journaux financiers tq "le journal des finances dans internet de ce matin et autres...

Qui viendra contrôler et vouloir modifier les ’adjuvants’ ? Et pour un peu plus cher, le gramme,on pourra leur sélectionner la pureté des aliments fabriqués....Il semble bien y avoir un début de preuve qu’il y a un problème dans l’organisation de notre société. Des aliments sont pollués et quand on est malade, il suffit de manger des aliments que l’on a fabriqué spécialement pour nous malade....L’idée industrielle est bonne . Il fallait y penser quand même. C’est la preuve que sans la volonté de prise en charge de chaque individu lui même, sans sa liberté de décision, il n’y a qu’à admirer la rapidité d’adaptation des grands groupes industriels.

votez :
par Vinnie (IP:xxx.xx3.86.48) le 22 décembre 2010 à 11H59

Vous n’avez pas compris. Tout ça, c’est pour résoudre le problem des retraites. Je m’explique. Ma génération, née dans les années 60-70, a pris de plein fouet la malbouffe depuis sa naissance.

On nous promet qu’on finira centenaires. Mouais. A ce rythme, entre les conditions de vie et de travail (stress) et la malbouffe (obésité, maladies cardiovasculaires, cancers), on n’atteindra pas 60-65 ans. Et hop ! Résolu, le problem des retraites ! En plus, au passage, Big Pharma et l’agro-business se seront bien servis sur notre dos.

Voilà pourquoi les pouvoirs publics ne font pas de campagnes de santé visant la prévention. Ils veulent qu’on crèvent avant qu’on atteignent un âge canonique, qui coûterait trop cher à la société.

Je sais, c’est très cynique.

Bien sûr, vous avez tout compris, contrairement à ce que j’ai dit dans ma première phrase... mais vous l’aviez compris, que tout cela, bien que cynique, n’en reste pas moins vrai.

votez :
par taimimerdi1970 (IP:xxx.xx6.56.156) le 1er juin 2013 à 00H51

Or you could refill your have cartridges with bottled ink. Its attacks in struggle include ExtremeSpeed, Thunder, Dig, Iron Tail, and Fly. more info

Les Auteurs deAlimentation
Valerie B - 1 articles
Béatrice de Reynal - 209 articles
Anissina - 5 articles
ble2 - 35 articles
La Nature dans la Peau - 6 articles
Samuel - 1 articles
BelleAuNaturel.net - 33 articles
Philippe - 6 articles