NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Les bienfaits de l'alimentation crue

Article publié le 27 janvier 2009

Au fil des ans, les nombreuses études scientifiques sur la nutrition convergent inexorablement vers un double constat. Le premier est que l’alimentation industrielle occidentale, quel que soit le pays du monde où elle s’applique, provoque une augmentation des maladies dégénératives telles que les cancers, l’ostéoporose, l’arthrite, la sclérose en plaque, les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’obésité, etc., et une explosion des maladies chroniques telles que les troubles digestifs (constipations, diarrhées), les maladies respiratoires, les maladies de peau (acné, eczéma, psoriasis), les allergies, les dépressions, les troubles comportementaux, etc. Le second constat est que la meilleure alimentation qui soit, celle qui apparaît comme la plus appropriée à la physiologie humaine, celle avec laquelle notre patrimoine génétique s’est constitué au cours de millions d’années d’évolution, celle qui finalement vient à bout des maladies les plus revêches, est une alimentation riche en fruits, légumes, oléagineux frais consommés crus.

Les bienfaits de l'alimentation crue

En somme, et en dépit d’orgueilleux idéaux qui voient dans la cuisson et la préparation des aliments l’émergence de l’homme s’extrayant de la gangue d’une nature hostile, l’impitoyable dictature des faits révèle l’hideuse et douloureuse réalité de ce qui constitue le mythe fondateur de notre civilisation. Il aura fallu du temps, beaucoup de temps pour que, malgré les évidences, les bienfaits de l’alimentation crue transpercent les épaisses murailles d’un système de pensée cartésien cloisonné et totalement fossilisé. Mais même percée, force est de constater que la redoute résiste. Beaucoup reste à faire pour disperser la foule des a priori, idées fausses et préjugés qui encombrent autant l’esprit du quidam que celui des professionnels de la santé ou de l’éducation. Un long chemin reste à parcourir tant pour défaire les habitudes néfastes qui chargent lourdement les comptes de la sécurité sociale que pour stopper les pratiques agricoles qui produisent de médiocres aliments en saccageant l’environnement. Et c’est un chantier immense qui s’ouvre pour reconstruire la civilisation sur des bases autres que celle d’une opposition atavique à notre mère nature.

Les pionniers

Parce que les bienfaits de l’alimentation crue arrivent comme une évidence dès lors que le corps en souffrance oblige l’esprit à lâcher les amarres, les premiers flibustiers de la guerre du cru furent des médecins et des scientifiques confrontés à de sévères maladies. Ainsi, dès la fin du XIXème siècle, le suisse Max Bircher-Benner, découvrit par hasard les effets surprenants de la pomme crue alors que, jeune médecin surmené, il faisait des crises de jaunisse. Ainsi son quasi contemporain Max Gerson, médecin d’Albert Schweitzer, qui souffrait de terribles migraines le clouant au lit dans le noir durant des semaines, fut le premier à étudier les immenses pouvoirs thérapeutiques des fruits et légumes crus. Ainsi Guy-Claude Burger, physicien suisse, atteint d’un cancer à l’âge de 26 ans, mis à jour en 1964 les mécanismes d’autorégulation de l’organisme humain grâce aux aliments crus. D’autres les rejoignirent en portant leur regard hors des murs de la civilisation. Ainsi le dentiste américain Weston A. Price, qui, en parcourant le monde dans les années 1920-1940, étudia la formation des dents et des os des sociétés primitives, puis en examinant et en comparant leurs habitudes alimentaires, en vint à la conclusion radicale que les aliments transformés sont un danger consternant pour la santé humaine. Ainsi le philosophe français Edmond Bordeaux Szekely qui découvrit, au cours de recherches dans les archives du Vatican, des écrits sur les Esséniens et leurs préceptes mettant l’accent sur les aliments crus pour conserver une bonne santé. Malheureusement, cette première escouade ne livra guère que des combats de Don Quichotte. Hormis Edmond Bordeaux Szekely dont les travaux connurent un certain succès, ceux des autres, trop décalés et novateurs, ne rencontrèrent que peu d’écho si ce n’est le dédain et le rejet. Incompris par leur époque, leurs auteurs furent parfois mis au ban de la société et leurs découvertes restèrent confidentielles.

La dictature des faits accable la cuisson

Pourtant les recherches scientifiques ne cessèrent tout au long du XXème siècle et ne cessent encore aujourd’hui de confirmer tant les méfaits de l’alimentation transformée que les bienfaits des aliments crus. Au début du XXème siècle, le professeur Werner Kollath découvrit, grâce à des expériences sur les animaux que, si l’alimentation transformée et raffinée permettait de maintenir en vie, elle ne permettait pas de la conserver longtemps et en bonne santé. Il a montré que les animaux élevés ainsi grandissaient sans manifester de signes cliniques apparents de maladies ni de déficiences en vitamines mais tombaient rapidement malades arrivés à l’age adulte et mourraient précocement. Dès 1912, Maillard mis en évidence la présence de molécules nouvelles créées par la cuisson. Il en dénombra plus de 150 lors de la cuisson de la pomme de terre. Négligées jusqu’au début des années 2000 parce que considérées comme aromatiques et inoffensives, on sait aujourd’hui que ces molécules, appelées AGE pour Advanced Glycation Endproduct, provoquent le vieillissement prématuré des tissus, nécrosent les vaisseaux sanguins, nuisent au renouvellement cellulaire, entretiennent les inflammations et sont responsables de nombreuses autres affections. Dans les années 1930, le suisse Paul Kouchakoff de l’institut de Chimie Clinique de Lausanne découvrit le phénomène de leucocytose digestive. Il s’agit d’une réaction de défense de l’organisme qui mobilise une grande quantité de globules blancs vers les intestins dès lors que l’on commence à manger. Des années durant cette réaction fut interprétée comme normale jusqu’au jour où l’on s’aperçut qu’elle ne se produisait pas avec les aliments crus. En fait, l’ingestion d’aliments cuits est vécue par le corps comme une agression. Vers 1940, Pottenger compara l’état sanitaire de deux élevages de chats, l’un nourri de viande crue, l’autre nourri de viandes cuites et constata que ces derniers souffraient des maladies de dégénérescence qui frappent fréquemment les humains. Alors même que la nourriture américaine est riche et abondante, notamment en produits laitiers, une étude menée entre 1971 et 1974 montrait que la moitié des américaines présentait des carences en calcium et que 60% de la population manifestait des symptômes de malnutrition. En 1983, Mirko Grmek, ouvrant la voie à une nouvelle discipline, la paléopathologie, démontre que les maladies, rares et limitées jusqu’au paléolithique supérieur, explosent avec l’agriculture et l’adoption d’une nourriture à base de céréales panifiées. De même, toujours grâce à la paléopathologie, on apprendra que les guerres étaient inexistantes avant le néolithique. Le toxicologue Léonard Bjeldanes et ses collaborateurs de l’université de Berkeley en Californie ont découvert que le bœuf et les œufs cuits contenaient des substances qui provoquaient des mutations génétiques sur des bactéries. Ils découvrirent en outre que plus la température de cuisson était élevée plus l’activité mutagène était importante. Le docteur Rakel Kurkela de l’Université d’Helsinki démontra que les matières grasses non saturées qui sont nécessaires à la vie, deviennent toxiques lorsqu’elles subissent l’effet de la chaleur. Après plus de trois années de recherches sur des souris, à l’Institut Linus Pauling de Californie, on a trouvé qu’un régime cru composé de pommes, poires, bananes, tomates, carottes, herbe de blé, graines de tournesol avait des propriétés préventives vis-à-vis du cancer. Selon le chercheur Chiu-Nan Lai qui a fait de nombreuse études sur la chlorophylle : « Les aliments crus ont un potentiel d’oxydo-réduction plus élevés que les aliments cuits ». En 2002, des chercheurs suédois découvrirent un produit toxique, l’acrylamide, utilisé dans l’industrie chimique pour la fabrication des colles et des plastiques, en quantité non négligeable, dans des produits aussi ordinaires que le pain, les gâteaux secs, les chips, le café, etc. Le monde découvrit alors avec stupeur que la cuisson peut synthétiser spontanément des composés hautement toxiques. Suite à cette découverte, la commission européenne lança, en 2003, le projet HEATOX, premier grand programme de recherche sur les effets de la cuisson. Le bilan après 5 ans de recherche est alarmant. Non seulement la présence et la toxicité de l’acrylamide sont confirmées mais il s’avère qu’elle n’est pas la seule molécule dangereuse produite par la cuisson. Sur les 800 inventoriées il y en aurait au moins 50 aussi toxiques que l’acrylamide.

L’incontournable évidence

On pourrait poursuivre indéfiniment ce florilège sans atteindre l’exhaustivité des preuves accumulées sur la nocivité de l’alimentation cuite et la supériorité manifeste des aliments crus pour entretenir et conserver une bonne santé et cela malgré de puissants préjugés culturels et les conflits d’intérêt quasiment omniprésents dans les milieux de la recherche qui favorisent largement l’industrie agroalimentaire. Il n’est donc pas surprenant que le groupe d’experts missionnés par l’OMS et la FAO, s’appuyant sur plus de 10 000 études réalisées partout dans le monde, en soit venu à conclure dans leur rapport que la consommation de fruits et de légumes associée à un minimum d’exercice physique est la clé d’une bonne santé.

Sites institutionnels :

Rapport FAO/OMS (en anglais) : Diet, Nutrition and the Prevention of Chronic Diseases

Communiqué de la FAO : Accroître la consommation des fruits et légumes devient une priorité à l’échelle mondiale

La filière fruits et légumes

APRIFEL :

Sommet International des Fruits et Légumes - Conclusions officielles Sommet mondial sur les fruits et légumes du 27 au 30 mai 2008

Site officiel de HEATOX

Sites médicaux ou scientifiques :

La nutrition : Ce que mangeaient nos ancêtres

Site Passeportsanté.net : Fruits et légumes : cinq portions, ça changerait le monde !

La glycation, un phénomène méconnu du vieillissement

Sites médicaux ou scientifiques en anglais :

"Nutrition and Physical Degeneration" de Weston A. Price :

"The fat of the land" de Vilhjalmur Stefasson

Body Eaton : Evolution, Diet and Health

Price-Pottenger Nutrition Foundation : Tout sur Weston A. Price et Francis M. Pottenger, et leurs recherches

Livres en français :

L’Alimentation, ou la troisième médecine par Jean Seignalet et Henri Joyeux, Editions Ecologie Humaine

L’énergie du cru par Leslie et Susannah Kenton, Editions Jouvence

Manger Vrai, par Guy-Claude Burger, Edition du Rocher

L’alimentation crue : 400 recettes - Une application pratique de "L’alimentation ou la 3e médecine" de Dr Christian Pauthe et Jean-Marie Ozanne préface de Dr Jean Seignalet. Edition Ecologie Humaine

Le régime préhistorique par Thierry Souccar

Thèmes

Alimentation Santé Diététique

Bookmark and Share
106 votes

commentaires
votez :
par delavergne (IP:xxx.xx3.251.185) le 27 janvier 2009 à 23H51

Aussi vrai que cela soit vérifié, une viande bien cuite ou un couscous aux légumes, c’est si bon...

votez :
par texmex (IP:xxx.xx7.248.66) le 28 janvier 2009 à 07H24

Oui pour toutes ces considérations scientifiques, mais comment fait-on dans la vie de tous les jours pour manger cru ? en famille ? quelles sont vos recettes favorites qui peuvent faire aimer l’alimentation crue à tous ?

votez :
par Loïc (IP:xxx.xx4.246.52) le 28 janvier 2009 à 19H22

Il n’est pas nécessaire de manger cru à 100% pour profiter des bienfaits du cru. Prendre un fruit ou des crudités en entrée, délaisser le fromage, le yaourt ou la crème pour lui préférer un fruit au dessert. Commencer la journée par des fruits ou des légumes crus, tels que carottes ou tomates, penser aux oléagineux (noix, noisettes, etc.), manger des fruits de mer plus souvent et les manger crus même si ce n’est pas l’usage habituel (ex : les moules crues sont délicieuses), etc., il y a des tas de moyens d’augmenter la part de cru dans son alimentation et celle de sa famille.

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx0.240.164) le 28 janvier 2009 à 11H03

Moi, voyez-vous c’est tout le contraire. C’est quand je mange trop de crudités comme en été par exemple que j’ai tout le tractus digestif délabré du haut en bas + quelques autres petits soucis ailleurs... Comme quoi, il vaut mieux laisser les gens se nourir comme ils l’entendent et comme ils le ressentent......

votez :
par Loïc (IP:xxx.xx4.246.52) le 28 janvier 2009 à 19H34

Le problème avec les aliments cuits, c’est qu’ils perturbent les mécanismes de régulation de l’organisme. C’est justement la réactivation de ces mécanismes qui produit parfois des réactions lorsque l’on se met à manger cru. L’organisme entreprend alors de se débarrasser massivement d’un trop plein de toxines, ce qui provoque quelques désagréments. Mais ceux-ci sont de courte durée, rapidement on sent que l’organisme est soulagé et un véritable bien-être s’installe.

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx0.38.142) le 29 janvier 2009 à 12H14

"Le problème avec les aliments cuits, c’est qu’ils perturbent les mécanismes de régulation de l’organisme. C’est justement la réactivation de ces mécanismes qui produit parfois des réactions lorsque l’on se met à manger cru. L’organisme entreprend alors de se débarrasser massivement d’un trop plein de toxines"

> Pouvez élaborer un peu là-dessus ? Sur quelques preuves/arguments scientifiques vérifiés et vérifiables appuyez-vous ces affirmations ? Merci.

votez :
par Capitaine Polton (IP:xxx.xx8.114.156) le 2 février 2009 à 00H08
votez :
par Loïc (IP:xxx.xx4.240.101) le 5 février 2009 à 20H48

L’épidémie de surpoids et d’obésité qui touche aujourd’hui plus d’un américain sur trois montre bien que les mécanismes de régulation ne fonctionnent pas avec l’alimentation en vogue outre-atlantique qui est essentiellement cuite. En revanche, ces mécanismes existent et sont connus sous le nom d’homéostasie mais ils fonctionnent apparemment beaucoup mieux avec les aliments crus : Les animaux sauvages dans la nature, non seulement se nourrissent mais aussi se soignent en consommant ce qu’ils trouvent dans leur milieu naturel. Les observations de Sabrina Krief et de son équipe de chercheurs sur les chimpanzés sont édifiantes à ce sujet (voir ici)
. Quand aux animaux d’élevage nourris de farines et de compléments alimentaires industriels, ils grossissent vite (eux aussi !) mais sont constamment sous médicaments pour soigner ou prévenir une kyrielle de pathologies.

votez :
(IP:xxx.xx7.214.121) le 8 février 2009 à 10H28

On en a connu des irréductibles et bornés sur Naturavox mais des comme vous Capitaine Poltron pas encore, vous décrochez la timbale avec toujours comme seul et unique référence le même site web débile où il est impossible de laisser le moindre commentaire...vous êtes affligeant ! Arrêtez de défendre les lobbies pharmaceutiques, il est grand temps de passer au vert et à la naturelle attitude, pour nous tous et notre environnement.

votez :
par mr-bienetre (IP:xxx.xx7.214.121) le 12 mars 2009 à 15H54

"...Pouvez élaborer un peu là-dessus ? Sur quelques preuves/arguments scientifiques vérifiés et vérifiables appuyez-vous ces affirmations ? Merci."

Vous n’en avez pas assez soupé de vos preuves ou arguments scientifiques Zygomar ?

Pour boire un verre d’eau, regarder un film, et faire n’importe quel acte de la vie courante, vous avez besoin de preuves ou arguments scientifiques ? :-))

votez :
par mr-bienetre (IP:xxx.xx7.214.121) le 12 mars 2009 à 15H58

Ne vous fatiguer pas "Loïc", car de toute façon, même si vous lui apporter les preuves et arguments scientifiques irréfutables qu’il réclame, Zygomar continuera de chercher la petite bête et de vous enquiquiner ! Il a du hériter du gène de la critique facile :-)

votez :
(IP:xxx.xx8.7.69) le 11 octobre 2009 à 12H00

> Les bienfaits de l’alimentation crue (IP:xxx.x7.214.121) le 8 février 2009 à 10H28

On en a connu des irréductibles et bornés sur Naturavox mais des comme vous Capitaine Poltron

Tiens !! Un hargneux anonyme, sans pseudo ???

votez :
par deneb (IP:xxx.xx6.180.73) le 28 janvier 2009 à 12H31

Encore mieux : manger la viande vivante. Prélevez votre steack directement sur la vache broutante ! Mordez à pleins dents dans un poulet qui se débat dans vos mains !

votez :
par MSo (IP:xxx.xx4.91.167) le 28 janvier 2009 à 15H03

on ne va pas s’empêcher pour autant de bien aimer la cuisine et tout ce qu’elle a de culturel (de social, d’agréable puisque nos goûts sont ainsi formés, etc...) mais c’est tout de même bon à savoir non ?!

votez :
par Loïc (IP:xxx.xx4.179.106) le 8 février 2009 à 21H59

Je suis toujours surpris de cette association cuisine, culture/socialibité. Ce n’est pas parce qu’on ne cède pas au rite de la cuisson qu’il n’y a plus de convivialité, de plaisir de manger, de partage de ses repas avec d’autres. Pourquoi croire que tout cela disparaît ? Ce n’est heureusement pas le cas. Ce n’est pas parce que les aliments ne sont pas passés par la casserole que les arts de la table sont anéantis, que la bienséance n’existe plus. On peut manger cru et composer de jolis plats de produits sains, avoir une belle table et bien recevoir ses invités. Quand à être fin gourmet, je ne me suis jamais autant régalé qu’avec les aliments crus. De ce point de vue, le cru est source d’agréables surprises. Il affine les sens du goût et de l’odorat. Même des aliments très communs peuvent procurer d’extraordinaires sensations gustatives !

votez :
par sobriquet (IP:xxx.xx8.39.86) le 28 janvier 2009 à 15H16

Il me semble que la cuisson des aliments a été une révolution pour l’Humanité : auparavant, on passait un temps considérable à manger, mastiquer. En cuisant sa nourriture, cela nous a permis de consacrer davantage de temps à d’autres activités.

Mettre en question les effets de la nourriture cuite pourrait donc avoir des conséquences considérables sur nos mœurs et notre organisation sociale.

Un certain nombre de personnes pratiquent déjà le crudivorisme, et on peut trouver des recettes sur internet.

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx9.217.173) le 28 janvier 2009 à 16H52

Nous sommes ainsi victimes de l’incurie, de l’impéritie, de l’imprévoyance, de la négligence, du manque de réflexion de nos ancêtres lointains qui ont superbement ignoré le principe de précaution en commençant à cuire leurs aliments aussitôt qu’ils ont commencé à maîtriser le feu, sans même penser à tout le mal qu’ils allaient faire à leur descendance.....

votez :
par sobriquet (IP:xxx.xx8.39.93) le 28 janvier 2009 à 18H17

Oui mais c’est sans conséquence : d’ici une dizaine de milliers d’années, il est certain que nous auront trouvé les technologies pour compenser ces défauts. Ou nos organismes se seront adaptés ;-)

Tant que j’y pense, et bien que ce ne soit pas vraiment lié, vous saviez que l’accouchement est devenu douloureux suite à l’adoption de de la posture verticale ? Cette posture a amené le col de l’utérus à se rétrécir et à s’épaissir pour éviter de perdre le foetus par accident. D’où les douleurs.

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx9.52.56) le 29 janvier 2009 à 19H07

Ah !! Qu’est-ce que c’était bien quand on marchait encore à quatre pattes, qu’on mangeait les baies crues cueillies directement sur les buissons et qu’on mangeait notre viande crue également quand on avait réussi à zigouiller une pauvre bête.... Back to the trees.....

votez :
par mr-bienetre (IP:xxx.xx7.214.121) le 12 mars 2009 à 16H03

"Nous sommes ainsi victimes de l’incurie, de l’impéritie, de l’imprévoyance, de la négligence, du manque de réflexion de nos ancêtres lointains qui ont superbement ignoré le principe de précaution en commençant à cuire leurs aliments aussitôt qu’ils ont commencé à maîtriser le feu, sans même penser à tout le mal qu’ils allaient faire à leur descendance....."

Le problème de Zygomar c’est qu’il ne cherche qu’à critiquer par plaisir (et oui, chez lui c’est un plaisir, une jouissance même on dirait !) et qu’il prend tout pour argent comptant.

Et banane...si tu veux pas manger cru, ben mange cuit et nous fait pas c..er !

votez :
par Reflexvital (IP:xxx.xx7.54.44) le 29 janvier 2009 à 22H20

Votre analyse me paraît tout à fait juste. Il me semble évident que notre régime alimentaire est composé de bien trop d’aliments modifiés.

En tant que reflexologue à Paris, je suis parfaitement convaincu que ma méthode (et toutes autres méthodes alternatives) permettent de réguler les excès et les manques de l’organisme, mais que c’est bel et bien l’alimentation qui est la base, la pierre angulaire de notre santé.

Nous sommes ce que nous mangeons.

Ensuite, suivant notre moral, le stress subit, le manque de sommeil, les changements brutaux que nous inflige parfois la vie (deuil, changement de situation, etc.), notre santé peut s’en trouver affecter, c’est là que des méthodes comme la réflexologie viennent en aide aux bienfaits de l’alimentation

votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 31 janvier 2009 à 18H44

« Nous sommes ce que nous mangeons ». Un grand classique de la pensée magique. On peut par exemple manger son ennemi pour lui prendre sa force. Ou manger un réflexologue pour lui prendre sa réflexion. Peut-être pas une bonne idée, d’ailleurs.

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx0.243.13) le 1er février 2009 à 18H10

"....On peut par exemple manger son ennemi pour lui prendre sa force....

C’est d’ailleurs de cette façon que Gajdusek a montré la transmission de la maladie de Creutzfeld Jakob chez l’homme . En observant une tribu de Papouasie Nouvelle Guinée. Les guerriers avaient l’habitude de consommer le cerveau de leur chef mort pour récupérer sa force et ses vertus. Gajdusek a eu le Prix Nobel.

votez :
par ch. le bec-troadec, réflexologue (Paris) (IP:xxx.xx7.54.44) le 5 février 2009 à 10H00

Vous pouvez ne pas être d’accord, simplement essayez de respecter ceux qui expriment un point de vue. Le mépris et l’arrogance sont de vilains défauts.

Nous sommes ce que nous mangeons, cela signifie que les aliments et les micro nutriments qu’ils contiennent "deviennent nous" à partir du moment où ils sont synthétisés par le foie.

Lorsque l’on mange une nourriture composée d’aliments transformés, certains éléments (les graisses trans par exemple) ne sont pas reconnus par le Foie, ils ne sont pas synthétisés et sont stockés pour toujours dans cet organe. Il en va de même pour tous les toxiques d’origine chimique que nous ingurgitons.

votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 5 février 2009 à 11H33

Le foie utilise des acides aminés et autres molécules simples. À ce stade il ne reste plus de trace de l’origine alimentaire des aliments. Que vous consommiez des acide gras trans en buvant du lait cru, dans une préparation culinaire surgelée acheté en grande surface ou avec votre croissant du matin, cela ne fait pas de différence.

Quand à la maxime « nous sommes ce que nous mangeons », elle n’a aucun sens du point de vue physiologique puisqu’en fin de compte c’est la composition chimique des aliments qui compte. Vous ne deviendrez pas meilleur en mangeant cru ou bio ou que sais-je : ce n’est qu’une histoire de biochimie.

votez :
(IP:xxx.xx7.214.121) le 8 février 2009 à 10H31

quel idiot décidément ce Capitaine Poltron !

votez :
par France (IP:xxx.xx4.103.229) le 10 février 2009 à 20H42

Je ne sais pas si on peut devenir meilleur en mangeant cru, mais je sais que certains aliments peuvent nous rendre pires : l’alcool fait des ravages bien connus, rend agressif, incontrôlable et dangereux, le sucre et les céréales cuites en excès peuvent causer des états dépressifs et/ou agressifs, le sucre et les graisses cuites peuvent rendre obèse et cette obésité peut gâcher la vie et le moral de ceux qui en sont atteint

votez :
par mr-bienetre (IP:xxx.xx7.214.121) le 12 mars 2009 à 16H08

Quelle catastrophe et quel ignorant ce Zygomar !

votez :
(IP:xxx.xx8.7.69) le 11 octobre 2009 à 12H07

Vous pouvez ne pas être d’accord, simplement essayez de respecter ceux qui expriment un point de vue. Le mépris et l’arrogance sont de vilains défauts.

Est-ce à l’individu anonyme ci-dessous que vous adressez votre remarque, celui qui a l’air de faire preuve d’esprit particulièrement bouché et d’une hargne de mauvais aloi ?

> Les bienfaits de l’alimentation crue (IP:xxx.x7.214.121) le 8 février 2009 à 10H28 On en a connu des irréductibles et bornés sur Naturavox mais des comme vous Capitaine Poltron pas encore, vous décrochez la timbale avec toujours comme seul et unique référence le même site web débile où il est impossible de laisser le moindre commentaire...vous êtes affligeant ! Arrêtez de défendre les lobbies pharmaceutiques, il est grand temps de passer au vert et à la naturelle attitude, pour nous tous et notre environnement.

votez :
par  :/-) (IP:xxx.xx7.211.183) le 30 janvier 2009 à 09H16

 :/-) :/-) :/-) :/-)

votez :
par Frédéric (IP:xxx.xx8.155.99) le 30 janvier 2009 à 14H59

Entièrement d’accord.

- Mon cas : Spondylarthrite depuis 5 ans maitrisée par une alimentation pensée (Seignalet, proche Régime Crétois) Pas de lait et alimentation quasi crue avec fruits, légumes, poisson au court bouillon ... OK ce n’est pas marrant, mais en 5 ans j’ai seulement pris une douzaine de cachets anti inflammatoires ’Felden’, çà c’est plus marrant.

- Ma conviction : L’inadaptation de notre corps à notre alimentation depuis 50 ans et les conséquences considérables sur la santé publique.

- Le problème : tout ça est et sera improuvable, chaque organisme réagit différemment. La réaction d’un corps ne pourra pas être modélisée, l’équation comprenant les plusieurs milliers de molécules incriminées, les paramètres liés à chaque immunité... ne pourra même jamais être posée car par définition les possibilités de modélisation sont infinies. Et on attendra toujours des inepties du genre ’il n’est pas prouvé que tel machin chimique à très faible dose est néfaste à l’homme’.

Certes la cuisson enlève les bactéries et entraine un mécanisme de digestion plus souple. Cependant la cuisson rajoute des molécules à problèmes non reconnaissables, que deviennent ces molécules dans notre corps ? Elles s’évacuent (théorie de la médecine des lobbys) ou elles s’entassent dans notre organisme ? Et si elles s’entassent, que se passe-il ?

Pourquoi a t on réussit sur le tabac ? alors que le tabac est de la même façon pas ’mauvais’ pour tout le monde. Tout le monde connait un contre-exemple ’fumeur’, moi mon arrière oncle a fumé pendant 80 ans et est mort à 95 ans d’autres choses.

Pour rappel cette semaine des chercheurs anglais ont lié Parkinson et l’immunité !

Quand le capitalisme médical que nous vivons prendra fin ? La prise de conscience par la population de sa chute sera beaucoup plus douloureuse que la pseudo chute du capitalisme financier.

Merci pour votre article et tous les liens mentionnés.

votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 31 janvier 2009 à 18H51

Il n’y a que deux médecines : celle des lobbies, et celle des ignorants.

votez :
par mjmb (IP:xxx.xx4.202.73) le 30 janvier 2009 à 14H59

Il FAUT que vous nous donniez vos recettes de pommes de terres crues !

Bon, je sors...

votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 31 janvier 2009 à 19H14

Non, ne sortez pas. Vous avez oublié tous les champignons qui, toxiques crus, sont excellents cuits ....

votez :
par mr-bienetre (IP:xxx.xx7.214.121) le 12 mars 2009 à 16H05

Quand je vous disez qu’il n’était pas bien difficile de comprendre pour qui Capitaine Poltron travaille ! Quel crétin décidément !!

votez :
par mr-bienetre (IP:xxx.xx7.214.121) le 12 mars 2009 à 16H06

Vous par contre Poltron, si vous pouviez sortir...ça nous ferai des vacances !

votez :
(IP:xxx.xx8.7.69) le 11 octobre 2009 à 12H10

Quand je vous disez qu’il n’était pas bien difficile de comprendre pour qui Capitaine Poltron travaille ! Quel crétin décidément !!

Il travaille pour l’industrie du champignon, çà se voit !!!

votez :
(IP:xxx.xx2.149.72) le 30 janvier 2009 à 15H58

La cuisson des aliments a d’abord été un moyen de les stabiliser et de les prédigérer.

Stabiliser car il beaucoup plus aisé de conserver plus longtemps un aliment cuit. (ce qui est surtout vrai pour les viandes, beaucoup moins pour les légumes et surtout les tubercules). Aussi car la cuisson tue tous les micro-organismes susceptible de nous nuire. (Pendant longtemps on s’en fichait d’attraper un cancer en regard du risque de mourir dans la semaine !)

Prédigérer, surtout pour les végétaux ici. On assimile beaucoup mieux une soupe de poireaux que le légume lui même par exemple.

Mais peut être l’auteur n’inclue que la cuisson "grill", dans laquelle la réaction de Maillard (caramélisation des sucres) a lieu ? Et de ce fait, la cuisson vapeur ou à l’eau n’est pas concernée ?

votez :
par France (IP:xxx.xx4.106.246) le 1er février 2009 à 21H43

Les viandes crues sont moins sujettes aux bactéries pathogènes que les viandes cuites : par exemple le saucisson et le jambon crus se conservent très bien même à température ambiante non réfrigérée, alors que les charcuteries cuites et les viandes cuites présentent un risque de développement de listéria si la chaine du froid est rompue. Les affaires de contamination de charcuteries médiatisées concernent les pâtés, les viandes en conserve, et d’autres viandes cuites, mais je n’ai jamais entendu parler d’une telle contamination pour des jambons crus, des saucissons crus, ou de la viande des Grison (crue). Autrefois, le boucher faisit mâturer la viande 2 ou 3 semaines avant de la vendre, pour lui donner du goût et l’attendrir. Mais c’était avant l’élevage industriel. Les bêtes (sauf les porcs)se nourrissaient alors d’aliments crus et naturels : pâturage au pré,foin. Maintenant que les animaux sont enfermés dans des élevages concentrationnaires où ils n’ont plus accès à l’herbe des prés, et mangent des farines cuites, des aliments transformés par l’homme, la viande ne peut plus mâturer plus de 8 jours : après, elle pourrit. Les peuples nomades primitifs faisaient sécher leur viandes crues à l’air, au vent et au soleil, et elles se conservaient très bien et très longtemps ainsi, mais c’était des viandes sauvages, d’excellente qualité, donc. Impossible de faire ça avec nos viandes industrielles ! Et c’est cela qui fait croire que la viande crue ne se conserve pas !

votez :
par Loïc (IP:xxx.xx4.240.101) le 5 février 2009 à 20H53

Depuis plus de 20 ans que je mange cru, j’ai du mal à imaginer les avantages digestifs de la cuisson. Je n’ai plus ces lourdeurs digestives qui gâchaient mes après-midi, ni ces crises de foie après les repas trop copieux. Quand à la conservation des aliments, là non plus je ne vois pas le plus. C’est parfois vrai, parfois faux et globalement les aliments cuits sont aussi faciles ou difficile à conserver que les aliments crus. Je me régale parfois avec le poireau cru ... à la condition de ne pas dépasser la dose dont j’ai besoin, et il est alors parfaitement digeste et assimilé. Jusqu’à preuve du contraire (voir le projet HEATOX), la cuisson crée beaucoup plus de substances nuisibles qu’elle n’en détruit. Ceci dit, il est clair que certaines formes de cuisson sont plus nocives que d’autres. De même, si le fait de manger cru préserve beaucoup mieux la qualité et les synergies des nutriments contenus dans les aliments, cela ne suffit pas en soi. Crue à 100% ou mixte l’alimentation doit être diversifiée, équilibrée et adaptée aux besoins de chacun.

votez :
par Sergissimo (IP:xxx.xx6.16.79) le 10 février 2009 à 23H19

Pour ceux qui placent la barre très haut et veulent une détoxination définitive, voici un forum convivial dédié au jeûne : http://lejeunetherapeutique.groups....

votez :
(IP:xxx.xx2.149.72) le 30 janvier 2009 à 16H15

testdfghwfffffffffffffffg

votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 31 janvier 2009 à 19H03

J’ adore votre conclusion en forme d’argument d’autorité : « Il n’est donc pas surprenant que le groupe d’experts missionnés par l’OMS et la FAO, s’appuyant sur plus de 10 000 études réalisées partout dans le monde, en soit venu à conclure dans leur rapport que la consommation de fruits et de légumes associée à un minimum d’exercice physique est la clé d’une bonne santé. » Mais comme ils n’ont pas dit de les manger crus, ce n’est même pas un argument d’autorité. Vous n’avez pas gardé le meilleur pour la fin.

votez :
par papillon (IP:xxx.xx0.165.243) le 1er février 2009 à 16H18

Merci Loïc pour tout ce travail. Je souhaite que tout ceci soit lu par une grande foule. Ma santé s’est tant améliorée depuis que je mange cru, tout cru, que je souhaite à tous d’essayer.

votez :
par France (IP:xxx.xx4.106.246) le 1er février 2009 à 22H11

Oui, l’alimentation crue est meilleure pour la santé, (même pour le cerveau !) même si ça ne fait pas toujours des miracles, et si ça ne résout pas tous les problèmes. Un exemple à méditer : ma belle-mère mangeait presque tout cuit (même les fruits !), et elle a commencé son Alzheimer très précocément : à 60 ans elle commençait déjà à avoir des pertes de mémoire et des bizareries de comportement, et ça n’a fait que s’agraver pendant des années, jusqu’à ce qu’elle ait besoin d’une assistance pour prendre ses repas. Comme c’est moi qui l’ai aidée, je l’ai fait manger selon les principes du docteur Seignalet : le plus cru possible (dans ce cas : 100%), pas de produits laitiers, pas de céréales, pas d’alcool, ni café ni thé. Que mangeait-elle alors ? Fruits crus avec ou sans miel, légumes crus en salades avec de l’huile d’olives et un peu de poudre de noisette ou d’amande, de l’avocat ; Ce changement d’alimentation apporta en quelques jours une grande amélioration de son état : disparition des crises de délires et des halucinations, dialogue de nouveau possible, réduction des troubles pour le voisinage : les voisins ont remarqué l’amélioration et m’ont demandé quels médicaments elle prenait ! Son état s’améliora durant 6 mois, puis se stabilisa pendant 2 ans. Comme il n’y a pas de miracle, après ces 2 ans de stabilisation, la maladie reprit lentement sa progression (1 an), et on dû la placer en maison de retraite, où ce régime ne pouvait pas être poursuivit. En quelques semaines, elle perdit l’usage de la parole et l’équilibre de la marche. Elle tomba, se cassa le col du fémur et fut anésthésiée, ce qui acheva de détruire ce qui restait de conscience. A partir de cette date elle resta grabataire et totalement inconsciente pendant 7 ans, puis mourrut.

votez :
par Capitaine Polton (IP:xxx.xx8.114.156) le 2 février 2009 à 00H02

Le fait qu’elle ait consenti à ce régime prouve bien qu’elle était déjà en mauvais état.

votez :
par France (IP:xxx.xx4.146.220) le 2 février 2009 à 21H45

les fruits, c’est bon, il n’y a pas besoin d’être diminué cérébralement pour les aimer. Et mes salades de légumes composées étaient délicieuses, je les appréciais beaucoup et ma belle-mère aussi. On peut se régaler en mangeant cru. Préférer s’auto-détruire par une nourriture toxique quand on pourrait se régaler sainement, est-ce une preuve de bonne santé mentale ? ou est-ce la preuve d’une addiction à la nourriture cuite ?

votez :
par Sergissimo (IP:xxx.xx6.20.176) le 3 février 2009 à 12H49

Un grand merci, France. Ce témoignage me conforte dans ma conviction (je ne suis pas encore totalement libéré du cuit). Je n’ai pas l’impression que votre prose est une fiction, mais si vous pouviez donner quelque élément qui dissipe tout doute sur l’authenticité de votre témoignage ... Encore merci pour votre courage rédactionnel.

votez :
par France (IP:xxx.xx3.234.219) le 7 février 2009 à 22H09

"Je n’ai pas l’impression que votre prose est une fiction, mais si vous pouviez donner quelque élément qui dissipe tout doute sur l’authenticité de votre témoignage"

En matière de diététique, on a "prouvé" tout et le contraire de tout ! Ne vous fiez donc à aucune "preuve". La seule preuve fiable, c’est celle des bienfaits ou des méfaits de telle ou telle façon de manger sur VOTRE santé, et celle de vos proches. Le témoignage de ceux qui ont expérimenté telle ou telle méthode est utile, (mais non suffisante si vous ne l’expérimentez pas sur vous-même), car il arrive qu’une nouvelle façon de manger provoque dans les premières semaines des désagréments (diahrée, mal au ventre ou autres) puis apporte ensuite un mieux être. C’est le propre de toute période de sevrage : quand on arrête le tabac, l’alcool, le café ou la drogue, au début c’est très dur, on a des crises de manque qui se traduisent par des douleurs, des migraines, du stress etc ... Le mieux être n’apparaît qu’après cette épreuve de sevrage. Le même phénomène (supportable !) se produit quand on commence un régime "Seignalet" en majorité crudivore, ou un régime 100% crudivore. Autant le savoir, pour ne pas se décourager à la première diahrée. Il m’est impossible de vous donner une preuve de l’autenticité de mon témoignage, mais si vous cherchez sur internet avec comme mot-clé "Alzheimer", vous trouverez des résultats de recherches médicales qui démontrent le rôle de l’alimentation sur cette maladie. Elles démontrent l’intérêt des fruits et légumes sur la prévention de cette maladie, mais comme elles n’ont pas étudié le rôle de la cuisson (ou de l’absence de cuisson), elles n’observent pas d’amélioration sur des malades déjà atteints. Cette étude reste à faire scientifiquement. Elle est hors de portée de mes moyens. J’espère juste que mon témoignage pourra donner des idées à certains chercheurs.

votez :
(IP:xxx.xx8.7.69) le 11 octobre 2009 à 12H12

Oui, l’alimentation crue est meilleure pour la santé, (même pour le cerveau !)

Lorsqu’on lit la prose des zélotes crudivores, il est vraiment permis d’en douter !!!

votez :
par moira (IP:xxx.xx9.79.104) le 4 février 2009 à 17H44

bonjour, à propos des pomme de terre crues quel bienfaits ? un médecin me l’avait préconisé un jour je ne sais plus pourquoi , et je n’ai plus de contact avec ce médecin . merci

votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 5 février 2009 à 11H42

Ne renouez pas les contacts. La pomme de terre crue est toxique. voir le paragraphe ’toxicité’ de cet article de Wikipedia

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx9.236.121) le 5 février 2009 à 15H32

".....un médecin me l’avait préconisé un jour je ne sais plus pourquoi , et je n’ai plus de contact avec ce médecin ."

Et c’est tant mieux pour vous..... Ce type était manifestement un dangereux charlatan.

votez :
par mjmb (IP:xxx.xx4.67.130) le 7 février 2009 à 21H36

J’avais parlé de pommes de terre crue pour taquiner l’auteur. Une pomme de terre toxique l’est crue ou cuite, car la solanine n’est détruite qu’à haute température. Evitez les pommes de terre vertes (de couleur verte, pas d’origine bio..). Ca se produit quand elle sont stockées à la lumière, et elle vont fabriquer de la solanine.

Il y a bien des aliments qui ne peuvent être consommés que cuit : le Capitaine parle de champignons, les morilles par exemple, mais il serait dommage de ne pas connaitre les champignons de Paris en salade. Le manioc cru est toxique, la betterave rouge très consistante... , par contre le choux fleur cru en salade est très fréquentable, s’il est beau (on peut l’ébouillanter sans le faire cuire pour le blanchir).

Cordialement

votez :
par France (IP:xxx.xx3.234.219) le 7 février 2009 à 21H41

Les pommes de terre crues ne sont pas toxiques pour ceux qui les aiment ainsi : mon fils les aime, (moi, pas) d’autres personnes m’ont dit qu’elles les aimaient. Et ils les digèrent très bien. Mais si on ne le aime pas, il serait dangereux de les transformer en les rapant et en les assaisonnant pour les rendre meilleures : cet artifice pourrait conduire à en ingérer alors qu’elle ne vous conviennent pas,et vous pourriez avoir des réactions désagréables de votre organisme. D’où leur réputation de toxicité ... Mieux vaut donc ne pas avoir de recettes de pommes de terre crues ! prudence, prudence ...

votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 7 février 2009 à 21H58

Soit, mais quid des lectines ?

votez :
par France (IP:xxx.xx3.234.219) le 7 février 2009 à 22H18

Grâce à vous, je viens de découvrir l’existence des lectines, substances dont j’ignorais l’existence ! Et je viens d’apprendre qu’il y en a dans les lentilles, que j’aime bien crues et trempées dans l’eau depuis 24 h. Mon foie se débrouille apparemment très bien pour garder les éléments qui sont utiles à mon organisme, et rejeter ceux qui sont inutiles, voire toxiques. En fait c’est son boulot, et il le fait bien. Je n’ai jamais eu aucun désagrément après avoir mangé un bon bol de lentilles crues trempées. Il y a des théories scientifiques qui ne semblent pas résister à l’épreuve des faits.

votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 7 février 2009 à 22H58

Le poison, c’est la dose. Mais attention quand même aux haricots rouges crus

votez :
par mjmb (IP:xxx.xx4.196.129) le 8 février 2009 à 10H50

Cachottière ! Puisque c’est faisable, je me débrouillerai seul avec mes PDT crues. Comment savoir sans essayer ?

Je mange des avocats sans problème, mais je me souviendrai toujours du premier, qui m’avait rendu malade. Je n’ai commencé à apprécier qu’à partir du troisième. L’alimentation s’apprivoise, ou plutôt, notre flore intestinale s’adapte à ce qu’elle rencontre.

Cordialement.

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx9.89.11) le 8 février 2009 à 16H09

"Mon foie se débrouille apparemment très bien pour garder les éléments qui sont utiles à mon organisme, et rejeter ceux qui sont inutiles, voire toxiques"

Avez-vous testé votre théorie avec l’amanite phalloïde pour voir ?

votez :
par France (IP:xxx.xx4.103.229) le 10 février 2009 à 20H48

On a le droit de ne pas être complètement idiot ! je n’ai jamais testé le amanites phalloïdes et n’ai pas l’intention de le faire. Les lentilles même crues ne sont pas réputées toxiques !

votez :
(IP:xxx.xx7.214.121) le 8 février 2009 à 10H35

Capitaine Poltron, vous êtes démasqué ! Sachez que vous travaillez pour des escros et des charlatans qui utilisent la crédulité du contribuable pour développer leurs profits !

votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 8 février 2009 à 12H25

Au secours, Mr Bienêtre, le phytothérapeute charlatan me harcèle !

votez :
(IP:xxx.xx7.214.121) le 8 février 2009 à 13H51

Je vois que vous passez trop de temps sur internet et sur un site comme Naturavox, site créé par un naturopathe, qui, comme sont nom l’indique donne la parole à la nature et défent l’environnement et les médecines naturelles, où vous n’avez rien à y faire ! D’autant que vous n’avez aucun arguments solides pour confirmez vos critiques stupides. Vous me faite penser cet homme d’église en Allemagne, Richard Williamson, qui ose nier l’existance de l’holocaust ! Puisque vous aimer tant la chimie, aller donc vous faire un thé au polonium ! arrêtez votre combat stupide et perdu d’avance et tournez vous vers l’avenir que sont le développement des technologies nouvelles qui respect l’environnement comme le développement des bio-carburants, des médecines naturelles etc. A bon entendeur.

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx7.141.8) le 9 février 2009 à 09H37

"Richard Williamson, qui ose nier l’existance de l’holocaust"

C’est un anglais et il s’est exprimé sur une chaîne de télé suédoise..... Vous faites toujours dans l’approximation comme çà ??

votez :
par mr-bienetre (IP:xxx.xx7.214.121) le 9 février 2009 à 10H55

Vous êtes mal placé pour parler d’aproximation Zygomar, quand on voit les commentaires que vous faites ! Epuis, nul besoin de de déffendre des ignorants !

votez :
(IP:xxx.xx7.214.121) le 9 février 2009 à 12H09

Zygomar, vous plaisantez ?... question approximations, vous êtes champion du monde quand on voit les commentaires que vous laisser à droite à gauche sur ce site !

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx9.89.196) le 9 février 2009 à 16H55

Quand même curieux de voir les trois derniers commentaires me concernant.... On les dirait écrits tous de la même main.... Serait-la même brêle avec 3 pseudos différents pour se donner "du poids" ?

Le même guignol qui manifestement n’aime pas qu’on lui mette le doigt où çà fait mal et qui faute d’arguments à faire valoir se lance dans le commentaire d’une puérilité déconcertante.

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx9.89.196) le 9 février 2009 à 17H03

"Dernière chose, que faites-vous dans la vie et quelle formation avez-vous ? "

Et vous ?

Moi je fais de l’approximation sur un forum qui fait la promotion de la protection de l’environnement, des médecines naturelles, rien que pour emm.... ce qui ne supportent pas que l’on ne soit pas de leur avis !

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx9.89.196) le 9 février 2009 à 17H06

"Dernière chose, que faites-vous dans la vie et quelle formation avez-vous ? " Et vous ?

Moi je fais de l’approximation sur un forum qui fait la promotion de la protection de l’environnement, des médecines naturelles, rien que pour emm.... ce qui ne supportent pas que l’on ne soit pas de leur avis !

Désolé, ma dernière phrase n’est pas partie.... Je disais que quand j’étais petit j’avais voulu être phytothérapeute mais mon père n’a pas voulu me laisser faire parce qu’il voulait que fasse un métier honnête.

votez :
(IP:xxx.xx7.214.121) le 9 février 2009 à 19H03

de l’approximation, c’est bien tout ce que vous êtes capable de faire Zygomar et à passer son temps sur les sites internet ! Moi, j’ai un métier en attendant et je n’ai rien à cacher...n’est-ce pas Capitaine Caverne, le borné et ignorant de service !!

votez :
par mr-bienetre (IP:xxx.xx7.214.121) le 9 février 2009 à 20H00

...Quand à votre père, surment victime des mauvaises références et des préjugés de l’époque, il a eut bien tors de vous l’interdire ! Vous auriez depuis un autre avis sur la profession...mais bon celà me fait penser à ce qui se disait dans le temps au sujet des métiers du sport ou des musiciens par exemple que l’on traitaient de voyous ! Pour être un hônnete citoyen, à l’époque, il fallait être instituteur ou...médecin (généraliste bien sur) Ha, les dôgmes et fausses croyances !!! Mais j’y pense, en parlant de métier : c’est drôle, vous n’avez toujours pas dit ce que vous faisiez dans la vie Zygomar(tout comme votre acolite, ce cher Capitaine Poltron)...bisard !

votez :
(IP:xxx.xx7.214.121) le 10 février 2009 à 09H34

Pas de traces de Capitaine poltron sur la planète...à part peut-être dans une bande déssinée peut-être !! Allez, ne me faites pas rire ! Au fait, en ce qui me concerne, j’exerce à Lyon et je serais Naturopathe dans moins d’un mois. Vous avez sans doute également quelques critiques stupides à formuler sur le métier de Naturopathe. N’oubliez-pas d’ailleurs, que le site Naturavox a été créé par un de mes confrères.

votez :
par mr-bienetre (IP:xxx.xx7.214.121) le 11 février 2009 à 12H48

Pour information :

Ce message s’adresse cette fois au differents internautes de Naturavox : je viens de m’apercevoir, grâce à une personne ici sur ce forum, qu’un triste individu utilisant les pseudos tantôt de "Zygomar", "Capitaine Poltron" ou encore "Poltron du web", réfractère à toutes idées contraires aux siennes, passe son temps à critiquer systhématiquement les articles des rédacteurs ou les commentaires publiés.

Il s’agirait donc de la même personne qui se manifeste sous les pseudos cités afin de donner un peu plus de poids et de crédits à ses propos obscurs.

Cet individu semble être un imposteur, agissant sous le jous des lobbies pharmaceutiques, renvoyant les gens toujours en permanence sur le même site web, site qui conteste catégoriquement le concept des cultures biologiques et remettant en cause les thérapies naturelles et les traitements utilisés par leur praticiens.

Surtout ne prêtez pas attention à ce personnage et vous propose d’envisager de l’éliminer de ce forum afin de respecter l’intégrité des internautes et leur liberté d’expression.

Merci de votre attention et bonne continuation sur ce forum.

Mr-bienetre

votez :
par mr-bienetre (IP:xxx.xx7.214.121) le 11 février 2009 à 12H56

Pour information :

Ce message s’adresse aux differents internautes de Naturavox : je viens de m’apercevoir, grâce à une personne ici sur ce forum, qu’un triste individu utilisant les pseudos tantôt de "Zygomar", "Capitaine Poltron" ou encore "Poltron du web", réfractère à toutes idées contraires aux siennes, passe son temps à critiquer systhématiquement les articles des rédacteurs ou les commentaires publiés.

Il s’agirait donc de la même personne qui se manifeste sous les pseudos cités afin de donner un peu plus de poids et de crédits à ses propos obscurs.

Cet individu semble être un imposteur, agissant sous le jous des lobbies pharmaceutiques, renvoyant les gens toujours en permanence sur le même site web, site qui conteste catégoriquement le concept des cultures biologiques et remettant en cause les thérapies naturelles et les traitements utilisés par leur praticiens.

Surtout ne prêtez pas attention à ce personnage et vous propose d’envisager de l’éliminer de ce forum afin de respecter l’intégrité des internautes et leur liberté d’expression.

Merci de votre attention et bonne continuation sur ce forum.

Mr-bienetre

votez :
par ever (IP:xxx.xx1.126.75) le 22 mai 2011 à 01H50

pourquoi gaspiller autant d’énergie en parlottes inutiles !!!!!! essayez et après vous pourrez commenter..... moi je m’y suis mise il y a 12 jours et tout mon entourage y va de :"tu es resplendissante", quel est ton secret ?? ou encore, :" wow mais tu as perdu du poids non ???"..... et moi, je déborde d’énergie, je dors super bien, et je suis d’une sérénité absolue !!!! alors à bon entendeur, salut !!!

Les Auteurs deAlimentation
Valerie B - 1 articles
Béatrice de Reynal - 209 articles
Anissina - 5 articles
ble2 - 35 articles
La Nature dans la Peau - 6 articles
Samuel - 1 articles
BelleAuNaturel.net - 33 articles
Philippe - 6 articles