NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Il était une fois... la sauce

Article publié le 4 juin 2007

Alors qu’elle a été inventée principalement pour agrémenter un met quotidien - brouet, rata ou autre bouillie- la sauce est passée d’un statut de denrée précieusement nutritive à un "à-valoir" culinaire. La sacue permettait de mettre en relief la saveur d’une viande, la suavité d’un poisson, le croquant d’une salade...

Au point que les maîtres cuisiniers en ont fait une spécialité, tel le conseil de l’ordre : on devînt saucier comme on devient chirurgien, au prix d’années d’un apprentissage long et douloureux, quand tant d’autres abandonnent, faute de force et d’acuité.

Saucier. Quel beau métier.

Il était une fois... la sauce

Au XXIe siècle comme déjà au siècle passé, la sauce perdit peu à peu son noble apanage pour devenir un cache misère notoire. Un "masque-tout", un nappage lisse et luisant pour camouffler la duplicité d’une pétoncle qui se fait appeler coquille St jacques, d’une vilaine truite qui se veut plus saumon que poisson.

Mais le pire, ce sont ces sauces qui affublent n’importe quelle chair, dans les restaurants dont la carte prend des airs pompeux. Saumon sauce à l’estragon... pauvre saumon, ou du moins, ce qu’il en reste. Envahi d’un blafard déguisement indigne d’une mangeoire à cochon.

 Et quand je pense à ces plats cuisinés vendus à l’unité, et dont l’essentiel du poids vendu est constitué d’une sauce riche en eau... pauvre sauce ! On devrait la nommer "noyade" tellement elle est pitoyable. 

Cuisse de volaille (laquelle ? Sic !) à la noyade de chasseur (en fait, il n’y pas guère de chasseur dans cette noyade là, heureusement pour le mangeur ! mais plus benoitement des champignons de Paris. Civilisés qu’ils sont, les champignons. D’ailleurs, pour être plus précis, je devrais dire "le demi-champignon". Car il est seul, le pauvre, sans même sa moitié !

 Or, ce qui est bien plus inquiétant, c’est le nombre de mètres linéaires de rayons dédiés aux sauces... il enfle d’années en années. N’est-on pas arrivé dans l’ère du camouflage alimentaire... et malheureusement, camouflage nutritionnel aussi.

Voyez donc : un plateau de fruits de mer consommé avec une sauce de type mayo triple ou quadruple son apport calorique avec des corps gras non essentiels... autant dire que cette sauce là flingue tout l’intérêt du plat. Idem pour les sauces qui alourdissent gustativement et nutritionnellement les mets avec lesquels on les propose. Non. Le progrès alimentaire, là, va à reculons ! 

Madame la Ministre de l’éducation : réhabilitez, s’il vous plaît, le métier de saucier.. 

 

Thèmes

Alimentation Nutrition Gastronomie Agro-alimentaire

Bookmark and Share
30 votes

commentaires
votez :
par arr (IP:xxx.xx7.18.51) le 4 juin 2007 à 20H49

Vive la sauce... et le respect du porduit. Anguille Coq Ris

Vert Vin Ivoire.

Réfléchissez,n’ayez pas peur de tenter une FONDUE, laissez nager le poisson, la viande ou les légumes. Laisez-vous dépayser ou surprenez. Conservez l’identité, soyez SIMPLE, pas simplets

votez :
par Architb (IP:xxx.xx2.197.25) le 7 juin 2007 à 14H47

Article très intéressant. J’aime beaucoup l’image du "camouflage alimentaire"..

votez :
(IP:xxx.xx2.186.23) le 22 mai 2009 à 18H02

MERCI pour ce très bel article. Il affirme que :’ la sauce perdit peu à peu son noble apanage au XXème siècle’. Mais alors, ce ne serait pas une légende ? Ils savaient manger avant ?

Et les jardins médiévaux avec leurs plantes aromatiques étaient donc utilisés pour faire de bons plats et ils n’étaient donc pas que décoratifs...Les livres qui parlent de viande à chaque repas pour les serviteurs diraient la vérité, certes avec des années avec très peu de choses quand le temps était mauvais pour les récoltes et l’élevage. Il faut, je crois avoir ça dans "le ventre" pour apprécier l’ Harmonie qu’apporte une sauce dans un plat.

Ce n’est pas pour rien qu’il est affirmé dans de nombreux livres que le "gout" mène à la Perfection !

votez :
par tsaktattrali1983 (IP:xxx.xx6.56.45) le 21 août 2013 à 02H37

All in all harmony run out of gas hire fundament shrink from incomparably stressful, in general despite the fact that you are on tap clever run out of steam in the first place swing in begin. Even if you christen round consume weight, you’ve mean hindrance befitting article. Without delay http://hostingelite.pl/

Les Auteurs deAlimentation
Béatrice de Reynal - 209 articles
Anissina - 5 articles
ble2 - 35 articles
La Nature dans la Peau - 6 articles
Samuel - 1 articles
BelleAuNaturel.net - 33 articles
Philippe - 6 articles
Mes elféebulations - 13 articles