NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Des satellites pour observer le CO2, la mission américaine échoue

Article publié le 24 février 2009

Des satellites pour observer le CO2, la mission américaine échoue

Observer les émissions de gaz à effet de serre depuis l’espace ? C’est le pari de scientifiques japonais et américains. Deux missions spatiales récentes travaillent sur l’observation du CO2, afin d’établir la variation dans le temps des émissions et surtout d’identifier les sources et puits de carbone. Aujourd’hui, seules 300 stations de mesure existent et leur maillage est très lâche. Un chiffre dérisoire comparé à la mission japonaise, la plus sophistiquée des deux, qui prévoient de mesurer les gaz à effet de serre avec 56 000 points. Les américains ont annoncé que leur mission baptisée Orbiting Carbon Observatory (OCO) "permettra d’améliorer les estimations annuelles de CO2 des pays industrialisés et de ceux avec de grandes forêts tropicales".

Ce sont les Japonnais qui ont tirés les premiers en mettant sur orbite géostationnaire leur satellite nommé Ibuki le 23 janvier dernier. L’agence aérospatiale japonaise, la Jaxa, qui pilote le projet épaulé par le ministère de l’environnement, a utilisé une fusée privée H-2A de la société Mitsubishi.

En revanche, le projet étasuniens a échoué dans la nuit de lundi 23 février à mardi 24. Le module portant le satellite ne se serait pas détaché du lanceur privé Taurus XL. L’épave a été localisée dans l’océan antarctique. Une déconvenue onéreuse pour l’agence américaine, le projet était évalué à 278 millions de dollars et porteur d’un projet scientifique intéressant. L’un des responsables de la mission, Ralph Basilio avait annoncé quelques heures plus tôt "Il s’agit d’une mission scientifique importante qui va pour la première fois fournir une image complète des émissions de CO2 émises par des activités humaines et des sources naturelles ainsi que des puits d’absorption de ce gaz sur la planète". C’était la première fois que l’agence spatiale américaine faisait appel à un opérateur privé pour envoyer un de ses satellites.

En attendant les premiers résultats de la mission Ibuki, on ne sait pas encore si la Nasa a prévu de retenter l’expérience ou si le projet est désormais avorté.

Source : AFP, L’internaute

Thèmes

Sciences CO2