NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Services publics : mettez-les au vert aussi !

Article publié le 19 février 2009

Plusieurs projets d’envergure soulignent la volonté du service public de s’inscrire dans une démarche environnementalement propre.

imageLe secteur public se met au vert et aux technologies propres. Que demander de mieux, après tout c’est l’argent du contribuable, alors quand il est utilisé pour promouvoir des équipements qui bénéficieront à sa santé et à son environnement… Ce sont plusieurs événements qui m’ont donné l’idée d’écrire un post sur l’aspect « public » des technologies propres. Après tout, vu les sommes et le « pari sur l’avenir » que cela implique, il est bien du ressort de l’activité publique de montrer l’exemple. 


En Ile de France, c’est une station du RER A dans l’Ouest parisien qui se met au solaire. Le projet, mené conjointement par la SCNF, exploitant du RER, et la région, est estampillé HQE, le label de la construction propre et de qualité, pour un coût de 3,2 millions d’euros. Une membrane photovoltaïque de 175m carrés fournira 25% de l’énergie de la gare. L’énergie solaire ne sera pas la seule mise à l’honneur, puisque l’isolation thermique du bâtiment sera revue, un vrai problème dans les gares qui sont pleines de courants d’air et d’ouvertures vers l’extérieur. Au final, la gare devrait consommer 64% d’énergie en moins, et ses émissions de GES seront réduites de 84%.


De l’autre côté de la région, à Pantin, c’est une école « zéro énergie » qui doit ouvrir en 2010. Le concept est donc que le bâtiment produise au moins autant d’énergie qu’il n’en consomme, d’où le « zéro énergie », et pourquoi pas produire un surplus pour d’autres services publics (on serait alors dans le cas d’un bâtiment dit à « énergie positive »). Egalement estampillée HQE, l’énergie produite le sera par le biais d’un peu plus de mille capteurs photovoltaïque, toujours dans l’énergie solaire donc, mais également de 15 sondes géothermiques. Coût du projet : 10 millions d’euros, soit 23% de plus que pour la même construction « standard », mais avec un gain d’énergie de 30%.


Enfin en province, c’est à Grenoble qu’une nouvelle initiative publique met la ville un peu plus au vert, avec une convention signée entre Gaz Electricité de Grenoble et l’office HLM de Grenoble Actis. L’objectif est d’optimiser la consommation d’énergie, de promouvoir le renouvelable (avec des installations photovoltaïques notamment, mais aussi des véhicules propres). C’est également ici que le terme « public » prend tout son sens puisque des tarifs sociaux vont permettre à des populations à faible revenus de profiter elles aussi des énergies propres.

Technopropres

Thèmes

Transports Initiative