NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
La maigreur serait-elle le fruit d'un défaut génétique ?

Article publié le 28 octobre 2011

De la même façon que les chercheurs ont étudié la génétique de l’obésité, ils ont cherché à savoir si les maigres avaient aussi des prédispositions. Et oui ! Ils en ont.

En fait, ils ont, sur une portion du chromosome 16, là où se tiennent les gènes qui conditionnent la masse corporelle, un groupe de gènes en surnombre, qui provoquent la maigreur. S’ils ne sont qu’en un seul exemplaire, ils entrainent l’obésité. (Je vous rappelle que nous possédons normalement deux exemplaires de chaque gène).

 C’est ce que vient de publier une équipe menée par Philippe Froguel (CNRS, université de Lille, Institut Pasteur) et Jacques Beckmann (CHU et université de Lausanne), publiée dans Nature, jeudi 1er septembre.

Une personne sur 2 000 aurait trois copies de ces gènes et un BMI entre 19 et 25 et une personne sur 2 500 n’en posséderait qu’une et aurait un BMI entre 40 et 80.

Thèmes

Obésité